Découvrez les Jeanne d’Arc de papier du XIXe siècle

« Hippodrome. Jeanne d’Arc, pantomime équestre à grand spectacle ». Affiche de Jules Chéret, 1881. Gallica (BnF)

En 2012, lors de son introduction orale au colloque « Jeanne d’Arc : histoire et mythes », Gerd Krumeich insistait sur un véritable clivage qui a partagé la société française à la fin du XIXe siècle :

Sait-on encore aujourd’hui que la “bataille Jeanne d’Arc” fut, vers 1900, après l’Affaire Dreyfus, le litige qui séparait le plus les Français ? Dans le culte de la Pucelle, le nationalisme de gauche et le nationalisme de droite s’affrontèrent d’une façon irréconciliable. Pour les uns, Jeanne fut la Vénérable, la Sainte de la Patrie ; pour les autres, elle fut l’héroïne nationale, trahie par son roi et brûlée par l’Église1.

Accompagnant la maturation de ce litige, une véritable déferlante éditoriale a balayé le XIXe siècle, produisant des centaines de Jeanne d’Arc et de « Pucelles » de papier. Historiens, hommes d’Église, romanciers, dessinateurs, musiciens, etc., ont rivalisé au gré des évènements politiques et des polémiques pour raconter leur Jeanne d’Arc : de l’« l’héroïne nationale » sous la plume de Michelet, à la « sainte guerrière » dont Monseigneur Dupanloup dresse de vibrants panégyriques et réclame la canonisation, ces Jeanne d’Arc du XIXe siècle sont bien éloignées de La Pucelle d’Orléans de Voltaire. L’analyse de la construction de ces mythes, de leur emploi et de leurs résonances jusqu’à aujourd’hui dans le monde politique a été  menée par différents historiens2.

Grâce aux divers outils numériques dont dispose la BnF, nous vous proposons de plonger au cœur de la production éditoriale qui a accompagné la fabrication de ces Jeanne d’Arc, puis de découvrir la réception des écrits et des polémiques.

Une production éditoriale autour de Jeanne d’Arc  très intense au XIXe siècle

Pour mesurer cette production éditoriale, deux recherches dans les catalogues sont éclairantes. La première est à mener dans le catalogue général de la BnF, en choisissant la recherche par sujets. Le sujet prévu par l’indexation a la forme internationale suivante :

Jeanne d’Arc (sainte ; 1412-1431)

La « notice de personne du catalogue » correspondant à Jeanne d’Arc indique ces formes rejetées :

< Jehanne d’Arc (sainte ; 1412-1431)
< Arc, Jeanne d’ (1412-1431)
< Arc, Jehanne d’ (1412-1431)
< Jeanne la Pucelle (1412-1431)
< Jehanne la Pucelle (1412-1431)
Actuellement cette recherche sujet amène 1041 notices qu’il est possible de trier par date, nature de documents, etc., afin d’obtenir une idée précise de la diversité de la production éditoriale autour de Jeanne d’Arc.
Par exemple, un tri dans la colonne de gauche par nature de documents donne:

Un tri par date de publication  donne quant à lui:

On peut affiner à nouveau en cliquant par exemple sur les dates correspondant au XIXe siècle et obtenir les décennies suivantes :

En affinant à nouveau par décennie et type de documents, on obtient par exemple les différents types de documents pour la décennie 1890-1899 :

Enfin, en cliquant par exemple sur les « documents iconographiques (3) », on visualise les notices des 3 documents iconographiques répertoriés dans le Catalogue général ayant pour sujet « Jeanne d’Arc (sainte ; 1412-1431) » dans la décennie 1890-1899 :

Rappelons toutefois que n’apparaissent par cette méthode que les notices comportant une indexation par sujets, ce qui  n’est pas le cas de toutes les notices du catalogue, cette indexation étant généralement postérieure à 1980. En réalité, le nombre de documents ayant pour sujet Jeanne d’Arc est par conséquent bien plus important. Il est donc pertinent de compléter par une recherche par mots du titre, entre autres pistes. La recherche avancée – par titres/ contenant tous les mots : Jeanne d’Arc – amène par exemple 7296 notices avec la répartition chronologique suivante très parlante:

L’exploration combinée par dates et types de documents donne des résultats éloquents. Ainsi, ce ne sont pas moins de 117 notices de musique notée qui comportent dans leur titre « Jeanne d’Arc » entre 1890 et 1899…

Rappelons aussi qu’il est possible de consulter le Catalogue de l’histoire de France et/ou d’interroger le catalogue général par cote en utilisant la cote Lb 26. On découvrira par exemple grâce à cette exploration que raconter la vie de Jeanne d’Arc aux enfants est un véritable enjeu éditorial à la fin du XIXe siècle…

Abbé Fesch. Jeanne d’Arc, vierge et martyre. Paris : Tolra, (1894). dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme.

 

Théodore Cahu. Jeanne d’Arc racontée à mes enfants [Texte imprimé]. Illustrations de Paul de Sémant. Paris : Jouvet, (1895). dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme.

Peut-on rire de Jeanne d’Arc au XIXe siècle ?

La production éditoriale que nous venons de rencontrer frappe par son sérieux, qu’il soit laïc ou religieux. Dans Introduction à Jeanne d’Arc : histoire et mythes, Julie Deramond s’est posé la question suivante « Peut-on rire de Jeanne d’Arc sur la scène théâtrale au XIXe siècle ? ». Soulignant que de nombreuses pièces emploient à la suite de Voltaire des ressorts comiques liés au sexe et à la virginité mais que la  folie est seulement suggérée, elle note que dès 1830 il n’ y a plus de comédies portant stricto sensu sur Jeanne d’Arc, et que plus le siècle avance plus on rencontre des drames et des opéras édifiants où Jeanne est une admirable héroïne. Après 1870, il devient même  difficile de rire au théâtre d’une guerrière capable de repousser l’ ennemi…

Si la production monographique que nous avons repérée précédemment ne semble pas placée sous le signe de l’humour, reste cependant un espace où cette production ainsi que  les querelles entre laïcs et religieux autour de Jeanne d’Arc font sourire voire même permettent une attitude critique. Il s’agit de la presse qui multiplie les compte-rendus d’ouvrages historiques et de pièces théâtrales en prenant du recul, et des dessins satiriques prétextant des sujets divers pour évoquer l’héroïne nationale.

Pour avoir une idée des nombreuses caricatures autour de Jeanne d’Arc, il faut dans Gallica cliquer sur l’onglet collections, puis choisir Presse et revues > Presse par thématiques > Presse satirique. On obtient alors différents journaux que l’on peut explorer à la recherche de Jeanne d’Arc. Voici quelques thématiques parmi celles à découvrir soit dans la presse généraliste soit dans la presse satirique3.

  • le prétexte de l’inimitié franco-anglaise
  • les salons de peinture
  • l’enseignement de l’histoire et les héros nationaux.

Enfin, il arrive que la presse satirique s’amuse ouvertement des querelles des uns et des autres autour de Jeanne d’Arc…

Le prétexte de l’inimitié franco-anglaise

La prétendue inimitié franco-anglaise inspire aux caricaturistes de nombreux dessins ayant pour enjeu central le sort funeste réservé à Jeanne d’Arc par la perfide Albion. Ainsi Le Rire en 1899 intitule l’un de ses numéros « Vl’à les English » . En une du numéro, Jeanne d’Arc, semi-dénudée sur le bûcher, ferme les yeux voluptueusement4. Sous le dessin, une citation de Michelet est le prétexte de cette scène peu conforme au(x) mythe(s) de l’héroïne nationale. La faute en incombe évidemment aux Anglais :

Un chroniqueur, ami des Anglais, les charge ici très cruellement. Ils voulaient que la robe étant brûlée d’abord, la patiente restât nue « pour oster les doubtes du peuple » ; que, le feu étant éloigné, chacun vint la voir et tous les secrez qui povent ou doivent estre en une femme  ; et qu’après cette impudique et féroce exhibition, le bourrel remist le grand feu sur sa povre charogne ». MICHELET, Hist, de France, tome II.

Willette, « Jeanne d’Arc », Le Rire, 23 nov. 1899. Gallica (BnF).
Les salons de peinture

Les salons de peinture ont fait les délices de la presse satirique dès ses débuts. C’est pour les dessinateurs le moyen de brocarder tout autant les nouveaux courants picturaux que les visiteurs ignares des expositions. Les tableaux sont légèrement modifiés pour donner des situations comiques et/ou accompagnés de légendes qui en changent le sens. Les caricaturistes parodient aussi des tableaux édifiants ayant pour thème Jeanne d’Arc ou feignent de voir Jeanne d’Arc dans des tableaux qui n’ont aucun rapport avec celle-ci…

Par exemple, en 1857 Pénaville ironise sur la peinture réaliste et propose une « Une Jeanne d’Arc inspirée (interprétation réaliste) », Stop parodie « La place des Pyramides »  (1875) de De Nittis qui montrait les reconstructions de Paris avec en premier plan la statue de Jeanne d’Arc symbolisant la revanche, et ajoute cette légende: « Jeanne d’Arc (encore!) … montant à l’échafaud… age » .

L’enseignement de l’histoire et les héros nationaux

En plein conflit sur la loi de séparation des Églises et de l’État, les journaux satiriques s’amusent des clichés en vogue autour des héros nationaux. Ainsi Le Rire place-t-il Jeanne d’Arc parmi les « contes officiels ». Dans Le Journal amusant, Willy se moque ouvertement en 1909 de l’enseignement délivré par les manuels d’histoire :

Des confrères douloureusement sceptiques, Andrée et Jean Viollis, blaguent une revue d’éducation physique qui classe Jeanne d’Arc sous la rubrique des « Héros sportifs » . Ils ricanent, parce que, grâce à cet embrigadement athlétique, la Pucelle qui, faute de telles études, fût demeurée inconnue aux costauds, va désormais attirer l’attention de l’Haltero-Lutte-Club de Saint-Sever et des Athlètes du Crotoy, penchés avec une pieuse ferveur sur les pages  » consacrées aux performances sportives de la sublime bergère « .

La revue d’éducation physique entasse, à propos de la vierge de Domrémy, des considérations où le sport se mêle à la statistique le plus ingénieusement du monde, dénombrant les chevauchées de Vaucouleurs à Chinon, discutant le pedigree du destrier monté par la Pucelle, bref, étudiant en Jeanne d’Arc non point l’ardente patriote ou la mystique inspirée mais « l’intelligente sportive » .

J’ose espérer que cet exemple d’histoire de France accommodée à la sauce sportive sera généralement suivi et que, sous peu, les Delagrave et les Armand Colin vont publier des manuels scolaires up to date capables de rendre le goût de la lecture à notre jeune génération en lui faisant considérer les écrivains du siècle de Louis XIV sous l’angle sportif cher aux potaches du vingtième siècle.

Henriot, Journal amusant, 13 novembre 1909. Gallica (BnF).

L’« affaire Thalamas » (1904), du nom du professeur parisien du Lycée Condorcet qui corrige une copie en indiquant que Jeanne n’a pas été un « phénomène merveilleux » fait grand bruit entre 1904 et 1909. Elle est portée devant le Parlement et largement répercutée par la presse. Les humoristes l’exploitent abondamment :

LE VIEUX MONSIEUR. — Alors, mon enfant, vous passez maintenant vos après-midis à manifester devant la statue de Jeanne d’Arc ?

LE POTACHE. — Oui, mon vieux. Condorcet ne souffrira pas qu’un pion haineux. Enfin on en a assez. À bas Chose!

Conspuez Machin !

LE VIEUX MONSIEUR. — Et qu’est-ce qui vous a particulièrement offensé dans les propos prêtés à votre professeur d’histoire ?

LE POTACHE. – Ça, je ne sais pas, je ne suis pas dans sa classe. […]

LE VIEUX MONSIEUR. — Mais revenons à Jeanne d’Arc. Qu’est-ce que vous savez sur cette héroïne ?

LE POTACHE.. — Eh bien. ma foi. quoi ? On sait qu’elle a été général sous Charles X.

LE VIEUX MONSIEUR. — Êtes-vous sûr ?

LE POTACHE. — Après tout, c’est peut-être sous Louis XIII. Et puis elle a été brûlée en Angleterre.

LE VIEUX MONSIEUR. — A quelle époque ?

LE POTACHE. — Dans un siècle entre XII et XVII5.

Les deux France de Jeanne d’Arc renvoyées dos à dos ?

Si les journaux très engagés politiquement proposent leur version du mythe de Jeanne d’Arc, d’autres n’hésitent pas à évoquer leur « perplexité sur Jeanne d’Arc » . C’est le cas du Rire qui en 1909, sous la plume de Georges Docquois, imagine le rédacteur d’un texte sur Jeanne d’Arc. Confronté successivement à un père de famille partisan de Thalamas, aux curés, à la loge maçonnique, aux antimilitaristes, il finit par renoncer….

De la même manière, le Gil Blas raconte en 1907 un cauchemar supposé de Clemenceau qui voit Jeanne d’Arc au Paradis. L’héroïne se pose des questions sur les cérémonies religieuses et laïques en son honneur :

Jeanne d’Arc expose à Salomon qu’elle hésite entre la cérémonie laïque et la cérémonie religieuse d’Orléans et qu’elle ne sait à laquelle accorder sa présence réelle.

— D’autant plus, conclut-elle, que j’ai eu autant à me louer des fonctionnaires que des curés, sur la terre.

SALOMON. — C’est bien simple. J’ai déjà eu l’ occasion de prononcer un jugement de ce genre. Il m’a même rendu immortel. (Il tire son grand couteau).
M. CLEMENCEAU (qui rêve tout cela, hurlant). — Ah ! non ! Elle a déjà été cuite par les cléricaux. Je ne veux pas qu’elle soit découpée par les autres. Qu’on fonde les deux cérémonies comme d’habitude.

 Vous découvrirez bien d’autres thématiques en explorant à votre tour cette presse satirique…
Citer ce billet : Agnès Sandras, "Découvrez les Jeanne d’Arc de papier du XIXe siècle," in L'Histoire à la BnF, 16/08/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/892, [consulté le 25/11/2017].

 

 

  1. Jean-Patrice Boudet et Xavier Hélary, Introduction à Jeanne d’Arc : histoire et mythes,  Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2014. Gerd Krumeich est l’auteur de Jeanne d’Arc à travers l’histoire [Jeanne d’Arc in der Geschichte, trad. de l’allemand], Paris : A. Michel, 1993. []
  2. Aux ouvrages récents déjà cités, ajoutons entre autres Jeanne d’Arc : vérité et légendes par Colette Beaune, 2008; Philippe Contamine, Jeanne d’Arc : histoire et dictionnaire, 2011; Jeanne d’Arc entre la terre et le ciel du Midi  : regards méridionaux sur la bonne Lorraine, XVe-XXIe siècles [Christian Amalvi et Julie Deramond, dirs.], 2012; De l’hérétique à la sainte : les procès de Jeanne d’Arc revisités : actes du colloque international de Cerisy [édités par François Neveux], 2012 ; Jeanne d’Arc au XXe siècle : art, histoire, politique, colloque du 1er décembre 2012, Paris; De Domrémy à Tokyo [actes du colloque universitaire international, Domrémy et Vaucouleurs, 2012, sous la direction de Catherine Guyon, Magali Delavenne]; Jeanne politique : la réception du mythe de Voltaire aux Femen : « la pitié qu’il y avait au royaume de France » [sous la direction de Vincent Cousseau, Florent Gabaude, Aline Le Berre], 2017. On pourra compléter ces quelques références bibliographiques par les liens donnés par le site Clioweb []
  3. Sur l’abondante imagerie de Jeanne d’Arc, voir le travail mené en 2004 par Nicole Pellegrin sur « les genres de Jeanne d’Arc«  []
  4. Sur ce thème voir : Patrick Peccatte, « Les figurations sensuelles et érotiques dans l’imagerie de Jeanne d’Arc » . []
  5. Coucy, Le Rire, 10 décembre 1904. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

3 réflexions au sujet de « Découvrez les Jeanne d’Arc de papier du XIXe siècle »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *