Pour une histoire des voyages à bicyclette

« Debenne, 3 ans, Boisserel [?] 3 ans [deux jeunes enfants à vélo] », photographie, Agence Rol, sd. Gallica (BnF).

Dans quelques jours débute le Tour de France : c’est l’occasion de passer rapidement en revue les collections de récits de voyages et de guides touristiques cyclistes…

Même sans avoir lu le « Supplément littéraire » du Figaro du 4 octobre 1890, on s’en doutait : Aristote n’a pas connu le vélocipède ! Mais ce texte est intéressant à plus d’un titre. D’abord parce que la question (« Aristote a-t-il connu le vélocipède ? »)  renvoie à  celle de l’origine de la bicyclette, qui n’a pas de date d’invention précise, sauf à considérer la draisienne comme la première bicyclette : ce sont seulement les améliorations ou changements successifs, parfois précisément datés, qui ont permis de passer des machines des origines à celles que nous connaissons aujourd’hui. Ensuite parce que ces quatre pages consacrées à la pratique de la bicyclette ont paru dans un supplément littéraire ! La « Belle époque » ? Heureux temps en tout cas, où l’on découvrait, sous la plume de Pierre Giffard, héraut s’il en fut de la cause cycliste,  l’art de vivre à bicyclette…

Dès son apparition, ou plutôt dès le début d’un usage qui allait devenir de masse, la pratique de la bicyclette a été encadrée, témoin cet étonnant volume de la « Bibliothèque du contribuable » : le Code du cycliste écrit en 1895 par des rédacteurs de la jurisprudence des Conseils de Préfecture ;  la justice s’en mêle aussi avec en 1897 La Bicyclette et les tribunaux.

Très tôt les bienfaits de la pratique de ce qui était encore le vélocipède ont été mis en valeur. Élisée Désiré Bellencontre peut ainsi écrire dès 1869 dans son Hygiène du vélocipède :

Aujourd’hui le vélocipède ne doit plus être considéré comme un jouet, c’est un objet d’utilité, un instrument de locomotion et j’ai voulu démontrer combien, appliqué à l’hygiène et à la gymnastique, il peut être utile à la santé, quel plaisir il procure et à quel but il conduit en concourant même au progrès de haute moralisation des masses, vers lequel les esprits tendent sans cesse.

Dès 1891, la vélocipédie bénéficie d’une histoire, préfacée par Jean Richepin, qui n’était pas encore académicien. L’ouvrage revient avec un regard amusé sur les difficultés rencontrées pour imposer la pratique féminine de la bicyclette :  « Les femmes s’étaient prises de curiosité pour l’instrument de leur mari ou de leur ami, et, comme il arrive d’ordinaire des objets qu’elles ne connaissent pas, voulurent voir le loup nouveau […] La Faculté de médecine en tressauta d’horreur et monta sur ses grand bocaux. L’amour du cheval de fer, la ruine de la femme, la perturbation des organes sacrés sur lesquels le code civil a édifié le mariage, la stérilité incurable vengeresse de ces excès, tous les anathèmes médicaux tirèrent la femme en bas du vélocipède ».

Quelques années plus tard dans De l’exercice vélocipédique : ses effets physiologiques et pathologiques, ses indications, ses contre-indications le Docteur Édouard Pize pouvait constater : « à l’heure actuelle […] tout le monde va peu ou prou à bicyclette. Vieillards, femmes, enfants, tous pédalent avec acharnement ». Mais si « toutes les objections qu’on a pu faire à la vélocipédie féminine ont été réduites à néant par M. Lucas Championnière, le savant défenseur du cyclisme », cette pratique reste toutefois prudemment déconseillée, entre autres malades, aux « porteurs de chancres mous ou indurés ».

Plus rien ne  semble donc s’opposer au succès de la bicyclette : les publicités abondent.

« Manufacture de vélocipèdes G. Dupont ». Affiches Camis (Paris), 1892. Gallica (BnF).
« Fabrique française de vélocipèdes Blanc et Gautard », affiche, Imprimerie Edward Ancourt, vers 1900. Gallica (BnF).

 

Les revues spécialisées commencent à paraître. Ainsi La France vélocipédique illustrée : revue indépendante de la vélocipédie française & étrangère, de Francisque Greppo. Ce n’est pas la première chronologiquement mais c’est une des plus complètes (avec une étonnante rubrique consacrée aux « Faits divers vélocipédiques ») et  résolument tournée vers une pratique sportive : les compétitions, déjà, attirent les foules.

« A partir du 29 mai courses de vélocipèdes sur le vélodrome Buffalo… », affiche, Lithographie F. Appel, sd. Gallica (BnF).

La bicyclette a  aussi ses premières célébrités, comme en témoignent des photographies d’écrivains se promenant à bicyclette, Émile Zola ou Paul Féval fils.

Jules Beau, « Mme Paul Féval [fils] – M. Paul Féval [fils] », collection de photographie sportive, 1896-1897. Gallica (BnF).

Surtout, la démocratisation et l’engouement pour le vélo passeront par les premières excursions et les premiers voyages. Dans Le Cyclisme théorique et pratique, de Baudry de Saunier (1893), ouvrage qui recense tout ce que l’on doit savoir à l’époque sur la pratique de la bicyclette, le « portrait-robot » du touriste idéal est donné :

Louis Baudry de Saunier, Le Cyclisme théorique et pratique, précédé d’une préface de Pierre Giffard, Librairie illustrée (Paris), 1893. Gallica (BnF).

Les premiers récits de voyage à bicyclette sont édités et on est encore ému aujourd’hui par l’enthousiasme de Régis Brochet, parcourant le bocage vendéen en 1893 :

Pour parcourir avec fruit comme il le mérite ce bocage aux aspects si romantiques, il est indispensable d’user d’un mode de locomotion pratique avant tout, autant qu’agréable.

Il est une sorte de véhicule aujourd’hui fort en honneur, qui semble assez bien répondre à ces deux conditions : je veux parler de ce petit cheval d’acier, qu’en des termes moins recherchés on nomme la Reine-Bicyclette.

Ici cependant, pas de remarques sur l’aspect sportif de la pratique de la bicyclette ; certes, malgré « quelques côtes assez rudes », le bocage vendéen n’est pas réputé pour ses reliefs. Il ne faut cependant pas oublier qu’à cette époque il n’y avait pas de dérailleurs et que la moindre colline pouvait devenir une épreuve. Toutefois l’ouvrage est essentiellement un guide touristique et historique.

Cela change un peu avec les Onze jours en Touraine. Bien que l’auteur s’en défende, il s’agit là aussi d’un guide ; mais les péripéties du voyage à bicyclette ne sont pas oubliées :

Non loin d’ Amboise, existe un château du XVe siècle, que le propriétaire ne veut pas laisser visiter. C’est la seule fois que dans notre voyage nous ayons eu affaire à un châtelain aussi peu hospitalier. Vouons donc aux divinités infernales le propriétaire du château de Pocé et faisons des vœux pour que les cyclistes, nos frères, ne fassent pas une route inutile, surtout s’ils doivent comme nous ramasser de brillantes « pelles » en faisant ce peu intéressant parcours.

On y trouve des expressions d’une charmante désuétude : « vélophobe », « sceller nos bicyclettes » ; des remarques sur la nécessité d’une alimentation conséquente : « restaurés par un excellent petit vin du pays et par les seules rillettes que nous ayons mangées dans tout le voyage, nous pédalons avec une nouvelle énergie » ; sans oublier un discret éloge du matériel : « nos trois bicyclettes munies de leurs excellents pneumatiques (pas de noms de fournisseurs pour ne pas avoir l’air de faire de réclame) ». L’ouvrage est signé « Trois membres du cycle amateur versaillais et du Touring club » et s’adresse clairement aux (futurs ?) pratiquants.

Plus sportif sera En bicyclette à travers l’Engadine, la Valteline, le Tyrol et l’Italie du Nord de W. Quick (Georges Curtel) paru en 1893, un des premiers chefs-d’œuvre de la littérature cycliste. Du tourisme certes, mais aussi et surtout de la bicyclette. On commence par les conseils de voyage :

Encore une recommandation. Ne partez jamais avec des compagnons trop faibles. La bonne humeur est inséparable de la bonne santé. La fatigue rend les gens grognons.

On poursuit avec la présentation des compagnons, de leurs « montures » et de leur matériel. Puis on attaque les montagnes où « les glissades […] ne sont pas seulement désagréables, elles sont véritablement dangereuses ». On évoque la fringale, « ces effroyables pentes côtoyant l’abîme », les gens qu’ils croisent dans les descentes et qui s’attendent à les « voir filer par-dessus les balustrades au premier tournant », mais aussi « tous les quarts d’heure, un moment d’arrêt pour contempler le paysage et reposer nos mains ». Ajoutons que le compte rendu de chaque journée se termine par l’itinéraire et le nombre de kilomètres parcourus. Et que dire de la terrible descente qui salue leur arrivée en Autriche, « si l’on peut appeler descente les 52 marches gigantesques qui sont taillés dans le flanc de l’Ortler. Au reste, la photo ci-contre en donne quelque idée » :

« Col de l’Orbier vu du versant autrichien », En bicyclette à travers l’Engadine, la Valteline, le Tyrol et l’Italie du Nord / par W. Quick (Georges Curtel), Théolier (Saint-Étienne), 1893. Gallica (BnF).

 

Dès la fin du XIXe siècle, les récits sont d’une grande variété. Ainsi La France en bicyclette : étapes d’un touriste : de Paris à Grenoble et à Marseille… où se mêlent conseils pour l’entraînement et la préparation du voyage, narration des péripéties de chaque étape, guide touristique des régions traversées… et hommage discret aux montures : « Appuyés sur nos bicyclettes, nous les caressions involontairement, en face de spectacle imposant, comme pour les remercier de nous avoir amenés jusque-là ». Si En vélo autour de Quimper est relativement calme, plus sportifs sont Les Pyrénées et l’Auvergne à bicyclette : Chartres à Gavarnie par Bordeaux, retour par Clermont ou Excursions en Savoie . En 1896 A travers les cactus : traversée de l’Algérie à bicyclette répond au désir d’exotisme et cible un des principaux problèmes :

Je connais bien les précautions à prendre : je sais ce que c’est que la chaleur à bicyclette. Une traversée de la vieille Castille au mois de juillet 1893 m’en a donné une idée.

– Oh ! mais vous l’aurez plus forte encore, ici, la chaleur, d’autant plus que la saison a été retardée cette année et que septembre nous donne la chaleur du mois d’août.

– Sapristi, pas de chance alors.

Pas de chance, en effet, puisque « la chaleur se fit sentir très vite et très violente »…

Signe des temps et du succès de cette pratique, la bicyclette a désormais droit de cité dans les guides touristiques. Ainsi les fameux guides Joanne, souvent réédités, comme l’ Itinéraire général de la France qui comporte un appendice : la Corse à bicyclette, par M. A. Courtet.

Itinéraire général de la France. La Corse, par Paul Joanne [H. Boland et P. Leca], avec un appendice : la Corse à bicyclette, par M. A. Courtet… Paris, Hachette, 1905. BnF. Cote: 8-L25-56 (8,C).
Itinéraire général de la France. La Corse, par Paul Joanne [H. Boland et P. Leca], avec un appendice : la Corse à bicyclette, par M. A. Courtet… Paris, Hachette, 1905. BnF. Cote: 8-L25-56 (8,C)

Bien plus tard apparaîtront des guides entièrement consacrés à la pratique de la bicyclette. Signe de l’évolution de l’édition, la couverture indique de suite le public visé : Randonnées à bicyclette en Île de France : itinéraires choisis et commentés (1977).

Randonnées à bicyclette en Île de France : itinéraires choisis et commentés / par Évelyne Lempereur ; publié par le C.D.M. [Club des dix mille], Arcueil, 1977. BnF. Cote: 16-L26-409.

Aujourd’hui ce sont désormais les guides qui ont le vent en poupe. Certes, on publie toujours des récits, qui lorgnent volontiers vers l’exploit sportif. Certains guides suivent cet engouement à la fois pour la performance et pour l’exotisme en donnant des conseils pratiques.

Itinéraires à vélo en France/ Sally Dillon, Neil Irvine, Catherine Palmer… [et al.], Lonely planet publ., 2001. BnF. Cote: 2001-79450.
D’autres restent dans un format plus familial, comme les Itinéraires à vélo en France et/ou  sur des terrains plus abordables, comme Les plus beaux cyclotours de France.

Enfin, la plus récente des évolutions concerne les guides de cyclisme en ville qui veulent apporter un éclairage complet et s’intéresser à toutes les pratiques, que ce soit pour aller travailler ou pour se promener ;  là encore,  tout est annoncé sur la couverture : balades, sécurité, conseils histoires… comme dans Paris à vélo (2011). Il semblerait que le vélo ait enfin retrouvé la place qui était la sienne sous la plume de Pierre Giffard dès octobre 1890 !

Paris à vélo / rédacteur en chef, Pierre Josse ; auteurs, Erick Marchandise et Philippe Piot ; rédaction, Olivier Page, Véronique de Chardon, Isabelle Al Subaihi… [et al.]. Paris, Hachette, 2011. BnF. Cote: 2011-189604.
Si vous aimez le tour de France, le blog Gallica vous réserve bien des aventures cet été. La BnF et les partenaires de Gallica se sont en effet associés pour vous faire découvrir le patrimoine des régions traversées par les coureurs du Tour 2017. Du 1er au 23 juillet, le blog Gallica fera ainsi étape dans une trentaine de villes.
Citer ce billet : Bertrand Tassou, "Pour une histoire des voyages à bicyclette," in L'Histoire à la BnF, 28/06/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/763, [consulté le 25/11/2017].

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *