Le « premier vagissement de la progéniture impériale » : faste et propagande autour de la naissance du fils de Napoléon III (1856)

Trifler, « Cris de Paris Pendant les fêtes du baptême », sd. Département Estampes et photographie. Trifler est vraisemblablement un pseudonyme de Félicien Rops qui publiait alors dans Le Charivari belge

L’impressionnante exposition du musée d’Orsay récemment consacrée au « spectaculaire Second Empire » a vu de nombreux visiteurs contempler avec une curiosité teintée d’effarement le berceau de Napoléon Eugène Louis Jean Joseph Bonaparte habituellement conservé au Musée Carnavalet.

Dès la chute du Second Empire, des écrits hostiles à la famille napoléonienne avaient narré la naissance du « prince impérial » et son baptême de manière très critique, soulignant les frais énormes engagés à cette occasion :

Paris, malgré ses misères cachées, étonnait cependant par sa splendeur, les têtes couronnées s’y succédaient répondant aux invitations des souverains et c’était chaque jour de nouvelles fêtes aux Tuileries. À ces fêtes succédèrent bientôt celles de la naissance du prince impérial. La cérémonie du baptême fut célébrée le 14 juin 1856 avec toute la pompe monarchique et, malgré les embarras financiers du moment, on ne dépensa à cette occasion, pas moins de 898,000 francs. Les médecins reçurent 62,000 francs, la sage-femme 6,000 fr., le cortège seul coûta 172,000 fr. Le premier vagissement de la progéniture impériale eut pour effet, comme on le voit, un nouvel accroc à nos finances. Mais Jacques Bonhomme paie et doit être content; quand on a un souverain, c’est l’usage1.

Depuis 1848, Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III, a mis la fête au service du pouvoir politique2. La naissance de son fils en 1856 est une occasion supplémentaire de marquer avec faste la continuité entre le Premier Empire et le Second Empire, et de conforter un régime qui se veut désormais héréditaire. La « fête impériale »3 est soigneusement organisée et appuyée par des moyens d’information en plein essor. Une censure zélée empêche la contestation. Il faut donc lire les publications imprimées à l’étranger pour connaître les doutes des Français face aux munificences engagées par Napoléon III et son épouse Eugénie. Toutefois, la constante application à faire bénéficier le peuple de largesses exceptionnelles suggère entre les lignes que le pouvoir a conscience qu’un faste excessif peut entraîner le mécontentement. Enfin, dans les ouvrages hostiles au Second Empire publiés après 1871, le baptême du prince impérial revient en leitmotiv comme un moment de démesure collective résultant certes de princes désireux d’asseoir un pouvoir héréditaire, mais aussi de corps politiques apathiques et d’une population naïve. Zola décrit un « enthousiasme populaire » :

Mais on ne s’entendait plus, un vivat assourdissant montait, les trois cent mille personnes qui s’écrasaient là, battaient des mains. Quand le petit prince était arrivé au milieu du pont, et qu’on avait vu paraître derrière lui l’empereur et l’impératrice, dans ce large espace découvert où rien ne gênait la vue, une émotion extraordinaire s’était emparée des curieux. Il y avait eu un de ces enthousiasmes populaires, tout nerveux, roulant les têtes comme sous un coup de vent, d’un bout d’une ville à l’autre. Les hommes se haussaient, mettaient des bambins ébahis à califourchon sur leur cou; les femmes pleuraient, balbutiant des paroles de tendresse pour « le cher petit », partageant avec des mots du cœur la joie bourgeoise du couple impérial4.

Différents types de documents permettent à la BnF de documenter le baptême impérial : images, documents administratifs, etc. Signalons une série particulièrement riche, conservée par le Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, la série Lb56 décrite  par le Catalogue de l’histoire de France5.

Naissance du Prince Impérial : estampe. Fabrique de Pellerin, Imprimeur-Libraire à Épinal? BnF, Département des Estampes et photographie.La naissance et l’ondoiement du « prince impérial »

Les détails de la naissance et de l’ondoiement ont été réglés à l’avance par le grand-maître des cérémonies, Cambacérès. L’information est divulguée par la presse belge et reprise par des journaux français comme La Presse et Le Constitutionnel début mars 1856. Sont notamment prévus « le cérémonial pour la naissance des princes et princesses, enfans de l’empereur », les « cérémonies qui doivent avoir lieu dans les jours qui suivent celui de la naissance » et « le cérémonial pour l’ondoiement d’un prince impérial ». Cette organisation est clairement inspirée par les coutumes des rois de France mais aussi par la naissance du Roi de Rome en 1811.

Le 16 mars 1856, après une longue nuit d’attente, le prince impérial voit le jour. La foule amassée devant les Tuileries, si l’on en croit les récits hagiographiques, compte fiévreusement les coups de canon et explose de joie au 22e bruit6 : « c’est un garçon ! ». Répercutée aussitôt jusqu’en province par le télégraphe, la nouvelle suscite selon la presse une grande ferveur. À Paris, une « affiche de la préfecture de police » résume les derniers événements de la journée : la naissance de Jean-Joseph-Napoléon, l’ondoiement dans la chapelle des Tuileries mais aussi les différentes mesures prises en faveur des plus miséreux. De toutes parts affluent des poèmes à la gloire du nouveau-né: « Cantate pour la naissance du prince impérial », « Sur la naissance du prince impérial », etc.

L’activité des jours suivants est fiévreuse. Une souscription du  «souvenir du 16 mars 1856 » est ouverte dans les arrondissements parisiens et soigneusement limitée à 25 centimes par personne. Napoléon III présente son fils, déjà doté du cordon de la légion d’honneur, aux différents corps, dans des cérémonies dûment immortalisées par des gravures, par exemple intitulées « l’espoir de la France ». Le 19 mars, il justifie dans un discours au Sénat l’expression d’ « enfant de France » qui a créé la surprise :

C’est qu’en effet, messieurs, lorsqu’il naît un héritier destiné à perpétuer un système national, cet enfant n’est pas seulement le rejeton d’une famille, mais il est véritablement encore le fils du pays, et ce nom lui indique ses devoirs. Si cela était vrai sous l’ancienne monarchie, qui représentait plus exclusivement les classes privilégiées, à plus forte raison aujourd’hui que le souverain est l’élu de la nation, le premier citoyen du pays et le représentant des intérêts de tous.

Et il précise dans un discours au corps législatif:

Cet enfant que consacrent à son berceau la paix qui se prépare, la bénédiction du Saint-Père apportée par l’électricité, une heure après sa naissance, enfin les acclamations de ce peuple français que l’Empereur a tant aimé, cet enfant, dis-je, sera digne des destinées qui l’attendent.

Quelques années plus tard, Taxile Delord commentera, reflétant vraisemblablement une partie des pensées étouffées en 1856:

Ainsi donc, à en croire Napoléon III, les Bourbons remontés sur le trône, la France vaincue à Waterloo, le duc de Berry assassiné, Charles X exilé, Louis-Philippe sept fois exposé aux coups des assassins, la guerre civile de juin, la Providence n’avait fait assister le monde à ces événements que pour consacrer la dynastie des Bonaparte7!

Il faut surtout préparer le baptême, énorme démonstration de puissance et d’attachement à des valeurs séculaires qui se veut nationale et internationale. Le contexte est très favorable à Napoléon III, grâce à la signature du Traité de Paris  le 30 mars 1856. La naissance de « l’enfant de France » est associée dans la propagande impériale à cet événement international comme le « souvenir du 16 mars et de la paix dans le monde ».

Un baptême impérial

Faisant œuvre d’historien, Zola8 se plonge dans L’Histoire du Second Empire de Taxile Delord évoquée plus haut, L’Histoire illustrée du Second Empire d’Ernest Hamel  et Les Suspects de 1858 d’Eugène Tenot et Antonin Dubost  comme le montrent ses dossiers préparatoires sur le baptême. Il utilise également Le Moniteur Universel qui donne le compte rendu de la séance du Corps législatif sur le vote des crédits du baptême du prince impérial, et celui du 15 juin 1856 retraçant les cérémonies9. Il en tire des pages d’une grande acuité, montrant habilement un vote à la fois enthousiaste et machinal :

Un monsieur blond était debout au premier banc, un banc de marbre jaune, à tablette de marbre blanc. Il tenait à la main un grand papier, qu’il couvait des yeux, tout en parlant. — J’ai l’honneur, dit-il d’une voix chantante, de déposer un rapport sur le projet de loi portant ouverture au ministère d’État, sur l’exercice 1856, d’un crédit de quatre cent mille francs, pour les dépenses de la cérémonie et des fêtes du baptême du Prince Impérial. Et il faisait mine d’aller déposer le rapport, d’un pas ralenti, lorsque tous les députés, avec un ensemble parfait, crièrent : — La lecture ! la lecture10 !

Le baptême a lieu le 14 juin 1856. Partant du Pavillon de l’Horloge, le cortège se dirige vers Notre-Dame somptueusement décorée par Viollet-le-Duc. Plusieurs images d’Épinal donnent à voir plus ou moins fidèlement la cérémonie du « baptême impérial ». Le  «cérémonial à observer pour les cérémonies », le « programme des fêtes » permettent de connaître le détail minute par minute d’une cérémonie compliquée faisant le lien entre monarchie absolue, Premier Empire et Second Empire tout en tentant d’en effacer les symboles trop saillants qui déclenchèrent les révolutions. Partie des Tuileries, la fête se termine à l’Hôtel de Ville. Les spectateurs osent-ils vraiment maugréer, comme le suggère Zola, avant de se laisser étourdir par la fête ? Si en Belgique, le dessinateur Trifler se moque des portraitistes officiels comme Winterhalter, une marée de poèmes, chansons, destinée à glorifier le nouveau prince, ne cesse de gonfler. Bientôt les images d’Épinal narrent ses premiers jeux, montrant « l’enfant de France » dans des fonctions dignes des petits rois pendant que les photographies à destination des couches sociales moins modestes suggèrent une paisible vie de famille bourgeoise, dualité savamment entretenue jusqu’en 1870. Après 1870, les langues se délient :

Le commencement de l’année 1856 fut marqué par un événement que quelques gros fonctionnaires bien appointés firent semblant de croire du plus haut intérêt pour la France. Madame de Montijo donna un fils à l’empereur, le 16 mars 1856. De ce pauvre petit être, qui n’avait pas demandé à naître, nous n’avons rien à dire. En plusieurs occasions, nous avons affirmé notre respect, sous bénéfice d’inventaire, pour les fils de gredins à tous les degrés de l’échelle sociale.

Nous avons dit, et nous y persévérons : Les enfants ne sont point responsables des crimes de leur père… jusqu’au moment où ils prétendent en profiter. Nous n’aurons donc, pour le fils de l’homme dont nous écrivons l’histoire, aucun mot désagréable. Ce pauvre enfant, en venant au monde, a trouvé dans son berceau des écrouelles et un trône, le tout héréditaire. Ce n’est pas sa faute si le trône n’est pas aussi sûr que le reste. Pendant les premiers jours de son enfance, le prince impérial ne fit rien de remarquable. Cependant, le lendemain de sa naissance, tous les corps constitués, en défilant devant son berceau, remarquèrent qu’il portait le ruban de la Légion d’honneur. Un vieux sénateur, en cette circonstance, manqua de présence d’esprit et laissa échapper, en voyant ce signe d’honneur précoce, un léger mouvement de surprise.

L’empereur s’en aperçut, et, s’approchant du haut dignitaire, lui dit, en fronçant le sourcil : —Vous semblez étonné que Louis soit décoré, monsieur le baron? Le sénateur comprit qu’il avait fait une bêtise et pâlit. Avoir paru mettre un instant en doute le mérite d’un prince du sang âgé de vingt-deux heures, il n’en fallait pas davantage pour s’exposer à une disgrâce complète. Aussi, le vieux courtisan eut-il un éclair de génie qui sauva la situation. — Sire !… répondit-il en s’inclinant jusqu’à terre, je suis profondément surpris, en effet… mais c’est de voir que Son Altesse n’est encore que commandeur11.

La découverte du véritable budget affecté aux cérémonies autour du baptême du « rejeton impérial »12 sera l’argument suprême des anti-bonapartistes pour critiquer les cérémonies de 1856. Lors du décès de Louis-Napoléon Bonaparte (1856-1879) en Afrique du Sud, certains journaux bonapartistes rappelèrent au contraire avec émotion la naissance et le baptême du « quatrième Napoléon »:

Du côté du Carrousel on ne pouvait empêcher la foule de stationner devant les grilles, et d’importuner de questions les factionnaires et les serviteurs du palais.

Toute la journée se passa dans cette attente. Le soir l’Impératrice n’était pas encore délivrée. L’Empereur donna congé aux corps constitués qui allèrent prendre un peu de repos; mais il ne put défendre aux curieux de stationner sur le Carrousel. Durant toute la nuit il y en eut qui, l’œil fixé sur les fenêtres éclairées des appartements, suivaient par la pensée toutes les phases de ce douloureux enfantement.

Il n’en est point dans notre histoire qui ait intéressé plus vivement la population. Ni le roi de Rome, quand la Providence accorda au premier Napoléon ce gage de perpétuité, ni le duc de Bordeaux, quand la dynastie des Bourbons vit fleurir ce frais rejeton sur sa tige vieillie, ne furent attendus avec plus d’anxiété, ni salués à leur naissance avec de plus vifs transports. […] De son côté, le peuple de Paris ne ménagea point ses ovations. Dès le matin du 16 mars, les maisons se pavoisèrent; on dressa des mâts vénitiens sur la place de la Bourse et sur les boulevards. Des banderoles que le vent caressait portaient jusqu’aux faîtes des monuments les vivats pour l’Empereur, pour l’Impératrice, pour leur fils.

Sur plusieurs de ces oriflammes, on lisait une inscription qui donnait la mesure exacte de l’allégresse publique et des motifs où elle se fondait : Ordre, crédit, sécurité, prospérité. Le prince qui venait de naître assurait à la France ces trois conditions essentielles de son bonheur. On pouvait voir que, si parfois, les gens de Paris s’irritent ou s’exaltent sans raison, le jour où ils cédèrent à ces transports, ils le firent à bon escient13.

Image extraite de Touchatout, Histoire tintamarresque de Napoléon III, Paris, 1877. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme
Image extraite de Touchatout, Histoire tintamarresque de Napoléon III, Paris, 1877. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme
Citer ce billet : Agnès Sandras, "Le « premier vagissement de la progéniture impériale » : faste et propagande autour de la naissance du fils de Napoléon III (1856)," in L'Histoire à la BnF, 16/01/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/98, [consulté le 23/08/2017].
  1. A. Lesolc, Documents pour servir à l’histoire de l’empire, Saintes, A. Gay, 1883, p.186 []
  2. Voir Xavier Mauduit, « 1848, le Président prépare la fête ! », en ligne sur Retronews; Xavier Mauduit, Le ministère du faste : la Maison de l’empereur Napoléon, Paris, Fayard, 2016 []
  3. Voir : Frédéric Loliée, La Fête impériale, Paris, Éditions Jules Tallandier, 1926;  Alain Plessis, De la fête impériale au mur des fédérés  : 1852-1871,  Paris, Éditions du Seuil, 1973; Dominique Lobstein, « La fête impériale », Histoire par l’image [en ligne] []
  4. Émile Zola, Son Excellence Eugène Rougon, Paris, Charpentier, 1876, page 112 []
  5. Voir aussi les suppléments à ce catalogue []
  6. 21 coups de canon sont prévus pour les filles, 101 pour les garçons []
  7. Taxile Delord, Histoire illustrée du Second Empire, Paris, G. Baillière, 1880-1883  []
  8. Voir Zola et les historiens (sous la dir. de Michèle Sacquin), Paris, Bibliothèque nationale de France, 2004 []
  9. Éric Anceau, « Le Parlement et les parlementaires dans l’œuvre de Zola », Parlement[s], Revue d’histoire politique, 2/2016 (N° 24), p. 37-55 []
  10. Émile Zola, Son Excellence Eugène Rougon, Les Rougon-Macquart, Paris, Charpentier, 1876 []
  11. Touchatout, Histoire tintamarresque de Napoléon III, Paris, 1877  []
  12. Voir en introduction. []
  13. « Le Quatrième Napoléon – la naissance », Le Gaulois, 22 juin 1879. Le Gaulois reprend dans cet article des extraits de Léonce Dupont, Le quatrième Napoléon, Paris, Lachaud, 1874  []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *