Les images ont parlé ! Une séance de caricatures évoquée à la chambre des députés en 1884

Dans un précédent billet, nous vous proposions de retrouver une séance parlementaire évoquant en 1884 les caricatures d’un homme politique.

Sauriez-vous retrouver pourquoi la chambre des députés parla de caricatures pendant l’une de ses séances en 1884 ? Pourquoi l’affaire évoquée faisait-elle tant de bruit ? De quel caricaturé célèbre était-il question ?

Vous disposiez des indices suivants :

=> Cliquez sur les images ci-dessous  pour mieux les voir

  • l’estampe et l’enregistrement avaient pour thématique commune le nez
  • le cliché était une photographie de Clovis Hugues (1851-1907), journaliste, auteur, député …

 

Pourquoi la chambre des députés parla-t-elle de caricatures pendant l’une de ses séances en 1884 ?

Le texte que vous deviez retrouver était composé d’une question posée par Clovis Hugues à l’Assemblée à propos de caricatures de Jules Ferry qui auraient été interdites, et les réponses qui lui avaient alors été apportées.

En 1884, un spectacle attire de nombreuses personnes à l’Athénée. Il est composé de plusieurs numéros qui ont un grand succès, comme le « Journal parlé1  » et une séance de caricatures exécutées directement devant le public par Alfred Le Petit.

 

Le « Journal parlé » mêle habilement trois engouements du public contemporain  : la lecture de la presse quotidienne pour découvrir l’actualité, les faits divers, les scandales politiques, etc. ; les revues de fin d’année qui sous forme de tableaux parodiques joués dans les théâtres reviennent sur les faits saillants des derniers mois écoulés ; les conférences illustrées. Le « Journal parlé » est donc une « version publique et quotidienne, lue, jouée, mimée, mise en musique et dessinée du journal2 ». Le dessinateur, Alfred Le Petit, croque en troisième partie divers personnages comme la chanteuse Thérésa, l’actrice Sarah Bernhardt, Henri Rochefort ou bien encore le Président du Conseil, Jules Ferry : il les dessine, voire les imite et manipule des masques ou objets à visée caricaturale. Ce faisant, il s’éloigne dangereusement du domaine de la charge sur papier qui bénéficie d’une législation plutôt souple, et se rapproche de l’univers du spectacle, pour lequel la censure est encore très présente, notamment en matière politique.

La fermeture inopinée de la salle par les autorités déclenche un tollé général de la presse qui ne veut pas croire aux raisons avancées (la salle vétuste, en sous-sol, est dangereuse en cas d’incendie) et crie à la censure. Après avoir hésité, le jeune député républicain Clovis Hugues décide de porter l’affaire devant la Chambre en février 1884.

Pourquoi l’affaire évoquée faisait-elle tant de bruit ? De quel caricaturé célèbre était-il question ?

 

Les séances de l’Athénée  ont eu des débuts  laborieux en décembre 1883. La presse a trouvé le journal parlé plutôt ennuyeux, les enchaînements entre les numéros mal préparés. Néanmoins l’originalité de l’idée a été soulignée : La Caricature s’amuse par exemple à en imaginer un prolongement  avec un « journal mimé3», pendant que Jules Claretie rêve d’un journal parlé qui serait joué à domicile4. Avec beaucoup de prescience, le journaliste et écrivain Louis Mullem explique dans La Justice comment ce journal parlé pourra évoluer au XXe siècle :

Ce projet inspiré par la plus pure fantaisie méritait, selon nous, de tenir quelque temps l’affiche et se recommandait à l’attention des gens sérieux par cela seul qu’il entre dans l’ordre de ces excentricités graves, de ces énormes cascades humoristiques à l’américaine qui, au mérite de la bouffonnerie intense, joignent celui de fournir dès à présent des indications sur ce que seront les amusements sociaux au prochain vingtième siècle, lequel, pour peu qu’il soit mieux avisé que le nôtre, s’amusera de tout et s’affranchira de la solennité par l’éclat de rire.

Pris en lui-même, d’ailleurs, n’était-il pas gros de développements merveilleux, ce programme d’un Journal-théâtre, dramatisant l’existence quotidienne de l’immense Tout-Paris, avec son tohu-bohu de sagesse et de sottise, de splendeurs et de misères, d’exaltations et de prosaïsme, d’enivrements et de désespoirs ?

Cela promettait la comédie politique, libre enfin sur les tréteaux, au mépris de toute censure administrative ; des acteurs copiant sur le vif les ministres et députés, les hommes d’État et chefs de parti, et rééditant chaque soir les débats de l’assemblée souveraine, des pitres se faisant des têtes de candidats pour cadencer les professions de foi, lancer au paradis les hyperboles de l’évangile opportuniste, mais couler vers le beau public des galeries, le clin-d’œil de Tartuffe, signifiant qu’il est des accommodements avec la Révolution, etc., etc.

Après ces tableaux passionnants ou grotesques de la politique serait venu le spectacle des faits du jour : incendie, suicide, infanticide, assassinats mis en scène dans toute leur hideur de destruction, de rage et de sang. Là-dessus, le Théâtre-Journal nous devait la dernière séance de la cour d’assises, l’actualité judiciaire avec son cortège de scélérats, de juges, d’avocats, de procureurs et, surtout, avec l’acte d’accusation mimé par de grandioses cabotins tragiques sachant mettre dans l’art la terreur, la cruauté, la mélancolie, l’éternel cynisme du vrai5.

Tenant compte des critiques, le programme reprend en janvier 1884 avec quelques améliorations. Mais une facétie d’Alfred Le Petit, dont les charges constituent un des clous du spectacle, attire bientôt l’attention :

Le caricaturiste s’adapte un nez de la dimension de celui de M. Ferry ;  il s’applique à chaque joue une botte de foin qui figure les célèbres favoris de l’homme d’État de la République puis, arrondissant les épaules, il se promène avec un immense portefeuille sous le bras.

La ressemblance entre l’imitateur et l’imité est frappante.  Chaque soir on se tord de rire.

Mais le plus drôle est pour la fin. Tout à coup, on voit s’allonger démesurément le nez de M. Ferry; le porte-feuille tombe par terre; et M. Ferry fait quelques pas les bras ballants, l’air ahuri, désespéré.

« Voilà, dit Alfred le Petit, M. Ferry après un échec à la Chambre. » Et les rires de redoubler6.

Selon plusieurs articles de presse, le caricaturiste ferait aussi s’embrasser les silhouettes de Rochefort et de Ferry, dont l’inimitié politique est célèbre … Le commissaire de police demande oralement la  fermeture de la salle de l’Athénée. Le directeur du spectacle, Louis Peyramont,  refuse et le fait savoir par voie de presse. Les journaux  s’emparent de l’affaire : aux articles criant à la censure, dénonçant une intervention personnelle de Jules Ferry  contre « le crayon séditieux7 s’ajoutent plusieurs parodies mettant en scène le Président du Conseil, ou des caricatures comme celle de La Croix (voir ci-dessous) montrant des agents qui tentent vainement d’attraper avec des filets à papillons le « journal parlé ». Le Gaulois imagine que Jules Ferry lui-même touche des droits sur le spectacle de l’Athénée et a inventé ce stratagème pour augmenter ses bénéfices qu’il cacherait … dans son nez8! Henri Rochefort, directeur de L’Intransigeant, publie dans son journal, sous les transparentes initiales H.R., une tribune volant au secours du spectacle de l’Athénée. Après une violente diatribe contre la politique de Ferry, il conclut :

Un caricaturiste m’accole à un homme qui a piétiné sur ses engagements, fait du mensonge un quatrième pouvoir dans l’État, épuisé la France par des expéditions dont le résultat le plus tangible est l’emprunt de trois cent cinquante millions qui se prépare pour le mois de février. Celui qui aurait le droit de réclamer à grands cris contre cette promiscuité, il me semble que c’est moi. Eh bien ! c’est M. Jules Ferry qui envoie ses commissaires de police déclarer au directeur du Journal Parlé que si on a le droit de caricaturer un citoyen qui n’a jamais coûté un sou à son pays, on est tenu de respecter les traits augustes du ministre qui est en train de le ruiner de fond en comble.
On restaure pour M. Jules Ferry le crime de lèse-majesté. Il est bon de faire remarquer que le plus lésé de nous deux n’est certainement pas celui qui se plaint.
H. R9.

Alfred Le Petit, caricature de Henri Rochefort in Fleurs, fruits, légumes du jour, vers 1870. Service Histoire, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF). Cote SMITH LESOUEF R-2919.

Peyramont et Le Petit, forts de l’appui de l’opinion, s’ingénient à contourner la censure. Peyramont annonce une conférence … sur le nez du ministre. La salle est fermée, le quartier bouclé par la police, mais Le Petit imagine d’agiter la silhouette caricaturale de Ferry depuis un appartement éclairé a giorno, pour le plus grand plaisir de milliers de badauds10. Les deux jours qui suivent, une exposition de caricatures de Le Petit est organisée dans le vestibule de l’Athénée, mais la police en empêche bientôt l’accès. Peyramont a désormais reçu un avis officiel de fermeture de l’Athénée pour des raisons de sécurité.

On parle de caricatures à l’Assemblée

Le député Clovis Hugues décide de porter l’affaire devant l’Assemblée. Sa personnalité (romancier et journaliste, il est le premier député issu des rangs du Parti ouvrier) explique sans doute le peu de succès de son intervention. Si certains passages suscitent les rires ou la désapprobation de ses collègues, on passe en effet rapidement au reste de l’ordre du jour. De la même manière, les journaux résument le plus souvent les propos de Clovis Hugues et les réponses qui lui ont été faites, soit de manière humoristique, soit en se montrant parfois critiques. Apparemment, la presse solidaire avec le « journal parlé » contre une forme éventuelle de censure, se désintéresse, voire se méfie, de la transposition du débat dans l’arène politique :

H. Demare, « Clovis Hugues » in Les Hommes d’aujourd’hui, 1878. Gallica (BnF).

Nous avons eu un assez joyeux début. Le cigalier Clovis Hugues est venu questionner M. Waldeck-Rousseau au sujet de l’interdiction du Journal parlé.

D’après ce brun enfant de la Provence, si le journal a été interdit, c’est qu’on y caricaturait le nez de M. Jules Ferry ; c’est qu’on donnait à ce nez des proportions phénoménales.

— C’est un droit ! s’écrie le pétulant Marseillais, — et moi qui vous parle, bagasse ! on m’a bien caricaturé dans mon costume
primitif, — en soutane, — faisant un pèlerinage à Montmartre. J’ai pourtant un nez fait à l’image de Dieu. Eh bien! troun de Dious ! Je ne me suis pas fâché ! Pourquoi, le gouvernement se fâcherait-il parce que… l’on allonge un peu trop le nez de M. Jules Ferry ?»
Le poète Clovis a savouré une vengeance longtemps mijotée ; il a secoué de toutes les façons le nez du président du conseil ; il faut qu’il soit solide pour avoir résisté.

M. Waldeck-Rousseau répond à ce nourrisson chéri des muses que le nez de M. Ferry n’a rien à voir dans l’affaire. La salle de l’Athénée, est un sous-sol manquant de dégagements. On avait dû y interdire les spectacles au temps où le couple Montrouge y faisait merveille. La caricature reste libre, et M. Waldeck-Rousseau ajoute en bon prince : 
D’ailleurs elle le prouve. Je fais collection des charges qui me concernent, et je ne voudrais pas pour tout au monde nuire à l’intérêt que pourra présenter à l’avenir une aussi précieuse collection11! »

Les arguments de Clovis Hugues, comme les réponses qui lui ont été faites méritent toutefois qu’on s’y arrête plus longuement aujourd’hui. Ils éclairent en effet la longue et complexe tradition qu’entretiennent les hommes politiques avec la caricature, encouragée au nom de la liberté d’expression, mais parfois mal vécue à titre personnel. On peut lire cette intervention in extenso ici.

Dessin publié par La Croix, 1er février 1884.

 

Les acteurs du « Journal parlé » tentent un dernier coup d’éclat avec la publication dans un numéro unique éponyme de leur version des événements. La censure, comme il s’agit d’un journal, n’intervient pas. Il reste de cette affaire une tendance à beaucoup caricaturer le nez de Ferry12, et certainement un surcroît de précautions de la part des hommes politiques pour sembler n’être pas fâchés des charges que l’on peut faire de leur personne.

Le Journal parlé : organe officiel de tous ceux qui parlent du nez / gérant J.-B. Garcin. Paris, Imp. Joseph Kugelmann, 1884. Gallica (BnF).

 

Citer ce billet : Blog Histoire, "Les images ont parlé ! Une séance de caricatures évoquée à la chambre des députés en 1884," in L'Histoire à la BnF, 22/11/2018, https://histoirebnf.hypotheses.org/5349, [consulté le 12/12/2018].

 

  1. Voir  Corinne Taunay, « Le journal parlé, une presse marginale à la fin du XIXe siècle », Papiers nickelés, n° 39, 2013. []
  2. Voir Guillaume Doizy, «, Caricatures & Caricature, janvier 2014. []
  3. P. Higrec, « Le journal mimé », La Caricature, 12 janvier 1884. []
  4. Jules Claretie, Le Temps, 14 décembre 1883. []
  5. Louis Mullem, «L’annonce parlée», La Justice, 23 décembre 1883. []
  6. Pierre Dumas, «‘L’incident’ du journal parlé», Le Gaulois, 30 janvier 1884. []
  7. «Le crayon séditieux», L’Intransigeant, 31 janvier 1884. []
  8. Frimousse, «Le nez du ministre», Le Gaulois, 31 janvier 1884. []
  9. H. R. [Henri Rochefort], L’Intransigeant, 1er février 1884. []
  10. «Duel de Jules Ferry et de sa caricature», Le Gaulois, 4 février 1884 ; Clément Roche, «Un nez historique» L’Intransigeant, 5 février 1884. []
  11. C. Mondon, «Gil Blas à la Chambre  », Gil Blas, 11 février 1884. []
  12. Voir Bertrand Tillier,  «Dévisager», in La Républicature : La caricature politique en France, 1870-1914. Paris, CNRS Éditions, 1997. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.