Les animaux dans la Grande Guerre – Partie I, Les « animaux de guerre » vus par leurs contemporains français

Un billet précédent du blog L’Histoire à la BnF a présenté le parcours guidé « Mémoire et histoire de la Grande Guerre sur le web ». Constitué d’une sélection de sites français consacrés au premier conflit mondial, collectés de fin 2013 à début 2019, ce parcours est venu s’ajouter en octobre dernier aux Archives de l’internet. Certains dossiers, articles en ligne ou billets de blogs repérés pendant la collecte s’intéressent au sort des animaux dans la Grande Guerre, globalement ou pour un animal en particulier. Entre 2014 et 2019, cet intérêt pour un aspect du conflit largement oublié et méconnu jusqu’alors, quoiqu’assez marginal dans les commémorations françaises du Centenaire,  a été de plus en plus relayé par la presse et  les sites officiels, attirant l’attention du grand public.

Révélatrice d’une sensibilité contemporaine à la place de l’animal dans nos sociétés, cette thématique peut aujourd’hui s’appuyer sur les travaux d’une historiographie encore nouvelle pour ce qui est de la Grande Guerre en France. Elle remet en lumière l’omniprésence et le rôle fondamental des animaux dans ce conflit d’un nouveau genre, et soulève au passage d’autres interrogations, comme la question complexe d’un  devoir de mémoire à étendre ou non aux « animaux de guerre »1.

Ce premier billet se propose de revenir sur le rôle joué par les animaux dans le conflit, premier sujet d’étude des sites collectés sur le thème, en commençant par ceux directement  « utiles » aux soldats comme aux civils, et d’approfondir principalement au travers de la presse illustrée française de l’époque certains points peu ou pas abordés par les internautes, ou que le cadre contraint du parcours guidé n’a pas permis de mettre en valeur.

Des acteurs oubliés de la Grande Guerre

Dès 1914, des millions d’animaux basculent dans le conflit en même temps que les hommes, pour les assister, les nourrir, les réconforter,  ou pris au piège dans les zones de conflit.

Dans le vocabulaire du temps, les animaux sont répartis en  trois grandes catégories : les « utiles », les « nuisibles » et les mascottes, mais ces catégories ne sont pas étanches et les soldats croisent d’autres « inclassables ».  Si des « animaux de guerre » sont d’abord enrôlés pour être utiles aux soldats, certains indésirables se montrent très rapidement invasifs, voire agressifs. Observés, pourchassés ou recueillis et choyés, d’autres sont des compagnons de misère. On estime aujourd’hui  qu’environ 14 millions d’animaux enrôlés dans le conflit y sont morts, en plus des presque 19 millions de militaires et de civils tués.

Les lettres, témoignages et photographies personnelles des soldats et des civils, les cartes postales et la presse, déjà largement illustrée, les publications et archives ministérielles, militaires et vétérinaires nous le rappellent : sans les équidés, le bétail mais aussi les chiens et les pigeons voyageurs, jamais la guerre moderne et mécanisée qu’est déjà le premier conflit mondial, n’aurait pu être menée.

La propagande de guerre véhiculée par la presse, les cartes postales et les affiches, passe également par leur biais2. Dans l’argot des poilus, les insignes militaires, les chansons, l’art, la littérature y compris enfantine,  ou satirique, les journaux de tranchées et les campagnes d’affichage à destination des civils , les animaux sont omniprésents. Les particuliers aussi se prêtent au jeu de la propagande via la photographie amateur, en plein essor.

Chien (caricature) : (appartenant à Mr Réalier Dumas) : [photographie de presse] / Agence Meurisse. 1915. Gallica (BnF).

 

« Héros silencieux » auxquels de nombreux soldats souhaitaient qu’un hommage soit rendu, ils ont été largement oubliés de l’historiographie de la Grande Guerre jusque très récemment. Leur participation renseigne pourtant sur les conditions matérielles de ce conflit inédit, à la fois innovant et archaïque, technologique et humainement effroyable.

Indispensables  « utiles »

Pour certains officiellement enrôlés dans les différentes armées dès le début de la guerre, les « utiles » portent hommes, ravitaillement, munitions et matériel, tirent canons, mitrailleuses, voitures hippomobiles, et sont indispensables dans des zones où les véhicules motorisés ne peuvent pas circuler, où les troupes ne peuvent plus remplir leur mission.  Chevaux, mules, ânes, chiens, bétail, camélidés voire éléphants entrent dans cette catégorie. Ils avertissent les hommes du danger (oiseaux, insectes comme les grillons, petits mammifères, chiens…), retrouvent et transportent les blessés (chiens sanitaires ; équidés ou camélidés aussi pour le transport), défendent les provisions et les hommes des indésirables (chiens, chats). Ils jouent un rôle décisif de transport de messages quand les communications sont coupées, ce qui est fréquent, voire d’espionnage (chiens et pigeons voyageurs). Ils contribuent à l’alimentation des troupes et à leur équipement (bétail, équidés, camélidés).

Les premiers réquisitionnés sont les chevaux, les mules et les mulets

En France, en 1914, le haut commandement planifie une guerre de mouvement courte et offre alors à la prestigieuse cavalerie un rôle prépondérant dans les opérations de reconnaissance. Mais sur les champs de bataille, face aux mitrailleuses et à l’artillerie, elle est décimée. La guerre s’enlise bientôt  dans les tranchées, et l’artillerie prend de plus en plus d’importance. Dès l’automne 1915, les premiers escadrons de cavalerie sont démantelés, les hommes reversés à l’infanterie ou dans l’artillerie. Beaucoup de cavaliers « démontés » se tournent alors vers l’aviation, ou les chars.

Mais chevaux et mules restent indispensables sur tous les fronts, comme montures et de plus en plus pour l’artillerie et le port de charges, remplacés dans les régions désertiques par des chameaux et des dromadaires, et sur le front oriental notamment, par des bœufs.

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Les  conditions climatiques sont souvent extrêmes, et les sols boueux, inondés ou gelés dès les premiers froids. Les longues marches et la surcharge épuisent les bêtes, et l’intendance ne suit pas : fourrage, ferrure, harnachements adaptés, abris et  soins vétérinaires manquent très souvent. Les pertes d’équidés sont terribles et le resteront tout au long du conflit, que les armées compensent via réquisitions et importations successives pour préserver le cheptel français.

Les services vétérinaires de l’armée sont débordés dès 1914 ; l’action d’associations britanniques qui aident à la création d’hôpitaux pour chevaux en 1915, et la réorganisation des services vétérinaires de 1917 en France, ne suffisent pas à enrayer cette hécatombe.

Dès les premières semaines du conflit, le spectacle de la mort en masse des hommes et des chevaux marque durablement les soldats. La description des bêtes agonisantes et de leurs cadavres abandonnés sur les routes revient dans leurs carnets puis dans la littérature de guerre de tous bords, comme un incontournable.

La sensibilité au sort des chevaux en particulier est de fait vive dès avant la guerre3. Les associations de protection animale françaises se mobilisent et le médecin Émile Germain-Sée, qui en fait partie, dénonce en 1915 dans un article de Je sais tout  le « gaspillage » des chevaux de guerre réquisitionnés, et présente les hôpitaux mis en place à l’initiative de la Blue Cross et de la Velvet Cross britanniques. Autorisées fin 1914 par le gouvernement français à intervenir sur son territoire, elles y soutiennent  la création de la Croix bleue et de la Croix violette françaises, « Croix rouge  des chevaux4».

Les vétérinaires témoignent également du calvaire des équidés, comme François Hogard, vétérinaire-major dans les troupes coloniales, qui décrit en 1916 dans le Recueil de médecine vétérinaire ses conditions « misérables » d’intervention au début de la guerre, sur le front même.

Les mesures prises pour soigner les blessures, lutter contre les épidémies qui frappent les équidés ou les protéger des gaz donnent lieu à des séries de photographies qui sont autant de « visions de guerre », et à des articles dans la presse.

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

 

Les publications vétérinaires relaient les instructions de l’armée et les découvertes des vétérinaires, qui ne sont pas toujours du même avis.

À partir de 1916, de plus en plus d’ânes arrivent, notamment d’Algérie et du Maroc, pour réapprovisionner les hommes sur des terrains difficiles, en première ligne à Verdun5, là où chevaux et mules ne passeraient pas, dans les Alpes, les Dardanelles, ou en Afrique de l’ouest. Ils portent de lourdes charges, fréquemment non réglementaires, servent parfois de monture et font encore moins que chevaux et mules l’objet de soins adaptés. À l’arrière, certains tirent des voitures pour remplacer les chevaux.

[Soldats français accompagnant un troupeau] : [photographie de presse] / [Agence Rol]. 1917. Gallica (BnF).

 

Les armées belge, russe, allemande et autrichienne entraînent dès avant la guerre des chiens à des fins militaires, mobilisés en 1914. L’armée française en revanche, n’a pas véritablement organisé de sections canines, et seule une filière de chiens sanitaires, capables de repérer les blessés et de conduire les secours jusqu’à eux,  existe au début de la guerre. Le recrutement des chiens et leur entraînement aux missions qu’ils auront à remplir se mettent peu à peu en place grâce à des initiatives civiles. Éleveurs et associations cynophiles mènent des campagnes relayées par des journaux comme L’Éleveur, et une première réorganisation a lieu en 1915, puis une seconde en 1917.

À partir de septembre 1915, la filière des chiens sanitaires est abandonnée en France (la guerre de tranchée ne la justifiant plus selon les autorités militaires), mais de plus en plus de chiens sont recrutés, confiés par leurs maîtres, par les refuges de la Société protectrice des animaux, ou sortis de la fourrière : beaucoup de chiens messagers, mais aussi des chiens patrouilleurs ou sentinelles, entraînés à donner l’alerte sans aboyer, des chiens « ravitailleurs » ou de trait ; quelques-uns apprennent même à tendre des fils télégraphiques. Les chiens ratiers « nettoient » les tranchées des rongeurs qui y pullulent6. 

=> Cliquez sur les flèches ci-dessous pour feuilleter l’article consacré par Lectures pour tous  aux « bons chiens de nos poilus »» le  15 mars 1917. Gallica (BnF)

 

 

Dans l’entre-deux guerres, des cynophiles militent encore pour une école française de « chiens de guerre » et un article du vétérinaire Clément Bressou, qui dresse un bilan critique de l’utilisation des chiens dans l’Armée française pendant le conflit et préconise la reprise et le développement d’une cynophilie dédiée, mi civile-mi militaire, va dans leur sens7. Italiens, Britanniques et Américains emploient également des milliers de chiens « soldats » dans leurs troupes, avec d’autres techniques de dressage.

Certains hôpitaux les soignent, et des masques à gaz sont conçus spécialement pour eux, mais respirant par la bouche, ils ne peuvent pas les porter en plein effort sans suffoquer.

L’Éleveur : journal hebdomadaire illustré de zoologie appliquée, de chasse, d’acclimatation et de la médecine comparée des animaux utiles. (Paris) : 1917-05-18. Gallica (BnF).

 

Peu de « héros à quatre pattes » sont médaillés par l’Armée française, comme Charlot, décoré de la Croix de guerre avec deux étoiles, mais quelques-uns sont cités à l’ordre de leur régiment. Certains reçoivent un « collier d’honneur » remis au Trocadéro par la Société protectrice des animaux et ont leur photo dans la presse, aux côtés des hommes, comme en 1916  Loustic et Pyrame, Flock et Fend l’air.

À l’arrière, des chiens tirent les carrioles des civils, sont entraînés dès 1917 à être guides d’aveugles, ou remis à des invalides de guerre pour tracter leur voiture roulante. Le sort de ces autres  « vétérans » après-guerre fait encore l’objet d’un article largement illustré en juin 1919 : « Surtout, soignez-les bien ! », recommande Lectures pour tous. Mais les archives consignant les étapes de leur carrière militaire n’ayant pas été conservées, on ignore le parcours exact de la plupart d’entre eux.

Réquisitionnés eux aussi au début de la guerre, les pigeons voyageurs, que l’invention du téléphone semblait rendre obsolètes, deviennent au contraire de plus en plus indispensables. En France, au début de l’année 1915, 1500 messagers sont entraînés, non plus à couvrir de longues distances, mais plutôt à rejoindre l’arrière du front, distant de quelques kilomètres en général, le plus rapidement possible, précisément quand les lignes téléphoniques et le télégraphe optique sont inutilisables. Ils sont près de 20 000 en 1917. Là encore, éleveurs et colombophiles civils prêtent leur concours à l’armée pour entraîner les volatiles à leurs missions de guerre et renouveler leurs rangs, et les Britanniques, qui n’utilisaient pas les pigeons jusque-là, apprennent la colombophilie militaire auprès des Français. On trouve alors des pigeons dans la marine, dans les chars et les avions  ; certains photographient les lignes ennemies, voire espionnent dans les territoires occupés, où il est dangereux d’en posséder.

Pages de gloire Éditeur : (Paris) Date d’édition : 1916-07-23. Gallica (BnF).

 

L’Armée française étudie leurs performances, des soldats colombophiles donnent leur avis dans la presse sur la façon dont ils s’orientent, notamment la nuit 8, et Je sais tout consacre un long article en juin 1918 aux « Colombes de paix, pigeons de guerre ». Après-guerre, le Conseil municipal de Paris brosse un historique de leur emploi, et le Ministère de la guerre publie un manuel de colombophilie militaire bien différent de celui publié en 1877

Victimes eux aussi des balles, des éclats d’obus et des gaz9, beaucoup de pigeons meurent en mission ou de leurs blessures. Certains « as » comme Loulou et Auguste, célèbres alors, tombent dans l’oubli, mais Vaillant, décoré de la Croix de guerre française, et Cher Ami, de la Croix de guerre américaine entrent dans la légende. Un dessin humoristique de la revue Lectures pour tous du 15 mai 1919 rappelle que le sort des pigeons, au-delà de la légende héroïque, a été dur et que l’armée démobilisant, leur avenir n’est pas assuré…

Souvent appelés dans la presse « petits auxiliaires de guerre », les « poilus à quatre pattes » (ou deux ailes) ont régulièrement droit à des reportages patriotiques qui exaltent leur dévouement et leur efficacité. Plus caustique, le journal satirique La Baïonnette consacre plusieurs numéros aux animaux, comme celui du 14 juin 1917, « Les héros à 4 pattes ».

La Baïonnette Éditeur : (Paris) Date d’édition : 1917-06-14. Bibliothèque historique de la ville de Paris. Gallica (BnF).

 

Le bétail est également réquisitionné, car il faut nourrir les troupes. En France, cette  tâche relève du Service de l’intendance militaire. Au début de la guerre, les soldats consomment de la viande « sur pied ». Des troupeaux entiers traversent villes et villages, sont réunis dans de vastes parcs militaires, acheminés vivants par trains et dans des autobus « R.V.F. » (ravitaillement viande fraîche)  au plus près des zones de combat pour l’équivalent de 2 jours de nourriture fraîche. Ils sont abattus dans des stations magasins à 50 kilomètres du front, comme l’explique un article de Lectures pour tous du 1er octobre 1916, ou près du front de façon improvisée, peu satisfaisante  du point de vue sanitaire. Des animaux vivants sont aussi importés au cours de la guerre, mais les importants problèmes logistiques rencontrés par ce système encore archaïque, et la baisse du cheptel qui inquiète, amèneront bientôt des nouveautés. De la viande frigorifiée est importée d’Amérique, et des boîtes de « singe »  remplacent la viande fraîche quand le ravitaillement est impossible. Les dépouilles des animaux abattus servent à vêtir chaudement les soldats et à leur équipement.

 

En France, à l’arrière, les équidés et le bétail travaillent aux champs, dans l’industrie et les transports, ou tractent les carrioles. Ils manquent cruellement et chaque nouvelle réquisition provoque des protestations inquiètes. Dès 1914, l’armée française en tient compte et prête des chevaux militaires aux agriculteurs et aux industriels qui le demandent, mais il s’agit aussi pour elle, à différents moments du conflit, de ne pas avoir la charge de nourrir ces bêtes, le plus souvent en mauvais état. Certains éléphants venus de ménageries,  sont employés à débarder du bois, tirer de très lourdes charges, voire à labourer.

Chevaux, bétail, et parfois animaux de ménagerie servent aussi à l’alimentation des civils.

Combattants, sauveteurs, soutien logistique et troupeau nourricier, les « utiles » participent directement à l’effort de guerre, souffrent et meurent avec les hommes. Leur usage militaire témoigne de l’évolution des techniques de guerre pendant le conflit, et leur sort souvent plus terrible encore que celui des soldats amène un nouveau regard sur eux, plus fraternel, dont récits, images, écrits intimes et littérature de guerre gardent la trace…

 

[Le prochain billet reviendra sur les « nuisibles », les mascottes et les autres animaux dans la Grande Guerre, et sur le regain d’intérêt pour leurs « vécus oubliés » des dernières décennies, en France et au-delà.]

Citer ce billet : Patricia Hodiesne, "Les animaux dans la Grande Guerre – Partie I, Les « animaux de guerre » vus par leurs contemporains français," in L'Histoire à la BnF, 03/02/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/8700, [consulté le 12/07/2020].

=> Pour aller plus loin, on pourra lire entre autres :

BARATAY Éric, Bêtes des tranchées : des vécus oubliés, Paris : CNRS éd., impr. 2013

BOUSQUET Patrick, GIARD Michel, Bêtes de guerre : 1914-1918, Clermont-Ferrand : de Borée, DL 2018

DEREX Jean-Michel, Héros oubliés : les animaux dans la Grande guerre, [Villers-sur-Mer] : Éditions Pierre de Taillac ; Paris : Ministère de la défense, DL 2014

THOMAS Christophe,  Les animaux : héros de la Grande guerre, Bayeux : OREP éditions, DL 2018

ROUSSEAUX Éric,  Les équidés dans la Grande guerre : vaillants soldats !, Paris : Campagne & compagnie, DL 2017

ROUYER Bruno,  Les chiens de guerre : fidèles auxiliaires des poilus, Haroué : G. Louis, impr. 2014

SAINT-BASTIEN Jean-François, Les animaux dans la Grande guerre, Saint-Avertin : Sutton, 2014

Ethnozootechnie, n°98, 2015, « Les animaux de la Grande Guerre »

  1. Ces grands axes du thème feront l’objet de prochains billets. []
  2. Cette intervention d’Étienne Verrier et Denis Laloë  est extraite de la journée d’étude sur « Les animaux dans la Grande Guerre » de la Société d’Ethnozootechnie, de l’Association pour l’étude de l’histoire de l’agriculture et de l’Académie d’agriculture, organisée le 21 mai 2015 par Éric Baratay et Étienne Verrier à l’Académie d’Agriculture, à Paris. []
  3. Deux billets récents du blog Gallica rappellent les conditions de création de la Société protectrice des animaux en France en 1846, sur le modèle anglo-saxon, puis l’évolution de la législation vers la protection de tous les animaux domestiques. D’autres groupes de protection animale se forment dans les décennies suivantes, comme la Ligue française pour la protection du cheval, fondée en 1850 par le général de Grammont, et qui existe encore. Son mot d’ordre « Soyez bons pour les animaux ! » sur plaques émaillées aux carrefours de Paris dès 1911, était bien connu des contemporains, au moins les urbains. Il revient souvent dans la presse d’avant-guerre jusque sur le mode humoristique []
  4. Voir aussi l’article de Raymond Lebasi dans Le Figaro du 4 novembre 1914, « La Croix bleue », et celui qu’André Falize, alors président de la SPA et ancien président de la Ligue pour la protection du cheval, publie dans Le Journal du 21 juin 1915, « Pour les chevaux d’armes ». L’American red star animal relief, fondé en 1916 par l’association de protection animale American Humane, intervient aussi en France à partir de 1918. []
  5. Pour qu’ils ne braient pas, une entaille à la lèvre est pratiquée, qui  les empêche aussi de se nourrir sans souffrir. []
  6. Comme certains poilus sont chargés de « nettoyer les tranchées » ennemies []
  7. De fait, en 1939, certains soldats à quatre pattes (et deux ailes) reprendront du service []
  8. La suite au 1er février 1917, et au 8 mars 1917. []
  9. Des masques à gaz ont aussi été testés pour les pigeons voyageurs, comme le montre une photographie conservée par les Archives départementales de la Meuse. []

Patricia Hodiesne

Gestionnaire de collections en histoire au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.