André Gide et le tourisme en Union Soviétique

Si André Gide (1869-1951), dont on fête le 22 novembre le cent-cinquantenaire de  la naissance1, a été surnommé le « contemporain capital », c’est non seulement pour le succès rencontré par son œuvre littéraire, mais aussi à cause de ses prises de position politiques. Celle qui fit le plus de bruit fut exprimée dans son Retour de l’U.R.S.S.2 en 1936 puis dans Retouches à mon « Retour de l’U.R.S.S. »3 un an plus tard : « Cette petite plaquette, publiée à la fin de 1936, fit l’effet d’une bombe. Gide en disait moins que d’autres, mais son désengagement, pour prudent qu’il fût, devait sonner le doute dans des milliers de consciences. Gide révélait à bien des gens leur propre trouble […] Il lui fallut du courage pour rompre tous ses liens. Il eut ce courage, et c’est peut-être sa sincérité qui toucha l’opinion 4». Les articles dans la presse, de Marianne à L’Humanité, furent nombreux et variés, et le tirage s’éleva, comme le note Fred Kupferman, à plus de 140 000 exemplaires pour le Retour de l’U.R.S.S. et à plus de 40 00 pour les Retouches à mon « Retour de l’U.R.S.S. », alors que les autres récits de voyage en URSS de la même époque dépassaient rarement quelques milliers d’exemplaires.

Compagnon de route du Parti communiste français, qu’il soutint sans y adhérer, Gide s’intéressa de près à l’expérience soviétique avant son voyage en URSS du 17 juin au 24 août 1936, en compagnie d’Eugène Dabit, Louis Guilloux, Pierre Herbart, Jef Last et Jacques Schiffrin, puis publia le récit de son séjour. Partisan avéré du régime soviétique, il fut un des rares à l’époque à raconter sa désillusion, ce qui lui vaudra de nombreuses attaques5.

Or ce voyage s’inscrit dans ce que l’on peut considérer comme une véritable mode du séjour en Union soviétique6. Cet engouement touche également les récits de voyages, les témoignages, qu’ils soient oraux ou écrits (comme en témoignent les importantes bibliographies qui accompagnent les livres parus sur le sujet) : « Les récits de voyage par exemple suivent très souvent un circuit de publication qui démultiplie leur influence. Ils paraissent d’abord dans un périodique, puis dans un ouvrage qui rassemble ces articles, tandis que leur auteur en propose une version orale dans une tournée de conférences »7, déjouant en cela les prévisions d’André Beucler en 1927 : « Le temps n’est pas loin où le voyage en Russie aura sa place dans la mode. Un jour, personne ne songera plus à rapporter un carnet de route8».

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

 

Au-delà de ces comptes rendus et des opinions qu’ils expriment, on peut s’intéresser à la nouvelle forme de tourisme qui apparaît en URSS. Il s’agit d’un tourisme essentiellement politique ; comme le montrent les programmes touristiques, on vient découvrir « le pays du plan quinquennal » et «  l’Union soviétique devient un lieu de “pèlerinage ” ou de “contre-pèlerinage “. Des formes nouvelles de voyage s’organisent, qui n’ont rien à voir avec le tourisme “bourgeois ” né au 19ème siècle. Elles préfigurent plutôt le tourisme de masse de la seconde après-guerre. Mais elles s’intègrent aussi aux mécanismes de propagande qui sont bientôt copiés en Allemagne et en Italie  car « la fascination et la répulsion pour un lieu géographique sont idéologiques avant d’être culturelles9 ».

Le pays du plan quiquennal, Intourist, Documents d’information,  (1933 – 1968) Recueil cote 4-WZ-9172 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF)

Le tourisme est circonscrit géographiquement et on ne voit qu’une partie du pays, « on “fait” l’U.R.S.S. – en réalité un circuit réduit, toujours le même – en trois jours, trois semaines, au mieux un mois »10. Le circuit réduit est globalement celui que suivra Gide : Moscou, Leningrad, Sotchi, une partie de la Géorgie. On reste donc à l’ouest de l’URSS : d’une part le territoire est immense et ne peut être entièrement parcouru lors d’un séjour touristique ; d’autre part une partie du pays est de facto fermée aux étrangers : « Le Rado consacre ainsi plus de vingt-cinq pages à la république socialiste soviétique des Ouzbeks et à la république socialiste soviétiques turcomane, alors qu’il est stipulé dans le guide pratique que les “visas ne sont pas valables pour l’entrée dans les républiques d’Ouzbékistan et Tourkménistan, dans lesquelles on ne peut rentrer qu’avec une permission spéciale”. Les Soviétiques canalisent les voyageurs individuels vers des circuits officiels et ceux qui s’en écartent ou qui ne sont pas fiables se verront refuser l’accès aux zones sensibles11».

Alex Rado,  Guide à travers l’Union soviétique, Berlin : Neuer Deutscher Verlag, 1928. Cote 16-M-4542, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF).

C’est qu’à ce contrôle géographique s’ajoute une surveillance dont le but est de ne montrer au voyageur que ce que l’on veut qu’il voie. « Cet État policier a repris la grande tradition, décrite par Custine en 1839, des voyages organisés pour tromper le voyageur »12» et deux organismes, la VOKS (Société pansoviétique pour les relations culturelles avec l’étranger) et Intourist (Office national du tourisme de l’URSS)13 sont chargés d’encadrer les voyageurs et de sélectionner les sites à voir14. Comme l’écrit Henri Béraud en 1925 dans un livre qui, dans des proportions tout de même moindres que celui de Gide, fera polémique : “Nulle puissance au monde ne les égale pour truquer le décor […] De bons bourgeois décrivent ces prisons-salons, où les condamnés fument des cigarettes et lisent Dostoïevski en attendant leurs permissions de détente“. Cette situation n’est pas nouvelle et avait déjà été évoquée par Astolphe de Custine au 19ème siècle : « Savez-vous ce que c’est que de voyager en Russie ? […] c’est un travail continu, opiniâtre, et qui consiste à discerner péniblement la Russie telle qu’elle est et la Russie telle qu’on voudrait la monter à l’Europe ». Mais ici le système est d’une tout autre ampleur et l’on peut  parler ainsi de « potemkinade »15. Or pour les voyageurs de marque, dont Gide fut probablement le plus illustre exemple, la situation était encore pire puisqu’ils étaient partout accueillis par des banquets et des festivités qui les empêchaient davantage encore de pouvoir voir la réalité soviétique, à tel point que Gide écrivit : « Ah ! que n’étais-je venu simplement en touriste »16 avant de regretter un an plus tard de ne pas avoir pu quitter le parcours imposé : « Ceux qui ont beaucoup circulé en U.R.S.S. m’affirment que Vildrac, Pons et moi-même eussions déchanté si nous avions quitté les grands centres et nous étions écartés des parcours touristiques. Ils parlent de régions entières où la détresse saute aux yeux »17. Cela dit, s’écarter du parcours touristique ne change pas forcément le regard puisque la notion de pèlerinage, souvent reprise, évoque une « croyance politique » et que l’objectivité n’est pas toujours de mise. Ainsi Charles Steber, dans un chapitre « sur les “bagnes” sibériens » : « Des hommes au travail. Un rythme normal. Du bon ouvrage. On s’interroge : “Quelle différence entre les conditions de travail des ouvriers libres et ceux-là ?” On cherche et on ne trouve pas »18. Il s’agit bien ici de croire plutôt que voir. De même, les rares auteurs qui ont parlé des camps pour les dénoncer ont eu du mal à être entendus19.

Cette « potemkinade » porte sur des aspects précis puisque la véritable innovation du tourisme soviétique est d’être un tourisme du présent. Alors que par tradition le tourisme, sur le modèle du Grand Tour, s’intéresse aux traces du passé, le tourisme soviétique met en avant les réalisations récentes comme le montre cette carte touristique des « centres industriels importants créés ou reconstruits depuis 1928 » publiée par l’Intourist.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

De son côté le Guide Rado, publié par la VOKS « se propose d’attirer l’attention des économistes, des savants et des hommes politiques voyageant dans l’URSS sur les installations nouvelles. […] Il doit aussi servir aux ouvriers et aux paysans venant visiter le pays de la dictature du prolétariat ». En effet « ce guide à travers l’Etat des ouvriers et des paysans répond à des préoccupations beaucoup plus larges que les manuels ordinaires du touriste. Tout en indiquant les monuments de l’art, de la science et de la nature soigneusement conservés après le renversement du régime tsariste, il se propose d’attirer l’attention des communistes, des savants et des hommes politiques voyageant dans l’URSS sur les institutions nouvelles et sur les progrès résultant de la Révolution et réalisés par l’État soviétique. Il doit aussi servir aux ouvriers et aux paysans  venant visiter le pays de la dictature du prolétariat et leur montrer tous les lieux historiques immortalisés par les événements de la plus grande métamorphose de l’histoire mondiale20».

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

La propagande « place au programme des voyages une série de visites, symboles du nouveau régime : l’immense stade Dynamo à Moscou, le camp de pionniers modèle d’Artek en Crimée, le parc de la Culture à Moscou »21.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Le régime (et de nombreux voyageurs dans sa foulée) veut toujours mettre en avant la croissance de la production et le gigantisme des sites ; on peut ainsi s’étonner aujourd’hui de l’admiration (qui ne fait pas l’impasse, au contraire, sur les dysfonctionnements du système) d’André Gide face au complexe agro-alimentaire : « À côté de l’hôtel, un sovkhoze a été créé en vue d’approvisionner celui-ci. J’y admire une écurie modèle, une étable modèle, une porcherie modèle, et surtout un gigantesque poulailler dernier cri. Chaque poule porte à la patte sa bague numérotée ; sa ponte est soigneusement enregistrée ; chacune a, pour y pondre, son petit box particulier, où on l’enferme et d’où elle ne sort qu’après avoir pondu. (Et je ne m’explique pas qu’avec tant de soins, les œufs que l’on nous sert à l’hôtel ne soient pas meilleurs.) J’ajoute qu’on ne pénètre dans ces locaux qu’après avoir posé ses pieds sur un tapis imprégné de substance stérilisante pour désinfecter ses souliers. Le bétail, lui, passe à côté ; tant pis22!» Mais si les changements sont les plus visibles dans l’économie et dans l’organisation de la société, les visiteurs, notamment s’ils séjournent un certain temps, sont parfois aussi sensibles à des changements plus profonds, des métamorphoses encore en cours : « L’homme lui-même semble changer. Nous assistons à une transformation profonde de ses habitudes de pensée, des aspirations de son esprit, de ses idéaux […] Une psychologie neuve s’élabore, faite beaucoup moins de mystique que de lucide analyse, de goût du concret, de recherche de l’humain 23 ».

Intourist, Documents d’information, (1933 – 1968). Recueil cote 4-WZ-9172. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF)
Intourist, Documents d’information, (1933 – 1968). Recueil cote 4-WZ-9172. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF)

Car visiter le pays de la Révolution prolétarienne c’est, visiter un projet autant que des réalisations : le socialisme en construction, « la marche collective vers le bien-être et l’instruction. Un monde entièrement nouveau qui se crée24».

Ce qui intéresse donc les touristes dans ce pays, notamment ceux qui sont politisés, c’est aussi son futur, et les références à un avenir radieux permettent de justifier les errements du présent. « Les hommes qui se sont imposé la tâche d’édifier à la place de la taïga sauvage une nation fraternelle et heureuse ont l’absolue certitude des lendemains. Les perspectives qui s’ouvrent devant eux sont magnifiques et lorsqu’ils parlent c’est sans illusions sur l’effort qu’il reste à fournir25 ». Les guides témoignent bien de cela puisque « les auteurs du Rado conduisent à chaque fois le voyageur du passé russe vers le présent soviétique du socialisme en construction 26 ».

Ainsi, la dimension politique de ces voyages se manifeste dans un encadrement strict et idéologique, à l’aide d’une propagande qui veut mettre en valeur le présent et l’avenir d’un pays davantage que son histoire. Cette véritable innovation touristique connaîtra quelques autres exemples, dans lesquels les visiteurs auront eux aussi le rôle de prosélytes pour des « lendemains qui chantent ». Mais depuis la chute de l’URSS on assiste à un retournement de situation, à un retour à un tourisme plus traditionnel, tourné vers la recherche du passé. Désormais, sans forcément aller à Tchernobyl pratiquer ce qu’il est convenu d’appeler le « tourisme noir », ce sont les ruines de l’utopie soviétique qui attirent en Russie des « amateurs de déglingue soviétique, érigée en mode par quelques baroudeurs 27 ». Les touristes allaient voir l’édification d’un système, ils en recherchent aujourd’hui les vestiges28.

=> Pour aller plus loin, on pourra entre autres consulter ….

En ligne :

Le site de l’Association des amis d’André Gide : http://www.gidiana.net/ , avec notamment la recension des critiques parues sur Retour de l’U.R.S.S. : http://www.gidiana.net/retourURSS.htm

Circulations et transferts avec l’URSS : https://cturss.hypotheses.org/

Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français de Jean Maitron consacre des notices biographiques à un certain nombre de voyageurs en URSS : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/

Œuvres d’André Gide :

Souvenirs et voyages, éd. présentée, établie et annotée par Pierre Masson, avec la collaboration de Daniel Durosay et Martine Sagaert, Gallimard, Bibliothèque de la pléiade, 2001. Contient les éditions critiques de Retour de l’U.R.S.S. (1936) et Retouches à mon « Retour de l’U.R.S.S. » (1937) 

Littérature engagée, textes réunis et présentés par Yvonne Davet, Gallimard, 1950.

Maurer, Rudolf, André Gide et l’URSS, Tillier, 1983.

Sur les voyages en URSS :

Margulies, Sylvia R., The Pilgrimage to Russia: the Soviet Union and the treatment of foreigners, 1924-1937, The University of Wisconsin press, 1968

Kupferman, Fred, Au pays des Soviets: le voyage français en Union soviétique, 1917-1939, Gallimard : Julliard, coll. Archives, 1979.

Caute, David, Les Compagnons de route: 1917-1968, traduit de l’anglais par Georges Liébert, R. Laffont, coll. Les Hommes et l’histoire, 1979.

Coeuré, Sophie, La grande lueur à l’Est: les Français et l’Union soviétique, 1917-1939,  Seuil, coll. Archives du communisme, 1999.

Hourmant, François, Au pays de l’avenir radieux: voyages des intellectuels français en URSS, à Cuba et en Chine populaire, Aubier, coll. Historique, 2000.

Mazuy, Rachel, Croire plutôt que voir ? : voyages en Russie soviétique, 1919-1939, O. Jacob, 2002.

Cousu de fil rouge: voyages des intellectuels français en Union soviétique : 150 documents inédits des archives russes,  sous la direction de Sophie Coeuré, Rachel Mazuy; avec la collaboration de Elena Aniskina, Galina Kuznetsova ; traductions, Sophie Coeuré, Vsevolode Gousseff, Rachel Mazuy, CNRS,  2011, coll. Mondes russes et est-européens.

Guides de voyage :

Rado, Alex,  Guide à travers l’Union soviétique, Berlin : Neuer Deutscher Verlag, 1928.

Guide-book for travellers trough Transcaucasia, Moscou : All-Union society for cultural relations with foreign countries, 1932.

Organismes liés aux voyages en URSS :

V.O.K.S. Organe de la Société pour les relations culturelles entre l’U.R.S.S. et les pays étrangers, 1930 – 1939. Disponible dans Gallica : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32886573q

Russie d’aujourd’hui : organe mensuel des Amis de l’URSS (1933 – 1994). Seuls les numéros de 1940 à 1944 sont disponibles dans Gallica : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32863481x

Estienne, Sophie, Les Amis de l’Union soviétique : 1928-1939, Société d’émulation d’Abbeville, 2004.

Recueils :

Le fonds des « Recueils » de la BnF, conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme est composé de documents imprimés éphémères, qui n’arrivent pas toujours par le dépôt légal, et impossibles à traiter à l’unité : ils sont donc réunis en recueils, selon un sujet ou une collectivité éditrice. On y trouve entre autres des tracts politiques ou des brochures touristiques. Ainsi, concernant les voyages en URSS dans l’entre-deux guerres, deux recueils contiennent des pièces rares et particulièrement intéressantes.

  • le recueil Association des Amis de l’URSS, Tracts politiques et documents divers d’associations pour le soutien de l’U.R.S.S. et de leurs filiales, 1932-1939 (cote 4-LB57-16555) rassemble plusieurs dizaines de tracts, annonces de conférence, qui témoignent d’une part de la tonalité politique des comptes rendus de voyageurs et d’autre part l’intérêt porté à ces conférences dans toute la France (Voir ci-dessus les galeries de documents).
  • le recueil Intourist (cote 4-WZ-9172) conserve, notamment pour la période 1933-1937, des publicités, des programmes de voyages organisés avec des cartes et la liste des endroits qui seront visités : on voit notamment que l’accent est mis sur les réalisations récentes de l’URSS (Voir les images ci-dessus).

 

Citer ce billet : Bertrand Tassou, "André Gide et le tourisme en Union Soviétique," in L'Histoire à la BnF, 21/11/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/8131, [consulté le 29/03/2020].

  1. À cette occasion, la BnF organise un colloque le 22 novembre 2019, en partenariat avec l’Association des Amis d’André Gide. Voir ici. []
  2. Voir André Gide, Souvenirs et voyages, éd. présentée, établie et annotée par Pierre Masson, avec la collaboration de Daniel Durosay et Martine Sagaert, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2001. []
  3. Ibid. []
  4. Fred Kupferman, Au pays des Soviets : le voyage français en Union soviétique, 1917-1939, Gallimard : Julliard, coll. Archives, 1979, p. 115. []
  5. Pour certains « Gide est un “renégat” parce qu’il a rompu avec la famille communiste », Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir ? : voyages en Russie soviétique, 1919-1939, O. Jacob, 2002, p.157. []
  6. Ce que semblait regretter le géographe Jules Sion en 1932, dans un article  des Annales d’histoire économique et sociale à propos de la désaffection des Français pour l’Italie : « Si le nombre des Français a diminué, c’est peut-être aussi que le voyage d’Italie est devenu chez nous moins à la mode, que d’autres pays où nous n’allions guère ont pris plus d’intérêt (Berlin, Autriche, Bohême, Pologne, Soviétie) » []
  7. Sophie Coeuré, La grande lueur à l’Est : les Français et l’Union soviétique, 1917-1939,  Seuil, coll. Archives du communisme, 1999, p. 124. []
  8. André Beucler, Paysages et villes russes – juin-août 1927-, Gallimard, 1929. []
  9. Rachel Mazuy, op. cit., p.8. []
  10. Fred Kupferman, op. cit , p. 14. []
  11. Rachel Mazuy, op.cit., p. 86. []
  12. Éd. Kupferman, op. cit., p. 60. []
  13. « On crée un service d’accueil, l’Intourist – qui dépend, sans doute pour donner le frisson – de la plus efficace institution du régime : le Guépéou ». []
  14. En France, l’Association des Amis de l’Union soviétique contribue à cet encadrement, en sélectionnant  les voyageurs et en promouvant les comptes rendus positifs. []
  15. Charles Sarolea, Ce que j’ai vu en Russie soviétique (traduit de l’anglais par Oscar Grosjean), Hachette, 1925. []
  16. André Gide, op. cit., p. 759. []
  17. André Gide, op. cit., p. 835. []
  18. Charles Steber La Sibérie et l’Extrême-nord soviétique., Payot, 1936, p. 97. []
  19. Voir Sophie Coeuré, « Pourquoi on ne les a pas crus », L’Histoire, n° 461-462, juillet-août 2019, Les Mondes du Goulag, p. 90-97. []
  20. Rachel Mazuy, op. cit., p. 87. []
  21. Sophie Coeuré, op. cit., p. 216. []
  22. On trouvera dans le même registre, mais sans l’acuité et l’ironie du regard de Gide, des pages élogieuses de Charles Steber en 1936 sur un « combinat de la viande » ou sur l’utilisation des têtes et queues de poissons « pour la fabrication de ‘farine de poisson’ servant à la nourriture du bétail ». []
  23. Charles Steber, op. cit., p. 235. []
  24. Charles Steber, op. cit., p. 36. []
  25. Charles Steber, op. cit., p. 66 []
  26. Rachel Mazuy, op. cit., p. 86. []
  27. Cédric Gras, Le Nord, c’est l’Est : aux confins de la Fédération de Russie, Libretto, 2015 (1ère éd. 2013), p. 95. []
  28. Voir par exemple Olivier Rolin, Baïkal-Amour, Paulsen, 2017, (Démarches), p. 155 : « On retrouve les paysages rapiécés auxquels on est habitués, antiques chaufferies surmontées de leur haute cheminée rouillée, entrepôts aux vitrages crevés, terrains vagues, palissades flageolantes, petits immeubles en bois décrépits, à toits de tôle, épaves dans le port ». []

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.