L’Enseignement de l’Histoire sous la Révolution et l’Empire

[Ce billet fait suite à une conférence donnée en mars 2018 par l’auteur à la Fondation Napoléon.]

L’enseignement de l’histoire connaît d’importants bouleversements durant la période révolutionnaire et impériale : pour la première fois la France se dote d’un cadre d’enseignement national et officiel ; discipline de second rang sous l’Ancien régime, l’histoire devient l’objet d’enjeux politiques et suscite un vif intérêt du pouvoir1.

L’héritage du XVIIIe siècle

Plan de l’ancienne abbaye de Saint-Germain des prés en 1687. Extraite du Monasticon Gallicanum de Dom Michel Germain, édité en 1871. Exemplaire du dép. des Manuscrits, BnF.

À la veille de la Révolution française, l’histoire est une science qui a beaucoup progressé : depuis le XVIIe siècle, elle peut s’appuyer sur une méthode critique et des travaux d’érudition de qualité. Les Bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur2 en particulier ont produit des œuvres de haut niveau scientifique : Acta sanctorum, Gallia Christiana ; Art de vérifier les dates… Depuis la fin du XVIe siècle, l’histoire représente de manière assez constante environ 10 % de la production éditoriale en France3. Les règnes de Louis XIV et de Louis XV ont vu la publication d’Histoires de France réputées, grands succès de librairie souvent réédités : Histoire de France de François de Mézeray dans les années 1640-1650, Histoire de France de Claude Velly un siècle plus tard4.

Abrégé chronologique de l’histoire de France par François Eudes de Mézeray. Tome 1. 1673. Gallica (BnF).

La place de l’histoire demeure cependant limitée dans un système scolaire largement contrôlé par l’Église : son enseignement est presque totalement absent des petites écoles (équivalents de nos écoles primaires) où domine encore la méthode individuelle (cf. gravure ci-dessous) comme d’une université en déclin, dont le rôle se borne à délivrer de manière automatique les grades universitaires nécessaires à l’exercice de certaines professions (professions juridiques, médecine).

« Le Grand maître d’école ». Eau-forte de Jean-Jacques de Boissieu (1736-1810), vers 1780. Conservée à Rouen, musée national de l’Éducation.

De manière générale,  le niveau d’alphabétisation, certes en progrès constant sur l’ensemble du siècle, demeure faible et surtout inégal selon les catégories de la population : en 1789, 37 % seulement des Français savent lire et écrire. L’écart demeure particulièrement élevé entre riches et pauvres, bourgeois et ruraux, hommes et femmes, habitants du Nord ou du Midi5.

Tableau recensant l’évolution de l’alphabétisation en France selon les données de l’enquête nationale conduite par le recteur Louis Maggiolo (1811-1895) à partir des registres des actes de mariage et basée sur 5 recensements chronologiques de 1686 à 1876 (extrait de Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, publiée sous la direction de Louis-Henri Parias. Tome 3 : De la Révolution à l’école républicaine, sous la dir. de Françoise Mayeur. Paris, G-V. Labat, 1981).

 

Les collèges, établissements qui se sont fortement développés au XVIIe siècle dans le sillage de la Contre-Réforme, constituent le principal milieu où l’histoire est enseignée. À la veille de la Révolution, il en existe environ 4006, la plupart gérés par des congrégations religieuses7 .

Plan des études d’histoire du collège d’Arras (d’après Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia. Les collèges français, 16e-18e siècle. Paris, INRP, 1984).

 

1773

1781

7e

 

Histoire sainte (depuis la création du monde jusqu’à la naissance de Jésus-Christ)

6e

Histoire sainte (depuis la création du monde jusqu’à la naissance de Jésus-Christ)

Histoire des Égyptiens, Assyriens, Babyloniens, Mèdes et Perses

5e

Histoire de l’Assyrie

Histoire des Grecs

4e

Histoire des Scythes, Athéniens, Babyloniens, Gaulois

Histoire romaine de la fondation de Rome à Auguste

3e

Histoire des Perses, des Grecs

Histoire de l’Empire romain, d’Auguste à Constantin

2nde

Histoire de Rome

Histoire de France de la fondation de la monarchie à François Ier

Rhétorique

Histoire de France de Clovis

Histoire de France de François Ier au roi régnant

 

L’accès à ces établissements demeure cependant réservé à une petite élite de quelques dizaines de milliers d’enfants : les cours sont payants et, même s’il existe parfois des bourses, peu de parents peuvent se permettre de supporter des frais d’études élevés.

L’enseignement de l’histoire est attesté dans environ le quart des collèges et probablement présent dans un nombre plus important8. Depuis les recommandations du père Buffier9, professeur au collège Louis-le-Grand dans la première moitié du XVIIIe siècle, l’enseignement est dispensé progressivement, selon l’ordre des classes et de la chronologie10. Dans son Traité des études (1731), le grand pédagogue Charles Rollin a défendu une place étendue pour l’histoire dans l’éducation des honnêtes gens et posé un certain nombre de principes tels que l’exposition ordonnée des faits, la recherche de la vérité, l’étude attentive des mœurs, ….

=> Cliquez sur la galerie ci-dessous pour voir les images

À la veille de la Révolution, un autre milieu favorable au développement de cet enseignement est celui des écoles spécialisées : l’École militaire en particulier, créée en 1751 à la suite des difficultés de la guerre de succession d’Autriche, propose un enseignement historique modernisé et de bonne qualité.

Débats et réformes sous la Révolution

Consciente des failles du système éducatif, la jeune Assemblée nationale se fixe comme objectif la mise en place d’un système d’enseignement homogène et largement accessible à tous11. En septembre 1791, l’Assemblée législative se dote d’un Comité d’Instruction publique où Condorcet12 s’impose rapidement. En avril 1792, il remet un Rapport et projet de décret sur l’organisation de l’instruction publique qui prévoit un système d’éducation laïque, ouvert aux garçons comme aux filles, et échelonné en 5 degrés, de l’école primaire à une « Société nationale des sciences et des arts » qui formerait les professeurs et piloterait cette organisation pyramidale.

=> Cliquez sur la galerie ci-dessous pour voir les images

 

De vifs débats opposent les partisans d’une école entièrement nouvelle et obligatoire (ainsi Le Peletier de Saint-Fargeau qui propose une éducation inspirée de la Sparte antique où par souci d’égalité et d’homogénéité l’on enlèverait les enfants à leurs parents de l’âge de 5 à 12 ans) à ceux qui ne souhaitent pas rompre tous les ponts avec le système éducatif de l’Ancien régime (Sieyès, Daunou13, Lakanal…).

Pierre Daunou (1761-1840). See page for author [Public domain], via Wikimedia Commons

La guerre, la crise financière et le manque de professeurs, dû à l’exil et à l’arrestation de nombreux prêtres, ne permettent pas de progrès concrets avant 1795. C’est en effet la Convention thermidorienne qui applique réellement le plan Condorcet de 1792 en créant à la place des collèges les Écoles centrales, à raison d’une école par département14.

L’enseignement de l’histoire est prévu seulement en 3e section, c’est-à-dire à partir de l’âge de seize ans, sous la forme d’une « histoire philosophique des peuples ».

Programme du cours de l’école centrale du Cantal pour l’an VII [1798-1799]. Image tirée de Jean-Eric IUNG, « L’École centrale de Saint-Flour (1795-1802) », Histoire par l’image. © Archives départementales du Cantal – Photo P. Michalet

Les acteurs de la Révolution sont en effet partagés entre ceux qui souhaitent faire table rase du passé et effacer quasiment l’histoire, heureusement minoritaires, et ceux qui souhaitent l’étudier différemment pour mieux comprendre les erreurs du passé, l’établissement des préjugés et se prémunir ainsi d’effets similaires.

Au printemps 1799 et devant le développement mitigé des Écoles centrales, le directeur François de Neufchâteau15, ministre de l’Intérieur (dont dépend alors l’instruction publique), demande au philosophe Antoine Destutt de Tracy16, aristocrate proche de La Fayette et membre du conseil de l’Instruction publique, une série de six lettres circulaires chargées de préciser l’enseignement des écoles centrales.

Publiée en septembre, la « lettre circulaire aux professeurs d’histoire des écoles centrales » :

  • fixe un grand nombre de principes : « Donner à vos élèves une connaissance générale des événements qui se sont successivement passés chez tous les peuples qui ont mérité des historiens ; 2° Faire observer la marche de l’esprit humain dans les différents temps et les différents lieux (…). 3° les rendre capables de pousser plus loin leurs recherches
  • prévoit une série de 240 leçons sur une à deux années ;
  • recommande l’étude de l’histoire orientale (Bonaparte vient d’achever l’expédition d’Égypte)
  • conseille une série précise de lectures.

Il s’agit :

Ces œuvres présentent des caractères bien marqués : ce sont presque toutes des ouvrages philosophiques marqués par l’esprit des lumières (Voltaire, Condillac, Ferguson, Chastellux…), hostiles au catholicisme (Dupuis), d’un niveau intellectuel élevé, c’est à dire relativement difficiles d’accès pour des jeunes gens de 16 ans environ, mais pour beaucoup encore connus de nos jours (Voltaire, Ferguson, …).

=> Cliquez sur la galerie ci-dessous pour voir les images

 

Cette lettre circulaire constitue de facto la première réelle organisation à l’échelle nationale de l’enseignement historique français. À la différence d’autres disciplines (mathématiques, dessin, …), cet enseignement ne connut toutefois guère de succès : le procès-verbal  de la séance du 16 pluviôse an VIII du Conseil de l’Instruction publique est sans ambiguïté puisqu’il indique que « le cours d’histoire est un de ceux qui ont le plus embarrassé les professeurs lorsqu’il s’est agi d’en déterminer l’étendue et le plan… Condillac et Millot sont les guides de tous ceux qui ne suivent pas une marche à eux. Ce cours attire peu d’élèves et ceux qu’il attire ont presque tous un certain âge. (…) ».

Réalisations et limites sous le consulat et l’Empire

L’organisation de l’enseignement de manière générale, et de l’enseignement de l’histoire en particulier, va fortement intéresser le nouveau Premier consul. À l’École militaire, celui-ci a pu en effet bénéficier d’un enseignement historique soigné18; il a personnellement rédigé différents mémoires historiques et annoté de nombreux ouvrages d’histoire19 ; admirateur d’Alexandre le Grand, Jules César et Frédéric II de Prusse, Napoléon Bonaparte a d’emblée saisi toute l’importance de l’écriture historique dans l’exercice du pouvoir, à court ou long terme. Tout en pointant les limites de la production bibliographique en histoire20, il veillera toute sa vie à disposer, dans ses résidences comme lors de ses campagnes, de bibliothèques historiques bien fournies et organisées par ses soins21.

Avec la loi du 1er mai 1802 sur l’enseignement22, Bonaparte poursuit deux objectifs : refonder de manière pragmatique un système scolaire ébranlé par les secousses de la Révolution et encore imparfait23, et s’attirer les faveurs de l’Église et des milieux conservateurs en favorisant un système libéral où les institutions ecclésiastiques pourront conserver une place. Dans le nouveau système, l’État se réserve le contrôle de l’enseignement supérieur (les Lycées, qui remplacent les Écoles centrales, et les Écoles spéciales destinées à former les cadres de la Nation) tandis que l’enseignement primaire et secondaire est laissé aux communes.

Bibliographie de la France [Texte imprimé] : ou Journal général de l’imprimerie et de la librairie. Paris : Pillet, 1814-1971 – (Du 25 mars au 15 juillet 1815 les fascicules portent : « Bibliographie de l’Empire français, ou Journal général de l’Imprimerie et de la librairie ») – Exemplaire du 8 novembre 1811. Gallica (BnF)

 

La place de l’histoire au sein des Lycées n’est pas évidente. Lors de la séance du 11 floréal an X (1er mai 1802), où le texte définitif de la loi est voté, Roederer déclare :

Il ne faut pas enseigner ce que chacun peut apprendre soi-même. C’est en vertu de ce principe que l’on a cessé de faire de l’histoire un enseignement particulier, l’histoire proprement dite n’ayant besoin que d’être lue pour être apprise24.

Quelques mois plus tard cependant, l’arrêté du 19 frimaire an XI (10 décembre 1802) réintroduit l’histoire dans l’enseignement :

Dans la troisième classe, le (…) professeur de latin fera continuer l’étude de la géographie et enseignera les éléments de la chronologie et de l’histoire jusqu’à la fondation de l’empire français. On apprendra la mythologie et la croyance des différents peuples dans les différents âges du monde. Dans la première classe, on complètera l’étude de l’histoire et de la géographie en France.

Un peu plus tard encore, l’arrêté du 8 ventôse an XI (27 février 1803) formule de nouvelles recommandations bibliographiques :

Dans la quatrième classe (…), c’est là que doit commencer le cours de géographie. (…) L’instruction prendra plus d’intérêt encore dans la troisième classe ; l’histoire dont on n’a vu que des traits épars dans les ouvrages cités plus haut sera enseignée avec soin et dans l’ordre progressif des faits et des temps : on l’apprendra dans les Rudiments d’histoire par Domairon. Les diverses parties de ce cours, distribuées avec un esprit sage et méthodique, feront l’objet d’une étude suivie, depuis la troisième classe jusqu’à la fin de la première. La chronologie doit, comme la géographie, accompagner l’histoire : on recommande les Tablettes chronologiques à l’usage des prytanées et le Tableau historique de Prevost d’Iray.

De quels ouvrages s’agit-il ? Les Rudiments d’histoire sont l’œuvre de Louis Domairon (1745-1807), ancien jésuite, professeur à l’École militaire de Paris de 1778 à 1790 où il eut Napoléon pour élève. En 1802, celui-ci l’a nommé Inspecteur général de l’Instruction publique et Les Rudiments de l’histoire, parus quelques mois plus tôt ont été dédicacés  « À mes anciens élèves de l’École militaire de Paris ». C’est un gros précis d’histoire en 4 volumes selon un plan chronologique, très classique dans sa conception, qui accorde une large place à l’histoire sacrée et place l’histoire dans les pas de la Religion (« cette vraie probité qui ne peut avoir d’autre base que la Religion »). S’il propose une riche bibliographie de près de 100 pages, l’ouvrage s’arrête prudemment en 1774 et à l’avènement de Louis XVI.

Domairon, Louis, Les Rudimens de l’histoire ou Idée générale et précise des peuples les plus célèbres, tant anciens, que modernes,…. Paris, Deterville, 1801. 4 vol. in-8°. Département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme (BnF). Cote : 8-G-12163.

Les deux autres titres, différents dans la forme, sont assez semblables sur le fond : les Tablettes chronologiques d’Antoine Sérieys25 sont une chronologie détaillée de l’histoire du monde organisée par aires géographiques ; le Tableau historique de Le Prevost d’Iray est quant à lui un petit aide-mémoire organisé en tableaux synoptiques, destiné dans l’une de ses versions à être accroché sous forme de planches indépendantes aux murs des écoles26.

On voit ici toute la différence avec les titres recommandés trois ans plus tôt : les œuvres philosophiques et historiques complexes ont cédé la place à des titres pratiques aux ambitions plus modestes, bien plus conservateurs dans leurs propos mais aussi sans doute davantage adaptés à l’âge des lecteurs.

Une fois l’Empire installé, Napoléon ne se satisfait pourtant pas de ces ouvrages qui évoquent trop peu sa propre gloire et les mérites du nouveau régime. Dans une lettre du 12 avril 1808 à son ministre de l’Intérieur Cretet, il recommande ainsi de faire compléter jusqu’à son époque les manuels d’histoire qui lui paraissent les meilleurs27.

Une autre indication de l’intérêt de Napoléon pour l’enseignement de l’histoire est son projet de créer une école spéciale destinée à la formation des professeurs d’histoire et de géographie, placée auprès du Collège de France. Ce projet est exposé dans une lettre datée du 19 avril 1807 et écrite à Finkenstein (Prusse)28. Même si Napoléon réagit à plusieurs rapports sur la situation de l’enseignement qui lui ont été adressés par le ministère de l’Intérieur, son intérêt pour un tel sujet est là aussi frappant, alors que la Grande Armée vient de livrer la difficile bataille d’Eylau et que se profilent déjà de nouveaux combats (Friedland). Dans ce courrier, Napoléon souhaite la création d’« une université littéraire dont les objets essentiels seraient l’histoire et la géographie » car à la différence de la littérature « La manière de lire l’histoire est à elle seule une véritable science », pointe le besoin d’ouvrages de qualité29, d’une histoire contemporaine30  et presque positiviste31, enfin, fixe précisément la liste des chaires d’histoire32.

Pour diverses raisons –manque de moyens, autres priorités,  …- ces projets vont faire long feu et rapidement Napoléon s’aperçoit de la concurrence que constituent les écoles privées, notamment les petits séminaires dont il a autorisé la création.  La création de l’Université impériale33, structure chargée de chapeauter l’ensemble du système d’enseignement, inaugure une période de méfiance et de censure. Dans ce contexte, le contrôle de l’enseignement de l’histoire redevient une préoccupation  et, plutôt qu’aux recteurs d’académie fraîchement créés,  c’est au ministre de la Police et aux préfets que Napoléon demande d’enquêter sur l’histoire enseignée dans les Lycées et autres écoles secondaires. 

 

À l’été 1810, Savary leur écrit :

Il est possible que des professeurs peu fidèles aux ordres qui leur ont été donnés pour élever les jeunes gens dans l’esprit du gouvernement (…) cherchent à inculquer des principes contraires (…) vous devez me donner connaissance de ce que vous aurez aperçu d’inconvenant ou d’irrégulier soit sous le rapport de l’instruction, sous celui des pratiques religieuses, soit enfin sous le rapport de l’administration intérieure de ces établissements34.

Vous ferez surtout en sorte de savoir sur quels textes les élèves composent : c’est de ce choix que l’on peut induire si le maître est attaché à nos institutions (…) vous vous attacherez particulièrement si l’histoire glorieuse de la 4e dynastie est employée dans les devoirs des élèves35.

Les résultats de cette enquête sont mitigés : professeurs dévoués au régime impérial côtoient professeurs royalistes de cœur.

Dans ce climat de méfiance, la place de l’enseignement historique est peu à peu réduite. Le règlement du 19 septembre 1809 du conseil de l’université pour définir le plan d’études des lycées puis l’arrêté d’août 1812 réduisent le volume des enseignements : histoire sainte en 6e-5e, un peu d’histoire de France ensuite, plus aucune recommandation bibliographique…

 

En guise de conclusion

À l’issue de la période révolutionnaire et impériale, le bilan de l’enseignement historique pourrait paraître maigre : une place dans les écoles secondaires qui n’est guère plus importante que sous l’Ancien régime, un nombre d’élèves à peine plus élevé, une pénurie de professeurs, des programmes très peu détaillés, un enseignement à l’Université encore bien modeste36, …Il importe sans doute d’insister davantage sur les étapes essentielles qui ont été franchies : cet enseignement dispose désormais d’un cadre national ; malgré des méfiances persistantes, l’intérêt pour l’histoire contemporaine s’impose peu à peu ; face à l’ histoire à visée philosophique en vogue au siècle des Lumières se posent désormais les bases d’une histoire davantage factuelle et positiviste ; au sein des facultés des Lettres nouvellement créées les chaires d’histoire deviennent progressivement plus nombreuses. Les graines sont semées pour que sous la monarchie de Juillet l’histoire devienne une discipline majeure de l’enseignement…

Sources

La conférence prononcée à la Fondation Napoléon en mars 2018 et cet article ont été composés principalement à partir des sources suivantes :

  • les textes officiels, recensés dans l’ouvrage de Ph. Marchand (cf. bibliographie infra) ;
  • la thèse de J.K. Burton, qui aborde de nombreux aspects du sujet (ibid.) ;
  • les manuels et abrégés d’histoire présents dans les collections de la Bibliothèque nationale de France (lettrages G et L39 notamment) ;
  • la correspondance de Napoléon Ier, récemment rééditée par la Fondation Napoléon et dont l’édition réalisée sous le Second Empire à la demande de Napoléon III est consultable sur Gallica.

De nombreuses autres sources permettent d’approfondir le sujet sur tel ou tel point. Citons notamment aux archives nationales les séries AFIV (archives de la Secrétairerie impériale) et F17 (ministère de l’instruction publique) et dans les archives départementales les séries L (administration de 1789 à 1800) et T (Enseignement après 1800) qui offrent de nombreux éléments sur des situations locales.

 

Pour aller plus loin

Burton, June K. Napoleon and Clio : historical writing, teaching and thinking during the First Empire. Durham, University of North Carolina press, 1979.

Compère, Marie-Dominique,  Julia, Dominique. Les collèges français, 16e-18e siècle. Paris, INRP, 1984-2002. 3 vol.

El Hage, Fadi. Napoléon historien. Éditions SPM, 2016.

Garcia, Patrick. Leduc, Jean. L’Enseignement de l’histoire en France de l’Ancien Régime à nos jours. A. Colin, 2003.

Histoire de l’édition française, sous la dir. de Henri-Jean Martin et Roger Chartier. Tome 2, Le livre triomphant, 1660-1830. Paris, Promodis, 1984.

Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, publiée sous la direction de Louis-Henri Parias. Tome 3 : De la Révolution à l’école républicaine, sous la dir. de Françoise Mayeur. Paris, G-V. Labat, 1981.

Jourdan, Annie. Napoléon héros, Imperator, mécène . Paris, Aubier, 1998.

Kintzler, Catherine. Condorcet : l’instruction publique et la naissance du citoyen. Paris, Minerve, 2015. 3e éd. revue et corrigée.

Procès-verbaux du Comité d’instruction publique. Publiés et annotés par J. Guillaume. Édition nouvelle, présentée, mise à jour et augmentée par J. Ayoub et M. Grenon. Édition L’Harmattan, 1997-1998. 9 tomes. [Rassemble les procès-verbaux des comités d’instruction publique des différentes assemblées de 1791 à 1795].

Marchand, Philippe. L’Histoire et la géographie dans l’enseignement secondaire : textes officiels. Tome 1 : 1795-1905. Paris, INRP, 2000.

Schmidt, Charles. La Réforme de l’université impériale. Paris, 1905.

 

Citer ce billet : Fabien PLAZANNET, "L’Enseignement de l’Histoire sous la Révolution et l’Empire," in L'Histoire à la BnF, 08/10/2018, https://histoirebnf.hypotheses.org/3947, [consulté le 12/12/2018].

 

  1. Même si cet intérêt a bien entendu existé sous l’Ancien Régime : cf. La Monarchie absolutiste et l’histoire en France : théories du pouvoir, propagandes monarchiques et mythologies nationales : colloque tenu en Sorbonne les 26-27 mai 1986 / [organisé par le Centre de recherches sur l’Occident moderne de l’Université de Paris IV]. Paris, Presses de l’université de la Sorbonne, 1987. []
  2. M. Laurain, « Les travaux d’érudition des Mauristes : origine et évolution », Revue d’Histoire de l’Église de France, t.43 (1957), p.231-272. []
  3. Histoire de l’édition française / sous la dir. de Henri-Jean Martin et Roger Chartier. Tome 2, Le livre triomphant, 1660-1830. Paris, Promodis, 1984. []
  4. En particulier : François Eudes, sieur de de Mézeray (1610-1683), commissaire des guerres et pensionné de Richelieu publia de 1643 à 1651 une Histoire de France en 3 volumes dédiée à Louis XIII. Libre-penseur et critique du système fiscal, il perdit sa pension sur ordre de Colbert mais fut toutefois élu à l’Académie française en 1675.  Son Histoire de France fut un immense succès d’édition et Sainte-Beuve la considérait encore au XIXe siècle comme « une lecture des plus fertiles et des plus nourrissantes pour l’esprit ». []
  5. Voir M. Fleury et P. Valmary, « Les Progrès de l’instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon III d’après l’enquête Louis Maggiolo », in Population, 1957, pp. 71-92 et Robert Dubois. « L’Enquête Maggiolo, un malentendu ? », in Revue du nord, 1980, pp. 591-601. []
  6. On distingue généralement les collèges de plein exercice, où l’enseignement va de la 7e-6e jusqu’à la classe de Philosophie, équivalent de notre Terminale, les « petits collèges » ou « régences latines », où l’enseignement s’arrête aux classes d’humanités (3e-Seconde) et parfois les simples Pédagogies, où il ne dépasse pas les classes de Grammaire (6e-4e). []
  7. De ce point de vue, l’interdiction des Jésuites et d’autres congrégations religieuses en 1762 a porté un coup à ce système éducatif, même si la gestion de nombreux établissements a été reprise sous d’autres formes. []
  8. Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, Les collèges français, 16e-18e siècle. Paris, INRP, 1984-2002. 3 vol. []
  9. Claude Buffier (1661-1737). Né en Pologne de parents français, il se fixe ensuite à Rouen où il enseigne au Collège des Jésuites qu’il doit quitter suite à de démêlés avec l’archevêque. Arrivé à Paris, il devient rédacteur du Journal de Trévoux et enseigne au collège Louis-le-Grand qu’il ne quittera plus. []
  10. Nouveaux élémens d’histoire et de géographie à l’usage des pensionaires du colège de Louis Le Grand. Nouvelle édition par le P. Buffier,…1752. []
  11. La Constitution du 3 septembre 1791 prévoit le principe d’une « instruction publique, commune à tous les citoyens, gratuite » : « il sera créé et organisé une instruction publique commune à tous les citoyens, gratuite à l’égard des parties d’enseignement indispensables pour tous les hommes et dont les établissements seront distribués graduellement dans un rapport combiné avec la division du royaume ». []
  12. Voir Catherine Kintzler,  Condorcet : l’instruction publique et la naissance du citoyen. Paris, Minerve, 2015. 3e éd. revue et corrigée. []
  13. Pierre Daunou (1761-1840) fut élève puis professeur chez les Oratoriens (1787), député de la Convention (1792-1795), puis garde des archives (1810-1815 puis 1830-1840). []
  14. Décret du 25 février 1795 modifié par la loi Daunou du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795). Les villes de moindre taille peuvent se voir dotées d’écoles secondaires, de moindre niveau que les écoles centrales. []
  15. Dominique Margairaz. François de Neuchâteau, biographie intelllectuelle. Paris, Publications de la Sorbonne, 2005. []
  16. Georges Renauld, Antoine Destutt de Tracy, homme de la liberté, pionnier de l’enseignement secondaire laïque et républicain : l’idéologie héritière des Lumières. Paris, Detrad-AVS, 2000. []
  17. Léonce de Lavergne, Le marquis de Chastellux. Paris, Douniol, 1864. []
  18. Sur les rapports de Napoléon à l’histoire, voir Fadi El Hage,  Napoléon historien. Paris, Éditions SPM, 2016. []
  19. Napoléon Bonaparte. Œuvres littéraires et écrits militaires / publiés par Jean Tulard. Paris, Société encyclopédique française, 1967. []
  20. La production éditoriale du Premier empire est connue avec précision grâce aux travaux d’André Monglond (La France révolutionnaire et impériale.  Arthaud puis Imprimerie nationale, 1930-1967) qui en livre une présentation chronologique puis thématique. À partir de 1811, la Bibliographie de l’Empire français décrit la production courante. Une analyse d’ensemble de la production historique est donnée dans la thèse de June K. Burton (Napoleon and Clio : historical writing, teaching and thinking during the First Empire. Durham, Carolina academic press, 1979.) De 1803 à 1812, ce sont un petit millier de titres en histoire qui sont publiés, dont un quart environ concerne l’histoire contemporaine. []
  21. Napoléon se fit constituer une bibliothèque portative en 1809 (petites caisses en acajou massif/ cuir et drap vert renfermant chacune environ 60 livres in-18 ou petit in-12). Ces caisses étaient disposées dans le cabinet de topographie de l’Empereur (sur une table ou par terre). Insatisfait tant de la qualité des éditions que de leur nombre, il demanda deux projets à son bibliothécaire, Antoine-Alexandre Barbier :

    • En 1808 : un projet de 1000 volumes petit in-12 dont environ 700 volumes d’histoire et de mémoires historiques ;
    • 1809 : un 2e projet de 3000 vol. uniquement d’histoire répartis en 5 ou 6 parties.

    L’Empereur, après avoir fait écrire plusieurs fois à son bibliothécaire, dicta au baron Meneval, la note suivante, qui fut aussitôt adressée à M. Barbier : Schoenbrunn, 12 juin 1809.

    « L’Empereur sent tous les jours le besoin d’avoir une Bibliothèque de Voyage, composée  d’ouvrages d’Histoire. Sa Majesté désirerait porter le nombre des volumes de cette Bibliothèque à trois mille, tous du format in-18, comme les ouvrages de la Collection in-18 du Dauphin, ayant de quatre à cinq cents pages, et imprimés en beaux caractères de Didot, sur papier vélin mince. Le format in-12 tient trop de place, et d’ailleurs, les ouvrages imprimés dans ce format sont presque tous de mauvaises éditions. Les trois mille volumes seraient placés dans trente caisses, ayant trois rangs, chaque rang contenant trente-trois volumes. Cette Collection aurait un titre général et un numéro général, indépendamment du titre de l’ouvrage et du numéro des volumes de l’ouvrage. Elle pourrait se diviser en cinq ou six parties.

    » 1° CHRONOLOGIE ET HISTOIRE UNIVERSELLE ;

    » 2° HISTOIRE ANCIENNE, PAR LES ORIGINAUX, ET HISTOIRE ANCIENNE, PAR LES MODERNES ;

    » 3° HISTOIRE DU BAS-EMPIRE, PAR LES ORIGINAUX, ET HISTOIRE DU BAS-EMPIRE, PAR LES MODERNES ;

    » 4° HISTOIRE GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE ;

    » 5° HISTOIRE MODERNE DES ÉTATS DE L’EUROPE, DE  FRANCE, D’ITALIE, etc.

    Voir  Louis Barbier. Napoléon et ses bibliothèques portatives. Paris, impr. de Bourgogne et Martinet, 1843. []

  22. Préparée notamment par Pierre-Louis Roederer et Antoine-François Fourcroy, qui se succèdent à la direction de l’instruction publique. []
  23. Concernant l’enseignement de l’histoire, Catherine Mérot conclut dans son article « Les écoles centrales : recrutement et fréquentation », Revue du Nord, octobre-décembre 1996, p. 797-808. : « Ce cours a partout rencontré l’échec, moins de 10 élèves en moyenne de l’an IV à l’an XII (1804) souffrant d’un manque de connaissances préliminaires des élèves et d’un désintérêt complet ». []
  24. Gazette nationale ou Le Moniteur universel. N° 222. Compte rendu de la séance du Corps législatif du 11 floréal an X. []
  25. Antoine Sérieys (1755-1819). Natif de l’Aveyron. protégé de d’Alembert, polygraphe, il fut Chef du dépôt littéraire de la Pitié à Paris puis professeur d’histoire au Prytanée français (Louis-le-Grand), censeur du lycée de Douai (1804) puis de Cahors (1805). Auteur d’essais, d’ouvrages d’histoire (Murat, Fouché, Carnot, Louis XVIII, …), d’une tragédie sur la Mort de Robespierre, etc. []
  26. Chrestien-Siméon Le Prévost d’Iray (1768 – 1849). Le Vicomte d’Iray était garde du corps du roi. Il perdit l’essentiel de ses biens à la Révolution et devint professeur d’histoire et censeur du lycée Louis-le-Grand. Il écrivit une ode sur la mort du duc d’Enghien, des ouvrages historiques, des vaudevilles.… []
  27. Fadi El Hage. Op. cit.. P. 62-63. []
  28. Correspondance de Napoléon Ier. Publiée par ordre de l’Empereur Napoléon III. Paris, Imprimerie impériale, 1858-1869. Tome 15 (1864). Lettre 12416. []
  29. « J’ai beaucoup étudié l’histoire et souvent, faute de guide, j’ai été induit à perdre un temps considérable dans des lectures inutiles. ». « Un jeune homme au lieu d’employer des mois à s’égarer dans des lectures insuffisantes ou dignes de peu de confiance serait dirigé vers les meilleurs ouvrages et arriverait plus facilement, plus promptement à une meilleure instruction ».  Correspondance de Napoléon Ier, publiée par ordre de l’Empereur Napoléon III. Paris, 1858-1870. Tome 15. Lettre 12416 – Observations sur un projet d’établissement d’une école spéciale de littérature et d’histoire au Collège de France. []
  30. « Aucun historien n’arrive jusqu’à nos jours (…) cette lacune donne beaucoup de difficultés, exige un travail toujours imparfait, souvent infructueux pour parvenir à lier les événements passés à ceux présents ; ce serait là une importante obligation des professeurs de l’école spéciale d’histoire. » Ibidem. []
  31. « Ma secrète pensée est de réunir des hommes qui continuent non l’histoire philosophique non l’histoire religieuse mais l’histoire des faits mais cette histoire portée jusqu’au moment où nous vivons ». Ibidem. []
  32. « Ces professeurs doivent être nombreux. Il faudrait qu’il y en eut pour l’histoire romaine, pour l’histoire grecque, pour l’histoire du Bas-Empire, pour l’histoire de l’Amérique et plusieurs autres pour l’histoire de France, d’Angleterre, d’Allemagne, d’Italie et d’Espagne ». (…) « On placerait au premier rang l’histoire de la législation (…) Viendrait ensuite l’histoire de l’art militaire français ». Ibidem. []
  33. Décret portant organisation de l’Université – 17 mars 1808. []
  34. Circulaire du 17 juillet 1810. Citée dans Charles Schmidt, La Réforme de l’université impériale. Paris, G. Bellais, 1905. []
  35. Circulaire du 24 septembre 1810. Ibidem. []
  36. Une 2e chaire d’histoire est créée à la Sorbonne en 1810 et confiée à François Guizot (la première chaire étant occupée par Lacretelle). Voir notamment Guizot (F.). Discours prononcé pour l’ouverture du cours d’histoire moderne, le 11 décembre 1812. Paris, impr. de Le Normant,1812. []

Fabien PLAZANNET

Directeur du département Philosophie-Histoire-Sciences de l'homme à la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.