Les images ont parlé ! une construction bientôt achevée

Vous deviez deviner à quelle construction bientôt achevée correspondait le chantier dessiné ci-dessous … Il s’agissait d’un panorama1.

Trois indices vous mettaient sur la voie. Sur la première image, vous pouviez reconnaître le Théâtre Marigny. Sur la deuxième, vous aperceviez un peintre juché sur un escabeau devant une immense toile. Enfin, la troisième image évoquait un des grands succès de l’Exposition universelle de 1900. Ces indices, ajoutés à la forme du bâtiment en construction, devaient vous mettre sur la piste des panoramas qui eurent une vogue considérable tout au long du XIXe siècle. Le théâtre Marigny a en effet été conçu pour accueillir un panorama, les peintres Alphonse de Neuville et Édouard Detaille ont réalisé un gigantesque panorama de la bataille de Champigny, et l’un des grands succès de l’Exposition universelle de 1900 a été le “Maréorama“, dérivé du panorama.

Carré Marigny, Champs-Elyssées. Diorama de Paris à travers les âges… : [affiche] ([Epreuve sur papier de couleur verte]) / F. Hoffbauer ; Petit sc. Auteur : Hoffbauer, Fedor (1839-1922). Illustrateur Éditeur : [s.n.] Éditeur : Typographie Firmin-Didot et Cie, 56 rue Jacob (Paris) Date d’édition : 1880. Gallica (BnF).

Les panoramas ont été édifiés dès la fin du XVIIIe siècle. D’immenses panneaux de toile, grâce à des jeux de lumières et à des machineries de plus en plus perfectionnées, dans des bâtiments parfois spécialement conçus pour cet usage, permettaient de recréer l’illusion d’un immense paysage circulaire, le panorama.

“Panorama” (définition). Le Larousse pour tous : nouveau dictionnaire encyclopédique. Tome 2 / publié sous la direction de Claude Augé. Paris, Larousse, 1907-1910. Gallica (BnF).
“Panorama” (coupe). Le Larousse pour tous : nouveau dictionnaire encyclopédique. Tome 2 / publié sous la direction de Claude Augé. Paris, Larousse, 1907-1910. Gallica (BnF).

La paternité du système fut dès ses origines réclamée par les Américains comme les Européens (voir le manuscrit ci-dessous à propos d’un panorama exécuté par un Américain nommé Robert Fulton, dans le jardin d’Apollon à Paris (boulevard des Capucines) en 1799, représentant une “Vue de Paris depuis les Tuileries” : => cliquez sur la page ci-dessous pour mieux la lire et sur les flèches pour feuilleter).

 

On imagina  des toiles que l’on pouvait rouler et transporter de ville en ville. Ainsi le “panorama de Jeanne-d’Arc”, de Carrier-Belleuse, inauguré à Paris à l’Exposition universelle de 1889, fut installé à Reims, avant d’être renversé par une tempête à Rouen en 1891.

Des livrets explicatifs, parfois illustrés, permettaient aux visiteurs d’en savoir plus sur ce qu’ils contemplaient (voir l’exemple ci-dessous du panorama de Bezonville : => cliquez sur l’image pour la voir et l’agrandir, et sur les flèches pour feuilleter).

 

Le succès des panoramas fut important, et les bâtiments les abritant se multiplièrent dans les capitales européennes. Progrès techniques et photographie conduisirent à une amélioration des systèmes, et permirent la multiplicité des thèmes avec une prédilection pour les sujets historiques – en particulier les batailles militaires – , et l'”exotisme”.

Panorama. Kinoptikon… Fire Udstillings Bygning (Raadbuspladsen) : [affiche] / [non identifié] Éditeur : [s.n.][s.n.] Éditeur : [Chr. J. Catos lith. Etabl.] ([s.l.]) Date d’édition : 1890. Gallica (BnF).

 

Si ces attractions attiraient les foules, leur prolifération contribua à la lassitude, avant même le succès du cinéma. Les auteurs ironisèrent  sur “la mode des panoramas” dès 1820 :

Un chroniqueur vient de rappeler à propos qu’il y eut une époque où la mode des panoramas, dioramas, maréoramas, stéréoramas, et autres exhibitions en « rama » fleurit en France, tout comme pendant l’Exposition de 1900. C’était vers 1820, et Balzac, qui ne laissait rien perdre, la note dans son encyclopédique Comédie Humaine. La scie du jour était alors de répéter, à tout bout de phrase, la terminaison à la mode, cette rime en rama, totalement dépourvue de raison. — Comment vas-tu-orama ? — Merciorama. — Et ta femmorama ?— Pas malorama. C’était bête comme toutes les scies. Mais la langue courante fait de ces maladies, et nous en avons vu bien d’autres2.

Dans les journaux de1900, les moqueries allèrent de plus belle autour d’inventions en “rama” :

SCÈNE VÉCUE

HÉLÈNE. — Allons, Lucie, dépêchons-nous un peu ; voilà qu’il est quatre heures, et nous n’avons encore rien vu à l’Exposition.
LUCIE. — Pardon, on a vu le Panorama de la Bastille, le Panorama du Congo, le Panorama de l’Asie russe…
HÉLÈNE. — Oui, je sais, nous avons même admiré le panorama du Tour du Monde, le panorama du Club Alpin, le maréorama, le stéréorama, le cinéorama…
LUCIE. — Et le panorama de Madagascar…
HÉLÈNE. — Et le stéréorama de l’Algérie.
LUCIE. — Tu crois qu’il ne serait pas utile de voir autre chose?
DES VOIX (parlant de gauche). — Entrez voir le fameux panorama mouvant du centre de la terre… La grande attraction du moment… La toile se remonte et les personnages marchent…
UNE VOIX (parlant de droite). — Précipitez-vous pour admirer l’universel diorama de Brive-la-Gaillarde… le diorama unique en son genre… mobile et immobile à volonté… Un franc à toutes places… un franc cinquante pour les porteurs de Bons de l’Exposition… Entrez..
LUCIE. — Qu’est-ce que tu en penses, Hélène ? N’as-tu pas un peu une indigestion de ramas ?
HÉLÈNE (désolée). — Puisqu’il n’y a pas autre chose… Allons-y !…
UNE VOIX (parlant du centre). — Mesdames et messieurs, c’est ici le seul endroit véritablement curieux… Les sables mouvants du désert transformés en panorama sensationnel… Par un ingénieux mécanisme, les sables sont projetés dans les yeux des spectateurs qui s’imaginent traverser à dos de chameau les horizons lointains et le Sahara sans limites… Entrez… Entrez… le simoun s’impatiente…3

On passa en effet au diorama, et bientôt  au cinérama  qui eut définitivement raison des panoramas. La vogue des panoramas déclina, les toiles disparurent pour la plupart, ou furent découpées et dispersées entre des collections (Voir par exemple ici le catalogue de vente des toiles du panorama de la bataille de Champigny en 1892). En France, on peut encore contempler dans quelques musées des panoramas incomplets et voir un  diorama, qu’on doit au photographe Daguerre, conservé dans son écrin d’origine, l’église de Bry-sur-Marne.

Jules Adeline, “La bourrasque du 11 novembre à Rouen -Destruction du panorama de Jeanne d’Arc”, Le Monde illustré, 21 nov. 1891. Gallica (BnF).

 

Dans les galeries d’images ci-dessous, vous trouverez des exemples de créations en “rama”.

Le premier exemple est le Navalorama mis au point par les frères Ouvrier en Belgique en 1848. Une “explication complète du spectacle” publié en 1861 permettait au spectateur d’en savoir un peu plus sur les concepteurs du spectacle, les différentes parties du spectacle (Théâtre mécanique / Messe de minuit/ Le Palais de l’Exposition à Paris / L’Enfer/ Les Singes mécaniques de Vaucanson/ Le Théâtre Navalorama). => Cliquer sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux  voir les extraits.

Le deuxième exemple est le livret explicatif du Panorama de Lourdes réalisé en 1884. À la première page, il est expliqué que le “serviteur de Notre Dame de Lourdes a trois moyens de satisfaire sa dévotion” : lire le livre de M . Lasserre  (Henri Lasserre qui écrivit de nombreux ouvrages sur Lourdes) ; faire un pèlerinage à Lourdes ou … regarder le panorama. Ce panorama eut un fort succès. Vous trouverez ci-dessous quelques extraits du livret.

 

Le troisième exemple est un projet de “chemin de fer panoramique et dioramique” élaboré en 1888 pour contempler depuis des wagonnets tirés par une petite locomotive à vapeur des panoramas tonkinois et des tableaux militaires des expéditions françaises au Tonkin. Le projet précise qu’il ne s’agit pas d’une “œuvre de polémique” mais d'”entreprendre la vulgarisation des colonies françaises au point de vue pittoresque et historique, rien de plus “…

 

=> pour aller plus loin, on pourra lire entre autres :

  • en ligne sur Gallica :
Germain Bapst, Essai sur l’histoire des panoramas et de dioramas illustrations… de M. Édouard Detaille. Paris, G. Masson,1891.

Claude Lamboley, “Petite histoire des panoramas ou la fascination de l’illusion“, Bulletin mensuel de l’Académie des sciences et lettres de Montpellier, 2007.

  • en ligne :

Isabelle Leroy La peinture de panorama et son développement en BelgiqueAnnales d’Histoire de l’art et d’Archéologie, Université Libre de Bruxelles, n°13, 1991.

Bruno Monfort, « Hawthorne et le panorama de l’histoire : « Main Street » », Transatlantica [Online], 1 | 2006.

  • la recherche par sujets Panoramas (art)” dans le catalogue général de la Bnf permet d’identifier des ouvrages sur cette thématique ainsi que  des documents numérisés par Gallica

 

Citer ce billet : Blog Histoire, "Les images ont parlé ! une construction bientôt achevée," in L'Histoire à la BnF, 24/02/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/8514, [consulté le 29/03/2020].
  1. On peut retrouver l’image dans Germain Bapst, Essai sur l’histoire des panoramas et de dioramas illustrations… de M. Édouard Detaille. Paris, G. Masson,1891. []
  2. Y., “Panorama de la Loire”, Le Phare de la Loire, 13 novembre 1900. Le passage balzacien évoqué  provient du Père Goriot : à lire en ligne ici, pages 163 à 166. []
  3. La Grande vie : illustrée par la photographie d’après nature, 1900. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.