L’ambivalente réception de La Case de l’oncle Tom en France : pleurer ou persifler ? (Partie I. Un succès éditorial orchestré)

Les premières traductions de La Case de l’oncle Tom sont publiées fin 1852 en France. Les dimensions hors normes du succès de cet ouvrage ont été magistralement étudiées par Claire Parfait1, qui a montré comment et pourquoi le lectorat français adulte se prend pour la première fois de passion pour un roman anglophone en provenance des États-Unis. L’objet de ce billet et des deux suivants est d’étudier ce qu’on pourrait nommer la réception de la réception. De 1840 à 1900, tout succès littéraire est en effet décortiqué par la presse satirique. Les travers en sont grossis par la parodie, des textes humoristiques et des caricatures, et l’auteur est parfois livré à la curiosité du public par la charge2. Comment la presse satirique – formidable caisse de résonance et véritable laboratoire de réflexion sur les champs littéraires et les gens de lettres – a-t-elle observé et disséqué le succès du roman d’Henriette Beecher Stowe ? Deux dimensions sont particulièrement intéressantes et délicates à traiter tant il faut les contextualiser sous peine d’en faire des analyses erronées et/ou anachroniques : la réception d’un ouvrage réputé pour son message anti-esclavagiste (ce sera l’objet du deuxième billet) et la représentation des héros noirs de l’ouvrage (objet du troisième et dernier billet).

« Le livre passera sans doute comme toute œuvre qui ne soutient pas la puissance de la forme »

La Case de l’oncle Tom, après avoir connu un fort succès aux États-Unis puis en Grande-Bretagne, a été adapté par plusieurs traducteurs français pour des éditions sous forme de feuilleton ou de livraisons3, sous des titres variés. Les multiples traductions, il est vrai très différentes, font les délices des caricaturistes. Nadar ironise sur un traducteur qui bâcle son travail (l’Oncle Tom) afin d’échapper à « ma tante », c’est-à-dire au Mont-de-Piété (voir image ci-dessous).

Nadar, « Revue du quatrième trimestre« , Le Journal pour rire, 25 décembre 1852. Gallica (BnF).

On compte onze traducteurs différents, une vingtaine d’éditions diverses en français entre 1852-18534, à tous les prix, sans compter des éditions en langue anglaise5.

Cette escalade dans la publication, d’autant plus aisée que la législation permet encore alors de traduire un ouvrage sans payer de droits d’auteur, contribue à la célébrité de l’ouvrage. Chaque éditeur français fourbit des arguments supplémentaires, voire dénigre la concurrence. Présenté par la presse dès le mois d’octobre 1852 comme un événement mondial, l’ouvrage est rapidement feuilletonné par trois journaux à la fois, ce qui redouble sa réputation de phénomène inédit. La Presse (voir ci-dessous le premier feuilleton, le 31 octobre 1852 accompagné d’une présentation) et Le Siècle font la course à l’échalote, pendant que Le Pays, qui a démarré plus tardivement tente de les rattraper avec un supplément hebdomadaire, et revient au feuilleton.

 

Un large éventail des tendances politiques d’un lectorat adulte découvre ainsi La Case de l’oncle Tom, tout autant attiré par les thématiques jugées inédites de l’ouvrage que par le phénomène de mode. Les journaux commentent encore et toujours la multiplication des traductions, éditions, la préparation conjointe de pièces de théâtre, de musiques et l’apparition d’objets que l’on peut qualifier de dérivés. Tout au long du second dix-neuvième siècle se produisent des emballements semblables autour de romans suscitant le scandale et/ou attirant l’attention par leurs thématiques ou leur style, déchaînements médiatiques qui permettent d’apprivoiser la nouveauté6. Compte-rendus critiques, musiques parodies, caricatures, etc., se répondent, influençant même les écrivains dont l’œuvre est ainsi mise en avant7.

La Revue de Paris, dans son numéro de décembre 1852 dirigé par Théophile Gautier, ironise et s’essaie à la prophétie :

Le grand événement littéraire du jour est la publication d’un roman américain, La Case de l’oncle Tom, de Mme Henriette Reecher Stowe. C’est la question de l’esclavage reprise et restaurée en forme de roman. On ne saurait ouvrir un journal américain ou anglais sans voir le Uncle Tom’s Cabin. Ce succès a traversé l’Atlantique et la Manche ; il aborde, il s’implante, il s’accrédite en France avec une célérité électrique. Toute feuille un peu importante croit devoir suivre le mouvement imprimé par nos voisins d’outre-mer et donner la primeur de l’oncle Tom à ses abonnés. Les éditeurs le publient en livre, les traducteurs de langues étrangères se sont précipités dessus comme une proie profitable, et considérable est leur nombre ; nous avons M. Louis Enault, M. Pilatte, M. Edmond Texier et tutti quanti. Nous n’avons de possible comme point de comparaison à un pareil engouement que les Mystères de Paris et les procès si dramatiques de Mme Lafarge et de M. de Bocarmé. Nous doutons toutefois que le succès de l’oncle Tom soit aussi vif en France qu’il l’a été en Amérique. La question de l’esclavage nous est inconnue ; les infortunes noires trouvent peu d’échos dans nos cœurs qui se réservent pour les philanthropies locales, et la curiosité épuisée, le livre passera sans doute, comme toute œuvre que ne soutient pas la puissance de la forme, et aussi de toutes les traductions8.

Ce que  La Revue de Paris prend pour des facteurs négatifs contribue au contraire au succès de La Case de l’oncle Tom. Le public français se passionne pour la question de l’esclavage vue au travers du prisme américain, et vibre au récit des « infortunes noires », faisant fi de la forme et de la qualité des traductions. La presse satirique réagit comme à son habitude en commençant par dénoncer la fièvre feuilletonesque et la bataille éditoriale, alors que déjà se livre un autre combat pour les premières adaptations théâtrales. Dès novembre 1852, Honoré Daumier représente ses fameux Bas-Bleus très affairés à imaginer un pendant féminin français à l’Oncle Tom (voir image ci-dessous), la « Tante Tom9 ». La caricature est d’ailleurs peu tendre pour la romancière, puisque Gustave Doré ne manque pas non plus de la croquer sous des dehors peu amènes dans Le Journal pour rire10.

=> Cliquez sur les images pour les agrandir.

Le « roman phénoménal » et la « tommanie »

La « réclame » faite au roman amuse les caricaturistes qui évoquent une « tommanie », une mode tournant à la manie (voir le dessin ci-dessous) à cause de publicités invasives.

Amédée Cham, « Actualité de la quinzaine« , Le Charivari, 28 novembre 1852. Gallica (BnF).

Louis Huart reprend quelques semaines plus tard, toujours dans Le Charivari, le thème de la « tommanie » à l’occasion de la publication d’un almanach anglais de l’Oncle Tom. Après avoir égrené tous les objets que l’on pourrait vendre (vêtements, pommade, etc.), il s’étonne – ou feint de s’étonner – qu’en revanche le nom de la romancière reste très peu connu : « chose singulière, l’auteur seul de l’Oncle Tom ne voit point son nom devenir célèbre11. Dans L’Argus : revue théâtrale et journal des comédiens, le même auteur évoque un « roman phénoménal » qui pousse les Américains, trop impatients de le lire, à faire la queue des heures durant, à détrousser les heureux possesseurs de l’ouvrage. Il décrit le phénomène comme une véritable épidémie de « Tom morbus12 ».

Louis Huart, « Le roman phénoménal« , L’Argus des spectacles, 16 novembre 1852. Gallica (BnF).

Gustave Doré montre dans Le Journal pour rire un lectorat bourgeois avide de prouver dans les salons qu’il lit le roman à la mode dans une de ses multiples traductions  : « Avez vous lu le Père Tom ? – Avez-vous lu le Tom ? Avez-vous lu la Case ?… »

Gustave Doré, « A propos du Père Tom« , Le Journal pour rire, 5 février 1853. Gallica (BnF).

Cette passion, en grande partie forgée par les éditeurs, agace fortement les caricaturistes. Cham dans Le Charivari met en scène l’année 1852 conseillant à 1853 de crier « au large » aux nouveaux Oncle Tom qui pourraient débarquer13….

« On a donc fait des Toms pour tous les goûts, des Toms noirs, des Toms lilas et des Toms moitié noirs et moitié lilas, des métis de tristesse et de gaîté »

Entre photographie et caricature, le caricaturiste Nadar est un observateur particulièrement efficient des nouveautés. Il s’empare donc du phénomène de mode en soulignant le passage extrêmement rapide en France du roman à la pièce, sorte de mimésis accélérée de la « tommanie » américaine (voir les images ci-dessous => cliquez pour les agrandir).

 

Dès février 1853, soit quelques mois après la traduction en France du roman, les spectateurs peuvent en effet déjà voir deux adaptations théâtrales sur des scènes très connues :

Après le spectacle des yeux, le spectacle du cœur. Venez à la Gaîté verser des larmes sur le sort de l’Oncle Tom, l’évangélique apôtre noir.

Nous n’établirons pas de parallèle entre le drame de l’Ambigu et le drame de la Gaîté. Chacun de ces ouvrages a son mérite spécial. Le succès de l’un servira au succès de l’autre. Quand on aura vu le Père Tom de la Gaîté, on voudra voir celui de l’Ambigu et vice versa.

Le roman est suivi, presque pas à pas, au théâtre de la Gaîté , et si le dénouement diffère quelque peu de l’œuvre de madame Henriette Stowe, c’est afin de le rendre plus sympathique, plus satisfaisant14.

Dans Le Charivari, Taxile Delord avoue avoir quelques difficultés à se prononcer pour choisir « entre ces deux Toms, le Tom qui pousse à l’éclat de rire et le Tom qui porte au sanglot » :

Le genre humain tout entier, depuis qu’il existe, s’est toujours partagé en deux classes égales en nombre : les gens qui voient tout en noir et ceux qui ne comprennent que la nuance lilas. On a donc fait des Toms pour tous les goûts, des Toms noirs, des Toms lilas et des Toms moitié noirs et moitié lilas, des métis de tristesse et de gaîté, comme sera probablement le Tom du Gymnase15.

Nous verrons dans les prochains billets que si la fièvre ainsi orchestrée en France autour de la publication de La Case de l’oncle Tom est d’origine commerciale, elle n’empêche pas les humoristes de se pencher sur le fond du roman, et d’en dénoncer les possibles travers ou insuffisances. Nous découvrirons également comment une partie des caricaturistes ou parodistes ont pu au contraire produire des images ou des plaisanteries contribuant à forger des stéréotypes sur les Noirs et sur les femmes auteures.

=> Pour aller plus loin :

Claire Parfait, « Un succès américain en France : La Case de l’Oncle Tom », E-rea, 2010 [version remaniée d’une communication prononcée à la Bibliothèque nationale de France le 16 mai 2006, dans le cadre des ateliers du livre (« Du succès au palmarès : évolution de la notion de best-seller »)], et The Publishing History of Uncle Tom’s Cabin, 1852-2002, Ashgate, 2007.

Le portail américain dédié à La Case de l’oncle Tom : http://utc.iath.virginia.edu/

Citer ce billet : Agnès Sandras, "L’ambivalente réception de La Case de l’oncle Tom en France : pleurer ou persifler ? (Partie I. Un succès éditorial orchestré)," in L'Histoire à la BnF, 20/05/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/9741, [consulté le 02/12/2020].

 

  1. Claire Parfait, « Un succès américain en France : La Case de l’Oncle Tom », E-rea, 2010 [version remaniée d’une communication prononcée à la Bibliothèque nationale de France le 16 mai 2006, dans le cadre des ateliers du livre (« Du succès au palmarès : évolution de la notion de best-seller »)], et The Publishing History of Uncle Tom’s Cabin, 1852-2002, Ashgate, 2007. []
  2. Voir Agnès Sandras,  » ‘La purée de littérature moderne’ : les genres du roman chahutés par la presse satirique« , Colloque « Les genres du roman au XIXe siècle« , Villetaneuse, 2016. []
  3. Dans Gallica, en faisant la recherche « case de l’Oncle Tom » dans Presse et revues = Bibliographie de la France : ou Journal général de l’imprimerie (…) on trouvera des dizaines de résultats à consulter ici. []
  4. Voir la Bibliographie de la France : ou Journal général de l’imprimerie et de la librairie, Paris, Cercle de la Librairie, pour l’année 1852. Gallica (BnF). []
  5. Claire Parfait, « Un succès américain en France : La Case de l’Oncle Tom », op. cit. []
  6. Voir Agnès Sandras. « ‘Je n’entends pas le carthaginois’ : caricatures et parodies liées à la publication de Salammbô », Revue Flaubert, n° 9, 2009 | Flaubert et la confusion des genres, Numéro dirigé par Sandra Glatigny, avec la collaboration de Juliette Azoulai. []
  7. Voir Agnès Sandras, « 1879, l’année du grand hourvari zolien dans la presse », in Excavatio, International Review for Multidisciplinary Approaches and Comparative Studies Related to Émile Zola and Naturalism Around the World, AIZEN 2017. []
  8. « Le monde et le théâtre – chronique familière du mois », La Revue de Paris, décembre 1852. []
  9. Honoré Daumier, « Actualités« , Le Charivari, 19 novembre 1852. La série des « Bas-Bleus », publiée par Le Charivari en 1844, se moquait des femmes écrivains : voir Christine Planté, « Les Bas-Bleus de Daumier : de quoi rit-on dans la caricature ?« , in La Caricature entre République et censure : L’imagerie satirique en France de 1830 à 1880 : un discours de résistance ? Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1996. []
  10. Gustave Doré, « A propos du Père Tom« , Le Journal pour rire, 5 février 1853. Gallica (BnF). []
  11. Louis Huart, « L’almanach de l’oncle Tom« , Le Charivari, 7 décembre 1852. []
  12. Louis Huart, « Le roman phénoménal« , L’Argus : revue théâtrale et journal des comédiens, 16 novembre 1852. []
  13. Cham, « 1852 relevé de faction par 1853« , Le Charivari, 2 janvier 1853. []
  14. Albert Monnier, « Théâtres », Le Journal pour rire, 5 février 1853. []
  15. Taxile Delord, « Théâtre de la Gaieté« , Le Charivari, 24 janvier 1853. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.