A la découverte des Indes orientales (XVIe-XVIIe siècles) (Partie III. La description des territoires visités)

Nous avons vu dans le précédent billet, qu’aux XVIe et XVIIe siècles, le voyage vers l’Océan Indien, long et périlleux, nécessite des escales, notamment sur les îles qui parsèment le parcours. Voyons ce que ces témoignages nous disent des îles et territoires continentaux de l’océan indien, escales ou destination du voyage, à cette époque, puisqu’ils s’attachent à décrire leur situation géographique, leurs paysages, climat, biodiversité, ainsi que la population qui les habite le cas échéant.

La géographie des Indes orientales : vues et cartes des territoires rencontrés

Vue des côtes de plusieurs îles, dont Sumatra. Extrait de Routier pour la navigation des Indes orientales, avec la description des isles, barres, entrées de ports (…) 1696. Gallica (BnF).

Les navigateurs devaient pouvoir vérifier la position de leur navire en prenant pour repère des points remarquables des côtes ou les îles rencontrées. On trouve donc dans les « routiers » des gravures renseignant sur la physionomie des îles. On s’intéresse d’abord à cette façade de l’île, vue qu’en ont les voyageurs depuis le pont des navires. On retient aussi de l’île le rivage et sa découpe, patiemment cartographiés. On s’intéresse aux possibilités de mouillage.

Le centre de l’île n’est exploré que plus tard. Sur la première carte de Bourbon1, qui reste longtemps une référence pour les voyageurs, Étienne de Flacourt dessine au milieu du XVIIe siècle trois montagnes séparées par un étang, représentation peu réaliste du centre insulaire. Étienne de Flacourt méconnait ce territoire et imagine cette géographie !

Carte de l’Isle de Bourbon, éditée dans : Histoire de la grande isle Madagascar, composée par le Sieur de Flacourt, directeur general de la Compagnie françoise de l’Orient, & commandant pour sa Majesté dans ladite isle & les isles adjacentes. Avec une relation de ce qui s’est passé des années 1655. 1656. & 1657, Troyes, N. Oudot, Paris, G. Clouzier, 1661. Gallica (BnF).

Il est vrai que Flacourt n’avait pas séjourné longtemps à l’île Bourbon et n’avait donc pas eu le loisir d’apprendre à la connaître2. Il n’en est pas de même concernant Madagascar. Il y occupe pendant six ou sept ans les fonctions de gouverneur et en a dressé une description précise3. Charles Dellon cite à plusieurs reprises Flacourt. Il semble qu’il avait une bonne connaissance de son étude. Ces observations sont aussi intéressantes. De même François Pyrard a passé plusieurs années aux Maldives. Au départ maltraité par les Maldiviens, il a, contrairement à ses compatriotes, œuvré à son intégration au sein de la population insulaire. Il en a appris la langue, et petit à petit s’est attiré l’affection du roi des Maldives. Entré dans son entourage, il l’a entretenu des mœurs et coutumes européens, tandis que lui-même développait ses connaissances sur ces îles de l’océan Indien. On peut donc s’appuyer principalement sur ces textes qui ont fait longtemps référence pour décrire les îles de l’océan indien…

Isle de Madagascar, autrement dicte isle St Laurens, par le Sr de Flacourt, 1656. A présent nommée isle Dauphine, Paris, A. de Fer, 1666. Gallica (BnF).

François Pyrard décrit comme suit la géographie particulière et l’organisation politique des Maldives, lesquelles sont liées : Les Maldives « sont divisées en treize provinces, qu’ils nomment Atollons, qui est une division naturelle. (…) [chaque] atollon est séparé des autres, & contient en soy une grande multitude de petites îles. C’est une merveille de voir chacun de ces atollons environné d’un grand banc de pierre – il fait référence à la barrière de corail !- (…) qui défend les isles contre l’impétuosité de la mer4». Les autochtones avancent le nombre de 12000 îles qui constituent les Maldives. Pyrard pense que le chiffre est excessif5.

Du climat

Le climat et la « qualité de l’air » des îles de l’océan indien ne sont pas appréciés de la même manière partout : Nos voyageurs s’accordent sur le fait que le climat est agréable aux Comores et aux Mascareignes :

François Pyrard apprécie la « qualité de l’air » des Comores !

Nous demeurasmes à la rade [des Comorres] l’espace de quinze jours, & il n’est pas croyable combien ce séjour nous fut utile & commode. Tous nos malades du scorbut recouvrèrent leur santé, & les autres eurent allegement, tant à cause du bon air que des bonnes eaux & aussi des bons fruicts6.

=> Cliquez sur les flèches dans l’image ci-dessous pour feuilleter l’ouvrage dans Gallica

  

« Pour être sous la zone torride que les anciens ont crû inhabitable, l’air que l’on respire [à l’île Bourbon], écrit Charles Dellon, ne laisse pas d’être agréable, & la chaleur que la proximité du soleil cause pendant le jour, est tempérée par les rosées qui tombent toutes les nuits. Il n’y pleut jamais que sur la fin de février ou au commencement de mars ». Il nuance un peu ce tableau idyllique : « pendant ce temps les vents que l’on appelle houragans régnant sur les côtes, empêchant les vaisseaux d’en approcher, parce qu’il n’y a point de ports, & qu’il n’y pourroient demeurer sans péril. » Mais ce ne sont pas ces aspects négatifs qu’il retient de Bourbon :

Depuis que les Français en [sont] en possession jusques au temps que nous y passâmes, on n’y [a] point encore veu de malades : tous les voyageurs affligez d’incommoditez différentes y trouvent ordinairement la santé7. »

Après un court séjour paradisiaque à Bourbon8, Charles Dellon, qui est médecin, gagne l’Île Dauphine, où « l’air [n’a] pas la même bonté9».  Il met en cause « l’extrême chaleur (…) qui ne peut pas manquer de causer des maux dangereux », et d’ailleurs il mentionne que l’hôpital de Fort Dauphin « est toujours remply10 ». Quantité de malades sont de ce fait réacheminés vers Bourbon où ils sont plus susceptibles de se rétablir11.

Aux Maldives, Pyrard se plaint des « pluyes fort continues & fort importunes » qui marquent l’hiver en juillet et août12.

Il y est victime de la maladie connue « par toute l’Inde sous le nom de fièvre des Maldives ». Il est malade « comme à l’extrémité » écrit-il, plus de deux mois et en met dix à se remettre sur pieds. « Quand on en réchape, on peut s’asseurer qu’on guarira des autres maladies ausquelles l’air du pays est sujet », poursuit-il. Pyrard ayant survécu à la maladie, se sent intégré aux Maldiviens. « Un étranger qu’ils appellent en leur langage Pouraddé, s’il en guarit, ils disent qu’il est dives, comme qui diroit naturalizé ». Il observe qu’un des remèdes que s’administrent les Maldiviens est de boire de l’eau « bien tiède » [bouillie peut-être ?] dans laquelle ils mettent du poivre concassé13».

De la biodiversité

Étienne de Flacourt14 décrit de manière très détaillée la flore, comme la faune de Madagascar. Il donne le nom malgache et une description de toutes les plantes qui figurent sur ces planches d’illustrations…

 

La flore de Madagascar, selon Étienne de Flacourt Planche extraite de : Histoire de la grande isle Madagascar composée par le Sieur de Flacourt (…). Gallica (BnF).

 

Sans en faire une liste exhaustive, regardons de plus près les figures 1 et 3, qui représentent des Ignames, nommés ouvifoutchi et ouvihare à Madagascar. À la figure 10, il s’agit bien d’un ananas, qui se dit manassi en malgache.

La faune de Madagascar, selon Étienne de Flacourt. Planche extraite de : Histoire de la grande isle Madagascar composée par le Sieur de Flacourt (…). Gallica (BnF).

 

Parmi les animaux décrits, mentionnons que les bœufs et leur « loupe de graisse », – ce sont les termes employés par plusieurs de nos voyageurs ! – sont nommés Boury (figure 1). Par ailleurs, le caméléon est nommé Tha (figure 24).

Remarquons que dans nos récits les gravures sont plus ou moins réalistes et fines. Celles qui illustrent les voyages de François de La Boullaye-Le-Gouz15 sont assez simples, à l’inverse des gravures qui agrémentent le récit de Bontekoë, plus fines16.

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Tous les témoignages s’accordent sur la richesse de la flore et de la faune sur les îles de l’océan indien.

François Pyrard écrit à propos des Comorres : « Ces îles sont grandement fertiles en fruicts, en oranges aigres fort grosses – probablement des pamplemousses ?-, & petites oranges douces, en citrons de deux sortes, cocos, bananes, miel, bétel, & en ris, qui estant cuit est de couleur violette17. »

Ces mêmes fruits abondent aussi aux Maldives selon le même auteur18, ou à Madagascar selon Charles Dellon19.

Ce dernier mentionne aussi « quantité de raisin dans l’Isle Dauphine dont on ne fait cependant point de vin. (…) », les Malgaches préférant les boissons à base de miel20.

À Bourbon, il apprécie les melons d’eau, les bananes et figues d’Inde, c’est-à-dire des figues de Barbarie, nombreuses et délicieuses, et, les ananas plus rares21.

Charles Dellon, toujours lui, mentionne d’autres fruits des Indes :

– « le jacque (…) fruit si prodigieux qu’un seul fait la charge d’un homme 22»,

– « les « manga », les mangues, dont les meilleures viennent de l’Isle (?) de Goa23», 

– le poivre, que l’on trouve également en plusieurs régions,

-« la cardamone [qui] se recueille au Royaume de Canonor24 sur une montagne à six ou sept lieues de la mer, & c’est le seul endroit du monde où l’on en trouve », écrit-il. Elle est utilisée dans l’alimentation et en médecine,

– la cannelle, dont on trouve la meilleure qualité à Ceylan25,

– le Bethel, dont « le goût est aromatique, fort agréable ». Dellon, médecin, souligne les vertus médicinales de la plante : « Le Bethel avec sa préparation fortifie l’estomac, aide à digérer, & laisse une bonne odeur à la bouche (…) il a une vertu particulière pour soulager de la pierre, c’est ce que j’ay expérimenté moy-même sur plusieurs de mes amis », précise-t-il26.

Concernant la faune toute aussi foisonnante, Charles Dellon signale la présence de « grandes troupes » de porcs et de chèvres, partout à Bourbon, et de taureaux et de vaches moins nombreux amenés de Madagascar. Tous ces animaux ont été laissés là par les Portugais, puis les Français, pour assurer le ravitaillement des navires de passage27

À Bourbon, toujours selon Charles Dellon, « Les tortues de terre sont si communes, que ceux qui marchent avec le plus d’empressement sont souvent obligez de s’arrêter par leur rencontre nombreuse & fréquente ; la chair en est fort bonne, & approche du goût du veau (…). Celles de mer sont beaucoup plus rares 28».

François Pyrard écrit exactement la même chose des tortues aux Maldives29.

Charles Dellon mentionne aussi la présence à Bourbon de pigeons, tourterelles, perdrix et « d’une infinité d’autres oyseaux, mais surtout des perroquets » et de flamands. « [En revanche] il n’y a ny serpens, ny scorpions, ny aucune autre sorte de reptile ou d’insecte dangereux, la bonté de l’air les tue, ajoute-t-il conquis30. »

Il décrit des rivières « si fertiles en poisson, que pour les traverser à pié (…) on est obligé de s’appuyer sur un bâton pour ne chanceler pas, par le nombre & la rapidité des poissons31 ».

Le même auteur note qu’à l’île Dauphine, Madagascar, « le plus grand commerce est en bœufs [qui] sont d’une hauteur démesurée32. »

Il souligne aussi la présence d’insectes nuisibles. Il est témoin d’une invasion de sauterelles, un mois de février, dans « une quantité si formidable que la terre en est désolée, & les autres animaux (…) réduits à mourir de faim ». Il mentionne également « quantité de crocodiles dans les étangs & les rivières » et décrit le caméléon33.

Aux Comorres, selon François Pyrard, « il y a (…) force bestail, comme bœufs, vaches, chèvres, moutons, qui ne sont pas semblables à ceux de l’isle de saint Laurens (…) ». Il a observé aussi quantité d’oiseaux34.

Certains îlots maldiviens sont couverts de gros crabes et d’écrevisses de mer, « ou bien d’une quantité d’oyseaux nommez pinguy35… »

Ces récits mentionnent-ils les dodos ou les drontes disparus ? Celui du Hollandais Bontekoé inséré dans les Relations de divers voyages curieux36 en contient une figure dont la légende donne l’appellation hollandaise de « dod-aers ». Il décrit ces animaux : « qui ont de petites ailes, & bien loin de pouvoir voler, [sont] si gras, [qu’ils peuvent] à peine marcher37. »

 

Les progrès successifs dans la connaissance de la faune et de la flore de Madagascar et des territoires autour de l’Océan indien peuvent bien se mesurer à la lecture de documents postérieurs conservés à la BnF, notamment :

– Pierre Sonnerat, Illustrations de Voyage aux Indes orientales et à la Chine, fait par ordre du roi, depuis 1774 jusqu’en 1781, dans lequel on traite des mœurs, de la religion, des sciences et des arts des Indiens, des Chinois, des Pégouins et des Madégasses, suivi d’observations sur le Cap de Bonne-Espérance, les isles de France et de Bourbon, les Maldives, Ceylan, Malacca, les Philippines et les Moluques et de recherches sur l’histoire naturelle de ces pays. Paris, Froule, Nyon et Barrois, 1782.

– Aubert Du Petit-Thouars, Histoire des végétaux recueillis sur les isles de France, la Réunions (Bourbon) et Madagascar : contenant les descriptions et figures des plantes qui forment des genres nouveaux, ou qui perfectionnent les anciens, Paris, Huzard, 1804.

– Grandidier, Alfred, Mammifères et oiseaux nouveaux découverts à Madagascar et décrits, Paris, Imprimerie de Vve Bouchard-Huzard, 1867.

et surtout :

Recherches sur la faune de Madagascar et de ses dépendances, d’après les découvertes de François P. L. Pollen et D. C. Van Dam. Leide : J. K. Steenhoff, (-E. J. Brill,), 1868-1877. 5 vol.

 

 

Les îles regorgent-elles d’autres richesses ?…

« Je n’ay point appris, écrit Pyrard au sujet des Comorres, que ces isles eussent autre richesse que des fruicts38… »

Charles Dellon nous apprend qu’ « on trouve assez près de Fort Dauphin –donc à Madagascar- des topases & ametistes ». C’est dans l’espoir d’y trouver quelques mines d’or que la Compagnie française des Indes orientales s’est établie à Madagascar, dévoile-t-il, « mais jusques icy toutes les recherches ont été inutiles ». Pire ! La classe dominante, les Rohandrian, ont attirés à plusieurs reprises des colons français dans des lieux isolés, sous prétexte de leur montrer des mines d’or, et les ont tués39

 

De la population

Selon Pyrard, le plus grand nombre des îles composant les Maldives sont inhabitées. Certaines « n’ont que des arbres & des herbes, d’autres (…) n’ont aucune verdure, & (…) ne sont que pur sable mouvant 40».

Les populations des Comores, comme des Maldives, ne se montrent pas particulièrement accueillantes dans les écrits de François Pyrard. Dans les premières, les marins européens font du commerce avec les autochtones, mais Pyrard explique que lui, s’en méfie, car ils ont déjà trompé la confiance de voyageurs anglais de passage et tenté de s’emparer de leur navire41. Après le naufrage du Corbin aux Maldives, les Maldiviens affament d’abord les naufragés en espérant les amener à leur donner de l’argent en échange de nourriture. Constatant que François Pyrard et deux de ses compagnons ne leur cachent pas d’espèces sonnantes et trébuchantes, ils les exploitent, leur font exécuter des travaux pénibles en échange d’un accès à la nourriture42. La majeure partie des naufragés se trouvait sur une autre île, Poulalou, où ils sont si maltraités par la population qu’au bout de quelques mois seuls quatre compagnons de Pyrard ont survécu sur les quarante retenus sur l’île43. Les tentatives d’évasion sont, de plus, très sévèrement réprimées par les Maldiviens. Les évadés repris sont, en effet, mis à mort44.

Concernant l’apparence physique des Maldiviens, Pyrard fait la remarque suivante : « On tient que les Maldives ont este autrefois peuplées par les Cingala (…) habitans de l’isle de Ceylan. Mais je trouve que les Maldivois ne ressemblent aucunement aux Cingala, qui sont noirs & assez mal formez. Et ceux-cy sont bien formez & bien proportionnez, & il y a peu de difference d’avec nous, hormis la couleur, qui est olivâtre45. »

« Un Rohandrian avec sa femme portée par ses esclaves lors quelle va en visitte par le pais ». Gravure extraite de : Histoire de la grande isle Madagascar (…) 1661. Gallica (BnF).

 

Selon Charles Dellon, « Les Rohandrians ou grands seigneurs se font porter sur les épaules par leurs esclaves dans une machine qu’ils appellent Tacon (…) Cette nation est assez guerrière & fidelle aux Rohandrians : la richesse de ces roitelets consiste en bœufs & en esclaves (…) ils sont tous vindicatifs46. » C’est, selon lui, pour défendre ses privilèges et ses intérêts qu’elle commençait à perdre au bénéfice des Européens, que cette classe dominante a déclenché une guerre ouverte contre les Français47

« Ceux de Madagascar donnent si peu de marque de religion qu’on pourroit dire qu’ils n’en ont aucune. On ne voit chez eux ny temples ny prestres : les seuls Rohandrians observent quelques cérémonies. (…) Les plus éclairez d’entr’eux demeurent d’accord qu’il y a un Estre infiny & souverainement bon qui conduit tout, cependant par une indigne obstination ils disent, qu’il n’est pas nécessaire de prier celuy qui ne fait jamais de mal & réservent leur vénération & leurs vœux pour le démon qui les tourmente. Ils ne croyent point l’immortalité de l’Ame, & n’espérant pas de seconde vie, déplore Charles Dellon, ils s’abandonnent à tous les excez de la première & ceux que les missionnaires48 ont baptisez retombent souvent dans le libertinage des autres, trouvant le christianisme trop sévère. (…) » Là, il met en cause certains colons français qui « vivoient d’une manière à ne pas édifier ces nouveaux Chrétiens 49

Concernant le mariage, Charles Dellon distingue des régions malgaches dans lesquelles, les couples s’unissent et se défont librement et d’autres où la fidélité est de mise, l’infidélité de la femme étant punie de mort50.

Gravure extraite de : Histoire de la grande isle Madagascar composée par le Sieur de Flacourt, (…) Troyes, N. Oudot, Paris, G. Clouzier, 1661.

 

À propos des Malgaches, Charles Dellon nous apprend qu’ « ils solemnisent quelques jours par des dances au son des instrumens à leurs usages, mangeant outre mesure : leurs chansons ne sont point mesurées comme celles des autres nations, ils récitent sans ordre ce qu’ils pensent, une voix seule commence, les autres forment une manière de chœur, (…) [au son] de petits tambours [celà] fait un bruit bizarre qui n’est point désagréable, reconnaît-il51 ! »

Étienne de Flacourt nous indique sur les jeux malgaches :

Ils ont le jeu d’Androuve et le jeu de Fifangha. Celui d’Androuve c’est avec certaines coquilles fortes qu’ils trouvent au bord de mer, qu’ils font pirouetter en les poussant d’un peu loin contre d’autres qui sont en jeu. Tous les hommes grands et petits sont fort âpres à jouer à ce jeu, et ils y perdent bien quelquefois des bœufs.

Le Fifangha est un jeu d’esprit comme l’autre est d’adresse, il tient du jeu de Dames et du Tricquetrac : on joue avec [des] fruits ronds qu’ils nomment Bassi sur une tablette de bois où il y a trente deux trous en quatre rangs, seize servant à un joueur et seize à l’autre. (…) ce jeu est assez récréatif  (…)  [il] s’apprend plus facilement en jouant que de parole52.

Beaucoup de  ces récits sont extraordinaires, et relatent des aventures à peine croyables. On imagine sans peine que leurs auteurs, après avoir survécu à tout cela, ont ressenti le besoin de faire part de leur expérience et ont connu un certain succès, trouvant des lecteurs intéressés, curieux de découvrir ces mondes nouveaux, avides «d’exotisme» !… Linschoten, François de La Boullaye Le Gouz et Jean Mocquet, par exemple, ont  décrit l’organisation des Indes orientales portugaises et les comportements des colons… Jean Mocquet déplorait la violence des Portugais envers les autochtones de l’île de Mozambique notamment.

 

En guise de conclusion…

Le tableau que dressent ces témoignages des îles de l’Océan indien n’est donc pas tout à fait paradisiaque. Il faut reconnaître que les îles qui semblent s’en sortir le mieux sont l’île de France et Bourbon, Maurice et La Réunion53 … « Quoy que plusieurs personnes ayant parfaitement bien décrit les beautez de cette isle, écrit Charles Dellon dans ce sens au sujet de l’île Bourbon, je ne laisseray pas de dire ce que j’en ay veu (…) »54.

En effet, si l’on se réfère aux écrits d’un successeur de Charles Dellon à l’île Maurice à la fin du XVIIIe siècle…, le Voyage à l’île de France55 d’un certain Bernardin de Saint-Pierre, on s’aperçoit que cet auteur ne partage pas la vision paradisiaque de l’île des voyageurs du XVIIe siècle. Il déplore les transformations apportées par les colons à la nature, par le biais du déboisement et de l’introduction d’espèces et met fin au mythe de salubrité de l’île, en observant qu’ « il n’y a point de maladie particulière au pays, mais on y meurt de toutes celles d’Europe » ! Le charme n’opère plus !56

Paul et Virginie ; La Chaumière indienne ; Voyage à l’Ile de France / par Bernardin de St-Pierre ; Nouvelle édition… Gallica (BnF).

 

 

Pour aller plus loin, on pourra lire entre autres :

Nicolas Cavaillès, Vie de monsieur Leguat, Paris, les éd. du Sonneur, 2013.

Catherine Hofmann, Hélène Richard, Emmanuelle Vagnon (dir.), L’âge d’or des cartes marines : quand l’Europe découvrait le monde : [exposition, Bibliothèque nationale de France, Paris, 23 octobre 2012-27 janvier 2013], [Paris], Seuil, Bibliothèque nationale de France, 2014.

Et l’exposition virtuelle « L’âge d’or des cartes marines : quand l’Europe découvrait le monde » en ligne ici.

Eric Birlouez, Sur les routes des épices, Rennes, Éd. “Ouest-France”, 2013.

Et en ligne : Eric Birlouez, « L’épopée des épices », Revue Reliefs, n°2, 2016, article consultable en ligne à l’adresse : http://ericbirlouez.fr/files/Epices–R2.pdf

Philippe Haudrère, Les Français dans l’océan Indien : XVIIe-XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

Philippe Haudrère, « Heurs et malheurs des voyages maritimes sur la route des Indes orientales au XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 121-3 | 2014, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 18 septembre 2019.

À explorer : site du CRLV (Centre de Recherche sur la Littérature des Voyages)

Et dans la vidéothèque du CNRS, La fabrique de l’Océan indien (2018, 39 min.)

Cette trilogie consacrée à la découverte des Indes orientales (XVIe-XVIIe siècles) a bénéficié de la relecture et des enrichissements de Fabien Plazannet, Directeur du Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme à la Bibliothèque nationale de France.

Citer ce billet : Stéphanie Tonnerre-Seychelles, "A la découverte des Indes orientales (XVIe-XVIIe siècles) (Partie III. La description des territoires visités)," in L'Histoire à la BnF, 30/09/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7925, [consulté le 12/11/2019].

 

 

 

 

  1. Histoire de la grande isle Madagascar, composée par le Sieur de Flacourt, directeur general de la Compagnie françoise de l’Orient, & commandant pour sa Majesté dans ladite isle & les isles adjacentes. Avec une relation de ce qui s’est passé des années 1655. 1656. & 1657, Troyes, N. Oudot, Paris, G. Clouzier, 1661, carte insérée entre les pp. 266-267. Gallica [BnF]. []
  2. Pour un aperçu assez complet des cartes les plus anciennes de l’île Bourbon, voir la division 2 du portefeuille 2018 du fonds du Service hydrographique de la Marine, département des Cartes et plans. Certaines cartes sont consultables en ligne sur Gallica. []
  3. Dès le XVIe siècle, Madagascar et les Maldives ont fait l’objet de premières cartes françaises, notamment par le géographe-explorateur André Thevet (1516-1590), cosmographe d’Henri II et des derniers Valois. Voir par exemple la carte de l’archipel des Maldives (Arcipelague de Maldivar) entrée en 1753 dans les collections de la Bibliothèque du roi. []
  4. Voyage de François Pyrard de Laval contenant sa navigation aux Indes Orientales, Maldives, Moluques, Bresil ; les divers accidens, adventures et dangers qui lui sont arrivez en ce voyage,… [plus un brief advertissement pour ceux qui entreprennent le voyage des Indes.], 3e et dernière édition revue, corrigée et augmentée… avec un petit dictionnaire de la langue des Maldives, Paris, S. Thiboust, 1619, pp. 107-108. Gallica [BnF]. []
  5. L’encyclopédie Larousse donne une fourchette de 10 000 à 12 000 îles. Ce n’est donc pas une estimation si fantaisiste ! []
  6. François Pyrard, op. cit., p. 50. []
  7. Relation d’un voyage des Indes orientales. Dédié à Monseigneur l’Evêque de Meaux par M. Dellon, Docteur en médecine, Paris, Cl.  Barbin, 1685, t. I, pp. 15-16. Gallica [BnF]. []
  8. Le récent ouvrage de Bernard-Alex Gaüzère et Pierre Aubry, Histoire de la médecine à l’Ile Bourbon-Ile de la Réunion, Paris, L’Harmattan, 2017 (Collection Médecine à travers les siècles) donne des éléments généraux sur la situation sanitaire propre à cette île et les traitements autrefois en usage. []
  9. Ibid., p. 27. []
  10. Ibid., p. 30-31. []
  11. Ibid., p. 59. []
  12. François Pyrard, op. cit., p. 71. []
  13. Ibid., p. 94-97. []
  14. Étienne de Flacourt, op. cit., pp. 111-151 (flore, planche insérée entre les pp. 114 et 115), pp. 151-170 (faune, planche insérée entre les pp. 150 et 151). []
  15. Les voyages et observations du sieur de La Boullaye Le Gouz gentil-homme angevin, où sont décrites, gouvernemens & situations des Estats & royaumes d’Italie, Grece, Natolie, Syrie, Palestine, Karamenie, Kaldée, Assyrie, grand Mogol, Bijapour, Indes orientales des Portugais, Arabie, Egypte, Hollande, grande Bretagne, Irlande, Dannemark, Pologne, isles & autres lieux d’Europe, Asie & Afrique, où il a séjourné (…), Paris, G. Clousier, 1653. Gallica [BnF]. []
  16. Relations de divers voyages curieux qui n’ont point esté publiées (…), données au public par les soins de feu M. Melchisedec Thevenot… Nouvelle édition…, Paris, T. Moette, 1696, 1e vol. []
  17. François Pyrard, op. cit., pp. 48-49. []
  18. Ibid., p. 52. []
  19. Charles Dellon, op. cit., p. 29. []
  20. Ibid., pp. 50-51. []
  21. Voici sa description de l’ananas : « de la grosseur de nos melons, la figure en est ovale, la couleur jaune, & la peau semblable aux pommes de pin ; ce fruit porte au sommet un petit bouquet vert (…) en forme de couronne, & cela joint à son excellence, le fait appeler le Roy des fruits ». Ibid., pp. 16-19. []
  22. Ibid., pp. 144-145. []
  23. Ibid., p. 146. []
  24. Il doit s’agir de Cannanore, ville de l’État du Kerala en Inde. []
  25. Ibid., p. 149. []
  26. Ibid., p. 153. []
  27. Ibid., p. 20-21. []
  28. Ibid., p. 22-23. []
  29. François Pyrard, op. cit., pp. 368-369. []
  30. Charles Dellon, op. cit., p. 24-25. []
  31. Ibid., p. 16. []
  32. Ibid., p. 30. []
  33. Ibid., p. 52-59. Le caméléon : « petit animal assez semblable au lézard, mais il a le dos plus élevé, la tête plus aiguë, & la peau si transparente qu’il paroit toujours de la couleur des choses sur lesquelles il est » []
  34. François Pyrard, op. cit., p. 49. []
  35. Ibid., p. 110. []
  36. Relations de divers voyages curieux qui n’ont point esté publiées (…), données au public par les soins de feu M. Melchisedec Thevenot Nouvelle édition…, Paris, T. Moette, 1696, 1e vol. []
  37. Bontekoë voyage aux Indes entre 1618 et 1624. Ibid. []
  38. François Pyrard, op. cit., p. 49. []
  39. Charles Dellon, op. cit., pp. 33-34. []
  40. François Pyrard, op. cit., p. 110. []
  41. Ibid., pp. 47-48. []
  42. Ibid., p. 66 et suiv. []
  43. Ibid., p. 84. []
  44. Ibid., pp. 90-91. []
  45. Ibid., p. 119. []
  46. Charles Dellon, op. cit., pp. 39-41. []
  47. Ibid., pp. 36-37. []
  48. Sur l’évangélisation à Madagascar, voir l’ouvrage de Marc Thieffry. Saint Vincent de Paul et la mission lazariste à Madagascar au XVIIe siècle, Paris, l’Harmattan, 2017. []
  49. Ibid., p. 44-46. []
  50. Ibid., p. 47. []
  51. Ibid., p. 48. []
  52. Étienne de Flacourt, op. cit., pp. 108-110 []
  53. Les caractéristiques favorables de ces îles contribueront d’ailleurs à attirer des colons protestants français après la révocation de l’édit de Nantes. Voir ainsi : Un projet de république à l’île d’Éden (l’île Bourbon) en 1689 par le Marquis Henri Du Quesne ; précédé d’une notice par Th. Sauzier. Paris, E. Dufossé, 1887. C’est dans ces circonstances que François Leguat s’embarqua pour l’Océan indien [cf. bibliographie infra]. []
  54. Charles Dellon, op. cit., p. 14. []
  55. Paul et Virginie ; La Chaumière indienne ; Voyage à l’Ile de France / par Bernardin de St-Pierre. Nouvelle édition… précédée d’une Notice sur l’auteur [signée : Anatole Bordot], Paris, J. Vermot, 1860. []
  56. Serge Briffaud, « Voyage aux îles désenchantées : regards sur les Mascareignes (XVIIe – début XIXe siècle) », accessible en ligne sur archives-ouvertes.fr []

Stéphanie Tonnerre-Seychelles

Chargée de collections en science politique et de valorisation en droit et science politique au département Droit, économie, politique.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.