Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie IV – charivaris autour des rosiers de Nanterre et d’ailleurs)

(Ce billet vient clore une série de 4 sur les Rosières : retrouvez ici le billet 1, billet 2, billet 3, et à lire ci-dessous le billet 4.)

Nous avons vu dans le billet précédent que les couronnements de rosières se multiplient au XIXe siècle. Si celui de Salency  avait séduit les aristocrates en quête de fêtes naïves et champêtres au XVIIIe siècle, ceux du XIXe siècle drainent les foules en région parisienne grâce aux  chemins de fer. Parmi les nombreuses personnes de l’assistance, il faut compter les habitants des localités concernées qui viennent pour des raisons religieuses et/ou festives. Le cérémonial – avec ses déplacements, généralement du domicile de la rosière à l’église puis de l’église à la mairie, ses discours, ses danses, jeux et repas – contribue au sentiment d’appartenance à une communauté, et prend parfois plus d’importance que les fêtes patronales.  Annoncés à grand renfort d’affiches et dans la presse, parfois cités par les guides touristiques, les couronnements de rosières attirent toutes sortes de curieux. Certains d’entre eux, peu convaincus du bien-fondé d’une fête couronnant la chasteté (voir billet précédent), racontent ce qu’ils ont vu de manière ethnographique, journalistique, voire satirique. Par sa proximité avec Paris et son ampleur, la fête de Nanterre fait particulièrement les frais de l’obsession humoristique pour les rosières. Enfin, la parodie appelant le travestissement charivarique, l’idée de couronner un rosier (comme on rit des pompières…) éclot rapidement au théâtre, dans les chansons et les fêtes, et bientôt en littérature …

La Vie Parisienne, 22 avril 1911. Gallica (BnF).

I / Les rosières de Nanterre : du blanc au rouge !

Le couronnement de la rosière pouvait faire l’objet de tiraillements entre édiles municipaux et prêtres de la paroisse. C’est tout particulièrement le cas pour Nanterre où selon une étude socio-historique « Les rosières se suivent et ne se ressemblent pas… 1». En effet, à Nanterre « l’histoire de la Rosière est marquée par la tension entre autorité civile et ecclésiastique2», ce qui n’échappe aux contemporains narquois3. De nombreux touristes, venus via le chemin de fer, transforment la fête de village en attraction et mangent force galettes ou brioches locales en s’amusant des cérémonies. L’urbanisation rapide joue aussi un rôle important : de jeune fille choisie parmi les familles favorablement connues du centre de la bourgade au début du siècle, placée sous la protection religieuse, la rosière devient une jeune ouvrière des quartiers éloignés, puis héroïne communiste dans les années 19304. Elle est le symbole de la résistance d’une ville de banlieue à la gourmandise d’une capitale tentaculaire (voir la caricature de Daumier ci-dessous), et de la vertu campagnarde opposée à la déréliction urbaine :

Va, ma rosière, continue

À te lever au chant du coq,

Vis câline, modeste, ingénue

Sans lire jamais Paul de Kock.

Et ne franchis pas la barrière

De Paris ;  seul maître et seul roi !

Le vice se donne carrière

Mais la vertu paye à l’octroi.

Prends un mari, reste à Nanterre

Pour voir, comme dans ton bon temps

Dans vingt ans ta fille rosière

Si l’on en trouve dans vingt ans5.

=> cliquez sur l’image ci-dessous pour mieux la voir dans Gallica et utilisez la flèche de rotation pour la tourner 

La concurrence possible entre la rosière de Suresnes6, localité voisine, et la rosière de Nanterre, agite les esprits moqueurs. Dans Le Tintamarre, Edmond Martin annonce que « Suresnes n’est pas seulement célèbre par sa piquette : cette localité, que les lauriers de Nanterre empêchaient de dormir, a voulu se consacrer à la culture des rosières, sous le fallacieux prétexte qu’une rosière de Suresnes doit être plus sûre qu’une rosière de Nanterre7». Le Figaro évoque même une chanson sur cette « rivalité féroce » :

Nanterre est fier de sa rosière, mais c’est bien autre chose encore à Suresnes. Aussi une rivalité féroce règne-t-elle entre les deux pays. Il existe à Suresnes une petite chanson dont voici le premier couplet :

Etr’ Rosière à Nanterre,

Ça n’est pas bien malin,

Mais Rosière à Suresnes,

C’est ça qu’est vraiment bien.

Ici, le chœur s’écrie : Vive le p’tit bleu d’ Suresnes8.

En 1935, la municipalité de Nanterre devient communiste. La « rosière rouge » conserve sa robe blanche, mais troque sa couronne contre un diadème9. La signification de la vertu est modelée et transformée par ces évolutions :

Dimanche 9 juin a eu lieu à Nanterre la fête de la Rosière.

Cette grande fête qui, sous l’ancienne municipalité réactionnaire avait le caractère d’une manifestation restreinte de caractère bourgeois, a été transformée par la nouvelle municipalité ouvrière en une grande fête populaire.
À 15 h. 30, au groupe scolaire Victor Hugo, c’est environ 4.000 travailleuses et travailleurs enthousiastes qui sont venus acclamer la Rosière Rouge et leur municipalité.

À l’issue de la cérémonie du couronnement de la rosière, notre camarade Barbet, maire communiste, présente la rosière, jeune ouvrière d’usine, ainsi d’ailleurs que ses demoiselles d’honneur.
Notre camarade Hochet, conseiller général communiste de Nanterre, souligne que la rosière, qui est une jeune fille du peuple, appartient au peuple, qui est sain et foncièrement honnête10.

Claude Martial, “La rosière rouge de Nanterre“, Regards, 11 juin 1936. Gallica (BnF).

Très tôt, la « rosière de Nanterre » inspire les chroniques et déchaîne les crayons. Il est en effet plus facile pour les artistes parisiens de se rendre à Nanterre que d’aller jusqu’à Salency, par exemple. En 1845, Le Charivari note sur le mode humoristique la comparaison possible entre le succès de Salency au siècle passé et la célébrité en germe de Nanterre :

Nanterre est décidément une localité affamée de gloire ; ses petits gâteaux, qui pourtant ont une renommée européenne dans toute la banlieue, ne lui suffisent plus pour assouvir cette fringale inconcevable. […] Les habitants de Salency sont furieux. Depuis des siècles, ils avaient seuls le monopole de la vertu virginale et toutes les femmes, de mères en filles, y étaient rosières jusqu’à l’âge le plus avancé ; du moins M. de Bouilly me l’a certifié bien souvent.

Si un monopole a semblé bien établi, c’était certainement celui-là, et jamais les industriels même les plus audacieux n’ avaient songé jusqu’à ce jour à faire une concurrence à Salency pour ce genre d’article dont pourtant le placement est toujours si certain […] Pour mon compte, j’aime beaucoup ce retour aux anciennes coutumes, et je suis capable de dépenser soixante centimes pour prendre le wagon qui me transportera dans cette heureuse campagne où, concurremment avec les asperges et les primeurs, on cultive encore la vertu !

Du reste ce n’est pas un mince mérite pour une jeune fille que de rester sage à Nanterre ; car je suis certain que, dans sa jalousie, Salency a expédié vers cette localité une foule de séduisants bergers qui ont pour mission diabolique de tourner la tête au plus grand nombre de bergères possible, afin que Nanterre ne puisse pas couronner de rosières, non par manque de roses, mais par absence complète de vertu11.

Les récits des couronnements faits par les journalistes se veulent souvent sur le mode parodique des narrations de type ethnographique. Ils soulignent que les fêtes et les habitants de Nanterre ont un caractère rural, décrivent les rosières comme de braves campagnardes, n’omettent pas de mentionner les fameux pompiers de Nanterre12, et les badauds naïfs. De nombreux chroniqueurs s’attachent à démontrer une hypocrisie générale autour de la notion de vertu. Par exemple, Le Gaulois du 7 juin 1870 présente une  rosière « conduite comme une victime entre M. le maire et M. l’adjoint, personnages vénérables, ceints de leurs écharpes, au milieu des pompiers en grande tenue ». Dans l’église, elle reçoit des mains de la marraine de la fête, avec une satisfaction non dissimulée, un écrin de bijoux « qui me rappela celui que le démon Méphistophélès offrit à la blonde Marguerite13». Le côté marchand (vente de gâteaux, attractions foraines, etc.) du couronnement de la rosière de Nanterre est fréquemment évoqué  dans ces textes avec le même registre lexical que d’autres attractions de banlieue (bal de Neuilly ; cabanes du Plessis- Robinson ; etc.) :

Armandine Mancienne est la cinquante-deuxième des rosières de Nanterre. Le village en est peuplé. Si vous entrez au café, c’est une rosière qui est assise au comptoir ; chez le marchand de tabac, c’est une rosière qui vous présente la boîte aux cigares ; à la charcuterie, une rosière qui vous pèse le jambon. Ce doit être un bourg de l’âge d’or que Nanterre, et je médite de m’y retirer sur mes vieux jours, si Dieu me prête vie, afin de me reposer du journalisme14.

On trouve aussi  sous la plume des journalistes masculins des récits de visites qui enregistrent la localisation de plus en plus fréquente des rosières dans des quartiers éloignés. Il devient rituel de décrire un intérieur modeste et bien tenu, des familles méfiantes mais accueillantes, et des jeunes filles agréables à regarder. Dans Le Gaulois, un chroniqueur raconte : « Pour sûr que vous êtes journaliste, me dit la mère en soupirant, et que vous venez pour faire des calembours sur la rosière ». Après avoir promis à la rosière de « la défendre contre les fariboles » de ses confrères, il lui consacre en réalité un texte empli de sous-entendus  grivois :

La cuisine était simplette, proprement tenue, et je ne sais quelle teinte jaunâtre, je ne sais quel diable aussi me poussant, voilà qu’en regardant une cruche à fleurs pendue au mur, la teinte jaunâtre de l’intérieur, la robe blanche de la rosière, entrevue au jour du couronnement, me font divaguer, et voilà que je pense à la Cruche cassée, de Greuze. Les assiettes sont de Greuze; la maman, forte et belle nature, est de Greuze ; les chaises sont de Greuze, et, miracle ! la jeune rosière, qui était allée chercher du lait et qui entre à son tour en baissant les yeux, est un Greuze ravissant.

Oh la cruche cassée !, ironie diabolique voulez-vous bien vous en aller15!

La Liberté, 20 mai 1923. Gallica (BnF).

À partir des années 1920, les récits dans les journaux peuvent s’accompagner de la photographie de la rosière. Depuis la décennie 1860, les jeunes filles de la région parisienne sont emmenées dès le lendemain de leur couronnement afin de prendre des clichés servant à des portraits-cartes qui sont vendus à l’instar de ceux des célébrités16. À Nanterre, à partir de 1881, un album photographique, dit « Livre  d’or vertu», contient la photographie de chaque rosière en costume de cérémonie, robe blanche et couronne sur la tête :

En 1885, la rosière, Mlle Bernes, mourut quelques jours après la fête et, comme la pauvre fille regrettait de n’avoir pu être photographiée et avait demandé à être revêtue de ses vêtements de fête, devenus bien vite des habits de deuil, on accéda à son désir. Elle fut photographiée sur son lit de mort, en costume de rosière. La photographie figure ainsi dans l’album et le vœu le plus cher de la pauvre morte a pu être exaucé17.

II/  De la rosière de Nanterre au rosier de Nanterre

Les innombrables récits du couronnement de la rosière de Nanterre sont parfois accompagnés de dessins illustratifs destinés à montrer les différents lieux et moments (religieux et/ou laïcs) de la cérémonie et la foule variée qui s’y presse. Les dessins satiriques permettent, quant à eux, soit de rire de certains physiques peu avantageux ou d’entourages masculins concupiscents (voir précédent billet),  soit de prêter des commentaires aux spectateurs. Comme le notent certains auteurs, la multiplication des chansons, pièces de théâtre, dessins, etc., autour de la rosière de Nanterre confine souvent à la vulgarité. La Demoiselle de Nanterre, vaudeville en un acte de MM. Grange et Lambert Thiboust, est qualifiée par Olympe Audouard de « grosse farce où le gros sel est jeté à poignées, en guise d’esprit18». La jeune fille, à la veille de son couronnement, « se laisse enlever par un lion de Paris, qui la conduit de cabinet particulier en cabinet particulier, et enfin la fait engager dans le corps de ballet de l’Opéra19»… Le Photo-programme : revue artistique illustrée offre en 1896 une photographie d’un tableau d’une revue consacré au couronnement de la rosière, avec un sous-titre salace (« le cœur de la rosière et la pompe du pompier »)… Pierre Véron, qui évoque chaque année la rosière de Nanterre pour critiquer la marchandisation de la vertu (voir billet précédent),  remarque :

Tout au plus pourrais-je confectionner un paragraphe égrillard à propos des rosières dont l’annuel défilé vient de commencer par Nanterre, douce commune qu’on pourrait appeler la Mère la Pudeur, puisque c’est elle qui a mis le rosiérat à la mode.

Mais est-il possible de trouver une plaisanterie inédite sur ce thème varié de cent cinquante mille façons par l’universelle grivoiserie20 ?

A. Demare, “Le couronnement de la rosière de Nanterre”, La Lune, 6 juillet 1867. Gallica (BnF).

Les humoristes ne se privent pas, sous le couvert du rire, de mettre en doute les bienfaits de l’institution des rosières. C’est le cas dans  La Lune, dès 1866. Un long texte, intitulé « Comment on devient rosière », après avoir critiqué la fête, revient sur les qualités nécessaires à la jeune fille désignée, et se termine par la suggestion de créer des rosiers, afin de lutter contre les viols perpétrés par les hommes et d’instaurer une équité devant la chasteté avant mariage :

D’abord il faut être de Nanterre.

Et, à mon avis, c’est une horrible injustice compliquée d’un népotisme vertigineux.

Croit-on, en effet, que les vierges de Saint-Cloud, de Noisy-le-Sec et même d’Asnières les Pieuvres, ne seraient pas aussi enchantées de toucher quelques centaines de francs que celles de Nanterre?

[…] Il faut encore, dans sa blonde enfance absorber une considérable quantité de gâteaux du pays. Ils possèdent, dit-on, des vertus virginisantes comme l’opium des qualités dormitives.

Ensuite il faut qu’une laideur indiscutable vous mette à l’abri des tentations du malin ou plutôt des malins… de l’endroit.

Et sans qu’il soit absolument nécessaire de sauver la France et d’aller faire sacrer Çharles VIl à Reims, il faut pouvoir entrer dans Orléans, si toutefois vos affaires vous y appellent, dans les mêmes conditions que Jeanne d’Arc.

Il faut même en ressortir dans le même état de grâce.

On ajoute que toute jeune Nanterroise qui aurait l’imprudence d’inventer une poudre quelconque, ne fût-elle qu’insecticide, ou qui, poussée par un fol orgueil, découvrirait l’art de diriger les ballons serait exclue du concours.

Il faut, et voilà ce qui me surprend, avoir l’esprit plus lourd que l’air. Que Nadar arrange cela.

Trop parler nuit, trop gratter cuit ; trop d’esprit à Nanterre empêche d’être rosière. Il est vrai que c’est un peu partout comme ça.

Et quand une jeune Nanterroise a rempli toutes ces conditions, qu’elle a la protection des autorités du pays, que le capitaine des sapeurs-pompiers ne s’y oppose pas, on la couronne,

On la dote,
On la marie.

A qui ?

Souvent à quelque chenapan qui la rosse. Ce qui me fait penser à la nécessité d’établir aussi un concours de rosiers :

Ce serait nouveau d’abord.

Et j’avoue que j’éprouverais un plaisir sans mélange à voir un jeune homme timide, vêtu de blanc et couronné de fleurs comme un vainqueur des jeux Olympiques ou du discours latin.

Humblement il baisserait les yeux et fournirait peut-être un élément de plus à l’histoire de la bêtise humaine.

Je connais une commune où une société d’encouragement pour l’amélioration de la vertu des hommes aurait fort à faire.

C’est le village où vingt-neuf aimables jeunes gens ont martyrisé une pauvre fille.

Voilà des animaux qu’il serait indispensable d’améliorer.

On obtiendrait des rosiers au bout de quelque temps, on les marierait avec les rosières de Nanterre et, au bout de cent ou cent cinquante ans, notre beau pays de France aurait une aristocratie de plus :

L’aristocratie de la rose21.

 La première mention d’un « rosier de Nanterre » semble apparaître sous la plume de Cham qui intitule en 1856 un album comique Les aventures de Monsieur Beaucoq, ex-rosier de la commune de Nanterre. Beaucoq, comme le suggère son patronyme,  est en fait obsédé par la gent féminine et multiplie les conquêtes parmi les femmes mariées jusqu’à ce qu’un héritage lui permette de convoler et d’avoir une nombreuse progéniture. La chanson comique s’empare ensuite du rosier nanterrois :

Le Rosier de Nanterre ! Scène comique…, paroles de Alphonse Lemonnier, musique de H.-C. de Ploosen [Musique imprimée], 1860

Le rosier de Nanterre [Musique imprimée] : quadrille pour le piano sur des chansonnettes en vogue : op. 245 / par Blancheteau ; [ill. par] G.ve Donjean, 1861

Il est difficile de repérer pourquoi Nanterre a inspiré l’idée d’un rosiérat masculin, plus que d’autres localités. Peut-être le point de départ est-il lié à ce couronnement, mentionné en 1862 mais datant de 1830, dont je n’ai pas trouvé jusqu’ici d’autre récit :

Le Rosier de Nanterre. — Peu de temps après 1830, un fait singulier s’est passé à Nanterre. C’était à l’occasion des fêtes de la Rosière. Après une enquête très-sévère sur les mœurs d’une jeune fille que tous les suffrages appelaient au prix, la récompense lui fut accordée; mais, au moment de la cérémonie, elle demanda à faire une confidence à l’adjoint. — Je suis un garçon, dit-elle. — Eh bien ! s’écria l’officier municipal, cela ne fait rien ; au lieu d’être une rosière, vous serez un rosier. Le prix lui fut donné, et au bout de quinze jours elle reprit son sexe. On nous raconte aujourd’hui que cette rosière pour rire est un capitaine de zouaves22.

III / Les quelques rosiers de villages de campagne

Quelques communes ont bel et bien mis en place des couronnements de rosiers, dans le but de récompenser la vertu masculine. On rappellera en effet (voir ce billet) qu’à Canon-les-Bonnes-Gens un « bon chef de famille » était déjà récompensé non pour sa chasteté mais ses vertus de bon père ou bon mari, au moment où la rosière était couronnée.  Selon Gaston Vassy, qui tente une rapide histoire des rosières dans Le Figaro en 1872, le « seul Rosier qui ait jamais été [alors] couronné en France » est de Clairac (Lot-et-Garonne) d’après le Journal du Lot-et-Garonne du 28 mai 185923. Ce couronnement d’un militaire est associé à la «vertu guerrière », et présenté comme un acte pieux24.

La presse de province signale pourtant d’autres institutions de rosiers, apparemment ignorées de la capitale. D’après le Courrier de Saône-et-Loire du 14 mai 1853, un curé a fondé par testament en 1810 « un prix d’encouragement pour la régénération des bonnes mœurs, dans la commune de Saint-Jean-des-Vignes25 », attribué « annuellement et à perpétuité, au garçon dudit lieu, qui, au jugement de ses concitoyens, sera jugé le plus vertueux et le plus sage, alternativement avec une fille dudit lieu, qui sera de même jugée la plus digne;  le tout sous la dénomination du Rosier et de la Rose26.» Le journal détaille les conditions pour devenir rosier ou rosière et évoque la cérémonie qui vient de se dérouler : « En tête s’avance le Rosier de l’année précédente ; il porte une bannière et est suivi des jeunes gens du pays27».

Le plus souvent, les quelques rosiers signalés amusent la presse. C’est le cas de Chatou dont la rosière était réputée chez les humoristes pour sa soi-disant légèreté, réputation liée au fait que le village attirait depuis les années 1840, grâce au chemin de fer, des Parisiens en quête d’amusements comme les guinguettes ou le canotage. Dans Les cris-cris de Paris : revue en trois actes et dix tableaux, une rosière participe à un concours de chansons et propose « La rosière de Chatou », un air « un peu croustillant » :

Margot cherchait ses fleurs partout ;

Mais les canotiers de Chatou,

Riant d’sa mine consternée :

Ah! disaient-ils, c’beau bouquet-là,

Bien malin qui le r’trouvera.

La ou di ou la ou di ou la ou la. (Bis. )

Bien malin qui le r’trouvera28!

Tous les ingrédients déjà observés ailleurs sont présents. La virginité de la campagnarde (Chatou est encore un bourg rural) n’aurait pas de valeur pour les canotiers parisiens, d’où l’impossibilité de trouver des filles chastes. Ce postulat implique que dans une région de filles dont la sexualité serait libre, ou imposée par les hommes, quelques garçons n’auraient pourtant pas eu de relations sexuelles. Le rosier est donc d’emblée présenté comme un garçon efféminé au point de conserver une vertu qui n’intéresse pas les jeunes femmes (sauf celles qui souhaitent le déniaiser), ou comme un timide incapable de satisfaire sa virilité. Dans Le Sifflet du 7 juin 1874, le caricaturiste Henri Meyer joue avec ces fantasmes, que ce soit dans son éloquent dessin du rosier de Chatou (voir ci-dessous) ou le texte qui l’accompagne.

Henri Meyer, “Le rosier de Chatou“, Le Sifflet, juin 1874. Heidelberg historic literature – digitized.

Les rosières devenant extrêmement difficiles à découvrir, la commune de Chatou vient de trouver le moyen de s’en passer en couronnant le jeune rosier dont nous donnons le portrait parfaitement ressemblant et fait d’après nature. Il est gentil, le petit, n’est-ce pas ? Remarquez son air si modeste, son maintien timide et décent ; faites attention à la façon pudique avec laquelle il porte ses glorieux emblèmes de vertu et d’innocence. Rien n’est étudié, la nature est parfaite, il ne cherche point à la faire à la virginité comme les rosières de banlieue. On dit qu’il a dix-neuf ans et qu’il se nomme Boniface ; cela me fait un véritable plaisir : j’aurais été bien contrarié si il se fut nommé Ugène ou Alphonse. Je ne sais pas quel examen il a passé pour obtenir la rose, car il me suffit de croire que les enfants viennent sous les choux ou de n’avoir jamais vu Blanche d’Antigny se baigner à la Grenouillère pour être élu rosier, il y a assurément, d’autres conditions. On doit, par exemple exiger qu’il n’ait jamais mis le nez dans le Livre rouge de Marc Constantin, qu’il ne soit point allé au théâtre du Palais-Royal, qu’il admire M. de Longeril, qu’il n’ait jamais embrassé Berthe Legrand, qu’il ne connaisse pas le groupe Carpeaux ni les romans de Belot, que Cora Pearl lui soit inconnue et qu’il n’ait jamais dansé le chahut, à Bullier avec Titine, la balocheuse. Voilà, je crois, ce qu’on a dû demander, à Chatou, au candidat à la rose ; et c’est après avoir répondu à toutes ces questions qu’on a procédé, devant les autorités maritimes de ce port de mer, au couronnement officiel du jeune Boniface, dont nous reproduisons l’image. COUPS DE SIFFLET. Nous apprenons, au moment de mettre sous presse, qu’il est question de marier le rosier de Chatou avec la rosière de Suresnes. Le produit de ces phénomènes sera curieux à connaître29!

Le rosier devient au théâtre le symbole du garçon prude, facilement effarouché devant les entreprises féminines. En 1889, dans Le royaume des femmes d’Ernest Blum et Raoul Toché, dont la thématique principale est, on l’aura compris, un monde désormais gouverné par les femmes, Brasseur fils incarne Alcindor. Le rosier, après avoir préservé  son « capital » de la ministre de la Guerre, reçoit de sa tante des conseils avant la nuit de noces. Le public ovationne  « des ahurissements, des mines effarées et des pudeurs effarouchées d’un irrésistible effet comique30». Un journaliste de La Vie parisienne note cependant : «Brasseur fils en rosier me fait craindre une pièce future dans laquelle on me le montrera en rosière (ce sera encore bien plus drôle !!)31».

= > Pour bien voir Albert Brasseur et ses différents costumes de rosier, cliquez sur les images de la galerie ci-dessous

IV/ Le travestissement en rosier (ière) :  du gros rire à la dénonciation de l’éducation donnée aux filles ?

Le travestissement en rosière s’inscrit dans une tradition théâtrale. Dès le début du XIXe siècle, des auteurs de comédie prévoient de travestir un de leurs personnages en rosière dans une ou plusieurs scènes.  Dans Le sabotier ambitieux (1836), l’acteur Odry est déguisé en rosière pour échapper à des poursuites, mais le brigadier-chef se laisse berner et l’enferme en prison pour le (la)  garder auprès de lui32. L’Univers illustré déplore à propos d’une rosière jouée par le célèbre Brasseur en 1872 :

On prenait alors les rosières au sérieux : aujourd’hui, de l’opéra-comique elles sont passées dans le domaine de l’opéra-bouffe, où elles servent de texte aux plaisanteries les plus croustillantes. Avec un monsieur qui se dit rosier, un auteur est sûr de mettre son public en gaieté. Dans le dernier vaudeville de Labiche, tout le comique repose sur le déguisement de Brasseur en rosière, — et voilà ce qu’est devenue la pieuse institution de saint Médard33!

Le travestissement des hommes en rosières a un succès assuré dans toutes les manifestations et fêtes de type parodique. Comme dans la pantomime Pierrot rosière, le but recherché est de rire du travestissement d’un garçon en fille vertueuse et du fait que les représentants de l’autorité se laissent berner et tentent de circonvenir la supposée jeune fille34. En Belgique, le ministre Vandenpeereboom, qui a interdit la vente de journaux grivois dans les gares, est incarné dans une revue de fin d’année par un moustachu, le comédien Milo, déguisé en rosière des chemins de fer35.

Enfin, le travestissement des hommes en rosières quitte la scène pour les défilés de Carnaval ou les fêtes. En 1887, le défilé de Charonne a été clos par la société la Républicaine qui « avait organisé une charge très réussie en imaginant le lavoir des rosiers de Nanterre36». En 1931, plusieurs journaux notent que parmi les nombreuses victimes du naufrage du Saint-Philibert, « on trouvera là, sans doute, aussi le corps d’un homme habillé en femme et couronné de roses : c’est celui d’un gai luron, Alexandre, qui se déguisa en rosière avant de partir, pour faire rire ses camarades37». 

L’institution d’un rosier ne va donc pas de soi. Se tourner vers la vertu masculine, lorsqu’il n’y a soi-disant pas de jeune fille chaste est la porte ouverte aux blagues égrillardes  :

C’est, à Nanterre, un vieil usage,
Bon an, mal an, une fill’ sage
Doit, comm’ rosièr’s’fair’ couronner,
Des fois… on n’en peut pas trouver :
Dans c’cas, l’corps des pompiers,
Il peut se mettre en ligne,
Plus d’un… honneur insigne !
S’rait dign’ d’être…rosier38!

Dans une de ses chroniques contestant l’utilité de l’existence des rosières (voir billet précédent), Pierre Véron doute par exemple de la capacité des jeunes gens à être vertueux :

Au fond cela m’est complètement indifférent, n’étant pas dans l’intention de concourir pour cette récompense, exclusivement réservée au beau sexe.

Tiens, au fait, pourquoi ? si l’on instituait des rosiers ? C’est une idée.

Tout jeune homme qui, à vingt et un ans, prouverait qu’il n’a débauché personne, aurait son petit mérite, par le temps qui court.

Trop de mérite même, vu les mœurs contemporaines, où les enfants de quatorze ans écrivent du collège des déclarations à la prima-dona du Boeuf à l’huile.

Le combat des rosiers cesserait tout de suite, faute de combattants39.

Parmi les canotiers les plus célèbres de Chatou, il y a un certain Maupassant… il ne faut donc pas s’étonner de le voir consacrer une nouvelle au rosier, « Le Rosier de Madame Husson », qui condense les fantasmes que nous venons de recenser. Le rosier maupassantien, encore chaste parce qu’introverti et vivant dans un milieu modeste de province, oublie sa vertu dès qu’il a à disposition un pécule et qu’il découvre la ville. Comme chez les rosières décrites par les humoristes, sa vertu n’était ni réfléchie ni vraiment consentie, et la capitale a tôt fait de le délurer…  Au lieu de prêter à son rosier une sexualité débridée après la découverte des plaisirs parisiens, comme le font les humoristes, Maupassant reprend la thématique de l’argent venant récompenser à tort une vertu plus subie que volontaire (voir billet précédent) et propose une addiction à l’alcool entraînant la déchéance. Les illustrations de Valérie Rottembourg, dans l’édition Ollendorff des œuvres complètes (1902) apportent un complément précieux aux descriptions du nouvelliste, montrant par exemple des jeunes filles taquiner le potentiel rosier (voir ci-dessous).

=> Pour mieux voir les images, cliquez sur la galerie

Si la réflexion et les notations stylistiques de Maupassant sont particulièrement originales, l’intrigue l’est moins. Dès 1868, Les crimes impunis : la rue Bréda, la place de la Bourse, la rue de Lille, la place Maubert de Yveling Rambaud racontent comment une marquise fait couronner rosier un jeune villageois :

De sa vie privée, on ne savait rien. Jamais, dans le pays, il n’avait adressé la parole à une fille : il les fuyait même et semblait les craindre. Son intelligence était bornée ; il vivait plutôt comme un cryptogame que comme un homme. Tout se passait en lui ; les autres lui paraissaient indifférents.

Il lui était impossible de faire un mensonge, n’adressant jamais la parole à personne; ce n’était pas un dadais, cependant, et à aucun prix il n’eût voulu de la lourde charge de coq de village40.

Hélas ! le jeune villageois s’enivre et perd sa vertu le soir-même du couronnement. Pour éviter le scandale en province, les gens répétant devant tout alcoolique “— Tiens ! voilà le rosier de madame la marquise41”, ladite  marquise emmène l’ex-rosier à Paris, en fait son valet de pied, et lui apprend à lire. Vous découvrirez la suite ici

À Dourdan, commune qui a pour réputation d’avoir des rosières capables de réclamer leur prix accompagnées d’un enfant et des jeunes filles qui refusent d’être rosières par peur du ridicule (voir ce billet), un rosier est pourtant élu en 1913. Quarante ans après le rosier de Chatou, les plaisanteries et fantasmes autour de la sexualité du rosier demeurent les mêmes :

Dourdan possède, depuis cette année, un rosier, M. Maurice Gallais, un maçon de vingt-quatre ans qui a reçu, des mains de M. Viau, député, la couronne du mérite et la somme de 600 francs.

Dourdan fête, chaque année, deux rosières qui, à leur petit capital si bien gardé, peuvent en ajouter un autre, offert par la municipalité. Le rosier est-il, lui aussi, en boutons ? N’a-t-il pas encore fleuri ? Bref, ce rosier sent-il la fleur d’oranger ?

J’espère que non pour ce sympathique maçon. Car enfin, si l’innocence est une charmante vertu chez une jeune personne, elle fait sourire chez un gaillard de vingt-quatre ans.

En tout cas, il faut avoir un certain courage pour accepter ce titre de rosier. Même pour 600 francs et l’honneur d’être félicité par M. Viau, je ne consentirais pas à passer pour le plus vertueux habitant de mon village. Je redouterais le regard narquois de mes concitoyens et surtout de mes concitoyennes.

— Ohé, le rosier42 !

Une réflexion parodique menée dans La Caricature du 19 juillet 1884 sur « l’égalité des sexes », ou « l’égalité devant … la turlutaine » selon l’auteur (anonyme!), éclaire les craintes d’une société encore très patriarcale devant l’institution des rosiers. Le texte imagine en effet les effets d’une éducation sexuelle des garçons identique à celle alors délivrée aux  filles :

Quelques jours après, on mènerait le jeune homme, en habit noir, couronné de fleurs d’oranger, prononcer le « oui » sacramentel.

Et les deux familles seraient en liesse, les hommes mariés lanceraient des regards malins au jeune époux, et feraient entre eux des allusions croustillantes.

À minuit, au moment où le bal de noces serait dans toute son animation, les parents attireraient les époux à part et les conduiraient à la chambre nuptiale.

Là, le père remettrait le timide époux à son épouse en lui disant avec des sanglots :

— Rendez-la heureuse43  !

La question de l’égalité entre les sexes devant le rosiérat revient régulièrement dans les journaux, de façon plus ou moins ironique. Le Petit Journal indique en 1874 : « Chatou moins pour se distinguer que pour généraliser ce touchant usage vient de couronner un rosier. L’honnêteté et la vertu ne sont pas l’apanage exclusif de la plus belle moitié du genre humain44». En 1890, Psitt, dans sa « Chronique du jour » publiée par Le Charivari, déclare que « L’institution trop exclusive des rosières fait planer sur le sexe fort un discrédit immérité. Prouvons qu’il est tout aussi capable de vertu que l’autre sexe ». Et d’évoquer un impétrant, couronné de roses blanches,  qui « rougissait, comme trop de jeunes filles ne savent plus rougir, hélas45 » ! La Lanterne, en 1884, entend bien dissiper un malentendu. Selon ce journal, la vertu demandée aux rosiers ne serait pas, contrairement aux filles d’ordre sexuel, mais morale :

Il paraît, qu’en juin, Gonesse-sur-Oise doit couronner un rosier. Cette idée folâtre est loin d’être neuve, car il y a déjà eu des rosiers à Choisy, à Montgeron, etc. etc. Le dernier, fut celui de Montgeron. C’était un brave homme de jardinier, âgé de cinquante-deux ans. Malgré cet âge respectable, c’était incontestablement le plus vertueux du pays.

Nous devons à la vérité, de constater qu’en général, lorsqu’une commune s’offre le luxe d’un rosier, elle ne lui demande pas le même genre de vertu qu’à une rosière, et choisit tout bonnement le soutien de famille, le plus intéressant du pays. Tel sera le cas à Gonesse, où les garçons doivent commencer, dès à présent, à faire grand étalage des parents paralytiques qu’ils peuvent avoir46.

Le Rire, 21 août 1909. Gallica (BnF).

Chansons, caricatures, défilés charivariques, théâtres comiques, romans, etc., etc., laissent donc entendre que les couronnements de rosières – voire de rosiers -, surtout en région parisienne, ne reflètent pas les contradictions voire la violence d’une société qui couronne la chasteté féminine, sans informer les jeunes filles des réalités d’une sexualité alors dominée par la satisfaction du plaisir masculin.

Le succès pluriséculaire de ces couronnements, que l’on peut mesurer par de nombreux articles, dessins et photographies, témoigne des foules qui s’y rassemblaient et de la curiosité – parfois égrillarde – que l’on avait pour les personnes récompensées. Il y a donc un entre deux entre les réjouissances populaires et leur miroir charivarique ; entre l’encouragement à une sexualité féminine surveillée et interdite avant le mariage alors que l’hyper-sexualité des jeunes hommes est admise. Au milieu des plaisanteries émerge pourtant l’idée que la chasteté est un choix personnel que la collectivité ne peut encourager et encore moins récompenser sous peine de la pervertir, qu’elle soit féminine ou masculine.

Après la Seconde Guerre mondiale, au moment où la société française commence à reconnaître aux femmes le droit au plaisir et à la maîtrise de leurs corps, l’arrivée des Miss façon américaine (qui remplaceront presque partout les rosières) mettra un autre critère en avant, et tout aussi possiblement traumatisant, celui de la « beauté ». Et alors qu’on se riait autrefois des jeunes filles restées chastes faute d’un physique avantageux, on  traquera désormais les miss n’ayant pas une vie suffisamment sage… Enregistrant ces changements, anthropologues et cinéastes se penchent sur les dernières traditions autour des rosières, comme Jean Eustache qui signe avec ses deux versions de La Rosière de Pessac (1968 et 1979) des documentaires militants.

 

=> Pour aller plus loin

De nombreuses pistes ont été données dans les trois billets précédents portant sur les rosières. On peut y ajouter, entre autres :

La Lune, 24 mars 1867.Gallica (BnF).

Citer ce billet : Agnès Sandras, "Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie IV – charivaris autour des rosiers de Nanterre et d’ailleurs)," in L'Histoire à la BnF, 28/06/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7186, [consulté le 12/11/2019].

 

  1. Martine Segalen, Josselyne Chamarat , « Les rosières se suivent et ne se ressemblent pas… ou note pour une analyse sociologique et historique des fêtes de la rosière de Nanterre », Bulletin du Centre d’animation de l’histoire de Nanterre, 8 juin 1979. []
  2. Ibid. []
  3. Voir par exemple Louis Jourdan, « La rosière du curé », Le Siècle, 31 mai 1857. []
  4. Martine Segalen, Josselyne Chamarat , « Les rosières se suivent et ne se ressemblent pas…», op. cit. []
  5. Gaston Jollivet, ” Gazette rimée – Le couronnement de la rosière”, Le  Gaulois, 16 mai 1869. []
  6. Sur la rosière de Suresnes, on consultera ici cette intéressante galerie de photographies d’objets liés aux rosières mise en ligne par le musée de cette ville. []
  7. Edmond Martin, « La rosière de Suresnes », Le Tintamarre, 11 septembre 1859. []
  8. Gaston Vassy, « L’histoire des rosières », Le Figaro, 6 juin 1872. []
  9. Martine Segalen, Josselyne Chamarat , « Les rosières se suivent et ne se ressemblent pas…», op. cit. []
  10. «10.000 travailleurs de Nanterre ont acclamé leur nouvelle municipalité », L’Humanité : journal socialiste quotidien , 11 juin 1935. []
  11. Le Charivari, 9 mai 1845. []
  12. Les pompiers de Nanterre sont devenus célèbres avec un à-propos burlesque en un acte de Hyacinthe Dubac intitulé “V’là les pompiers de Nanterre” en 1868  – voir plus loin – , et une caricature de Gill dans L’Éclipse du 13 décembre 1868 qu’on peut voir ici. Pour en savoir plus, il faut lire le Bulletin de la Société d’histoire de Nanterre dont ce numéro consacré en 2004 aux pompiers. []
  13. « La rosière de Nanterre »,  Le Gaulois, 7 juin 1870. []
  14. Bernadille [Fournel, Victor], « La rosière de Nanterre », Esquisses et croquis parisiens : petite chronique du temps présent. Paris, E. Plon,1876-1879. []
  15. Henri Charlet, « Bonjour la rosière ! », Le Gaulois, 28 avril 1874. []
  16. Sur ce qu’est un portrait-carte, voir « Le portrait-carte de visite », Expositions BnF. []
  17. E. Bois-Glavy, « La rosière de Nanterre », Le Gaulois, 6 juin 1892. []
  18. Olympe Audouard, « Revue dramatique », Le Papillon : arts, lettres, industrie, janvier 1862. []
  19. Ibid. []
  20. Pierre Véron, “La ville et le théâtre“, Journal amusant, 11 juin 1898. []
  21. Ops, « Comment on devient rosière », La Lune, 27 mai 1866. []
  22. Feuille de Provins, 11 octobre 1862. []
  23. Gaston Vassy, “L’histoire des rosières“,  Le Figaro, 6 juin 1872. []
  24. Ibid. []
  25. Cette ancienne commune est devenue un quartier de Chalon-sur-Saône, et a entretenu une fête des rosières et des rosiers  qui a été laïcisée d’après le site vivre-a-chalon.com/, où l’on peut lire cet article. []
  26. Courrier de Saône-et-Loire,  14 mai 1853. []
  27. Ibid. []
  28. Les cris-cris de Paris : revue en trois actes et dix tableaux/ par MM. Eug. Grangé, N. Bernard et M. Ordonneau… Paris,A. Allouard, 1877. []
  29. Le Sifflet, 7 juin 1874. []
  30. Intérim, “Les premières représentations”, L’Écho de Paris, 2 mars 1889. []
  31. X, “Choses et autres“, La Vie parisienne, 5 janvier 1889. []
  32. Le sabotier ambitieux, par MM. Dumersan et T. Nézel. Drame comique en 5 actes joué au théâtre de la Porte-Saint-Martin en 1836. []
  33. Gérôme, L’Univers illustré, 1er juin 1872. []
  34. Pantomimes de Paul Legrand / par Félix et Eugène Larcher et PauLegrand. Paris, Librairie théâtrale, 1887. []
  35. Urbanowiez Fanny, « La revue de fin d’année en Belgique : une forme théâtrale contestataire ? », Cahiers Bruxellois – Brusselse Cahiers, 2018/1 (L), p. 275-296. []
  36. Le Petit Journal, 19 mars 1887. []
  37. Paris-Soir, 18 juin 1931. []
  38. Dernier couplet de la chanson  “Les Pompiers de Nanterre !….”, Paroles de Philibert et Burani, musique de Antonin Louis. Paris, Tralin, 1868. On peut écouter cette chanson ici, sur le site de la Société d’Histoire de Nanterre. []
  39. Pierre Véron, « Chronique Parisienne », Le Journal amusant, 6 juin 1874. []
  40. Yveling RamBaud (Frédéric Gilbert), Les crimes impunis : la rue Bréda, la place de la Bourse, la rue de Lille, la place Maubert. Paris, 1868. []
  41. On fera le parallèle avec le passage  de Maupassant : “(… ) un homme apparut, un ivrogne qui titubait (…) Tiens, dit Marambot, voilà le rosier de Madame Husson”. []
  42. Pick-me-up, “Le rire de la semaine”, Le Rire, 2 août 1913. []
  43. La Caricature, 19 juillet 1884. []
  44. “Le rosier de Chatou”, Le Petit Journal, 31 mai 1874. []
  45. Psitt, “Chronique du jour”, Le Charivari, 22 septembre 1890. []
  46. La Lanterne, 4 février 1884. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.