L’ambivalente réception de La Case de l’oncle Tom en France : pleurer ou persifler ? (Partie II. Un message anti-esclavagiste plus ou moins apprécié)

Dans le précédent billet (à lire ici), nous avons vu comment et combien le succès éditorial de La Case de l’oncle Tom avait été orchestré. Le roman à la mode arrive en France, via l’Angleterre, avec  une injonction aux larmes et à l’émotion. Sa publication sous forme de feuilletons ou d’ouvrages est suivie de près par les adaptations théâtrales. Aux traductions variées s’ajoutent donc des mises en scène différentes, se partageant larmes et rires. Ce sont autant d’occasions pour les critiques et les humoristes d’évoquer La Case de l’oncle Tom. Au cœur des sourires et attendrissements, mais aussi d’agacements très marqués, se logent deux questions rarement évoquées de façon frontale : que penser de ce roman présenté comme un manifeste anti-abolitionniste ? De quelle façon les Noirs y sont-ils représentés (voir billet suivant) ? Ces deux interrogations sont d’une actualité forte dans la France de 1853 : l’esclavage y a été aboli récemment (1848) ; l’empereur Napoléon III songe à étendre les colonies françaises …

Le Charivari et l’obsession du Père Tom

À partir du 9 novembre 1852 (cf. infra), La Case de l’Oncle Tom devient, et pour de longs mois, une des thématiques préférées du Charivari. Il faut être attentif à bien lire l’ensemble des textes et à regarder la totalité des dessins pour comprendre l’état d’esprit général du journal. Isoler des extraits sans les contextualiser et sans les relier aux autres peut conduire, on va le voir, à des contre-sens ou à des analyses biaisées.

Le 14 novembre 1852, Taxile Delord indique qu’une seule chose attise la curiosité du moment, « un roman américain » dont il imagine différentes adaptations : un « Oncle Tom à cheval » pour « le Cirque-Olympique », une pantomime  » Pierrot-Oncle-Tom », un ballet « Oncle Tom », une « Lady Tom » sous la plume de Madame de Girardin, etc1. Le 16, Clément Caraguel ironise sur les discussions autour des traductions : doit-on parler du Père Tom ? Ou plutôt de l’Oncle Tom ? De la cabane ou de la case2 ? C’est donc encore la fabrication du succès qui intéresse. Le thème de l’esclavagisme apparaît de manière ambiguë le 18, sous la plume de Taxile Delord qui parodie La Case de l’Oncle Tom en prétendant effectuer une traduction du passage dans lequel Tom apprend que son maître doit se séparer de lui. « Uncle Beuve’s cabin » est en réalité un récit à visée humoristique tiré d’une actualité : Louis Véron vient de vendre Le ConstitutionnelSainte-Beuve publiait ses chroniques, les fameux « Lundis ». Delord compare donc le monde de la presse à celui des plantations dont les esclaves seraient des journalistes, et recycle le vocabulaire des émotions du roman original. Une incise, destinée à ironiser sur l’univers impitoyable de la presse, dénote peut-être une perception critique de la lutte anti-esclavagiste de Madame Stowe : « Quelle condition que la nôtre ! On nous vend comme de véritables bêtes de somme, et les philanthropes ne songent qu’aux nègres, comme si les journalistes étaient moins à plaindre3! » Mais il s’agit plus sûrement d’une allusion parodique à la réception du roman en Angleterre, où une polémique était née du reproche adressé aux classes aisées de verser des larmes sur les malheurs des esclaves américains, tout en ignorant la misère des défavorisés de leur pays … Le lendemain, c’est Honoré Daumier qui imagine les Bas-Bleus inventant un pendant féminin français à l’Oncle Tom (voir billet précédent). Le 20 novembre, Clément Caraguel pousse plus loin l’ambiguïté avec « Le faux Père Tom », un autre récit de type parodique qui voit un planteur vouloir à tout prix se substituer à un esclave, dont la vie lui paraît plus enviable que la sienne. Tout en mettant en garde contre un imaginaire Père Tom, dont il fait un long résumé, qui serait un « champignon vénéneux » alors que « Le vrai Père Tom est un manifeste contre l’esclavage », Caraguel termine son texte par une parodie de la réception de La Case de l’Oncle Tom :

Ce résumé suffit pour donner une idée du pathétique des situations de ce roman et en même temps de la nouveauté d’aperçus qu’on y remarque. Jamais la question de l’esclavage n’avait été examinée aussi à fond et l’effet de ce livre sera nécessairement d’appeler l’intérêt des nations européennes sur le triste sort des propriétaires d’esclaves4.

Clément Caraguel ne donne pas de clé précise : parodie-t-il La Case de l’Oncle Tom ou un roman pro-esclavagiste ? Il existe en effet à ce moment-là aux États-Unis toute une littérature pro-esclavagiste5. Il semble plus vraisemblable que Caraguel s’amuse à parodier des ouvrages anti-esclavagistes traduits et publiés en France dans le sillage de celui d’Harriett Beecher Stowe, comme par exemple The Slave, autobiographie fictionnelle d’un esclave initialement publiée en 1836 par Richard Hildreth6 et qui connaît plusieurs traductions en France à partir de 1852. Celle de Labédolière, parue en livraisons du Panthéon populaire illustré, se veut une contribution affichée à l’anti-esclavagisme mais joue sur des ressorts ambigus, donnant à croire que l’ouvrage est contemporain de La Cabane de l’OncleTom, alors qu’il l’a largement précédé, lui ajoutant un sur-titre très commercial (« Le compagnon du Père Tom ») et un titre accrocheur (« L’esclave blanc »). Le tout joue sur une iconographie choisie (voir ci-dessous) et une feinte hésitation à publier en raison de « la crudité de certains détails ».

=> cliquez sur les flèches pour feuilleter l’ouvrage ci-dessous

 

Mais Le Charivari est parfaitement capable de sérieux, sans doute pour que les lecteurs comprennent la véritable portée et les limites des plaisanteries et des parodies. Le 23 novembre, Taxile Delord consacre deux colonnes à un compte-rendu critique de deux éditions (celle de Labédollière et celle de Wailly pour Le Siècle) de La Case de l’Oncle Tom. Son texte est très éclairant, à la fois sur la réception du succès fabriqué (voir billet précédent) et sur la façon dont les lecteurs français peuvent accueillir le livre. Selon lui, la question de l’esclavage ne passionne plus ses contemporains avec la même acuité : « nous n’avons plus d’esclaves », constate-t-il. On verra (cf. infra) que ce discours est répandu et symptomatique de la construction d’un rapport particulier à la mémoire de l’esclavage en France.

Taxile Delord, « L »Oncle Tom« , Le Charivari, 23 novembre 1852.

Pour la première fois, le 28 novembre, un dessin du Charivari met en scène un « nègre7 » en relation avec la vogue de l’Oncle Tom. On reviendra sur ce type de représentation des personnes noires dans le prochain billet. Notons pour le moment que ce dessin (le plus à droite ci-dessous) est visuellement précédé d’une première vignette évoquant un « livre charmant » qui inspire à une femme enceinte le désir d’accoucher d’un enfant « nègre8 ». La deuxième vignette, déjà évoquée par le billet précédent, fait allusion à la réclame organisée autour de la publication de l’ouvrage.

Cham, « Revue de la quinzaine« , Le Charivari, 28 novembre 1852. Gallica (BnF).

Les plaisanteries du Charivari se recentrent bientôt sur le commerce développé autour de l’Oncle Tom. Adrien Huart accueille avec sarcasmes la publication d’un l’Almanach de L’Oncle Tom et s’amuse à prédire la vente d’objets qu’on appellerait dérivés aujourd’hui9. L’année 1853 est encore largement émaillée d’allusions (à voir ici) à La Case de l’Oncle Tom avec deux temps forts : les premières représentations théâtrales (cf. infra) et le temps du Carnaval où l’Oncle Tom occupe une place particulièrement importante (voir prochain billet). Elle s’ouvre d’ailleurs sur des vignettes prédictives sur les mois à venir dont deux consacrées à l’Oncle Tom (voir ci-dessous) et à un texte (voir ci-dessous) imaginant que Le Constitutionnel, averti de l’arrivée de l’auteure américaine, la capture et la garde prisonnière afin qu’elle livre un nouveau roman…

=> cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Entre larmes et rires au théâtre : « moi vouloir être rosière »

Les revues, spectacles burlesques qui mettent en scène grâce à différents tableaux les événements de l’année10, donnent une place de choix au roman fin 1852 et aux adaptations théâtrales fin 1853. Fin 1853, Les abeilles et les violettes : revue à grand spectacle consacre par exemple son sixième tableau aux adaptations théâtrales de l’Oncle Tom. On imagine dans cette revue qu’exceptionnellement la ville de Nanterre fait, non pas d’une jeune fille, mais d’une pièce vertueuse la Rosière11 de l’année. C’est l’occasion de transgressions multiples, l’Oncle Tom réclamant en « petit nègre » (voir billet suivant) le prix de vertu :

TOM. Moi, bien bon, moi bien doux, moi vouloir être rosière, na !

PICOTIN. Qui êtes-vous,  Monsieur?

SHELBY. L’oncle Tom, un roman nègre qui fait pleurer le public et gémir la presse. Saluez, Tom.

(Tom se lève et salue le public.)

La suite du tableau fait intervenir les trois théâtres parisiens12 qui ont mis le roman à la scène : le Gymnase13, l’Ambigu Comique14, la Gaîté15 réclament la rose, comme Shelby (le maître de Tom) et Tom :

DEUXIÈME MONSIEUR. Le mien fait pleurer.

PREMIER MONSIEUR. Le mien fait rire.

TROISIÈME MONSIEUR. Le mien fait rire et pleurer.

PICOTIN. Qu’est-ce que vous réclamez?..

TOM. Nous réclamons la rose.

PICOTIN. Allez tous vous promener ; vous n’aurez pas ma rose.

SHELBY, aux trois messieurs. Vous l’entendez, mes amis, voilà comme on récompense nos vertus.

Embrassons nos nègres et partons.

LES TROIS MESSIEURS, embrassant leurs nègres.

Cher oncle Tom !..

SHELBY. Dieu ! mon nègre qui déteint !

Ce tableau condense les critiques adressées aux adaptateurs qui ont exagéré soit le côté sentimental du roman soit ses passages plus joyeux, espérant attirer de nombreux spectateurs. D’où l’ironie du texte montrant des adaptateurs en pleines effusions peu philanthropiques. La mise en scène n’est pas épargnée : faute d’acteurs noirs, on a en effet grimé des comédiens (voir prochain billet)…

Nadar, Planche n° 15, de quatre vignettes, fumés pour la « Revue du premier trimestre de 1853 », avec légendes manuscrites [publiés dans Le Journal pour rire]. Gallica (BnF).

Si les romans populaires qui connaissent le succès sont souvent adaptés à cette période au théâtre, c’est le délai très court entre la publication du roman et sa mise en scène qui frappe les imaginations. Beaucoup y voient une preuve de l’orchestration  mercantile du succès, comme le suggère Le Charivari. Louis Huart, après avoir évoqué le 9 novembre 1852 « le roman phénoménal« , réitère le 13 en titrant sur « la transformation du roman phénoménal » : « il était roman, il devient pièce de théâtre16 ». Les dessins humoristiques et les textes parodiques doivent également être examinés à l’aune de ces transformations et simplifications importantes que les adaptations théâtrales font subir au texte pour faire rire et/ou pleurer (voir aussi le billet précédent) en jouant sur les stéréotypes, comme le montrent ci-dessous des répliques racistes17 du planteur esclavagiste Halley :

L’oncle Tom  : drame en cinq actes et neuf tableaux / par MM. Edmond Texier et L. de Wailly. Publication : Paris : Michel Lévy frères, 1853. Gallica (BnF).

Dans L’esclave fugitif dans la littérature antillaise, Marie-Christine Rochmann explique que Dumanoir (créole blanc) et Dennery ont largement modifié l’intrigue, et que leur « appropriation idéologique » fait que l’adaptation théâtrale « flirte parfois avec les thèses esclavagistes18. Deux des adaptations ont donc largement décentré le propos du roman, ce qui ouvre davantage encore la porte à des interprétations humoristiques parfois racistes (voir billet 3), déjà motivées par des lectures tendancieuses du roman.

Certains journaux laissent entendre que voir les adaptations théâtrales est suffisant pour les plus paresseux. Jules Janin évoque un énorme succès  :

Cet empressement au théâtre de la Gaité et cette émeute au théâtre de l’Ambigu-Comique ont la même cause. On vient de si loin à ces deux théâtres, et l’on s’y tue, afin de savoir ce qui se passe dans le livre de l’Oncle Tom. Quel succès étrange et quelle fortune incroyable ! […] Figurez-vous l’Oncle Tom en deux volumes, et si vous les voulez avoir au grand complet vous irez aujourd’hui à la Gaîté, vous irez demain à l’Ambigu-Comique. Ici et là le succès a été complet, succès de larmes, succès de pitié, succès de terreur19

La coexistence des trois pièces – sans compter d’autres spectacles comme des pantomimes – amuse encore plus les humoristes que les multiples éditions. Nadar, par exemple, s’empare de l’omniprésence de l’Oncle Tom et se plaît à représenter des oncles Tom débarquant des États-Unis, ahuris de cette notoriété soudaine qui les met aux mains de spéculateurs du monde de la presse et du spectacle français. On verra (cf. infra) que si Nadar use de stéréotypes éculés pour représenter les Noirs,  le photographe et dessinateur n’en juge pas moins avec beaucoup d’acuité la réception du roman dans Le Journal pour rire.

« Le sujet offrira aux lecteurs français un intérêt moins actuel, moins immédiat »

Dès juillet 1852, L’Athenaeum français : journal universel de la littérature, de la science et des beaux-arts annonce dans ses « Causeries de la semaine » la parution prochaine de La Case de l’Oncle Tom en France. Son pronostic est intéressant puisqu’il annonce la mercantilisation paradoxale d’une « haute question de philanthropie » et un « succès à l’américaine ». Il indique également que pour les lecteurs français le sujet offrira « un intérêt moins actuel, moins immédiat »…

Plusieurs journaux quotidiens font faire des traductions de cet ouvrage profondément dramatique, dans lequel l’auteur, après s’être rendu compte sans doute de la vanité des déclamations philosophiques et économiques en matière d’humanité, a traité la question de l’esclavage tout simplement par le cœur, par le sentiment. Il est probable que le sujet offrira aux lecteurs français un intérêt moins actuel, moins immédiat, parce que les faits et les personnages dont il s’occupe ne vivent pas au milieu de nous, et que nous nous prendrons quelquefois à douter de cette réalité palpitante qui a si énergiquement remué les États du nord comme ceux du sud dans l’Union américaine. Cependant la librairie, aussi bien que le journalisme, paraît compter sur un succès à l’américaine. On prépare quatre ou cinq éditions différentes, dans divers formats et à des prix divers, de ce livre dont les deux Angleterres ont déjà répandu dans le monde près de trois cent mille exemplaires. Des théâtres même, dit-on, ont commis des dramaturges experts à la lecture et à l’étude de l’Oncle Tom, pour arriver au moyen de l’accommoder en drames et en vaudevilles à l’usage des boulevards.
Chacun espère battre monnaie avec l’Oncle Tom, et faire sortir quelques petits bénéfices de cette haute question de philanthropie20.

En 1852-1853, en pleine « tommania », cette analyse prévaut dans la presse qu’elle soit généraliste ou satirique, pro ou anti-esclavagiste. L’esclavage français a déjà été oublié – ou du moins est-il présenté comme lointain – malgré l’abolition récente (1848). Lorsque sa mémoire est invoquée, c’est généralement pour constater que la littérature française a depuis longtemps évoqué la question de l’esclavagisme et relativiser ainsi les mérites de l’ouvrage américain. Le sort des esclaves américains est fréquemment décrit comme une découverte totale, voire exotique, sur laquelle il convient de verser des larmes de compassion et d’indignation, en évitant soigneusement le parallèle avec le passé des colonies françaises. Tabou mémoriel ? Auto-censure de nature politique voire censure ? Manière de stigmatiser l’autre (les Américains) pour faire oublier le passé français ?

La Mode déclare par exemple, après un coup de griffes à « un impôt de larmes »  :

Ce roman prêchant, un peu socialiste et un peu ennuyeux, a sans doute une valeur intrinsèque, mais valeur toute relative, valeur exagérée et qui n’était pas de volume à lui attirer tant de célébrité. Nous comprenons cette célébrité, au berceau même de l’ouvrage, célébrité d’amour, célébrité de haine ; mais, chez nous autres, où la question des noirs n’est plus qu’une question de sentiment et, par conséquent, un élément de pathétique ni plus grand ni moindre que tous ceux que le poète dramatique ou le romancier mettent au théâtre ou dans leurs livres, nous ne nous expliquons cette furie que par l’action qu’exerce sur le commun des martyrs la force d’une opinion déjà établie, — et si triomphalement celle-là21.

Parmi les facteurs qui peuvent expliquer que le dessein antiesclavagiste du roman agace parfois la critique, le fait que l’auteure soit une femme joue un rôle indéniable (voir billet précédent), exacerbé par le soutien de George Sand en décembre 1852. Dès le titre de son article (« Harriette Beecher Stowe »), la romancière française montre son admiration à son homologue américaine. Si elle ne fait pas non plus le parallèle avec l’esclavage qui existait dans les colonies françaises, elle en dresse un autre alors audacieux qui peut indisposer à la fois contre elle-même et contre Madame Stowe. George Sand dénonce en effet l’esclavage occasionné par le manque d’instruction, dans une France où les structures scolaires sont encore insuffisantes :

Ce livre est dans toutes les mains, dans tous les journaux. Il aura, il a déjà des éditions dans tous les formats. On le dévore, on le couvre de larmes. Il n’est déjà plus permis aux personnes qui  savent lire de ne l’avoir pas lu, et on regrette qu’il y ait tant de gens condamnés à ne le lire jamais : ilotes par la misère, esclaves par l’ignorance, pour lesquels les lois politiques ont été impuissantes jusqu’à ce jour à résoudre le double problème du pain de l’âme et du pain du corps22.

De surcroît, Madame Stowe est une femme protestante. Taxile Delord recense fin janvier 1853 par moins de sept articles du très catholique journal L’Univers s’en prenant au roman, et y voit une question religieuse, voire une opinion antiesclavagiste …

La popularité toujours croissante de l’Oncle Tom contrarie fort l’Univers. La feuille pieuse en est déjà à son septième article contre le roman qu’on peut maintenant appeler universel. C’est de la littérature protestante, s’écrie le père Aubineau ; ceux qui lisent L’Oncle Tom encourent l’excommunication au premier chef, qu’en sera-t-il de ceux qui iront le voir jouer ? Sept mille ans au moins de purgatoire les attendent.
L’Univers n’a point envisagé encore L’Oncle Tom au point de vue dramatique, mais cela ne saurait tarder, et on accusera Dumanoir, Dennery, de Wailly et Texier d’avoir fait jouer des drames démagogiques. Telle est la réputation que L’Univers essaie de faire à L’Oncle Tom. Quel intérêt peuvent donc avoir ces messieurs à entraver le succès de ce livre ?
Auraient-ils pris décidément l’esclavage sous leur protection23?

Nadar transforme quant à lui la hantise de L’Univers devant la multiplication écrite et théâtrale de La Case de l’Oncle Tom en une spectaculaire poussée de champignons dont les chapeaux sont autant de têtes…

Nadar, Planche n° 15, de quatre vignettes, fumés pour la « Revue du premier trimestre de 1853 » [Le Journal pour rire]. Gallica (BnF).

Pour autant, il faut parfois se méfier des exagérations humoristiques. Le Charivari se plaît ensuite à imaginer la mise à l’Index de La Case de l’Oncle Tom dans des textes parodiques comme « Le Père Tom excommunié24  ou « L’oncle Tom en Italie25 ». Pour les auteurs de ces textes, il s’agit de se moquer des condamnations des romans jugés amoraux par une  partie du clergé catholique et des esclavagistes :

— Seigneur Tom, lui dit l’abbé, je suis chargé de vous signifier la sentence de la sacrée congrégation de l’Index.
— Je ne la connais pas, répondit l’oncle Tom.
— Mais elle vous connaît et elle vous a condamné. Il est défendu sous les peines les plus sévères d’avoir la moindre relation avec vous. Vous ne pouvez rester un quart d’heure de plus dans ce pays, à moins que vous ne teniez à visiter les cachots du fort Saint-Ange, car la congrégation de l’Index livre tous ceux qui lui résistent aux vengeances du bras séculier.
Voilà donc l’Espagne, l’Italie, l’Autriche fermées à l’oncle Tom. Il ne fait pas bon aujourd’hui prêcher la liberté et prendre le parti des faibles26.

S’il s’est trouvé certainement des gens pour demander la mise à l’Index du roman, cela n’a pas été entériné par la Commission. Mais le canular du Charivari, relayé, a fini par prendre toutes les allures de la véracité malgré des démentis, y compris de la presse catholique …

« Consultations et petit courrier« , Romans-revue : guide de lectures, 15 août 1910. Gallica (BnF).

 

On verra dans un prochain billet – et on a déjà pu l’entrevoir dans les des dessins reproduits ci-dessus – que la presse satirique ne s’est pas défaite, pour des raisons complexes, d’une représentation stéréotypée des Noirs lorsqu’elle évoque L’Oncle Tom. En revanche, son approche du succès de La Case de l’Oncle Tom, même si elle n’est pas exempte non plus de clichés tant sur les esclaves que sur les femmes écrivains,  est intéressante à plus d’un titre, car elle souligne tantôt dans ses dessins, tantôt dans ses parodies, que la réception de l’ouvrage en France est trop commerciale, trop empreinte d’émotions, pour ne pas être suspecte et cacher bien des non-dits. Nadar ose toutefois, dans un dessin (voir ci-dessous) qui peut sembler abrupt, formuler à voix haute la question de l’utilité politique du roman aux États-Unis …

Nadar, « Planche n° 2, de quatre vignettes, fumés pour la « Revue du quatrième trimestre de 1853 ». Gallica (BnF).

=> Le prochain billet contiendra une bibliographie détaillée.

Vous pouvez d’ores-et-déjà compléter cette lecture en utilisant nos « Ressources concernant l’histoire et la mémoire de l’esclavage« 

Citer ce billet : Agnès Sandras, "L’ambivalente réception de La Case de l’oncle Tom en France : pleurer ou persifler ? (Partie II. Un message anti-esclavagiste plus ou moins apprécié)," in L'Histoire à la BnF, 05/06/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/9842, [consulté le 22/09/2020].

 

  1. Taxile Delord, Le Charivari, 14 novembre 1852. []
  2. Clément Caraguel, Le Charivari, 16 novembre 1852. []
  3. Taxile Delord, « Uncle Beuve’s cabin« , Le Charivari, 18 novembre 1852. Le terme « nègre » est alors encore usité, et certaines des premières traductions le mettent en avant dans le titre comme La case du Père Tom, ou Vie des nègres en Amérique, traduction de La Bédollière en 1852. []
  4. Clément Caraguel, »Le faux Père Tom« , Le Charivari, 20 novembre 1852. []
  5. Voir Michaël Roy, Textes fugitifs : le récit d’esclave au prisme de l’histoire du livre, Lyon, ENS éditions : Institut d’histoire du livre, 2017. []
  6. Ibid. []
  7. Voir note plus haut sur ce terme. []
  8. Ce dessin joue probablement sur la croyance populaire des « envies » alors encore très enracinée. Voir Variot G., « Origine des préjugés populaires sur les envies« . In: Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, IV° Série. Tome 2, 1891. pp. 458-467. []
  9. Adrien Huart, « L’Almanach de L’Oncle Tom » , Le Charivari, 7 décembre 1852. L’almanach en question a bien existé, voir ici. []
  10. Voir Olivier Bara, Romain Pian, Jean-Claude Yon [dir], « En revenant à la revue. La revue de fin d’année au XIXe siècle », Revue d’Histoire du Théâtre, n° 266, avril-juin 2015-II. []
  11. Voir sur ce carnet les billets consacrés aux rosières. []
  12. Ce sont bien les trois théâtres parisiens identifiés par John W. Frick qui signale par ailleurs 20 adaptations théâtrales à Londres entre 1852 et 1855. Voir John W. Frick,  Uncle Tom’s cabin » on the American stage and screen, New York, Palgrave Macmillan, 2012. []
  13. Élisa, ou Un chapitre de l’oncle Tom, comédie en 2 actes, par M. Arthur de Beauplan… Paris, Gymnase, 21 février 1853. Publication : Paris : Michel Lévy frères, 1853. []
  14. La case de l’oncle Tom drame en huit actes/ par MM. Dumanoir et d’Ennery, représentée pour la première fois à Paris sur le théâtre de l’Ambigu Comique le 18 janvier 1853. Publication : Paris : M. Lévy, 1853. []
  15. L’oncle Tom  : drame en cinq actes et neuf tableaux / par MM. Edmond Texier et L. de Wailly. Publication : Paris : Michel Lévy frères, 1853. []
  16. Louis Huart, « La transformation du roman phénoménal« , Le Charivari, 13 novembre 1852. []
  17. Le maroquin est un cuir de bouc ou de chèvre utilisé par exemple pour la reliure des livres. []
  18. Marie-Christine Rochmann, L’esclave fugitif dans la littérature antillaise : sur la déclive du morne Paris, Karthala, 2000. []
  19. Jules Janin, « La semaine dramatique« , Le Journal des débats, 24 janvier 1853. []
  20. « Causeries de la semaine« , L’Athenaeum français, 3 juillet 1852. []
  21. Gustave Desnoiresterres, « Dizaine dramatique« , La Mode : revue des modes, galerie de mœurs, album des salons, 1853, page 353. []
  22. George Sand, « Harriette Beecher Stowe« , La Presse, 20 décembre 1852. []
  23. Taxile Delord, « Théâtre de la Gaîté – L’Oncle Tom », Le Charivari, 24 janvier 1853. []
  24. Louis Huart, « Le Père Tom excommunié« , Le Charivari, 26 septembre 1853. []
  25. Taxile Delord, « L’oncle Tom en Italie« , Le Charivari, 27 septembre 1853 []
  26. Ibid. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.