L’Espagne en France : quand la monnaie du royaume des lis était espagnole

La découverte, ces dernières années, de trésors terrestres et maritimes sur le territoire français ou dans les eaux territoriales, constitués essentiellement voire exclusivement de pièces de monnaies espagnoles, permet de porter un regard nouveau sur la circulation monétaire dans le royaume de France aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ils révèlent aussi le rapport tendu que nous entretenons avec le patrimoine archéologique numismatique. L’étude de ces dépôts exceptionnels au sein du département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France a permis la réalisation du nouveau volume de la collection Trésors monétaires1.

Trois trésors d’or du XVIIe siècle

L’apparition récente de deux trésors exclusivement constitués de pièces d’or espagnoles du XVIIe siècle (Donville-les-Bains et Castillonnès) et d’un autre contenant de très gros modules de même origine et des bijoux (Aurillac), l’inventaire et la cartographie de ceux qui en contiennent mis au jour depuis plus de cent ans, ainsi que la découverte de nombreux documents d’archives inédits, permettent aujourd’hui de reconsidérer le rôle du métal jaune ibérique dans la circulation monétaire française du Grand Siècle. Loin d’être un numéraire d’appoint, les escudos d’Espagne ont été la principale source de numéraire aurifère dans le royaume, au point de dicter la politique monétaire de la monarchie. Trois dépôts monétaires en témoignent particulièrement.

Vingt-quatre pièces d’or ont récemment été collectées sur la plage de Donville-les-Bains (Manche), limitrophe au nord de Granville (voir la carte ci-dessous).

J. Mangin, Carte de Granville, début XVIIIe siècle.  Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE DD-2987 (1091). Gallica (BnF).

Les premières l’ont été à la faveur d’une découverte fortuite par des promeneurs en 2014, qui ont déclaré leur trouvaille aux autorités culturelles compétentes. Celle-ci a entraîné une campagne de prospection archéologique systématique par une équipe du département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM). Malgré un type redondant durant plus d’un siècle, une fabrication peu soignée et l’usure due aux éléments naturels, l’examen de ces doubles escudos ou « pistoles », comme on les surnommait en France, montre que tous ont été frappés au même endroit – Séville – et à la même époque – dans les années 1620 (voir ci-dessous).

Un tel échantillon, extraordinairement homogène, apporte des éclairages nouveaux, à la fois sur la fabrication de ces pièces en Espagne et sur l’origine de l’or, pour partie colombien. Il renseigne également sur les canaux de pénétration de ce numéraire en France et plus particulièrement en Normandie, par voie commerciale et interlope. La richesse, illustrée ici, des enseignements apportés par l’étude d’un lot, par rapport à celle d’une monnaie isolée, rappelle l’absolue nécessité de déclarer toute trouvaille et de la confier à des chercheurs pour étude. La propriété de l’État ayant été confirmée en vertu de la législation sur les Biens culturels maritimes (BCM) et une récompense octroyée aux heureux inventeurs, cet ensemble unique est désormais exposé au public au Musée des Beaux-Arts de Saint-Lô.

En 2014 également, mais à environ 600 km au sud, une bourse remplie de 45 pièces d’or datant du XVIIe siècle a été découverte dans une vieille maison de la bastide de Castillonnès (Lot-et-Garonne) (voir ci-dessous).

Ville de Castillonnès (Lot-et-Garonne)” par R. Maugé, Estampe. Cote Del. Carton 70/25. Bibliothèque municipale de Bordeaux.

L’originalité de cette trouvaille réside là encore dans sa composition, s’agissant exclusivement de monnaies espagnoles. Toutes ont été frappées dans la Péninsule ibérique sous Philippe II et Philippe III, sauf une, en Amérique, à Carthagène-des-Indes (Colombie), sous Philippe IV, qui donne le terminus post quem de la perte, vers 1630 (voir ci-dessous).

Ces espèces, brassées et triées, ont manifestement été  dissimulées dans un contexte de hausse du prix de l’or et de raréfaction du numéraire, en raison des difficultés économiques et financières du royaume que ne manqua pas de provoquer une époque troublée (guerre de Trente Ans, soulèvement des Croquants, retour de la peste…). Ces doubles et quadruples escudos – des pistoles et doubles pistoles – ne sont pas le seul « trésor » de la maison, puisque celle-ci présente en outre de nombreuses traces originales d’occupation, comme d’intrigants graffiti, qui permettent une contextualisation assez fine du dépôt : sans doute la demeure était-elle une auberge, en tous cas, un lieu de passage, ce qui n’exclut pas que ce pécule soit le produit d’une transaction menée en Espagne. La région, en effet, était une grande fournisseuse de denrées à la Péninsule ibérique, même en période de conflit.

Les trésors mêlant l’or français et espagnol sont relativement courants dans la France du XVIIe siècle. Très rares en revanche sont ceux qui contiennent ces grosses dénominations de 8 escudos, ce qui est le cas du « trésor d’Aurillac » (Cantal), étudié lui aussi dernièrement. Celui-ci a également la particularité de receler deux petits bijoux en or, ce qui en fait le second trésor de l’époque moderne à présenter une telle physionomie (voir les photographies ci-dessous).

Sa date d’abandon est, elle aussi, originale : située vers 1665, elle s’inscrirait dans un contexte de restauration des troubles en Auvergne.

Ces deux derniers trésors, appartenant à leurs propriétaires-inventaires en vertu du Code civil, avant que la Loi « Patrimoine » de 2016 n’en modifie la teneur, ont été vendus aux enchères à Paris et la BnF s’est porté acquéreuse des pièces les plus significatives (notamment la pistole de Carthagène-des-Indes de Castillonnès et les bijoux en or d’Aurillac).

Le premier trésor maritime argentifère du XVIIIe siècle

Le navire de commerce suédois la Jeanne-Élisabeth sombra le 14 novembre 1755 au large de Maguelone (Hérault), alors qu’il joignait Marseille (France) depuis Cadix (Espagne). Il transportait essentiellement 200 tonneaux de blé et 24 360 piastres, soit plus de 650 kg d’argent2.

C’est son pillage en 2006 qui, ayant fait grand bruit3, a conduit à sa fouille par les archéologues du DRASSM. Renseignés par différents articles et des archives, une équipe de plongeurs sans scrupules habitués des rapines dans les fonds sous-marins méditerranéens a remonté illégalement de l’épave des armes portatives, des canons et des objets de la vie quotidienne de l’équipage, ainsi qu’environ 18 000 pièces d’argent. Celles-ci ont été vendues à des receleurs qui n’ont pas été identifiés et elles sont pour l’instant portées disparues. Après enquête et saisie chez le chef de l’expédition, une instruction et deux procès ont tenté d’en savoir plus sur leur sort, sans succès. Malgré une défense qui tentait de justifier leur forfait et de les poser en victimes de l’État puisque le « trésor » est considéré comme BCM4, les pillards ont toutefois été condamnés par la justice à des peines exemplaires, se montant pour les plus élevées à deux ans de prison ferme et à un million d’euros d’amende5.

La fouille de l’épave, menée durant plusieurs années entre 2008 et 2018 par les archéologues, a révélé un ensemble exceptionnel de 4 000 pièces d’argent de 8 et de 4 réaux, frappées dans les ateliers hispano-américains de Lima, Mexico et Potosí au cours de la première moitié du XVIIIe siècle (voir photographie ci-dessous), visibles prochainement dans leur intégralité sur le site Gallica.

 

Les pièces de 8 réaux (cliché J. Jambu).

Cette extraordinaire trouvaille – la première de cette nature dans les eaux territoriales françaises  témoigne des canaux du commerce du métal blanc entre l’Amérique et la Méditerranée au milieu du XVIIIe siècle.

Tandis que les pièces de 4 réaux étaient de fabrication manuelle, d’où leur forme particulière qui les faisait surnommer macuquinas  – mal taillées – (voir photographies ci-dessous), les grosses pièces de 8 réaux – ≈ 27 g/± 40 mm – étaient fabriquées mécaniquement (voir photographies ci-dessous).

Leur revers, créé en 1732, est particulièrement esthétique et montre la puissance de l’Espagne (voir photographie ci-dessous). Il a donné ses surnoms à la pièce : columniaro (aux colonnes) ou mares y mundo (mers et mondes).

Détail du revers d’une pièce de 8 réaux.

Entre deux colonnes d’Hercule couronnées, qui symbolisent le détroit de Gibraltar dominé par la monarchie espagnole et la porte de son empire, deux hémisphères du globe terrestre se chevauchent, montrant son étendue. L’hémisphère ouest est sur le dessus, représentant le continent américain, alors largement dominé par l’Espagne, duquel était tiré le métal précieux nécessaire à la fabrication de ces espèces et qui faisait la fortune de la couronne ; l’hémisphère est, centré sur l’Océan indien, montre les Indes orientales et leur extrémité ibérique, les Philippines.

La restauration et l’étude des pièces de monnaie de ce que l’on peut qualifier de premier trésor maritime moderne français a été confiée par le DRASSM au département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF, qui a mené ses travaux entre 2016 et 2018. Cette étude, à laquelle s’ajoute la consultation de nombreuses sources archivistiques souvent inédites, a révélé qui furent les vendeurs et les acheteurs de ces espèces, en quelles quantités, à quelles fins, etc. On a pu voir les relations qui se sont tissées et le réseau qui s’est construit entre marchands français basés en Espagne, affréteurs et intermédiaires marseillais et montpelliérains, clients genevois, acheteurs lyonnais, niçois et génois, etc., apportant des éclairages sur les modalités, les risques et le bénéfice de ce type de commerce.

Si le trésor est, dans l’imaginaire collectif, symbole de richesses et, à ce titre, hélas trop souvent dispersé sans être étudié lorsqu’il est découvert, il est pour les numismates et les historiens un révélateur des échanges entre les hommes. La présence de nombreux trésors « espagnols » en France confirme que c’est la Péninsule ibérique qui,  parce qu’elle en était la première cliente, lui fournissait aux XVIIe et XVIIIe siècles ses métaux précieux. Ces dépôts montrent précisément sous quelle forme, par quels chemins, etc., et indiquent que la nationalisation du monnayage n’était pas une préoccupation du Grand Siècle : les espèces espagnoles circulaient concurremment et sans difficultés aux espèces françaises. Au-delà de sa valeur vénale, un trésor monétaire est donc une source fondamentale à l’écriture de l’histoire.

Citer ce billet : Jérôme Jambu, "L’Espagne en France : quand la monnaie du royaume des lis était espagnole," in L'Histoire à la BnF, 17/05/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7484, [consulté le 12/11/2019].

  1. Jérôme Jambu (dir.), Trésors monétaires XXVIII. Trésors de monnaies espagnoles dans la France des XVIIe et XVIIIsiècles. Paris, BnF, 2019 []
  2. J. Jambu, « La Jeanne-Elisabeth. Histoire d’un trésor englouti », Revue de la BnF, n° 54, 2017/1, p. 160-169. []
  3. V. Thivent, « Chasse au trésor en eaux troubles », Le Monde, 8 février 2016. []
  4. S. Finger, « Moi, Pierre, pilleur d’épaves », Libération, 17 décembre 2008. []
  5. Y. Philipponnat, « Le procès des pilleurs d’épaves », Midi Libre, 16 septembre 2015 et Y. Philipponnat, « Le pilleur de trésor puni, le numismate blanchi », Midi Libre, 3 décembre 2016. []

Jérôme Jambu

Conservateur, département des Monnaies, médailles et antiques, BnF

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


2 réflexions sur « L’Espagne en France : quand la monnaie du royaume des lis était espagnole »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.