Almanach du chercheur associé – III. Le merveilleux scientifique… en almanach !

L’exposition « Le merveilleux-scientifique » visible à la BnF François Mitterrand jusqu’au 25 août 2019 me donne envie de vous parler d’une curiosité littéraire :  il s’agit du Véritable almanach du merveilleux (1911-1913). Le sous-titre de la brochure « Les sciences mystérieuses dévoilées » nous plonge d’emblée dans un monde peuplé de créatures surnaturelles. Place aux spectres et à l’univers paranormal !

Le Véritable almanach du merveilleux, 1912. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Cote : 8-R-26594. BnF.

L’éditeur parisien Alfred Leclerc tient à souligner dès l’avant-propos le succès de ce périodique : « Bien avant que paraisse l’almanach de 1912, les 30 000 exemplaires de l’édition de 1911 étaient complètement épuisés »1. Même si ces chiffres sont à prendre avec des pincettes, on peut se demander, malgré tout, les raisons d’un tel engouement. Pour répondre à cette interrogation, on ne peut ici qu’émettre des hypothèses. Le Véritable almanach du merveilleux se distingue de la littérature astrologique traditionnelle par le ton adopté. En effet, auparavant, les almanachs dits de Mathieu Laensberg, édités sous l’Ancien Régime, ont connu une certaine popularité grâce à leurs prophéties souvent fantaisistes2

Le Véritable almanach du merveilleux se veut, au contraire, une littérature sérieuse. Il est le complément d’une revue bi-mensuelle illustrée, L’Écho du Merveilleux, dirigée par Gaston Méry, un journaliste d’extrême-droite, proche d’Édouard Drumont et adepte des apparitions mariales. Comment peut-on expliquer cet intérêt des droites nationalistes pour tout ce qui relève du non rationnel ? Comme l’a montré le sociologue Alexandre Reynes, les mouvements français d’extrême-droite ont  cherché, depuis le XIXe siècle, une « vérité », un « désir d’harmonie », une nouvelle transcendance dans des écrits ésotériques ou occultistes3. Plus généralement, la fascination des nationalistes pour l’ésotérisme dépasse le cadre français4.  Reflets de leur époque, les deux périodiques se donnent alors pour ambition de légitimer scientifiquement les phénomènes « supra-sensibles ». Cette posture est révélatrice du poids des sciences dans la société française du début du XXe siècle : en ces temps de tables tournantes5 et de nouveaux pèlerinages religieux6, elles sont convoquées pour expliquer les manifestations inexplicables ! C’est ce que l’on peut lire dans l’édition de 1913 qui tente de réconcilier illusionnistes et savants :

Les rayons de Röntgen, les ondes hertziennes, la radio-activité de la matière, pour ne parler que des acquisitions dernières de la science, ne sont-ils pas autant de merveilleux instruments jadis inconnus, aujourd’hui domestiqués à notre usage ? Pourquoi nierons-nous alors l’existence d’autres forces inconnues qui se manifestent avec évidence7 ?

Le Véritable almanach du merveilleux, 1912. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Cote : 8-R-26594. BnF.

L’emploi de la photographie pour prouver l’existence des fantômes est, par ailleurs, une autre illustration de cette logique mystique en quête de scientificité. 

L’une des grandes originalités de cet almanach réside aussi dans la variété de ses thématiques : « Le caractère par l’écriture », « Spirites et illusionnistes », « Le merveilleux des nombres », « La vue à distance », etc. Dans le contexte de la diffusion des savoirs appliqués, l’almanach prétend détenir une fonction pédagogique. Les lecteurs peuvent, par eux-mêmes, expérimenter ces techniques à la frontière entre réel et surnaturel, ce que l’un des chroniqueurs appelle « le merveilleux chez soi ». En outre, plusieurs thématiques touchent, « sans en avoir l’air »8, à des domaines de l’organisation sociale : l’astrologie sert ainsi à comprendre la politique du gouvernement Caillaux.

Le Véritable almanach du merveilleux, 1912. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Cote : 8-R-26594. BnF.

Des piques insidieuses contre le favoritisme politique  sont d’ailleurs à noter :

Dans les crises ministérielles si multipliées que forment le très vilain revers de notre médaille parlementaire, M. J. Caillaux est tout indiqué pour former hâtivement un cabinet. Cependant, que notre premier y prenne garde. C’est précisément par ces amis que lui viendront les tribulations de sa carrière9.

Enfin, l’almanach fait la part belle à des extraits de romans qui rappellent de près ou de loin le genre littéraire du « merveilleux-scientifique »10. En feuilletant les pages de l’almanach, on découvre ou redécouvre des auteurs aujourd’hui méconnus comme Mlle Marguerite Baulu et son Modeste Autome ou encore Olivier Diraison-Seylor,  surnommé Demain, et son Amour en croupe, comparé aux œuvres de H. G. Wells !

Cet almanach est donc bien plus qu’un simple calendrier, il permet de saisir le dialogue qui existe entre sciences occultes, littérature et politique à la veille de la Première Guerre mondiale.

Citer ce billet : Jonathan BARBIER, "Almanach du chercheur associé – III. Le merveilleux scientifique… en almanach !," in L'Histoire à la BnF, 23/08/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7864, [consulté le 12/11/2019].
  1. « Avertissement de l’éditeur », Le Véritable almanach du merveilleux pour 1912. []
  2. Voir Simon DAGENAIS, L’almanach de Mathieu Laensbergh : l’émergence d’une marque (XVIIe-XIXe siècles). Doctorat en histoire, Montréal , Université du Québec, 2016. []
  3. Alexandre REYNES, « Le sentier occulte. Figures de l’initiation et du secret dans l’extrême-droite française », Sociétés,  2006/2, n°92, p. 61-76. []
  4. Stéphane FRANÇOIS, Des mondes à la dérive. Réflexions sur les liens entre l’ésotérisme et l’extrême-droite, Valence d’Albigeois, Éditions de la Hutte, 2012, 94 p. []
  5. Xavier KIEFT, « Guillaume Cuchet, Les voix d’outre-tombe. Tables tournantes, spiritisme et société au xixe siècle », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2016. []
  6. Claude SAVART, Philippe BOUTRY et Michel CINQUIN, “Deux pèlerinages au XIXe siècle : Ars et Paray-le-Monial, Revue d’histoire de l’Église de France, tome 70, n°184, 1984. []
  7. F.A., « Le merveilleux », dans Le Véritable almanach du merveilleux pour l’année 1913, Paris, A. Leclerc, 1913, p. 36. []
  8. La politique sans en avoir l’air : aspects de la politique informelle, XIXe-XXIe siècle sous la direction de Laurent LE GALL, Michel OFFERLÉ et François PLOUX, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2012. []
  9. Charles RAOUL, « Le gouvernement français et l’astrologie », Le Véritable almanach du merveilleux pour l’année 1912, Paris, A. Leclerc, 1912, p. 62. []
  10. Voir Fleur Hopkins,  “Derrière ce mot “merveilleux-scientifique” il y a vocation à créer un genre littéraire défini par des règles très précises”. Entretien sur France Culture, 5 mai 2019, à réécouter ici. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.