Almanach du chercheur associé – II. Jour de colloque !

La thèse que j’ai consacrée au républicain et chimiste François-Vincent Raspail (1794-1878)1 m’a permis de découvrir le rôle éducatif des almanachs dans la société du XIXe siècle. En effet, Raspail avait compris qu’avec ses almanachs politiques ou scientifiques, il pouvait émanciper le « peuple » grâce à l’instruction.

Lors de l’appel à chercheurs associés lancé par la BnF en 2018, j’ai proposé l’axe de recherche suivant : Par sa diffusion au moyen du colportage, l’almanach peut-il être vu comme un instrument majeur dans l’apprentissage des savoirs en France de la Restauration à la veille de la Première Guerre mondiale ? À la suite des travaux de Jacques Rancière, peut-on évaluer la fonction émancipatrice des almanachs dans la société française ? Mon projet a été retenu, et j’ai la chance de le développer depuis l’automne  dernier (voir les billets précédents).

Le 13 novembre 2018, le service Histoire du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF, organisait un colloque intitulé « Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939). De l’histoire à l’actualité », dans le cadre d’un projet plus vaste sur l’éducation populaire en partenariat avec les Archives nationales et le PAJEP2, qui s’est tenu dans le Petit auditorium de la BnF. J’ai été ainsi invité à prendre part à une table ronde ayant pour titre « Les sources de l’histoire de l’éducation populaire », et j’ai pu présenter mes premières pistes de recherche concernant l’éducation populaire dans les almanachs au XIXe siècle !

S’il y a un mot à retenir pour caractériser les almanachs au XIXe siècle, c’est leur diversité : diversité des formats et des couleurs ; diversité des thématiques (politique, religieuse, scientifique, ludique, etc.) ; diversité des lectorats (hommes, femmes, enfants, professionnels, etc.) et surtout diversité de leurs rôles éducatifs puisqu’ils prétendent vulgariser des savoirs théoriques et appliqués, populariser des valeurs morales et spirituelles ou encore propager des idées politiques auprès des lecteurs.

Les photographies que vous pouvez voir dans le diaporama Émanciper le peuple par le savoir (cliquez sur le lien qui précède) illustrent cette mosaïque de couleurs, de thématiques et de fonctions caractérisant les almanachs ! L’exploration de la grande variété de ces périodiques annuels est en cours. Prochainement, je vous présenterai un almanach à la fois mystique et mystérieux…

Au-delà de mes recherches, je voudrais terminer ce billet en évoquant un point qui me paraît essentiel : ce colloque a été l’occasion de rencontrer des intervenants venant d’horizons très différents. Chercheurs confirmés, jeunes chercheurs et archivistes ont pu dialoguer autour de la thématique de l’éducation populaire. La BnF a dévoilé aussi au public à cette occasion quelques uns de ses trésors comme des films consacrés à l’éducation populaire  dans le cadre du Cinéma de midi  ! Des intervenants de différents pays (Espagne, France, Suisse) ont donné également une coloration internationale à cette journée ! Pour finir, je garderai en tête le souvenir d’un moment d’échanges destiné à tous : universitaires, enseignants, bibliothécaires, archivistes, professionnels de l’éducation populaire, étudiants, élèves, spectateurs en soif de savoirs étaient réunis dans une même salle !  Une vraie leçon d’université populaire ! Et vous ? Qu’attendez-vous pour écouter les conférences du Petit auditorium de la BnF   ?

 

Almanach astrologique, 1854. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Cote : 8-V-529.
Citer ce billet : Jonathan BARBIER, "Almanach du chercheur associé – II. Jour de colloque !," in L'Histoire à la BnF, 16/07/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7767, [consulté le 12/11/2019].

 

  1. Voir Les républiques de François‐Vincent Raspail : entre mythes et réalité, thèse soutenue par  par Jonathan Barbier sous la direction de Natalie Petiteau – Avignon, 2016. []
  2. Ce projet, désormais élargi à d’autres institutions, en est à sa seconde phase : voir ici. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.