L’humour face aux épidémies – Partie II. Rire au moment où se conjuguent la Grande Guerre et la grippe dite espagnole (1918)

La pandémie de grippe de 1918 et 1919 aurait fait entre 28 et 50 millions de morts dans le monde, dont 240 000 en France1. Pour autant, il y eut au début de cette pandémie des chansons et des caricatures. Inconscience ? Mauvais goût ? Peut-être, mais plus sûrement tentatives de résistance et résilience face à l’indicible. Voyons comment la presse satirique, et plus largement la presse, a essayé de sourire ou de rire de la grippe pour mettre la peur à distance, dans une période particulièrement difficile puisque la pandémie a coïncidé avec la fin de la Première Guerre mondiale. Au traumatisme des combats s’est donc superposé celui d’une pandémie, ennemi moins visible et identifiable, mais dont les dégâts s’opèrent de toutes parts, y compris à l’arrière.
Je propose donc ici, comme dans le billet précédent, une évocation des thèmes les plus saillants – du moins ceux que la censure a acceptés en 1918 … 2 – et/ou ayant une résonance particulière aujourd’hui. Face à l’ampleur de la pandémie de la « Grande Grippe3 », le rire a rapidement décru, comme le montrera un prochain billet.

« On ne veut pas en avoir peur (…) on affecte d’en rire »

Nous avons vu dans le billet précédent qu’une partie de la population parisienne, avertie de la progression du choléra, avait décidé de se divertir et avait même tourné en dérision la maladie en 1832. La grippe de 1918 a été accueillie avec ce même mélange d’incrédulité et de bravade. Dès l’été, des blagues et des dessins jouent sur les deux peurs, le conflit en cours, l’épidémie à venir. Dans Le Rire, dès août, deux soldats dialoguent devant un moteur de camion en panne : « Ça y est, il est grippé. Pourvu que ce ne soit pas la grippe espagnole4. »

Nous verrons dans le prochain billet que même au plus fort de l’épidémie, en 1919, un journaliste peut encore dire : « Nous répétons que la grippe est un fléau, nous sommes inquiets pour les nôtres et pour nous-mêmes, mais nous rougirions de prendre les précautions cependant les plus raisonnables, les plus justifiées. Nous avons peur d’avoir l’air d’avoir peur ». Le 9 novembre 1918, le journal Le Rire propose une analyse très pertinente des différents types de peur qui peuvent assaillir la population et des raisons de l’apparente décontraction devant la contagion :

La Grippe aura beau se promener dans Paris, elle n’y rencontrera pas cette panique plus dangereuse que le fléau lui- même. Non, la grippe — qui tue cependant beaucoup plus de monde que les obus et les torpilles — ne fait trembler personne : on en parle allègrement, on la chansonne, on la met en caricatures, on ne veut pas en avoir peur. Et si elle nous entraîne dans une danse assez macabre, on affecte d’en rire, peut-être parce que cette danse est espagnole.

Naguère, tout le monde quittait rapidement la salle et courait se mettre à l’abri quand, au théâtre, le régisseur s’avançait devant le trou du souffleur pour dire ceci :
— On signale des gothas à cinquante kilomètres de Paris !

Mais personne ne bougerait si le même régisseur disait aujourd’hui :

— Il y a dans la salle 250 milliards de bacilles de Pfeiffer.

C’est peut-être la mort pour 50 spectateurs. Sauve qui peut !

Le danger qui ne fait pas de bruit effraie infiniment moins que le danger à grand orchestre5.

L’idée qui domine est de montrer par un rire ostentatoire que le pays ne craint rien, que son moral est bon malgré la guerre. Cette volonté est renforcée par le souhait qu’en revanche la grippe fasse des malades dans les pays combattus, en particulier l’Allemagne, pour diminuer le nombre de soldats en état de combattre :

La grippe espagnole.

La grippe espagnole — ce nom nouveau donné à quelque incarnation de la vieille influenza — a, comme jadis l’influenza, son chansonnier. C’est l’auteur d’Un soir de Gothas, de la Nouvelle histoire de Nénette et Rintintin, et de tant d’autres joyeuses chansons d’actualité, Georges Millandy, qui n’a pas craint de s’attaquer à cette déplorable neutre.

Il le fait avec un esprit qui témoigne de son excellent moral devant la menace d’épidémie. Tant il est vrai qu’en France tout finit par des chansons. Souhaitons du moins que la grippe espagnole finisse en France sur cette aimable chanson et qu’elle réserve ses visites aux clients des doktore d’outre-Rhin6.

Le dessin d’humour publié ci-dessous, dans une revue à l’esprit grivois, combine différentes thématiques. Il met en scène une jeune femme qui ne semble guère malade et plutôt désireuse d’avoir la maladie « à la mode ». Sous des dehors légers sont moqués une femme d’un milieu privilégié qui n’hésite pas à parler de tribut – la gravité de la pandémie n’est pas encore mesurée – au sortir de la guerre, et un soldat qui feint quant à lui de vouloir combattre avec la grippe pour prolonger en fait sa permission.

« Ça dépend comme on l’entend« , Le Régiment, 21 novembre 1918. Gallica (BnF).

Rire de ceux qui ont peur de « la maladie à la mode »

Rire non seulement de la grippe à venir mais de ceux qui en ont peur semble rassurer encore davantage. Le Rire publie une chanson sur les différentes personnes terrorisées par la grippe :

On a vu ces derniers temps
Des gens,
Pris d’un’ terreur singulière,
Au moindre bruit rentrer sous terre
Et final’ment foutre le camp.

N’croyez pas qu’s’ils prenaient la fuite
C’était par crainte des marmites.

Non ! C’qui les mettait dans c’t’état,
C’n’est pas les gothas, ni bertha :
Ah ! ah! ah!

C’est la grippa,
Ah ! ah ! ah !

Espagnola7.

Les humoristes revendiquent les vertus thérapeutiques de la blague. Ironisant sur un Alceste qui se plaint de toutes les difficultés d’après-guerre, y compris de la grippe, Émile Henriot lui rappelle au passage le fonctionnement de l’humour :

Vous attristez tous vos amis autour de vous. Ne grognez point. Faites risette. Ne comptez-vous pour rien d’être vainqueur, d’avoir donné au monde, ces quatre ans, ce magnifique exemple ? J’en veux, pour ma part, me réjouir douze mois durant, pour le moins. Votre vue est basse, ou bien votre taille, voyez un peu moins court, je vous prie, et n’allez point prendre au sérieux cet humoriste, quand, pour sourire, en badinant, de ces maux qui vous font gémir, il dit, en haussant les épaules  » Ce sont les horreurs de la Paix8 » !

On feint donc de ne pas avoir peur et de rire de ceux qui craignent ce qui ne serait qu’une « maladie à la mode », expression que l’on retrouve dans les textes comme les dessins (cf. infra).

« La maladie à la mode », Le Matin, 7 juillet 1918. Gallica (BnF).

Dans un long article très clair et pédagogique de La Revue hebdomadaire Anatole Chauffard explique aux lecteurs les modes de contamination de la grippe, les précautions à prendre, les recherches en cours, et note qu’on a pu rire de la grippe lors d’épidémies moins virulentes :

Si légère et si bénigne dans certaines épidémies, qu’elle devient, comme, on l’a dit, la maladie à la mode ; tout le monde tousse plus ou moins, personne n’est vraiment malade, on en rit, et les aimables causeurs du XVIIIe siècle lui donnaient de petits noms plaisants : la grippette, la petite poste, la follette, la coquette, etc. Si grave à d’autres époques qu’elle devient redoutable, à l’égal des plus virulentes infections. Et cependant, c’est bien la même maladie, avec son mode si spécial d’universelle dissémination ; sous son masque à double visage on la retrouve, et elle ne saurait tromper qui a appris à la connaître. Pour la seconde fois depuis trente ans elle fait son tour du monde, et peut-être est-ce le moment de voir ce que l’observation moderne, avec-toutes les ressources dont elle dispose, a ajouté à la longue tradition médicale9.

Une grippe véritablement « espagnole » ?

L’appellation de grippe espagnole n’a pas laissé d’étonner les Français. La presse généraliste s’en fait l’écho, multipliant les hypothèses10, et la presse satirique s’en donne à cœur joie . Un dessin du Rire du 10 août 1918 montre deux hommes assis à une table de café. L’un s’étonne : « Pourquoi, diable, a-t-on baptisé espagnole cette épidémie de grippe ? » L’autre lui répond ; « Parce qu’elle est très difficile à neutraliser11 ». Le jeu de mots sur la neutralité de l’Espagne pendant la Grande Guerre12, suggère aussi que sous le rire pointe l’inquiétude devant la virulence de l’épidémie annoncée.

Lucien Métivet, « La Maladie à la mode », Excelsior, 10 juillet 1918. Gallica (BnF).

Dans Le Rire du 7 juillet 1918, un passant déclare sentencieusement à un autre en lui montrant la plaque de la rue de Madrid : « En voilà une que je débaptiserais … à cause de la « grippe espagnole13 ». Toujours dans Le Rire, le 16 novembre 1918, un quidam, dont on peut deviner à ses longs gants et à l’écharpe qui lui entoure le cou qu’il craint la grippe, s’écrie quand la tenancière de la maison de passe lui propose d’appeler « Carmen » : « — Ah ! nom de Dieu, non ! pas Carmen : elle me foutr…la grippe espagnole14 ». 

La Rampe : revue des théâtres, music-halls, concerts, cinématographes, qui propose des potins sur un ton badin, ouvre début septembre 1918 son billet sur Aix-les-Bains par l’indication « À Aix-les-Bains, hélas ! la fièvre parisienne est aussi contagieuse que la grippe espagnole … » et le termine ainsi :

Mais, par dessus tout, nos Alliés d’Amérique sont l’objet de toutes les attentions. On ne voit que des poilus Américains, — Sammies et Yanks ? — escortés de jolies jeunes filles aux toilettes claires et qui se donnent un mal terrible pour baragouiner quelques mots anglais, ce qui a fait dire à la joyeuse et spirituelle Dussanne [sic] : « Partout la grippe espagnole fait des victimes, mais, à Aix sévit une épidémie d’un autre genre: la rage américaine15

Le plus surprenant, par son caractère anticipateur, est une saynète humoristique publiée par les Annales politiques et littéraires en octobre 1918. Ce texte de Pierre Mac Orlan met en scène un dialogue entre médecins et malades à propos des maux nouveaux à la mode, à des périodes différentes. Après la peste, le choléra, et l’influenza, voici venir « la grippe espagnole » puis une maladie dont Mac Orlan laisse le nom en blanc..

ACTE IV

Une chambre à coucher en 1918.

MONSIEUR. — Sapristi, je crois que je l’ai ! C’est la peste, le choléra, l’influenza … à ce qu’on dit …

MADAME. — Je crois plutôt que tu as attrapé cette nouvelle épidémie qui …

LE DOCTEUR. — Il n’y a pas de nouvelle épidémie, madame, croyez-moi. C’est la grippe espagnole, puisqu’il faut l’appeler par son nom.

ACTE V
Une chambre à coucher en 1999.

L’HOMME. — J’ai la peste, le choléra, l’influenza, la grippe espagnole !…

LA FEMME. — Des mots !

L’HOMME. — Ou cette maladie inconnue qui sévit partout.

LE DOCTEUR. — Il n’y a pas de maladie inconnue. Vous avez la …

Ici, nous chargeons l’un de nos arrière-petits-fils, contemporains de cette scène, de bien vouloir remplir la place que nous laissons en blanc et pour cause16.

Ce rire sur le caractère soi-disant espagnol de la grippe n’a été rendu possible que par la neutralité de l’Espagne durant la Première Guerre mondiale. Il semblerait en effet que la censure française ait demandé la suppression, pour des motifs diplomatiques, d’une grippe dite italienne dans une opérette (Les Petits Crevés, folie-opérette) censée se dérouler à l’époque de Catherine de Médicis :

Au théâtre Antoine.

Qui eût -cru que la grippe ferait des ravages jusque dans le texte de Rip et Bousquet ? Dans les Petits Crevés, Catherine de Médicis baptisait grippe italienne le mal mystérieux et sournois qui terrassait ses ennemis comme par hasard. C’était un des gros effets de Signoret. Mais aucun pays ne veut endosser la paternité de la maladie à la mode et, à la demande de nos amis et Alliés, on a coupé le mot fâcheux pour éviter tout incident. Maintenant, les Petits Crevés ne peuvent plus blesser personne. Cette œuvre essentiellement française, est bien la pièce de l’Entente17.

Quand les rires redoublent : prophylaxie par l’alcool ?

Le ministère du Ravitaillement aurait réquisitionné du rhum en octobre 1918 pour prémunir les soldats de la grippe. Une partie du corps médical semble de surcroît avoir encouragé l’usage des grogs au grand dam de la lutte contre l’alcoolisme qui enregistrait alors ses premiers succès18. La presse a largement relayé cette préconisation soit dans des conseils contre la maladie soit de manière humoristique.

[Mesures préfectorales concernant la vente de rhum en pharmacie], « La grippe et le rhum », Le XIXe siècle, 10 nov. 1918. Gallica (BnF)

La nouvelle de la réquisition puis de la répartition de stocks de rhum entre pharmaciens et épiciers (moins d’un demi-litre par personne chez les pharmaciens pour un usage « pharmaceutique » ; plus de deux litres chez les épiciers afin de respecter une loi antérieure) aurait incité une partie de la population à boire de l’alcool et les commerçants à spéculer19.

Extrait de l’article « Le ‘médicament introuvable’ – A la recherche d’un peu de rhum », Le Matin, 2 novembre 1918. Gallica (BnF)

La presse généraliste comme la presse satirique évoquent fréquemment ce recours soi-disant préventif ou curatif à l’alcool. C’est en effet l’occasion de recycler des plaisanteries de longue date sur les prétextes dont usent les gens pour satisfaire leur goût pour l’alcool, quelle que soit leur origine sociale. Dans une saynète illustrée de La Vie Parisienne (voir image ci-dessous) une jeune femme en pleine santé tente par exemple d’obtenir de son médecin la prescription de grogs « au rhum ou au kirsch ». 

La Vie parisienne, 9 novembre 1918. Gallica (BnF).

Le dessin mettant en scène la femme accueillant à coups de balais son alcoolique de mari est décliné par nombre de journaux. La thématique est tellement à la mode que les humoristes ne mentionnent pas toujours le prétexte de la grippe, et qu’il faut en connaître le contexte pour comprendre les blagues s’y rapportant.

Le Rire, 9 novembre 1918. Gallica (BnF).

Ce recyclage de blagues antérieures au conflit est sans doute aussi, dans l’inconscient collectif, une manière de se rassurer devant la coïncidence d’un conflit exceptionnellement meurtrier avec une épidémie dont on commence à comprendre qu’elle se transforme en pandémie …

Jongler entre l’information et le rire, un difficile exercice pour la presse « généraliste », l’exemple de L’Oeuvre

Si pour la presse satirique, l’exercice du rire sur la grippe est peut-être compliqué par la censure durant les derniers mois de guerre20, il est encore plus complexe pour les journaux non satiriques. La grande majorité des quotidiens encore publiés semblent s’être interdit de sourire ou de rire dans le contexte compliqué d’un conflit déjà très meurtrier. Cette réserve provient sans doute davantage d’une auto-censure que d’une censure gouvernementale puisque quelques journaux ont toutefois évoqué la grippe au travers de dessins et textes humoristiques.

Ainsi L’Oeuvre tente d’informer, de montrer de la compassion, d’ironiser, de faire sourire, etc., selon ses rubriques. Prenons l’exemple de ce numéro du 1er novembre 1918.

=> pour feuilleter le journal, cliquez sur les flèches ci-dessous ou cliquez sur le lien ci-dessus et zoomez sur les pages en cliquant sur l’icône +

 
En première page, la « Lettre à une petite fille » s’adresse à une orpheline : « quels souvenirs garderez-vous de la guerre, quand vous aurez vingt ans ? Qui donc les entretiendra en vous, puisque votre papa est tombé, voici plusieurs mois, sur le talus des Éparges et que votre maman, votre grande, fine et si jolie maman, vient d’être emportée, en deux jours, par la grippe de guerre21 ? »
La deuxième page, plus récréative, décline deux formes d’humour autour du fait que l’alcool préviendrait des méfaits de la maladie (cf. supra)… Un texte met en scène un homme qui, désireux d’avoir la paix dans son foyer, fait couver des œufs (en plâtre) à sa femme et à sa belle-mère : « Comme ça, ma femme vient pas me relancer chez le bistro, pendant que je soigne ma grippe espagnole22 ». En bas de page, un dessin d’humour met en scène un autre alcoolique tout aussi sympathique qui, de retour chez lui en pleine ébriété, une bouteille de rhum dépassant de sa poche, lance à sa compagne : « Tu peux être sûre que je n’ai pas la grippe espagnole23 !… Enfin, la troisième page offre des « conseils simples pour éviter la contagion » en période d’extension de la grippe, pris auprès du docteur Louis Martin, sous-directeur de l’Institut Pasteur, qui préconise des « mesures d’urgence » pour épargner les collectivités : « mise en observation » des malades, grande propreté des locaux collectifs, etc24. Cet équilibre difficile entre information et humour disparaît dans L’Oeuvre lorsque la grippe se fait plus virulente.
 

Jongler entre l’information et le rire, un difficile exercice pour la presse « généraliste » : l’exemple du Journal

Le Journal adopte quant à lui une ligne éditoriale différente. Il s’autorise à publier des dessins sur la grippe concernant essentiellement l’ennemi. Ainsi le 19 août 1918, la « Bochie malade » met en scène deux soldats allemands acculés par un Américain et un Asiatique comme le suggère un dialogue s’appuyant sur un jeu de mots raciste :
 
C’est pas la grippe espagnole qui me fait peur … c’est … l’influenza américaine !
– Moi, c’est … la jaunisse25!
Le 9 juillet, un titre à la une proclame « Les Allemands sont en proie à la famine et à la grippe « . L’article se conclut ainsi :
 
Ce microbe à la mode affecte surtout le Teuton : il le couche sans pitié et le harcèle. C’est ce qui pourrait faire douter de son origine espagnole, donc neutre. Les Britanniques l’ont si bien compris qu’ils dénomment cette influenza : « la grippe flamande26 ».
Le 9 octobre, un dessin donne à voir le maréchal allemand Hindenburg alité27, le bruit ayant couru qu’il est grippé. Inquiet, l’empereur (le kaiser) lui rend visite et le trouve bel et bien au lit, avec son plan de bataille à terre …
Marcel Arnac, Le Journal, 9 octobre 1918. Gallica (BnF).

Le Journal publie également des textes humoristiques de Clément Vautel, véritables tribunes contre les mesures officielles et preuve que la censure ne s’exerce pas systématiquement sur le sujet de la grippe. En octobre 1918, Vautel s’insurge contre le conseil du Comité permanent des épidémies28 qui préconise d’éviter les rassemblements, par crainte de la contagion. Rappelant que pour les Parisiens « la solitude est un luxe que seuls peuvent s’offrir les prisonniers mis au secret », le journaliste indique :

Foules armées de l’avant, foules pacifiques de l’arrière, ce ne sont qu’entassements de vagues humanités où les microbes ont évidemment beau jeu pour se pousser dans le monde. Alors ?

— Dispersez-vous ! dit le Comité des épidémies.

Et, d’autre part, on nous oblige à former partout des rassemblements.

Le mieux est, je crois, d’être quelque peu fataliste et de traiter ce fâcheux bacille de Pfeiffer par la bonne humeur et le grog au rhum.

Tout cela finira, d’ailleurs, par des chansons et du business29.

Dans le même temps, Le Journal publie les nouvelles du décès de personnes connues, donne des statistiques alarmantes, croit savoir qu’une décrue s’amorce puis fait le constat d’une reprise de l’épidémie début 1919. Blagues ou textes insolents s’éteignent à la même période dans ce périodique.

Dans l’ensemble des dessins d’humour en 1918, la grippe s’est « aseptisée » par rapport aux représentations du XIXe siècle qui montraient des gens éternuant les uns sur les autres (voir billet précédent) : faut-il y voir un effet des recommandations médicales et des progrès de l’hygiène ? Craint-on pour une raison ou une autre de montrer des manifestations physiques de la maladie ? Seule la presse légère montre des malades peu habillées et peu souffrantes, comme cette jeune femme qui « pour comble de la guigne » est affectée par la maladie « le jour de la victoire » alors que le Docteur Cupidon lui avait prescrit de « prendre un filleul [de guerre] tous les dix jours »… Dans le prochain billet, nous verrons comment face à l’ampleur de la pandémie de la « Grande Grippe30 » en 1919 rire et sourires ont disparu dans la presse généraliste et comment la presse satirique a tenté de poursuivre ses plaisanteries.

C. Hérouard, « Le comble de la guigne« , La Vie parisienne, 23 novembre 1918.

 

=> Signalons la naissance le 1er avril dernier de la rubrique « spécial pandémie » de la plate-forme Actualité du XIXe siècle

=> Pour aller plus loin, on pourra lire ou écouter en ligne, entre autres ;

Sur l’épidémie :

Guillaume Erner, « La grippe espagnole de 1918 : la mère de toutes les épidémies« , Superfail, France Culture

Frédéric Keck, « La grippe espagnole« . Conférence enregistrée le 21 décembre 2018 au Théâtre Claude Lévi-Strauss, dans le cadre du cycle « Histoire des catastrophes » de l’Université populaire du musée du quai Branly – Jacques Chirac

Jean Lebrun, « La grippe « espagnole » de 1918-1919, la pire épidémie du siècle » : série « Épidémie » – Épisode 2. La marche de l’histoire, France Inter, 10 mars 2020.

Sur l’épidémie et la presse :

 Françoise Bouron, « La grippe espagnole (1918-1919) dans les journaux français », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2009/1 (n° 233), p. 83-91.

Sur les caricatures de la grippe « espagnole » : des exemples belges ici et canadiens .

Citer ce billet : Agnès Sandras, "L’humour face aux épidémies – Partie II. Rire au moment où se conjuguent la Grande Guerre et la grippe dite espagnole (1918)," in L'Histoire à la BnF, 06/04/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/9234, [consulté le 02/12/2020].

 

  1. Voir « Retour sur la grippe espagnole : ‘On pensait en avoir fini avec les grandes épidémies. Et patatras, 240 000 morts’ « , propos de Freddy Vinet recueillis par Florent Georgesco, Le Monde, 18 mars 2020. Freddy Vinet est l’auteur de La Grande Grippe. 1918. La pire épidémie du siècle, Paris, Vendémiaire, 2018. []
  2. Philippe Louis-Joseph Dugué dans  » La grippe espagnole, une pandémie embusquée ? » (Papiers Nickelés, La Revue de l’image populaire, septembre 2019) attribue en partie à la censure le peu d’images sur la grippe qu’il a rencontrées dans La Baïonnette, Le Canard enchaîné, Excelsior, Fantasio, L’Illustration, Le Journal, Le Rire rouge, Le supplément illustré du Petit Journal. []
  3. Freddy Vinet, op. cit. []
  4. Raoul Ivon, Le Rire, 31 août 1918. []
  5. Pick-me-up, « Le rire de la semaine« , Le Rire, 9 novembre 1918. Les gothas étaient des bombardiers allemands. On pensait alors que le bacille de Pfeiffer était responsable de la grippe. []
  6. « La grippe espagnole« , Paris-Midi, 31 juillet 1918. []
  7. Georges Baltha, « La grippe espagnole« , Le Rire, 5 octobre 1918. La marmite est un obus, la « Grosse Bertha » une pièce d’artillerie allemande. []
  8. Émile Henriot, « Alceste ou les horreurs de la paix« , Excelsior, 24 janvier 1919. []
  9. A. Chauffard, « La grippe« , La Revue hebdomadaire, 16 novembre 1918. Anatole Marie Émile Chauffard est un des premiers médecins à avoir tiré la sonnette d’alarme, dès avril 1918, sur les débuts de l’épidémie. []
  10. Voir par exemple ici dans La Revue des deux Mondes. []
  11. O’Galop, Le Rire, 10 août 1918. []
  12. Voir Jean-Marc Delaunay, « L’Espagne devant la guerre mondiale, 1914-1919. Une neutralité profitable ? », Relations internationales, 2014/4 (n° 160), p. 53-69. []
  13. L. Métivet, « Les noms des rues », Le Rire, 27 juillet 1918. []
  14. René Jouenne, Le Rire, 16 novembre 1918. []
  15. Il s’agit sans doute de l’actrice Béatrix Dussane qui fait allusion à l’arrivée des soldats américains. []
  16. Pierre Mac Orlan, « Le théâtre de l’arrière – La grippe, drame en cinq actes« , Les Annales politiques et littéraires, 27 octobre 1918. []
  17. Le Figaro, 19 octobre 1918. []
  18. Voir par exemple « Les contradictions de l’antialcoolisme officiel« , Hygia, 15 décembre 1918. []
  19. En octobre 1919, une commission parlementaire enquête sans grand succès sur l’origine de « l’affaire des rhums« … []
  20. Voir « Censure et propagande pendant la Première Guerre mondiale« , Propos d’Antoine Prost recueillis par Marina Bellot, Retronews, BnF, 24 juillet 2018. []
  21. « Lettre à une petite fille », L’Oeuvre, 1er novembre 1918. La Crête des Éparges a connu plusieurs combats meurtriers pendant la Première Guerre mondiale. La grippe « espagnole » a emporté à ses débuts  de jeunes adultes. []
  22. G. de La Fourchardière, « La volaille est à l’intérieur », L’Oeuvre, 1er novembre 1918. []
  23. René Lichy, « Les docteurs recommandent le rhum », L’Oeuvre, 1er novembre 1918. []
  24. Richard Arapu, « L’extension de la grippe – Quelques conseils simples pour éviter la contagion », L’Oeuvre, 1er novembre 1918. []
  25. Marcel Arnac, « La bochie malade« , Le Journal, 19 août 1918. Il y a également un jeu de mots sur influence et influenza, autre nom de la grippe. []
  26. André Tudesq, « Les Allemands sont en proie à la famine et à la grippe « , Le Journal, 9 juillet 1918. []
  27. Marcel Arnac, Le Journal, 9 octobre 1918. []
  28. Ce comité avait été mis en place en 1892 à Paris. []
  29. Clément Vautel, « Mon film », Le Journal, 14 octobre 1918. Clément Vautel publiera après la guerre un roman à succès, Mon curé chez les riches. []
  30. Freddy Vinet, op. cit. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


2 réflexions sur « L’humour face aux épidémies – Partie II. Rire au moment où se conjuguent la Grande Guerre et la grippe dite espagnole (1918) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.