Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie III. La chasteté en question au XIXe siècle)

Le Mollet de la Rosière” : chansonnette : piano [et chant] / musique de Emile Bouillon ; paroles de Lucien Delormel ; [ill. par] Henriot. Société anonyme (Paris), 1889. Gallica (BnF).

Nous avons vu dans un précédent billet (à lire ici) que la fête de la rosière de Salency, mise à la mode par la Comtesse de Genlis en 1766, connut une grande fortune dans les arts et ce jusqu’à la Cour de Versailles. Ce succès national a sans doute incité le prieur de Salency à pousser sa paroisse jusqu’au procès contre son seigneur qui désirait présider au choix de la rosière et conserver au couronnement sa tradition de simplicité. Le Parlement de Paris ayant donné raison à Salency contre son seigneur en 1774, le couronnement, désormais fixé avec un cérémonial plus imposant et plus religieux, mais relevant aussi davantage du spectacle divertissant, a connu diverses imitations en Normandie, région parisienne, etc.  La Révolution puis l’Empire ont entraîné la disparition de certaines de ces fêtes et le remodelage d’autres. Les couronnements de rosières ont ensuite constitué un enjeu entre les conservateurs cléricaux et les Républicains : dans la seconde moitié du XIXe siècle, on assiste à une floraison de fêtes de la rosière. Le phénomène passionne les érudits locaux et ethnologues, devient un véritable marronnier pour la presse, et inspire la satire et le travestissement. C’est à l’aune de ces parodies qu’il faut relire par exemple le célèbre “Rosier de Madame Husson” …

I/ Les rosières : de l’édification catholique à l’édification politique

Du procès de Salency à la Révolution, les couronnements de rosières sont l’occasion pour les prêtres des paroisses concernées de faire l’apologie de la vertu au sens de chasteté, mais aussi des vertus familiales. Par son attachement à ses parents, les soins délivrés aux malades et sa maîtrise des tâches ménagères, la jeune fille vertueuse démontre qu’elle est capable de fonder une famille. Comme à Salency, il est donc généralement attendu de la rosière qu’elle se marie dans l’année, voire dans les mois qui suivent. Les valeurs d’exemplarité et de transmission sont un des mécanismes essentiels de la cérémonie : la jeune fille doit être originaire du village, sa famille sans tache, et à Salency il existe de véritables dynasties de rosières. Dans les fêtes, les anciennes rosières sont mises en avant, en tant que modèles de jeunes filles chastes devenues de bonnes mères de famille. Elles sont identifiées à une nation vertueuse1.

Sa mise à l’honneur par la comtesse de Genlis en 1766 lui vaut un succès immédiat dans les arts en tant que fête champêtre et naïve du monde paysan. Les nouvelles créations de rosières s’accompagnent de présents (une vache, par exemple) ou de rentes délivrés par de généreux fondateurs, afin d’aider la jeune fille pauvre qui n’a pas démérité à fonder une famille dans de bonnes conditions. Les révolutionnaires pouvaient-ils conserver une fête dont clergé et noblesse s’étaient disputé l’organisation 25 ans plus tôt à Salency ? La réponse est complexe. Il semblerait que pour beaucoup d’hommes révolutionnaires, la place des femmes demeure toujours à la maison. La femme qui s’affirme politiquement est perçue comme laide, masculine, sanguinaire … c’est la fameuse tricoteuse2. On comprend alors les difficultés de Grétry qui après le succès de sa Rosière de Salency (voir ce billet), s’attelle à une Rosière républicaine, et doit en remanier certains passages trop licencieux avant d’obtenir une autorisation pour les représentations. Certes, la rosière est toujours la fille la plus sage du village et proclamée « déesse de la Raison », mais la tonalité est charivarique  :

Ensuite surviennent les mères de famille du village. Elles s’étonnent de trouver la porte de l’église encore fermée… le curé se sera rendormi sans doute. Frappons à sa porte ! Monsieur le curé, Dort-on de la sorte ! Ouvrez au moins l’église !… Êtes-vous émigré ? Personne ne répond et les vieilles femmes se mettent à dire leurs patenôtres. Mais, tout à coup, le porche de l’église s’ouvre et laisse voir un nouvel autel placé sur l’ancien. On y lit : À LA RAISON. Les jeunes gens arrivent et chantent un hymne à la nouvelle Déesse. Les vieilles femmes ne savent ce que cela veut dire :  Ma voisine… est-ce un rêve ? et qu’est-ce ?… à la Raison. Mais je ne connais pas de sainte de ce nom !

C’est alors que se présente le curé. Il déchire son bréviaire, sa lévite et paraît vêtu en sans-culotte3.

= > Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux voir les documents

Sous l’Empire napoléonien, à l’occasion des principales cérémonies à retentissement national (mariage de l’empereur, par exemple), sont organisés des mariages de soldats vétérans avec des jeunes filles pauvres et vertueuses désignées par les conseils municipaux après des enquêtes vérifiées par les préfets4. Ces mariages dits de « rosières » permettent à des couples modestes (dont certains sont déjà formés)  d’obtenir un pécule par le biais de la dot délivrée par la municipalité, et sont l’occasion de fêtes dans le village.

Peu à peu, le clergé reprend une place importante dans les cérémonies de rosières : on assiste alors parfois dans certaines communes à de véritables tiraillements pour savoir à qui il incombe de choisir la rosière… Ces questions de préséance sont apparues dès la fin de l’Ancien Régime. En 1786, à Orléans, une fête des rosières est créée à l’initiative du duc d’Orléans, qui propose plusieurs dots pour un montant total de 600 livres, complétées par la Ville, le coadjuteur et les chapitres. C’est la Ville qui a cependant le rôle principal puisque le maire désigne l’élue parmi les jeunes filles choisies par les prêtres. Le jour du mariage, le corps de Ville signe  l’acte de bénédiction5.

Les uns et les autres tentent donc à la fois de s’auto-légitimer dans le choix de la rosière en produisant un discours édifiant sur les bienfaits de la vertu et en tenant une place centrale dans les couronnements. Ces discours sont également nourris par un imaginaire de la jeune fille débauchée par la ville, fille-mère réduite à la misère et/ou prostituée. La fête de la rosière paraît alors un encouragement à la protection de la vertu et/ou contre les menaces d’un monde urbain où la femme, privée du secours d’un environnement protecteur, serait sans défense. Maires, députés, prêtres, cléricaux ou anticléricaux, philanthropes, etc.,  se rejoignent donc le plus souvent dans la nécessité d’un couronnement de la rosière, mais pas sur ses modalités.

Ch. Léandre, “La vertu et ses dispensateurs – M. le Préfet – M. le Maire – Le Capitaine de pompiers- M. le Curé”. Le Journal amusant, 23 juillet 1898.

 

Pour les journalistes et parodistes, les choix des rosières et les discours de couronnement deviennent un motif d’amusement récurrent. Dans La fête de Breluche, roman comique narrant l’élection annuelle de la rosière d’un village de campagne, le maire Lambrequin répète longuement son discours devant un carré de choux, et s’égare dans des « images d’une grande hardiesse, où il disait que l’oreille de son cœur saisissait à travers le murmure de l’air la voix de la vertu qui voltige au-dessus de la verdure de la campagne et qui sent bon comme la voix d’une vierge ; que la vertu, plus éclatante que le son du clairon, est le flambeau qui submerge le volcan d’immoralité toujours éveillé sous les pas de la nature humaine. » Mais la veille du couronnement, l’impétrante est trouvée dans son lit en galante compagnie. Voici le maire contraint d’improviser un nouveau discours. Sous la parodie, affleurent les topoi de ce type de  cérémonie que le romancier a bien saisis, comme le fait que la vertu de la rosière est symbolique de celle de la commune  :

— Messieurs, le conseil réuni pour choisir, parmi le nombreux essaim de jeunes filles sages de la commune, la plus méritante, la plus digne de l’auréole de la virginité, ne s’est pas encore prononcé. (Marques d’étonnement des auditeurs.) S’il se trouve parmi vous quelques personnes invirgineuses, dont le contact contondant opprime l’âme bien née d’un honnête homme et fait rougir le visage de la vertu, c’est aussi une consolation de voir qu’il reste une assez compacte collection de jeunes personnes honnêtes et estimables, puisque le conseil a été embarrassé pour commettre son choix. J’ai tenu à vous dire ceci, pour que des mauvaises langues, intentionnées de malversations insipides, ne viennent pas insinuer la négative en prétendant qu’il n’y a pas de rosières chez nous, et jeter ainsi une ombre de flétrissure et de déshonneur sur la commune de Breluche. (Rumeurs.) Il y a toujours eu des rosières à Breluche, il y en aura encore, vous pouvez en croire notre parole, investie de notre caractère légal. (Vifs applaudissements.) La commune de Breluche, messieurs, sans oublier les dames qui embellissent cette belle réunion, honneur de leur sexe, la commune de Breluche est un beau pays, dont l’honneur illumine l’âme bien née d’un honnête homme d’une joie manifeste ; et vos âmes, imbibées de l’amour de la morale, doivent prouver, par l’affluence de vos expansions vers la vertu, les liens qui vous attachent au fondement et à la base des principes honnêtes et moraux, qui sont pour ainsi dire le fœtus de la vie. Accoutumez-vous à rejeter dans un coin, avec les mœurs trop ulcérées du libertinage, les images répugnantes de l’immoralisation dont l’âme bien née d’un honnête homme appelle la réprobation universelle, d’accord avec les lois divines. Je ne puis comparer l’image répugnante du libertinage, que je viens d’exprimer, qu’à un dromadaire sortant de son antre comme d’une tanière de bête fauve, pour se précipiter sur sa proie, qui est donc le cœur et l’âme de la jeune fille, et lui commettre des voies indignes, interpellées devant la morale publique sous la qualité de choses impures et illicites, dont la figure de l’honneur s’en trouve couverte par le contact répulsif du mépris.

(Trépignements d’admiration, applaudissements enthousiastes.) Le conseil va donc continuer ses examens pour approfondir les mérites de la plus digne, et dans quinze jours, sans autre remise, nous couronnerons la rosière de Breluche6

Au Cabaret du Chat Noir, en 1894, Jules Jouy propose une revue parodique intitulée Dans le Rêve de Zola qui ironise sur les distinctions recherchées par le romancier. Les tableaux montrent Zola académicien, maire de Médan, ministre et président de la République. Les spectateurs sont très amusés par « le couronnement de la rosière de Médan » qui présente un « défilé des autorités et des sociétés, dessiné par Jules Depaquit »7.

Mais les hommes de lettres et les humoristes ne se limitent pas à la critique du discours. Articles et parodies abondent en questionnements sur la légitimité des laïcs comme des prêtres à identifier la vertu.

II/ La vertu des rosières et la dignité des édiles en question

La rose a une double fonction dans l’imaginaire. C’est une fleur, mais munie de piquants censés la protéger. Anne Monjaret souligne que :

C’est ainsi que la haie ne fleurit qu’à l’approche du mariage, moment où, dans certaines communes, on choisit la plus vertueuse des jeunes filles – la rosière – que l’on couronne et que l’on dote (Segalen 1979; Segalen & Chamarat 1983). À ses noces, déflorée, dépouillée de ses fleurs, la mariée perd sa virginité (Grisoni 1981) ; avec cet acte s’achève le temps du cycle végétal qui accompagne le temps de l’épanouissement des filles et commence celui de la reproduction. Si l’on en croit les thèses de Sylvie Muller qui étudie les correspondances entre les cycles féminin et végétal dans la tradition irlandaise, suit à partir du mois de mai et jusqu’au mois de novembre la période durant laquelle la fleur se transforme en fruit, métaphore de la gestation d’un corps féminin fécondé8.

À la fois symbole de la virginité et de la défloration, la rose – et a fortiori la couronne de roses – se veut symbolique du passage de la chasteté à la vertu de la bonne mère de famille. La métaphore apparaît comme trop simpliste à bon nombre de contemporains qui mettent en doute les modes d’identification et la réalité de la virginité supposée de la rosière, et les véritables retombées morales des couronnements de rosières.

Stop, “Actualités – A la recherche d’une rosière”, Le Charivari, 11 août 1868. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme : FOL-LC2-1328.

Le premier doute exprimé porte sur l’identification de la rosière qui doit être chaste. Dans une petite bourgade comme Salency, la surveillance de la vertu des filles était relativement aisée. Au fait que les familles avaient tout intérêt à surveiller les jeunes filles pour éviter le déshonneur de grossesses indésirées s’ajoutait le désir d’obtenir le chapeau de roses, les récompenses associées et la bonne réputation qui rejaillissait sur la famille. Dans de plus gros villages, ou des villes comme Nanterre, il faut composer entre les déclarations des candidates à la couronne, les témoignages apportés, et éventuellement l’avis du prêtre qui peut avoir beaucoup appris pendant les confessions. Il apparaît très vite – c’est en tout cas ce que racontent les textes de fiction – que les concurrentes peuvent essayer de salir l’honneur de leurs adversaires, ou mentir sur leur propre vertu. De nombreuses caricatures, pièces de théâtre ou passages de romans mettent ainsi en scène des jeunes femmes qui cachent soigneusement leurs relations sexuelles afin de pouvoir prétendre à la couronne. Enfin, parfois, ce sont les maires qui choisissent une rosière pour honorer une famille, ou bien encore qui séduisent ou se laissent séduire par une candidate à la couronne. Dans La revue n’est pas au coin du quai : revue de l’année 1872, en 4 tableaux, mêlée de chant, le maire couronne une indélicate qui a fait éliminer ses deux rivales en faisant passer pour elles la nuit dans les chemins  :

Comme par hasard, sur ses pas
Je fais semblant d’être surprise,
Et j’iui dis que j’attends Nicolas,
Nicolas dont j’suis la prémise.
Alors, il me demande mon nom.
J’lui réponds que j’m’appell’ Toinon.
– Quoi, Toinon, qui veut être rosière !
– Oh! n’en dites rien, monsieur l’maire
Il me promit d’Ia discrétion
Mais à certain’ condition…
Certes ce n’était pas grand’chose …
Mais Toinon n’a pas eu la rose9.

F. Gottlob, ” Future rosière – Si Nanterre me voyait !”, Le Journal amusant, 31 août 1907. Gallica (BnF).

Les caricaturistes mettent aussi souvent en scène des édiles libidineux devant les jeunes couronnées, ou manquant de conviction devant des laiderons. L’opéra-bouffe Barbe Bleue souligne la possible concupiscence grossière de ceux qui choisissent les rosières. Le seigneur s’écrie en effet :

C’est un Rubens !
Ce qu’on appelle une gaillarde,
Une robuste campagnarde,
Bien établie en tous les sens !
Elle n’a point ces mignardises
Qui m’ont fatigué des marquises !
C’est un Rubens 10 !
L’effet comique est renforcé par le fait que Barbe-Bleue, persuadé d’avoir épousé une rosière, découvre bientôt qu’elle avait cédé au coq du village avant son couronnement.

=> Pour bien voir les images, cliquez sur la galerie ci-dessous.

Un autre doute fréquemment exprimé est celui de la valeur de la vertu momentanée de la chasteté, qui n’a pas obligatoirement nécessité des efforts, face aux vertus que peuvent conférer les épreuves  de la vie. Certains auteurs soupçonnent les rosières d’être uniquement intéressées par les récompenses, d’autres voient en la multiplication des fêtes une opération des communes qui reçoivent ainsi un grand nombre de curieux. Le publiciste Pierre Véron dénonce régulièrement le « rosiérat » :

Je n’hésiterais pas, pour ma part, si la chose était en mon pouvoir, à supprimer le rosiérat d’un trait de plume. Mettre la vertu aux enchères, tarifer la chasteté, me parait avilir l’une comme l’autre.

Puis, n’a-t’-on pas commis la plus grave des omissions quand, en créant ce genre d’institution-là, on a oublié d’y introduire la formule : On rend l’argent ?

Il m’a toujours paru monstrueux de penser qu’une demoiselle à qui l’on octroyait mille francs parce qu’à dix-huit ans elle n’avait pas encore vu le loup, conservât cette somme quand même elle tomberait plus tard dans la plus sale des fanges, quand même elle deviendrait la plus scandaleuse des filles à tout le monde.

Il y a là, hommes graves qui prétendez travailler dans la moralisation, une lacune burlesque qui ne vous fait pas honneur, qui, au contraire, vous couvre  de ridicule11.

Apprenant le suicide d’une rosière qui n’a pas supporté qu’on découvre sa conduite légère, Véron souligne un “héroïque repentir“, demande la fin du “rosiérisme, un leurre peu gaiement ridicule“, un “encouragement à la patience de l’hypocrisie12 ». C’est plus généralement toute la presse humoristique qui blague l’institution de la rosière, et se montre plus encline à caricaturer férocement les messieurs libidineux que les jeunes filles légères. Cette presse laisse à entendre par ailleurs que la chasteté n’est pas non plus légion chez les jeunes paysannes, et montre les édiles ruraux embarrassés lorsqu’il s’agit de trouver une rosière. Aux Granges-le-Roi (à côté de Dourdan), en 1907, les trois jeunes filles pressenties par le maire refusent d’être rosières. Le journaliste envoyé sur place afin de découvrir pourquoi « les vraies rosières se sont mises en grève » apprend “qu’il est très mal porté, paraît-il, d’être rosière aux Granges-le-Roi », car « à plusieurs reprises, des erreurs furent commises dans le choix des lauréates, et des vertus, officiellement proclamées qui avaient officieusement, et depuis belle lurette, perdu toute auréole13 ».

Mirande, ” Rosière ! – Je suis rosière : Répétez-le, M’sieur l’maire, Gaston ne voulait pas me croire!””, Le Rire, 4 juin 1904. Gallica (BnF).

 

Chez les humoristes, le symbole de la modernité est la jeune femme de la ville que les relations sexuelles n’effraient pas : dans La Grande Mascarade parisienne de Robida, les amis de Mademoiselle Criquetta, étoile des Folies-Musicales, décernent aux canotières un « prix de la rosière approximative », après avoir procédé au couronnement traditionnel d’une rosière près de Croissy14.

Albert Robida, La grande mascarade parisienne. Paris, Librairie illustrée, 18.. Gallica (BnF.)

 

À une période où les méthodes contraceptives sont balbutiantes, les relations sexuelles avant le couronnement de la rosière peuvent se traduire par une naissance cachée ou se déclenchant peu après les festivités. Cette éventualité fait les délices de la presse et des parodies, une fois encore non pas tant pour se moquer de la jeune femme enceinte que des gens qui ont récompensé à tort une vertu défaillante.  Tout est question de croyance souligne cette chanson de 1826 :

Nicette, hélas ! est accouchée;

Mais chut !… par miracle on s’est tu !…

Et la chose est si bien cachée,

Qu’elle a le prix de la vertu !…

Dieu ! qu’elle est jolie en rosière !

Son air d’innocence ravit ;

Bientôt elle épouse Gros-Pierre ;

Voilà le pouvoir de l’habit15.

 

A Montmartre, le mariage de la rosière – Un père de famille, qui comptait sur le couronnement de sa fille, apprend par le comité qu’elle s’est mariée plusieurs fois déjà”, le Rire, 2 juillet 1904. Gallica (BnF).

 

Un procès  fait la une des journaux en 1882. À Dourdan, les rosières ne reçoivent un pécule qu’après leur mariage. Mais les édiles sont stupéfaits quand une jeune femme enceinte arrive devant eux quelques semaines après avoir convolé.  Privée de sa récompense, la rosière porte l’affaire devant les tribunaux, défendue par un avocat qui rappelle que la jeune femme s’est mariée deux ans après son couronnement16. La presse prend de manière quasi unanime  la défense de la « pauvre rosière de Dourdan17 » en pourfendant l’institution, et ironise sur « les amateurs de « causes grasses » congrûment épicées, où le sourire ne se mouille d’aucune larme18 ».  Le Tintamarre excuse la jeune femme au nom de « l’amour, ce démolisseur de rosiérats19 ». Le Gaulois insiste sur la contradiction qu’il y a entre récompense et vertu :

Même chez les rosières qui pourtant font métier et profession d’être vertueuses, la vertu n’est plus de mise, quoique cependant elle soit payée au poids de l’or douze cent cinquante francs l’exemplaire, sans compter la considération légitime qui rejaillit sur le sujet primé.
Malgré cet appas en argent, bien fait pour exciter, favoriser, et faciliter les bonnes mœurs, les rosières deviennent de plus en plus introuvables, même en province. Celles-là qui, à force d’intrigues, parviennent à escamoter des prix de vertu sont d’ordinaire des rosières faux teint, poussant l’oubli de la pudeur jusqu’à venir toucher « leur récompense » chez M. le maire, ornées d’une proéminence abdominale signe non équivoque d’une vertu défraîchie20.

Il n’est donc pas surprenant que les humoristes enregistrent avec plaisir une réalité conforme à la fiction et se laissent tenter par la surenchère. La revue de fin d’année du théâtre des Variétés donne un tableau “de la rosière de Dourdan faisant réclamer sa rose par son enfant21”. Mais la véritable rosière de Dourdan n’obtient pas gain de cause auprès du tribunal.

Dans La Citoyenne, journal de la féministe Hubertine Auclert, Libussa Slavenko publie un article intitulé « Rosières et prix de vertu », dédié à Zola, et dénonce avec force « un honneur que les hommes couronnent en public tout en le souillant dans de mauvais lieux », des jurys « de phallocrates », “un stigmate d’infamie entre la femme et l’homme22 ». Un journaliste de La Presse attribue cet article à Hubertine Auclert et ironise :

Hubertine, qui tient à combler dans la littérature française le vide laissé par Mme de Sévigné et par Georges [sic] Sand, notre chère Hubertine a consacré une de ses pages les plus éloquentes à cette nouvelle question sociale, la suppression de la virginité.

Il est honteux, s’écrie-t-elle avec indignation, et cela passe les bornes, que la virginité soit indispensable pour mériter le prix de rosière.

Envisagée à ce point de vue, l’affaire change d’aspect. La thèse devient hardie et s’élève à des hauteurs inattendues. Elle se peut résumer de la sorte : liberté égale pour les jeunes filles et pour les jeunes gens. Pourquoi les uns …, tandis que les autres23

Au milieu des plaisanteries diverses, se fait donc progressivement jour l’idée qu’une jeune femme peut décider que sa chasteté n’a pas à être couronnée, ou qu’il y a un déséquilibre dans la célébration d’une virginité réservée aux femmes. Dans un prochain (et dernier !) billet, nous verrons qu’ au fil des  plaisanteries autour des rosières, la fête de Nanterre a acquis une importance toute particulière, et découvrirons comment la rosière a pu devenir rosier…

H. Démare, “La rosière de cette année”, La Nouvelle Lune, 30 mai 1880. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme : FOL-LC13-271.

 

=> Pour aller plus loin, on pourra lire entre autres :

Citer ce billet : Agnès Sandras, "Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie III. La chasteté en question au XIXe siècle)," in L'Histoire à la BnF, 05/04/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/6680, [consulté le 16/12/2019].

 

  1. Dominique Godineau, “De la rosière à la tricoteuse : les représentations de la femme du peuple à la fin de l’Ancien Régime et pendant la Révolution”, Etudes, Revolution française.net. []
  2. Ibid. []
  3. Ch. Nuitter, “Deux opéras révolutionnaires de Grétry”, La Chronique musicale, 15 septembre 1873. []
  4. Istasse Cédric, « Les « mariages de la Rosière” dans le département de Sambre-et-Meuse. Indices sur la réinsertion sociale des anciens soldats de Napoléon Ier », Napoleonica. La Revue, 2009/1 (N° 4), p. 11-29. []
  5. Rideau, Gaël,  “La définition d’une frontière politique : clergé et municipalité à Orléans au XVIIIe siècle“. Parlement[s], Revue d’histoire politique, hs 6(3), 2010. Pages 60-75. []
  6. La fête de Breluche : roman comique (3e édition) / par A. Humbert. Paris, Bureau de “la Lanterne de Boquillon”, 18.. []
  7. Maurice Saint-Vallery, “Le Chat-Noir“, Revue du Cercle militaire : bulletin des réunions d’officiers des armées de terre et de mer (revue violette), 25 février 1894. []
  8. Anne Monjaret, « De l’épingle à l’aiguille », L’Homme, 173 | 2005. []
  9. La revue n’est pas au coin du quai : revue de l’année 1872, en 4 tableaux, mêlée de chant par Clairville, Siraudin et V. Koning ; musique nouvelle de Marius Boullard, Coedès et Villebichot Paris, Michel Lévy frères, 1873. []
  10. Barbe-Bleue, opéra bouffe en trois actes et quatre tableaux / paroles de MM. Henri Meilhac et Ludovic Halévy ; musique de Jacques Offenbach ; partition piano et chant arrangée par Léon Roques. Paris, E. Gérard & Cie, [s.d.]. Représenté pour la première fois, le 5 février 1866 sur le théâtre des Variétés. []
  11. Pierre Véron, “La ville et le théâtre“, Journal amusant, 11 juin 1898. []
  12. Pierre Véron, “Chronique parisienne“, Le Journal amusant, 14 juillet 1877 []
  13. Elles aussi font grève – Il n’y a plus de rosières“, Le Matin, 18 mai 1907. []
  14. Albert Robida, La grande mascarade parisienne. Paris, Librairie illustrée, 18.. []
  15. Simonnin, “Le pouvoir de l’habit“, Le Chansonnier des grâces : avec la musique gravée des airs nouveaux. Paris, F. Louis, 1826. []
  16. Voir le jugement dans différents journaux, comme Le Pays, le 14 août 1882. []
  17. L’Industriel de Saint-Germain-en Laye, 19 août 1882. []
  18. Charles Gérard, “A tort et à travers“, Beaumarchais : journal satirique, littéraire et financier, 20 août 1882. []
  19. Le Tintamarre, 20 août 1882. []
  20. Maître X., “Chronique des tribunaux”, Le Gaulois, 14 août 1882. []
  21. Le Rappel, 6 décembre 1882. []
  22. Libussa Slavenko, “Rosières et prix de vertu“, La Citoyenne, 12 mars 1882. []
  23. Alfred Barbou, “Mademoiselle Hubertine et les rosières“, La Presse, 14 mars 1882. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.