Alphonse Daudet, un touriste en Algérie

Il y  a cent cinquante ans paraissaient les Lettres de mon moulin, qui sont aujourd’hui l’ouvrage le plus connu d’Alphonse Daudet (1840-1897). Ce recueil est, à juste titre, associé à la Provence. Pourtant, dans la première édition, un des textes a pour cadre l’Algérie où Alphonse Daudet fit un voyage en 1861-1862. C’est l’occasion de se pencher sur ce voyage et sur le récit qu’en donne Daudet, en le replaçant dans le contexte de l’essor du tourisme.

Alphonse Daudet par Nadar, s.d. Gallica (BnF).

 

Alphonse Daudet voyage en Algérie du 21 décembre 1861 au 25 février 1862. Les raisons de son séjour ont longtemps été mal connues, ou plutôt cachées. Pour son fils Lucien, qui lui consacre un livre en 1941,  « il tombe malade, les médecins craignent pour ses poumons et l’un des médecins du duc de Morny, le docteur Marchal de Calvi, l’envoie en Algérie1 ». Lucien Daudet reprend les propos de son père qui écrivait en 1888 avoir« surtout besoin de calfater au bon soleil [ses] poumons délabrés2 ». Les véritables raisons sont en fait moins avouables : « des raisons de santé (officiellement les bronches, en fait une infection vénérienne) le contraignent à quitter pour quelque temps Paris3 ». Il est en effet victime d’une « vérole mondaine4», ou syphilis…5 D’un point de vue géographique son ambition est, comme le remarque Jacques-Henry Bornecque, tout à fait modeste : 

Le point extrême de l’exploration dut être Orléansville, à environ 190 kilomètres d’Alger. Ce qui frappe, par conséquent, dès que l’on regarde une carte, c’est la médiocrité du périmètre visité : guère que de la plaine, aucune autre grande ville qu’Alger, rien de vraiment sauvage et lointain, qu’il eût fallu chercher dans l’Atlas ou vers les premiers oasis6».

Il débarque en effet à Alger puis va vers l’ouest, sans entrer trop profondément dans les terres : Blida, Orléansville et enfin Milianah, également orthographiée « Miliana ».

C’est à cette dernière ville, à l’époque peuplée de « 5 300 habitants dont les 2/3 indigènes7»,  qu’est consacré sous le titre « À Milianah » un des textes des Lettres de mon moulin. Il s’agit d’une version largement remaniée de « La Petite ville », parue en 1864 dans la Revue nouvelle. « À Milianah » n’est certes pas le meilleur texte de Daudet sur l’Algérie : les Aventures prodigieuses de Tartarin de Tarascon (et la partie de Trente ans de Paris consacrée à ce livre) ou« Les sauterelles », repris dans l’édition définitive des Lettres de mon moulin, sont à juste titre plus renommés. Mais « À Milianah » ne se présente pas comme une fiction et a pour sous-titre « Notes de voyage » : Daudet y raconte une journée passée dans la petite ville et reprend de nombreux éléments autobiographiques de son voyage, comme l’a montré Jules Caillat8. Si les notes de voyage de Daudet ont été « perdues [ou] détruites ou non publiées parce qu’elles ne contenaient rien que de fragmentaire, d’embryonnaire, et que les fragments avaient déjà servi9 », ce texte est ce qui s’en rapproche le plus et correspond parfaitement aux « impressions et souvenirs » annoncés par le sous-titre du recueil.

Daudet, narrateur-auteur, s’exprime à la première personne, du singulier ou du pluriel. C’est ce qui lui permet (le pluriel ne renvoyant pas à son cousin Henri Reynaud qui l’a accompagné pendant le voyage et qui est le modèle du futur Tartarin, mais à ses lecteurs) de nous servir littéralement de guide dans la visite de Miliana : il annonce « Cette fois je vous emmène passer la journée dans une jolie petite ville d’Algérie10», commente « Vite abritons-nous11» quand un violent orage éclate, ou explique dans la dernière scène « Me voici devant le théâtre, entrons un moment12».

L’extrême banalité du décor frappe dans cette visite de la ville. C’est un choix de l’auteur : « Daudet aura beau jeu de souligner que la “civilisation” française le poursuit : là où elle s’arrêterait, il hésite et pénètre à peine13». Il choisit effectivement un terrain balisé à l’avance comme le montre son parcours en Algérie :

Daudet s’arrêta plus longtemps à Miliana qu’à Blida. Il avait des lettres de recommandation pour le chef du bureau arabe. Les bureaux arabes étaient en effet bien placés pour guider les touristes dans leurs pérégrinations. Centralisant les renseignements de toutes sortes sur les régions où ils étaient installés, surveillant les divers cercles, seuls intermédiaires entre l’indigène et le haut commandent militaire, leurs agents connaissaient fort bien le pays et ses habitants. Ils étaient accueillants aux voyageurs. Ils durent l’être encore plus pour l’attaché de cabinet du Président du Corps Législatif14.

Jean Barbier, Itinéraire historique et descriptif de l’Algérie, avec un vocabulaire français-arabe des mots les plus usités et un résumé historique des guerres d’Afrique, 1855. Gallica (BnF).

Que Daudet apparaisse comme un guide pour son lecteur n’est pas fortuit : son périple correspond au moment où les voyages commencent à se démocratiser, même si l’on est encore loin du tourisme de masse. Cela s’accompagne de la parution de guides, notamment pour l’Algérie, phénomène qui a commencé dès les prodromes de la colonisation : on trouve en effet en 1830 un Guide des Français à Alger15 qui précède de peu l’envoi du corps expéditionnaire français en Algérie, et « pourra à la fois satisfaire les goûts des politiques, la curiosité des gens du monde et les besoins de l’armée expéditionnaire ». Il indique les trajets et les distances, propose un glossaire, des cartes et des plans : il y en a pour tous les types de lecteurs.

Quelques années plus tard, en 1836, le Conducteur, ou Guide du voyageur et du colon de Paris à Alger et dans l’Algérie16 a remplacé le soldat par le colon. Signe de l’évolution que le guide s’adresse au touriste ou au futur colon qui débarque à Alger, il donne les prix et recommande un hôtel. La première personne du pluriel accompagne et guide le lecteur, comme le fera Daudet : « Tournons à gauche, voilà la rue Charles-Quint et l’hôtel d’Europe. Arrêtons-nous sous ce vestibule avant d’entrer17». Mais c’est l’Itinéraire historique et descriptif de l’Algérie, avec un vocabulaire français-arabe des mots les plus usités et un résumé historique des guerres d’Afrique18 de 1855, qui consacre quelques pages à Milianah, puis  un Guide Joanne19 de 1862,  avec une présentation de Miliana qui correspond le mieux à ce que Daudet a vu durant son voyage.

Présentation de Miliana, Tableau de l’Algérie, annuaire descriptif et statistique de la colonie pour 1854,… . par Jules Duval, 1854. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Cote : 8-LC32-15.

 

L’évolution des guides, en quelques décennies à peine, montre à elle seule le passage de l’Algérie du statut de territoire à conquérir à celui d’un territoire colonisé ouvert au tourisme.

 

Daudet est donc un « jeune touriste20»  plutôt qu’un voyageur21, d’autant plus qu’il visite un territoire déjà en partie « occidentalisé ». À Miliana la distraction du dimanche est procurée par les militaires et « la musique du 3e de ligne 22» ; plus tard Daudet racontera les « petits théâtres de province23 » de Miliana. En quelques pages « est évoquée toute la vie de la petite sous-préfecture endormie, prétentieuse, monotone. À cent lieues de la France la province française se représente encore à son observation ironique 24».

=> Cliquez sur la galerie ci-dessous pour mieux voir les images

« À Milianah », figure dans la partie  « Entre banalisation et dénonciation » de Voyage en Algérie, anthologie de voyageurs français dans l’Algérie coloniale – 1830 – 1930. Il s’agit d’une banalité, née de l’ennui, autant que d’une banalisation. Sa lassitude, Daudet l’évoque avec insistance : « Où pourrais-je bien la passer, cette grise après-midi de dimanche ?  […] de cigarette en cigarette, je finirai bien par le tuer, ce dimanche sans soleil25». L’ennui de Daudet est celui du touriste un jour de pluie, dans une ville où il ne trouve pas grand-chose à faire : « Où finirais-je ma soirée ? Il est trop tôt pour me coucher ». Il provoque, même si elle ne dure qu’une journée, une  « dilution temporelle26». Le texte arrive à concentrer en une journée ce que Daudet a ressenti durant son séjour à Miliana :  

Malgré quelques excursions qui le menèrent sans doute jusqu’à Affreville, Daudet au milieu du voyage traverse des jours d’ennui. Il sent l’envahir une de ces brusques dépressions dont il est périodiquement l’esclave. Il a plu trois jours au début de janvier, il pleut à nouveau depuis le quinze, l’humidité est défavorable à sa santé ; la claustration qu’elle entraîne, la morne ambiance d’une chambre d’hôtel ramènent ses pensées sur lui-même. Lui dont un poumon est malade, il fume sans arrêt27 » !

Vue générale de Milianah, L’Algérie photographiée : Province d’Alger par Félix-Jacques-Antoine Moulin, 1856-1857. Gallica (BnF).

Pour chasser cet ennui, ou du moins essayer de faire passer le temps, Daudet va faire ce que font tous les touristes, même les moins ambitieux : il part à la recherche d’une forme d’exotisme. Il le trouvera auprès de la population locale, avec le « pittoresque local, et le même contraste déjà remarqué à Alger entre le milieu français et la vie indigène28». Cependant le portrait qu’il fait de la « pouillerie musulmane29» et de la population juive, loin d’évoquer les charmes de l’exotisme, renvoie nettement à une attitude raciste et antisémite30, qui est certes celle de nombreux touristes occidentaux de son époque, mais ne témoigne pas d’une curiosité de voyageur. Il ne trouve pas non plus de satisfaction dans l’observation des scènes, qu’elles soient de rue ou chez l’habitant : « ce pittoresque diffus, une fois la première curiosité passée, lasse pourtant vite le voyageur. Il lui suffirait de s’enfoncer dans certains quartiers de Paris pour retrouver le brassage des types et des races31 ». Il lui aurait aussi suffi de s’enfoncer plus loin, ou ailleurs, en Algérie, pour voir autre chose. Mais dans « À Milianah » justement, Daudet choisit de rester sur place, pour mieux nous prouver sa déception. Il refuse presque d’être un voyageur et semble se contenter d’être, durant ces quelques pages, un touriste, dans des scènes statiques. Les vicissitudes des transports locaux qui font parfois l’essentiel d’un récit de voyage et sont matière à comparaisons et à exotisme, montrent habituellement que le voyageur est sorti des sentiers battus et des itinéraires balisés. Or Daudet est un des rares auteurs qui parle sans fard d’un séjour qu’il estime raté. Si son voyage est d’après son fils Lucien Daudet « une féérie32 », il n’en paraît rien ici ; on est bien loin de la description de Miliana que donnent les guides touristiques : « son aspect est riant et pittoresque : elle le doit en grande partie aux bosquets d’orangers, de citronniers et de grenadiers qui ornent la cour de toutes les maisons de la ville33 ».

Certes la fin du texte montre d’autres horizons, la possibilité d’un vrai voyage34 en s’éloignant de la ville, lorsque la pluie cesse, mais Daudet se démarque nettement du modèle de certains de ses prédécesseurs, notamment Fromentin, qu’il a lu35. Ce dernier a en effet passé et longuement raconté Un été dans le Sahara36 et Une année dans le Sahel37.

Daudet a compris, en répugnant à  quitter un monde « occidentalisé » et à vraiment se dépayser, une des évolutions de son époque : la banalisation du voyage et du tourisme. Si ce texte montre l’ennui qui guette les touristes à la moindre contrariété (ici la pluie) ou quand l’exotisme n’est pas suffisant, c’est quelques années plus tard, après ce coup d’essai et en tirant profit cette fois-ci d’un voyage en Suisse, qu’il sera avec Tartarin sur les Alpes un des premiers écrivains du tourisme.

Joseph François Dailly, Tartarin sur les Alpes, théâtre de la Gaîté, studio Nadar, 1888. Gallica (BnF).

 

=> Pour aller plus loin, on peut consulter entre autres :

Bibliographie :

Œuvres d’Alphonse Daudet :

Lettres de mon moulin: impressions et souvenirs, Hetzel, 1869, édition originale.

Aventures prodigieuses de Tartarin de Tarascon, E. Dentu, 1872.

Lettres de mon moulin, Lemerre, 1879, édition définitive.

Tartarin sur les Alpes, nouveaux exploits du héros tarasconnais, Calmann-Lévy, 1885.

Trente ans de Paris: à travers ma vie et mes livres, C. Marpon et E. Flammarion, 1888.

Ouvrages critiques :

Le Voyage en Algérie: anthologie de voyageurs français dans l’Algérie coloniale, 1830-1930, sous la direction de  Franck Laurent, Laffont, coll. Bouquins, 2008.

Caillat, Jules, Le Voyage d’Alphonse Daudet en Algérie (1861-1862), J. Carbonel, 1924.

Clébert, Jean-Paul, Les Daudet: 1840-1940 : une famille bien française, Presses de la Renaissance, 1988.

Hamon, Philippe et Pouillon, François, « Daudet Alphonse », in Dictionnaire des orientalistes de langue française, (page consultée le 13 juin 2019).

Ouled Haddar, Safa, « L´Algérie entre féerie et mépris : De l´imaginaire colonial dans les récits de voyage du XIXe siècle chez E. Fromentin et A. Daudet », in Synergies Algérie, n°16, 2012. (page consultée le 13 juin 2019).

Guides touristiques (par ordre chronologique) :

Laborde, Alexandre de  Guide des Français à Alger, ou Itinéraire sur la côte de la régence depuis Maroc jusqu’à Tunis, avec un recueil de mots et de phrases français-arabes…,  Lecointe,1830.

Pignel, Armand, Conducteur, ou Guide du voyageur et du colon de Paris à Alger et dans l’Algérie, Debécourt, 1836.

Barbier, Jean, Itinéraire historique et descriptif de l’Algérie, avec un vocabulaire français-arabe des mots les plus usités et un résumé historique des guerres d’Afrique, Hachette, 1855.

Piesse, Louis, Itinéraire historique et descriptif de l’Algérie, comprenant le Tell et le Sahara, Hachette, coll. Guides-Joanne, 1862.

En ligne :

Le site de la Société des Amis d’Alphonse Daudet.

Gallica vous conseille  : Alphonse Daudet

Gallica vous conseille : Algérie

Algérie : chronologie historique par Olivier Pironet, site du Monde diplomatique

L’Algérie, le temps colonial, La Marche de l’histoire, France Inter, 13 mars 2012

Algérie, naissance d’une nation (1/4) – Les dates et le territoire, La Fabrique de l’histoire, France Culture, 1er avril 2019

 

Citer ce billet : Bertrand Tassou, "Alphonse Daudet, un touriste en Algérie," in L'Histoire à la BnF, 29/06/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7680, [consulté le 12/11/2019].

 

  1. Lucien Daudet, Vie d’Alphonse Daudet. Paris, Gallimard, 1941. []
  2. Alphonse Daudet, Trente ans de Paris : à travers ma vie et mes livres. Paris, Collection artistique Guillaume et Cie, 1888. []
  3. Franck Laurent, Le voyage en Algérie : anthologie de voyageurs français dans l’Algérie coloniale, 1830-1930. Paris, R. Laffont, 2008. []
  4. Jean-Paul ClébertLes Daudet : 1840-1940 : une famille bien française. Paris, Presses de la Renaissance, 1988. []
  5. La Doulou, journal de sa maladie, ne sera publié qu’en 1930. []
  6. Jacques-Henry Bornecque, Les Années d’apprentissage d’Alphonse Daudet, la jeunesse, le Second Empire, les premières oeuvres et les oeuvres méridionales, avec de nombreux inédits. Paris, Nizet,1951. []
  7. Louis Piesse, Itinéraire historique et descriptif de l’Algérie, comprenant le Tell et le Sahara. Paris,  L. Hachette, 1862. []
  8. J. Caillat, Le Voyage d’Alphonse Daudet en Algérie (1861-1862). Alger, J. Carbonel, impr.-libr.-éditeur, 1924. []
  9. Jacques-Henry Bornecque, op. cit. []
  10. Alphonse Daudet, “À Milianah“, Les Lettres de mon Moulin. Paris, Hetzel, 1869. []
  11. Ibid. []
  12. Ibid. []
  13. Jacques-Henry Bornecque, op.cit. []
  14. J. Caillat, “Le voyage d’Alphonse Daudet en Algérie, 1861-1862“, Revue africaine : journal des travaux de la Société historique algérienne, 1923. Le poste d’attaché de cabinet est celui qu’occupait Daudet auprès du duc de Morny à l’époque de son voyage. []
  15. Guide des Français à Alger, ou Itinéraire sur la côte de la régence depuis Maroc jusqu’à Tunis, avec un recueil de mots et de phrases français-arabes… Extrait de l’ouvrage de M. Alexandre Laborde. Paris, Lecointe, avril 1830. []
  16. Armand Pignel, Conducteur, ou Guide du voyageur et du colon de Paris à Alger et dans l’Algérie. Paris, 1836. []
  17. Ibid. Page 105. []
  18. Itinéraire historique et descriptif de l’Algérie, avec un vocabulaire français-arabe des mots les plus usités et un résumé historique des guerres d’Afrique par J. Barbier. Paris, L. Hachette, 1855. []
  19. Louis Piesse, Itinéraire historique et descriptif de l’Algérie, comprenant le Tell et le Sahara. Op. cit. []
  20. J. Caillat, “Le voyage d’Alphonse Daudet en Algérie, 1861-1862“, Revue africaine : journal des travaux de la Société historique algérienne, 1923. []
  21. Pour reprendre la distinction toute en nuances qu’a proposée Jean-Didier Urbain dans L’Idiot du voyage : histoires de touristes. Paris, Plon, 1991. []
  22. Alphonse Daudet, “À Milianah”, op. cit. []
  23. Alphonse Daudet, “À Milianah”, op. cit. []
  24. J. Caillat, op. cit. Page 66. []
  25. Il est intéressant de noter que dans ce texte, comme pour décupler son ennui, Daudet se met en scène seul alors qu’il avait voyagé avec son cousin. []
  26. Comme l’évoque Jean-Didier Urbain dans Le voyage était presque parfait : essai sur les voyages ratés. Paris, Payot, 2008. []
  27. Jacques-Henry Bornecque, op. cit. []
  28. J. Caillat, op. cit. []
  29. Alphonse Daudet, op. cit. []
  30. Sur ce dernier point, voir le chapitre « Les Daudet antisémites » dans l’ouvrage de Jean-Paul Clébert, op. cit. []
  31. Jacques-Henry Bornecque, op.cit. []
  32. Lucien Daudet, op. cit. []
  33. Itinéraire historique et descriptif de l’Algérie, op. cit. []
  34. « Je reviens à l’hôtel, lentement, le long des remparts. D’adorables senteurs d’orangers et de thuyas montent de la plaine. L’air est doux, le ciel presque pur… ». Alphonse Daudet, op. cit. []
  35. Et qu’on l’a accusé d’avoir plagié. Voir J. Caillat, op. cit. []
  36. Eugène Fromentin, “Un été dans le Sahara “, La Revue de Paris, avril 1854. []
  37. Eugène Fromentin, Une année dans le Sahel, 1859. []

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.