L’humour face aux épidémies – Partie IV. Epidémie d’épidémies et inconscient collectif

Adolphe Willette, « Enfin ! voici le choléra !! » in Pauvre Pierrot / A. Willette, 20 reproductions héliographiques ; [préfaces, Th. de Banville et Paul Arène], L. Vanier (Paris),1884. Gallica (BnF). Dessin initialement publié dans Le Chat Noir, 4 août 1883.

Ce quatrième et dernier texte de la série « humour et épidémies » se propose d’explorer quelques thématiques repérées lors des recherches pour les précédents billets, qui me paraissent éclairer certaines des interrogations actuelles quant à notre inconscient collectif face à une pandémie. Rires et sarcasmes, mécanismes de défense profondément enfouis, se mettent en branle devant l’idée d’épidémie, permettent de mieux supporter les mesures préventives et curatives et d’apprivoiser les craintes. L’humour est un moyen de mettre à distance la peur d’avoir peur (voir billet précédent), fonction parfaitement identifiée par les fabricants de rire et de sourire du XIXe siècle et du début du XXe siècle, qui en usent avec plus ou moins d’habileté. L’image satirique, le texte parodique, viennent en complément des contes et de la rémanence des expressions liées aux épidémies1.

Une épidémie d’épidémies dans la presse satirique

Les mécanismes de la contagion, de la traînée de poudre des épidémies, sont un thème de prédilection des caricaturistes au XIXe siècle. Nombre d’épidémies sont ainsi mises en scène qui ne concernent plus des maladies mais un phénomène. S’il s’agit du sens figuré du mot épidémie2, les humoristes usent à loisir des deux acceptions à la fois. Albert Robida, par exemple, utilise fréquemment ce terme dans La Caricature. Il dessine en 1881 une « grande épidémie de fièvre électorale (pas encore de vaccine)« , et en 1882 « la grande épidémie pornographique ou la trichinose de l’homme … ou de la femme3 ». En 1885, il dénonce les poncifs des justifications de la colonisation dans « l’épidémie de colonisation » qui met en scène la course entre pays européens sur les autres continents. En 1907, Albert Guillaume propose quant à lui dans Le Rire une « épidémie de vitriol » et des masques destinés aux personnes désireuses de se prémunir des vitrioleuses et vitrioleurs, qualificatif désignant les personnes qui se vengeaient alors d’infidélités avérées ou supposées par des agressions à l’acide sulfurique4. Ce dessin, très intéressant (voir ci-dessous), renvoie au côté glaçant et imprévisible de l’épidémie (les agressions au vitriol faisaient la une des journaux) avec la vitrioleuse embusquée qui dissimule son visage. Pour se protéger de cette épidémie, le caricaturiste imagine des masques protecteurs (voir ce billet) issus de l’imaginaire charivarique du Carnaval en temps d’épidémie (voir ce billet). 

Albert Guillaume, « Contre l’épidémie du vitriol », Le Rire, 5 janvier 1907. Gallica (BnF).

Parmi les nombreux exemples possibles de ces « épidémies » mises en scène par les journaux (épidémies de divorces, de spectacles comme les comédies, de statues (ou « statuomanie), etc.), citons celui raconté par Le Journal amusant en 1864. Partant d’une épizootie, une « épidémie terrible », une « peste » qui frappe les lièvres du Nord de la France, au grand désespoir des chasseurs, le texte mime de façon parodique les préconisations prises pour empêcher la propagation de maladies touchant les humains :

1° Il faut entourer toutes les forêts et tous les bois où règne l’épidémie d’un cordon de troupes auxquelles on donnerait la consigne la plus sévère. Aucun lièvre ne pourrait passer sans être visité par un médecin qui constaterait qu’il n’est pas atteint de la terrible maladie.

2° Comme cela ne suffirait pas, et comme un lièvre pourrait très-bien emporter avec lui de l’air vicié, il restera en quarantaine dans un parc où rien ne manque pour sa nourriture et son bien-être.

3° Ce gibier ayant pu essayer de s’empoisonner pour ne pas être traqué par les chasseurs le 1er septembre, on fera courir le bruit que la chasse est supprimée. De cette façon, on verra bien si c’est une maladie qui frappe le lièvre, ou bien s’il a recours au poison.

4° Tous les hommes de l’art sont priés d’étudier avec soin cette épidémie, et, s’ils trouvent un remède, ils sont priés de le faire connaître à l’Académie des sciences.

5° Un prix de cent mille francs, offert par les disciples de saint Hubert, sera décerné au médecin qui parvient à combattre ce mal5.

Le texte raconte ensuite les efforts d’un chasseur pour sauver les lièvres, grâce à un véritable hôpital de campagne, afin de pouvoir mieux les tuer lors de l’ouverture de la chasse6… Sous les dehors innocents des blagues innombrables sur le gibier et les chasseurs, ce texte constitue vraisemblablement une critique implicite des mesures sanitaires prises par l’Empire libéral lors des épidémies. En 1832, le choléra a en effet été le « prétexte à une critique sociale ou politique7 », avec la constitution de deux ensembles, « la représentation des traitements […] l’utilisation du choléra comme instrument direct de la caricature politique8 ». Si la représentation des traitements et des corps souffrants disparaît (voir billet précédent), en revanche les allusions politiques demeurent, et le personnage effrayant du choléra perdure tout au long du siècle, associé à la critique politique9.

Toujours dans Le Journal amusant, Pierre Véron se plaint en 1874 d’une épidémie de conseils doctoraux lors de « la grande controverse des médecins, à propos du traitement nouveau de la fièvre typhoïde » qui font des « bourgeois bourgeoisant » des « aliénés de l’hygiène » :

C’est pire que de laisser traîner des armes à feu devant des enfants. Pour tuer sans bruit, une ordonnance ne tue pas moins sûrement.

Cette semaine, par exemple, j’ai lu de divers côtés qu’on avait découvert un procédé hydrothérapique avec lequel on obtient une guérison sur cent fièvres typhoïdes.

Et des médecins de vrai talent m’ont juré que le procédé en question fait mourir deux fois sur trois le patient.

Jugez, si tous les bons papas qui croient à leur journal s’affolent, en cas de maladie d’un des leurs, et exigent que leur médecin le traite par les plongeons à outrance !

Très-sérieusement, prenons garde à la science sur le pouce. Cela ne peut pas faire de bien, et cela peut faire tant de mal10!

La même année, Le Journal amusant propose, sous le crayon de Léonce Petit, une sorte de fable illustrée, une « épidémie de santé », narrant le sort d’un médecin et d’un pharmacien désespérés de vivre dans un village où tous les gens se portent bien (voir ci-dessous la première vignette). Une lettre anonyme est envoyée au prêtre, révélant que cette bonne santé est fallacieuse et présage une maladie. Les villageois se ruent chez médecin et pharmacien qui se réjouissent trop vite et prennent à leur tour de l’embonpoint. La peur de la maladie vide le bourg de ses habitants désormais amaigris, et les deux malhonnêtes s’entretuent11… Cette « épidémie » joue sur l’opposition santé/maladie et le traditionnel thème charivarique des gras et des maigres12.

Léonce Petit, « Une épidémie de santé« , Le Journal amusant, 8 août 1874. Gallica (BnF).

Le « spectre bleu » en 1884 : la presse « en l’air » et « la bonne humeur d’antan »

À la fin du mois de juin 1884, une épidémie de choléra touche la ville de Toulon et bientôt Marseille. Grâce à la télégraphie électrique, les journaux nationaux reçoivent presque instantanément des nouvelles de la progression de la maladie et des diverses mesures qui l’accompagnent qu’ils répercutent à foison à partir du 24 juin : des centaines d’articles intitulés de manière presque invariable « le choléra » ou « le choléra à Toulon »13 sont mis à la disposition de la population.

Le Gaulois, 26 juin 1884. Gallica, BnF.

La peur n’est donc pas véhiculée de la même manière que cinquante ans plus tôt, alors qu’elle plonge pourtant ses racines dans la mémoire collective du choléra de 1832 et, dans une moindre mesure, des épidémies suivantes. Avec leur sensibilité particulière aux événements, les grandes plumes des journaux enregistrent le rôle nouveau de la presse et lui attribuent une disparition de la résistance à la peur par la bonne humeur. Pierre Véron réagit dès le 26 juin dans Le Charivari :

Faut-il parler du choléra ?

Tant de journaux se précipitent avec avidité sur cette proie qu’on n’a guère envie de leur faire concurrence.

Avec la rage de reporterisme qui nous affole, vous verrez, si par malheur le fléau se propage, quelle odieuse scie ce sera.

Il ne pourra mourir un cholérique de quelque importance sans qu’on nous analyse ses déjections, sans qu’on nous décrive ses vomissements, sans qu’on donne même peut-être un fac simile de sa dernière grimace.

On ne nous fera pas grâce d’une seule crampe signalée en France.

Avenir régalant.

Si encore ces commérages frénétiques servaient à quelque chose !

Mais déjà, en deux ou trois colloques de reporters à médecins, on peut constater que Gallien a dit non partout où Hippocrate disait oui.

C’est bien la peine d’agiter le Spectre Bleu14 !

Un mois plus tard, Pierre Véron dresse un bilan du rôle de la presse généraliste dans la psychose collective :

Elle a beaucoup à se reprocher, la presse, dans la panique qui règne.

Aujourd’hui qu’elle est devenue une simple renseigneuse, au lieu d’être une enseigneuse comme autrefois, chacun se livre à une course folle pour attraper l’information avant son confrère. […]

Six colonnes par jour dans chaque feuille. Si l’un donnait la liste complète de cette loterie de la mort, l’autre l’agrémentait aussitôt de commentaires.

Je m’étonne qu’on n’ait pas créé un journal spécial sous ce titre : Le Choléra illustré, avec portraits de défunts, avec vue prise de toutes les phases du mal.

Pour un peu, ou aurait exposé des spécimens de déjections dans les salles des dépêches.

À quoi tout cela pouvait-il servir? À rien du tout. Mais si la monomanie renseignante ne pouvait pas faire de bien, combien elle pouvait faire de mal !

Voyez-en les effets15 […].

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Si Pierre Véron se méfie dans Le Charivari des « traqueurs », ceux qu’il désigne comme les « alarmés et [l]es alarmants16 », il met en garde également contre « les folichons du fléau » et « une nouvelle méthode que l’on pourrait appeler la cascadothérapie ». Il vise là un article du journal Le Soleil intitulé « Point de panique17 » et plus particulièrement cette phrase : « À la place de l’administration, si, contre toute probabilité, le choléra se manifestait à Paris, j’organiserais ou je laisserais organiser toutes sortes de réjouissances publiques, je ferais tout le possible pour détourner l’attention de la foule en l’appelant sur d’autres objets, et je m’efforcerais d’enrayer le mal à force de bonne humeur18. » Pierre Véron ironise : « Vive la joie et les épidémies ! […] Le Soleil néglige de dire si l’on forcerait, le cas échéant, les gens en deuil à venir se trémousser avec les autres, si même on n’obligerait pas les gardes malades à lâcher le chevet morne des patients pour s’en aller esquisser un cancan ou grimper au mât de cocagne19 ». Rappelant que « toute fête publique, en poussant à d’inévitables excès de fatigue, de nourriture et de boisson, est infailliblement suivie d’une recrudescence de maladies », Véron conclut : « En temps d’épidémie, on serait donc, avec la méthode de la folichonnerie obligatoire, sûr de voir tripler, quadrupler, décupler le nombre des décès. Et allez-y gaiement20 ! »

Si Le Soleil semble un cas isolé de préconisation de la fête au risque de la contamination, en revanche, la presse satirique comme la presse généraliste tentent l’humour en se réfugiant derrière la tradition du rire et les précédents d’humour en matière d’épidémie, notamment lors du choléra de 1832. Le Gil Blas donne des recettes humoristiques en se plaçant sous l’autorité rabelaisienne21.

Grosclaude, « Les gaietés de la semaine« , Gil Blas, 26 juin 1884. Gallica (BnF).

On y trouve des conseils adaptés aux modes de la période, comme lire des scènes de Labiche pour s’amuser22, ou bien encore chanter des refrains populaires « bien envoyés d’un petit ton narquois et dégagé » du style « Tu n’ m’attrap’ras pas, /Cholérine ! /Tu n’ m’attrap’ras pas, /Choléra23! » Lorsque le choléra s’étend à Paris, Le Petit Parisien donne une « vieille recette, publiée par les journaux satiriques, à l’époque où Ia plus terrible épidémie cholérique qui ait frappé la France était dans toute sa force (…) à cette époque déjà, on recommandait la tranquillité d’esprit et la bonne humeur comme le meilleur remède contre le choléra et comme l’on avait raison24 » !

« Échos et nouvelles« , Le Petit Parisien, 15 novembre 1884. Gallica (BnF).

Plusieurs journalistes attribuent en 1884 la disparition du rire prophylactique à la littérature. L’Indépendant rémois suggère que le choléra effraie les imaginations depuis sa mise en scène dans un des plus célèbres romans populaires (voir billet précédent) : « L’imagination évoque aussitôt les scènes d’horreur de 1832 et de 1847, et les esprits populaires, sur qui le fameux récit d’Eugène Sue a laissé une impression tragique, considèrent un peu le fléau comme un être promenant, à la façon du Juif-Errant, la désolation et la mort à travers les contrées qu’il visite, et s’effraient à l’avance de cet hôte livide dont ils voient grandir à l’horizon l’ombre menaçante25 ». Dans Le Temps, Jules Claretie évoque quant à lui « un fantôme romantique », « un spectre vert » qui terrorisait l’un de ses amis jusqu’à ce qu’un interne lui montre des cholériques guéris, jouant gaiement à saute-mouton26.

Une des manifestations les plus douloureuses du choléra étant une diarrhée intense, quelques caricatures et chansons sont également de veine scatologique. Une caricature du Charivari (voir galerie ci-dessous) met en scène un cuisinier versant du bismuth27 dans les plats pour éviter tout incident nuisant au restaurant28. Paul Alexis, disciple de Zola, imagine dans le Cri du peuple, une « ode au choléra29 », ce « zig terrifiant », puis se délecte de voir les journaux évoquer les « vidanges » :

Eh bien ! eh bien ! Quoi donc ? Les avez-vous lus, depuis qu’il est question du choléra, les journaux « honnêtes et distingués ? (…) Est-ce la peur qui vous flanque ainsi le nez dans la marchandise ?

Oui, c’est tout simplement la lâcheté! Depuis quatre jours, vous voilà devenus plus dégoûtants les uns que les autres. On ne peut plus ouvrir une de vos feuilles, d’ordinaire parfumées au patchouli et à la poudre de riz, sans y rencontrer toutes sortes de détails nauséabonds sur les waters-closets et ce qui s’y récolte30.

La chanson que l’on peut lire ci-dessous31 assimile le choléra à un chiffonnier ramassant les peureux, et joue sur la polémique qui a agité Paris six mois plus tôt autour de la mise en place de la boîte à ordures – la poubelle -, mesure d’hygiène contre les épidémies, qui met les chiffonniers en difficulté32.

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Cette chanson emploie le mot de microbe. Devant le choléra de 1884, l’humour  s’adapte en effet aux découvertes récentes …

Le miasme et le choléra : bacille et virgule en 1884

Le Gaulois, 6 août 1884. Gallica (BnF).

Si les humoristes et les journalistes tentent d’établir un lien avec le choléra de 1832 par une résistance à la peur grâce à la gaieté, ils doivent toutefois tenir compte de nombreux changements. On a vu plus haut que l’information circule de manière plus rapide et de manière plus intense grâce à la multiplication des journaux et à un taux d’alphabétisation plus élevé. La médecine et l’hygiène ont également fait des progrès considérables en un demi-siècle qui marquent inévitablement le rapport à la maladie. L’épidémie qui se déclenche à Toulon et Marseille en 1884 est l’occasion de confronter et de vérifier des théories, comme en témoigne le nombre impressionnant de rapports d’ouvrages écrits cette année-là sur le choléra33 :

Pour la première fois, un hôpital temporaire destiné aux cholérétiques fut créé dans le palais du Pharo, à la demande de la Société médico-chirurgicale des Hôpitaux de Marseille, réunie le 10 juillet, pour traiter les malades. La théorie « miasmatique » de la transmission du choléra était toujours dominante à Marseille bien que le vibrion eût été isolé la même année. Il faudra la venue de Robert Koch à Marseille qui isolera le « bacille en virgule » dans les selles des malades pour convaincre les sceptiques. Deux biologistes du laboratoire du Pharo, Nicati et Rietch, mirent eux aussi en évidence le bacille « qui pénètre dans la bouche et se développe dans l’intestin (…) produit un poison qui est résorbé et cause la mort34 ».

La presse généraliste se fait interminablement l’écho des batailles d’experts autour de l’épidémie naissante. Il s’agit en effet de déterminer s’il s’agit du « choléra nostras » (ou sporadique) ou du « choléra morbus ». Le premier est une gastro-entérite saisonnière dont les premiers symptômes et les conséquences s’apparentent à ceux du choléra. Le second, d’origine asiatique (que l’on appelle donc choléra asiatique ou indien) se transmet par l’eau ou des aliments souillés, et est extrêmement contagieux. « Le choléra asiatique a des ailes, le choléra nostras n’en a point35 ». En 1883, Robert Koch a identifié le vibrion (en forme de virgule) porteur du choléra morbus, mais deux théories s’affrontent encore, celle des miasmes qui impose une hygiène stricte, et celle de la contagion qui implique qu’on prenne des mesures de quarantaine et d’isolement.

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

 

Toulon voit donc venir en 1884 autour de son cas des sommités de la médecine et de la science, comme le Professeur Brouardel ou Pasteur : «  »Pendant que M. Pasteur donnait sa langue au microbe, et que MM. Brouardel et Cie ne savaient plus à quel désinfectant nous vouer… », note Henri Second dans Le Charivari36… Les uns tiennent pour le choléra nostras, les autres pour le choléra morbus et donnent des préconisations différentes :

On n’avait pas inventé encore le microbe en 1868. On en était aux germes funestes sans autre description.

Actuellement la microbiographie est ingénieuse au possible. Elle vous apprend qu’il y a des bacilles en forme de virgule, d’autres en forme de point d’exclamation.

Je crois que c’est plutôt le point d’interrogation, symbole d’ignorance, qui serait de mise toujours.

Car les consultations données à des reporters variés par les princes de la science attestent — ce qu’on savait déjà — que ces princes ne sont pas plus d’accord que les autres.

Dès que l’on affirme que tel remède est excellent, l’autre jure qu’il est impuissant ou même fatal.

Comme c’est consolant pour nous37!

Notons aussi la tentative d’humour du docteur Émile Decaisne qui bien que se moquant de gens de province qui lui envoient des remèdes miracle et adjurant ses confrères de ne pas « nous livrer à la risée publique en sacrifiant sur l’autel de la peur et de la sottise humaine notre rude et glorieuse profession », se livre dans Le Monde illustré à une attaque en règle contre les masques de « M. Pasteur et de ses imitateurs » :

Or, voilà qu’à l’occasion du choléra de Toulon l’Académie de médecine vient de recevoir deux autres modèles de masque antiseptique, l’un destiné à être appliqué sur le nez, l’autre, sur le nez et la bouche et l’on peut voir en ce moment sur les murs de Paris de stupéfiantes affiches représentant des personnages portant le masque antiseptique qui sont la terreur des femmes et des enfants et donnent comme un frisson de choléra. Quant aux microbes, croyez-moi, c’est bien là le cadet de leurs soucis ; ils chercheront une autre voie pour pénétrer dans l’économie. Malins comme je les connais, ils pourraient bien la trouver en dépit de tous les masques antiseptiques. Ce que je crains surtout, c’est d’assister bientôt à ce spectacle digne de la plume de notre immortel moqueur de familles tout entières masquées et munies du fameux appareil entourant des malades qui en mourront de peur. Voyez-vous, en temps d’épidémie, la foule ignorante et affolée lisant sur ce masque grotesque et lugubre la preuve de la contagion poursuivant et massacrant les médecins comme au Moyen Age38 ?

À l’appui de sa diatribe, le docteur Decaisne reproduit un vêtement inventé pour se prémunir de la peste en 1721 et demande comment les médecins pouvaient ausculter et interroger leurs patients39

Dans le même temps, une crise politique a également lieu : le bruit se répand que l’épidémie serait liée à un bateau venu du Tonkin. Cela ranime la peur séculaire d’épidémies (peste et choléra) traversant la mer : un dessin de Willette publié dans Le Chat noir du 4 août 1883 (voir l’image au début de ce billet) rappelait déjà cette peur des épidémies apportées par des navires et traversant la France jusqu’à Paris puisqu’on y aperçoit les moulins de Montmartre, où se trouve le cabaret du Chat noir. Le dessin, avec son Carnaval au premier plan, renvoyait également au Juif Errant d’Eugène Sue, dans lequel le Choléra regardait depuis les hauteurs Paris qu’il allait désoler alors qu’une bande charivarique se riait encore de lui (voir billet précédent).

Une partie de l’opinion, hostile depuis plusieurs mois à la politique coloniale de Jules Ferry, ou à Ferry tout simplement, se saisit de ce prétexte pour se déchaîner contre le ministre – caricaturé quelques mois plus tôt avec un grand nez – rebaptisé en la circonstance « Ferry-Choléra », ou « Ferry-Morbus » par Henri Rochefort. À cette fronde participent des journaux de divers bords politiques (voir galerie ci-dessous), comme Le Cri du peuple qui s’écrie : « Ainsi, après avoir dépensé or et sang pour de ridicules conquêtes, Ferry a fini par en faire une : la conquête du choléra40 ! …. » Quelques caricatures stigmatisent également la peur de certains hommes politiques devant la nouvelle de l’épidémie. La Comédie politique (voir galerie ci-dessous) les représentent par exemple en scaphandriers, se refusant pourtant à entrer dans l’hôpital toulonnais…

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

 

Notons d’ailleurs la manière dont Le Cri du peuple, le journal de Jules Vallès, utilise l’image. Les divers articles de ce quotidien sont surmontés d’un dessin très simple en résumant la teneur. Pour désigner le choléra, sont employés la faux (outil de la Mort, la Grande Faucheuse, et du Choléra dans l’iconographie populaire) et la tête de mort…

Plusieurs hommes politiques se déplacent à Marseille, afin de montrer leur soutien à la ville, démentir une contagion apportée par bateau, et donc éteindre la polémique. Mais d’autres polémiques socio-politiques s’allument à leur tour. Alors que des mesures d’isolement sont prises, la population la plus aisée de Marseille fuit, tandis que de Paris, la haute-bourgeoisie et l’aristocratie s’empressent de gagner des lieux préservés en bord de mer ou à la montagne, en désinfectant soigneusement les trains empruntés. La population, ne sachant plus quelles mesures d’hygiène prendre, quels médecins et hommes politiques croire, a peur de tout et essaie les « préservatifs » à la mode, comme le cuivre par exemple, censé préserver du choléra.

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

La presse s’agace, pointant les contradictions des uns et des autres, comme Jean Cornély qui dans Le Gaulois s’en prend violemment au parlementarisme, aux dirigeants politiques et aux médecins, et au peuple …

Si vous aviez mis isolément chacun des savants qui jabotaient dans la docte enceinte en face d’un cholérique, il aurait su immédiatement comment s’y prendre.

Il aurait retroussé ses manches et attaqué sans hésitation le mal.

Pris en masse et réunis en corps délibérant, lesdits savants ont fini par déclarer que tout ce qu’on avait fait jusqu’ici, c’était de la blague, et que chacun devait aviser à s’en tirer du mieux qu’il pourrait en se préservant, soi et sa maison. […] Les uns disent ‘Le chlorure de zinc tue les microbes’. Un autre réplique immédiatement : ‘le chlorure de zinc, allons donc ! Quand j’ai des microbes malades, je les mets au vert dans le chlorure de zinc, et ils s’y roulent comme des poulains dans les pâturages normands’41.

La manière dont la presse généraliste et la presse satirique peuvent faire de l’humour sur l’épidémie de Toulon et Marseille à l’été 1884 doit aussi se mesurer par des absences. Les malades sont quasi absents de ces images, ces rares représentations semblent proportionnelles aux progrès de la médecine et de l’hygiène (voir billet précédent). Les médecins ne sont guère moqués dans l’exercice de leur fonction au quotidien : ils apparaissent d’ailleurs parallèlement dans la presse généraliste comme des héros et leur dévouement souligné. Les rires visent surtout le manque de certitudes scientifiques et politiques, afin sans doute de se préserver de l’angoisse générée par une maladie qu’on commence à cerner mais qu’on ne sait pas encore guérir. Il n’est donc pas étonnant qu’en plein milieu de cette épidémie Robida propose une inoculation du « parfait bonheur » (voir image ci-dessous) qui couronnerait l’espoir alors mis dans le progrès… mais il ne s’agit que d’un rêve fait par un participant au congrès général des sociétés savantes de France !

=> Cliquez sur l’image pour mieux la voir dans Gallica ou feuilletez directement le journal en cliquant sur les flèches ci-dessous

 

Cette série de billets vous a permis d’avoir un aperçu de la façon dont l’humour permet depuis des décennies de mieux résister mentalement aux catastrophes, et plus particulièrement aux épidémies. L’inconscient collectif est nourri de plaisanteries et de textes qui se répondent. On en jugera en lisant ce beau texte de Maupassant sur « la peur », publié dans Le Figaro le 25 juillet 1884, et qui, ayant précisément pour théâtre Toulon, manie l’épouvante et le rire :

Il se tut une seconde, puis reprit :

– Tenez, monsieur, nous assistons à un spectacle curieux et terrible : cette invasion du choléra !

Vous sentez le phénol dont ces wagons sont empoisonnés, c’est qu’il est là quelque part.

Il faut voir Toulon, en ce moment. Allez, on sent bien qu’il est là, Lui. Et ce n’est pas la peur d’une maladie qui affole ces gens. Le choléra, c’est autre chose, c’est l’Invisible, c’est un fléau d’autrefois, des temps passés, une sorte d’Esprit malfaisant qui revient et qui nous étonne autant qu’il nous épouvante, car il appartient, semble-t-il, aux âges disparus.

Les médecins me font rire avec leur microbe. Ce n’est pas un insecte qui terrifie les hommes au point de les faire sauter par les fenêtres ; c’est le choléra, l’être inexprimable et terrible venu du fond de l’Orient.

Traversez Toulon, on danse dans les rues.

Pourquoi danser en ces jours de mort ? On tire des feux d’artifice dans la campagne autour de la ville ; on allume des feux de joie ; des orchestres jouent des airs joyeux sur toutes les promenades publiques.

Pourquoi cette folie ?

C’est qu’il est là, c’est qu’on le brave, non pas le Microbe, mais le Choléra, et qu’on veut être crâne devant lui, comme auprès d’un ennemi caché qui vous guette. C’est pour lui qu’on danse, qu’on rit, qu’on crie, qu’on allume ces feux, qu’on joue ces valses, pour lui, l’Esprit qui tue, et qu’on sent partout présent, invisible, menaçant, comme un de ces anciens génies du mal que conjuraient les prêtres barbares42

Uzès, « Tentation », Le Chat noir, 5 juillet 1884. Gallica (BnF).

À ces allusions que nous comprenons encore aujourd’hui, il faut en effet ajouter des craintes longtemps véhiculées, dont nous avons parfois oublié les origines et la signification. Ainsi, ce dernier dessin, rencontré dans Le Chat noir du 5 juillet 1884, peut simplement donner à penser que le passant a envie de manger un beau melon (un cantaloup) à une époque où cette cucurbitacée est encore un mets de luxe. Et pourtant, ses craintes viennent du fait qu’on a accusé des décennies durant le melon de propager le choléra… et que l’épidémie bat alors son plein. Pour vous en convaincre, essayez de mener dans Gallica une recherche avancée par proximité des mots « melon » et « choléra » …

=> Pour aller plus loin, on pourra lire ou écouter en ligne entre autres :

– sur les contes :

Les mille et une vertus des contes, Grand bien vous fasse ! France Inter, 4 avril 2020, avec Bernadette Bricout, professeure de littérature orale à l’université Paris Diderot et Claude Halmos, psychanalyste et essayiste.

– sur les épidémies :

René Garguilo. Mythologie du choléra In : Littérature et pathologie [en ligne], Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1989.

Fabienne Chevallier, Le choléra de 1832, passion égalitaire et question sociale“, Arts et sociétés [en ligne], n° 53.

“La peste, la grippe “espagnole” ou la typhoïde… Retour sur les grandes épidémies qui ont marqué l’histoire” avec Jean Lebrun dans La marche de l’histoire (France Inter)

Les sociétés face aux épidémies” (France Culture)

Celia Miralles Buil, « Histoire des épidémies et des quarantaines en Europe« , Retronews

– Sur la grippe espagnole

Guillaume Erner, “La grippe espagnole de 1918 : la mère de toutes les épidémies“, Superfail, France Culture

Frédéric Keck, “La grippe espagnole“. Conférence enregistrée le 21 décembre 2018 au Théâtre Claude Lévi-Strauss, dans le cadre du cycle “Histoire des catastrophes” de l’Université populaire du musée du quai Branly – Jacques Chirac

Jean Lebrun, “La grippe “espagnole” de 1918-1919, la pire épidémie du siècle” : série “Épidémie” – Épisode 2. La marche de l’histoire, France Inter, 10 mars 2020.

 Françoise Bouron, « La grippe espagnole (1918-1919) dans les journaux français », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2009/1 (n° 233), p. 83-91.

Julien Ebersold, « La France face à la grippe espagnole en 1918-1919« , Retronews

– ressources en ligne :

La rubrique “spécial pandémie” de la plate-forme Actualité du XIXe siècle

Gallica, bibliothèque numérique de la BnF

La rubrique « Histoire de la santé » de la BIU Santé — Médecine BIU Santé — Pharmacie

Le Portail des bibliothèques municipales spécialisées de la Ville de Paris, avec par exemple le billet « une peur bleue, le choléra » (mars 2018)

La rubrique histoire de la Photothèque de l’Institut Pasteur

Les ressources proposées par le carnet de recherches La science en mouvement – La vulgarisation scientifique aux XIXe et XXe siècles

 

« Avis aux lecteurs ». François Rabelais, Gargantua. La Vie inestimable du grand Gargantua, père de Pantagruel , jadis composée par l’abstracteur de quinte essence. Livre plein de pantagruélisme, Lyon, 1535. Gallica (BnF).

 

Citer ce billet : Agnès Sandras, "L’humour face aux épidémies – Partie IV. Epidémie d’épidémies et inconscient collectif," in L'Histoire à la BnF, 13/04/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/9498, [consulté le 02/12/2020].
  1. Voir Jean Vitaux, « La rémanence de la peste dans l’imaginaire collectif », Histoire de la peste [sous la direction de Jean Vitaux], Presses Universitaires de France, 2010, pp. 149-187. []
  2. Définition du Dictionnaire de l’Académie française, 9e édition (actuelle) : « 1. Apparition et propagation d’une maladie contagieuse qui atteint en même temps, dans une région donnée, un grand nombre d’individus et, par métonymie, cette maladie elle-même. De grandes épidémies de peste, de choléra ont ravagé l’Europe du Moyen Âge. L’épidémie de grippe espagnole de 1918. L’épidémie s’étend, recule, est enrayée. 2. Fig. Extension rapide et fâcheuse d’un phénomène, comme par l’effet d’une contagion. Une épidémie de suicides, de divorces. Iron. Une épidémie de néologismes. []
  3. La trichinose est une maladie qui atteint les hommes comme les porcs, des « cochons » auxquels sont assimilés les amateurs de littérature grivoise ou de pornographie chers à Robida. Voir Agnès Sandras, « La « Saincte Nana » de Robida », Le Téléphonoscope, Bulletin des Amis d’Albert Robida, n° 14, octobre 2007, p. 22-31. []
  4. Voir Karine Salomé, Vitriol : les agressions à l’acide du XIXe siècle à nos jours, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2020. []
  5. A. Brémond, « Les lièvres malades« , Le Journal amusant, 30 juillet 1864. Saint Hubert est le patron de la chasse. []
  6. A. Brémond, « Les lièvres malades« , Le Journal amusant, 30 juillet 1864. []
  7. Patrice Bourdelais, Jean-Yves Raulot, Histoire du choléra en France : une peur bleue, 1832 et 1854, Paris, Payot, 1987, p. 246. Voir également Patrice Bourdelais, André Dodin, Visages du choléra, Paris, Belin, 1987. []
  8. Ibid. []
  9. Voir par exemple ici ce numéro de L’Assiette au beurre de 1908 qui conjugue l’épidémie touchant la Russie et les Empires centraux à l’analyse faite par le dessinateur Georges d’Ostoya de la situation politique de ces pays. []
  10. Pierre Véron, « Chronique parisienne« , Le Journal amusant, 23 mai 1874. []
  11. Léonce Petit, « Une épidémie de santé« , Le Journal amusant, 8 août 1874 et 22 août 1874. []
  12. Voir Georges Vigarello, Les métamorphoses du gras : histoire de l’obésité du Moyen âge au XXe siècle, Paris, Éd. du Seuil, 2010 ; Henri Viltard, « Gros méchant : Jossot et l’image discriminante », in Trop gros ? L’obésité et ses représentations [Julia Csergo éd.,], Autrement, 2009, pp. 176-197. []
  13. Pour vous en convaincre, menez dans Gallica cette recherche avancée : texte = choléra ; support = dans la presse; dates = du 24/06/1884 au 30/08/1884. []
  14. Pierre Véron, « Bulletin politique« , Le Charivari, 26 juin 1884. Une « scie » est une phrase souvent répétée, plus ou moins amusante ou absurde ; formule fastidieuse ou exaspérante par son usage répété [CNRTL]. []
  15. Pierre Véron, « Bulletin politique« , Le Charivari, 27 juillet 1884. []
  16. Pierre Véron, « Bulletin politique », Le Charivari, 29 juin 1884. []
  17. Jean Nivelle, « Point de panique », Le Soleil, 26 juin 1884. []
  18. Ibid. []
  19. Pierre Véron, « Bulletin politique« , Le Charivari, 29 juin 1884. []
  20. Ibid. []
  21. Voir Petris Loris, « Rire ou pleurer ? L’homme face au monde, de Rabelais à Montaigne », L’information littéraire, 2006/2 (Vol. 58), p. 12-21. []
  22. Sur le rire et Labiche, voir Agnès Sandras, « De la difficulté d’ironiser sur le maître du rire ? Les petites piques humoristiques de ses contemporains contre Labiche », in Les Mondes de Labiche [Olivier Bara, Violaine Heyraud, Jean-Claude Yon, éds.], Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2017. []
  23. Grosclaude, « Les gaietés de la semaine« , Gil Blas, 26 juin 1884. []
  24. « Échos et nouvelles« , Le Petit Parisien, 15 novembre 1884. []
  25. « Le Choléra« , L’Indépendant rémois, 25 juin 1884. []
  26. Jules Claretie, « La vie à Paris, Le Temps, 27 juin 1884. []
  27. Le bismuth était préconisé en cas de problèmes digestifs. []
  28. Paf, « Croquis« , Le Charivari, 17 août 1884. []
  29. « Ode au choléra« , Le Cri du peuple, 27 juin 1884. []
  30. Trublot est le pseudonyme de Paul Alexis, ami et disciple de Zola. Lors de la parution de Pot-Bouille en 1882, Zola avait été accusé de scatologie, voir : Agnès Sandras, « Quand le pot de Zola ‘bouille' », Humoresques, n°22, Rires scatologiques, juin 2005, p. 119-141. En ligne ici sur le site Caricatures et caricature. Zola ne goûtait guère les chroniques naturalistes d’Alexis dans Le Cri du peuple ; voir à ce propos Silvia Disegni, « Paul Alexis Trublot : du vrai et du faux dans le Naturalisme« , Romantisme, 2002, n°116. Blague et supercheries littéraires. pp. 85-96. []
  31. Henri Jagot, « Choléra« , La Musette, 1884. []
  32. Voir Agnès Sandras, « Eugène Poubelle mis en boîte », Histoire urbaine, 2011/2 (n° 31), p. 69-91. []
  33. Jean-Charles Geslot, “La Provence entre peste et choléra : les épidémies dans la production imprimée à Marseille au XIXe siècle”, Histoire et culture au XIXe siècle, février 2020. On peut avoir une idée de la production nationale en consultant le catalogue de la BnF avec la recherche avancée dans toute la notice =  choléra/ date = 1884 qui amène actuellement 113 notices. []
  34. Bertrand Mafart, Marc Morillon, « Les épidémies à Marseille au XIXe siècle, Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, Nouvelle Série. Tome 10 fascicule 1-2, 1998. pp. 81-98. []
  35. « Le choléra en France« , Le Cri du peuple, 27 juin 1884. []
  36. Henri Second, « Compère et compagnon« , Le Charivari, 3 juillet 1884 []
  37. « Paris-tablettes – Notes d’un boulevardier« , Le Charivari, 28 juin 1884. []
  38. Émile Decaisne, « Les masques contre les microbes« , L’Univers illustré, 16 août 1884. []
  39. Ibid. []
  40. « Le choléra en France« , Le Cri du peuple, 25 juin 1884. []
  41. Jean Cornély, « Le microbe« , Le Gaulois, 18 juillet 1884. []
  42. Guy de Maupassant, « La peur« , Œuvres complètes de Guy de Maupassant, Paris, 1908-1910. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


3 réflexions sur « L’humour face aux épidémies – Partie IV. Epidémie d’épidémies et inconscient collectif »

  1. Magnifique travail, en rapport avec la présente crise sanitaire et le confinement qu’elle a provoqué. Preuve que les historien.ne.s du blog sont aussi au service du Présent ! merci donc d’avoir invité le passé comme sujet de réflexion dans cette actualité pendémique, et surtout de la faire avec les armes (puisqu’on est dans « la guerre » !) du rire.
    Une suggestion : « les archives du coronavirus » sur le net, mais, sans doute, le service Histoire de la BnF, réputé pour tant d’autres initiatives de ce genre a dû y penser! Stefan L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.