A la découverte des Indes orientales (XVIe-XVIIe siècles) (Partie I. Sur l’histoire de la présence européenne dans l’océan Indien)

En 2014, le prix Goncourt de la nouvelle a été attribué à Nicolas Cavaillès pour sa Vie de monsieur Leguat1. L’auteur rend hommage dans cet opuscule à François Leguat (1638-1735), un gentilhomme huguenot forcé de quitter sa Bresse natale après la révocation de l’Édit de Nantes, en 1685. Le destin de cet homme est remarquable ! Réfugié en Hollande, il prend connaissance du projet d’établissement d’une communauté protestante sur une île jusqu’alors déserte de l’océan Indien et, tout terrien qu’il est, il embarque pour les mers du Sud. Ses compagnons et lui s’établissent à l’île Rodrigues et y restent toute une année. François Leguat conservera de ce séjour un souvenir idyllique… En quête de davantage de compagnie humaine, le groupe quitte néanmoins cet éden pour l’île Maurice assez proche. Bien mal lui en prend ! Là, en effet, l’expédition vire au cauchemar. Le commandant de l’île Maurice les prend en grippe et les bannit plusieurs années durant, sur un îlot désert et inhospitalier, en proie aux vents, à la famine et à la folie… Leguat survivra à cet enfer, regagnera l’Europe et couchera sur le papier le récit de ses aventures2.

 

=> Cliquez sur l’image ci-dessous pour feuilleter l’ouvrage dans un format plus grand
 

Voyage et avantures de François Leguat, & de ses compagnons, en deux isles désertes des Indes orientales. À Amsterdam, chez Jean Louis de Lorme libraire, 1708. 2 vol. Gallica (BnF).

Les « Indes orientales » représentent à l’époque coloniale l’Asie du Sud et l’Asie du Sud Est. On les distingue des « Indes occidentales », c’est-à-dire l’Amérique. Les îles sont omniprésentes au cours de ces voyages, qu’elles en soient la destination – Java, Sumatra, les Moluques « îles aux épices par excellence » – ou des escales, du Cap-Vert aux Maldives.

À partir d’une sélection de récits d’auteurs de nationalité et de fonctions variées, retraçons dans ce premier billet, les grandes lignes de l’histoire de la présence européenne aux Indes orientales aux XVIe et XVIIe siècles. Deux billets ultérieurs nous permettront de reconstituer un trajet d’Europe aux « Indes orientales » et de voir ce que ces témoignages nous apprennent des territoires visités.

I/ Les Portugais, maîtres des mers vers les Indes orientales (fin XVe– XVIe siècle)

La fin du Moyen Âge voit l’émergence d’une folie des épices. Les aristocrates européens en font à cette époque un usage immodéré : cannelle, clou de girofle, noix de muscade, poivre ou encore cardamome… Toutes ces denrées n’avaient pas seulement un usage culinaire et médicinal. Dans une économie médiévale peu monétarisée, elles permettaient aussi de payer en nature, pratique à l’origine de l’expression « payer en espèces » c’est-à-dire en… épices. Jusqu’au XVe siècle, ce sont les Arabes qui vont chercher ces épices jusqu’en Inde ou en Chine, en empruntant la route terrestre, la route de la soie, et les revendent aux marchands vénitiens. Mais en 1453, la prise de Constantinople par les Turcs ottomans vient bouleverser ce commerce. Il faut trouver une autre voie vers l’Asie…

Alfonso de Albuquerque (1453-1515). [Recueil. Portraits d’Alphonse d’Albuquerque (Xve-XVIe s.)] Gallica (BnF).

C’est au tour du Portugal d’entrer en scène : les expéditions maritimes encouragées par la royauté permettent la découverte d’une « nouvelle route » des épices, une route maritime, qui contourne d’ouest en est le continent africain, en franchissant le cap de Bonne-Espérance. En 1556, Jean Temporal (15..-157.) a retracé la progression des Portugais sur la route maritime des Indes en éditant les navigations, les récits de voyages pour le compte du Portugal d’un certain nombre de capitaines depuis Alvise Cadamosto (1432-1488) qui découvre les îles du Cap-Vert en 1456 à l’expédition d’Alphonse d’Albuquerque (1453-1515) aux Indes en 1503, en passant par Vasco de Gama (1469?-1524) bien sûr, considéré comme le premier Européen à arriver aux Indes par voie maritime en contournant le cap de Bonne-Espérance, en 1498, ou Pedro Álvares Cabral (1467 ?-1520 ?), « le découvreur du Brésil » en 1500… Brésil qui constituera parfois une étape entre l’Europe et les Indes…3

Globe terrestre. (Reproduction en fac-similé) de Martin Behaim (1459-1507), 1492. Gallica (BnF).

Martin Behaim (1459-1507), cosmographe allemand au service de Jean II de Portugal, a participé à l’une de ces expéditions le long des côtes de l’Afrique en 1484-1485. Le globe terrestre qu’il réalise vers 14924 reflète l’état des connaissances géographiques juste avant la découverte de l’Amérique, mais après le contournement de l’Afrique par le sud opéré en 1488 par Bartolomeu Dias (1450 ?-1500), qui fut son élève. La vision qu’avaient les Portugais, et plus généralement les Européens, de l’océan Indien était alors bien approximative.

Néanmoins, la voie est ouverte, dans laquelle les marchands portugais s’engouffrent aussitôt, vers cet inconnu. Ils conservent un temps le monopole du commerce avec l’Extrême Orient. Outre les épices, ils en rapportent des cotonnades et bien des marchandises précieuses achetées à vil prix aux Indes et revendues en Europe avec un bénéfice considérable. Cependant les Portugais sont maladroits dans leurs relations avec les populations autochtones. Ils établissent leurs comptoirs par la force des armes, et les conservent par la terreur. Cette violence ressort déjà des écrits de Thomas Lopes (14..-15..), chroniqueur de la seconde expédition de Vasco de Gama aux Indes de 1502…5. Des Portugais, il faut lire aussi le récit des voyages de Fernão Mendes Pinto (1514-1583)6, tour à tour trafiquant, naufragé, pirate, mercenaire à la solde des gouvernants locaux, esclave, négociant, ambassadeur. Il laisse une relation tellement extraordinaire de ce qu’il a vécu, que pendant longtemps on ne croit pas à sa véracité, ce qui donne lieu à un jeu de mots sur « Fernão Mendes Minto » (Fernand Mendes Je-mens).

Les voyages advantureux de Fernand Mendez Pinto, fidellement traduits de portugais en françois par le sieur Bernard Figuier,… Paris, A. Cotinet : J. Roger, 1645. Gallica (BnF).

À la fin du XVIe siècle, l’Angleterre et les Pays-Bas commencent à menacer le monopole du Portugal… Celui-ci est annexé à l’Espagne en 1580. Or, en 1588, la déroute de l’Invincible Armada, écrasée par les Anglais, traduit la fin de la suprématie navale espagnole, laissant aux autres puissances européennes la voie libre vers les Indes orientales. Au XVIIe siècle, ce sont les « Provinces-Unies » qui en profiteront d’abord.

II/ La suprématie hollandaise sur l’océan Indien (XVIIe siècle)

 

Portrait de Jan Huygen van Linschoten, dans Histoire de la navigation  de Jean Hugues de Linschot,… aux Indes orientales, […], A Amsterdam, chez Evert, 1638. 3e éd. Gallica (BnF).

Les nations européennes concurrentes emploient des informateurs qui prennent connaissance et divulguent à leurs compatriotes stratégies de navigation, organisation des comptoirs portugais, données militaires… Jan Huygen van Linschoten (1563-1611) joue, le premier, ce rôle d’informateur. Secrétaire de l’archevêque portugais de Goa en Inde, il compose en 1595 à l’intention de ses compatriotes néerlandais un traité fameux contenant à la fois des instructions nautiques sur le voyage en Orient et un compte rendu précis de son expérience. Rapidement traduit en français, en allemand et en anglais, le Grand routier de mer de Linschoten acquiert une notoriété immense auprès des marins de l’Europe du Nord et reste la bible des capitaines pendant toute l’époque de l’expansion hollandaise7. Linschoten prend part à la première expédition affrétée par les bourgeois d’Amsterdam8

Le Grand routier de mer, de Jan Huygen van Linschoten (1563-1611), Amsterdam, chez Evert Cloppenburch, 1619. Gallica (BnF).

Le processus est amorcé… Les deux nations, anglaise et surtout hollandaise, forment des sociétés par actions pour financer les expéditions coûteuses vers l’Orient. La Compagnie anglaise des Indes orientales (East India Company) et la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (Vereenigde Oost-Indische Compagnie ou VOC9, littéralement « Compagnie unie des Indes Orientales ») sont successivement fondées en 1599 et en 1602, pour prendre part au lucratif commerce des épices en s’implantant sur les lieux de production. La Hollande, grâce à son organisation financière plus performante, ne tarde pas à obtenir la position dominante en Asie. Les Hollandais s’emparent des possessions portugaises, parmi lesquelles, les îles de Ceylan, des Moluques ainsi que les Célèbes (situées actuellement en Indonésie). Ne reste plus que Goa aux Portugais. La VOC devient rapidement un État dans l’État, avec une flotte de 200 navires et plus de 10 000 agents outre-mer. Les Hollandais fondent la ville de Batavia (aujourd’hui Djakarta) sur l’île de Java. C’est vers ce port que sont acheminées et entreposées toutes les cargaisons d’épices avant leur départ vers l’Europe. À la différence des Portugais, ils ne se contentent pas d’acheter et de revendre : ils veulent contrôler totalement la production des épices et exclure des rivages de l’Asie les autres nations européennes.

Lorsqu’en 1689, le Prince d’Orange, gouverneur des Pays-Bas, devient Guillaume III, roi d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande, la concurrence entre les deux nations prend fin : le commerce des épices revient aux Pays-Bas, tandis que celui des textiles est confié à l’Angleterre. Au cours du XVIIIe siècle, le commerce du thé et du coton supplantera celui des épices et dès 1720, la Compagnie anglaise deviendra l’entreprise commerciale la plus puissante…

Wouter Schoutens Oost-indische voyagie … als oock sijn seer gevaerlijcke wederom reyse naer’t Vaderlande…, t’Amsterdam, by Jacob Meurs, 1676. Réserve des livres rares, cote 4-O2K-35. BnF.

Outre Linschoten, citons les navigations vers les Indes de plusieurs Hollandais : Guillaume-Isbrand Bontekoë (1587-1657)10, qui voyage de 1618 à 1624, Jan Janszoon Struys (1629 ?-1694)11, ou le chirurgien Wouter Schouten (1638-1704)12; ainsi qu’un témoignage anglais, celui de Sir Thomas Herbert (1606-1682), Valet de chambre de Charles Ier13.

Les Hollandais ne sont pas seulement performants en matière d’organisation financière. Ils ont aussi une avance certaine en matière de cartographie. En effet, les progrès dans ce domaine, au XVIIe siècle, doivent presque tout aux voyages maritimes, or à cette époque les Hollandais règnent sur la presque totalité des mers14.

[Carte de la mer de Java] par Joan II Blaeu, 1688. Gallica (BnF).

La Compagnie néerlandaise des Indes orientales s’adjoint des cartographes. Pendant trois générations, de 1633 à 1705, les Blaeu15, sont cartographes officiels de la VOC. Ils publient des atlas et des globes d’une exactitude remarquable pour l’époque : le Théâtre du monde ou nouvel atlas, puis l’Atlas Maior. Ils sont concurrencés par Henricus Hondius (1597-1651) et Johannes Janssonius (1588-1664), auxquels on doit le Nouveau théâtre du monde, ou Nouvel atlas16. Les deux entreprises s’inspiraient largement des cartes de Mercator (1512-1594)17.

Quid de la France ?…

III/ La place de la France en mer des Indes (XVIe – XVIIe siècles)

La France n’est pas indifférente aux richesses de l’Orient. Rappelons la contestation par François Ier du Traité de Tordesillas (1494) instaurant un monopole sur les découvertes, la navigation et le commerce au profit des puissances ibériques18. Dès le milieu du XVIe siècle, quelques explorateurs français, des corsaires et des aventuriers arment des navires pour « les Indes » : le Marseillais Vincent Le Blanc (1554-v.1640) voyage selon ses dires de 1568 à 1626 à travers toute la planète, y compris aux Indes.19 À partir de 1600, les premières expéditions commerciales de commerçants malouins ou dieppois sont régulièrement lancées vers l’Asie. En 1601, par exemple, la Compagnie des marchands de Saint-Malo, Laval et Vitré arme deux navires, le Corbin et le Croissant « pour chercher le chemin des Indes ». François Pyrard (v.1578-v.1623), marchand de Laval, embarque à bord du Corbin pour un périple de dix ans, dont il fera le récit. Sa description des Maldives fera référence jusqu’au XIXe siècle20. Sur la route du retour, il rencontre à Goa un autre voyageur français, Jean Mocquet (1575-v.1617). Le témoignage de ce dernier est remarquable du fait des fonctions qu’il occupe d’apothicaire du roi, puis de garde du Cabinet des singularités du roi, et de la confiance et de l’écoute que semble lui avoir accordées Henri IV21.

Voyages en Afrique, Asie, Indes orientales et occidentales, faits par Jean Mocquet,… divisez en six livres et enrichiz de figures… A Paris, chez Jean de Heuqueville, 1617. Gallica (BnF).

Il existe bel et bien en ce début de XVIIe siècle des tentatives françaises visant à profiter des richesses des Indes. Cependant, elles échouent, les vaisseaux étant systématiquement détruits ou confisqués par les Hollandais. Richelieu relance l’activité des Français en direction de l’Asie, en négociant le traité de Compiègne avec les Pays-Bas, lequel reconnaît la liberté du commerce vers les « Indes occidentales et orientales ». Il crée en 1642 la compagnie d’Orient avec monopole de 15 ans sur Madagascar et les îles environnantes.

Étienne de Flacourt (1607-1660), directeur général de la Compagnie française de l’Orient, et gouverneur de Madagascar à partir de 1648, avec son Histoire de la grande isle Madagascar ((Histoire de la grande isle Madagascar, composée par le Sieur de Flacourt, directeur general de la Compagnie françoise de l’Orient, & commandant pour sa Majesté dans ladite isle & les isles adjacentes. Avec une relation de ce qui s’est passé des années 1655. 1656. & 1657.Troyes, ches Nicolas Oudot, & se vendent a Paris, chez Gervais Clouzier. 1661.)) livre un témoignage dont nous reparlerons.

Isle de Madagascar, autrement dicte isle St Laurens, par le Sr de Flacourt, 1656. A présent nommée isle Dauphine, Paris, A. de Fer, 1666.
Éloge de feu Monsieur de Flacourt, directeur général de la compagnie françoise d’Orient. Avec la relation de son naufrage, [S. l., 1661]. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF) : 4-LN27-7600.

En 1662, François de La Boullaye-Le Gouz (1623-1668) entre à son tour au service de cette Compagnie. Ses dirigeants avaient peut-être pu apprécier l’étude de l’organisation des colonies portugaises dressée dans la relation de ses voyages22.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

C’est aussi au milieu du XVIIe siècle que Jean-Baptiste Tavernier (1605-1689), futur baron d’Aubonne, commence à voyager vers l’Orient, négociant des marchandises précieuses. Ses ouvrages constituent un guide pour les marchands, répertoriant toutes les informations qui pourraient leur être utiles, comme les monnaies en cours et les taux de change pratiqués, les différentes mesures de poids et de longueurs, les règles douanières et commerciales23.

C’est Colbert qui donne l’impulsion décisive au développement des échanges avec l’Orient en constituant la compagnie française des Indes orientales en 1664. Dans cette entreprise, il bénéficie de l’expertise de François Caron (1600-1672), fils de Huguenots français réfugiés aux Pays-Bas, ancien directeur de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, et fin connaisseur du Japon, en particulier. Dix ans plus tard, la compagnie est établie en Inde24. Les Français achètent poivre, cannelle et anis « aux Indes »…25 Comme il est indiqué sur ces échantillons d’étoffes brodées à la manière des Indes, le commerce français s’y développe surtout au siècle suivant, et s’étend au textile26

Etoffes brodées en France à la manière des Indes : [échantillons de tissus] , [Ca 1728]. Gallica (BnF)

Sur cette seconde moitié du XVIIe siècle, nous disposons du récit de voyage de Charles Dellon (1650-v.1710)27, et de ceux de deux religieux membres de la délégation diplomatique dépêchée par Louis XIV auprès du roi de Siam en 1685, deux personnalités bien différentes, le père Guy Tachard (1648-1712)28, et l’abbé de Choisy (1644-1724)29. Leur mission aboutit notamment à l’autorisation accordée par le roi de Siam aux Jésuites de prêcher le christianisme.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Que signifie voyager aux « Indes orientales » aux XVIe et XVIIe siècles ? Que nous apprennent les témoignages de l’époque sur le déroulement du voyage ?… Le prochain billet nous permettra de le découvrir.

 

Citer ce billet : Stéphanie Tonnerre-Seychelles, "A la découverte des Indes orientales (XVIe-XVIIe siècles) (Partie I. Sur l’histoire de la présence européenne dans l’océan Indien)," in L'Histoire à la BnF, 07/06/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7549, [consulté le 16/07/2019].

 

 

  1. Nicolas Cavaillès, Vie de monsieur Leguat. Paris, les éd. du Sonneur, 2013. []
  2. Voyage et avantures de François Leguat, & de ses compagnons, en deux isles désertes des Indes orientales. Amsterdam, chez Jean Louis de Lorme libraire, MDCCVIII, 1708. 2 vol. []
  3. De l’Afrique, contenant les navigations des capitaines portugalois et autres, faites audit païs jusques aux Indes tant orientales que occidentales… Lyon, par Jean Temporal, 1556. []
  4. La BnF détient une copie, faite en 1847, du globe original conservé à Nuremberg. Celle-ci est présentée dans le cadre de l’exposition « Le Monde en sphères » (Bibliothèque nationale de France, 16 avril 2019 – 20 juillet 2019). Martin Behaim (1459-1507), Globe terrestre, Nuremberg, 1847 (fac-similé), original daté de 1492. []
  5. Écrits consultables dans : De l’Afrique contenant les navigations des capitaines portugalois et autres faites audit païs jusques aux Indes tant orientales que occidentales… Tome 2. Lyon, par Jean Temporal. 1556. []
  6. Les voyages advantureux de Fernand Mendez Pinto, fidellement traduits de portugais en françois par le sieur Bernard Figuier,… Paris, A. Cotinet : J. Roger, 1645. []
  7. Le Grand routier de mer de Jean Hugues de Linschot,… contenant une instruction des routes et cours qu’il convient tenir en la navigation des Indes orientales […]. Amsterdam, chez Evert Cloppenburch, 1619. []
  8. Mireille Pastoureau, « Les Hollandais conquérants des mers », L’Âge d’or des cartes marines : Quand l’Europe découvrait le monde. (Exposition : Bibliothèque nationale de France, 23 octobre 2012 – 27 janvier 2013), Paris, BnF, Délégation à la diffusion culturelle, Éditions multimédias, 2012. Article consultable en ligne ici. []
  9. L’ouvrage suivant illustre bien l’activité de la VOC, en ce début de XVIIe siècle : [Illustrations de Commencement et progrès de la Compagnie des Indes Orientales  des Provinces Unies des Pays-Bas. Les principaux voyages que les habitants de ces provinces ont faits : avec la description des Royaumes, des rivières, des fleuves…], J.V. Meurs, grav. [Pays-Bas], s.n., 1646. []
  10. Contenu dans : Relations de divers voyages curieux, qui n’ont point esté publiées (…), données au public par les soins de feu M. Melchisedec Thevenot… Nouvelle édition… Paris, chez Thomas Moette, 1696 , 1er vol. []
  11. Les voyages de Jean Struys, en Moscovie, en Tartarie, en Perse, aux Indes, & en plusieurs autres païs étrangers (…) A quoi l’on a ajouté comme une chose digne d’être suë, la relation d’un naufrage, dont les suites ont produit des effets extraordinaires. Par Monsieur Glanius. Amsterdam, chés la veuve de Jacob van Meurs, 1681. []
  12. Entre autres éditions conservées à la BnF : Voiage de Gautier Schouten aux Indes orientales, commencé l’an 1658, et fini l’an 1665, traduit du hollandois…, Amsterdam, Pierre Mortier, 1708, 2 vol. []
  13. Relation du voyage de Perse et des Indes orientales.. Traduite de l’anglois de Thomas Herbert. Avec les revolutions arrivées au royaume de Siam l’an mil six cens quarante-sept. Traduites du Flamand de Ieremie Van Vliet. Paris, chez Iean Du Puis, 1663. []
  14. Mireille Pastoureau, « Les Hollandais conquérants des mers », op. cit. []
  15. Willem Janszoon Blaeu (1571-1638), son fils Johannes Blaeu (1596-1673), son petit-fils, Joan II Blaeu (1650-1712)… []
  16. [Hendrik Hondius], Nouveau théâtre du monde, ou Nouvel atlas comprenant les tables et descriptions de toutes les régions de la terre [Préface signée Henry Hondius et Jean Jansson]…, Amsterdam, J. Jansson, 1640-1650, 5 vol. []
  17. Monique Pelletier, Isabelle Bouchard, Le théâtre du monde : atlas d’hier, atlas imaginaires. Paris, Paris bibliothèques, Trésors de papier, 2009, pp. 5-6. []
  18. Lire par exemple : Éric Schnakenbourg, « Traité de Tordesillas, 7 juin 1494 », Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe, article consultable en ligne ici. []
  19. Les voyages fameux du Sieur Vincent Le Blanc marseillois rédigez… par Pierre Bergeron,.. Paris, chez Gervais Clousier, 1649. []
  20. Voyage de François Pyrard de Laval contenant sa navigation aux Indes Orientales, Maldives, Moluques, Bresil ; les divers accidens, adventures et dangers qui lui sont arrivez en ce voyage,… [plus un brief advertissement pour ceux qui entreprennent le voyage des Indes.] 3e et dernière édition revue, corrigée et augmentée… avec un petit dictionnaire de la langue des Maldives.  Paris, chez Samuel Thiboust et chez la veufve Remy Dallin, 1619. []
  21. Voyages en Afrique, Asie, Indes orientales et occidentales, faits par Jean Mocquet,… divisez en six livres et enrichiz de figures… Paris, chez Jean de Heuqueville, 1617. []
  22. Les voyages et observations du sieur de La Boullaye Le Gouz gentil-homme angevin, où sont décrites, gouvernemens & situations des Estats & royaumes d’Italie, Grece, Natolie, Syrie, Palestine, Karamenie, Kaldée, Assyrie, grand Mogol, Bijapour, Indes orientales des Portugais, Arabie, Egypte, Hollande, grande Bretagne, Irlande, Dannemark, Pologne, isles & autres lieux d’Europe, Asie & Afrique, où il a séjourné (…). Paris, chez François Clousier, 1653. []
  23. Les six voyages de Jean-Baptiste Tavernier ,… qu’il a fait en Turquie, en Perse et aux Indes, pendant l’espace de quarante ans… accompagnez d’observations… sur… la religion, le gouvernement, les coutumes & le commerce… avec les figures, le poids, & la valeur des monnoyes qui y ont cours. Paris, chez Gervais Clouzier et Claude Barbin, 1676, 2 vol. []
  24. La déclaration royale fondant la compagnie : Déclarations du Roy : l’une, portant établissement d’une Compagnie pour le commerce des Indes Orientales ; l’autre [du 27 août 1664], en faveur des officiers de son Conseil et Cours Souveraines intéressées [sic], en ladite Compagnie et en celle des Indes Occidentales. Registrées en la Cour de Parlement le 1er septembre 1664, en la Chambre des Comptes le 11 dudit mois et an, et en la Cour des Aydes le 22 ensuivant. Paris, par les imprimeurs ordinaires du Roy, 1664 ;  et le plaidoyer en faveur de cette création, commandé par Colbert à l’académicien François Charpentier (1620-1702) : Discours d’un fidèle sujet du roy, touchant l’establissement d’une compagnie françoise pour le commerce des Indes orientales… Paris, [s.n.], 1664. []
  25. Eric Birlouez, « L’épopée des épices », Revue Reliefs, n°2, 2016, article consultable en ligne ici. []
  26. Étoffes brodées en France à la manière des Indes : [échantillons de tissus], [Ca 1728]. []
  27. Relation d’un voyage des Indes orientales. Dédié à Monseigneur l’Evêque de Meaux par M. Dellon, Docteur en médecine. Paris, Chez Claude Barbin, 1685. – 2 vol. []
  28. Voyage de Siam des peres jésuites, envoyez par le roy aux Indes & à la Chine. Paris, chez Arnauld Seneuze et chez Daniel Horthemels, 1686. La BnF conserve le manuscrit original de cet ouvrage. Second voyage du père Tachard et des Jésuites envoyez par le roy au royaume de Siam. Paris, chez Daniel Horthemels, 1689. []
  29. Journal du voyage de Siam fait en M. DC. LXXXV. et M. DC. LXXXVI, par M. L. D. C. [l’abbé de Choisy]. Paris, chez Sébastien Cramoisy, 1687. []

Stéphanie Tonnerre-Seychelles

Chargée de collections en science politique et de valorisation en droit et science politique au département Droit, économie, politique.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.