Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie I. La mode de Salency au XVIIIe siècle)

«La rosière de Salency“. Estampe, seconde moitié du XIXe siècle; Coll. Jaquet. Gallica (BnF).

 

(Ce billet est le premier d’une série de 4 sur les Rosières : retrouvez ici le billet 2, billet 3  et billet 4.)

Racontant sa visite à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), où il a vu une exposition de roses, Adrien Marx souligne en 1866 :

Tous les ans, le maire de cette localité couronne, vers le 8 juillet, non pas des rosières, mais des rosiéristes, deux produits qu’il ne faut pas confondre. La rosière passe son temps à dire à ses contemporains : Vous n’aurez pas ma rose. Les rosiéristes, au contraire, offrent les leurs à qui les veut acheter.

Pour prix de son humeur sauvage, la rosière reçoit une timbale (sans macaroni) et un certificat de vertu farouche. En récompense de ses recherches, le rosiériste palpe une médaille et encaisse un toast, au banquet du soir, entre le veau froid et la tourte au fromage.

Mais je ne veux point poursuivre ce parallèle. L’industrie de la rosière étant fort connue, et celle des rosiéristes l’étant moins, je passe à cette dernière, certain d’édifier les dîneurs de la taverne américaine sur des phénomènes nouveaux pour eux1.

Quatre années plus tôt, dans l’article « rosière »  d’un ouvrage intitulé Hommes et bêtes, physiologies anthropozoologiques mais amusantes, Galoppe d’Onquaire indiquait : « l’on sait que Nanterre, qui avait ses fromages et ses galettes, y a joint, depuis longtemps, l’entreprise des rosières2».

La cérémonie du couronnement des rosières a connu au XIXe siècle un véritable effet de mode. « Il pleut des rosières » constate Jules Noriac en 18743 ! Si cette fête a des origines religieuses anciennes, elle prend aussi parfois des allures républicaines. Écrivains, humoristes, chansonniers, agacés ou amusés  s’en donnent à cœur joie et parodient les écrits édifiants louant les jeunes filles « vertueuses ». Les couronnements de rosières disparaissent pour la plupart au XXe siècle, non sans avoir suscité l’intérêt des cinéastes, documentaristes, ethnologues, etc., qui en ont ainsi fixé le souvenir.

I/ Un premier effet de mode autour de la rosière de Salency au XVIIIe siècle

Au XVIIIe siècle, la référence obligée de la cérémonie du couronnement des rosières est le bourg de Salency (ou Salenci, en Picardie, près de Noyon).  Le Musée ou magasin comique de Philipon évoquera encore en 1842 « Salency, cette célèbre contrée qui produit tout naturellement des rosières, comme Montreuil des pêches, et la rue Grenetat des briquets phosphoriques ».

La Correspondance littéraire de Friedrich Melchior Grimm donne en 1769 un aperçu ironique, mais  très documenté, d’un effet de mode récent autour d’une tradition jusque là cantonnée à la bourgade de Salency :

LA Rosière de Salency est une des personnes à laquelle je dois le plus d’ennui depuis quelques années. Je ne sais comment elle a fait pour se tirer tout d’un coup et avec tant d’éclat de l’obscurité dans laquelle elle est restée ensevelie pendant environ douze cents ans ; mais depuis trois ou quatre ans elle a bien pris sa revanche, et l’on ne peut se dissimuler qu’après M. Pelletier de Morfontaine, intendant de Soissons, dans la généralité duquel se trouve le village de Salency, à une demi-lieue de Noyon en Picardie, la Rosière de ce village est un des plus illustres personnages de nos jours. Si, malgré ces éclaircissements, il y avait encore en Europe quelqu’un d’assez ignorant pour me demander ce que c’est que cette Rosière, je ne pourrais m’empêcher de lui adresser cette courte et sévère semonce. « In nomine patris, etc. Malheureux ! d’où venez-vous et où vivez-vous ? Vous n’avez donc pas lu le Mercure de France sous la confection de M. de La Place ? Vous ne lisez donc pas l’Année littéraire de M. Frérony de l’Académie d’Angers ? Vous n’avez donc pas lu cet ouvrage immortel de M. de Sauvigny, que M. Favart appelle un ouvrage patriotique aussi intéressant qu’agréable, et qui porte pour titre : l’Innocence du premier âge en France ? Vous n’avez donc pas remarqué que l’ouvrage patriotique de M. de Sauvigny est orné d’une estampe patriotique faite d’après un dessin original et patriotique de M. Greuze ? Vous ignorez donc qu’il résulte de tout ceci qu’il y a eu un saint Médard, évêque de Noyon en Picardie, qui vivait au cinquième siècle de notre ère ; que ce saint Médard est devenu saint canonisé par laps du temps, et que cela est si vrai que tous les ans le jour de sa fête décide de quarante jours de pluie ou de beau temps, ce qui devrait fermer à jamais la bouche aux incrédules ; qu’il en résulte encore que saint Médard était seigneur du village de Salency près de Noyon, et qu’il y a fait une fondation de vingt-cinq livres et d’une couronne ou chapeau de roses à distribuer tous les ans le 8 juin, jour de sa fête, à la fille la plus sage du village ; que cette fille s’appelle la Rosière, que son couronnement se fait avec beaucoup d’appareil et de cérémonie ; qu’il est suivi d’un bal champêtre ; que le roi Louis XIII se trouvant en son temps au château de Varennes proche Salency, y envoya son capitaine des gardes pour faire la cérémonie de la Rose en son nom, et ajouta une bague et un cordon bleu au chapeau de roses ; que de nos jours M. Pelletier de Morfontaine, intendant de Soissons, a donné un nouveau lustre à la fête de la Rose en y assistant en personne, en faisant danser madame l’intendante au bal champêtre, et en consacrant ces mémorables événements par des descriptions aussi touchantes que brillantes, sorties de la plume immortelle de son subdélégué et de messieurs Fréron, de La Place et compagnie ; qu’il conte des registres du collecteur de cette paroisse, composée de cent quarante-huit feux, que tous les habitants en sont doux, honnêtes, sobres, laborieux, et, quelque forte que soit la taille, contents de leur sort, ce qui, après la miséricorde divine, est visiblement l’ouvrage du chapeau de roses de saint Médard, imposé à la fille la plus sage par les mains de M. Pelletier de Morfontaine ?»

Comme le souligne Grimm, le couronnement de la Rosière à Salency aurait des origines fort anciennes4. Selon la tradition revivifiée au XVIIIe siècle, saint Médard aurait désiré au VIe siècle que soit récompensée la vertu d’une jeune fille de son village natal et couronné en premier sa propre sœur5. Le récit de cette fondation et de sa perpétuation est quasi invariant dans les ouvrages des XVIIIe et XIXe siècles :

Salency est le lieu de naissance de saint Médard, évêque de Noyon, prélat qui se rendit illustre par l’institution de la fête de la Rosière, pour laquelle il affecta une redevance de 25 livres tournois, qui était donnée chaque année à la fille la plus vertueuse de la paroisse de Salency. Le dimanche qui précédait la cérémonie de la fête de la Rosière, tous les habitants assemblés choisissaient trois filles parmi celles de la paroisse et les présentaient au seigneur, qui faisait choix d’une d’entre elles. Le 8 juin, jour de la fête de saint Médard, la fille préférée se rendait à l’église, précédée des tambours et d’une musique champêtre. Après les cérémonies religieuses, où la rosière avait la place d’honneur, on se rendait dans une petite chapelle bâtie sur le berceau de saint Médard. Le prêtre officiant bénissait un chapeau de roses, un anneau d’argent, et faisait un discours analogue à la fête : la rosière, à genoux, recevait la couronne et l’anneau ; on chantait le Te Deum, et l’on allait ensuite sur l’angle d’une pièce de terre située à l’entrée du village de Salency, appelée le fief de la Rose : là, les vassaux du fief lui présentaient une collation. Sur la fin de ce sobre repas, les mêmes vassaux lui offraient, par forme d’hommage, un bouquet de fleurs, deux balles de jeu de paume, deux flèches entourées de petits rubans bleus, et un sifflet On la reconduisait ensuite à la maison paternelle, où ses parents offraient à son cortège des rafraîchissements. Louis XIII, en 1640, étant au château de Varesnes, résolut d’assister à la touchante cérémonie de Salency : une indisposition l’ayant empêché d’exécuter son projet, il fit porter à la rosière par le marquis de Gorde, premier capitaine de ses gardes, une bague d’un très-haut prix, et son cordon bleu, en lui permettant de le porter le jour des grandes cérémonies : c’est de cette époque que la rosière et ses compagnes sont parées de larges rubans bleus, qu’elles portent en sautoir […]6.

“Vue de Salenci [sic], où est Etablie la Cérémonie de la Rosière»: [dessin] / Tavernier De Jonquières. Gallica (BnF).

 

La particularité du couronnement de Salency, selon de nombreuses notices historiques produites au XVIIIe siècle, provient du fait qu’il récompense une personne vertueuse dont toute la famille fait preuve depuis plusieurs générations d’un comportement exemplaire : « non-seulement que la rosière ait une conduite irréprochable, mais encore que son père, sa mère, ses frères, ses sœurs et ses autres parents, en remontant jusqu’à la quatrième génération, soient eux-mêmes exempts de reproches7 ». Ce n’est donc pas seulement la jeune fille chaste qui est récompensée, mais une famille durablement vertueuse, qu’on peut rattacher à un saint (saint Médard) et à la royauté (Louis XIII).

«Le couronnement de la rosière». Gravé par Charles Benazech. Édité par Campions frères à Rouen, 1786. Bibliothèque municipale de Dijon. Gallica (BnF).

II/ Le rôle de Madame de Genlis dans la découverte de la Rosière de Salency

C’est à la très jeune Félicité de Genlis, qui deviendra femme de lettres8 et préceptrice du futur Louis-Philippe9, que l’on doit la mode de la Rosière de Salency, en 1766 :

M. Le Pelletier de Morfontaine, intendant de Soissons, vint à nos spectacles. Je venais d’apprendre l’antique institution de la Rosière de Salency, j’en parlai avec enthousiasme à M. de Morfontaine et il fut décidé que nous irions à Salency couronner la rosière. Je donnai à la rosière un habit et une vache, M. de Morfontaine fit une dotation perpétuité. Il avait fait venir des musiciens, il me donna un très-joli bal dans une grange décorée d’une manière charmante avec des lanternes de couleur, des feuillages et des guirlandes de roses. MM. de Sauvigny, Feutry et de Genlis, firent de jolis couplets sur cette fête, ceux de M. de Genlis furent envoyés à Paris, on les trouva si agréables, qu’on les fit mettre dans le Mercure. Il y en avait un qui m’était adressé et j’avouerai que, lorsque je le vis imprimé, j’en fus beaucoup plus flattée que je ne l’avais été en l’entendant chanter dans la grange de Salency.

Comme M. de Genlis avait voulu porter ma harpe à Salency,  j’en jouai dans la grange avant le bal, ce qui causa aux bons Salenciens et aux musiciens de Noyon un enthousiasme inexprimable10.

En rédigeant ses Mémoires, Mme de Genlis ajoutera à cette pastorale une note de bas de page si prolixe qu’elle en acquiert un statut de contre-discours. Elle précise avoir appris l’existence de la fête par le bailli de Salency, qui se plaint d’avoir à « assister à une bêtise qu’ils font tous les ans », de devoir « en qualité de juge […] entendre pendant quarante-huit heures tous les verbiages et tous les commérages imaginables ». Il « rit de pitié », persuadé que Félicité de Genlis « partage le mépris que lui inspirait une coutume si ridicule à  ses yeux » et conclut : « C’est une vieille coutume établie là, dans les temps barbares, il est étonnant que dans un siècle aussi éclairé que le nôtre, on n’ait pas aboli une puérilité ». Mais la jeune femme, intriguée, attirée par le symbole de la rose, désire assister à la cérémonie. Le bailli lui concède alors que :

On peut voir cela une fois pour se divertir cela vous fera rire. Ce qu’il y de plus drôle c’est l’importance que ces bonnes gens mettent à cette cérémonie et la morgue et la joie des parents de la rosière ce jour-là. On croirait qu’ils ont gagné le gros lot. Cela vous amusera un moment mais quand il faut revoir cela tous les ans c’est une chose fastidieuse pour un homme raisonnable 11.

La cérémonie du couronnement de la Rosière de Salency devient clairement un enjeu politico-philosophique. Vue comme une tradition touchante et un véritable socle éducatif12 du côté de l’entourage aristocratique de Madame de Genlis, elle est perçue comme une coutume rétrograde du côté des partisans des Lumières. La femme de Lettres se met à son service, l’évoquant dans ses œuvres, la défendant contre ses supposés détracteurs (voir plus bas). Dès 1766, elle assiste non seulement en juin au couronnement de la Rosière, mais elle revient le 27 juillet lors du mariage de la jeune fille. Sa seconde venue est encore plus médiatisée que la première. Il est d’ailleurs à noter que le registre des mariages de Salency porte la trace de l’éclat donné par la présence de Mme de Genlis, son époux, et la société aristocratique locale puisque leurs noms sont soigneusement consignés par le prêtre Sauvel en toutes lettres et que leurs signatures figurent au bas de l’acte13.

Lorsqu’elle rédige son Théâtre à l’usage des jeunes personnes (1779-1780), Madame de Genlis  consacre une comédie en deux actes à la rosière de Salency. La pièce est précédée d’un avertissement qui présente la coutume sous son jour le plus édifiant, reprenant de très longs passages du mémoire de Maître Target en faveur des Salenciens contre leur seigneur en 1774 (voir ci-dessous), mais  omettant toute référence à ce procès afin de préserver le mythe d’une entente sociale entre villageois, Église et aristocratie14. Les deux actes proposent quant à eux une vision très moralisante d’un monde paysan farouchement attaché à la vertu et à la tradition, sous la houlette d’un prieur omniprésent.

Stéphanie-Félicité Du Crest (Comtesse de Genlis), Théâtre à l’usage des jeunes personnes. Tome 4. Paris, Chez Panckoucke, 1779-1780. Gallica (BnF).

 

III/ Un phénomène de mode : la tension entre vertu nationale et marivaudages

La rosière de Salency est un bon révélateur des tensions de la fin de l’Ancien Régime. Elle est érigée par les plus conservateurs comme un modèle de préservation de la monarchie et de la société :

Ainsi un chapeau de roses tient lieu aux Salenciens de lois, de juges et de code ; une rose est le germe de mille vertus, et les perpétue de générations en générations. rappelons-nous les histoires de toutes les monarchies : combien de révolutions sur la surface du globe depuis Clovis ! Tout a changé, tout a été corrompu ; Salency n’a rien perdu de sa pureté primitive. La rose fut la sauvegarde de ses vertus et de son bonheur. Des mésalliances sans nombre nécessitaient partout des édits rigoureux ; la Salencienne, toujours fidèle à la coutume, n’épousa jamais qu’un Salencien, et n’altéra point ses bonnes mœurs. Six noms désignent toutes les familles; ainsi 450 habitants n’ont eu que six auteurs […]15.

La fête à l’occasion du mariage de la rosière de Salency en 1766, auquel assiste Félicité de Genlis est racontée par l’Année littéraire. Ce récit d’une « agréable et touchante cérémonie de la rose » mêle pastorale naïve et fête dispendieuse au château de Salency (« un dîner splendide » suivi de danses dans une « grande tente galamment décorée » etc.), éloge de la chasteté et licence.  Si la rosière a été couronnée parce que son futur mari « qu’elle aimait », « n’avait jamais reçu d’elle le plus léger témoignage de son penchant », « l’épithalame champêtre » qui suit est grivois :

J’aperçois la Rosière ;

La pudeur suit ses pas,

Et cache à la lumière

Ses timides appas ;

Mais la fleur est éclose

Pour l’heureux Palémon ;

Il va cueillir la Rose

Et le jeune Bouton.

Du Dieu qui les agite

Ils ignorent les lois,

Et le cœur leur palpite

Pour la première fois ;

D’une volupté pure

Ce couple va jouir ;

Et pour eux la nature

Semble s’épanouir16.

La modeste fête de Salency, encore ignorée quelques années plus tôt, devient un thème à la mode, décliné par les arts, rattrapé par la « frénésie festive » des dernières années de l’Ancien Régime17. Comme l’indique Sarah Maza18, il est certain que l’idée d’un tel type de réjouissance était dans l’air pour des lecteurs de Rousseau tels que Madame de Genlis et ses amis. En effet, huit ans plus tôt, Rousseau a prôné dans sa réponse à d’Alembert sur les spectacles des plaisirs simples, proches de la nature et vertueux, et proposé un exemple de réjouissance très proche du couronnement de la rosière. On notera une ambiguïté, que l’on retrouvera sous bien des plumes au XIXe siècle, quant à l’ajout du critère de la beauté :

Je voudrais que tous les ans, au dernier bal, la jeune personne qui, durant les précédents, se serait comportée le plus honnêtement, le plus modestement, & aurait plu davantage à tout le monde, au jugement du parquet, fut honorée d’une couronne par la main du Seigneur- Commis, & du titre de Reine du bal qu’elle porterait toute l’année. Je voudrais qu’à la clôture de la même assemblée on la reconduisît en cortège, que le père & la mère fussent félicités & remerciés d’avoir une fille si bien née & de l’élever si bien. Enfin je voudrais que, si elle venait à se marier dans le cours de l’an, la Seigneurie lui fît un présent, ou lui accordât quelque distinction publique, afin que cet honneur fût une chose assez sérieuse pour ne pouvoir jamais devenir un sujet de plaisanterie.

Il est vrai qu’on aurait souvent à craindre un peu de partialité, si l’âge des Juges ne laissait toute la préférence au mérite & quand la beauté modeste serait quelquefois favorisée, quel en serait le grand inconvénient ? Ayant plus d’assauts à soutenir, n’a-t-elle pas besoin d’être plus encouragée ? N’est-elle pas un don de la Nature, ainsi que les talents ? Où est le mal qu’elle obtienne quelques honneurs qui l’excitent à s’en rendre digne & puissent contenter l’amour-propre, sans offenser la vertu.

En perfectionnant ce projet dans les mêmes vues, sous un air de galanterie & d’amusement, on donnerait à ces fêtes plusieurs fins utiles qui en feraient un objet important de police & de bonnes mœurs.19.

Non content d’allouer une rente et une maison à la rosière qui se marie, l’intendant de Soissons qui a assisté à la fête en compagnie de Madame de Genlis demande  un tableau de la cérémonie à un élève de Boucher20. L’ Académie de Marseille propose le couronnement de la rosière comme sujet de concours de la section poésie en 176721. En 1768, L.-E. Billardon de Sauvigny publie le roman  La Rose, ou la Feste de Salency, avec un supplément sur l’origine de cette fête, et une estampe de Greuze gravée par Moreau le Jeune. L’ouvrage est dédié à « Madame de G… »

Jean-Baptiste Greuze, «La rosière de Salenci” [estampe]. 1774. Gallica (BnF).

 

Deux opéras comiques prennent le relai : une comédie en 3 actes, mêlée d’ariettes (paroles de Favart, musique parodiée de divers compositeurs : Blaise, Duni, Exaudet, Monsigny, Philidor, Rameau, G. Van Swieten) créée au théâtre royal de  Fontainebleau puis jouée à l’Opéra comique de Paris en 176922, et une comédie pastorale en 4 actes (paroles de Masson de Pezay et  musique de Grétry), créée à Fontainebleau23 puis jouée à diverses reprises à Paris24. Si le cadre bucolique est conservé, les intrigues développées sont très loin de celles imaginées par madame de Genlis. Lorsque la femme de Lettres insiste sur le respect de la vertu et de la tradition (en témoigne une armoire renfermant les roses trophées conservées depuis des siècles par une famille de rosières), les opéras proposent des argumentaires plus frivoles et  spécieux. Celui de Favart introduit par exemple un topos amplement décliné au XIXe siècle selon lequel il est plus facile d’être vertueuse si l’on est laide !

LE BAILLI.
Je vous avouerai pourtant que nous avons quelquefois de mauvaises années, des temps de disette.

LE RÉGISSEUR.
Je le crois.

LE BAILLI.
Par exemple, quand le hasard nous amène des militaires, des petits-maîtres de robe, de jeunes abbés….

LE RÉGISSEUR.
Oui, c’est comme un vent d’orage, tout est grêlé ; adieu la récolte.

LE BAILLI.
Pas tout-à-fait ; nous avons alors recours à la réserve.

LE RÉGISSEUR,
Qu’appelez-vous la réserve ?

LE BAILLI.
Ce sont des filles qui n’ont pas le malheur d’être jolies, & qui par conséquent sont sages par nécessité.

LE RÉGISSEUR.
J’entends, vous faites de nécessité vertu25.

Quant à celui de Pezay et Grétry, il se termine par le refrain « la fête de la rose est celle de l’amour… ». Voltaire, pour qui le marquis de Pezay a composé une « épître (…) en lui envoyant Ia Rosière »26, ne semble guère goûter la mode de la chasteté salencienne :

AIDE-MARÉCHAL des Logis
Et de Cythère & du Parnasse,
Je vois que vous avez appris,
Sous le grand Général Horace,
Ce métier qu’avec tant de grâce
On vous voit faire dans Paris.
J’ai lu votre aimable Rosière :
— Malheur au dur atrabilaire
Qui lui reproche un doux baiser !
Quelle mort ne doit excuser
Une personne si discrète ?
Un seul baiser, un seul Amant,
Chez les Bergères d’à présent
Est la vertu la plus parfaite27.

On remarquera que dans ses Mémoires, Grétry prétendra (avec une ironie certaine ?) que le public attendait des interprètes une vertu égale à celle des Rosières de Salency :

Sans s’y porter en foule, le public a toujours vu avec satisfaction les représentations de la Rosière ; il a repoussé les actrices dont les mœurs étaient peu régulières, lorsqu’elles se sont présentées pour remplir le rôle de Cécile ; celles au contraire dont la sagesse embellissait le talent ont reçu des applaudissements flatteurs, surtout à l’instant du couronnement ; ce qui prouve que les hommes rassemblés aiment la vertu, quoiqu’ils ne voulussent pas toujours se charger de rendre l’actrice vertueuse28.

 

 

André-Ernest-Modeste Grétry,, «La Rosière de Salenci», pastorale en 3 actes représentée par les Comédiens Italiens ordinaires du Roi le lundi 28 février 1774. Gallica (BnF).

 

[le prochain billet reviendra sur le retentissant procès qui opposa le seigneur aux habitants de Salency en 1774 à propos du couronnement de la rosière ==> à suivre ici.]

 

Citer ce billet : Agnès Sandras, "Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie I. La mode de Salency au XVIIIe siècle)," in L'Histoire à la BnF, 31/01/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/6107, [consulté le 20/09/2019].
  1. Adrien Marx, Indiscrétions parisiennes. Paris, A. Faure, 1866. []
  2. Galoppe d’Onquaire, Hommes et bêtes, physiologies anthropozoologiques mais amusantes. Paris, Amyot, 1862. []
  3. Jules Noriac, «Courrier de Paris», Le Monde illustré, 4 juillet 1874. []
  4. Dans le numéro de juillet 1880 de la Revue de Champagne et de Brie : histoire, biographie, archéologie, documents inédits, un article très fouillé et sourcé, établit qu’il existe bien une tradition de la rosière au Moyen Age: H. B. , «La famille Danré d’Armancy et la rozière de Salancy», Revue de Champagne et de Brie, juillet 1880, pp. 202-213. []
  5. Voir ici le tableau, autrefois exposé dans la chapelle Saint-Médard à Salency, conservé aujourd’hui par la mairie,  illustrant cette scène. []
  6. Article Salency, Dictionnaire géographique, historique, industriel et commercial de toutes les communes de la France et de plus de 20,000 hameaux en dépendant : illustré de 100 gravures de costumes coloriés, plans et armes des villes, etc. Volume 3,  par Girault de Saint-Fargeau. Paris, Firmin Didot, 1844. []
  7. Mme de Renneville, Galerie des jeunes vierges, ou Modèle des vertus qui assurent le bonheur des femmes, par Mme de Renneville ,.. Troisième édition augmentée de plusieurs vies édifiantes. Paris, Thiériot et Belin, 1824. []
  8. Voir Martine Reid, «Madame de Genlis dans le champ éditorial de son temps », Revue de la BNF, 2011/3 (n° 39), p. 38-45. []
  9. Voir Madame de Genlis. Littérature et éducation [dir. François Bessire, Martine Reid]. Rouen, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2008; Isabelle Havelange (dir.), Journaux de voyage et d’éducation de Louis-Philippe d’Orléans et Charles Gardeur-Lebrun, Spa, été 1787, préface de Dominique Julia. Paris, Classiques Garnier, coll. « Correspondances et mémoires », 2015. []
  10. Mémoires inédits de Madame la comtesse de Genlis, sur le dix-huitième siècle et la Révolution française, depuis 1756 jusqu’à nos jours. Paris, Ladvocat,1825. []
  11. Ibid. []
  12. Voir  Isabelle MichelEvrard, «La place de l’image dans l’éducation : discours et livres de femmes» in Femmes éducatrices au siècle des Lumières [dir. Isabelle Brouard-Arends, Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval]. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007. []
  13. On peut consulter l’acte en question (mariage de Thomas Pollet, laboureur, 28 ans, et de Marie Cavé, 22 ans, fille de vigneron), BMS de Salency, 27 juillet 1766, numérisé par les Archives départementales de l’Oise ici et page suivante. []
  14. Voir Marie-Emmanuelle Plagnol, «Les Mémoires de Mme de Genlis : apprentissage et reconstruction de l’Histoire (1746-1830)» in Histoires d’historiennes – Études réunies par Nicole Pellegrin. Saint-Étienne, Publication de l’Université, coll. «l’école du genre», série Nouvelles recherches n°1, 2006. []
  15. Lettre de M. de*** sur les rosières de Salency et les autres établissements semblables. (Signé : M. de La C.).  Lyon, A. de La Roche, 1782. Page 18. []
  16. «Mariage de la rosière», L’année littéraire ou Suite des lettres …., 1766. []
  17. Voir Didier Masseau, Fêtes et folies en France à la fin de l’Ancien régime. Paris, CNRS éditions, 2018. []
  18. Sarah Maza, «The Rose-Girl of Salency : Representations of Virtue in Prerevolutionary France», Eighteenth-Century Studies, Vol. 22, No. 3, Special Issue: The French Revolution in Culture (Spring, 1989), pp. 395-412. []
  19. Jean-Jacques Rousseau, «À M. d’ Alembert – Sur son Article Genève dans le septième volume de l’Encyclopédie et particulièrement sur le Projet d’établir un Théâtre de Comédie en cette Ville». Œuvres de M. Rousseau de Genève. Tome 4. Nouvelle édition revue, corrigée, & augmentée de plusieurs pièces qui n’avaient pas encore paru. Neuchâtel, 1764-1769. []
  20. D’après la Lettre de M. de*** sur les rosières de Salency et les autres établissements semblables. (Signé : M. de La C.).  Lyon, A. de La Roche, 1782. []
  21. Ibid. []
  22. La rosière de Salenci, comédie, en trois actes, mêlée d’ariettes ; par M. Favart, représentée devant Sa Majesté, à Fontainebleau, le 25 octobre 1769, et à Paris, par les Comédiens ordinaires du Roi, le 14 décembre 1769. Paris, Vve Duchesne, 1770. []
  23. Voir M. Elizabeth C. Bartlet, «Grétry, Marie-Antoinette and ‘La rosière de Salency’ », Proceedings of the Royal Musical Association, Vol. 111 (1984 – 1985), pp. 92-120. Published by : Taylor & Francis, Ltd. on behalf of the Royal Musical Association. []
  24. La Rosière de Salency, opéra lyricomique en 4 actes, représenté devant Sa Majesté, à Fontainebleau, le… 23 octobre 1773 ; par Masson de Pezay.  Paris,  impr. de P.-R.-C. Ballard, 1773. []
  25. La rosière de Salenci, comédie, en trois actes, mêlée d’ariettes ; par M. Favart, op. cit. []
  26. «Épitre à M. de Voltaire, en lui envoyant la Rosière», Étrennes du Parnasse, 1775. Page 75. []
  27. «Réponse de M. de Voltaire [au marquis de Pezay], Étrennes du Parnasse, 1775. Page 75. []
  28. André-Ernest-Modeste Grétry, Mémoires, ou Essais sur la musique. Bruxelles, A. Wahlen, 1829. Édouard Fétis dans une intoduction à la partition de la Rosière de Salency (Collection complète des œuvres. Leipzig, Breitkopf & Härtel, [1883-1936]. Livre 30.) conteste cette remarque en soulignant que les journaux du temps  ne font pas mention de «jugements portés par les spectateurs de la Comédie-Italienne sur les droits plus ou moins légitimes des actrices au prix de vertu”, d’un mauvais accueil «à des interprètes (…) ne remplissant pas les conditions voulues pour mériter de prendre place sur le trône destiné à la plus sage.” []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.