Almanach du chercheur associé – IV. L’Almanach des ballons (1852)

Les magasins du neuvième étage de la tour des Temps conservent un fascicule bien étrange. Il s’agit de l’Almanach des ballons pour l’année 1852 qui explore, en un peu plus d’une quinzaine de pages, le monde fabuleux de l’aérostation ainsi que du voyage lunaire1. Il est conservé sous la cote 8-V-529 (76) dans les magasins du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme et sous la cote 8-Y2-19406 dans les magasins du département Littérature et Arts. Il est consultable en ligne sur le site Gallica.

=> Vous pouvez le feuilleter ci-dessous en cliquant sur l’image puis en utilisant les flèches

 

Son auteur signe sous le pseudonyme « M. De Crac », référence à un personnage créé par Collin d’Harleville en 17912. Comme l’explique le politiste Olivier Ihl, la pièce de Collin d’Harleville, M. de Crac dans son petit castel ou Les Gascons connaît toujours une certaine popularité dans les années 1840-1850 : « elle met en scène un noble fanfaron, victime des projets de son fils pour marier sa sœur à un ‘‘Gascon droit et franc’’3 ». Cette figure humoristique – le mot craque étant synonyme de mensonge – est visible dans les almanachs usant d’un ton léger4 ou encore dans des caricatures (« Ah ce bon Monsieur de Craque » de Louis-Marie Bosredon en 1848). Dans l’Almanach des ballons, on peut penser que le surnom Monsieur de Crac constitue un double parodique du baron de Münchhausen, lequel découvre les joies de la conquête de l’air en voyageant vers la lune sur un boulet5.

Il n’a pas non plus  été possible d’identifier l’illustrateur qui retrace, au moyen de quelques dessins, les mythes gréco-romains autour de la conquête des airs : le vol d’Icare, l’homme volant sur un cheval rappelant Pégase, le char d’Apollon tiré par des cygnes, etc.

“Comment on descend de la lune”, dans M. DE CRAC, Almanach des ballons. Manière de monter dans la lune et d’en descendre (…) Gallica (BnF).

 

À notre connaissance, cet almanach n’est paru qu’une seule année, en 1851. Comme l’a souligné un billet du blog Gallica, intitulé « L’aéronautique au XIXe siècle », dans le cadre de l’exposition de 2017 « Sciences pour tous 1850-1900 », les Français se sont épris de « ballomanie » durant l’âge romantique. Après les débuts de l’aérostation à la fin du XVIIIe siècle avec les frères Montgolfier, le grand public s’émerveille devant les machines volantes qui ne cessent de se perfectionner tout au long du XIXe siècle. Les caricaturistes de ballons et les photographes aériens sont de plus en plus nombreux à partir du milieu du XIXe siècle. Félix Tournachon (dit Nadar) est un des représentants les plus illustres de ce groupe d’artistes. Ses dessins et photographies ont popularisé dans la société française l’univers de la navigation aérienne6. En outre, comme d’autres de ses contemporains, tel l’aérostier Dupuis-Delcourt, Nadar détenait l’une des plus importantes collections d’objets relatifs aux ballons et aux dirigeables7

À sa manière, L’Almanach des ballons reflète également cet engouement pour la conquête de l’air et de l’espace. Il s’inscrit dans une tradition  d’estampes et de calendriers illustrés qui ont pris pour thématique le vol en ballon depuis les années 17808.

Moyen infaillible d’enlever les ballons. Almanach du Jour ou Le mot pour rire. Étrennes Aérostatiques Pour les Prs. 6. Mois-Janvier 1785, [s. l.], [s.n.], 1785, estampe

Mais, étrangement, l’Almanach des ballons est l’un des seuls almanachs du XIXe siècle à s’intéresser, dans l’intégralité de ses pages, à la question des objets volants. Pourquoi les autres almanachs du XIXe siècle sont-ils silencieux à ce sujet ? À l’heure actuelle, nous n’avons pas d’éléments de réponse pour tenter de saisir ce vide éditorial. Nonobstant l’intérêt populaire pour les machines volantes, décrit un peu plus haut, l’Almanach des ballons apparaît donc bien comme un hapax dans la littérature de colportage du XIXe siècle. Il présente pourtant un état d’esprit positif à l’égard du futur de l’humanité qui est assez répandu dans la société française de l’époque. En dépit de l’instabilité politique de la Deuxième République, tout semble possible si l’on adhère à la croyance d’un progrès scientifique sans limite. Alors que l’aérostation était réservée à une élite au XVIIIe siècle, la démocratisation du vol aérien paraît désormais à portée de main dans les années 1850 : « Une fois le siècle lancé sur la pente rapide du progrès, sait-on où il s’arrêtera ? » note l’un des rédacteurs de l’almanach9. Comment parle-t-on alors d’aérostation dans un périodique destiné à des lecteurs souvent ruraux n’ayant sans doute pas vu de ballons ?

Le livret est composé de cinq grandes parties qui conjuguent à merveille les codes traditionnels de l’almanach et les horizons futuristes de la navigation aérienne. Comme dans tout almanach, on trouve, tout d’abord, un calendrier pour l’année 1852 sur la première page. Nous ne sommes pas surpris ensuite de lire des prédictions de Nostradamus, pages incontournables dans de nombreux almanachs du XIXe siècle. Près de quarante-quatre almanachs font même allusion au nom de Michel Nostradamus dans leurs titres entre 1807 et 1880 selon les résultats du catalogue de la BnF ! Toutefois, on remarquera que l’Almanach des ballons s’intéresse exclusivement aux prédictions relatives à l’homme volant. Puis, à partir de la page 6, une historiette met en scène  une figure récurrente des almanachs, à savoir le personnage de fiction Jérôme Paturot, dans sa montée vers la lune.

Manière de monter dans la lune” dans l’Almanach des ballons (…). Gallica (BnF).

 

Les aventures comiques du faux naïf héros du roman très populaire de Louis Reybaud, Jérôme Paturot, À la recherche d’une position sociale permettent à son auteur de dresser un tableau économique et social de la France au XIXe siècle. Une chanson autour des objets volants clôture la brochure mais la partie la plus originale de l’almanach est sans doute un dossier central consacré au « navire aérien » de M. Pétin, un inventeur dont nous ne connaissons que la ville natale – Amiens – et la profession – marchand mercier installé rue Rambuteau à Paris10. Malgré le quasi anonymat de son créateur, la machine fait sensation à Paris au cours de l’année 1851. Cet engin, appelé aussi « locomotive aérostatique Pétin »11, n’est que brièvement évoqué dans les livres retraçant l’histoire de l’aérostation alors qu’il aurait fasciné les foules sur le modèle des démonstrations des aéronautes équestres Poitevin ou du ballon dirigeable d’Henri Giffard.

Visite à la lune“, dans l’ Almanach des ballons (….). Galica (BnF).

 

Le Président de la République, Louis-Napoléon Bonaparte, a même été le tout premier souscripteur du système de navigation aérienne Pétin d’après le chimiste et aérostier Gaston Tissandier12

L’Almanach des ballons donne une description assez précise de ce vaisseau des airs : « Ce navire est suspendu dans les airs par trois énormes aérostats qui se relient entre eux. Il a 70 mètres de longueur, 10 mètres de largeur ». Par ailleurs, il est conçu pour recevoir deux cents passagers.

Navire aérien de Pétin“, dans Gaston TISSANDIER, La navigation aérienne (…). Gallica (BnF).

Par conséquent, son but n’est pas de réaliser des ascensions mais de véritables voyages. Voici comment « Monsieur De Crac » imagine les futurs déplacements du navire aérien dans la deuxième moitié du XIXe siècle :

Que M. Pétin réussisse, et nous aurons des ballons-navires qui viendront nous chercher à notre porte, absolument comme les omnibus. Quand le ballon aura toutes ses places occupées, le conducteur s’écriera : Complet ! Et le navire, comme un oiseau gigantesque, ouvrira ses ailes et nous portera pour nos 30 centimes de la Madeleine à la Bastille, d’autres nous conduiront à Tours, patrie des pruneaux ; d’autres jusqu’à Marseille ; d’autres jusqu’en Chine, avec d’autres, enfin, nous ferons gaiement le tour du monde : il est probable même que nous irons jusque dans la lune, à laquelle nous irons rendre visite13.

L’almanach indique que le navire aérien est exposé en 1851 aux Champs Elysées, rue Mirbeuf. Certains journaux y consacrent leur une comme Le Nouvelliste -Journal de Paris du 23 juillet 1851 : « La grande affaire du moment, c’est l’exposition du navire aérien de M. Pétin14. En outre, des chansons populaires prennent pour thème cette machine sortie tout droit d’un conte de fée à l’instar de celle d’Hippolyte Demanet, contrôleur de la Compagnie des Omnibus, Madame Godrichon au premier voyage du navire aérien de M. Pétin datant, elle aussi, de 1851. Le navire aérien est perçu, avant son premier vol, comme l’aboutissement de la conquête des airs. Le titre de cet ouvrage anonyme le prouve : Histoire des ballons et des diverses ascensions qui ont eu lieu jusqu’à ce jour. Description exacte du navire aérien de M. Pétin, dont la première ascension aura lieu au Champ de Mars, le 14 septembre 1851. Bien qu’il soit une attraction médiatique à la fin de la Deuxième République, le navire aérien devient rapidement, comme nombre de prototypes volants, un échec cuisant. En 1888, l’aéronaute et écrivain Henry de Graffigny, dans son ouvrage La navigation aérienne et les ballons dirigeables, raconte la fin pathétique de la locomotive aérostatique et de son inventeur :

Quoi qu’il en fût, une fois le vaisseau aérien construit, on ne put en expérimenter la valeur, le préfet de police ayant refusé l’autorisation de gonfler les quatre ballons. M. Pétin passa donc en Angleterre, puis en Amérique où il exécuta plusieurs ascensions avec un aéronaute nommé Chevalier, et à l’issue desquelles il tomba à l’eau, une première fois dans l’océan Atlantique et une seconde fois dans le lac de Pontchartrain. Ces naufrages successifs dégoûtèrent alors définitivement l’ancien bonnetier de l’aérostation : il revint en France et se trouva fort heureux d’accepter une place modeste dans une grande administration15.

La triste vie du navire aérien aurait pu s’arrêter ici. Il n’en est rien. Cette invention, contrairement à son créateur, est restée dans les mémoires des contemporains, car elle a développé la créativité des écrivains de l’époque. Beaucoup de femmes et d’hommes de lettres ont cru au potentiel de ce vaisseau onirique. Un journaliste du Novelliste exprime très bien ce phénomène : «  M. Pétin bouleversera le monde régulier en même temps qu’il jettera le trouble et le désordre dans la littérature et dans le théâtre ». Dès 1850, des chansons satiriques au théâtre des Variétés sont dédiées à « l’Omnibus-ballon » de M. Pétin.

Illustration de la chanson “L’Omnibus aérien“. Théorie nouvelle de la navigation aérienne, dans John GRAND-CARTERET et Léo DELTEIL, La conquête de l’air vue par l’image (1495-1909), Paris, Librairie des annales, 1909, p. 105. Gallica (BnF).

Théophile Gautier a rédigé plusieurs articles dithyrambiques sur la locomotive aérostatique dans le quotidien La Presse en juillet 1851. Les écrivains ne peuvent être que comblés par cet engin puisqu’il semble être le fruit de l’imagination de leurs prédécesseurs : « Paris, écrit  Gautier dans La Presse du 14 juillet 1851, verra se réaliser, au-dessus de lui la merveille du conte de Swift, et une île de Laputa volante projettera son ombre sur les édifices de la ville étonnée 16». « Monsieur De Crac », quant à lui, fait un parallèle entre la machine de M. Pétin et le projet de navire aérien qu’évoque Charles Lecretelle dans un roman que nous n’avons pas réussi à identifier : « Le lecteur assiste à de gigantesques combats qui se livrent dans l’espace17». Enfin, comme Théophile Gautier, Victor Hugo a vu dans ce vaisseau aérien un objet d’études pour l’un de ses poèmes. L’omnibus-ballon de M. Pétin est, selon lui, l’étendard de la Deuxième République.

Le navire aérien est représentatif aujourd’hui d’un imaginaire littéraire autour de la conquête des airs, dix ans avant la publication du roman de Jules Verne, Cinq Semaines en ballon. Malgré son échec, le navire aérien de M. Pétin a été immortalisé dans la littérature par  quelques vers de la Légende des siècles

 Le Navire aérien

O prodige inouï ! Le vaisseau merveilleux

Qui, dédaignant la mer, se berce dans les cieux !

Le peuple, enfant d’un siècle où Dieu même s’explique,

Pour annoncer aux rois la grande République,

La République où nul ne doit être étranger,

Va lancer dans les airs son premier messager !…

Messager d’avenir, de paix universelle,

Qui va porter au monde une bonne nouvelle.

Voyez comme il est beau, le navire Pétin,

Avec ses grands pavois, ses globes de satin18  … 

 

=> Pour aller plus loin, explorez ici le  « Gallica vous conseille » consacré à la locomotion aérienne :

“Sur Gallica, découvrez les ballons, montgolfières, dirigeables et autres aérostats à travers un choix de documents : un ouvrage sur leur histoire, des gravures des expériences des frères Montgolfier ou de projets, des caricatures, une photo de la “Saucisse”, un ballon météorologique de la Première Guerre mondiale, ou encore le roman de Jules Verne “Cinq semaines en ballon”. Les Sélections “La locomotion aérienne” permettent d’accéder à un important ensemble de pièces sur l’histoire de la locomotion aérienne de 1783 à 1843.”

Citer ce billet : Jonathan BARBIER, "Almanach du chercheur associé – IV. L’Almanach des ballons (1852)," in L'Histoire à la BnF, 16/12/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/8423, [consulté le 30/03/2020].
  1. M. DE CRAC, Almanach des ballons. Manière de monter dans la lune et d’en descendre, Paris, de Soye, 1851, 16 p. []
  2. J. F. COLLIN D’HARLEVILLE, Monsieur de Crac dans son petit castel ou le Gascon, Paris, Barba, 1795 [1791], 60 p. []
  3. Olivier IHL, Le rire et le sacré. La révolte graphique du caricaturiste Louis-Marie Bosredon en 1848, Politix, 2015/2, n°110, p. 152 []
  4. HILAIRE LE GAI, Almanach du baron de Crac illustré de jolies vignettes dans le texte, Paris, Passard, 1853, 182 p. []
  5. On doit les aventures de ce baron à Rudolf Erich Raspe en 1785. On peut lire ici la traduction de Théophile Gautier, illustrée par Th. Gautier. []
  6. Voir la partie de l’exposition virtuelle Nadar, une légende photographique de la BnF consacrée à la photographie aérienne. []
  7. Juliette Jestaz, « Soutenir l’aérostation pour mieux la tuer. La collection Nadar conservée à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris et au musée Carnavalet », In Situ, 35 | 2018. []
  8. Parmi ces almanachs du XVIIIe siècle, on peut citer les titres suivants : Almanach des ballons, ou globes aérostatiques. Étrennes du jour physico-historiques et chantantes, Annonay, [s.n.], 1789, In-32 ; Globe aérostatique enlevé au jardin des Thuileries le 19 septembre 1784. Almanach aérostatique pour l’année 1785, Paris, Basset, estampe ; Moyen infaillible d’enlever les ballons. Almanach du Jour ou Le mot pour rire. Étrennes Aérostatiques Pour les Prs. 6. Mois-Janvier 1785, [s. l.], [s.n.], 1785, estampe. []
  9. M. DE CRAC, Almanach des ballons. Manière de monter dans la lune et d’en descendre, Paris, [s.n.], 1851, p. 11. []
  10. Gaston TISSANDIER, La navigation aérienne. L’aviation et la direction des aérostats dans les temps anciens et modernes, Paris, Hachette, 1886, p. 201. []
  11. Henri Benoist, “Théophile Gautier et la locomotive aérostatique Pétin“, Le Siècle, 28 avril 1912. []
  12. Gaston TISSANDIER, op.cit., p. 202. []
  13. M. DE CRAC,  op. cit. , p. 11. []
  14. Le Nouvelliste. Journal de Paris,  23 juillet 1851. []
  15. Henri DE GAFFRIGNY, La navigation aérienne et les ballons dirigeables, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1888, p. 171-172. []
  16. Théophile Gautier, “Ballon de M. Petin”,  La Presse, 14 juillet 1851. []
  17. M. DE CRAC, op.cit., 1851, p. 9. []
  18. Victor HUGO, La Légende des siècles, tome 2, Paris [s.d.], 1920-1927 [1859], p. 796. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.