L’Italie dans la Grande Guerre : aperçu des collections de la BnF

Italico Brass, Batteria in Carnia, 1916, huile sur toile (46×55 cm) – © Gammanzoni, Milano

À l’occasion des commémorations du Centenaire de la Grande Guerre, le service Histoire de la Bibliothèque nationale de France (BnF) s’est particulièrement mobilisé autour de la vaste opération de collecte nationale de documents privés (Grande Collecte – Europeana 1914 -1918), puis de la collecte de sites internet français évoquant la Première Guerre mondiale (La Grande Guerre sur le web) qui donnera prochainement lieu à un parcours thématique guidé. Plusieurs  billets consacrés à ce conflit mondial ont été publiés par le blog de Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.

Parmi ceux-ci, signalons la série de six billets sur l’Italie dans la Grande Guerre (voir la liste plus bas), qui  ont permis de présenter à un large public les conditions particulières ayant présidé à l’entrée en guerre du jeune Royaume d’Italie, les spécificités du front, longtemps considéré comme périphérique et, par là même, de revenir sur quelques clichés qui encore de nos jours entourent l’engagement italien1.

Pour la rédaction des billets portant sur l’Italie dans la Grande Guerre, nous avons abondamment puisé dans les collections de la presse française, dont la numérisation est très avancée : les quotidiens populaires de l’époque tels que Le Petit Parisien, et Le Journal ont été régulièrement consultés ainsi que certains titres de la presse de propagande comme la revue bi-mensuelle En guerre. Le monde debout face aux Barbares, ou la presse illustrée comme  Le MiroirExcelsior, L’image de la guerre. 

Les photos provenant des célèbres agences de presse Rolet Meurisse, mais aussi des fonds spéciaux comme celui de Maurice Barrèsont souvent servi de support iconographique aux textes présentés.

À la richesse des collections françaises, répond la richesse du fonds italien de la BnF, le plus important sur le territoire national, qui compte des dizaines de milliers de documents sur la Grande Guerre, tous supports confondus : monnaies et médailles, estampes, cartes, imprimés, enregistrements sonores…

Nous proposons ci-dessous un bref excursus dans la variété des collections italiennes de la BnF, qui  font régulièrement l’objet de campagnes de numérisation et sont progressivement mises en ligne.

  • Collections spécialisées – Site de Richelieu

Parmi les collections spécialisées, quelques pièces rares telles que ces deux médailles forgées par l’artiste Pierre Roche.

 

L’une représente la Piave, rivière marquant la frontière avec les territoires irrédents et devenue symbole de la résistance de l’armée italienne face à l’offensive allemande et austro-hongroise de 1917 ; l’autre commémore la mort de deux des petits-fils de Giuseppe Garibaldi, Bruno et Costante, tombés dans l’Argonne respectivement en décembre 1914 et janvier 1915.

Parmi les cartes de guerre disponibles en ligne, signalons celle sur les frontières de l’empire austro-hongrois en 1914 dressée par Arcangelo Ghisleri. Homme de lettres, géographe et cartographe, Ghisleri connut un moment de gloire grâce, d’une part, à son atlas historique de l’Italie, paru en 1892 et considéré comme très moderne en raison de l’importance accordée à la topographie historique et, d’autre part, aux multiples cartes et plans de l’Afrique et de ses villes.

Carta della guerra tra l’impero d’Austria et il regno di Serbia 1914 [Document cartographique] / Prof. A. Ghisleri dir. ; Eugenio Heber dis. Bergamo : Istituto Italiano d’Arti Grafiche, 1914. Dép. des Cartes et plans [cote : GE C-4914]

Au département des  Estampes et de la Photographie sont conservés les dessins et lithographies de deux peintres-soldats très célèbres en Italie, Anselmo Bucci et Aldo CarpiDe ce dernier, nous rappellerons, en particulier, l’album de 68 dessins intitulé Serbia eroica. Impressioni pittoriche della ritirata dell’esercito serbo sull’Adriatico (cote Fol-J-298 ; QE-245-4), élaboré à l’occasion de la retraite de l’armée serbe vers les ports italiens de l’Adriatique, entre décembre 1915 et février 1916.

« Je reviendrai », sergent serbe décoré de la médaille d’or. Dessin au fusain et pastel gras. Serbia eroica, dessins de Aldo Carpi, Milano, Alfieri e Lacroix, 1917 [Fol-J-298 ; QE 245-4]

Au département des Estampes sont également conservées certaines œuvres du peintre de guerre, Italico Brass2, et notamment l’album de dessins et peintures Sulle orme di San Marco, publié en 1917(cote QE-135 PET-FOL).

Une mention spéciale peut être faite aux artistes-graphistes qui ont produit de nombreuses affiches de guerre, comme celles concernant les emprunts nationaux3.

Les plus connus d’entre eux sont certainement  Achille Luciano Mauzan4 et Anselmo Barchi, mais nous y trouvons également les œuvres de Matteo Borgoni, Enrico della Leonessa (alias Leonne), Aurelio Craffonara, Aldo Mazza, M. Dudovich

Ces illustrateurs ont parfois réuni leurs talents pour la publication d’albums de caricatures comme celui édité, en 1915, sous la direction de G. Antona Traversi, Gli Unni… e gli altri, où l’habile jeu de mots ajoute davantage d’emphase aux illustrations5.

  • Imprimés – Site de Tolbiac

Sur le site de Tolbiac, l’ensemble documentaire regroupant les « sources primaires » compte des dizaines de milliers de pièces : journaux intimes, mémoires, témoignages, écrits politiques et essais divers, notes diplomatiques, dépêches…

Les écrits d’écrivains très connus : Curzio Malaparte, Ardengo Soffici, Carlo Emilio Gadda côtoient les récits de simples soldats, de généraux tels que Luigi Capello  dont le nom est lié à la prise de la ville de Gorizia, en 1916, mais aussi à la débâcle de Caporetto ou, encore, d’aumôniers comme le père franciscain Agostino Gemelli, médecin psychiatre, fondateur, en 1914, de la fameuse revue Vita e Pensiero (cote 8-Z-30740) et de l’université catholique du Sacré-Cœur, en 1921.

Parmi les écrits politiques, nous citerons les discours du député patriote irrédentiste Cesare Battisti, devant les parlements italien et autrichien en 1915, un petit opuscule consacré à l’essor de l’aéronautique italienne, préfacé et signé par le poète-aviateur Gabriele D’Annunzio en 1918) ou, encore, les documents diplomatiques italiens sur la Grande Guerre dont la publication par le Ministère des Affaires Étrangères est en cours d’achèvement6.

Al Parlamento austriaco e al popolo italiano [Texte imprimé] / discorsi del dottor Cesare Battisti,… Milano : fratelli Treves, 1915

Nous ne saurions terminer ce bref excursus sans mentionner le vaste ensemble des œuvres littéraires ayant trait à la Grande Guerre conservé au département de Littérature et Art, sur le site de Tolbiac. Pour l’Italie, deux noms peut-être suffiront pour évoquer les nombreux écrivains-soldats qui surent transformer en vers le sang et la boue 7 , comme Giuseppe Ungaretti et Clemente ReboraNombreuses sont les éditions disponibles regroupant leurs poésies de guerre et autres écrits. Nous nous limitons à signaler ici l’édition française de l’ouvrage Vita d’un uomo, (Philippe Jaccottet comme préfacier et traducteur) disponibles en libre-accès dans les salles de littérature G et U (cote 85/4 Unga vita). L’ouvrage donne également son  titre à des entretiens radiophoniques de 1956 : les propos d’Ungaretti sont recueillis par Jean Amrouche et édités par l’Institut national de l’audiovisuel (Audiovisuel – salle P – cote PDC12-856 plusieurs sous-cotes).

Giuseppe Ungaretti, Vie d’un homme. Poésies 1914-1970 [Vita d’un uomo. Poesie 1914-1970], préface de Philippe Jaccottet, tr. de l’italien par Philippe Jaccottet, Pierre Jean Jouve, Jean Lescure, André Pieyre de Mandiargues, Paris, Gallimard, édition de 1981, 343 p.

Pour Clemente Rebora, auteur encore peu connu en France, signalons la belle traduction de ses poésies de guerre par  Stéphanie Laporte et Paul André Claudel, intitulée Chœur bouche close (1914-1917) paru aux éditions Lucie de Nîmes (cote magasin  2009-53332).

Clemente Rebora, Chœur bouche close. Poèmes de guerre (1914-17), Nîmes, Éditions Lucie, 132 p. [Collection Poésie]


La série des billets sur L’Italie dans la Grande Guerre du blog Gallica :

 

Citer ce billet : Emanuela Prosdotti, "L’Italie dans la Grande Guerre : aperçu des collections de la BnF," in L'Histoire à la BnF, 10/11/2018, https://histoirebnf.hypotheses.org/4814, [consulté le 11/12/2018].

 

  1. Pour l’approfondissement de ce sujet, nous renvoyons aux ouvrages des historiens Marco Mondini, La guerra italiana : partire, raccontare, tornare : 1914-1918. Bologna, Il Mulino, 2014, 458 p. [cote magasins 2014-4589] et Oliver Janz, 14 : Der Grosse Krieg. Frankfurt A/Main, Campus Verlag, 2013,  415 p. [cote magasin 2015-55274]. []
  2. À la déclaration de la guerre, le peintre frioulan obtint l’autorisation du Commandement suprême de l’armée et de la Marine Royale de suivre les opérations des soldats au front et d’effectuer des études et des peintures. []
  3. Pour des raisons de droits d’auteur, la plupart des affiches ne sont consultables, pour l’instant, que sur Gallica Intramuros.fr, à partir des postes du niveau Recherche des salles de lecture. []
  4. L’affichiste français Achille Luciano Mauzan vécut plusieurs années en Italie où il travailla comme illustrateur pour compte d’éditeurs italiens. []
  5. Les auteurs jouent sur la sonorité du substantif « Unni », les « Huns », et des prénoms indefinis « gli uni e gli altri» « les uns et les autres » ; les Huns se référant aux Empires centraux tandis que les « autres » fait allusion aux Alliés. []
  6. Le Ministère des Affaires Étrangères italiennes (La Farnesina) a récemment mis en ligne un bon nombre de documents consultables sur son site. []
  7. Le syntagme donne son titre à un recueil de poésies et lettres de guerre de C. Rebora paru, en Italie, en 2008 chez l’éditeur piémontais Interlinea – cote magasin 2011-112804. []

Emanuela Prosdotti

Chargée de collections en histoire de l'Italie, de la péninsule ibérique et de l'Amérique latine au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.