Les images ont parlé ! À quel “saint” est-il déconseillé de se vouer ?

Vous aviez quatre indices à votre disposition dans un précédent billet pour deviner « à quel « saint » il est déconseillé de se vouer».

L’image mise en avant (vous la voyez désormais ci-dessus avec son titre) montre un homme réjoui brandissant une bouteille. L’indice suivant est une vue de la barrière de la Chopinette célèbre pour ses cabarets : les vins étant soumis à une taxe lors du franchissement de l’octroi, les Parisiens à la recherche d’alcools peu coûteux sortaient de la capitale et s’enivraient dans les estaminets des barrières. Le troisième indice consiste en une affiche éditée pour les représentations théâtrales de L’Assommoir de Zola, avec  Coupeau buvant plus que de raison. Enfin, une caricature raille  les plaisirs dominicaux.

Tous ces indices convergent vers « saint Lundi», patron des buveurs…

C’est en effet ainsi que le présente, parmi d’autres « saints non canonisés », Le Journal amusant du 17 octobre 1857.

Alexandre Flan, “De quelques saints non canonisés“, Le Journal amusant, 17 octobre 1857.

 

 « Faire le lundi », ou « fêter la saint-lundi » est une coutume qui semble être née dans certaines corporations (comme celle des savetiers) des grandes villes au Moyen Age.  Au début du XIXe siècle, elle est encore présente lorsque les ouvriers, après avoir travaillé 10 à 12 heures par jour, parfois jusqu’au dimanche matin, touchent leur paie (la « sainte Touche ») généralement toutes les quinzaines (la « sainte Quinzaine »). Certains décident alors de  se distraire le lundi et les patrons ferment le plus souvent les yeux sur ces absences1.

La généralisation de cette pratique à un prolétariat fraîchement issu des campagnes et très précarisé, encouragée par des établissements faisant crédit et vendant des vins de mauvaise qualité, a entraîné au XIXe siècle un alcoolisme important dans les populations modestes. Désormais la saint Lundi est synonyme de catastrophe pour les familles qui n’ont plus de quoi se nourrir ni envoyer les enfants à l’école, et les patrons rechignent à employer des ouvriers guère en mesure de travailler les lendemains de beuveries et dont le manque d’assiduité nuit aux commandes. La lutte contre la pratique de la saint Lundi prend plusieurs décennies. Ancrée dans les mœurs, cette coutume est considérée par certains  comme un élément d’intégration : nombre de textes et de chansons racontent les déboires d’ouvriers qui, bien que résolus à rester vertueux, sont entraînés malgré eux vers les cabarets par leurs camarades. D’autres font de la saint Lundi la conséquence inéluctable de métiers trop éreintants, aux compensations rares, voire un moment de relâche nécessaire.

Le saint Lundi“, Chansonnier de 1837, impr. de Quillot (Agen). Page 6. Gallica (BnF).

La lutte contre la saint Lundi se trouve à la croisée des combats contre l’alcoolisme et pour le repos dominical. Elle fédère des interlocuteurs aux préoccupations très diverses, qui peuvent être aussi politiques, les cabarets étant souvent considérés comme des lieux de sédition2. Les employeurs tentent de juguler le phénomène par des règlements précis :

La plupart des ouvriers à Paris travaillent le dimanche matin, pour finir l’ouvrage commencé, le rendre à qui de droit, et en recevoir le prix ; après quoi, ils partent et vont se divertir le reste du jour.
Le lundi matin, ils s’assemblent par coteries, mettent en commun tout ce qui leur reste d’argent, et ne se quittent pas que tout ne soit dépensé.

Cet état de choses, qui était rigoureusement vrai, il y a dix ans, s’est un peu amélioré par les soins des maîtres d’ ateliers et par les établissements d’ économie et d’ accumulation ; mais le mal est encore très-grand ; et il y a beaucoup de temps et de travail perdu, au profit des tivolis, restaurateurs, cabaretiers et taverniers des faubourgs et de la banlieue3.

Les  conseils de prud’hommes, qui existent alors à Lyon, tiennent compte des coutumes, des fêtes religieuses, et des habitudes locales lorsqu’ils statuent sur les différends surgissant entre maîtres et ouvriers à propos de la saint Lundi (voir ci-dessous).

L’Écho de la fabrique : littérature, beaux-arts, théâtres, nouvelles, variétés, annonces diverses, 30 avril 1843. Gallica (BnF).

Les ravages exercés par la saint Lundi préoccupent les différents penseurs politiques du XIXe siècle. Fourier souligne par exemple que c’est « le plus ruineux de tous les saints, car il est festoyé 52 journées par an dans les villes de fabrique4 ».  Frédéric Passy, cinquante ans plus tard, donne plusieurs éléments explicatifs, soulignant que  l’argent dépensé à faire la fête par l’ouvrier aurait constitué « un capital qui lui assurerait, vers 60 ans, une retraite supérieure au salaire qu’il gagne pendant l’âge de la force ». Il ajoute qu’il faut aussi prendre en compte « la force qu’on détruit », et de surcroît le manque à gagner de ces jours chômés5. Les Églises essaient également de convaincre les populations de ne plus suivre cette coutume. Ainsi dans un Almanach de l’atelier, la Société de Saint-Vincent-de-Paul n’hésite pas à imiter des légendes hagiographiques pour conter de manière parodique l’Histoire merveilleuse du grand saint Lundi, et conclut qu’il s’agit d’un « saint trop coûteux à honorer, trop exigeant dans son culte et trop ennemi du bonheur du ménage6 ». 

La littérature s’intéresse à la saint Lundi. Cette fête se taille tout d’abord un grand succès dans des vaudevilles comme Balochard, ou Samedi, dimanche et lundi : vaudeville en trois actes par MM. Dupeuty et É. Vanderburch7 ou La Saint-Lundi, par MM. D’Ennery et Clairville, représenté au Théâtre de l’Ambigu-Comique en 1841. Dans ce dernier, Saint Lundi, « roi de la bamboche, le coryphée de la Courtille, le législateur de la soulographie », est joué par l’acteur Boutin avec « sa verve goguenarde et ses gestes de barrière à désespérer les titis du boulevard8 ». Littérature, chansons, caricatures renforcent l’idée selon laquelle l’ivrognerie entraîne les gens modestes dans la déchéance et qu’il faut lutter contre les mauvaises habitudes du peuple9. C’est en effet d’« ivrognerie » que Louis Villermé parle très longuement dans son Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie : ouvrage entrepris par ordre… de l’Académie des sciences morales et politiques, publié en  1840, appelant les patrons à réagir, les journaux à publier les faits divers liés à l’alcoolisation, etc.  Trente ans plus tard, Denis Poulot, ancien ouvrier devenu entrepreneur, publie Le sublime ou Le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être : question sociale10, sorte de physiologie des ouvriers  intempérants, qui propose une alliance des épouses et des patrons pour lutter contre l’ivrognerie. Le critique Sarcey, par exemple, réagit immédiatement par deux articles, l’un sur l’ouvrage, le second sur la « Saint Lundi »11, témoignant ainsi du rôle qu’on donne à la saint Lundi dans l’alcoolisme. Zola, dans L’ Assommoir, ne manque  pas d’employer les éléments glanés dans Le Sublime12, et tisse un véritable motif autour des lundis et de la saint Lundi. Ainsi Gervaise, lorsqu’elle ambitionne d’avoir sa propre boutique verse ses économies à la Caisse d’épargne et s’autorise une seule dépense, une horloge derrière laquelle elle cache son livre, et dont elle paie les échéances très régulièrement le lundi. Mais vient l’intempérance (« Coupeau pouvait faire la Saint-Lundi des semaines entières, tirer des bordées qui duraient des mois, rentrer fou de boisson »), les économies s’envolent, le temps se dérégule avec des fêtes désordonnées (« On inventait des saints sur l’almanach, histoire de se donner des prétextes de gueuletons ») qui tombent « justement un lundi ».

Émile Zola. Œuvres. Manuscrits et dossiers préparatoires. Les Rougon-Macquart. L’Assommoir. Dossier préparatoire. Gallica (BnF).

Négligeant l’alcoolisme mondain, médias, médecins et pédagogues focalisent en revanche durablement sur les méfaits du lundi chômé :

Grammaire française et dictées : théorie et pratique / par P. Laglaine,… 1864. Gallica (BnF).

L’imagerie d’Épinal témoigne de cette  évolution : au « grand Saint lundi » de 1837, qu’on affichait dans les estaminets,  succède trente ans plus tard la « Sainte Bouteille ». L’image est la même, mais les textes ont été modifiés. Après une chanson à boire, une « oraison à sainte Quinzaine » décrit, sous couvert d’humour, les turpitudes des familles dont le chef s’adonne à la boisson, et reprend les grandes thématiques de la lutte contre la saint Lundi13.

Le grand Saint Lundi” : [estampe], Fabrique de Pellerin, imprimeur-libraire, à Epinal. 1837. Gallica (BnF).
“La Ste Bouteille” : [estampe] [Tirage 1870 ?], Fabrique de Pellerin, imprimeur-libraire, à Epinal. Gallica (BnF).

La presse accompagne ce vaste mouvement de lutte contre la « Saint-Lundi », assimilée à l’ivrognerie du prolétariat. Les journaux nationaux comme les journaux locaux abondent de faits divers autour de  la « saint Lundi », synonyme désormais d’une imprégnation alcoolique qui tourne mal, à la ville comme à la campagne, et non plus d’une pratique festive et corporative.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Vouée à disparaître, comme toutes les coutumes de type charivarique, sous les injonctions officielles, la Saint Lundi ne résiste pas à l’encadrement croissant du temps de travail. L’instauration du repos dominical14 et la lutte contre l’alcoolisme en ont progressivement eu raison …

Lucien Descaves, “On ne fête plus Saint Lundi“, L’Intransigeant, 3 juin 1923.

Si la Saint-Lundi disparaît des traditions, l’alcoolisme reste durablement un thème de plaisanterie. En témoigne par exemple, sa place importante dans les almanachs…

Vignette extraite du Grand Messager des familles [Almanach], 1912. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF).
Citer ce billet : Blog Histoire, "Les images ont parlé ! À quel “saint” est-il déconseillé de se vouer ?," in L'Histoire à la BnF, 31/12/2018, https://histoirebnf.hypotheses.org/5666, [consulté le 18/06/2019].

  1. Voir Henri Polge, “Le dimanche et le lundi“, in: Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, Tome 87, N°121, 1975. []
  2. Voir Robert Beck, « Apogée et déclin de la Saint Lundi dans la France du XIXe siècle », Revue d’histoire du XIXe siècle, 29, 2004. []
  3. Jean Anthelme Brillat-Savarin, Physiologie du goût, ou Méditations de gastronomie transcendante. T. 2. Paris, A. Sautelet, 1826. P.221. []
  4. Charles Fourier, L’Harmonie universelle et le phalanstère,  Tome 1. Paris, Librairie phalanstérienne, 1849. P. 231. []
  5. Frédéric Passy, Pages et discours. Paris, Guillaumin, 1901. []
  6. Société de Saint-Vincent-de-Paul, Almanach de l’atelier. Paris, A. Bray, 1854. []
  7. Balochard, ou Samedi, dimanche et lundi : vaudeville en trois actes par MM. Dupeuty et É. Vanderburch. Paris, impr. de Vve Dondey-Dupré, 1839. []
  8. Camille Béru, “Théâtre de l’Ambigu-Comique“, L’Indépendant, 16 janvier 1842. []
  9. Voir le chapitre  “Imageries du boire” in Philippe Arvers, Jean-Pascal Assailly, Philippe Batel, Marie Choquet, Thierry Danel, et al., Alcool : dommages sociaux, abus et dépendance. [Rapport de recherche] Institut national de la santé et de la recherche médicale(INSERM). 2003. []
  10. Denis Poulot, Le sublime ou Le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être : question sociale. Paris, Librairie internationale, 1870. []
  11. Voir Francisque Sarcey, “Le sublime“, Le Gaulois, 4 juin 1870   ; Francisque Sarcey, “La Saint Lundi“, Le Gaulois, 5 juin 1870. []
  12. Voir Cogny Pierre,  « Zola et « Le Sublime » de Denis Poulot », Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1972, n°24. pp. 113-129. []
  13. Voir H. Gaidoz, “Les saints pour rire“, Mélusine, janvier-février 1890. []
  14. On trouvera ici un exemple de la place importante de la saint Lundi dans les débats parlementaires de 1906 sur le repos dominical. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.