Les animaux dans la Grande Guerre – Partie 2, Les « nuisibles », les mascottes et les autres animaux dans le conflit, vus par leurs contemporains français

Conflagration pour les hommes, le premier conflit mondial marque aussi une étape dans l’histoire de leurs relations avec les animaux. En France, les catégories animales communément admises, distinguant « utiles » et « nuisibles »1 se retrouvent nettement dans la gestion de la présence animale, très importante numériquement pendant la guerre : de l’activité « utile » ou « nuisible » des bêtes dépend en effet plus que jamais la survie des hommes. Les frontières de cette classification sont pour autant poreuses, et les conditions de vie, effroyables sur le front, amènent chacun à tenter de rendre supportable un quotidien violent et anxiogène. Pour beaucoup, les bêtes, quelles qu’elles soient, deviennent des médiateurs indispensables.

Après un premier billet consacré aux « utiles » – bétail et « auxiliaires de guerre » à quatre pattes ou deux ailes, enrôlés officiellement ou non par les différentes armées de la Grande Guerre – voici, toujours au travers de documents d’époque, quelques témoignages du regard porté par leurs contemporains français sur les autres animaux présents dans ce conflit.

Les « nuisibles » d’abord, hôtes indésirables des soldats, qu’ils suivent dans leurs déplacements, mais aussi les mascottes, très appréciées des troupes… Et tous ceux croisés en chemin, à l’arrière comme sur les champs de bataille, animaux domestiques ou  sauvages, qui complètent ce bestiaire de la Grande Guerre.

« Nuisibles » profiteurs

À l’opposé des « utiles », les « nuisibles » s’imposent sur le front dès les combats meurtriers de l’été 1914, attirés par les cadavres des hommes et des bêtes d’abord (mouches), puis par les mauvaises conditions d’hygiène et la présence de nombreux animaux (cafards, poux de corps et de tête, morpions, puces, punaises, tiques, vers intestinaux), et de la nourriture (souris et surtout rats, mais aussi oiseaux, corbeaux notamment).

En août 1914, sous une chaleur intense, les énormes essaims de mouches qui se forment après les combats et leur bourdonnement incessant impressionnent et révulsent les soldats. Ailleurs, les moustiques les harcèlent et leur transmettent des maladies comme le paludisme2. Puis la guerre des tranchées qui s’installe sur le front ouest de la fin 1914 à la fin 1917 voit le pullulement de poux et de rongeurs.

Dévorant provisions et équipement, souris, surmulots et rats courent sans vergogne sur les soldats endormis. Souvent énormes, les rats sont parfois agressifs, se battent entre eux, mordent les soldats, attaquent chats et chiens, voire, comme certains témoignages le rapportent, se repaissent des corps des soldats laissés sur place3. Ils  sont le lot de tous les soldats des deux bords, quel que soit leur rang, et les marquent durablement, comme les écrits personnels, mais aussi les journaux de tranchées, pleins de verve, en témoignent4.

Marcel Capy, « la faune du front », La Baïonnette, 2 août 1917. Bibliothèque historique de la ville de Paris. Gallica (BnF).

 

Autres incontournables des tranchées, les poux, surnommés « totos », d’aspect et d’origines diverses, tourmentent les hommes sans relâche. Leurs piqûres douloureuses risquent toujours de s’infecter et de leur transmettre la « fièvre des tranchées » et le typhus.

De grandes chasses aux rats et aux « infiniment petits » s’organisent, qui mobilisent les hommes dans une « autre guerre » plus acceptable, et font l’objet de plaisanteries potaches et d’inventions ingénieuses, comme le « lit cage » ou divers modèles de pièges  à rats.

Des publications fournissent conseils et recettes contre la vermine aux soldats en campagne, comme celle de la Faculté des sciences de Rennes, en 1915, ou Pour sa santé. Ce qu’un poilu doit savoir, du Dr Chatinière, en 1916, et la presse se fait l’écho des recherches scientifiques.

Dr Claudius, « Les mouches à la guerre et la guerre aux mouches », Pages de gloire, 30 juillet 1916. L’Argonnaute (La Contemporaine). Gallica (BnF).

 

La Grande Guerre et ses conditions de vie hors norme introduisent au fil des années une familiarité inédite des soldats avec la malpropreté, les parasites, la peur et la souffrance, qui marquent à la fois les corps et les esprits. Des milliers d’individus vivent soudain la promiscuité, l’horreur, mais aussi l’entraide dans les tranchées. Les civils subissent de plein fouet réquisitions, dévastations et pénuries, en particulier dans les zones occupées, mais aussi dans les villes et les campagnes de l’arrière, mobilisées dans l’effort de guerre national. La société française toute entière doit s’adapter au choc de la guerre, et les représentations, via images, récits et chansons, évoluent.

Un humour ravageur prévaut souvent pour soutenir le moral des troupes comme de l’arrière, conjurer le sort et faire oublier, ou voir autrement, les misères du quotidien : dans Le Rire du 29 septembre 1917, les mouches trouvent  leurs défenseurs. Le « toto français », élevé au rang de porte-bonheur, illustre des cartes postales, et l’on chante même une « Tyrolienne des totos », qui s’invitent à l’arrière à l’occasion des permissions des soldats.

De nouvelles acceptions des termes « cafard » et « bourdon » font leur entrée dans le vocabulaire courant. La presse, les journaux de tranchées particulièrement, lutte contre leurs effets délétères en en riant, et ne manque pas d’étudier la  « zoologie du front ».

Grillons, oiseaux et autres petits mammifères étant utilisés pour détecter la présence de gaz, ou des lucioles pour éclairer de nuit les cartes militaires, ces exemples ont peut-être  inspiré la proposition cocasse d’un Poilu inventif de « rendre utiles » aussi les parasites5.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir.

 

Ces indésirables hôtes des tranchées sont assimilés à des « profiteurs de guerre », mais trouvent aussi leur place dans la littérature, notamment celle qui met en scène des narrateurs  animaux racontant « leur guerre ».

Les rats en particulier, notamment chez Lucien Descaves6, dont le Ronge-Maille vainqueur est censuré en 1917, et Pierre Chaîne, qui publie à partir de 1916, en feuilleton dans L’Œuvre, Les mémoires d’un rat, suivis en 1918 des Commentaires de Ferdinand, ancien rat de tranchées7.

Mais aussi les poux : le journal de tranchées Le Ver luisant publie en feuilleton les Mémoires  d’un pou en 1917 et 19188, et Blaise Cendrars leur consacre en 1946 un chapitre célèbre de son récit autobiographique La main coupée.

Compagnons de misère

Les « mascottes », officielles dans les armées anglo-saxonnes, sont à la fois totem et porte-bonheur pour les différents corps d’armée. Familières ou exotiques, elles font parler d’elles dans la presse et  cette pratique est rapidement adoptée sur tous les fronts. Il s’agit souvent de chiens, de chats, mais aussi d’ânes, de vaches, de chèvres, d’animaux sauvages apprivoisés, ou d’animaux rapportés de leur pays d’origine (kangourous, gazelles, singes, ours, félins…).

Excelsior : journal illustré quotidien : informations, littérature, sciences, arts, sports, théâtre, élégances, 1er mai 1916. Gallica (BnF).

 

Emblèmes de leur régiment, les mascottes officielles sont aussi là pour divertir et réconforter les hommes. Facilitant leur cohésion, elles font partie de leur image de marque et sont souvent mises en scène de façon amusante ou saisies dans un moment d’intimité partagée avec leur groupe d’appartenance.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir.

 

Les soldats anglo-saxons, plus sensibles en général que leurs homologues français à la condition animale9, sont certainement vecteurs de nouvelles pratiques, que la presse française illustrée met en avant, mais les règles propres à chaque armée restent cloisonnées.

En France, seuls les officiers ayant le droit de posséder un animal domestique, les soldats du rang « s’arrangent »  bien souvent avec leur supérieur hiérarchique pour qu’un compagnon devienne plus ou moins officiellement la mascotte d’un régiment ou d’un groupe de soldats qui en ont collectivement la charge. Si le supérieur vient à changer et que son successeur s’oppose à cette présence animale, certains rusent encore – en 1917 par exemple beaucoup font enregistrer leur chien comme « ratier », donc « utile ». Mais dans bien des cas, ces mascottes non officielles sont abandonnées, voire abattues.

Des liens d’attachement se créent pourtant dans tous les camps, parfois insolites : un porcelet, un oiseau de proie, une souris ou un insecte peuvent faire office d’animal de compagnie choyé. Une cigogne prénommée Hélène devient même la mascotte de l’aviateur René Fonck, et l’emblème de son escadrille.

Une mascotte peut aussi être, ou avoir été un « utile », comme l’âne Tiny, abandonné blessé par des Français, soigné et adopté comme mascotte par un régiment anglais, dont il apprécie le thé, ou l’âne Constantin, blessé en service sur la côte du Poivre, au nord de Verdun, dont les oreilles ont été coupées par un éclat d’obus et l’œil droit crevé. Soigné par un régiment français, il devient sa mascotte en février-mars 1917. Le chien Stubby, amené sans autorisation par son maître américain, est médaillé de guerre par l’Armée américaine pour services rendus à la Nation. Mascotte clandestine devenue sergent, héros national mondialement célèbre, et véritable symbole du rôle des animaux « sans pedigree » de la Grande Guerre, Stubby est en 2018 la vedette d’un dessin animé.

Les mascottes illustrent les cartes postales, prêtent leur forme à des breloques porte-bonheur10 et  inspirent des récits dans la presse.

En particulier les chiens, dont la fidélité et le dévouement jusqu’à la mort sont exaltés, voire mis en scène via les  témoignages plus ou moins romancés de soldats, comme en 1916 l’histoire du chien Toto, mais aussi dans de courts « romans », « contes de guerre » en épisodes dont ils sont les héros poignants, comme Nénette11 et Fais-le-mort.

Il s’agit aussi d’encourager les soldats à bien traiter leurs précieux auxiliaires, « frères inférieurs »12 exposés aux mêmes dangers qu’eux.

L’Image de la guerre : publication hebdomadaire illustrée, mars 1916. Gallica (BnF).

Les chats, moins directement exposés, inspirent aussi des récits plus positifs, souvent galants, le sous-entendu grivois n’étant alors  jamais loin, comme dans Jerry, chat de guerre, publié en janvier 1917 dans le numéro de La Baïonnette consacré aux « Fétiches et mascottes ».

En dehors des trois grandes catégories des « utiles », des « nuisibles » et des mascottes, fourmillent des milliers d’autres animaux, qui les rejoignent souvent. D’abord les bêtes de ferme et les animaux domestiques des civils, pris sur les zones de front abandonnées à la hâte, incendiées ou bombardées. Leur détresse  photographiée dans la presse illustre pour l’arrière les ravages de la guerre et la barbarie de l’ennemi. Beaucoup de soldats, émus de leur sort, adoptent chats ou chiens errants sur les ruines de leur maison, détachent les animaux laissés attachés, mourants de faim et de soif, traient des vaches au pis douloureux, emmènent une chèvre ou un cochon comme mascotte (et parfois futur repas), ou pour du lait, comme l’article de Lectures pour tous  « Les mascottes de nos poilus » le raconte en septembre 1916.

 

Le Miroir : entièrement illustré par la photographie, 27 août 1916. L’Argonnaute (La Contemporaine). Gallica (BnF).

 

Dans l’immédiat après-guerre, le roman pour la jeunesse Avec les poilus. Maman la soupe et son chat Ratu donne une version littéraire du parcours de l’un de ces animaux croisés par les soldats sur le front, un petit chat noir.

Entre deux combats, les soldats en cantonnement dans des fermes peuvent y observer la vie des bêtes, comme celles dépeintes par Henri Barbusse dans  Le Feu13.

Les soldats côtoient aussi des animaux sauvages – insectes, oiseaux, petits et grands mammifères – qu’ils ont l’occasion d’observer dans leurs cantonnements ou plus près du front. Là encore la presse en parle : « Observations zoologiques faites sur le front », et « Nos oiseaux sur le front », deux articles de Louis Rousseau, sergent-mitrailleur, sont publiés en janvier 1915 dans le Bulletin de la Société nationale d’acclimatation.

Des taupes, des lapins, des surmulots pointent leur nez jusque dans les tranchées. L’attitude de certains de ces animaux est souvent riche d’enseignements : dans La main coupée, Blaise Cendrars raconte que son hérisson apprivoisé fuit ou se roule en boule quand il détecte la présence d’une mine…

Les hommes terrés dans les tranchées  souffrent du froid, de la saleté, ont peur, se sentent vivre « comme des bêtes », et le spectacle de ces visiteurs plus ou moins affectés par leurs combats leur rappelle la vie « d’avant » et leur redonne espoir et joie, ou les plonge dans la mélancolie.

Parfois ils en capturent pour améliorer leur ordinaire14. Les animaux des fermes rencontrées sur la route des soldats en mouvement, en 1914 ou en 1917 notamment, font aussi les frais des problèmes d’approvisionnement des troupes, malgré les interdictions officielles de pillage dans les deux camps. Les poissons et autres animaux aquatiques également : la pêche à la grenade, bien qu’interdite, est pratiquée de nuit.

Des animaux domestiques ou sauvages affolés dans les zones de combats, ou les fuyant, des « utiles » qui ont « déserté » ou se sont perdus, des mascottes abandonnées, errent seuls ou en groupe. Ils retrouvent parfois une ferme, un régiment, la vie sauvage ; ou galeux, misérables, connaissent un triste sort, relevé par certains soldats. En 1916, un article de Lectures pour tous (voir ci-dessous) s’intéresse à la question.

=> Cliquez sur les flèches ci-dessous pour lire l’article

 

 

À l’arrière, les pénuries qui frappent les civils n’épargnent ni leurs animaux domestiques, ni ceux des ménageries. Les plus pauvres cèdent leur chien à l’armée, l’abandonnent ou l’abattent ; chiens et chats améliorent parfois l’ordinaire, comme d’ailleurs sur le front.

Des campagnes d’affichage, parfois réalisées dans le cadre de concours citoyens, incitent à la production et à l’économie : en 1916, les Parisiens sont invités à « soigner les basses-cours » et la « brave poule de guerre » qui « mange peu et produit beaucoup » est dessinée par un écolier de la ville.

Comme le résume  un article de l’Almanach illustré du Petit Parisien en 1917, « La guerre rapproche les animaux des hommes », mais partout présents, les animaux aussi sont « malades de la guerre »…

« Les animaux malades de la guerre », la Baïonnette, 22 août 1918. Gallica (BnF).

 

[Le prochain billet reviendra sur la période de l’entre-deux guerres, de la démobilisation des « animaux « soldats » et des mascottes, et leur place au  lendemain du conflit, à l’oubli qui les a peu à peu relégués dans l’ombre, puis sur le regain d’intérêt pour leurs « vécus oubliés » des dernières années, en France et au-delà.] 

 

=> Pour aller plus loin, on pourra lire entre autres :

– BIANCHI Nicolas, « La satire désamorcée ? Rire et politique dans quelques feuilles de tranchées françaises (1914-1918) », Textes et contextes, 13.1, 2018

– STASZAK Jean-François, « ‘ On n’est pas un bon légionnaire quand on n’a pas le cafard ‘ : enjeux médicaux, culturels et politiques d’un sentiment géographique (1880-1930) »Carnets de géographes, 9, 2016

– VIET Vincent, La santé en guerre, 1914-1918 : une politique pionnière en univers incertain, Paris : Sciences po, les presses, DL 2015

Ont été utilisés pour rédiger ce billet plusieurs billets et articles en ligne empruntés à la collecte « Grande Guerre » des Archives du web de la BnF.

Citer ce billet : Patricia Hodiesne, "Les animaux dans la Grande Guerre – Partie 2, Les « nuisibles », les mascottes et les autres animaux dans le conflit, vus par leurs contemporains français," in L'Histoire à la BnF, 14/08/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/9998, [consulté le 22/09/2020].
  1. Présentées jusque dans les manuels scolaires du temps, et  aujourd’hui remises en question par tout un courant de la recherche. []
  2. Un article de L’Alimentation moderne et les industries annexes de janvier 1919 rappelle que les mouches domestiques  venaient d’être classées dans la catégorie des animaux nuisibles, en 1913, leur rôle dans la propagation des germes porteurs de nombreuses maladies ayant été mis au jour. Lien déjà établi pour ce qui concerne les moustiques, comme le détaille l’article consacré en avril 1913 par le magazine La Science et la vie à ces « petits agents de la mort ». []
  3. Des corbeaux, des corneilles ou des oiseaux de proie ont aussi pratiqué cet opportunisme, d’où leur sinistre réputation pendant le conflit. []
  4. Voir  l’article de Retronews, « Tabac, rats et pinard : quand les Poilus racontent leur vie quotidienne au front », accessible sur abonnement. []
  5. Des recherches seront de fait menées dans les années 70 par le laboratoire américain Limited Warfare Laboratory, pour tenter d’exploiter les capacités sensorielles des  poux, tiques, puces, punaises et moustiques, dans l’espoir qu’ils permettent de détecter des intrus dans une zone donnée. Sans grand succès.  Mais certaines mouches se révèlent réellement utiles aux soldats, en pondant dans les plaies infectées leurs larves qui, se nourrissant des tissus nécrosés, aident à leur cicatrisation – principe de l’asticothérapie, encore employée de nos jours ! []
  6. La BnF conserve un fonds Lucien Descaves sur son site de l’Arsenal. []
  7. Une version adaptée à la jeunesse des Mémoires d’un rat est publiée dès 1924, et plusieurs adaptations théâtrales, comme celle du Collectif des Baltringues & La Cie Bleu Rossinante, « tout public », en ont été proposées à l’occasion du Centenaire. []
  8. La suite de ses « Voyages autour du front », restés semble-t-il inachevés, aux numéros 21, 22, et 23. []
  9. Les prémices des mouvements  de protection animale sont apparues dans les pays anglo-saxons dès le 17e siècle via les premières lois visant à protéger les animaux des mauvais traitements. Les sociétés protectrices des animaux britanniques en particulier servent d’exemple en France et y interviennent pendant le conflit, ainsi que l’association American Humane : voir le billet 1, notes 3 et 4. []
  10. Fétiches et  « gris-gris » sont prisés dès avant la guerre, comme un article du Jardin des modes nouvelles du  15 mars 1914 le rappelle. Le chien sanitaire, figure populaire reproduite sur nombre de cartes postales, est « l’ami du poilu », qu’il accompagne sur le front et sauve. Le « toto français » porte-bonheur est par dérision une sorte de mascotte. []
  11. 5000 exemplaires de ce numéro de Lectures pour tous sont distribués sur le front, comme l’annonce sa couverture. Le premier épisode des aventures de Nénette se trouve dans le numéro du 15 mai 1915. []
  12. L’expression vient du Peuple, de Jules Michelet. Elle revient fréquemment dans la presse d’avant-guerre favorable aux mouvements de protection animale, comme L’Excelsior, qui publie souvent des articles engagés, et  est encore employée après-guerre. []
  13. D’abord publié en feuilleton dans L’Œuvre à partir de 1916. Voir aussi plus loin son évocation de Labri, un chien d’escouade malmené par le soldat à qui il a été confié. []
  14. La chasse est interdite en France depuis le début de la guerre, mais des battues réglementaires sont organisées pour juguler la prolifération du gibier, et les soldats braconnent. []

Patricia Hodiesne

Gestionnaire de collections en histoire au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.