Les images ont parlé ! Où pouvait-on déjeuner dans un arbre au XIXe siècle ?

Vous disposiez de plusieurs indices pour retrouver où l’on pouvait déjeuner dans un arbre au XIXe siècle. Une image extraite d’une affiche (que vous voyez désormais  en entier ci-dessous) suggérait que l’arbre en question se trouvait non loin de Sceaux et des Vaux-de-Cernay, et une photographie montrait un panneau  indiquant « le grand arbre ». Nous  précisions également que la cabane portait le nom d’un ouvrage à la mode et vous suggérions de trouver une rime en « son » :

Sous la feuille où la nappe est mise
Court un harmonieux frisson,
Idylle que chante la brise
Aux amoureux de [???]

Chemin de Fer d’Orléans. Paris à Sceaux & Limours. Tour de Chevreuse, Robinson, Vaux de Cernay… : [affiche]. Imp. F. Champenois (Paris), 1892. Gallica (BnF).

Vous avez donc sans doute deviné qu’il s’agissait des célèbres cabanes du Plessis-Robinson !

L’histoire veut  qu’en 1848, Gueusquin, un aubergiste du Plessis-Picquet (jadis Plessis-Raoul), ait eu l’idée d’attirer les Parisiens en goguette venant désormais dans les campagnes environnantes grâce au train reliant Paris à Sceaux.  Il leur faut ensuite marcher 30 minutes entre Sceaux et Robinson, ou monter dans un omnibus ou une tapissière. Gueusquin a en effet construit des cabanes dans les châtaigniers que l’on trouvait encore en quantité dans la région, et propose de s’y restaurer grâce à des paniers montés par un système de poulies et de cordes. Gueusquin aurait été un admirateur  du Robinson Crusoé de Defoe, ouvrage qui connaissait un énorme succès. Plus vraisemblablement, l’aubergiste a sans doute lu une autre robinsonnade, Le Robinson suisse de Wyss, dans lequel une famille naufragée se construit un refuge dans un arbre.

Robinson suisse / [par Wyss] ; avec gravures coloriées par A. Linden. Épinal, Pellerin & Cie, 1876.

 

À Robinson, on accède également aux cabanes par des escaliers de planches. Dès 1849, Gueusquin publie un  Guide des promeneurs dans la campagne de Sceaux, les bois d’Aunay, Plessis-Picquet, Fontenay-aux-Roses… avec une carte indiquant exactement tous les chemins qui indique les différentes attractions des environs, comme une sablière que les gens s’amusent à gravir, ou plus loin le célèbre bal de Sceaux.

Extrait de la carte du Guide des promeneurs dans la campagne de Sceaux, les bois d’Aunay, Plessis-Picquet, Fontenay-aux-Roses… au restaurant Robinson (Aunay), 1849. Gallica (BnF)

 

Le succès est au rendez-vous. Au plaisir de se promener à la campagne ou dans les bois, de s’amuser, s’ajoute celui de monter dans les arbres pour y déjeuner. Les gens qui fêtent la saint Lundi, les étudiants qui promènent les grisettes, ou les familles en quête de divertissement, se retrouvent donc à Robinson :

Que nous annoncent ces cris de joie, ces chants peut-être bachiques, ces éclats du cornet à piston ? Que nous approchons des frontières de Robinson, hameau de plaisance dont les chaumières, les chalets et quelques baraques économiques se sont groupés au milieu des sables, à l’ombre des vieux châtaigniers. Là on danse, on se roule sur l’herbe, on se balance en pleine liberté, et si l’on en veut plus encore, le buisson de Verrières a bien des attraits.

Les arbres de Robinson sont devenus autant de salles à manger ; où naguère il ne se perchait que de la gent volatile, on a dressé des tables, véritables cabinets de société, où, fourchette en main, des tourtereaux sans plume se content des douceurs en se donnant des baisers dont zéphir et la feuillée sont les seuls confidents. Le danger de perdre l’équilibre pourrait être une garantie de tempérance, et en se fiant à des escaliers trop abrupts, on pourrait craindre le vertige ; n’importe, il faudrait n’être pas Parisien pour ne pas désirer de faire, au moins une fois dans sa vie, un dîner à la poulie sur le châtaignier géant ; malheureusement, il n’y a pas toujours place pour tout le monde1.

Les restaurants proposant des cabanes se multiplient au Plessis-Picquet. Il y en aurait eu près de deux cents à la fin du XIXe siècle ! Le quartier prend donc tout naturellement le nom de « Robinson ».

Carte postale. “Intérieur du restaurant des Roches“. Le Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine) [Recueil. Guinguettes et brasseries. Documents iconographiques] Gallica (BnF).
[Promeneurs près de la guinguette du Vrai Arbre du Plessis-]Robinson, 1921 : [photographie de presse] / [Agence Rol] Gallica (BnF). On voit sur cette photographie l’enseigne avec le “Robinson” de Defoe.

 

La famille Gueusquin tente vainement de mettre en avant l’antériorité et l’exclusivité de son invention. Les concurrents créent des noms proches, aménagent des structures similaires, construisent même des restaurants dont les murs imitent des branchages.

Publicité pour le Véritable Arbre de Robinson. Gil Blas, 26 juin 1904.Gallica (BnF).
Le Journal, 6 août 1899. Gallica (BnF).

 

Cet atout touristique marque durablement la vie du Plessis-Picquet. Peu nombreux sont ceux qui à l’instar du Guide Joanne dénoncent la destruction d’un endroit jusqu’alors préservé, un site romantique dont la vue portait jusqu’à la Vallée aux Loups :

Vous avez des châtaigniers à un et à deux étages ; que dis-je ? on vous offre même, dans l’intérieur de l’arbre, dit une enseigne, un salon de 30 couverts et des cabinets particuliers ! Rien ne manque à Robinson, ni les chalets grotesques, ni les cafés chantants, ni les restaurants, ni les cabarets, ni les carrousels, ni les tirs au pistolet et à la carabine ; on y trouve même un cabinet d’histoire naturelle, que nous n’avons pas eu la curiosité de visiter. Quant à Robinson, qu’on ne s’attendait guère à voir paraître en cette affaire, il a son petit temple vers le haut de la promenade, sur la gauche ; au-dessus de la porte on lit ce quatrain sentimental :
Robinson, nom cher à l’enfance,
Que vieux l’on se rappelle encor !
Dont le souvenir, doux trésor,
Nous reporte aux jours d’innocence !

Hélas ! nous aimerions mieux être reportés à ces jours où l’on pouvait venir rêver à l’ombre des vieux châtaigniers2.

De Paris à Sceaux et à Orsay / par Adolphe Joanne,… ; ouvrage illustré… par Thérond et Lancelot…Paris, L. Hachette et Cie, 1857. Gallica (BnF)

On trouve plutôt de nombreux textes narrant les plaisirs de Robinson, comme cette fantaisie du caricaturiste et photographe Étienne Carjat dans un journal satirique jugé « leste» par ses contemporains :

Elle, ni moi, n’étions de marbre,
Et nous chantions notre chanson
Tous deux juchés dans le grand arbre,
Le grand arbre de Robinson.

Du haut de notre observatoire,
Nous regardions les amoureux
Sous nos pieds commencer l’histoire
Qu’écrivent les amants heureux.

Et le soir, en cueillant des roses
Sur la route de Fontenay,
Indulgents pour les fronts moroses,
Nos cœurs fêtaient le mois de May.

Mon bras tremblant serrait sa taille ;
Sa main blanche pressait ma main ;
Des vers-luisants dans la broussaille,
Parfois éclairaient le chemin.

Nous marchions longtemps sans rien dire,
L’esprit tout plein de rêves bleus,
En nous heurtant, sans en médire,
À plus d’un couple scandaleux […]3.

En 1857 une opérette bouffe intitulée L’Arbre de Robinson connaît le succès. Elle met en scène deux époux qui se trompent mutuellement et se retrouvent dans le fameux arbre de Robinson.

En 1909, le Plessis-Picquet devient par décision administrative le Plessis-Robinson. Mais Robinson, qui  a attiré au dix-neuvième siècle des milliers de curieux, dont Alfred de Musset, Balzac, Zola, ou Maurice Utrillo, perd peu à peu de son attrait à partir des années trente.

 

La province à cheval / texte et dessins par Crafty. Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1885. Gallica (BnF).

Dans Paris-Soir, en 1931, une journaliste constate la mort des restaurants de banlieues et donne l’exemple de Robinson :

Pourquoi s’être placé sous le patronage de l’homme que son île et la compagnie de Vendredi dégoûtèrent de la civilisation ? Un arbre à étages est l’attraction de chaque restaurant, s’intitulant le seul, le vrai, l’unique arbre de Robinson. Les amateurs d’altitude et les amoureux qui veulent roucouler sur de hautes branches, se hissent dans des kiosques rustiques, d’où ils pourront contempler chez le voisin, le plus grand arbre de Robinson ou le seul vrai arbre de Robinson. |…]

Le seul véritable arbre de Robinson abrite une noce qui folâtre de branche en branche : la mariée, rougeoyante sous ses voiles, ressemble à une fraise à la crème, les demoiselles sont gênées par leurs taffetas et leurs souliers vernis. À une table où ils s’inondent de bière tiède, le photographe, artiste chevelu, échange les plaisanteries traditionnelles avec le garçon d’honneur en smoking, et le conducteur de l’autocar4.

Après quelques dernières tentatives de mise au goût du jour (en 1966, par exemple, l’entourage de Johnny Halliday tente de créer un Robinson village), le site cède la place à l’urbanisation, et le « vrai » arbre disparaît5.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

 

= > Pour aller plus loin :

Citer ce billet : Blog Histoire, "Les images ont parlé ! Où pouvait-on déjeuner dans un arbre au XIXe siècle ?," in L'Histoire à la BnF, 02/02/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/6898, [consulté le 18/06/2019].

 

  1. Le Nouveau conducteur dans Paris et dans les environs, indiquant tout ce qui peut intéresser l’étranger au sein de cette capitale du monde civiliséParis, 1851. []
  2. De Paris à Sceaux et à Orsay / par Adolphe Joanne,… ; ouvrage illustré… par Thérond et Lancelot…Paris, L. Hachette et Cie, 1857. []
  3. Etienne Carjat, « La Première », Beaumarchais : journal satirique, littéraire et financier. N °144. []
  4. Elisabeth Mathet, “Les dernières guinguettes”, Paris-Soir, 6 juin 1931. []
  5. Voir « Le vrai arbre de Robinson », Sites et monuments : bulletin de la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique générale de la France, 1980-07. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.