Décès de l’historien Michel Vovelle – 6 oct. 2018

Michel Vovelle, grand historien de la Révolution française, est décédé le 6 octobre dernier1, mais son travail et sa voix continuent de vivre dans les collections de la BnF.

Éminent spécialiste de la Révolution française, il fut professeur d’histoire de la Révolution française à la Sorbonne, puis de 1982 à 1993, directeur de l’Institut d’histoire de la Révolution française (IHRF) qui lui rend hommage dans cet article. Il a d’ailleurs légué sa bibliothèque personnelle au centre de documentation de l’IHRF en 20142. En 1984, dans le cadre de sa mission pour le Bicentenaire, il fut nommé président du conseil scientifique et technique du Musée de la Révolution française, alors fraîchement ouvert.

Michel Vovelle, La bataille du Bicentenaire de la Révolution française. Paris, La Découverte, 2017.

Le congrès international du Bicentenaire de la Révolution française (juillet 1989) apparaît donc comme l’un des points d’orgue de la carrière d’historien de Michel Vovelle, qui s’était vu confier la coordination scientifique des célébrations dès 1983. Ce congrès ranima les vives oppositions entre historiens de la Révolution3, et notamment entre « l’école jacobine » que défendait Vovelle et les « révisionnistes » suivant François Furet (qui garda lui-même ses distances avec l’événement).

Michel Vovelle revint l’année dernière sur cet épisode marquant dans son ouvrage intitulé La bataille du Bicentenaire de la Révolution française (La Découverte, 2017).

Mais la Révolution ne fut pas la première spécialité de Michel Vovelle. Ses premiers travaux s’attachèrent en effet à la mort, ses expressions et sa représentation. Il y consacra sa thèse en 1971 sous le titre Piété baroque et déchristianisation : attitudes provençales devant la mort au siècle des Lumières : d’après les clauses des Testaments (thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon II sous la direction d’André Latreille). Beaucoup de ses publications reprirent ce thème auquel il revint tout au long de sa carrière4, en particulier avec son ouvrage majeur : La mort et l’Occident : de 1300 à nos jours publié chez Gallimard en 1983 (réédité et augmenté en 2000).

Une histoire de la mort qui s’inscrit dans l’héritage d’une histoire des mentalités dont Michel Vovelle fut l’un des grands représentants5. Ses recherches permirent de faire entrer l’histoire de la Révolution française dans cette histoire des mentalités6 mais également dans l’histoire des représentations, et ce à l’échelle mondiale. La somme de 5 volumes que représente La Révolution française : images et récit, 1789-1799. (Paris : Messidor, 1986) s’accompagne ainsi de milliers d’images sur tous supports, mais dans un corpus cohérent, poussant Antoine de Baecque à en dire dans un article pour L’Histoire de juin 2018

« Pour l’une des premières fois, l’historiographie explore avec sérieux la puissance de suggestion et de mobilisation des images plongées en politique. »

Antoine de Baecque

Il est ainsi fort probable que l’annonce de sa mort trouve un écho particulier à la 21e édition des Rendez-vous de l’histoire de Blois consacrée à la « Puissance des images » qui doit s’ouvrir dans quelques jours.

Michel Vovelle dans les collections de la BnF

On pourra retrouver les œuvres de Michel Vovelle et les différents travaux auxquels il a pu collaborer dans les collections de la BnF.

Sa notice d’autorité au catalogue général permettra de retrouver facilement les notices qui lui sont attachées en tant qu’auteur, et les notices qui lui sont rattachées en tant que sujet. Les documents décrits dans ces notices sont de multiples natures :

La notice de data.bnf.fr concernant Michel Vovelle permettra d’embrasser en un clin d’œil les différents documents qu’ils a écrits, préfacés, dirigés, etc. et qui sont conservés dans les collections de la BnF.

Pour finir, et en écho au « chantier » amorcé par Michel Vovelle sur l’histoire des images et des représentations de la Révolution qui irrigua depuis de nombreux courants de la recherche historique, nous vous signalons le corpus Gallica L’Histoire de France par l’image, qui comporte notamment une entrée Révolution (1789-1799). Vous y retrouverez en accès libre des corpus thématiques cohérents de centaines d’images numérisées à partir des collections de la Bibliothèque nationale de France.

Citer ce billet : Blog Histoire, "Décès de l’historien Michel Vovelle – 6 oct. 2018," in L'Histoire à la BnF, 09/10/2018, https://histoirebnf.hypotheses.org/4445, [consulté le 12/12/2018].

  1. « L’historien Michel Vovelle est mort », Thomas Vincy in Livre Hebdo, 8 oct. 2018 : « L’historien Michel Vovelle, spécialiste de la Révolution française, est mort », Antoine Flandrin in Le Monde, 7 oct. 2018 []
  2. La bibliothèque de l’Institut d’histoire de la Révolution française a reçu en 2017 le label CollEx. []
  3. Pour en savoir plus, on peut commencer par l’article Wikipédia sur l’Historiographie de la Révolution française, qui propose de nombreuses références bibliographiques ainsi que des liens vers des ressources pour approfondir. []
  4. Voir notamment : Gabrielle et Michel Vovelle, Vision de la mort et de l’au-delà en Provence : d’après les autels des âmes du purgatoire, XVe-XXe siècles. Cahiers des « Annales »Paris, A. Colin, 1970. ; Michel Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle : les attitudes devant la mort d’après les clauses des testaments. [Paris], Plon, 1973. ; Mourir autrefois : attitudes collectives devant la mort aux XVIIe et XVIIIe siècles…, [textes choisis et présentés] par Michel Vovelle. [Paris] : Gallimard : Julliard, 1974. ; Michel Vovelle, L’heure du grand passage : chronique de la mort. Paris : Gallimard, 1993. ; Michel Vovelle, Les âmes du purgatoire ou Le travail du deuil. Paris : Gallimard, 1996. []
  5. Michel Vovelle, De la cave au grenier : un itinéraire en Provence au XVIIIe siècle, de l’histoire sociale à l’histoire des mentalités. Québec : S. Fleury ; [Aix-en-Provence] : [diffusion Édisud], 1980 ou encore Idéologies et mentalités. Paris : F. Maspero, 1982. []
  6. Avec par exemple : Michel Vovelle, La mentalité révolutionnaire : société et mentalités sous la Révolution française. Paris : Éd. sociales, 1985. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.