Regarder, contempler et visiter Notre-Dame de Paris au XIXe siècle (Partie I. À vol d’oiseau)

Draner, «La province à Paris », Le Journal amusant, 20 août 1898. Gallica (BnF)

   Au XIXe siècle, la mode des voyages à destination de Paris est facilitée par les chemins de fer et avivée par l’attrait des Expositions universelles (1855, 1867, 1878, 1889 et 1900). Les progrès de l’imprimerie permettent la multiplication de guides de voyages, récits, ou autres ouvrages décrivant les lieux à visiter.  Dans ces livres, la cathédrale Notre-Dame tient une place particulière et de plus en plus importante au fil des décennies. Si l’influence du roman de Victor Hugo et du travail de Viollet-le-Duc est indéniable, il faut cependant se garder de simplifications réductrices sur leur réception. L’histoire des regards posés sur Notre-Dame est complexe. Monument national, « lieu de mémoire », édifice important pour la chrétienté, Notre-Dame est aussi prosaïquement au XIXe siècle une silhouette facilement identifiable des lieues à la ronde et l’un des endroits d’où l’on peut alors observer le panorama parisien.

Henriot, « La section des Lettres à l’Exposition de 1900 » [zoom sur la vignette concernant Victor Hugo], Le Journal amusant, 27 juillet 1895. Gallica (BnF).

Comment on représentait Notre-Dame avant Notre-Dame de Paris

Avant le roman de Victor Hugo, la cathédrale Notre-Dame est identifiée comme un des monuments parmi tous ceux valant le coup d’œil à Paris, mais surtout comme partie prenante d’un bel ensemble habité. Les dessinateurs et les peintres en représentent essentiellement la silhouette avec ses deux tours symétriques ou bien son portail. Dans Les Délices de Paris et de ses environs ou Recueil de vues perspectives des plus beaux monuments de Paris (…), publié en 17531, reprenant pour l’essentiel des planches du XVIIe siècle, on peut l’apercevoir à gauche sur la vignette qui orne la couverture. Plusieurs planches polarisent sur la façade et les tours. La cathédrale habite alors un paysage très vivant, fourmillant d’activités sur les bords de Seine ou le parvis.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Sensibles à la silhouette de Notre-Dame, les artistes du XVIIIe siècle l’insèrent dans des compositions esthétisantes et/ou imaginaires  qui mettent en valeur la variété de l’architecture des monuments de Paris.  Ces compositions sont moins animées, voire vides d’activités humaines, afin de permettre à l’œil de se concentrer sur l’architecture.

Dessin de mon ami Fontaine dans lequel sont placé [sic] les monuments les plus remarquable [sic] de Paris : [dessin] / [Pierre-François-Léonard Fontaine] Auteur : Fontaine, Pierre François Léonard (1762-1853). Dessinateur Date d’édition : 17..-18.. Gallica (BnF).

On peut alors, dans un paysage qui n’est pas encore hérissé de hauts immeubles, apercevoir sa silhouette de très loin. Dans la caricature qui suit, Charles X distingue depuis Saint-Cloud des drapeaux tricolores (et non pas le rectangle blanc qu’il espérait) qui flottent sur les monuments parisiens, parmi lesquels Notre-Dame, toujours symbolisée par ses deux tours.

« Antoine, nous ne somme pas blancs ! », s’exclame Charles X, horrifié à la vue des nombreux drapeaux tricolores qui flottent sur les monuments de Paris et qu’il voit de Saint-Cloud : [estampe] Éditeur : [s.n.] . Gallica (BnF).

À cette époque, l’œil du grand public n’est guère éduqué à regarder Notre-Dame pour ses détails architecturaux ni à contempler Paris depuis la cathédrale. Si elle constitue un élément incontournable de décor, un des principaux monuments, elle est souvent placée en arrière-plan. Dans un jeu de l’oie des monuments de Paris (que vous pouvez découvrir ici), c’est le portail de Notre-Dame que l’on retrouve parmi d’autres portails d’églises, sans qu’une valeur exceptionnelle lui soit attribuée. Dans un autre jeu, elle figure sur la même carte que Saint-Germain l’Auxerrois (à voir ici). Les guides ou souvenirs de voyage ne délivrent pas de priorité spécifique aux visites de la cathédrale ou s’ils le font, c’est en prévenant de l’état du monument. Paris et ses curiosités ; ou nouveau guide du voyageur à Paris (1802) ne mentionne que deux églises dans son chapitre 3 (Bibliothèques – Monumens des sciences et arts. — Palais. — Édifices publics), à savoir « le Panthéon » (« ci-devant Sainte-Geneviève ») et « l’église de Notre-Dame » dont il dit :

Cette église, une des plus vastes de l’Europe, a soixante-cinq toises de longueur sur vingt-quatre de largeur et dix-sept de hauteur , elle est soutenue par cent vingt piliers , qui forment une double allée, qui règne dans tout son pourtour. La révolution ayant fait disparaître les tableaux précieux qui décoraient la nef et les autres ornements de cette antique basilique, nous n’en parlons ici que comme monument d’ancienne architecture. On y voit encore les stalles du chœur qui sont remarquables par des sculptures en bas-relief d’un fini précieux2.

En 1810, le Guide des voyageurs en France, par Mr. Reichard, publié à Weimar, cite trois églises « les plus grandes et les plus remarquables », à savoir Notre-Dame, Saint-Eustache, et Saint-Sulpice, auxquelles il ajoute Saint-Germain l’Auxerrois et Saint-Étienne du Mont. Les huit lignes consacrées à Notre-Dame rappellent ses dimensions, la possibilité de monter aux tours, les méfaits des « campanoclastes révolutionnaires », et le sacre de Napoléon Ier. Aucune mention du style de la cathédrale, alors que le portail de Saint-Sulpice est signalé comme « un superbe morceau d’architecture3 ».

Après 1810, la curiosité pour l’art « gothique » se développe. L’Englishman’s vade mecum at Paris, containing five descriptive routes from the coast to Paris ; with directions to strangers on their first arrival, being a complete guide, publié en 1815, met Notre-Dame en premier dans la rubrique « churches », et lui consacre cinq pages très détaillées. D’emblée, la montée aux tours et le point de vue sur Paris sont mentionnés : « a stair-case of 389 steps conducts to their summit, from whence you have a view of the whole of Paris and its environs4. » En 1819 est publié L’indicateur parisien contenant un coup-d’oeil rapide sur Paris, depuis son origine jusqu’à présent dont on notera que le titre induit un regard doublement panoramique. La référence à l’art gothique y apparaît :

Cette église est célèbre par son ancienneté, par la hardiesse de son architecture gothique, et parce qu’elle est métropole de Paris.

Elle a été décrite dans un grand nombre d’ouvrages qu’il est facile de se procurer, et auxquels il convient de renvoyer le lecteur ; parce que, pour en rendre la description exacte et intéressante, il faudrait y consacrer un nombre de pages que ne comporte pas le peu d’étendue de ce recueil5.

Il ne manque alors pas de ressources documentaires pour les rédacteurs de guides qui voudraient en savoir plus sur Notre-Dame6. On citera, par exemple, les Curiosités de l’église Notre-Dame de Paris, avec l’explication des tableaux qui ont été donnés par le corps des orfèvres,  publié dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, qui a visiblement inspiré des guides touristiques plus tardifs et consacré un type de visite de la cathédrale, en invitant le lecteur à déambuler, à lever les yeux, à regarder plus précisément des éléments d’architecture, des tableaux, des statues, l’orgue, à en savoir plus sur l’histoire des différents éléments, etc. En revanche, l’exactitude n’est pas toujours de mise dans les descriptions (voir l’exemple ci-dessous à propos de la charpente qui contribue à la légende de poutres en châtaignier). Les illustrations renforcent l’éducation du regard, et se diversifient, avec des exemples de trouvailles archéologiques.

Curiosités de l’église Notre-Dame de Paris, avec l’explication des tableaux qui ont été donnés par le corps des orfèvres [par C.-P. Gueffier] Auteur : Gueffier, Claude-Pierre (1691-1770). Auteur du texte Éditeur : C.-P. Gueffier (Paris) Date d’édition : . 1753. Page 7 [extrait]. Gallica (BnF).

Les péripéties que Notre-Dame a connues pendant la Révolution sont souvent rappelées. L’iconographie dénonce à plusieurs reprises  des fêtes « hérétiques » (comme l’estampe montrant la « Fête idolâtre célébrée dans la cathédrale Notre-Dame à Paris, où les Jacobins firent asseoir une actrice sur l’autel » que l’on peut voir ici). Vers 1830, Notre-Dame est dans un piteux état, suite à un manque d’entretien, des modifications comme la dépose des vitraux ou le chaulage des murs, et des dégradations multiples7. Parmi les personnalités qui décident de la sauver, deux jouent un rôle particulièrement important : Victor Hugo qui en construit une image mentale durable, et Viollet-le-Duc qui la remodèle matériellement, renforçant le prisme hugolien.

Il y a quatre cents ans, lorsque Quasimodo, accoudé sur la balustrade des tours de Notre-Dame, regardait Paris étendu sous ses pieds, voici ce qu’ il voyait : un océan de toits aigus, de
pignons taillés, de clochetons sculptés, de tourelles accrochées aux angles des murs ; un luxuriant fouillis de pyramides de pierre, d’obélisques, d’ardoises, de donjons massifs, de tours aériennes, de flèches brodées en dentelles ; un labyrinthe fourmillant et profond, où se confondaient dans un harmonieux pêle-mêle les devantures sculptées, les fenêtres historiées, les portes enjolivées, les solives curieusement ouvrées, les murailles crénelées, les églises aux grands porches ogivaux surchargés de statues, les hôtels somptueux et sévères avec leurs forêts de cheminées, de girouettes, de sveltes aiguilles, de pavillons, de herses de fer, de lanternes découpées à jour, d’arabesques étincelantes, de vis, de spirales, de gargouilles et de tournelles en fuseau. Un inextricable enchevêtrement de ruelles serpentait d’un bout à l’autre de la ville, faisant à travers les hautes maisons pittoresques des percées capricieuses et charmantes, ménageant aux regards des perspectives infinies, où l’imprévu naissait et renaissait à chaque pas ; mêlant sans cesse, dans le plus amusant amalgame, le hideux à la grâce et le grandiose au burlesque13.

Après Hugo et Viollet-le-Duc,  Notre-Dame devient incontournable, dans les ouvrages proposant des visites de la France ou de Paris. Dans Les Beautés de la France : vues des principales villes, monuments, châteaux, cathédrales et site pittoresques de la France, dont le titre invite à un regard esthétisant14, elle se voit consacrer deux illustrations. La première, insérée avant la préface de l’ouvrage, a une valeur emblématique. On y voit  le pittoresque quai de la Tournelle (foule aux multiples activités ; berge sur laquelle sont étendues des lessives ; bateaux-lavoirs, etc.) sur lequel se détache la silhouette travaillée et détaillée de la cathédrale, coiffée du drapeau tricolore. La seconde est plus classique et fait partie des trois images retenues (Notre-Dame, Invalides, Colonne Vendôme) pour illustrer la visite de Paris.

=> Pour mieux les voir, cliquez sur les images de la galerie ci-dessous

Pour les guides qui se veulent exhaustifs, il y a tant à dire désormais sur Notre-Dame qu’il faut trouver des astuces. Dans Paris-nouveau : guide-manuel dans Paris et ses principaux environs, les églises sont classées par ordre alphabétique et Notre-Dame a droit à une illustration et seulement deux pages, mais il est bien spécifié que « depuis 1845, elle a subi une heureuse restauration exécutée par M. Viollet-le-Duc ; la réparation de l’intérieur, terminée en 1864 »,  et que « c’est, avec celles de Chartres, Reims et d’Amiens, le plus beau monument de l’art ogival en France; mais son style et son intérêt archéologique lui donnent le premier rang. Une description, même sommaire, de ses richesses dépasse de beaucoup les limites de notre guide tout entier15. »

La construction de la Tour Eiffel change la donne. Notre-Dame perd son statut privilégié d’endroit d’où l’on peut contempler la capitale. Au même moment, dans un contexte d’affrontement entre cléricaux et anti-cléricaux, la nature du regard posé sur la cathédrale devient plus symbolique. On prendra ici l’intéressant exemple du Paris à vol d’oiseau publié par la Librairie illustrée en 1889 (à feuilleter ci-dessous en cliquant sur l’image).

Paris à vol d’oiseau. Illustrations de G. Fraipont. Paris : librairie illustrée, (1889) 

L’auteur indique en effet sa dette au devancier Hugo :

Les travaux des érudits, si nombreux et si complets qu’ils soient, laissent toujours quelque chose à glaner aux chercheurs, et jamais la gerbe ne sera complète ; la tâche de l’écrivain doit se borner à ajouter quelques épis à ceux qu’ont réunis ses devanciers car, Paris, infatigable, ne s’arrête pas dans son œuvre de transformation et de progrès, et longtemps encore, tant que Notre-Dame, la colonne Vendôme, l’Arc de Triomphe, ces trois monuments auxquels Victor Hugo a promis l’immortalité, élèveront vers le ciel leur tête altière, Paris sera pour le curieux une mine féconde de recherches et d’observations, et, pour le Parisien, un sujet éternel de surprises et de récréations16.

Il  dédie d’ailleurs de longues pages emplies de respect et d’émotion à Notre-Dame. Mais le regard n’est plus le même, comme l’annonçait la couverture ornée d’oiseaux qui volent désormais depuis la Tour Eiffel (voir ci-dessus). On remarquera aussi que Notre-Dame est classée parmi les « monuments publics » dans un chapitre qui débute par une visite des passages parisiens …

LES MONUMENTS PUBLICS

Les églises ; Notre-Dame ; la Sainte-Chapelle, etc.

C’est presque malgré nous qu’au-dessous de ces mots : les monuments publics, nous avons écrit ces mots : les églises, Notre-Dame.

C’est instinctivement que notre plume a tracé le nom de la vieille église qui se dresse, fière et superbe, au milieu de la Seine. Il est impossible, quand la pensée s’arrête sur les monuments qui existent à Paris, de ne pas évoquer aussitôt, malgré soi, le nom et le souvenir de la cathédrale. Depuis des siècles son histoire se confond avec la nôtre ; elle a vu Paris s’étendre autour d’elle ; elle a vu s’élever les monuments les plus superbes ; elle verra bientôt une tour gigantesque humilier sa vieille renommée17.

Extrait du manuscrit de Notre-Dame par Victor Hugo (Folio 72r). Gallica (BnF).

=> Pour aller plus loin, on pourra lire entre autres :

Sylvain Amic et Ségolène Le Men, Cathédrales, 1789-1914, un mythe moderne. Paris, Somogy éditions d’art, Musées de Rouen, 2014.

Michael Camille, Les gargouilles de Notre-Dame : médiévalisme et monstres de la modernité [Traduction de The gargoyles of Notre-Dame : medievalism and the monsters of modernity par Myriam Dennehy]. Paris, Alma éd., 2011.

Caricatures : Hugo à la une : [exposition, Paris, Maison de Victor Hugo, 13 septembre 2018-6 janvier 2019] / [catalogue par] Vincent Gille. Paris, Paris musées, Maison de Victor Hugo, 2018.

Pascal Griener, Pour une histoire du regard : l’expérience du musée au XIXe siècle. Paris, Hazan,  Louvre éditions, 2017.

Victor Hugo et le romantisme : «  Notre-Dame de Paris à vol d’oiseau » – Actes de la Journée d’Études organisée par l’UFR LLSH de l’Université du Mans et le Laboratoire Langues, Littératures, Linguistique des Universités d’Angers et du Mans (3L.AM) au Mans, le 25 novembre 2017. En ligne ici.

Ségolène Le Men, « De Notre-Dame de Paris au Stryge : l’invention d’une image », Livraisons de l’histoire de l’architecture [En ligne], 20 | 2010.

Joëlle Prungnaud, « L’image de l’architecture gothique dans la littérature fin-de-siècle », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 2 | 1996.

Joëlle Prungnaud, Figures littéraires de la cathédrale,1880-1918. Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2008.

Charles Vuillermet, Notre-Dame de Paris, fantaisies archéologiques et historiques de Victor Hugo. Lausanne, F. Rouge, 1897.

Les différents billets du blog Gallica consacrés à Notre-Dame de Paris.

Paris en 1860 Vue à vol d’oiseau prise au-dessus du quartier de Saint Gervais : [estampe] [s.n.]. Gallica (BnF). [zoom sur Notre-Dame].

Citer ce billet : Agnès Sandras, "Regarder, contempler et visiter Notre-Dame de Paris au XIXe siècle (Partie I. À vol d’oiseau)," in L'Histoire à la BnF, 30/08/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7372, [consulté le 12/11/2019].
  1. Les Délices de Paris et de ses environs ou Recueil de vues perspectives des plus beaux monuments de Paris et des maisons de plaisance situées aux environs de cette ville et en d’autres endroits de la France, le tout en 210 planches dessinées et gravées pour la plus grande partie par Pérelle. Paris, Charles-Antoine Jombert, 1753. []
  2. Paris et ses curiosités ; ou nouveau guide du voyageur à Paris. Contenant l’indication de tout ce qui concerne le gouvernement.-Objets relatifs au commerce.-Bibliothèques.-Monuments des sciences et arts.-Théâtres.-Jardins publics, etc, etc. ; augmenté d’une description des châteaux et maisons de plaisance des environs de Paris ; suivi d’une liste nominative des fonctionnaires publics, des banquiers, agents de change, etc. Paris, chez Marchand, libraire, Palais du Tribunat, première galerie de bois, n°. 188 et passage Feydeau, n°. 21. An X.-1802. []
  3. Guide des voyageurs en France, par Mr. Reichard,… faisant partie de la 6e édition originale du « Guide des voyageurs en Europe », publiée par le même auteur, et totalement refaite. Avec la carte des postes impériales, la carte gastronomique, la carte des environs et le panorama des curiosités de Paris. Weimar, au Bureau d’Industrie,1810. []
  4. Englishman’s vade mecum at Paris, containing five descriptive routes from the coast to Paris ; with directions to strangers on their first arrival, being a complete guide. Paris, Smith, 1815. []
  5. L’indicateur parisien contenant un coup-d’oeil rapide sur Paris, depuis son origine jusqu’à présent ; sa situation, son climat, sa population, son commerce ; le caractère de ses habitans ; l’indication des audiences des ministres et les jours d’entrée dans leurs bureaux ; les jours où le public et les étrangers sont admis dans les bibliothèques, musées, manufactures et autres établissemens remarquables ; la description des églises, palais, edifices et monumens divers, célèbres ou intéressans ; enfin une nomenclature exacte et par ordre alphabétique des rues, passages, quais, ponts, avenues, boulevarts, barrières, ports, halles, marchés, etc., par tenans et aboutissans. Paris, Lécrivain, libraire, boulevart des Capucines, n. I. 1819. []
  6. Voir la Bibliographie historique et topographique de la ville de Paris ou Catalogue de tous les ouvrages imprimés en français, relatifs à l’histoire de Paris depuis le XVe siècle jusqu’au mois de novembre 1846 (2e édition) / par A. Girault de St.-Fargeau. Paris, Chez l’auteur, 1847. Pages 15-16. []
  7. Voir le billet de Nathalie Hersent, « Notre-Dame de Paris, Fluctuat nec mergitur », Blog Gallica, 18 avril 2019. []
  8. Article HUGO. Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers… : ouvrage rédigé et tenu à jour, avec le concours d’écrivains et de savants de tous les pays (Troisième édition entièrement refondue et considérablement augmentée) par G. Vapereau. Paris, L. Hachette, 1865. []
  9. Ibid. []
  10. Méry, « L’arc de l’étoile », Le Monde illustré, 18 avril 1857. []
  11. Guenièvre Antonini-Fournier, « Réduire la ville en carte, une mise en ordre du territoire ? Vues et plans de Barcelone, Gênes et Marseille du XVIIe à la fin du XIXe siècle », Liame, 24 | 2012. []
  12. Voir dans les Essentiels BnF : « Michel  Delon parle du Tableau de Paris  », juillet 2018. []
  13. Victor Fournel, Paris nouveau et Paris futur. Paris,  J. Lecoffre, 1868. Page 9. []
  14. Girault de Saint-Fargeau, Les beautés de la France : vues des principales villes, monuments, châteaux, cathédrales et sites pittoresques de la France. Paris, E. Blanchard, 1850. L’édition originale ayant été numérisée à partir du microfilm, les illustrations insérées dans l’article proviennent de la seconde édition de 1853, dont la numérisation a été faite à partir de l’original. []
  15. Paris-nouveau : guide-manuel dans Paris et ses principaux environs. Paris, impr. de Laloux fils et Guillot, sd. []
  16. Paris à vol d’oiseau. Illustrations de G. Fraipont Paris, Librairie illustrée, 1889. []
  17. Ibid, page 121. []
  18. Voir sur le site du Patrimoine numérisé de Besançon, Mémoire vive, le billet l’exposition Guerre aux démolisseurs ! Victor Hugo et la défense du patrimoine. []
  19. Alfred Michiels, « Exposition universelle des Beaux-Arts – Architecture », Le Siècle, 14 novembre 1855. []
  20. Voir Patrick Boucheron, « Sources d’un chef-d’œuvre :  Notre-Dame de Paris », L’Histoire, n°261, janvier 2002. []
  21. La Charge ou les Folies contemporaines : recueil de dessins satiriques et philosophiques pour servir à l’histoire de nos extravagances, 27 janvier 1833. On peut voir ce dessin ici. []
  22. Jules Barbey d’Aurevilly, « La Légende des siècles par Victor Hugo », Le Pays, 29 novembre 1859. []
  23. Sur Victor Hugo caricaturé, voir ce billet. []
  24. Voir l’estampe de Roubaud ci-dessous, et la lithographie de Luque en 1882 ici. []
  25. Auguste Vacquerie, Mes premières années de Paris. Paris, C. Lévy, 1877. []
  26. Sur les relations maître-disciple dans les caricatures d’écrivains voir Agnès Sandras, Quand Céard collectionnait Zola, Paris, Classiques Garnier, 2012. []
  27. Jules Claretie, La vie à Paris : 1880-1885. Année 6, Édition 2. Paris, Victor-Havard, 1886. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Une réflexion sur « Regarder, contempler et visiter Notre-Dame de Paris au XIXe siècle (Partie I. À vol d’oiseau) »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.