Préparer l’épreuve de géographie de l’agrégation externe 2019-2020

La nouvelle question pour l’agrégation de géographie 2020 porte sur « l’Asie du Sud-Est ». Cette région, comme le précise le texte d’accompagnement du jury, « doit son nom à un regard extérieur : celui porté à l’époque coloniale par les puissances européennes, afin de désigner cet ensemble situé au Sud de la Chine et à l’Est de l’Inde, les deux pays suscitant le plus leurs appétits ».

L’Insulinde, 1889, d’après le texte de la “Nouvelle Géographie universelle” et d’autres documents récents. 1/8 500 000 / Carte dressée par C. Perron ; sous la direction d’Elisée Reclus. Gallica (BnF).

Si le terme d’ « Asie du Sud-est » est aujourd’hui communément admis, c’est pourtant une région qui a mis un certain temps pour être vue comme un ensemble relativement homogène. Comme le montre en effet la terminologie utilisée dans les trois grandes « géographies universelles » françaises des XIXe et XXe siècles, de nombreuses variations ont existé, qu’elles concernent les termes eux-mêmes ou les entités géographiques qu’ils désignent.

Le Précis de la géographie universelle de Conrad Malte-Brun classe dans son édition de 1845-1847 une partie de l’Asie du Sud-Est  dans l’Asie Orientale (Siam, Laos, Kambodje, etc.) et l’autre (Malaisie, Philippines) dans l’Océanie. C’est un terme à l’origine duquel on trouve d’ailleurs Malte-Brun, puisque en 1804 le tome 12 de la Géographie mathématique, physique et politique de toutes les parties du monde qu’il publie avec Edme Mentelle est en partie consacré à « l’Océanique, cinquième partie du monde 1 ». Il précise : « les mots Terres océaniques nous paraissent désigner clairement un assemblage de terres situées au milieu du Grand Océan 2 », et réfute entre autres les termes d’Australasie ou d’Indes Australes qui étaient parfois utilisés.

Dans la Nouvelle géographie universelle (1876-1894) d’Élisée Reclus, la région se partage entre Indo-Chine, dont la Cochinchine française (volume édité en 1883), et terres océaniques (en 1889), notamment l’Insulinde (Malaisie, Brunéi, Indonésie, Timor) et les Philippines. On trouve ainsi dans ce dernier volume une carte de l’Insulinde qui représente globalement ce qui est aujourd’hui appelé Asie du Sud-Est.

Enfin la Géographie universelle initiée par Paul Vidal de la Blache et Lucien Gallois, consacre deux volumes à l’ « Asie des moussons », le second, dû à Jules Sion et paru en 1929, couvrant Inde, Indochine et Insulinde et traitant de l’ensemble de l’Asie du Sud-est.

D’autres éclairages historiques sur ce sujet d’agrégation se trouvent dans la bibliographie élaborée par l’ENS de Lyon. La BnF propose pour sa part une sélection des ressources dont elle dispose sur le sujet, en spécifiant à chaque fois, la cote des documents afin de faciliter leur recherche. Pour les ressources électroniques accessibles dans les espaces de la BnF, un lien est indiqué, qui vous permet de vous y connecter directement.

Retrouvez la bibliographie de la BnF pour la question de l’agrégation externe de géographie 2020 sur cette page.

 

  1. Géographie mathématique, physique et politique de toutes les parties du monde, rédigée d’après ce qui a été publié d’exact et de nouveau par les géographes, les naturalistes, les voyageurs et les auteurs de statistique des nations les plus éclairées, par Edme Mentelle… et Malte-Brun… Paris, H. Tardieu, an XII (1803)-an XIII (1805), p. 359. []
  2. Ibid, p. 352 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.