Les images ont parlé ! Ce qu’attendaient ces touristes …

Vous deviez deviner pourquoi des touristes anglais étaient tour à tour déçus et choqués. Vous avez sans doute identifié le paysage parisien bouleversé par les démolitions liées aux travaux haussmanniens, et vu sur le second dessin des statues dont les formes dénudées choquaient ces prudes voyageurs. Mais à quoi s’attendaient-ils donc ? 

On leur avait en fait vendu ce qui s’appelait un  « train de plaisir »…

Dictionnaire de la langue française…. Tome 4 / par É. Littré, 1873. Gallica (BnF).

Vous trouverez ci-dessous en entier les tribulations de ces voyageurs anglais, exposés aux désagréments d’un long voyage puis déroutés par la capitale  française, sous le beau et malicieux crayon de Gustave Doré en 1861 dans Le Monde illustré1.

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

La première ligne de train française, celle qui relie Paris à Saint-Germain-en-Laye en 1837, est d’emblée considérée par ses fondateurs comme un « joujou » destiné à donner aux Parisiens le « goût des chemins de fer2 », dans un moment où cette invention fait l’objet d’une méfiance d’une partie de la classe politique, des médecins, etc. Les habitants de la capitale adoptent avec enthousiasme ce moyen plus rapide de profiter le dimanche des joies des guinguettes (voir notre billet sur la saint Lundi), robinsonnades (voir notre billet sur les cabanes dans les arbres) et autres distractions aux alentours de Paris. Puis vient « l’initiative des deux compagnies de Paris-Rouen et Rouen-Le Havre qui organisèrent, dès 1847, des trains de plaisir vers la mer. La Compagnie des chemins de fer de l’Ouest créée en 1855 reprit l’innovation et proposa à son tour diverses formules de voyages avec toujours la distraction pour objet3 ». L’épiscopat a beau tonner contre des pratiques contraires au repos du dimanche4, ce type de loisirs connaît un développement considérable5.

Le Courrier du Gard, 1er septembre 1848. Gallica (BnF).

Les caricaturistes et parodistes se sont saisis avec délices de la thématique du « train de plaisir » – dont l’appellation laissait, il est vrai, libre cours aux imaginations débridées … – en la combinant avec celles qu’ils avaient déjà développées sur les chemins de fer : wagons inconfortables, promiscuité, mais aussi ségrégation sociale induite par les trois classes, etc. Le Charivari salue à sa manière le tout premier « train de plaisir » en direction du Havre par un long texte qui donne la tonalité des décennies suivantes : ironie sur le manque de confort des transports et l’intérêt des destinations proposées, déception des nouveaux touristes devant les sites découverts, loisirs au rabais pour une population peu aisée avide de distractions :

Les convois nouveaux du samedi soir sont uniquement réservés aux Parisiens, qui veulent aller s’étendre toute la journée du dimanche sur les galets du bord de l’Océan.
On ne sait pas assez dans la société quelle jouissance on éprouve à se coucher ainsi sur des galets ; la compagnie du chemin de fer du Havre veut mettre ce délassement dominical à la portée de toutes les classes6.

Le 29 septembre 1847, Le Charivari signale avec tout autant de commisération « le dernier train de plaisir » de la saison, et le désespoir des Parisiens devant cette nouvelle …(à lire ici).

=> pour lire différents textes du Charivari concernant ou mentionnant les trains de plaisir, cliquez sur ce lien.

Honoré Daumier publie un grand nombre de caricatures sur les trains de plaisir dans Le Charivari, dans deux séries principalement, « les trains de plaisir » et les « physionomies des chemins de fer ».

Honoré Daumier, « Le retour à Paris », Le Charivari, 28 septembre 1852, Gallica (BnF).

Ces dessins mettent en scène les ruées occasionnées dans les gares parisiennes par des trains à des prix défiant toute concurrence, et des wagons surpeuplés.

=> pour mieux voir les images, cliquez sur la galerie ci-dessous

Daumier insiste fréquemment sur les conditions difficiles de ces voyages liées au manque de confort des trains, à la promiscuité avec des fêtards. Les voyages sont longs (six heures entre Paris et Le Havre avec un départ le samedi et un retour vers deux heures du matin à Paris le lundi) et, en raison des tarifs modiques, ne prévoient ni restauration, ni hébergement. Les touristes se ruent sur les buffets des gares.

Enfin, le caricaturiste, dans une vision très sombre de ce nouveau type de tourisme, et pour faire pendant à l’évocation du plaisir, s’ingénie à montrer des gens déçus par la mer qu’ils voient parfois pour la première fois, et par des populations locales avides d’argent.

Les trains de plaisir susciteront les mêmes plaisanteries chez la plupart des humoristes, emplies de perplexité et de défiance sur l’enthousiasme des classes moyennes devant ce tourisme nouveau.

Charles Léandre, « Train de plaisir », [Collection Jaquet]. Dessinateurs et humoristes. Charles Léandre. Tome 1 : [défets d’illustrations de périodiques]. Gallica (BnF).

Des trains de plaisir sillonnent désormais la France et l’Europe, et ce jusqu’aux années trente. Si les humoristes en ont parfois dénoncé la consommation touristique effrénée, d’autres artistes n’ont pas boudé (ou fait semblant de ne pas bouder) leur amusement. Les « trains de plaisir » suscitent un nombre considérable de chansons, d’opérettes, de vaudevilles puis de films dont vous pourrez trouver les titres ici dans le Catalogue général de la BnF avec l’interrogation « train de plaisir » (bien entre guillemets) ou le contenu dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF, avec la requête  « train de plaisir » (bien entre guillemets).

=> Pour aller plus loin, on peut lire ou écouter entre autres en ligne :
 

Christophe Bouneau, « Le rôle de la Compagnie des chemins de fer du Midi dans les trajectoires d’innovation des aires ­touristiques du Grand Sud-Ouest de 1852 à 1937 »Sud-Ouest européen, 39 | 2015.

Suzanne Vergeade,  « Un aspect du voyage en chemin de fer : le voyage d’agrément sur le réseau de l’Ouest des années 1830 aux années 1880« , Histoire, économie et société, 1990, 9ᵉ année, n°1. Les transports. pp. 113-134.

Le « Gallica vous conseille » consacré au train à explorer ici

L’exposition BnF en ligne : « Daumier et ses héritiers« 

La rubrique « les premiers chemins de fer » du site L’histoire par l’image

« L’irruption du chemin de fer en France : un bouleversement de l’espace et du temps« , La Fabrique de l’Histoire, France Culture, 18/10/2012

« Le triomphe du rail au XIXe siècle », La marche de l’Histoire, France Inter, 7 août 2012

L’article trains de plaisir sur Wikipédia

Train de plaisir : de Paris au Hâvre [sic] : quadrille à toute vapeur : [pour piano] / par A. Certain ; [ill. par] Chatinière. Paris, 1862. Gallica (BnF).
Citer ce billet : Blog Histoire, "Les images ont parlé ! Ce qu’attendaient ces touristes …," in L'Histoire à la BnF, 02/04/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/9206, [consulté le 22/10/2020].

 

  1. Gustave Doré, « Train de plaisir des touristes anglais (sans riflemen) pour l’Exposition de Paris », 8 juin, 22 juin, 29 juin 1861. []
  2. Suzanne Vergeade,  « Un aspect du voyage en chemin de fer : le voyage d’agrément sur le réseau de l’Ouest des années 1830 aux années 1880« , Histoire, économie et société, 1990, 9ᵉ année, n°1. Les transports. []
  3. Ibid. []
  4. « Quand nous regardons nos temples presque vides et nos cérémonies à moitié abandonnées, nous n’avons pas besoin de nous demander où est la multitude. Elle assiège les guichets des gares, elle se précipite dans les wagons, elle court, elle vole avec la rapidité de l’éclair, mettant entre elle et nos églises un espace immense ». Instruction pastorale de Mgr Besson sur la Restauration du Dimanche, 14 février 1878. Citée par Séverine Blenner-Michel, « Sanctifier le dimanche ou le vain combat de l’épiscopat français au XIXe siècle », Histoire, économie & société, 2009/3 (28e année), p. 35-53. []
  5. Voir Alain Corbin, L’avènement des loisirs, 1850-1960, avec la collaboration de Julia Csergo, Jean-Claude Farcy, Roy Porter… [et al.], Paris, Flammarion, 2009. []
  6. « Les trains de plaisir », Le Charivari, 15 juin 1847. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.