Regarder, contempler et visiter Notre-Dame de Paris au XIXe siècle (Partie II. Les enjeux du regard)

Nous avons vu dans un précédent billet que le roman de Victor Hugo a modelé en 1831 un regard sur et depuis Notre-Dame de Paris. Un « regard à vol d’oiseau », amoureux de l’architecture de la cathédrale et du paysage contemplé depuis ses tours, curieux de la population parisienne et de ses misères. Le succès du roman a inévitablement entraîné l’imitation de ce type de regard comme le suggère narquoisement dès 1833 un compte-rendu par Le Charivari de La Tour de Monthléry de J.-P.-G. Viennet :
 
Quand le succès de Notre-Dame de Paris fut bien constaté, que ce fut une chose admise et convenue, que les vieilles tours eurent conquis leur droit de cité dans la littérature ; lorsque l’architecture fut définitivement agréée par le public lisant ; M. Viennet, député de l’Hérault, officier d’état-major et membre de l’Académie française, interrompit brusquement sa quarante-deuxième épopée à son vingt-sixième chant, jeta là le quatrième acte à peine terminé de sa quatre-vingt-dix-neuvième tragédie, lança un coup de pied tout au travers de son bagage d’épîtres familières, et courut se jucher sur la plus haute des tours de Saint-Sulpice, celle du Télégraphe ; et là, braquant une longue-vue au hasard, dans le vide, il avisa la tour de Montlhéry, dont il fit sur-le-champ sa propriété et sa chose1.
La popularité de Notre-Dame de Paris a durablement induit un changement de regard sur la cathédrale, et contribué à la fois à sa sacralisation laïque et au sacre de l’écrivain Hugo (voir billet précédent). Voyons si les différents événements du XIXe siècle postérieurs à la publication de ce roman ont modelé un nouveau regard sur et depuis la cathédrale, et de nouvelles façons de la visiter.

Quand Notre-Dame de Paris échappait aux incendies

En attirant l’attention du grand public sur l’inadmissible état de la cathédrale au moment où il écrit son roman, Victor Hugo inscrit le bâtiment dans une patrimonialité exceptionnelle. Mais il en signale aussi la fragilité, puisqu’il met en scène un incendie dont la fiction spectaculaire marque la mémoire collective :

Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme, désordonnée et furieuse, dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée. Au-dessous de cette flamme, au-dessous de la sombre balustrade à trèfles de braise, deux gouttières en gueules de monstres vomissaient sans relâche cette pluie ardente qui détachait son ruissellement argenté sur les ténèbres de la façade inférieure… À mesure qu’ils approchaient du sol, les deux jets de plomb liquide s’élargissaient en gerbes, comme l’eau qui jaillit des mille trous de l’arrosoir. Au-dessus de la flamme, les énormes tours, de chacune desquelles on voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel.
Leurs innombrables sculptures de diables et de dragons prenaient un aspect lugubre. La clarté inquiète de la flamme les faisait remuer à l’œil. Il y avait des guivres qui avaient l’air de rire, des gargouilles qu’on croyait entendre japper, des salamandres qui soufflaient dans le feu, des tarasques qui éternuaient dans la fumée2.

Quelques dizaines de pages plus loin, le maître romantique file à nouveau la métaphore du feu, imprimant sur la rétine du lecteur l’image durable d’un incendie à Notre-Dame : « À côté, les énormes tours de Notre-Dame, ainsi vues de derrière, avec la longue nef sur laquelle elles se dressent, découpées en noir sur la rouge et vaste lueur qui emplissait le Parvis, ressemblaient aux deux chenets gigantesques d’un feu de cyclopes3 ». Cette crainte d’un feu ravageant l’édifice rencontre d’autant plus d’écho que les incendies sont difficilement maîtrisables, suscitant bien des craintes4 et que Notre-Dame, lieu de grandes manifestations religieuses destinées à conforter le pouvoir des monarques, peut servir de cible symbolique. Juste après la parution du roman de Victor Hugo, une sombre histoire de « complot des tours de Notre-Dame », inaugure en 1832 la série des complots contre le roi Louis-Philippe et agite la presse. Une dizaine de jeunes gens qui auraient tenté de mettre le feu à la Tour du midi sont arrêtés par le préfet de police Henri Gisquet. L’annonce de cet incendie par le journal anglais Le Times, avant même qu’il se soit produit, laisse à penser qu’il s’agissait d’une machination politique, ainsi que le dénoncera le principal accusé condamné à cinq ans de prison5.

La cathédrale fait partie des monuments qui échappent aux incendies de la Commune en 1871 :

Ainsi, quand du pont de la Concorde, où le devoir nous avait conduit au moment de la prise de l’Hôtel-de-Ville, nous embrassâmes la Seine et sa perspective d’arches superposées au milieu des palais en feu, nous crûmes à un embrasement général de la grande cité.

Comment supposer en effet que le Louvre, par exemple, si voisin des Tuileries, recèlerait pour les générations futures les trésors accumulés par les générations passées ? Comment croire que la Sainte-Chapelle, cette châsse sainte, cette relique artistique, resterait invulnérable au milieu même d’un foyer ardent ? Et Saint-Germain-l’Auxerrois, et Saint-Gervais, ces précieux sanctuaires, et Notre-Dame, la vieille basilique, et l’Institut avec sa précieuse bibliothèque, et tous ces pâtés de maisons que la flamme léchait, que la fumée enveloppait, n’est-ce pas par miracle que tout cela devait échapper6!

Chiifflart, « Les nuits de mai« , Le Monde illustré, 7 octobre 1871. Gallica (BnF).

Plusieurs récits révèlent après la Commune que Notre-Dame aurait été miraculeusement sauvée d’un incendie allumé par les Communards. L’un d’eux est particulièrement frappant puisqu’il est enchâssé dans un Guide recueil de Paris-brûlé. Événements de mai 1871, contenant le récit de l’entrée de l’armée à Paris et la bataille des rues, des notices… sur tous les monuments… incendiés. L’ouvrage, qui présente des photographies des monuments avant et après les incendies, révèle que les internes de l’Hôtel-Dieu, alertés par des riverains se seraient précipités pour éteindre les feux allumés au niveau du chœur, du maître-autel et de la chaire. Le texte se félicite du peu de dégâts commis et ajoute :

Ce premier sauvetage terminé, on visite l’étage souterrain, les orgues et les galeries, puis les tours où se trouve une forêt de charpentes qui remontent à huit cents ans ; son salut est dû à l’oubli ou à l’ignorance des fédérés7.

Dans Les Incendies de Paris., A.-H. de Noyers souligne que « ce chef-d’œuvre gothique, a été sauvé du feu par le dévouement des internes de l’Hôtel-Dieu et quelques courageuses personnes du quartier8 ». La symbolique de ce sauvetage est forte, car l’incendie qui avait ravagé l’Hôtel-Dieu en 1772 avait menacé Notre-Dame (voir image ci-dessous).

« Les ruines de la Salle du Légat« , dessin d’Hubert Robert, conservé par le musée Carnavalet et reproduit par la Société d’iconographie parisienne, Paris, 1911. Gallica (BnF).

Il conforte aussi l’idée que Notre-Dame constitue un patrimoine de nature architecturale (le fameux gothique redécouvert grâce à Hugo) et religieux. Lucien Le Chevalier indique : « Les barbares n’ont pas incendié la séculaire forêt qui domine les voûtes; ils n’ont pas fait pleuvoir sur la Cité et l’Hôtel-Dieu cette immense quantité de plomb qui couronne le majestueux édifice9. » L’Église catholique y voit le symbole de la protection divine. Joseph Huguet souligne : « Oui, par la protection divine, ce chef-d’œuvre du douzième siècle nous a été conservé : Notre-Dame survit à tous ces désastres et à toutes ces ruines pour attester l’immortalité de l’Église et des principes qu’elle représente10.  » Les Fédérés contestent sans succès depuis leur exil la responsabilité du début de cet incendie, tant il semble apparemment important pour le Paris qui se reconstruit qu’un monument aussi emblématique échappe aux destructions de 1870 et 1871. L’image de la cathédrale sauvée (voir ci-dessous) marque durablement les esprits.

Histoire complète de la révolution de Paris en 1871… / Laurent Martin., Paris, 1871. Gallica (BnF).

Notons d’ailleurs tout au long du XIXe siècle l’extraordinaire fortune d’une expression qui dit : « Si j’étais accusé d’avoir volé les tours de Notre-Dame, je commencerais par me cacher11 ». Attribuée à Rabelais, Montesquieu, parfois même à Hugo, ainsi qu’à différents présidents du Parlement, parfois enrichie, cette phrase devient rituelle devant les tribunaux pour dénoncer la peur d’un jugement inique. Elle est modifiée et enjolivée dans des centaines de textes. Ainsi dans Le Charivari du 1er janvier 1892, elle se transforme en « Avec la suggestion, un honnête homme, accusé d’avoir volé les tours de Notre-Dame, ne devrait pas tomber de son haut, s’il entendait une demi-douzaine de témoins affirmer qu’ils l’ont vu courir tenant une tour sous chaque bras12! » Le caractère quasi rituel de l’expression dit combien les deux tours de la cathédrale sont un élément du paysage patrimonial dont on ne peut imaginer la disparition.

La Première Guerre mondiale ravive la crainte des destructions. Il se dit que les troupes allemandes ont prévu de détruire la cathédrale. Ernest Lavisse déclare le 1er janvier 1915 dans un discours devant l’Académie :

Le jour de leur entrée à Paris n’était pas exactement fixé ; ils se donnaient un « battement » de quelques vingt-quatre heures ; mais certainement, avant la fin d’août, ils seraient devant la ville. Ils célébreraient la fête du bombardement, une fête colossale : les forts écrasés en un clin d’œil, Notre-Dame en miettes, partout le fracas, l’incendie, la mort13.

Notre-Dame devient donc une figure centrale dans l’escalade des représailles à venir. Attribuer aux Allemands l’idée de vouloir incendier Notre-Dame est un puissant outil de propagande :

Déjà, pour justifier les crimes nouveaux qu’ils projettent contre Paris, les Allemands ont affirmé dans leur communiqué du 12 avril que d’après les déclarations d’officiers français, Notre- Dame de Paris et la cathédrale de Troyes, la Bibliothèque nationale, les musées, les Invalides, le Louvre, etc…, renferment des installations militaires, des phares, des appareils radiotélégraphiques et des mitrailleuses.

Évidemment, aucun officier français n’a jamais tenu pareil langage, pour la raison bien simple qu’un tel langage est mensonger. Il n’a d’autre but que de légitimer par avance l’incendie de Notre-Dame, de nos musées, de nos bibliothèques si quelque taube ou quelque zeppelin réussissait à voler sur Paris — ce qui, au surplus, ne saurait réussir étant donnée la garde vigilante que montent nos aviateurs, et les méthodes efficaces de tir que possèdent nos canonniers14.

L’incendie de la cathédrale de Reims en septembre 1914, suite à un bombardement allemand, conforte cet imaginaire, avec l’inévitable parallèle entre les deux monuments symboles de l’histoire politico-religieuse du pays.

Reims : intérieur de la cathédrale après le bombardement : après l’incendie, la voûte du transept : [photographie de presse] / Agence Meurisse. Paris, 1914. Gallica (BnF).

La symbolique de Notre-Dame résistant aux Allemands est d’ailleurs soulignée par une caricature du Punch à l’automne 1914, qui montre une gargouille coiffée d’un casque surveillant l’ennemi (=> Feuilleter les pages ci-dessous, la caricature se trouve à la page 368). Cette image est un recyclage de l’iconographie autour de la cathédrale, puisqu’elle reprend une eau-forte de Charles Meryon datant de 185315.

L’affrontement possible des regards

Aux changements de regards « profanes » sur Notre-Dame liés à la prose hugolienne (voir billet précédent), il faut bien entendu superposer les regards religieux et regards politiques sur Notre-Dame qui évoluent eux aussi, les trois types de regard s’entremêlant, se complétant, voire se repoussant.
Zola constate à propos de Renan :
 
Sans doute, ce n’est pas l’effarement superbe de Victor Hugo, le grossissement des antithèses, l’entassement des grands mots et des grandes images. C’est plutôt le miel coulant de Lamartine, une rêverie béate et religieuse, un style qui a la volupté d’une caresse et l’onction d’une prière. La phrase s’agenouille et se pâme dans une vapeur d’encens, sous le jour mystique des vitraux. On devine tout de suite que M. Renan est entré dans la cathédrale gothique du romantisme, et qu’il y est resté non plus comme croyant, mais comme écrivain16.
Tout au long du XIXe siècle, la cathédrale est le théâtre de cérémonies où le politique le dispute au religieux, comme le sacre de Napoléon Ier, le baptême du fils de Napoléon III17, les funérailles de Thiers ou de Hugo18 et inversement. Les sermons du Père Lacordaire, qui drainent une foule considérable, donnent l’image d’une cathédrale dans une autre temporalité, qui n’est plus celle de la visite mais de l’intérêt suscité par la prédication. Une partie de la presse relaie jusque dans les campagnes ce regard (on notera dans le texte qui suit les verbes voir, découvrir, distinguer, montrer) modelé par le registre lexical de la visite architecturale, y compris la vision à vol d’oiseau depuis la chaire :
 
Dans tout Paris, la ville admirable par excellence, il n’est peut-être rien de plus admirable que l’intérieur de Notre-Dame , lorsque M. Lacordaire ou M. de Ravignan y font entendre leur parole éloquente. Dès midi, les équipages et les piétons affluent sur le Parvis, par toutes les rues d’alentour. La grande nef, ouverte exclusivement aux hommes, se remplit d’une foule compacte et sombre, attentive et silencieuse. Il y a quelque chose de terrible à voir onduler ces milliers dé têtes jeunes et vieilles, noires et blondes, chauves et chevelues, au dessus de cette masse uniforme et serrée d’habits noirs. À peine découvre-t-on çà et là quelques frais visages de femmes, entre les piliers du bas-côté septentrional et sous les arcades élevées des tribunes. Au sein de cette multitude, où la jeunesse domine, on distingue et l’on se montre en chuchotant d’illustres personnages : princes et princesses, pairs de France, ambassadeurs, ministres, députés, savants, poètes, orateurs, MM. de Chateaubriand, de Lamartine, Victor Hugo, Guizot, Cousin, Mole, Dupin, Arago, Berryer, Ingres, Delaroche, etc. ; ceux qui croient et ceux qui doutent, ceux qui viennent juger et ceux qui viennent apprendre, les grands hommes qui se font enfants et les enfants qui deviennent grands hommes, les amis et les ennemis, les républicains et les royalistes, tous égaux et réunis pour une heure en cette église, sous le niveau de la parole de Dieu. Ce spectacle, à lui seul, vaut un sermon, tant il est sublime et saisissant ! Tout à coup, les flots de cette mer humaine s’arrêtent, ses derniers murmures expirent, les portes de fer roulent sur leurs gonds, et au milieu du demi-jour qui descend des vitraux, on voit s’élever dans la chaire un homme en surplis ou en robe de laine, une ombre blanche au-dessus de tous ces spectres noirs. C’est le père Lacordaire ou l’abbé de Ravignan, dont le souffle va remuer ces dix mille âmes19 !
[Conférence du Père Lacordaire à Notre-Dame] : [dessin], 1835-1836. Gallica (BnF).
Valnay,  » Le Jubilé – Aspect de la place Notre-Dame pendant la visite d’une paroisse de Paris« , Le Monde illustré, 20 mars 1875.
Regards, contemplations et visites sont parfois un objet de discorde. Après 1905 (loi de séparation des Églises et de l’État), la visite à Notre-Dame peut aussi constituer un symbole clérical. Ainsi un article de 1927, dans Le Journal des débats politiques et littéraires, ironisant sur les modifications apportées entre deux éditions au célèbre manuel de Madame Fouillée (G. Bruno), Le tour de France par deux enfants, indique que la visite de Notre-Dame a été remplacée par un tour au Muséum…
Journal des débats, 30 mai 1927. Gallica (BnF).
Plus précisément, la comparaison entre les éditions montre que la visite au muséum a été conservée et qu’en revanche, en effet, la visite à Notre-Dame a disparu. Dans les versions antérieures à 1911, le petit Julien demandait à son oncle d’entrer dans l’édifice : « nous y prierons Dieu tous les trois pour la grandeur de la France20 ».
 
=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

 

Revisiter les images de Notre-Dame avec Hugo

On a vu dans le billet précédent que le roman de Victor Hugo avait changé les regards et la manière de visiter Notre-Dame. Cette marque est durable dans l’iconographie et crée des ponts intéressants avec le passé et l’avenir.

Le premier exemple de ce poids du regard hugolien est la façon dont les dessinateurs illustrent les œuvres de Rabelais dans la seconde moitié du XIXe siècle. Rappelons en effet qu’avant Hugo on doit à Rabelais un imaginaire débridé autour de Notre-Dame puisque Gargantua, venu à Paris avec son énorme jument, doit se réfugier, suite à la curiosité des Parisiens, sur les toits de Notre-Dame21. Il pense alors leur faire plaisir en les compissant, mais le jet d’urine noie un bon nombre de badauds. Gargantua prend ensuite les cloches de la cathédrale pour orner le collier de son cheval. Janotus de Braquemardo, doyen de la Sorbonne, tente de le convaincre par un célèbre discours (« Ça je vous prouve que me les devez bailler. Ego sic argumentor : Omnis clocha clochabilis in clocherio clochandoclochans clochatvo clochare facit clochabiliter clochantes […]. »).

Ce lien entre Rabelais et Hugo est fort dans l’imaginaire patrimonial autour de Notre-Dame. S’agaçant de la statuomanie régnant dans Paris en 1913, Henri de Régnier souligne :

Un point de vue, comme un monument, a une existence qu’il importe de sauvegarder. Certains grands chênes ont une architecture équivalente à celle d’une cathédrale.

Tel coin de la forêt de Fontainebleau est aussi beau que Notre-Dame, cette Notre-Dame dont le bon géant Gargantua emporta un jour les grosses cloches pour servir de campanes à sa jument, comme, de nos jours, les faiseurs de statues les prendraient volontiers pour en fondre le bronze à l’effigie de M. N’importe-Qui, autour de n’importe quoi et que je voudrais voir n’importe où22!

Différentes éditions illustrées proposent donc des images dont le lien est fort avec le Notre-Dame de Victor Hugo, mais aussi avec les caricatures qui ont été faites du romancier. Ce lien est facilité sans nul doute par le côté charivarique du texte de Rabelais qui a nourri Hugo23. On retrouve dans les images qui suivent (Œuvres de François Rabelais (…) illustrations de Gustave Doré, 1857; Oeuvres de Rabelais (…) illustrations de A. Robida, sd. ; La vie très horrificque du grand Gargantua, père de Pantagruel (….) illustrations de Hermann-Paul) une désacralisation joyeuse de la cathédrale, support du grand homme qu’est Gargantua, comme elle le sera du « grand homme » Hugo (voir billet précédent). La symbolique des vols d’oiseaux n’est pas non plus oubliée …

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Si la Tour Eiffel lui vole la vedette à partir de 1889 pour le point de vue en hauteur, Notre-Dame demeure toutefois un incontournable du regard sur la capitale. Les risques pris par les touristes au sommet des tours constituent d’ailleurs un classique de la presse amusante (voir ci-dessous).

Pierlis, « Sur les bords fleuris qu’arrose la Seine« , La Vie parisienne, 20 juillet 1912. [Zoom sur la première vignette (« Les tours de Notre-Dame »)]. Gallica (BnF).

Cependant, des regards déçus font leur apparition. Certes, il s’agit de regards non « éduqués », comme celui de Mademoiselle Lili, une petite fille capricieuse…

Mlle Lili, qui n’a vu encore Paris que par morceaux — c’est son mot, — a désiré le voir dans son entier. Pour cela, elle a demandé à faire l’ascension des tours de Notre-Dame. « C’est bien haut », lui a-t-on dit. Mais, de monter des escaliers, ce n’est pas là ce qui peut l’embarrasser. À preuve, elle a pris un tel élan qu’elle est arrivée à la travée qui réunit les deux tours trois ou quatre minutes avant sa maman. Elle s’y est trouvée en présence de figures d’animaux si extraordinaires que, même au Jardin des Plantes, elle n’en a pas vu de pareils. Elle pense que ce sont de ces animaux antédiluviens dont elle a entendu parler et que, s’il n’y en a plus de vivants, ce n’est guère à regretter. […] Mlle Lili, que sa maman a rejointe et grondée un peu, a pu alors satisfaire sa curiosité en contemplant Paris dans son ensemble. Mais quelle déception ! Des toits, puis des toits, plats et gris pour la plupart ! Au-dessus, une armée de cheminées, que dominent seulement quelques minces clochers. Quant à la Seine, ce n’est plus qu’un petit filet noir. Tout cela n’a rien de bien beau et ne paraît pas même très étendu. Ce qui fait que, si Mlle Lili a été impatiente de monter, elle ne sera pas fâchée de redescendre. Une promenade aux Champs-Élysées ou au bois de Boulogne lui semble de beaucoup préférable24.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Toutefois, Mademoiselle Lili, malgré son impatience, apprend à regarder. Éduquer à voir semble l’ambition des uns et des autres, faisant de Notre-Dame un patrimoine à partager entre gens qui savent regarder, comme le rappelle en 1914 Le Dessin : organe mensuel de l’Association amicale des professeurs de dessin de la ville de Paris et du département de la Seine
=> feuilleter l’article ci-dessous en cliquant sur les flèches
 
 
Je remercie Catherine Andrieux (service Histoire, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF) qui m’a aidée à dénicher des images.
 
Citer ce billet : Agnès Sandras, "Regarder, contempler et visiter Notre-Dame de Paris au XIXe siècle (Partie II. Les enjeux du regard)," in L'Histoire à la BnF, 15/04/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/7803, [consulté le 30/05/2020].
 
=> Pour aller plus loin, on pourra lire entre autres :
 
 
  1. « La tour de Monthléry« , Le Charivari, 27 janvier 1833. La tour de Monthléry (Essonne) et l’église Saint-Sulpice accueillaient des tours du télégraphe Chappe. []
  2. Victor Hugo, Notre-Dame de Paris : 1482, Paris, [éd. 1876]. []
  3. Ibid. Page 296. []
  4. Voir par exemple Les grands incendies / par Maxime Petit ; ouvrage illustré… par A. Deroy, Paris, Hachette et Cie, 1882. []
  5. Henri Gisquet a donné sa version des faits dans ses Mémoires de M. Gisquet, ancien préfet de police. Tome 1 / écrits par lui-même, pages 365 à 375. []
  6. M. V., « Les journées de mai – Paris en feu », Le Monde illustré, 7 octobre 1871. []
  7. Guide recueil de Paris-brûlé. Événements de mai 1871, contenant le récit de l’entrée de l’armée à Paris et la bataille des rues, des notices… sur tous les monuments… incendiés… [par Ed. Moreau.], Paris, 1871. []
  8. A.-H. de Noyers, Les Incendies de Paris, Paris, Veuve Aubert, 1871. []
  9. Louis Le Chevalier, La Commune, Paris, 1871 []
  10. Paris, ses crimes et ses châtiments / par le R. P. Huguet, Lyon, L. Gauthier, 1871. []
  11. La recherche de l’expression « volé les tours de Notre-Dame » amène actuellement 402 résultats dans Gallica. []
  12. Le Charivari, 1er janvier 1892. []
  13. Ernest Lavisse, « L’état d’esprit qu’il faut », Paroles françaises. 2me série : L’Institut de France, l’université, les ministres des cultes, les chefs militaires, le président de la république,…, Paris, 1915. []
  14. « La situation, Paris-Midi, 14 avril 1915. []
  15. On peut voir cette eau-forte dans Ségolène Le Men, « De Notre-Dame de Paris au Stryge : l’invention d’une image », Livraisons de l’histoire de l’architecture [En ligne], 20 | 2010. []
  16. Émile Zola, « Lettre à la jeunesse« , Le Voltaire, 1879. Reprise dans les Œuvres complètes illustrées de Émile Zola. 32,Œuvres critiques. Paris, E. Fasquelle, 1906. []
  17. Voir Agnès Sandras, « Le «premier vagissement de la progéniture impériale » : faste et propagande autour de la naissance du fils de Napoléon III (1856), » in L’Histoire à la BnF, 16/01/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/98. []
  18. Voir, Comment Notre-Dame est devenue un monument national », Entretien avec Yann Potin en ligne sur le site de L’Histoire, 19 avril 2019. []
  19. C. de Chatouville, « Les prédicateurs de Paris – Le Père Lacordaire », Musée des familles : lectures du soir, Paris, Ch. Delagrave, 1844. []
  20. Le tour de France par deux enfants : devoir et patrie, Livre de lecture courante… cours moyen (191e édition) / par G. Bruno (Mme Alfred Fouillée), Paris, 1889. []
  21. Gargantua ; Pantagruel / Rabelais, François (1494?-1553) ; précédé de la préface de M. René Doumic,…, Paris, Éditions du Monde moderne, 1930. []
  22. Henri de Régnier, « L’invasion iconoclaste« , Excelsior, 21 avril 1913″. []
  23. Voir Tara Collington, « Hugo à la rencontre de Rabelais : l’esprit carnavalesque dans Attentat d’Amélie Nothomb« , Études françaises, Volume 42, Numéro 2, 2006, p. 149–166. []
  24. Mademoiselle Lili à Paris. Dessins de Lorentz Froelich, J. Hetzel, sd. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Une réflexion sur « Regarder, contempler et visiter Notre-Dame de Paris au XIXe siècle (Partie II. Les enjeux du regard) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.