Tabula magellanica

Les collections sur l’Amérique latine à la Bibliothèque nationale de France : aperçu historique

Les collections de la Bibliothèque nationale de France sur l’Amérique latine demeurent relativement peu connues du grand public. Pourtant, de par sa longue histoire, le fonds patrimonial concernant cette vaste aire géographique est riche et très varié1 .

Site François-Mitterrand

Imprimés

Dès la découverte de l’Amérique, les rois de France constituent le fonds, puis l’enrichissent grâce au dépôt légal instauré par François Ier en 1537, aux nombreux dons reçus et aux acquisitions. Parmi les pièces imprimées les plus anciennes, sources incontournables pour l’histoire du Nouveau Monde, nous pouvons citer les premières traductions françaises des récits de voyage rédigés en latin par Pietro Martire d’Anghiera (1457-1526), humaniste et diplomate milanais, devenu chapelain et chroniqueur à la cour de Ferdinand II d’Aragon. Le recueil intitulé Extraict ou Recueil des isles nouvellement trouvées en la grand mer Ocean au temps du Roy d’Espaigne Ferñad & Elisabeth sa femme faict premierement en latin par Pierre Martyr de Millan & depuis translate en languaige françoys date de 1532. Traduit par Simon de Colines, imprimeur à Paris dans les années 1520-1530, et dédié à Marguerite de France, il contient un des premiers récits de la conquête de l’île de Cuba par Diego Velázquez de Cuéllar,  gouverneur de l’île et fondateur de La Havane en 1514.

De la même époque est l’œuvre monumentale du père jésuite espagnol José de Acosta (1540-1600), Historia natural y moral de las Indias, considérée comme la première description réaliste des populations indigènes, surtout du Pérou et du Mexique, tandis que le récit du père Claude d’Abbeville (15 ?- 1632), relatant la première tentative française d’évangélisation des terres amazoniennes, date de 1614.

Parmi les sources d’époque on peut mentionner également les gazettes qui paraissent tout au long du XVIIIe siècle dans les capitales des vice-royaumes à l’imitation de la Gaceta de Madrid fondée, elle, en 1697 dans la capitale espagnole. Certaines de ces feuilles sont consultables au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF : Gaceta de México, Gaceta de Guatemala, ou encore le Mercurio peruano de historia, literatura y noticias públicas, qui paraît à Lima en 1791. Ce dernier périodique fait preuve d’une extraordinaire longévité car, sous un titre légèrement différent, il continue d’exister : Mercurio peruano : revista mensuel de ciencias sociales y letras.

Parmi les documents du XIXe-début XXe s, les « récits de voyage » occupent une volumétrie considérable. En effet, une fois leur indépendance acquise, les différents pays d’Amérique latine font l’objet de convoitises commerciales qui suscitent de nombreuses missions scientifiques. C’est le cas, par exemple, de l’expédition française au Mexique (1862-1867) ; si sur le plan militaire elle s’avère un désastre humain et financier, sur le plan scientifique elle permet un réel approfondissement des connaissances géographiques et linguistiques surtout grâce à la présence sur le terrain d’éminents savants tel que l’abbé Ch. Étienne Brasseur de Bourbourg (1814-1874)2 .

Dans cette vaste catégorie de documents, nous trouverons également le journal intime du commerçant allemand Heinrich Witt (1799- 1892), Diario y observaciones sobre el Perú, 1824-1890 (Lima, 1988), considéré encore aujourd’hui comme une source inégalée sur l’histoire postcoloniale du Pérou3 , ainsi que le compte-rendu ethnographique de la mission dirigée en 1911 par l’instituteur et anthropologue bruxellois Georges Rouma (1881-1976) en Bolivie, à des fins médicales et éducatives4 .

Indiens Quitchouas et Aymaras des hauts plateaux de la Bolivie
Georges Rouma, Indiens Quitchouas et Aymaras des hauts plateaux de la Bolivie. Résultats de la mission anthropologique organisée en 1911 sous les auspices du gouvernement de la Bolivie et de la Société « Sucre » sous la direction de l’auteur, Bruxelles, 1913 [Cote 8 PO 78].
Dans le même temps, les premiers guides commerciaux modernes publiés à l’intention des industriels étrangers font leur apparition. Ici l’exemple de El Ecuador : guía comercial, agricola e industrial de la República (Guayaquil, Talleres de E. Rodenas, 1909).

Les dons et legs dont la BnF bénéficie sont une source importante d’accroissement. L’un des plus remarquables est sans doute celui de Léonce Angrand (1808-1886), diplomate et plusieurs fois consul de France en Amérique latine. Celui-ci, passionné d’histoire et d’archéologie du Nouveau Monde, lègue en 1885 sa bibliothèque privée, riche de 1200 documents (imprimés, manuscrits, cartes géographiques, croquis). Parmi les pièces les plus notables figurent : l’exemplaire unique de La descripción historial de la provincia y archipielago de Chiloé en el reyno de Chile y obispado de la Concepción, du père Pedro González de Agueros, imprimée à Madrid en 1791 ; un des premiers relevés géologiques de l’isthme de Panama par l’ingénieur anglais A. Dunlop Graham, Notes on the isthmus of Panama with remarks on physical geography and its prospects, in connection with the gold regions, gold mining and washing (Londres, 1852) ; ou encore les premières publications de la Casa de los Niños Expuestos de Buenos Aires5 comme le Guía de forasteros del vireynato de Buenos Aires para el año 1803, dispuesta por el Señor Don Diego De La Vega. À ces pièces uniques s’ajoutent les recueils de croquis et les photographies prises par Léonce Angrand tout au long de ses voyages et maintenant consultables sur Gallica à la cote IFN-52503652 et IFN-52506148.

Audiovisuel

La richesse des collections vient également de la grande variété des supports. En effet, aux millions d’imprimés conservés sur le site François-Mitterrand, il faut ajouter les centaines de milliers de pièces provenant de l’ancienne Phonothèque nationale, fondée en 1938, devenue le département de l’Audiovisuel en 19946 . D’après les dernières estimations, celui-ci compte à son actif 1.500.000 documents.

Ce département a pour mission de collecter et conserver tout document sonore et d’image animée ayant fait l’objet d’une édition commerciale (cassettes, disques en vinyle, CD, DVD, CD-ROM, jeux vidéo, multimédia). Aussi, les amateurs de musique pourront-ils y écouter, par exemple, les enregistrements sonores de Carlos Gardel tandis que les lecteurs intéressés par l’actualité historique et politique du continent y trouveront des interviews, des émissions télévisées, des films documentaires et de fiction comme par exemple Hugo Chávez : entrevistas, Ligia Blanco, réal. 2002 ; Paysans du Brésil. Paysans sans terre. Esclaves de la terre, J. Farrugia, réal. 2013 ; ou encore Las Acacias, Pablo Giorgelli, réal., 2011.

Site Richelieu

Collections spécialisées

À Richelieu, sur le site originel de la Bibliothèque nationale, sont conservées les collections dites « spécialisées », regroupées respectivement dans les départements des Manuscrits, des Cartes et plans, des Estampes et de la Photographie, des Monnaies, Médailles et Antiques, des Arts du spectacle et de la Musique-Bibliothèque musée de l’Opéra.

Le département des Manuscrits abrite l’un des fonds mexicains les plus riches au monde et incontournable pour l’étude de l’histoire précolombienne du pays. Parmi les 429 pièces référencées, le codex Telleriano-Remensis, ayant appartenu à l’archevêque de Reims Charles-Maurice Le Tellier (1642-1710), est sans doute l’une des plus célèbres7 . Réalisé par des peintres scribes aztèques vers le milieu du XVIe siècle, il se présente à la fois comme un calendrier des fêtes et des rituels et une chronique des migrations du peuple aztèque vers les hauts-plateaux mexicains, ainsi que des événements majeurs comme les tremblements de terre et l’arrivée des premiers conquistadores espagnols.

Codex azteque
Codex Telleriano-Remensis, f. 8r, Calendrier et rite propitiatoire aztèque [cote Mexicain 385]
L’importance de ce fonds doit cependant beaucoup au mécène et collectionneur franco-mexicain Eugène Goupil (1831-1895). Ce dernier, après avoir acheté la collection du savant Joseph-Marius Alexis Aubin (1802-1891) et celle de l’antiquaire et historien italien Lorenzo Boturini Benaduci (1702-1753), en fait don à la Bibliothèque nationale en 1898, enrichissant ainsi considérablement les collections8 .

Toujours au département des Manuscrits, mais à la section « modernes », est conservé un fonds peu connu mais de grande importance historique et littéraire : celui du diplomate et écrivain guatémaltèque Miguel Ángel Asturias (1899-1974), prix Nobel de littérature en 1967.
Le fonds est constitué de 14 manuscrits, d’une partie de sa correspondance privée, de nombreux articles de presse, de carnets et de croquis [cote Espagnol 648].

Au département des Cartes et Plans, il faut d’abord mentionner le fonds de 10 500 cartes du XVI-XVIIIe s. ayant appartenu à Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville (1697-1782)9 .
Géographe du roi à partir de 1718, cartographe averti, il collectionne un nombre important de documents, tant gravés que manuscrits qui, à sa mort, intègrent la Bibliothèque royale. À titre d’exemple, le document cartographique manuscrit d’une grande précision représentant le détroit de Magellan et indiquant la route des frégates « La Boudeuse » et « l’Étoile » de l’expédition de Bougainville en 1767, et la carte des provinces de San Vincenzo e Rio de Janeiro (vice-royautés du Portugal) avec les monstres marins censés s’y trouver.

Tout récemment le travail du département des Cartes et Plans s’est focalisé sur la numérisation des photographies sur plaques de verre prises par des photographes professionnels à l’occasion des nombreuses expéditions scientifiques en Amérique latine, qui illustraient ensuite les conférences à la Société de Géographie de Paris10 . Les photographies d’Alfred Molténi (1837-1907) sont parmi les plus appréciées :

Aussi, le lecteur a-t-il maintenant la possibilité de visualiser ces pièces uniques en consultant Gallica qui propose également quelques centaines de photographies des agences françaises comme Meurisse, Rol, AFP, Sygma, et internationales comme Magnum et Reuters11 conservées au département des Estampes et de la Photographie.

Nous ne saurions terminer ce bref aperçu  sans attirer l’attention sur les collections du département de la Musique qui conserve les ouvrages portant sur l’imprimerie, l’histoire et la fabrication des instruments de musique et bien sûr des partitions de tout genre musical. Par exemple, ce livret d’un opéra lyrique ayant comme sujet la conquête du Mexique : Fernand Cortez ou la conquête du Mexique.

Et en guise de conclusion, qu’il nous soit permis un paso doble de tango argentin !

Muy hermosa : tango argentino
Muy hermosa : tango argentino, Alfredo Barbirolli, 1913. [cote N-2708]
Citer ce billet : Emanuela Prosdotti, "Les collections sur l’Amérique latine à la Bibliothèque nationale de France : aperçu historique," in L'Histoire à la BnF, 18/03/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/418, [consulté le 26/03/2017].
  1. Déjà en 1982, le bibliographe américain, William Vernon Jackson, de l’université de Austin, Texas, classait les collections imprimées de la Bibliothèque nationale  parmi les plus importantes d’Europe avec celles conservées, par ordre d’importance,  à  l’Ibero-Amerikanisches Institut de Berlin, à la Biblioteca Hispánica de la Agencia Española de cooperación internacional para el desarrollo de Madrid et à la British Library de Londres []
  2. Après les émeutes de la Commune (1870) beaucoup de matériel scientifique concernant l’expédition du Mexique fut brûlé ou dispersé. Il en reste néanmoins une bonne partie à la Bibliothèque nationale de France, au Muséum d’histoire naturelle et aux Archives nationales (site de Paris) qui ont récemment établi un répertoire analytique des documents en leur possession. []
  3. Heinrich Witt vécut au Pérou de 1824 à la fin de ses jours. Il y travailla pour la compagnie anglaise Antony Gibbs & Sons. L’édition intégrale de son journal intime, écrit en langue anglaise et riche en descriptions et commentaires sur la vie quotidienne et les mœurs péruviennes, a paru en 2015 en 10 volumes, chez Brill Publishers. []
  4. Le savant Georges Rouma avait été recruté par le président libéral bolivien Ismael Montes Gamboa en 1909 pour moderniser et professionnaliser le système éducatif bolivien et diriger la toute récente École Normale de Sucre (Sucre, capitale constitutionnelle de la Bolivie). En 1948 il fut nommé administrateur-délégué de la Maison de l’Amérique latine, à Bruxelles. []
  5. La Casa de los Niños Expósitos (ou Expuestos) était un orphelinat. Elle fut fondée à Buenos Aires en 1779 par le vice-roi Juan José de Vértiz y Salcedo. En 1780, celui-ci décida la fondation de la Real Imprenta de los Niños Expósitos afin de procurer un travail digne aux orphelins qui pouvaient ainsi subvenir à leurs besoins. []
  6. Les ancêtres de la Phonothèque nationale ont été les Archives de la Parole, fondées en 1911 et dirigées par le linguiste Ferdinand Brunot et, à partir de 1928, le Musée de la Parole et du Geste qui en prit la suite. Ce dernier fut dirigé par le linguiste et helléniste français Hubert Pernot. []
  7. Le nom latinisé du manuscrit est dû à Charles-Maurice Le Tellier, archevêque de Reims et bibliophile renommé. Très vraisemblablement ce dernier l’acheta lors d’un de ses voyages en Europe. En 1700, l’archevêque en fit don au roi Louis XIV. []
  8. Joseph Marius Alexis Aubin, éminent américaniste et collectionneur, participa, avec Brasseur de Bourbourg, à la Commission scientifique qui accompagna l’expédition militaire au Mexique. Alexis Aubin racheta une bonne partie de la collection ayant appartenu auparavant à l’historien et ethnographe italien Lorenzo Boturini Benaducci  (1702-1753). Eugène Goupil, hommes d’affaires franco-mexicain et collectionneur averti, racheta à son tour, par l’intermédiaire de l’antiquaire français Eugène Boban, la collection d’Alexis Aubin. []
  9. Depuis 2016, une bonne partie des cartes provenant du fonds d’Anville sont consultables en salle R – département des Sciences et Techniques – Site François Mitterrand. []
  10. Depuis 1942, le département des Cartes et Plans de la Bibliothèque nationale de France est le dépositaire des collections de la Société française de Géographie, fondée en 1821 à Paris, et toujours en activité. []
  11. Les photographies provenant des Agences Magnum, Agence Mondiale et Reuters étant encore sous droits, ne sont consultables que dans l’enceinte de la Bibliothèque nationale de France via Gallica intra-muros. []

Emanuela Prosdotti

Chargée de collections en histoire de l'Italie, de la péninsule ibérique et de l'Amérique latine au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *