Almanach du chercheur associé – V. L’Almanach de la vile multitude : un périodique pamphlétaire et anarchiste (1851-1852)

Au cours d’une expédition dans les magasins de la BnF pour photographier des almanachs en vue de la rédaction d’un article scientifique, j’en ai consulté un dont le nom m’a intrigué : l’Almanach de la vile multitude ! S’agissait-il d’un périodique en faveur ou hostile au « peuple » ? Pour le savoir, je devais m’atteler à étudier son contenu. Voici, dans ce nouveau billet de « l’Almanach du chercheur associé », les résultats de ma découverte concernant ce curieux périodique. 

Almanach de la vile multitude, par un de ses membres… 1re-2e années, 1851-1852., Paris, chez l’éditeur, rue Constantine, 19. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Cote : LC22-209.

Les origines des almanachs sont parfois très surprenantes. Il peut suffire d’une insulte pour voir éclore une nouvelle feuille annuelle. L’Almanach de la vile multitude1 paru entre 1851 et 1852, en est le parfait exemple. « Vile multitude », expression péjorative utilisée par l’ancien ministre Adolphe Thiers dans son discours du 24 mai 1850, a suscité de vives réactions se traduisant notamment par la création d’un almanach. L’auteur de ce périodique est connu, il se nomme Anselme Bellegarigue et n’est pas à son premier coup d’essai dans le secteur de la presse. Ce républicain blanquiste, fondateur de l’Association des libres penseurs de Meulan (Seine-et-Oise), a édité en 1850 le premier journal anarchiste français, intitulé L’Anarchie. Journal de l’Ordre. Après avoir publié seulement deux numéros de son quotidien, il se tourne, la même année, vers le genre littéraire de l’almanach. Il est épaulé par des personnalités de toutes tendances républicaines : « des ateliéristes, des proudhoniens, des montagnards comme Jean Macé et Charles Lagrange et le républicain modéré ‘‘du lendemain’’ Émile de Girardin, propriétaire du journal La Presse2 ». Rares sont toutefois les almanachs de la Deuxième République qui s’en prennent à une personne en particulier. Quelles sont alors les caractéristiques d’un almanach pamphlétaire et anarchiste ?

« La vile multitude » d’Adolphe Thiers : une injure à l’origine d’un almanach

Dès la première page de l’Almanach de la vile multitude par un de ses membres pour l’année 1851, le ton est donné : un homme est pris pour cible, Adolphe Thiers. L’ancien ministre orléaniste est caricaturé en un polichinelle jouant les funambules au-dessus de la Constitution de novembre 1848.

Almanach de la vile multitude, par un de ses membres… 1re-2e années, 1851-1852., Paris, chez l’éditeur, rue Constantine, 19. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Cote : LC22-209.

Thiers a, semble-t-il, été fréquemment associé, tout au long de sa vie, au personnage bossu de la comedia dell’arte. En 1867, plus de quinze ans après la publication de la caricature, les frères Goncourt font encore allusion au vétéran politique en ces termes : « Un polichinelle voué à la Vierge3 ». Comment interpréter ce dessin satirique ? Le dessinateur veut signifier métaphoriquement au lecteur que la Deuxième République ne tient qu’à un fil. Se croyant au-dessus des lois, Thiers, l’ex-ministre du roi Louis-Philippe est prêt à tout pour revenir au pouvoir et abattre le régime républicain, tel un « voltigeur politique4 ».

Pourquoi le premier numéro de cet almanach constitue-t-il un portrait à charge contre le représentant du peuple de la Seine-Inférieure Adolphe Thiers ? Le contexte politique au printemps 1850 est particulièrement tendu. Un projet de loi visant à restreindre le corps électoral est débattu à l’Assemblée nationale. Il est d’ailleurs adopté le 31 mai 1850 : tout citoyen doit désormais séjourner trois ans dans une même commune ou un même canton pour pouvoir voter. Cette loi met à l’écart de la citoyenneté les classes populaires, et tout particulièrement les ouvriers qui sont soumis aux migrations saisonnières dans le cadre de leur travail. La loi du 31 mai 1850 représente ainsi un tournant conservateur majeur de la Deuxième République puisqu’elle remet en cause le principe du suffrage universel masculin proclamé en février 1848. Au cours des débats, le 24 mai 1850, Thiers « fait usage de l’insulte – vile multitude – pour avilir des adversaires et radicalise en toute connaissance de cause un conflit politique où les principes et les hommes se trouvent engagés pour longtemps5 ».

L’almanach répond à l’insulte en humiliant son adversaire et en détournant l’expression infamante pour en faire un drapeau de la cause du peuple. Les mots sont en effet sévères à l’encontre du ministre orléaniste dont les auteurs soulignent l’opportunisme politique : « Un paltoquet politique, un faiseur d’opposition quand il n’était pas ministre, un flatteur de rois quand il avait un portefeuille6 ».

Après avoir ridiculisé Thiers, les auteurs de l’almanach changent la connotation de l’expression « vile multitude » ; l’injure se transforme en compliment : « Il – le peuple – s’est contenté de recueillir l’épithète infâmante ; et aujourd’hui, par une de ces ironies audacieuses, conforme à son génie, il ne craint pas de s’en servir pour se désigner lui-même7 ». Comme le souligne Ronald Gosselin, la « vile multitude » peut renvoyer à la « Grande Révolution », et tout particulièrement à la participation du peuple dans le tumulte révolutionnaire : « Les titres (des almanachs) se réfèrent aussi aux Girondins de 1792-1793, aux patriotes de la guerre de 1792-1794, aux aristos, la classe spoliatrice de l’Ancien Régime abattu par le peuple, cette « vile multitude8 ». Le « peuple » est alors conçu comme une entité politique ayant le droit d’élire ses représentants. Il n’est plus seulement le « décalque négatif et vague » d’un groupe dominant9 . Le journaliste proscrit, Félix Pyat, s’amuse à énumérer tous les mots au fil de l’histoire qui qualifient ce peuple politique, ce « Peuple souverain » : « Oui, esclave, ilote, plèbe, canaille, multitude, populace, roture, espèce, engeance, serfs, sujets, vassaux, vilains, manans, paysans, hommes de peine, hommes de somme, prolétaires, ouvriers, journaliers, tout cela, c’est le Peuple, le Peuple souverain10 » !

Mais le peuple peut se transformer en « multitude » lorsqu’il se révolte et conteste la politique de ses représentants : « Le peuple est reconnu comme peuple quand on lui demande un mandat ; il descend à l’état de multitude quand il n’est pas content du mandataire, et s’il exprime son mécontentement un peu haut, il prouve qu’il est mal élevé…et on le traite de vile multitude11 ». Ce détournement est, par conséquent, un formidable moyen d’unir toutes le forces républicaines derrière un vocable ayant valeur de drapeau : les rédacteurs de l’almanach ont bien compris que le mouvement républicain ne pourra se remettre des multiples attaques du camp contre-révolutionnaire qu’en unissant toutes ses forces.

Le « peuple » dans l’un des premiers almanachs anarchistes

Défendre le peuple est une chose, mais lui enseigner ses droits et ses devoirs en est une autre. Quels sont-ils dans une société pensée comme anarchiste par Anselme Bellegarigue ? Méfiants à l’égard de tout jacobinisme, les chroniqueurs de l’almanach développent la thèse que la vie démocratique doit s’exercer, en premier lieu, à l’échelle communale et non à l’échelle étatique afin que le peuple puisse jouir de sa liberté en toute plénitude : « Le peuple entier se trouve donc par le fait affranchi de l’entrave préfectorale ; c’est-à-dire du premier anneau de la chaîne qui le rivait à la tour du télégraphe de Paris12 ». Cette prééminence de l’administration communale ne remet toutefois pas en cause le sentiment national que peut ressentir tout citoyen lorsqu’il faut défendre sa patrie face aux ennemis potentiels de la France, à savoir les monarchies conservatrices d’Autriche-Hongrie et de Russie. Pour ce qui est de la justice, elle doit être rendue par le peuple au niveau communal. Tous les individus sont égaux en droit mais surtout tous les individus se connaissent à l’intérieur d’une commune. Les compétences juridiques des hommes de loi ne doivent pas prévaloir lors d’un procès ; seul compte la connaissance exacte des individus émanant d’un tribunal arbitral composé d’hommes libres élus par les citoyens13 .

Certains théoriciens vont plus loin, comme Pierre-Joseph Proudhon, qui estime que le peuple n’a besoin ni de gouvernement ni d’État : « Nous affirmons (…) que le Peuple, que la société, que la masse, peut et doit se gouverner elle-même, penser, agir, se lever et s’arrêter, comme un homme, se manifester dans son individualité physique, intellectuelle et morale sans le secours de tous ces truchements14 ». Dans une société anarchique, le « Peuple » sans la tutelle de l’État, selon Proudhon, sort de la spontanéité pour commencer un travail de réflexion sur lui-même et reprendre sa liberté individuelle. Anselme Bellegarigue ne dit pas mieux dans un article intitulé « L’Anarchie c’est l’ordre » : « Qui dit anarchie, dit négation du gouvernement ; qui dit négation du gouvernement, dit affirmation du peuple ; qui dit affirmation du peuple, dit liberté individuelle ; qui dit liberté individuelle, dit souveraineté de chacun15». Concernant le monde du travail, le peuple recherche son émancipation vis-à-vis du système capitaliste en créant des associations ouvrières. Une liste des associations ouvrières à Paris et dans sa banlieue termine d’ailleurs l’almanach. Comme dans d’autres almanachs tels l’Almanach des associations ouvrières pour 1850 et l’Almanach des corporations nouvelles pour 1852, on constate une grande diversité professionnelle de ces associations de travailleurs ; des arçonniers16 jusqu’aux fabricants de voitures. Deux professions ont particulièrement fait l’objet d’associations : les coiffeurs et les cuisiniers. Pour ce qui est des cuisiniers, on sait que les « restaurants du peuple » s’étaient multipliés dans la capitale et comportaient une mission philanthropique : nourrir les plus miséreux à toute heure de la journée. Les associations des travailleurs sont, par conséquent, des organisations professionnelles, politiques mais également sociales.

Le peuple a enfin son drapeau selon le prêtre socialiste Anatole Leray. On voit qu’en 1850, l’affaire du drapeau, qui pourtant paraissait tranchée avec l’intervention d’Alphonse de Lamartine en février 184817, est loin d’être réglée. Le drapeau blanc symbolise, bien évidemment, le règne des Bourbon donc il est rejeté. Le drapeau tricolore ne serait plus représentatif, quant à lui, du peuple dans son intégralité, puisqu’il évoque le souvenir de la monarchie de Juillet mais également les désillusions de la Deuxième République. Un drapeau bleu ne serait pas non plus un bon choix : bien que cette couleur soit assimilée au Tiers-État, elle fait référence aussi au constitutionnalisme, voire au « parti libéral-bourgeois18 ». L’unique drapeau, représentatif du peuple, est le drapeau rouge, symbole de « la charité et de la fraternité, de la vie et du dévouement19 », et non des massacres sanglants des révolutions passées. Cet étendard renvoie aussi à la république sociale, universelle et humanitaire. Ce drapeau aurait pour devise « Christianisme, Démocratie, Socialisme 20 ».

L’almanach ou une porte d’entrée pour comprendre les campagnes électorales de 1851-1852.

En 1850, dans son premier numéro, l’almanach anarchiste a essayé de rallier les républicains et ses lecteurs sous un même étendard, « la vile multitude ». À partir de 1851, elle prépare, dans son second numéro, le plan de bataille du « parti » républicain en vue des élections présidentielles de 1852. Le périodique annuel prend ainsi le sous-titre de « Guide pour les élections de 1852 ».

L’une des caractéristiques principales du genre littéraire de l’almanach est de reposer sur une temporalité bien définie, à savoir l’année à venir. Cette temporalité conditionne le rythme de vie de ses lecteurs. Les échéances électorales – les législatives et les présidentielles – correspondent, pour beaucoup de Français, à un horizon d’attente. Nous connaissons la fin de l’histoire avec le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte le 2 décembre 1851 mais l’histoire contre-factuelle21 nous a appris récemment à sortir de ces déterminismes et à écrire, en partie, l’histoire au conditionnel : et si l’élection présidentielle de 1852 avait eu lieu ? Poser cette interrogation, c’est chercher une manière d’appréhender le champ des possibles politiques qui se présentait au mouvement républicain en cette année 1851.

Face à la séparation opérée par la loi du 31 mai 1850, entre citoyens actifs et citoyens passifs, certains chroniqueurs, comme Félix Pyat, appellent les électeurs à se montrer solidaires de la frange du peuple exclue de la vie démocratique en contestant la légitimité des futures élections au moyen de l’abstention : « Que ceux qui, par hasard ont conservé le droit de voter ne l’exercent qu’avec tout le monde ! Qu’ils s’abstiennent ! Qu’ils s’abstiennent comme l’ont déjà fait noblement les électeurs du Nord et du Cher ! Qu’ils s’abstiennent de voter jusqu’en 185222 ». Lors d’élections législatives partielles en 1850 dans ces deux départements, les électeurs se sont en effet abstenus car l’amputation du corps électoral était très forte. Dans le Nord, on l’estime à –49, 2%23 ».

En outre, le représentant du peuple Pierre Joigneaux dans son article « Un peu plus de République et un peu moins de candidats », critique la focalisation des républicains sur le nom, encore inconnu, de leur futur candidat. Selon lui, les républicains ne doivent pas refaire les mêmes erreurs qu’en 1848. Il ne faut pas se précipiter en ce début de campagne électorale et il faut privilégier avant tout l’élaboration d’un programme pouvant rassembler tous les républicains plutôt que de réfléchir aux multiples prétendants à la fonction présidentielle : « Est-ce que le temps est venu d’agiter les noms propres, de remuer les petites jalousies, de faire siffler les petites ambitions ? Les hommes n’ont rien à faire ici, les intrigues non plus, les coteries non plus (…) Il n’y a pas de fétiche chez nous ; nous n’adorons ni nos pareils ni leurs images24 ». D’ailleurs, il n’y a pas encore de candidats déclarés chez les socialistes et radicaux durant l’année 1851. Qu’il semble loin le temps où le camp du progrès cherchait un homme providentiel à travers des personnalités comme le marquis de la Lafayette en 1830 ou le poète Alphonse de Lamartine en février 1848.

Les premières candidatures semblent venir plutôt du camp conservateur : « Dans le désaccord profond qui règne aujourd’hui, au sein du parti de l’ordre, sur la question présidentielle, il est à craindre qu’aux élections de 1852 pour le choix d’un nouveau Président, cet état de division persistant ne donne de grandes chances au candidat des montagnards et des socialistes25 ».  Les noms de Changarnier, du prince de Joinville ou du général Cavaignac chez les conservateurs et les républicains modérés agitent les esprits selon Sylvie Aprile26 . Il ne faut pas oublier le président sortant, Louis-Napoléon Bonaparte, qui demande à l’Assemblée nationale une révision de la Constitution lui permettant de se présenter à sa propre succession. En raison de la loi du 31 mai 1850, les républicains les plus à gauche ont donc bien du mal, en 1851, à se projeter et à voir ce qu’il pourrait advenir à la sortie des urnes en avril et mai 1852. Beaucoup d’entre eux sont déjà, avant même le coup d’État du 2 décembre 1851, en prison ou exilés. Au nom des droits politiques du peuple, les figures anarchistes en appellent ainsi à l’abstention et à la vindicte contre les pourfendeurs de la restriction du corps électoral. Ils espèrent aussi pouvoir unifier les différentes pensées républicaines. Contrairement à l’élection présidentielle de décembre 1848 où la candidature socialiste paraissait « impossible 27 », il semble que l’élection présidentielle de 1852 paraisse en elle-même impossible et que l’abstention soit la meilleure arme de la gauche pour se faire entendre dans l’espace public.

L’Almanach de la vile multitude est ainsi un almanach original sur plusieurs points. Il peut être considéré comme l’un des premiers almanachs français se revendiquant de l’anarchisme. Par ailleurs, il cible une personne tout particulièrement dans ses pages : Adolphe Thiers. Un tel acharnement montre à quel point Thiers cristallisait les haines de l’opposition socialiste et radicale. En détournant l’injure infamante de l’ancien ministre orléaniste, l’almanach a réussi à formuler une définition du « peuple » dans une société anarchiste. Il rend compte aussi de l’actualité des campagnes électorales durant toute l’année 1851. Cette campagne est sans cesse assombrie par la loi du 31 mai 1850 qui exclut les classes populaires du suffrage universel masculin. Il est remarquable que cet almanach de la gauche républicaine ait pu paraître durant deux années, en 1850 et en 1851, alors que la presse républicaine se trouvait en décrépitude durant cette période en raison de la censure qui l’accablait. Il est le témoignage d’une volonté des républicains de choisir un ennemi commun, le parti de l’Ordre, et de se rallier à un mot d’ordre, à savoir une insulte détournée pouvant favoriser l’union républicaine. L’insulte est donc un mode d’action du répertoire politique qui ne se cantonne pas aux débats de l’Assemblée nationale ou aux colonnes des journaux quotidiens mais qui est présent aussi dans les pages des almanachs populaires.

Citer ce billet : Jonathan BARBIER, "Almanach du chercheur associé – V. L’Almanach de la vile multitude : un périodique pamphlétaire et anarchiste (1851-1852)," in L'Histoire à la BnF, 24/04/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/9647, [consulté le 22/09/2020].
Histoire de M. Prudent-Janus Tournesol, 1775-1850, Martinon, Paris, sd. Gallica (BnF).

 

 

 

  1. Almanach de la vile multitude, par un de ses membres... 1re-2e années, 1851-1852., Paris, chez l’éditeur, rue Constantine, 19, etc. Le titre de la 1re année en plus : « suivi de la liste complète des associations ouvrières de Paris et de la banlieue », et celui de la 2e : « guide pour les élections de 1852″. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Cote : LC22-209. []
  2. Ronald GOSSELIN, Les almanachs républicains. Traditions révolutionnaires et culture politique des masses populaires de Paris 1840-1851, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 82. []
  3. Pierre MÉNARD, Les infréquentables frères Goncourt, Paris, Tallandier, 2020, p. 177. []
  4. Stephen W. SAWYER, Adolphe Thiers. La contingence et le pouvoir, Paris, Armand Colin, 2018, p. 57. []
  5. Thomas BOUCHET, Noms d’oiseaux. L’insulte en politique de la Restauration à nos jours, Paris, Stock, 2010, p. 24. []
  6. Almanach de la vile multitude par un de ses membres pour 1851, Paris, chez l’éditeur rue Constantine 19, 1850, p. 20. []
  7. Almanach de la vile multitude pour 1851…, op. cit., p. 29. []
  8. Ronald GOSSELIN, Les almanachs républicains…, op. cit, p. 42. []
  9. Déborah COHEN, Peuple, Paris, Anamosa, 2019, p. 21. []
  10. Almanach de la vile multitude. Guide pour les élections de 1852, Paris, Chez l’éditeur rue Constantine 19, 1851, p. 18. []
  11. Almanach de la vile multitude pour 1851…, op. cit., p. 22. []
  12. Almanach de la vile multitude pour 1851…, op. cit., p. 27-28. []
  13. Almanach de la vile multitude pour 1851…, op. cit., p. 31. []
  14. Almanach de la vile multitude pour 1851…, op. cit., p. 72. []
  15. Almanach de la vile multitude pour 1851…, op. cit., p. 79. []
  16. Ouvriers textiles qui préparent, cardent et épurent la laine, le poil ou le coton au moyen d’un arçon. D’après la définition en ligne du CNRTL. []
  17. « Car le drapeau rouge que vous nous rapportez n’a jamais fait que le tour du Champ-de-Mars traîné dans le sang du peuple en 91 et en 93, le drapeau tricolore a fait le tour du monde avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie » dans Alphonse DE LAMARTINE, Histoire de la Révolution de 1848, Paris, Perrotin, tome 1, 1849, p. 395. []
  18. Almanach de la vile multitude pour 1851…, op. cit., p. 45. []
  19. Almanach de la vile multitude pour 1851…, op. cit., p. 46. []
  20. Almanach de la vile multitude pour 1851…, op. cit., p. 45. []
  21. Quentin DELUERMOZ, Pierre SINGARAVÉLOU, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Paris, Éditions du Seuil, 2016. []
  22. Almanach de la vile multitude. Guide…, op. cit., p. 22. []
  23. Raymond HUARD, « Aspects de l’opinion et de la pratique du suffrage entre mai 1849 et décembre 1851 : le témoignage des élections partielles à l’Assemblée législative », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2001, n°22, p. 8. []
  24. Almanach de la vile multitude. Guide…, op. cit., p. 25-26. []
  25. La République de 1848 du 27 juillet 1851. []
  26. Émission Petit précis d’histoire à l’usage des candidats. Si l’élection présidentielle avait bien eu lieu en mai 1852 ? Que se serait-il passé ? produite par Emmanuel LAURENTIN et avec Sylvie APRILE comme invitée, le 23 septembre 2016. []
  27. Samuel HAYAT, « La candidature impossible de François-Vincent Raspail en décembre 1848 », Revue française de science politique, 2014/5, vol. 64, p. 869-903. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.