L’humour face aux épidémies – Partie I. Le Charivari, le choléra et la grippe entre 1832 et 1870

Des chansons, des dessins, des parodies, et bien d’autres,  fleurissent actuellement autour du coronavirus sur les réseaux sociaux. La stratégie de résistance via l’humour face aux différentes catastrophes n’est pas nouvelle. Ses formes évoluent en fonction des progrès techniques : la diffusion massive et immédiate aujourd’hui du rire (et parfois de son corollaire, la réprobation) n’est pas comparable à celle du XIXe siècle, ou du moins des traces que nous en avons grâce aux imprimés (presse, ouvrages, chansons, etc.), et aux archives. Mais les ressorts du rire n’ont guère varié : mécanisme de défense face à des situations que l’entendement gère mal, évacuation du trop plein d’émotions, stigmatisation des comportements jugés inadaptés ou menaçants pour la cohésion quand la maladie bouleverse en profondeur les liens sociaux…

Un beau texte sur l’arrivée du choléra à Paris en 1832 (qu’il faut lire ici dans son intégralité sur Gallica) offre d’ailleurs des similitudes troublantes avec ce que nous vivons actuellement, en particulier à propos de l’humour conjuratoire :

On nous l’avait cependant annoncé bien longtemps à l’avance ; on nous avait fait suivre sur la carte sa marche rapide et menaçante. Le fléau voyageur n’était plus séparé de nous que par cette mer étroite qui nous ramène et nous remporte, avec la mobilité de ses flots, nos rois rétablis ou déchus. Et pourtant, ce voisinage nous inquiétait moins que ne l’avaient d’abord fait les récits venus des pays lointains, doublement terribles par la distance et par la nouveauté. Tout notre effroi s’était usé sur les premières descriptions de ses ravages, sur les premiers dénombrements de ses victimes. Car le Parisien ne peut pas avoir peur longtemps du mal qu’il ne voit pas, lui qui s’habitue si facilement à ses misères. Et puis, quoi qu’on veuille lui dire, il a foi dans la salubrité de sa ville natale, dans l’air suave et pur que l’on respire depuis l’Estrapade jusqu’à la rue du Rocher, dans la limpidité des eaux que roule la Seine enflée par d’innombrables égouts, dans les émanations bienfaisantes des ruisseaux qui parcourent nos rues. Comme l’épidémie se faisait attendre, il s’est imaginé qu’elle reculait devant nos calembours, nos caricatures et nos patrouilles ; et déjà il l’avait oubliée aussi complètement qu’un enthousiasme de l’année précédente, une émeute du mois dernier, et un scandale de la veille. Rien n’avait donc été dérangé dans notre vie et dans nos habitudes […]1.

Je vous propose donc d’explorer, grâce à Gallica, bibliothèque numérique de la BnF, et d’autres bibliothèques numériques (confinement oblige), la manière dont la presse satirique a pu réagir face aux épidémies que le XIXe siècle a connues. Nous commencerons par Le Charivari dont les soixante-dix premières années de publication sont numérisées, ce qui permet de traverser virtuellement des épidémies de grippe et de choléra. Dans la période analysée (1832 à 1870), la place de la médecine et des médecins dans la société se modifie considérablement en fonction des progrès de la science et de l’hygiène, et des régimes politiques très différents se succèdent. Bien entendu, dans le cadre restreint d’un billet, je ne peux restituer que quelques thématiques, soit parce qu’elles prennent une place particulièrement importante dans les pages du Charivari, soit parce qu’elles entrent tout particulièrement en écho avec les questions que nous nous posons aujourd’hui.

Cham, « Revue comique de la semaine – La grippe« , Le Charivari, 9 janvier 1848.

 

La « jurisprudence » du rire de l’épidémie de choléra de 1832

On verra dans les prochains billets que le choléra de 1832 a entraîné une flopée de textes humoristiques et d’images satiriques. Cet humour a été considéré dans les années suivantes comme une démonstration de la nécessité du rire face aux catastrophes et une forme de jurisprudence dont Le Charivari se prévaut dans d’autres circonstances :

Et sans remonter si haut, ne s’est-on pas moqué, il y a trois ans, des terreurs et des précautions des Parisiens qui s’enterraient dans le camphre ou se noyaient dans le chlorure, pour se préserver du choléra ? Or, de ces malheureux, combien ont été enlevés par cette redoutable épidémie ? A-t-on accusé un seul rieur d’être le complice moral du choléra2 ?

En 1837, la mode en pleine essor des physiologies3 est gentiment raillée par le journal. Il indique : « Le physiologiste est peut-être le seul qui, avec les pharmaciens et les philanthropes toutefois, n’ait pas maudit la visite que nous a faite le choléra, car elle lui a fourni une physiologie fort piquante, celle du cholérique ». Et d’ajouter : « En ce moment il prépare La physiologie du Grippé, avec cette épigraphe : Je sors d’en prendre4 ». Sans doute Le Charivari fait-il allusion au Paris malade (1832) d’Eugène Roch qui offre une description socio-humoristique très détaillée des comportements engendrés par l’épidémie de 1832 ou au texte d’Anaïs Bazin déjà cité5 :

C’est alors, c’est au milieu d’une multitude épanouie, c’est parmi les rires, les gais discours et les folies bruyantes, qu’une affreuse nouvelle circule parmi les groupes ! Heureusement elle venait du Moniteur ; elle arrivait avec un caractère officiel, et l’on avait devant soi quelque temps pour en douter.

Comment pouvait-il se faire, en effet, que le choléra-morbus, car c’était lui dont on avait proclamée l’arrivée, le choléra, dont les derniers actes étaient datés de Londres, fût venu tout d’un coup s’asseoir […] à Paris, sans se faire reconnaître à la douane de Calais, sans être annoncé par le télégraphe ! Ce n’est pas, on le sait, avec cette soudaineté que nous parviennent du même pays les actes qui terminent un embarras. Le choléra devait avertir le public de sa marche ; il était obligé de fournir régulièrement ses étapes ; il n’avait pas le droit d’être à Paris. Ainsi parlaient avec une feinte assurance les gens positifs ; et cependant, comme le gouvernement affirmait qu’il avait pris toutes ses mesures contre le fléau, les gens positifs mouraient de peur. Mais ce fut bien pis le lendemain, lorsque les médecins, titulaires de la confiance administrative, publièrent leur charte de santé ! Rien au monde n’entretient la crainte comme une nomenclature de préservatifs et de précautions. Chaque minutie du régime préventif ramène incessamment la pensée sur le danger qu’on veut éviter. Le moyen, je vous prie, de ne pas se troubler, lorsqu’on vous recommande surtout d’être calme ? le moyen de ne pas trembler lorsqu’on vous assure que la frayeur tue ? c’est l’action qui distrait ; mais toute l’action de ce moment se reportait sur l’horrible fléau6.

Le nécessaire temps de latence pour que les populations s’habituent à l’idée d’une épidémie est décrit à plusieurs reprises par Le Charivari. À une époque où l’information circule par le télégraphe ou relayée par les journaux, il est en effet d’autant plus compliqué de se faire une idée de la conduite à adopter. Le Charivari le souligne lors d’une épidémie de grippe importante en 1837 :

Commençons par la grippe. Par suite du redoublement de rigueur qu’on annonce, tant de gens sont menacés de finir par elle !
Hier un journal disait : « La grippe se meurt, la grippe est morte. Le nombre des malades diminue sensiblement. La grippe n’est plus qu’une de ces affections puériles qu’on peut combattre avec un bâton de sucre d’orge. »
Aujourd’hui un journal dit : « La grippe semble vouloir prendre une gravité qu’elle n’avait pas offerte jusqu’à ce jour. Elle commence à présenter un symptôme qui s’est montré dans le choléra, et qui précède souvent les fièvres de mauvais caractère. La mortalité est considérable dans les hôpitaux. Le nombre des cadavres envoyés aux amphithéâtres a plus que triplé. »
Lequel des deux journaux faut-il croire ? Devons-nous sourire à la santé qui revient, ou faire la grimace à la mort qui approche ? Devons-nous écrire notre testament ou acheter des pastilles de gomme ?
Quant à moi, je suis tenté de supposer que le premier journal a des confiseurs pour actionnaires et que le second est fait par des médecins7.

Dénonciation de ceux qui exploitent la peur en temps d’épidémie …

Après la période de latence, la dérision ou l’incompréhension, vient la peur. Le Charivari ne cesse de dénoncer, tout au long du XIXe siècle, les profiteurs des épidémies. Les vendeurs de drogues miracles imaginaires et tous ceux qui exploitent les gens par trop crédules sont régulièrement tournés en ridicule. En 1837, les pratiques de gens transformant au gré des maladies un excellent « savon de toilette » en « grippoïde » voire en « choléroïde » sont raillées, ainsi que bien d’autres : « l’industrie exploite la grippe comme elle avait exploité le choléra. Chaque débitant de n’importe quoi marque ses marchandises à l’estampille de la grippe pour leur assurer un prompt débouché8 ».

Cham, « Revue comique de la semaine – La grippe« , Le Charivari, 9 janvier 1848.

 

En 1849, un article se moque ainsi de la crédulité de gens qui se sont précipités chez un restaurateur qui proposait un remède miracle : des escargots à la provençale ! Il ne faisait pas payer les escargots, preuve de sa générosité, mais vendait la garniture à haut prix. Ce remède est d’ailleurs rangé dans la même catégorie que ceux qui ont rendu »honneur au froid, aux médecins et au cuivre natif combinés9 ». Le mois suivant toute une chronique se consacre à la réhabilitation du melon (« On l’accusait d’avoir des accointances illicites avec le choléra, et il se voyait honteusement repoussé des tables qu’il était habitué de temps immémorial à embellir de sa présence »), trouvant que la Gazette des hôpitaux a été trop timorée à ce sujet10 ».

Un article dénonce également un usage abusif de la statistique qui permettrait de faire croire que malgré le nombre élevé de morts en Angleterre durant l’été 1849, rien n’est à craindre d’un voyage d’agrément à Londres, le nombre d’habitants étant élevé, donc le risque de contracter le choléra quasi nul11! Même son de cloche lors d’une épidémie de « grippa-morbus » en 1851 :

Pour en revenir aux journaux alarmistes qui se livrent à des révélations effrayantes sur la grippe, nous les supplions de s’arrêter dans leur statistique. Sans quoi ils se croiront prochainement obligés de nous instruire du nombre journalier des accès de toux et de la quotité des éternuements. Tout cela finirait par produire un effet terrible sur les imaginations faibles, et des Français seraient capables de se suicider pour échapper à la grippe12.

Ces moqueries n’empêchent d’ailleurs pas Le Charivari de publier régulièrement des publicités pour des remèdes miracle contre le choléra, dont on trouvera un exemple ci-dessous…

Le Charivari, 4 août 1849.

… et humour à propos des plus crédules et/ou des plus craintifs.

Le Charivari met régulièrement en scène les croyances concernant la manière dont on peut contracter le choléra. Il est à noter que sous couvert de rire de la naïveté des uns et des autres, c’est plus souvent des terreurs des plus aisés que le journal s’amuse. Mam’zelle Manette est ainsi désespérée devant un melon qu’elle ne peut acheter parce que « Madame prétend que les crudités ça pousse au choléra13 ». Dans « la gastronomie au rabais » , dix ans plus tard, le journal se moque des prescriptions médicales qui font éviter les fraises, les haricots verts, l’ananas, le homard, et conseille aux moins craintifs de profiter ainsi d’une « gastronomie au rabais14 ».

Ironisant en 1840 sur les bourgeois qui se font construire des caves à l’épreuve des bombes, imaginant un Paris-souterrain luxueux construit par les plus privilégiés, Le Charivari dresse un parallèle entre la crainte des bombes et la terreur que peut susciter le choléra : « la peur mène à la colique, et la colique conduit au choléra15.

Tout un texte est consacré en 1865 à « La journée du choléra ». L’auteur met en scène le Prince choléra profitant des charmes de la capitale encore désertée par la crainte du choléra au mois de décembre alors que l’épidémie a eu lieu en septembre :

Mais comment faire pour donner à comprendre que le choléra n’est plus qu’un vain mot, un fantôme d’autrefois, comme Croquemitaine et la bête du Gévaudan ?

Les maîtres de la Faculté de médecine ont beau dire, on ne veut pas plus les croire sur parole qu’un ministre des finances quand il promet la réduction du budget.
— Tout est fini, vous pouvez revenir, dit-on, au camp de Versailles, aux effrayés de la province et aux terrifiés de l’étranger16.

Les médecins plutôt respectés par Le Charivari

Cham, « Croquis« , Le Charivari, 31 janvier 1858.

Le XIXe siècle signe un tournant considérable dans l’histoire de la médecine et des médecins. On passe des officiers de santé aux savoirs souvent empiriques et des médecins moqués depuis Molière à des professionnels reconnus pour leur science et souvent dévoués aux populations. Si le thème des médicastres incompétents a encore énormément occupé les caricaturistes au XIXe siècle, Le Charivari adopte un positionnement parfois différent. Certes, les différents remèdes inventés par le corps médical sont parfois encore moqués, mais le journal salue les efforts des médecins lors des épidémies de choléra. Ainsi Ulysse Trélat (1795-1879) est mis à l’honneur dans le numéro du 29 juillet 1835 suite à sa condamnation par la chambre des pairs. Le Charivari lui apporte son soutien, rappelant par exemple sa conduite exemplaire lors du choléra de 1832 :

En 1832, le choléra désolait Paris. Le docteur Trélat, membre du bureau de secours de la place Cadet, rivalisa de dévouement avec tous ses confrères; et cependant il était malade, il tremblait pour la vie de sa femme, que le fléau avait attaquée dès les premiers jours ! Mais il trouva à Paris comme à Metz, son salut dans cette énergie singulière qui le rend pour ainsi dire indifférent pour lui-même, comme s’il était dans sa nature de ne souffrir que dans autrui.
Le docteur Trélat renonça à toute sa clientèle ordinaire tant que dura le choléra. En acceptant une mission de secours public, encore bien qu’elle fût gratuite, il ne croyait pas avoir le droit de réserver un seul moment de sa vie pour le vendre17.

En septembre 1837, à l’occasion de « quelques mots sur quelques maux », Le Charivari dresse un parallèle entre la situation politique et la progression du choléra dans le Sud de l’Europe. Très sévère pour les souverains et l’Église catholique (« je dois naturellement placer au premier rang des fléaux le choléra, que S. S. le pape ferait bien de ne plus appeler asiatique, vu que depuis longtemps il ne s’est que trop naturalisé européen »), le rédacteur évoque les étudiants en médecine de Montpellier appelés à venir bénévolement en aide à Marseille18. Il souligne que bien que soupçonnés habituellement d’être des ferments de sédition (« cette jeune génération, qui a le privilège de fournir la chair à complots »), 80 « braves élèves » ne « laissant pas échapper une seule occasion de manifester [d]es sentiments anti-sociaux barbares se sont déjà inscrits19.

En période d’épidémie, comme durant l’été 1849, il peut d’ailleurs arriver que Le Charivari publie un bulletin scientifique qui délivre les différents points de vue des médecins sur les modes de contamination et les traitements, sans aucun commentaire ni sarcasme20.

Les piques contre les docteurs se superposent donc à des thématiques plus générales, et ne ciblent pas particulièrement le corps médical. Si un médecin rencontre le succès en proposant de recourir aux truffes, c’est bien, suggère le journal parce que les gens sont naïfs (voir supra) et que les inégalités sociales sont augmentées devant la maladie …

Eh bien ? quand on mange des truffes on s’assure contre le choléra. Les dindes truffées, les perdreaux truffés, les saucisses et les pieds truffés ont-ils jamais le choléra ? Donc, bourrez-vous de truffes, truffez-vous et le choléra n’aura aucune prise sur vous ! est-ce logique !
L’Académie de médecine poussa des cris de joie et se hâta de rendre publique cette grande découverte de M. Devergie, dont l’intégrité et la sagacité, disent les notes officielles, sont du reste parfaitement connues.
Depuis que cette heureuse nouvelle est connue, Paris est dans la jubilation; les restaurants ne désemplissent plus de mangeurs de truffes, les marchands de comestibles ne peuvent suffire aux commandes de truffes. Le Périgord est transformé en Californie.
Quant aux hôpitaux, on est obligé d’établir une surveillance active et intègre pour empêcher que des faux cholériques ne s’y présentent pour prendre une part qui ne leur est point due aux festins de perdreaux et de pâtés truffés que l’on sert aux véritables malades.
Du reste, au grand regret de ces derniers, le traitement n’est pas long : un déjeuner suffit d’ordinaire.
Pour les cas désespérés, un déjeuner et un dîner sont urgents21.

En réalité, le docteur Devergie proposait de l’eau distillée de truffes à l’hôpital Saint-Louis et sa communication sur cette décoction n’avait pas été favorablement accueillie par l’Académie de médecine22. Une semaine plus tard, la médication truffière est à nouveau tournée en dérision ainsi que plusieurs autres suggestions ou analyses de médecins, comme celle de M. Vidal de Cassis qui avait démontré que le meilleur moyen de ne point être malade c’était de l’être, et, comme Gribouille, qu’il fallait se plonger dans l’eau pour éviter la pluie23 ». Un médecin anonyme préconise également de tirer des coups de canon, « les molécules de l’air étant désagrégées, suivez bien le raisonnement, je vous prie, il n’y a plus rien à redouter de l »épidémie, l’épidémie prenant sa source dans l’agrégation des molécules ». Le journaliste d’ajouter narquoisement : « Nous avons deviné d’ailleurs sa pensée ingénieuse et profonde. Si tous les Parisiens meurent de l’insomnie que leur causera le tintamarre de ces terribles explosions de bouches à feu, si la tête leur en éclate, ils ne mourront point de l’épidémie24 ».

La critique des gouvernants et des plus aisés

Dès 1833, un article du Charivari critique la gestion du choléra  par la monarchie en 183225. Le texte s’attaque méthodiquement à la politique du roi Louis-Philippe :

On se rappelle qu’à l’époque où le choléra vint saisir Paris au bas-ventre, comme dit alors le Journal des Débats, les paternelles instructions de l’autorité, affichées sur tous les murs avec autorisation du préfet de police, avertirent les citoyens qu’il était urgent : 1° de s’abstenir de vins et de liqueurs fortes ; 2° de vider leurs bourses dans les caisses de bienfaisance de leurs arrondissements respectifs. — Ces philanthropiques placards produisirent deux de ces grands actes qui distinguent un siècle et dont l’humanité s’honore ; à savoir : un trait d’héroïsme de la part de M. de Sch—, qui ne changea absolument rien à sa manière de vivre, et l’élan spontané de M. Cassette qui promit à plusieurs reprises une très forte somme, et qui même la promet encore.
Quant à la première recommandation, elle fut exactement suivie, dès le premier jour, par la monarchie, qui se fit un devoir de conscience de supprimer, pendant toute la durée de l’épidémie, les rations de vin consommées par sa maison. Quant à la seconde, la cour s’exécuta de moins bonne grâce, il est vrai, mais elle se laissa toutefois aller à l’impulsion de sa munificence instinctive, et elle transmit aux différents hôpitaux l’expression de son vif intérêt, accompagnée d’une centaine de matelas prélevés sur les quinze cents lits qui garnissent chacun des douze châteaux de la liste civile — le tout quoi fut reçu avec une sincère reconnaissance, et passé immédiatement à l’eau chlorurée26.

Dix jours plus tard, Le Charivari revient sur la générosité du roi (les matelas déjà évoqués et une somme d’argent) en ironisant sur les économies réalisées selon lui par la liste civile grâce au choléra : « prétexte pour escamoter l’exposition », etc27. Répétées au long des mois, ces plaisanteries finissent par assimiler le roi Louis-Philippe et son entourage au choléra. Le 9 juillet 1833, Le Charivari souligne une « infinité de fléaux » après le choléra, de « la grippe, diminutif du choléra, qui a saisi la France au gosier par un enrouement subit, précisément à la fin d’avril, ce qui explique l’absence complète d’acclamations unanimes qui a signalé, cette année, le 1er mai, jour de la Saint-Philippe », à une épizootie touchant les vaches28. En 1837, les pairs de France sont comparés au choléra : « À Marseille, les cas de choléra se réduisent à dix. À Paris, on annonce 25 cas de pairie29. En 1851, Le Charivari fait un parallèle entre la situation politique et la fin du monde à venir, liée au choléra s’abattant successivement sur les humains, les légumes, les fruits et les animaux :

Qu’est-ce que le choléra ?
Les uns disent avec la plus grande gravité : « Le choléra est un champignon. »
Les autres répètent d’un air non moins grave : Le choléra est un insecte.[…] Puisqu’il faut disparaître, tâchons de disparaître gaiement. Le pouvoir lui-même est convaincu de cette nécessité. C’est dans le but louable d’égayer les derniers instants de notre planète, qu’il fait circuler depuis quelques jours un si grand nombre de listes ministérielles30.

Lors de l’annonce d’une conférence internationale en 1839 sur les épidémies31, Le Charivari imagine un conciliabule entre peste, choléra, typhus et fièvre jaune, qui entendent bien rivaliser avec la diplomatie internationale : « préparons-nous à rédiger un code contre les congrès d’abord (en voilà un de fléau !), puis subsidiairement contre la courtisaille.— la camarillaille, — la cumulaille, — la diplomatie, — les conclusum, — les ultimatum, — les négociations entamées, — les traités de sainte ou de quadruple alliance, — les protocoles et autres épidémies 32 ».

Sont également attaqués les donneurs de bons conseils. Le Charivari du 8 septembre 1837 critique durement les « hauts et bas philanthropes de la nation » – et plus particulièrement Benjamin Delessert qui vient de publier un rapport sur les caisses d’épargne et de prévoyance – et les « Vincent- de-Paule-du-juste-milieu » : « lorsque le choléra exerçait ses ravages dans les quartiers populeux de Paris, ils disaient à ceux qui n’avaient pas même de quoi se procurer de mauvais souliers troués, des vêtements de camelot, un morceau de pain et un verre de piquette : ‘Habillez- vous chaudement, mes amis; portez des bottes fourrées, des habits de bon drap d’Elbeuf ; ayez soin aussi de ne prendre qu’une nourriture saine et fortifiante, et de ne boire que du vin généreux’33 ».

Le même type de critique est adressé par Taxile Delord contre le mandement d’un évêque qui aurait avancé que la « non célébration du repos du dimanche amène nécessairement le choléra ». Delord ironise : « Le remède est facile, comme on le voit, surtout pour les gens qui ont besoin de gagner leur vie34. » Plusieurs évêques s’étaient en effet lancé dans une croisade contre le travail dominical35

Si l’inégalité sociale devant le traitement des maladies est soulignée, le fait que tous peuvent contracter la grippe ou le choléra est aussi rappelé . En 1851, par exemple, Louis Huart ironise sur la grippe de M. Dupin : « je ne dois pas vous cacher plus longtemps que le président [de l’Assemblée nationale] a été atteint de la grippe tout comme un vulgaire conducteur d’omnibus : la grippe ne respecte personne36 ».

Cham, « Revue comique de la semaine« , Le Charivari, 30 mars 1851. Gallica (BnF).

Différence de traitement entre la grippe et le choléra

S’il peut sourire ou ironiser autour des craintes liées au choléra, ou des mesures prises par le gouvernement, Le Charivari ne rit pas du choléra en tant que maladie (contrairement à d’autres journaux satiriques, on le verra dans les prochains billets) dans ses textes. Rares sont aussi les images qui évoquent les symptômes de la maladie : tabou ? crainte de choquer les lecteurs ? Le choléra effraie davantage, non seulement par ses symptômes, mais aussi par les mécanismes de sa contamination qui restent mal connus jusqu’en 1883. Le lièvre représenté ci-dessous est donc un rare exemple de « cholérique » dans le Charivari, et sa représentation est facilitée par le fait que les astuces du gibier pour échapper aux chasseurs sont récurrentes dans les caricatures. Le choléra ne constitue donc qu’une astuce supplémentaire.

Cham, « Croquis« , Le Charivari, 22 octobre 1865.

En revanche, la grippe, ses symptômes et sa contagiosité constituent un inépuisable réservoir de plaisanteries.

Honoré Daumier, « Un omnibus en temps de grippe« , Le Charivari,7 avril 1858. Gallica (BnF).

Certes, sont parfois qualifiées de grippes des affections en réalité moins virulentes, mais on peut voir dans Le Charivari des plaisanteries sur la contagion grippale au moment d’épidémies meurtrières. Cet humour sur la contagion suggère que peu de précautions sont prises pour éviter à Paris de contracter la maladie : les gens se pressent au spectacle, se retrouvent en famille et éternuent de concert. Les gens malades continuent à travailler…

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir.

Les images montrent d’ailleurs une conscience très nette du fait que le développement des transports entraîne aussi un accroissement des contaminations. En 1851 la grippe surgit d’une caisse française envoyée à Londres pour l’Exposition universelle ou fait le tour de la planète.

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Dans le cadre des épidémies de grippe, les médecins et les pharmaciens n’ont pas droit au même respect que lors du choléra, et les vignettes satiriques les montrent volontiers sous un jour mercantile …

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

En définitive, de manière assez paradoxale, le seul à fuir ostensiblement la contagion de la grippe est le choléra (voir supra, la première image) pour une fois représenté, et avec les attributs de sa maladie : le clystère qui sert habituellement à purger (la maladie se manifestant par des diarrhées intenses) et le balai qu’on emploie pour nettoyer les toilettes…

« La mascarade du choléra », une parodie libératrice ?

Dans ce qui précède, je n’ai pas mentionné une occasion où toutes les barrières psychologiques sont exceptionnellement levées dans un énorme charivari révélateur. Le cas est en effet hors-normes et mérite qu’on s’y consacre plus particulièrement, car il permet au journal de s’affranchir des tabous ou réserves évoqués plus haut, grâce à un enchaînement de prétextes. Le premier est un charivari parisien à l’occasion de l’épidémie de 1832. Le second est la narration par Eugène Sue, dans Le Juif errant (1844), du choléra de 1832 et du cortège charivarique qui l’accueillit. Tout en se livrant à un exercice préféré du Charivari, qui est la parodie des romans populaires publiés en feuilleton, Cham, Charles Philipon et Louis Huart peuvent laisser libre cours à leur verve satirique autour du choléra, grâce à l’effet d’enchâssement qui leur permet de feindre de ne pas rire directement de l’épidémie de choléra de 1832 mais du roman de Sue.

La (pseudo ?) insouciance qui accompagne l’arrivée du choléra à Paris en 1832 (voir supra) coïncide avec les fêtes de mi-carême, à l’occasion desquelles ont lieu des cortèges carnavalesques. Des rituels charivariques, sans doute de conjuration, ont lieu mais qui seront ensuite racontés par les contemporains comme des preuves d’inconscience : spectateurs portant le masque de choléra-morbus, enfants jouant à « Scélérat-Morbus », buveurs célébrant les ravages à venir de l’épidémie37

Eugène Sue tire parti de cet épisode dans un roman qui paraît en feuilletons dans Le Constitutionnel en 1844 et 1845, puis en livraisons illustrées par Gavarni38. Le Juif errant39 est un « roman populaire militant », dans lequel « Eugène Sue supplie ses contemporains de prendre conscience de la misère des hommes et des femmes du peuple40 ». Son traitement de l’arrivée du choléra à Paris, de l’incrédulité et des bravades d’une population trop effrayée du pire, est d’une grande finesse.

=> voir ci-dessous cette partie 16 du roman sur le choléra. Cliquez sur les flèches pour feuilleter.

Le Charivari publie un feuilleton parodique au fur-et-à mesure de la parution du roman, avec quelques semaines de décalage41, à partir du 22 août 1844. Si le genre de ce type de parodie induit l’usage de poncifs et de déformations parfois faciles, il n’en demeure pas moins que le traitement des pages de Sue évoquant le choléra est fort intéressant puisqu’il permet aux humoristes de souligner enfin ce qu’ils n’avaient pas ou peu abordé frontalement jusqu’ici. L’ensemble de la parodie est publié en 1844 chez Aubert42.

On verra dans les prochains billets que les épidémies ont pu être évoquées avec moins de retenue par d’autres dessinateurs et/ou parodistes. Le Charivari, qui s’est souvent – mais pas toujours ! – manifesté par sa prudence dans d’autres domaines, ne fait donc pas d’exception pour les épidémies, maniant des observations ironiques ou la distanciation de la parodie qui rendent parfois leur interprétation complexe cent-cinquante ans plus tard.

=> Pour aller plus loin, on pourra lire ou écouter en ligne, entre autres :

Sur les épidémies :

René Garguilo. Mythologie du choléra In : Littérature et pathologie [en ligne], Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1989.

Fabienne Chevallier, « Le choléra de 1832, passion égalitaire et question sociale« , Arts et sociétés [en ligne], n° 53.

« La peste, la grippe « espagnole » ou la typhoïde… Retour sur les grandes épidémies qui ont marqué l’histoire » avec Jean Lebrun dans La marche de l’histoire (France Inter)

« Les sociétés face aux épidémies » (France Culture)

Sur le caricaturiste Cham :

Le blog CHAM AMEDEE DE NOE

Sur Daumier et la médecine :

Une exposition virtuelle du site Art et Patrimoine pharmaceutique, « la santé selon Daumier »

Citer ce billet : Agnès Sandras, "L’humour face aux épidémies – Partie I. Le Charivari, le choléra et la grippe entre 1832 et 1870," in L'Histoire à la BnF, 27/03/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/9197, [consulté le 30/05/2020].
  1. Anaïs Bazin, « Le Choléra-Morbus à Paris« . Paris, ou Le livre des cent et un. T. 5. Paris,1831-1834 []
  2. « A M. Jollivet le Charivari reconnaissant », Le Charivari, 28 août 1835. []
  3. Voir « Les Physiologies, petits livres des « chiffonniers littéraires », Blog Gallica 2013. []
  4. « Mœurs littéraires – Le physiologiste », Le Charivari, 19 mars 1837. []
  5. Je n’ai pas trouvé de physiologie humoristique sur le choléra. En revanche, il existe une physiologie médicale du choléra très intéressante puisqu’elle décrit des pathologies semblables induites par la peur de la contagion et de la maladie : De la frayeur cholérique, ou Caractère physiologique du choléra et traitement positif de cette maladie par M. Louis François Arsène Gremilly, Paris, 1832. []
  6. Anaïs Bazin, « Le Choléra-Morbus à Paris« . Paris, ou Le livre des cent et un. T. 5. Paris,1831-1834. []
  7. « Influence de l’influence. Où l’on prouve qu’il n’ y a que nos écus de grippés », Le Charivari, 13 février 1837. []
  8. « Influence de l’influence. Où l’on prouve qu’il n’y a que nos écus de grippés« , Le Charivari, 13 février 1837. Le titre comporte un jeu de mots, la grippe étant aussi appelée influenza. []
  9. « Ce qui nous débarrasse du choléra », Le Charivari, 24 juin 1849. []
  10. « Les melons réhabilités« , Le Charivari, 17 juillet 1849. Le melon a en effet été longtemps accusé par la faculté de favoriser la maladie. Voir un prochain billet. []
  11. « Statistique anglaise« , Le Charivari, 23 septembre 1849. []
  12. Louis Huart, « La grippa-morbus« , Le Charivari, 3 mars 1851. []
  13. « Mœurs parisiennes – le marché des innocents », Le Charivari, 2 novembre 1839. []
  14. « La gastronomie au rabais« , Le Charivari, 20 juin 1849. []
  15. « Ils vont descendre à la cave pour être plus bas encore« , Le Charivari, 1er novembre 1865. []
  16. Philibert Audebrand, « La journée du choléra« , Le Charivari, 1er décembre 1865. []
  17. « Ulysse Trélat », Le Charivari, 29 juillet 1835. []
  18. Sur les épidémies à Marseille voir Jean-Charles Geslot, « La Provence entre peste et choléra : les épidémies dans la production imprimée à Marseille au XIXe siècle« , Histoire et culture au XIXe siècle, février 2020. []
  19. « Quelques mots sur quelques maux« , Le Charivari, 4 septembre 1837. []
  20. « VARIÉTÉS MÉDICALES. BULLETIN SCIENTIFIQUE. Le choléra », Le Charivari, 7 août 1849. []
  21. « Nouvelle propriété des truffes« , Le Charivari, 19 avril 1849. []
  22. Voir Du choléra-morbus épidémique, par Auguste Millet, Paris, 1851. Page 340. []
  23. « Nouvel emploi du canon« , Le Charivari, 26 avril 1849. Vidal de Cassis pensait avoir observé que les personnes souffrant de la syphilis et traitées au mercure ne contractaient pas le choléra. Il était aussi l’auteur d’une Instruction populaire sur les moyens hygiéniques à employer pour prévenir la recrudescence du choléra. Travail demandé par M. Aude, maire d’Aix au corps médical de cette ville et rédigé par le Dr Vidal. En ligne sur le site de la bibliothèque numérique de la bibliothèque Méjanes ici. []
  24. « Nouvel emploi du canon« , Le Charivari, 26 avril 1849. Cet emploi du canon revient régulièrement dans la presse médicale et dans la presse satirique entre 1832 et le milieu du siècle. Dans son Instruction raisonnée sur les moyens de se préserver du choléra-morbus (1832), Joseph Briand pense savoir que le docteur Sanders se serait fondé sur la disparition du choléra qu’on avait reliée à l’emploi de 600 canons lors de la prise de Varsovie. []
  25. Sur la presse satirique en 1832 et le roi, voir : Fabrice Erre, « Les discours politiques de la presse satirique. Étude des réactions à l’« attentat horrible » du 19 novembre 1832 », Revue d’histoire du XIXe siècle [Online], 29 | 2004. []
  26. « Des voleurs et des matelas royaux« , Le Charivari, 12 février 1833. Selon l’article, les matelas stockés dans un grenier ont été volés… []
  27. « Du danger des éloges monarchiques infiniment trop exagérés, et subsidiairement de ce que le choléra coûte à la monarchie« , Le Charivari, 21 février 1833. []
  28. « La Providence frappe l’ordre de choses, jusque dans ses vaches« , Le Charivari, 9 juillet 1833. []
  29. « Carillon« , Le Charivari, 19 septembre 1837. []
  30. Louis Huart, « La fin du monde« , Le Charivari, 23 octobre 1851. Il y a bien eu en effet des savants qui ont attribué le choléra à un champignon ou à un insecte. []
  31. Elle n’a finalement pas eu lieu en raison de la crise diplomatique. Voir Bernard Hillemand, Alain Segal, « Les six Conférences sanitaires internationales de 1851 à 1885 : prémices de l’organisation mondiale de la santé », Histoire des sciences médicales (Colombes). 2013, Vol 47, Num 1, pp 37-43. []
  32. « Peste contre peste« , Le Charivari, 16 décembre 1838. []
  33. « Voulez-vous soulager la misère de vos semblables ? Donnez-leur … des conseils (Évangile du juste-milieu) », Le Charivari, 8 septembre 1837. []
  34. Taxile Delord, « Célébrez enfin le dimanche« , Le Charivari, 29 septembre 1854 []
  35. Voir Séverine Blenner-Michel, « Sanctifier le dimanche ou le vain combat de l’épiscopat français au XIXe siècle », Histoire, économie & société, 2009/3 (28e année), p. 35-53. []
  36. Louis Huart, « Où l’on donne des nouvelles de M. Dupin« , Le Charivari, 2 avril 1851. []
  37. Voir Patrice Bourdelais, Jean-Yves Raulot, Histoire du choléra en France : une peur bleue : 1832-1854, Paris, Payot, 1987. []
  38. Le Juif errant, par Eugène Süe, Édition illustrée par Gavarni. Paris, Paulin, 1845. []
  39. Sur le thème du juif errant, voir Frédéric Maguet, « Le Juif errant », Histoire par l’image. []
  40. Michel Nathan, « Cham polémiste » in La Caricature entre République et censure : L’imagerie satirique en France de 1830 à 1880 : un discours de résistance ?, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1996. []
  41. Ibid. []
  42. Parodie du Juif errant : complainte constitutionnelle en dix parties par Charles Philipon et Louis Huart ; 300 vignettes par Cham ; Paris, Aubert, 1844. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


2 réflexions sur « L’humour face aux épidémies – Partie I. Le Charivari, le choléra et la grippe entre 1832 et 1870 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.