A la découverte des Indes orientales (XVIe-XVIIe siècles) (Partie II. Sur les conditions du voyage)

Carte extraite du Voyage de François Pyrard ,… contenant sa navigation aux Indes orientales Maldives, Moluques et au Brésil… nouvelle édition… augmentée… par le sieur Du Val,.., À Paris, chez Louis Billaine, 1679. Gallica [BnF]

Nous avons vu dans le précédent billet qu’à la fin du Moyen Age les Portugais ont ouvert la voie maritime vers les Indes orientales, et ont étendu leur domination sur cette zone du globe au XVIe siècle, puis qu’à partir de la fin du XVIe siècle, dans la course de reconquête de l’empire portugais opposant Anglais, Hollandais et Français, ce sont les « Provinces-Unies » qui ont « tiré leur épingle du jeu ». Après avoir ainsi retracé le contexte international, découvrons ce que nous apprennent les témoignages des XVIe et XVIIe siècles sur les conditions du voyage vers l’Océan indien.

Un voyage long et périlleux

Grande caraque de retour des Indes Les Premières Œuvres (détail) Jacques de Vaulx, Le Havre, 1583. Manuscrit enluminé sur parchemin, 45 x 28 cm BnF, département des Manuscrits, Français 150, f. 28v-29. Expositions Bnf.fr.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que voyager aux Indes orientales à cette époque n’est pas une promenade de santé… ! La route entre l’Europe et l’Asie par le cap de Bonne-Espérance est longue, en distance et en temps : le trajet prend en moyenne huit mois.

C’est un voyage qui, par ailleurs, conduit dans des mondes nouveaux et inconnus, tantôt déserts, tantôt habités par des civilisations dont le niveau de développement est variable… des territoires essentiellement insulaires, des îles de l’Atlantique à Sumatra, à travers deux océans, l’Atlantique, encore peu connu, et l’océan Indien, étendue quasiment inconnue.

Il s’agit d’un voyage dans la dépendance étroite du calendrier des vents de la mousson. Selon les pays, les voiliers1 sont des caraques, galions, frégates, flûtes ou vaisseaux, baptisés le Bon Jésus 2, le Saint-Paul, le Corbin, le Croissant3, l’Oiseau, la Maligne 4, ou encore… l’Arbre de Noix Muscade 5. Ils appareillent d’Europe entre octobre et mars pour bénéficier de la mousson du sud-ouest qui souffle en océan Indien d’avril à octobre. Le retour depuis l’Asie se fait avec la mousson continentale qui souffle du nord à partir de janvier6. Ce sont donc les vents d’Asie qui rythment la navigation entre l’Europe et les Indes orientales. Les contraintes liées à la navigation sur ces routes sont décrites en détail par les « routiers », qui transmettent des conseils de navigation. Nous avons déjà cité le Grand routier de mer de Linschoten7. Le Portugais Aleixo da Mota est l’auteur d’un autre « routier » fameux en 16228.

=> Cliquez sur les flèches dans l’image ci-dessous pour feuilleter dans Gallica le Routier pour la navigation des Indes orientales, avec la description des isles, barres, entrées de ports… dont la connoissance est nécessaire aux pilotes (1696), par Aleixo da Motta …

C’est un voyage extrêmement dangereux : les accidents tels les bris de mâts ou les ruptures de gouvernails sont fréquents, et les naufrages nombreux. Des récits ont été faits de certains de ces naufrages9. La Relation du naufrage d’un vaisseau hollandais nommé ter Schellingh 10 en est un exemple, riche de gravures (cliquez sur les images de la galerie ci-dessous)  montrant le naufrage et la vie des naufragés sur une île…

Ces naufrages avaient des causes variées. Ils pouvaient être dus aux intempéries, à des erreurs de navigation, les pilotes connaissant mal les océans traversés et disposant de cartes bien imprécises. Le naufrage qu’a vécu François Pyrard au début du XVIIe siècle a été causé par une mauvaise appréciation de la position du vaisseau. Les officiers commandant l’expédition n’étaient pas d’accord sur l’identification de l’île qu’ils apercevaient : S’agissait-il de « Diego de Rois », soit l’île Rodrigues, ou bien des Maldives ? Le « général », autorité suprême de l’expédition tranche… et se trompe. Il donne ces consignes de navigation pour la nuit à venir, de façon à contourner les Maldives, or elles conduisent le navire à s’échouer sur ces îles ! La description du naufrage par Pyrard est édifiante !

Le malheur nous talonnait de si près que (…) ce qui n’estoit point encore arrivé dans tout le voyage, chacun estoit profondément endormy cette nuit-là, mesme ceux qui avoient la charge de veiller pour les autres (…) ; le feu qu’on tient d’ordinaire à la poupe pour voir & pour éclairer à la boussole s’éteignit, d’autant que celuy qui tenoit le gouvernail pour l’heure, & qui avoit aussi le soin du feu & de l’horloge de salle s’endormit, avec le page qui l’accompagnoit (…). en cet estat estans tous endormis, le navire heurta rudement & toucha par deux fois un banc, & comme au bruit on s’éveilloit en sursaut, il toucha tout soudain une troisième fois & se renversa sur le banc11.

Des erreurs d’appréciation peuvent se révéler lourdes de conséquence ! Ce fut aussi le cas à bord du vaisseau où se trouvait le Hollandais Bontekoe : « Naufrage désarmant ! Par maladresse, une étincelle chut dans un baril d’alcool, qui explosa, propageant le feu à la houille déposée non loin, puis au reste du navire jusqu’aux poudres : feu d’artifice colossal… ». Bontekoe eut beaucoup de chance de compter parmi les rescapés du naufrage.

Trois vaisseaux s’affrontant bord contre bord.  Détail de : Carte nautique des bords de Mer du Nord et Norouest mis en longitude /latitude et en leur route, selon les rins de vent par Hessel Gerritsz. [S.l.], [1626-1632]. Gallica [BnF]

Les navires étaient aussi susceptibles d’être attaqués par des pirates ou vaisseaux de nation adverse, hollandais notamment12. La mortalité à bord était élevée, en particulier à cause de la propagation du scorbut13. Tous les récits s’étendent sur ces difficultés, celui de Jean Mocquet, en particulier… Dès le début du voyage, le caraque portugais à bord duquel il a pris place est attaqué par un navire anglais ou hollandais… un peu plus loin, de nouveau, par un navire flamand cette fois. Il décrit avec force détails les incommodités, les maladies à bord. « Entre nous, écrit-il, c’étoit le plus grand désordre et confusion qu’on sauroit s’imaginer14 » : les pluies chaudes de la côte de Guinée, le scorbut dont il est atteint et tente de se soigner. Après avoir souffert d’une période de calme plat, près du Cap de Bonne Espérance, c’est la tempête. « Les vagues étoient si fortes qu’elles passoient pardessus nous, et même pardessus la poupe (…). Parmi ces misères et calamités, n’attendant plus qu’un dernier naufrage, nous nous remîmes (…) en la miséricorde divine, et fîmes procession générale (…) priant tous Dieu dévotement15 ». La tempête finit par s’apaiser et les voyageurs aperçoivent le Cap des Aiguilles : le Cap de Bonne Espérance était franchi. Ils échappent aux dangereux bancs de sable qui ont déjà causé nombre de naufrages dans les environs et atteignent l’île Mozambique pour une escale bien méritée… Ce Jean Mocquet avait vraiment le goût des voyages, puisqu’après avoir traversé de pareilles épreuves, ayant survécu et retrouvé le confort du foyer, il prendra de nouveau la mer…

Afin de faire face à toutes ces difficultés, l’on conçoit bien l’utilité des escales pour renouveler les provisions d’eau et de vivres, débarquer les malades, réparer les navires et accessoirement prendre des nouvelles, et faire des affaires.

Il est donc nécessaire aux puissances européennes faisant du commerce avec l’Asie, de disposer sur la route des Indes d’établissements pourvus de ports, d’eau, de vivres, de bois, et d’entrepôts de marchandises.

Les escales sur la route des Indes

Les Portugais font ainsi escale à l’île de Mozambique16, tandis que les Hollandais sont installés au Cap de Bonne-Espérance17, et les Anglais à l’île de Sainte-Hélène.

L’île de Sainte-Hélène, vue éditée dans : Histoire de la navigation de Jean Hugues de Linschot,… aux Indes orientales, […], À Amsterdam, chez Evert, 1638. 3e éd. Gallica [BnF].

Les Français tentent d’abord de s’établir à Madagascar18. L’écrivain François Charpentier (1620-1702), chargé par Colbert de promouvoir par écrit la nouvelle Compagnie des Indes Orientales, présente Madagascar comme le lieu idéal de son établissement, dans sa Relation de l’établissement de la Compagnie françoise pour le commerce des Indes orientales19.

Les Français n’étaient pas les premiers à tenter de coloniser Madagascar : les Portugais, découvreurs de l’île au XVIe siècle, puis les Hollandais, avaient déjà essayé, mais y avaient renoncé. Cela aurait pu leur mettre la puce à l’oreille !… Néanmoins, une tentative française de colonisation est menée à partir de 1642. Le comptoir commercial français de Fort-Dauphin est fondé l’année suivante. En 1648, Etienne de Flacourt (1607-1661) en prend la tête, et réalise une étude minutieuse des coutumes, de l’histoire, et de la flore de l’île, publiée sous le titre d’Histoire de la Grande Isle Madagascar20 ! 
Après le départ de Flacourt, en 1655, le comptoir périclite progressivement, du fait en particulier de l’hostilité des populations locales. En 1674, les derniers colons fuient l’île Dauphine pour se réfugier sur l’île Bourbon. Les Français préfèreront désormais à la « Grande île », deux îles jusqu’alors désertes, bien que découvertes depuis longtemps : l’île Bourbon, La Réunion, malheureusement dépourvue de ports, et surtout l’île de France21, Maurice, qui devient au XVIIIe siècle « l’étoile et la clef de la mer des Indes22 ».

Les Seychelles et Mayotte ne seront colonisées que plus tard par les Français. Les Maldives passent successivement sous contrôle des Portugais et des Hollandais au XVIIe siècle, avant de devenir protectorat britannique.

Ceylan connaît le même sort.

En fonction des vagues de colonisation successives, la toponymie de ces îles a pu évoluer. Si Madagascar est connue sous ce nom par les autochtones depuis des temps immémoriaux, elle a été rebaptisée « Ile Saint-Laurent » par les Portugais, qui l’ont découverte le jour de la Saint Laurent, puis « Isle Dauphine » par les Français en l’honneur du prétendant à la couronne. De même, l’île Santa Apollonia des Portugais deviendra l’île Bourbon, puis La Réunion, lorsqu’elle sera colonisée par les Français, et Maurice s’est appelée « Cirne » et « Mauritius », en l’honneur du Prince Maurice Van Nassau, «Stathouder » de la Hollande, avant de devenir l’ « Isle de France »… De même, trace de leur histoire, Maurice, Rodrigues et la Réunion constituent toujours aujourd’hui l’archipel des Mascareignes du nom de leur découvreur portugais, Pedro Mascarenhas…

Sur ces îles-escales de l’Océan Indien, les Européens développent des cultures vivrières pour assurer l’approvisionnement des bateaux de passage.

Les îles, destination souhaitée du voyage…

Japare, port de l’île de Java. Cette gravure a été éditée dans : Voyage de Gautier Schouten aux Indes orientales commencé l’an 1658 & fini l’an 1665, tome II, À Rouen, chez Pierre Cailloux, 1725. Gallica [BnF].

Les îles convoitées par les Européens car productrices des précieuses épices sont celles constituant les archipels des Philippines, de la Malaisie et de l’Indonésie actuelle : les îles de la Sonde, archipel comprenant Java et Sumatra, Bornéo, les Célèbes et surtout les Moluques, connues comme « les îles aux épices ». Les Philippines sont longtemps contrôlées par l’Espagne, qui a, par ce territoire, accès aux épices23. Les autres archipels d’Asie du Sud-Est sont dominés par le Portugal, puis par les Pays-Bas. La France arrive trop tard dans la course aux épices et n’obtient de comptoirs que sur la péninsule indienne, difficile d’accès24. Cela n’empêche néanmoins pas les Français de se rendre aux Indes portugaises, puis néerlandaises, à leurs risques et périls, Portugais et Hollandais se montrant très méfiants à leur égard.

Mar di India. Éditeur : [s.n.][s.n.]. Date d’édition : 1627. Gallica (BnF). Cette carte semble provenir de : Le Théâtre du monde, ou Nouvel atlas contenant les chartes et descriptions de tous les pays de la terre, mis en lumière par Guillaume et Jean Blaeu, Amsterdami, apud G. et J. Blaeu, 1635-1654, 1er vol.
Zoom sur la carte précédente.

 

Mais que nous apprennent ces documents sur les Indes orientales ?… L’on peut s’attendre à trouver dans tous ces témoignages une vision édénique, idyllique, paradisiaque des territoires visités. Nous verrons dans le prochain billet que, selon les lieux décrits et les époques auxquelles ils sont visités, le tableau qu’en font les voyageurs est contrasté.

 

Citer ce billet : Stéphanie Tonnerre-Seychelles, "A la découverte des Indes orientales (XVIe-XVIIe siècles) (Partie II. Sur les conditions du voyage)," in L'Histoire à la BnF, 16/09/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7897, [consulté le 13/10/2019].
  1. Voir José-Maria Martinez-Hidalgo, Las naves del descubrimiento y sus hombres, Madrid, Ed. Mapfre, 1992. []
  2. Galion portugais mentionné par Jean Mocquet. []
  3. François Pyrard a embarqué à bord du Corbin en 1601. Celui-ci fait route vers les Indes en compagnie du Croissant. []
  4. Vaisseau et frégate qui transportèrent le père Tachard et les autres membres de la délégation diplomatique dépêchée auprès du roi de Siam en 1685. []
  5. Vaisseau hollandais du Général van Goens sur lequel voyage Wouter Schouten. []
  6. La découverte du système de la mousson et de ses bénéfices se fait progressivement dès l’Antiquité. Voir notamment Didier Marcotte (éd.), Méditerranée et océan Indien. Deux mondes en miroir, Lyon, 2017 (TOPOI Orient-Occident. Supplément 15) ; Didier Marcotte et Pierre Schneider (rédacteurs en chef), Les Sociétés méditerranéennes antiques et les mondes de l’océan Indien. Consultable en ligne à l’adresse : http://median.hypotheses.org/ ; Kasper Grønlund Evers, Worlds apart trading together : the organisation of long-distance trade between Rome and India in antiquity, Oxford, Archaeopress Publishing, [2017]. []
  7. Le Grand routier de mer de Jean Hugues de Linschot,… contenant une instruction des routes et cours qu’il convient tenir en la navigation des Indes orientales […], Amsterdam, chez Evert Cloppenburch, 1619. Gallica [BnF]. []
  8. « Le Routier pour la navigation des Indes orientales avec la description des isles, barres, entrées de ports… dont la connoissance est nécessaire aux pilotes, par Aleixo da Motta,… » a été partiellement édité dans : Relations de divers voyages curieux qui n’ont point esté publiées (…), données au public par les soins de feu M. Melchisedec Thevenot Nouvelle édition… À Paris, chez Thomas Moette, 1696, 1er vol. []
  9. Georges Le Gentil (trad..), José Saramago (préf.), Histoires tragico-maritimes : 1552-1563 : chefs-d’oeuvre des naufrages portugais, Paris, Chandeigne, 2016. []
  10. Relation du naufrage d’un vaisseau hollandais nommé Ter Schellingh vers la côte de Bengala, À Amsterdam, chez la veuve de Jacob van Meurs, 1681. En ligne sur Gallica [BnF]. []
  11. Voyage de François Pyrard de Laval contenant sa navigation aux Indes Orientales, Maldives, Moluques, Bresil, op. cit., pp. 54-55. En ligne sur Gallica [BnF]. []
  12. Sur la piraterie dans l’Océan indien, voir notamment Hubert Deschamps, Les pirates à Madagascar aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Berger-Levrault, 1972. []
  13. Philippe Haudrère, « Heurs et malheurs des voyages maritimes sur la route des Indes orientales au XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 121-3 | 2014. Article consultable en ligne à l’adresse : http://abpo.revues.org/2853 ; Sophie Lipon-Chinon, « L’art de la découverte comme art de voyager : l’utopie viatique à la française », conférence consultable en ligne à l’adresse : http://www.crlv.org/conference/l’art-de-la-découverte-comme-art-de-voyager-l’utopie-viatique-à-la-française []
  14. Voyages en Afrique, Asie, Indes orientales et occidentales faits par Jean Mocquet,… op. cit., pp. 219-220. Gallica [BnF]. []
  15. Ibid., p. 227. Gallica [BnF]. []
  16. Située dans le canal du Mozambique, l’île est découverte et colonisée par les Portugais lors du deuxième voyage de Vasco de Gama en 1510. Voir Malyn Newitt, A History of Mozambique, London, Hurst, 1995. []
  17. Découvert en 1488 par Bartolomé Dias, il fut baptisé ainsi par le roi Jean II du Portugal car sa découverte laissait présager d’une route vers les Indes et ses richesses. []
  18. Sur le difficile établissement des Français à Madagascar, voir le début de l’ouvrage de Christiane d’Ainval. Heurs et malheurs de la France à Madagascar : 1638-1972, Saint-Denis (Réunion), Orphie, 2014. []
  19. Relation de l’establissement de la Compagnie françoise, pour le commerce des Indes orientales. Dédiée au Roy, À Paris, chez Sébastien Cramoisy, & Sébastien Mabre-Cramoisy, 1665. Gallica [BnF]. []
  20. Histoire de la grande isle Madagascar composée par le Sieur de Flacourt, directeur general de la Compagnie françoise de l’Orient, & commandant pour sa Majesté dans ladite isle & les isles adjacentes. Avec une relation de ce qui s’est passé des années 1655. 1656. & 1657, À Troyes, ches Nicolas Oudot, & se vendent a Paris, chez Gervais Clouzier. 1661. Gallica [BnF]. []
  21. Pour des témoignages ou relations sur la présence française à l’Ile Bourbon ou à l’Ile de France sous l’Ancien Régime, voir la section Lk11 « Histoire des colonies d’Afrique» du Catalogue de l’histoire de Francequi consacre une sous-section particulière à ces vieilles possessions françaises. []
  22. Philippe Haudrère, « Les grandes compagnies de commerce et de navigation au XVIIIe°siècle », L’Information historique, n°59, 1997, pp. 34 à 42. Article consultable en ligne à l’adresse : http://aphgreunion.free.fr/VOC.htm []
  23. Jean-Paul Desroches (dir.), Trésors des galions, Paris, Réunion des musées nationaux, 1994. []
  24. Les cinq principaux comptoirs français en Inde sont Pondichéry (1674), Chandernagor (1686), Mahé (1721), Yanaon (1725), et Karikal (1739). Jacques Weber (dir.), Compagnies et comptoirs : l’Inde des Français, XVIIe-XXe siècle, Paris, Société française d’histoire d’outre-mer, 1991 ; Philippe Le Tréguilly et Monique Morazé (dir.), L’Inde et la France : deux siècles d’histoire commune, XVIIe-XVIIIe siècles : histoire, sources, bibliographie, Paris, CNRS éd., 1995. []

Stéphanie Tonnerre-Seychelles

Chargée de collections en science politique et de valorisation en droit et science politique au département Droit, économie, politique.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.