Les premiers abolitionnistes Noirs en métropole (1789-1794)

À l’occasion des commémorations du 10 mai pour le souvenir de l’esclavage et de son abolition et du partenariat de la BnF avec la Fondation pour la mémoire de l’esclavage, le carnet L’Histoire à la BnF a proposé à Julie Duprat du carnet Noire Métropole d’aborder le sujet de son choix à la lumière des collections de la BnF.

Depuis 2006, le 10 mai, et plus généralement le mois de mai, ont été choisis afin de commémorer l’abolition de l’esclavage. Si ces célébrations se réfèrent à la deuxième abolition de l’esclavage survenue en 1848, il est important de rappeler que la France a aussi connu une première abolition de l’esclavage dès la Révolution française. Plus important encore : alors que l’on s’arrête souvent sur les grandes figures d’abolitionnistes blancs, les récents travaux des historiens soulignent au contraire la part active prise par les Afro-descendants pour impulser ce changement législatif, et ce dès 1789. Les collections de la BnF sont particulièrement riches à ce sujet et permettent de mettre en lumière le rôle des Noirs français dans la première abolition de l’esclavage, qu’ils se trouvent alors dans les colonies ou en métropole.

De fait, la présence d’Afro-descendants en France est attestée depuis le XVIe siècle : c’est cependant au cours du XVIIIe siècle que leur présence devient un vrai phénomène de société avec plusieurs milliers d’individus, à la fois esclaves et libres de couleur, vivant sur tout le sol métropolitain dans les années 1780. En métropole, les libres de couleur sont les premiers à s’investir dans les débats révolutionnaires : leur autonomie juridique facilite en effet leur prise de parole dans l’espace public. Ils sont notamment représentés par la figure du métis Julien Raimond : arrivé dans l’Hexagone dès 1787 pour défendre les droits de ses concitoyens, il prend une part active aux débats politiques dès 1789 en publiant plusieurs pamphlets à Paris et en menant des délégations à la toute jeune Assemblée Nationale.

La ligne de conduite des libres de couleur est cependant alors bien éloignée de l’abolition de l’esclavage : en 1789, ce qu’ils défendent avant tout, c’est l’accès à la citoyenneté pour tous les Noirs et métisses libres, qu’ils soient ingénus (libres de naissance) ou affranchis. En se revendiquant citoyens, les libres de couleur visent deux objectifs : supprimer les lois raciales dont ils sont victimes aux colonies, au nom des principes d’égalité de la Déclaration des Droits de l’Homme1 ; pouvoir élire leurs propres représentants à l’Assemblée Nationale, à l’instar des colons blancs. La question de l’abolition de l’esclavage est donc complètement évacuée et ne sera évoquée que plus tard. Malgré la pression de nombreux lobbies coloniaux, ce premier combat mené par les libres de couleur est une réussite : le décret du 15 mai 1791 accorde la citoyenneté à tous les libres de naissance, une décision qui sera ensuite étendue le 21 mars 1792 à tous les libres, y compris les affranchis. Cette décision supprime donc de fait la classe des libres de couleur, qui ont désormais les mêmes droits et le même statut que les Blancs.

Discussion sur les hommes de couleur, [ca 1791]. Estampe. BnF, dpt des Estampes et de la photographie, cote QB-1 (1791-05-15)-FOL (photo personnelle de l’autrice).

Cette victoire est notamment représentée dans une rare estampe conservée à la BnF (mais non-numérisée), représentant les deux clans se faisant face : sur la gauche, les planteurs blancs ; sur la droite, le parti des Afro-descendants mené par Julien Raimond au centre (n°16). Le dessinateur se range ici clairement au côté de ce dernier : tandis que le lobby colonial est caricaturé, le groupe des Afro-descendants est guidé par la justice. Le dessinateur souhaite également montrer la solidarité des Noirs français dans ce combat : les planteurs de couleur à l’origine du décret sont en effet soutenus par une cohorte d’affranchis, dont une vieille femme que l’on pourrait identifier à Jeanne Odo, une affranchie centenaire devenue un des symboles de la lutte contre l’esclavage.

Discussion sur les hommes de couleur (détail), [ca 1791]. Estampe. BnF, dpt des Estampes et de la photographie, cote QB-1 (1791-05-15)-FOL (photo personnelle de l’autrice).

À partir de 1791 donc, le débat peut désormais se réorienter vers l’abolition de l’esclavage tout court. Alors que la prise de parole était jusque-là surtout monopolisée par les propriétaires de couleur, métis et libres de naissance, ce nouvel objectif permet de politiser un plus grand nombre d’Afro-descendants, aux origines plus populaires. Une centaine d’entre eux à Paris s’engage ainsi dans la Légion des Américains, dirigée par le fameux chevalier de Saint-Georges, qui devient un creuset pour la circulation et la défense des idées abolitionnistes. Ce combat est également porté par les premiers députés noirs élus à l’Assemblée Nationale, arrivés de la colonie de Saint-Domingue : Étienne Mentor, Jean-Baptiste Belley, Joseph Boisson entre autres, dont on fait les portraits.

Portrait de Etienne Mentor
E.V. Mentor : né à St Pierre Martinique le 26 décembre 1771, adjudant général, député de Saint-Dominique au Conseil des Cinq-Cents. Paris : chez Bonneville, [entre 1796 et 1799]. Estampe. Dpt des Estampes et de la photographie, cote RESERVE QB-370 (44)-FT 4

Cette triple dynamique, avec des députés blancs et noirs abolitionnistes qui se rangent derrière le camp de la Montagne, l’adhésion des masses plus populaires et, surtout, la révolte des esclaves aux Antilles, finit par porter ses fruits : le 4 février 1794, l’esclavage est aboli. L’engagement de nombreux Afro-descendants de métropole dans ce combat est clairement visible dans la liesse populaire que la publication du décret entraîne : plusieurs fêtes de l’abolition sont célébrées partout en France, dont les manifestations les plus impressionnantes se déroulent à Paris, épicentre de la vie politique. La fête se passe sans doute dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, rebaptisée Temple de la Raison depuis novembre 1793 : de nombreux citoyens de couleur s’y pressent, accompagnés des députés de Saint-Domingue, un épisode dont la presse de l’époque fait écho.

Annales patriotiques et littéraires de la France, et affaires politiques de l’Europe, 19 février 1794. Retronews.

Plusieurs libres de couleur y prennent la parole, comme la citoyenne Corbin, née à Paris en 1749 d’une mère blanche, Thérèse Richard, et d’un père affranchi, André Lucidor.

=> Cliquez sur les flèches pour feuilleter le discours ou directement sur le document pour le consulter dans Gallica.

 La révolte des Noirs et des Créoles. Paris : EDHIS, 1968. Fac-sim. BnF, dpt Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-Lk9-1464 (10 et 11)

Cette célébration a également été transcrite sous forme d’images. La plus célèbre d’entre elle est sans doute le dessin réalisé par Nicolas André Monsiau, représentant l’adoption du décret d’abolition le 4 février 1794 dans laquelle les Afro-descendants tiennent le premier rôle.

L’abolition de l’esclavage proclamé à la Convention, attribué à Nicolas-André Monsiaux ou Monsiau (1754-1837). Dessin (plume, lavis et gouache), Musée Carnavalet, Histoire de Paris, n° d’inventaire D.6008

Des images destinées à une plus grande diffusion sont également produites, sous la forme d’estampes. La BnF en conserve au moins cinq, consultables sur Gallica, aux titres explicites : « Moi libre aussi »2. Ces estampes adoptent des codes de représentation très similaires en portraiturant d’anciens esclaves : leur nouvelle liberté est rappelée par un bonnet phrygien pour les hommes, des bijoux pour les femmes, deux attributs souvent associés également au port d’un symbole maçonnique. On peut légitimement avancer que ce sont des Afro-descendants résidant en métropole qui ont servi de modèles pour ces estampes dessinées et tirées à Paris.

Plusieurs chants révolutionnaires sont enfin composés par les Afro-descendantes : on retrouve entre autre la citoyenne Corbin, qui reprend l’air de la Marseillaise pour composer un « Hymne des citoyens de couleur », ainsi que la citoyenne Dubois qui écrit une chanson originale, « L’Union américaine ».

=> Cliquez sur les flèches pour feuilleter le chant ou directement sur le document pour le consulter dans Gallica.

 La révolte des Noirs et des Créoles. Paris : EDHIS, 1968. Fac-sim. BnF, dpt Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-Lk9-1464 (10 et 11)

 

Toutes ces productions faites par ou pour les Afro-descendants en métropole entre 1789 et 1794 montrent donc bien l’implication de ces derniers dans les débats politiques d’alors : directement concernés par les idéaux républicains portés par l’Assemblée Nationale, ils sont loin de rester passifs et font jeu égal avec les abolitionnistes blancs pour obtenir leur émancipation politique puis juridique.

Cet épisode d’émancipation ne sera cependant que de courte durée : en 1802, l’esclavage est rétabli dans les colonies tandis que la situation reste dans un flou juridique en métropole. Cette décennie révolutionnaire aura cependant permis aux Afro-descendants d’entrer pour la première fois en politique en faisant écho en métropole aux revendications et aux révoltes de leurs compatriotes dans les colonies.

Bibliographie (pour aller plus loin) :

Caroline Crouin, « Étude scénographique des fêtes en faveur de l’abolition de l’esclavage (février – juillet 1794) », Annales Historiques de la Révolution française, 2005/1.

Bernard Gainot, “Les réseaux d’un conventionnel noir à travers les papiers de Joseph Boisson (1793 – 1800) », Annales Historiques de la Révolution française, 2017/2.

Florence Gauthier, L’aristocratie de l’épiderme : le combat de la Société des citoyens de couleur, 1786-1791, Paris, CNRS, 2007.

Erick Noël, “Les libres de couleur dans le jeu politique en France en 1789. Origines, devenir, implication », in Frédéric Régent, Jean-Pierre Niort, Pierre Serna (dir), Les colonies, la Révolution française, la loi, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014.

Erick Noël (dir), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne : Paris et son bassin…, Genève, Droz, 2011.

Jean-Daniel Piquet, L’émancipation des Noirs dans la Révolution française (1789-1795), Paris, Karthala, 2002.

La Révolution française et l’abolition de l’esclavage, textes et documents, Paris, Éditions d’Histoire Sociale. Cette compilation de fac-similés en douze volumes est à retrouver intégralement sur Gallica3 ; le tome XI est spécifiquement consacré aux productions par les Afro-descendants.

Citer ce billet : Julie Duprat, "Les premiers abolitionnistes Noirs en métropole (1789-1794)," in L'Histoire à la BnF, 13/05/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/9696, [consulté le 30/05/2020].

 

  1. Les libres de couleur aux colonies étaient en effet victimes de plusieurs discriminations, progressivement mises en place au cours du XVIIIe siècle : interdiction d’accès à certains métiers, interdiction de porter le titre de « sieur » ou « dame » dans les actes etc … []
  2. Les deux portraits illustrant cet article sont consultables dans Gallica ici et ici. []
  3. Les numérisations peuvent être facilement retrouvées via les notices du catalogue général : N°1-5 ; N°6-9 ; N°10-11 et N° 12. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.