L’humour face aux épidémies – Partie III. Au plus fort de la pandémie de grippe (1918-1919)

H. Armengol, « Naïveté« , Le Pêle-Mêle, 16 février 1919.

 

Dans le précédent billet, nous avons vu comment la grippe de 1918-1919 suscite tout d’abord dans une partie de la presse française des réactions de bravade ou d’incrédulité quant à sa gravité possible. Les premiers sourires, rires et chansons, cristallisent autour du nom donné à cette grippe, qui de « grippe des tranchées » devient rapidement une « grippe espagnole », et autour d’un traitement prophylactique et curatif parfois préconisé, consistant en grogs à base de rhum (voir billet précédent). Devant l’ampleur de la pandémie, l’humour s’éteint vite dans la presse généraliste, laquelle peut difficilement concilier des pages d’information sur la maladie et des blagues sur le même thème. L’heure n’est plus au rire. Si un journaliste du Figaro sourit encore devant une chanson qui voit Yvonne Printemps se transformer en « danseuse espagnole pour narguer la grippe1 », un de ses confrères du Gaulois s’indigne fin octobre 1918 : « Je voudrais aussi que certain couplet un peu macabre, ou plutôt charge d’atelier, sur la grippe espagnole et les maladies, fût coupé, car il est vraiment de trop douloureuse actualité2… » En revanche, la presse satirique continue à sourire, non pas de la grippe en elle-même et de ses ravages, mais des sujets qui lui sont associés : le thème des grogs perdure ; les masques étonnent ; les plus riches feignent d’être malades pour être dorlotés ou ont des comportements suprenants …

La Presse généraliste quasi cantonnée à un rôle d’information

Si la population ne connaît pas le chiffre global des morts en France, elle n’ignore pas en revanche qu’il s’agit d’une épidémie sérieuse. Certains journaux donnent les statistiques parisiennes, mentionnent les décès de personnalités connues.

L’Humanité, 6 novembre 1918. Gallica (BnF).

 

Le 25 octobre 1918, la chambre des députés consacre un long débat à l’épidémie (dont on peut lire le compte-rendu in extenso ici), le député radical-socialiste et chirurgien Lucien Dumont ayant interpellé le ministre de l’Intérieur sur les décisions à prendre3. La gravité de l’épidémie, les retards mis à prendre des initiatives efficaces, les nécessaires mesures prophylactiques, etc., sont passés en revue.

[Extrait de] Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés : compte rendu.Paris, 25 octobre 1918. Gallica (BnF).

 

Un tournant semble se jouer au moment où le gouvernement reconnaît par ses mesures la gravité de l’épidémie et la nécessité de se protéger des microbes. Les choses sont ainsi officiellement posées, même si le nouvel ennemi reste invisible. Un dernier baroud d’honneur est tenté par quelques journaux quotidiens qui affectent toujours de ne pas avoir peur. Le Matin donne un exemple troublant de ces bravades le 29 octobre 1918. La page 1 évoque les expérimentations de l’Institut Pasteur « contre les complications de la grippe », la page 2 la cession de rhum à la Ville de Paris par le ministère du ravitaillement (voir billet précédent), la page 4 offre des publicités pour des médicaments (voir ci-dessous), et au beau milieu une chanson ironise sur le manque d’hygiène des Français, les « cracheurs ». La chanson, précise l’auteur au début, n’aurait pu être publiée si la grippe n’avait décru. Le texte (voir ci-dessous) se moque au passage du débat sur la grippe qui vient d’avoir lieu à la chambre, et finit par prédire que si l’épidémie perdure, « les cracheurs d’épidémies hueront le gouvernement ».

=> pour mieux voir les documents, cliquez sur les images ci-dessous

Les premières véritables mesures d’hygiène, comme la désinfection de certains endroits collectifs, marquent aussi les esprits rieurs en cette fin du mois d’octobre 1918. On rit encore mais le danger se précise. Le journal La Liberté recommande : « Chouquette et son as », « spectacle excellent pour quiconque veut, par une cure de rire, désarmer la grippe. Détail particulier : la Renaissance est aseptisée. 0 tempora o mores4 ! »

À partir de novembre, la presse généraliste se donne essentiellement pour rôle d’informer sur la grippe. De loin en loin, la maladie est évoquée, mais rarement de manière frontale. Ainsi « Ô gourmandise » narre l’histoire d’une dame fortunée qui ne résiste pas, en pleine pénurie à l’achat d’une tarte à la confiture de cerises. Voilà que la pâtisserie tombe sur le trottoir, et que la gourmande hésite à la ramasser, même si « ça ne se fait pas ». Mais elle est observée par des badauds envieux, et l’un d’eux lui crie  » Ah ? vous le ramasserez pas ? … Y a la grippe sur l’trottoir, ça serait pas d’hygiène5! … »

Le rôle cathartique de la presse satirique depuis le mois de novembre 1918 : l’exemple du Rire

C’est donc sur la spécialiste de l’humour et du rire, la presse satirique, que repose désormais essentiellement la fonction de mise à distance de l’épidémie. Rappelons que cette presse est alors en vente par abonnement ou en vente dans des kiosques, ce qui en fait une lecture thérapeutique d’autant plus librement choisie et consentie. Les journaux humoristiques endossent ce rôle cathartique de manière très différente, évoquant (ou pas) la grippe et avec des polarisations différentes. Si le soulagement de l’armistice fait oublier en France l’épidémie qui de surcroît décroît quelque peu, la fin de la guerre ne signe pas l’arrêt des difficultés. Les gens ont besoin d’humour pour évacuer leurs soucis du quotidien et l’inquiétude devant une situation internationale complexe (comme l’avancée du ‘bolchevisme’). Les blagues se concentrent sur la victoire (et son corollaire la défaite des Empires centraux), et depuis l’automne sur le prix des aliments, la rareté du tabac, les transports qui fonctionnent mal …

Dessin de Huard, « Réussite », Le Rire, 19 octobre 1918.

Les dessinateurs du journal Le Rire soulignent à plusieurs reprises combien leur travail est difficile. Fernand Fau fait dire à des bourgeois, confortablement installés dans leur salon, et qui ne manquent visiblement de rien : « Nous n’achetons plus de journaux humoristiques ; pour les remplacer, nous lisons les circulaires de M. Boret, contre la vie chère6 ». La semaine suivante, Charles Léandre propose une ‘cavalcade7’ pour la Mi-Carême qui est rituellement l’occasion à Paris de la « Fête des blanchisseuses« . Lors de cette fête charivarique, il est d’usage de faire défiler différents chars sur les thèmes à la mode. Mélangeant à sa cavalcade des éléments de la « Promenade du bœuf gras« , le dessinateur montre entre autres des blanchisseurs qui ont bien des difficultés à faire partir les traces de la guerre, un bœuf gras très convoité, et à l’arrière du cortège une Anastasie (la Censure avec ses grands ciseaux) épuisée qui suit le char du Rire dont les dessinateurs paraissent exténués et bien tristes8.

=> pour feuilleter et lire le journal, cliquez directement sur les flèches ci-dessous ou cliquez sur l’image pour l’ouvrir dans Gallica

 
 

Le Rire semble s’être donné une ligne éditoriale ou du moins avoir réagi à la progression de la grippe et à ses ravages, tout en tenant compte des impératifs de la censure pendant la guerre. En juillet-août le journal publie plusieurs dessins autour de la qualification d' »espagnole » donnée à la maladie (voir billet précédent et infra sur la question du masque). Le 17 août, un des premiers symptômes, la fièvre, est évoqué :

– Encore la grippe espagnole ?

– Non, maintenant, j’ai la pelade.

– Ah! tant mieux, ça ne donne pas de fièvre 9.

Suit un long silence du Rire en septembre-octobre. La thématique du rhum prophylactique (voir billet précédent) semble laissée à d’autres journaux. Ce silence est rompu avec les débats officiels évoqués plus haut et les rappels des médecins quant à la contamination par les postillons. Le numéro du 9 novembre 1918 publie une longue chanson sur la grippe (voir le début de cette chanson ci-dessous) et un dessin dans lequel un alcoolique tente de justifier son retour ébrieux à la maison par la prise d’un ‘médicament’. Le 16, un dessin se moque d’un client d’une maison de passes que le prénom Carmen effraie (voir billet précédent) et un texte intitulé « La grippe espagnole » reprend le topos de l’amant qui se cache sur un balcon, sauf que celui-ci supplie bientôt le mari de le faire rentrer par peur de s’exposer au froid et donc à la grippe.

Dominique Bonnaud, « La grippe« , Le Rire, 9 novembre 1918. Gallica (BnF).
M. Radiguet, « Fin de grippe … et vie chère« , Le Rire, 23 novembre 1918. Gallica (BnF).

 

Le 23, le dessinateur Radiguet conjugue dans un dessin la maladie et la vie chère. On notera qu’une fois de plus, on ne voit guère de malades de la grippe, si ce n’est des soldats allemands ou de charmantes jeunes femmes déshabillées … (voir billet précédent).

Lors du retour en force de la pandémie, Le Rire s’abstient d’allusions à la grippe. La thématique revient en mars avec le sujet du masque (voir infra), comme si le journal se donnait un rôle cathartique et pédagogique.

La Baïonnette : un intérêt apparemment limité pour la grippe

La Baïonnette offre un exemple de journal satirique ayant un intérêt apparemment limité pour la grippe en tant que thématique. Toutefois, les allusions à la maladie méritent qu’on s’y arrête, car elles sont loin d’être innocentes. Ainsi, en août 1918, La Baïonnette évoque pour la première fois la maladie en proposant à la une de son numéro un « Rintintin a la grippe espagnole », très ambigu, montrant un petit chien peu souffrant, bien à l’abri dans son panier. Est-ce pour déjouer la censure ? Pourquoi le chiot porte-t-il le nom de l’une des poupées fétiches de la guerre 10 ?

Gus Bofa, « Rintintin a la grippe espagnole« , La Baïonnette, 8 août 1918. Gallica (BnF).

 

Le 7 novembre 1918, la couverture du numéro dédié à « la guerre vue des autres planètes » est tout aussi intéressante. Certes, « la terre est malade !!! » du conflit armé, comme le montre la carte de ce  dessin, mais sans projeter sur ce dernier des thématiques actuelles, il est possible aussi d’y voir une double allusion.

Gus Bofa, » Quelque part dans le ciel … la terre est malade !!!« , La Baïonnette, 7 novembre 1918. Gallica (BnF).

 

Trois semaines plus tard, La Baïonnette propose des épidémies de guerre et met en scène le croup, la grippe espagnole, le choléra, etc. On remarquera dans ce dessin (galerie ci-dessous) que la grippe espagnole touche Hindenburg (voir le billet précédent) et que le personnage noir est en fait un « Boche », c’est-à-dire un Allemand qui a le choléra (les dessinateurs accentuent l’effet bleuissant du choléra sur la peau) et personnifie donc la terreur (l’effet « peste et choléra ») de l’invasion germanique pendant la Première Guerre mondiale11. La Baïonnette sombre à son tour dans le silence du 5 décembre (dernière vignette sur les espoirs soulevés dans les Empires centraux par la grippe – voir galerie ci-dessous) au 6 février, date de publication de deux planches sur les singulières expérimentations d’un médecin pour soigner une « grippe suédoise » (voir galerie ci-dessous). Le 20 mars, la grippe revient dans un texte humoristique à l’occasion d’une séance de spiritisme. Un personnage identifie saint Louis : « Vous savez, celui qui est mort de la grippe en 1270. (Ils se sauvent tous) ». La maladie fait encore fuir, ce qui explique sans doute en partie son absence dans le journal, et une nouvelle blague sur la thème de l’évitement le 17 avril : « Il a divorcé, sa femme était espagnole, et il l’avait prise en grippe » (voir ci-dessous).

Le Cri de Toulouse : la grippe comme substrat de la provocation

Le Cri de Toulouse, journal satirique local, offre une ligne éditoriale très différente. Tout au long de l’épidémie, la grippe sert de prétexte à un humour très corrosif. Dès le 1er juin 1918, Piroulet, héros d’une chronique, tombe malade, ne trouve ni médecin ni pharmacien, et finit par apprendre du député qu’il a la « grippe espagnole12. Le 28 septembre, dans ses « informations pour rire », Piroulet imagine une désinfection de Toulouse tous les lundis dans le but d' »arrêter la propagation de la grippe espagnole » : les habitants doivent vaquer à leur toilette chez eux, les employés municipaux passer les pavés à la paille de fer et nettoyer les bouches d’égout, etc13. Le 12 octobre, le journal publie trois conseils délivrés soi-disant par des sommités médicales pour éviter de contracter la grippe. Le premier, mois d’octobre oblige (voir supra) est de prendre de l’alcool : « on ne marche plus qu’en zig-zag, et comme le microbe de la grippe, lui, ne marche qu’en ligne droite, il devient très difficile de l’attraper ». Le second est de mélanger les trucs et astuces extravagants qui courent alors contre la maladie, dont le fait de dormir la bouche fermée, régime susceptible d’entraîner « la mort par déchéance ou inanition, mais qui empêche de mourir de la grippe espagnole ». Enfin, le troisième moyen, longuement commenté par l’auteur, « consiste à s’en foutre14 ». Suit une longue interruption d’octobre 1918 à février 1919. Piroulet revient sur la maladie avec un passage de ses chroniques intitulé ‘la grippe m’agrippe » le 22 février 1919. Sa femme de ménage le voyant malade lui annonce le retour de la maladie. Piroulet ne veut aucun des 150 médecins qui se précipitent à son chevet, démobilisation oblige15. Enfin le 12 avril, devant la recrudescence du fléau, le journal publie des conseils pour enrayer le fléau, issus semble-t-il du journal satirique Le Sourire, que l’on qualifierait aujourd’hui de « trash » puisqu’ils aboutissent invariablement à une mort violente (mais pas de la grippe !) des personnes contaminées16. Toutefois, l’image qui précède ces pseudo-conseils demeure dans le registre alors classique des caricatures de médecins …

« La Grippe« , Le Cri de Toulouse, 12 avril 1919, Bibliothèque numérique Rosalis.

Isolement et port du masque : la pédagogie de la caricature

Si les mécanismes de la grippe sont encore mal connus en 1918, on sait cependant qu’elle est hautement contagieuse. L’isolement est donc préconisé, mais sa mise en pratique laborieuse, comme le suggère le couplet suivant :

Moi, l’on m’avait, préventiv’ment,
Conseillé surtout l’isol’ment
Et pas d’visites.

Paraît qu’l’isol’ment, tout est là;
Je l’ai cru, d’abord, mais voilà :
On m’apprend qu’les frèr’s Isola
Ont la bronchite17 !

Dès le mois d’octobre 1918, des mesures d’isolement locales sont relayées, certes de manière parodique, mais cela peut amener les lecteurs à réfléchir …


À Bourg, {Ain), le maire a décidé qu’en raison de la grippe espagnole, toutes les réunions de plus de trois personnes, seraient supprimées.

Ce maire est un philosophe et un sage. Pourquoi ne ferions-nous pas à Paris ce qui se fait à Bourg ?

Plus de Chambre de Députés. Plus de Sénat. Plus de Conseil des Ministres. Plus de Haute-Cour. Plus de procès au Palais de Justice. Plus de réceptions à l’Académie. Plus de banquets officiels. Plus de réunions diplomatiques.

Ce serait vraiment trop beau, et la grippe espagnole, créée pour embêter le monde, réaliserait sans l’avoir fait exprès, l’âge d’or sur la terre.
Vive la grippe espagnole18!

Le port d’un masque pour se protéger de la contagion des épidémies est connu du public depuis 1910. Dès juillet 1918, un dessin de R. Pallier dans Le Rire conjugue son usage possible avec une autre terreur contemporaine (l’usage de l’ypérite, gaz asphyxiant, dans le conflit) dans un dessin portant sur la grippe : un spectateur, inquiet à l’idée de voir l’opéra Carmen, car le prénom lui évoque l’Espagne donc la grippe dite espagnole, s’est affublé d’un masque … Mais le masque n’est pas encore officiellement préconisé.

R. Pallier, « La grippe espagnole« , Le Rire, 13 juillet 1918/ Gallica (BnF).

 

C’est en octobre 1918 que l’Académie de médecine commence à conseiller l’emploi des masques pour les soignants et les convalescents contre les bronchopneumonies qui surviennent lors de la grippe. Le Journal de médecine et de chirurgie pratiques : à l’usage des médecins praticiens livre les conclusions des rapports sur les différents types de masques que l’on peut confectionner :

M. Bezançon, dans son rapport, conseille un masque analogue à celui dont les chirurgiens font usage au cours de leurs opérations ou à celui qui est réglementaire dans tous les hôpitaux américains pour bronchopneumoniques.

MM. Vincent et Lochon ont indiqué une sorte de cagoule constituée par des compresses de gaze et un viseur transparent, combinés pour mettre à l’abri la bouche, le nez, les yeux.

Le Dr H. Violle se contente d’un dispositif plus facile à improviser et dont l’application lui fût suggérée par M. Roux. Il protège le nez et la bouche par un simple morceau de gaze de mousseline plié en quatre épaisseurs, rectangulaire, portant à chacun de ses angles supérieurs un cordonnet qui permet de le fixer.

Les esprits inquiets, écrit M. H. Violle à propos de l’épidémie qui sévit sur l’Europe entière, ont parlé de peste, ce qui est un bien gros mot. Et pourtant, cliniquement, les complications pulmonaires suraiguës de la grippe actuelle offrent réellement quelque analogie avec la peste pneumonique, telle que nous l’avons vue jadis en Mandchourie. Mais la cause est absolument différente. Disons que c’est une « maladie pestilentielle, et cela suffira. »

À propos de cette grave épidémie mandchourienne en 1910 et 1911, MM. Boinet et Raybaud ont insisté sur la supériorité pratique et prophylactique du masque de Broquet. Ce masque est possible à improviser. Il met à l’abri la muqueuse conjonctivale qui peut, aussi bien que la muqueuse nasale ou buccale être l’origine d’une infection rapidement généralisée. « Broquet conseille d’ouvrir dans une pièce de toile triangulaire à angle aigu supérieur et formant, lorsqu’on la noue derrière la tête, comme une espèce de cagoule, deux ouvertures : l’une au niveau des yeux, l’autre au niveau de la bouche et du nez19… »

 

S. d’Alma, « Un bacille plus terrible« , Le Pêle-Mêle, 12 janvier 1919.Gallica (BnF).

 

En janvier 1919, le docteur Emile Marchoux, de l’Institut Pasteur, préconise le port d’une voilette pour se protéger de la contagion. Le journal humoristique Le Pêle-Mêle est inspiré par ces préconisations. Sous couvert de se moquer d’un homme qui se dissimule sous un masque afin de ne pas être reconnu par son tailleur auquel il doit de l’argent, le dessinateur explique en quoi le masque est utile. Le dessin publié (voir ci-dessus) permet d’en comprendre un autre publié plus tôt (voir ci-dessous), où un fromage s’étonne, sous sa cloche, devant la voilette grillagée d’une jeune femme, laquelle respecte en fait les préconisations sanitaires  …

 

S. d’Alma, « Esprit d’imitation« , Le Pêle-Mêle, 27 octobre 1918. Gallica (BnF).

 

Sous couvert d’une connivence avec le public, les journaux satiriques permettent souvent d’apprivoiser, par le rire, la méfiance devant la nouveauté, ou en se moquant des ignorants ou des plus réfractaires aux changements, de pousser les lecteurs à admettre la novation. Quelques journaux tentent ainsi la pédagogie par l’étonnement ou le sourire. La presse généraliste, grâce aux photographies, montre la pratique du port du masque, en particulier aux États-Unis, pays venu récemment en aide à la France lors de la guerre. La presse satirique prend alors le relais. On en voit un exemple très probant avec un reportage de Marcel Coulaud, « Le masque contre la grippe« , paru dans L’Oeuvre le 28 février 1919, qu’il faut lire en intégralité. En effet, le journaliste raconte comment lui et un ami ont dû subir des propos peu amènes en se promenant dans Paris avec des masques et des écriteaux (« Le Boche est vaincu, mais la grippe ne l’est pas » ; « Masquez-vous les uns les autres… L’essayer c’est l’adopter »). Or ce reportage est cité par Le Rire, qui en noircit à dessein les péripéties, pour mieux se livrer, sous les dehors de l’humour à une véritable réflexion :

Les médecins nous disent :
– Mettez un masque protecteur !

Nous voudrions bien, mais nous n’osons pas : personne ne nous donne l’exemple.

Un de nos confrères, affublé d’un masque antimicrobien, s’est aventuré sur les boulevards. Aussitôt, les badauds l’ont pourchassé en criant :
– À la chienlit !
– Froussard ! Embusqué !
– En voilà un qui devait être dans le Midi quand la Bertha nous envoyait ses berlingots !

Le malheureux reporter a failli être conduit au poste.

Voilà cependant comment nous sommes. Nous répétons que la grippe est un fléau, nous sommes inquiets pour les nôtres et pour nous-mêmes, mais nous rougirions de prendre les précautions cependant les plus raisonnables, les plus justifiées.

Nous avons peur d’avoir l’air d’avoir peur.

Il faudrait que, dans quelque cérémonie officielle, de gros bonnets se décidassent à porter ce fameux masque : M. Clemenceau arborait le casque au front ; pourquoi n’arborerait-il pas le masque au nez ?

De même, au théâtre, des artistes devraient paraître en scène avec les sept épaisseurs de mousseline exigées par le professeur Vincent. Évidemment, ce serait un peu baroque dans les scènes d’amour et le Baiser, joué avec des masques antimicrobiens, paraîtrait bien antiseptique. Mais qu’importe la poésie quand il s’agit d’éviter une broncho-pneumonie !

J’attends la maîtresse de maison, qui, sur ses cartes d’invitation à une soirée dansante, fera graver ces mots :
Le masque contre la grippe est de rigueur.

Seulement, vous verrez, personne n’ira20.

L’idée des masques n’a pas manqué d’inspirer un dessin ayant pour thème le carnaval (voir ci-dessous) et très difficile à comprendre sans commettre d’anachronisme. Le premier niveau de compréhension de cette vignette est la blague (classique à l’époque) du neveu se réjouissant d’hériter d’un oncle fortuné. Les masques de Carnaval permettent donc de faire semblant d’être éprouvés par le deuil, comme les convenances l’exigent. Il est néanmoins permis de supposer que le caricaturiste a peut-être une autre idée en tête…

A. Guillaume, « Carnaval prophylactique« , Le Rire, 29 mars 1919. Gallica (BnF).

 

La diversité de ces textes et images est bien entendu à comparer avec l’humour développé autour de la grippe au siècle précédent. Les grippés, dans la presse satirique du XIXe siècle, éternuaient les uns sur les autres, fréquentaient des lieux bondés. Les malades sont alités dans les dessins d’humour en 1918 et 1919. Les personnes non contaminées tentent de se protéger.

S. d’Alba, « Les para-postillons« , Le Pêle-Mêle, 16 février 1919. Gallica (BnF).

 

Ce type de représentation se veut-il critique, en creux, d’une partie de la société qui peut se prémunir quand d’autres n’en n’ont pas la possibilité ? Il est difficile de l’affirmer. On notera par exemple un texte amer et explicite de L’Humanité contre le fait qu’un enfant des quartiers aisés porte un masque, thème que n’ont pas traité les caricaturistes qui montrent très rarement l’impact physique de la maladie, et encore moins dans les milieux défavorisés (sauf lorsqu’il s’agit de plaisanter sur le prétexte de l’alcool).

L’Humanité, 15 avril 1919. Gallica (BnF).

 

Rire de la grippe, voire même l’évoquer en certaines circonstances, semble en effet avoir été – sauf lorsque l’on peut sourire du masque, rire de ceux qui ont acheté du rhum, ou des dirigeants allemands – un « manque de savoir-vivre », dans un tabou peut-être proportionnel à l’ampleur de la pandémie …

Falco, « Manque de savoir-vivre », Le Pêle-Mêle, 13 avril 1919. Gallica (BnF).

 

E. Tap, « La grippe est vaincue« , Le Pêle-Mêle, 2 février 1919. Gallica (BnF).

 

Dans le prochain et dernier billet de cette série sur l’humour et les épidémies, j’examinerai quelques thématiques qui ont traversé le XIXe siècle et le début du XXe siècle autour de la notion d’épidémie et de contagion.

=> Pour aller plus loin, on pourra lire ou écouter en ligne entre autres :

Sur les masques :

Christos Lynteris, «  Plague Masks: The Visual Emergence of Anti-Epidemic Personal Protection Equipment« , Medical Anthropology, 2018, 442-457.

 
Voir également les indications du billet précédent.
 
Citer ce billet : Agnès Sandras, "L’humour face aux épidémies – Partie III. Au plus fort de la pandémie de grippe (1918-1919)," in L'Histoire à la BnF, 09/04/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/9380, [consulté le 30/05/2020].
  1. Régis Gignoux, « Les Premières – Théâtre du Vaudeville », Le Figaro, 2 novembre 1918. []
  2. Louis Schneider, « LES PREMIERES – Vaudeville. La Revue de Paris, revue en quatre actes, de MM. Sacha Guitry et Albert Willemetz« , Le Gaulois, 31 octobre 1918. Les revues de fin d’année racontaient les événements écoulés des derniers mois. « La grippe espagnole » était chantée dans ce spectacle par Yvonne Printemps : voir le programme de cette revue ici. []
  3. Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés : compte rendu in-extenso, Paris, 25 octobre 1918. []
  4. « Les premières« , La Liberté, 27 octobre 1918/ []
  5. Gab, « On dit … en passant – Ô gourmandise« , Le XIXe siècle, 7 janvier 1919. []
  6. Fernand Fau, « Économisons« , Le Rire, 22 mars 1919. Victor Boret est alors ministre de l’Agriculture et du Ravitaillement. []
  7. Sur ce type de manifestations charivariques voir Laurent Bihl , « L’« Armée du chahut » :  les deux Vachalcades de 1896 et 1897 », Sociétés & Représentations, 2009/1 (n° 27), p. 167-191. []
  8. Charles Léandre, « Le char du Rire pour la mi-carême 1919« , Le Rire, 29 mars 1919. []
  9. Ch. Genty, Le Rire, 17 août 1918. []
  10. Nénette et Rintintin étaient des poupées de fil qui ont eu un gros succès durant la guerre. []
  11. Marcel Arnac, « Épidémies de guerre« , La Baïonnette, 28 novembre 1918. []
  12. Piroulet, « Ma chronique« , Le Cri de Toulouse, 1er juin 1918. []
  13. Piroulet, « Informations pour rire« , Le Cri de Toulouse, 28 septembre 1918. []
  14. « L’actualité fantaisiste – Pour éviter la grippe« , Le Cri de Toulouse, 12 octobre 1918. []
  15. « Chronique de Piroulet (…) La grippe m’agrippe« , Le Cri de Toulouse, 22 février 1919. []
  16. « La grippe – Une recrudescence de l’épidémie – Comment enrayer le fléau« , Le Cri de Toulouse, 12 avril 1919. []
  17. « Les chansons de D. Bonnaud – La grippe« , Le Rire, 9 novembre 1918.  Les Frères Isola, artistes prestidigitateurs, étaient des propriétaires de salles de spectacle très connus. []
  18. Léo Poldès, « Tous les jours, La Grimace, 21 octobre 1918. []
  19. Journal de médecine et de chirurgie pratiques : à l’usage des médecins praticiens, 25 octobre 1918, page 790. On peut voir le masque de Broquet ici sur le site de l’Institut Pasteur. []
  20. Pick-me-up, « Le rire de la semaine« , Le Rire, 15 mars 1919. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Une réflexion sur « L’humour face aux épidémies – Partie III. Au plus fort de la pandémie de grippe (1918-1919) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.