Tous les articles par Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

Nadar, « Les philosophes du jour », Petit Journal pour rire, 1856. n° 42. BnF, Département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme. Cote : 4-LC2-3830.

Instituée à l’été 1855 après plus d’un demi-siècle d’hésitations (voir billet précédent), la taxe sur les chiens entre en vigueur en 1856. Elle doit être comprise entre un à dix francs et distingue deux classes de chiens, l’une dite d’agrément l’autre utilitaire.  Les législateurs ont prévu qu’elle rapporterait des sommes importantes aux communes, et permettrait de diminuer le nombre de chiens errants donc de lutter contre la rage alors meurtrière. Ils ont aussi argué que la nourriture consacrée aux chiens pourrait revenir  à des populations mal nourries. Les premières réactions de la presse en 1855 sont spéculatives : on a volontiers imaginé que les propriétaires allaient se débarrasser de leurs chiens. S’il semble en effet que certains d’entre eux ont  noyé ou abandonné leurs bêtes avant l’entrée en vigueur du nouvel impôt, les caricatures dépeignent surtout des stratégies de résistance des rétives et rétifs à la taxe mais  désireux de conserver leur animal. Cet écart  par rapport à une littérature réaliste qui s’est plus volontiers penchée sur l’élimination sordide des animaux1 montre une fois encore qu’on doit envisager la presse satirique comme une caisse de résonance plus subtile qu’il n’y paraît des mutations sociétales.

Continuer la lecture de Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

  1. Par exemple dans Les Contes de la Bécasse de Maupassant : « Elle n’avait nullement songé à l’impôt, et quand on lui réclama huit francs, – huit francs, Madame ! – pour ce freluquet de quin qui ne jappait seulement point, elle faillit s’évanouir de saisissement. Il fut immédiatement décidé qu’on se débarrasserait de Pierrot. » Voir Éric Baratay, « Chacun jette son chien. De la fin d’une vie au XIXe siècle », Romantisme, 2011/3 (n°153), p. 147-162. En ligne ici. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie I)

Imagerie d’Epinal. N° 345, Une histoire de chien : [estampe] / P. D. Pellerin & Cie, imp.-édit. [Epinal, 1896]. Gallica (BnF).

Un impôt sur les chiens ? Il a bel et bien existé en France entre 1855 et 1971, comme le soulignent nombre d’articles sur internet qui s’amusent ou s’indignent de cette ancienne fiscalité.

On s’intéressera ici non pas au point de vue du contribuable lassé par les nouvelles taxes au XIXe siècle (impôt sur les portes et fenêtres en 17981 ; etc.) mais à ce qui détermine la mise en place de cet impôt, et à la manière dont il est accueilli par la population. En effet, la taxe canine vue au travers de la presse satirique permet de mieux appréhender la relation des Français à leurs animaux domestiques en ce milieu de XIXe siècle. Continuer la lecture de Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie I)

  1. Clément Coste, « Penser l’impôt au XIXe siècle. Controverses fiscales et contributions saint-simoniennes dans la France des années 1830 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Gallica pour les historiens (Partie III. Les recherches plus complexes)

Dans les précédents billets portant sur Gallica et les historiens, nous avons flâné (partie I), découvert des itinéraires, feuilleté des pages et des pages, mené des recherches simples et enregistré leurs résultats (partie II). Forts de ces rudiments, nous pouvons désormais mener des recherches plus complexes.

Continuer la lecture de Gallica pour les historiens (Partie III. Les recherches plus complexes)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Gallica pour les historiens (Partie II. Quelques conseils pratiques)

Dans un précédent billet, nous avons vu comment voyager des jours entiers grâce à Gallica et au blog Gallica … De ces périples, le gallicanaute aime à rapporter des souvenirs, voire à partager en direct les plus délicieuses de ses découvertes. Il peut souhaiter aussi revenir à des documents particulièrement intéressants. Ce billet se veut donc un guide pour aider les historiens et les férus d’histoire à tirer pleinement profit des fonctionnalités de Gallica.

Continuer la lecture de Gallica pour les historiens (Partie II. Quelques conseils pratiques)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Gallica pour les historiens (Partie I. Quelques suggestions de parcours)

Gallica, la Bibliothèque numérique de la BnF, a (déjà!) 20 ans. Nombreux sont désormais  les historiens en herbe, les historiens en formation, les amateurs d’histoire(s), les professeurs d’histoire, les chercheurs en histoire, etc., qui fréquentent cette considérable bibliothèque et disent l’apprécier. Récemment, Gérard Noiriel racontait par exemple comment il a pu redonner vie au clown Chocolat grâce à Gallica, et ajoutait :

En consultant la version papier des journaux (ce que j’ai fait pendant plus de vingt ans pour mes recherches avant l’invention de Gallica), je n’aurais jamais pu trouver ces informations perdues dans l’océan des pages imprimées1.

Footit et Chocolat, artistes de cirque : documents iconographiques. Gallica, BnF.

En discutant avec les lecteurs, en présentant les ressources de Gallica dans différentes manifestations, les bibliothécaires de la BnF découvrent parfois que certains « gallicanautes » n’en connaissent pas toutes les fonctionnalités ô combien précieuses, et que tous les férus d’histoire ne se sont pas encore aventurés sur le continent Gallica. Nous vous proposons donc ici une session de rattrapage…

Continuer la lecture de Gallica pour les historiens (Partie I. Quelques suggestions de parcours)

  1. Voir Sophie Robert et Philippe Mezzasalma, « Quand Gérard Noiriel redonne vie à Chocolat ». Blog Gallica, novembre 2017. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939). De l’histoire à l’actualité

Le 13 novembre 2018, un colloque aura lieu à la BnF sur le thème : Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939). De l’histoire à l’actualité.  Ce colloque s’inscrit dans la continuité de celui qui a été organisé à Lille par Carole Christen et Laurent Besse en 2015, et a donné lieu à une publication en 20161.

Organisé par le service Histoire du Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, la mission de diversification des publics de la BnF et Jean-Charles Buttier (chercheur associé  à l’UNIGE, ancien chercheur associé à la BnF), le colloque de 2018 s’articule avec un travail mené en amont avec le milieu associatif sous forme d’ateliers. En effet, tout intervenant qui s’adresse aujourd’hui à des populations dites éloignées de la culture trouvera des résonances dans les pratiques et réflexions de ceux qui, dès le XIXe siècle, voulaient émanciper le peuple grâce aux savoirs.

Deux séries d’ateliers sont donc à signaler. La première débute aujourd’hui, jeudi 11 janvier 2018, à 14 h30, salle Aquarium. Elle invite 3 associations d’éducation populaire à témoigner de leurs modes d’action et présenter les outils, toujours d’actualité, qu’elles ont inventés (voir le programme détaillé ici).

La seconde série d’ateliers, les 12 avril, 3 mai et 14 juin, portera sur les matériaux historiques de l’éducation populaire. Le programme en sera prochainement donné sur ce blog.

 

Dessin de Lucien Emery. N° de L’Assiette eu beurre consacré en juin 1903 aux instituteurs.

Pour comprendre ce dessin : Lucien Emery consacre en 1903 un n° de L’Assiette au beurre aux institutrices et instituteurs. Il y souligne les difficultés rencontrées par les enseignants devant la complexification de leurs tâches. Ici l’instituteur, face aux multiples demandes qui lui sont adressées en plus de ses fonctions d’instituteur (secrétariat de mairie, etc.), et dont certaines relèvent de l’éducation populaire (cours d’adultes, conférences populaires), semble implorer l’aide de Marianne, symbole de la République. Il appartient à ceux qu’on nommait « les hussards noirs » de la IIIe République.

  1. Histoire de l’éducation populaire 1815-1945 : perspectives françaises et internationales / Carole Christen, Laurent Besse, dir. Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2017. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Dans un précédent billet, j’évoquais le charivari orchestré à partir des idées des socialistes « utopiques » de 1848, et comment il s’est concentré autour de Cabet, Considerant, Leroux et Proudhon. Ces quatre « meneurs », désormais accompagnés de symboles récurrents comme la queue terminée par un œil de Considerant, ou par exemple  la redingote crasseuse et le peuplier de Leroux, obtiennent dans la presse satirique une place proportionnelle à leur présence à l’Assemblée et/ou à leurs écrits dont l’inventivité stimule parodie et imagination. Nous verrons dans ce billet comment les caricaturistes oscillent entre stigmatisation et sacralisation des utopistes, allant jusqu’à présenter leurs écrits comme une nouvelle religion.  Puis nous nous demanderons de qui ou de quoi l’on se moque précisément dans ces caricatures.

Continuer la lecture de 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie I)

Résultat de recherches iconographiques à travers les collections de journaux satiriques conservés par le Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et de la Bibliothèque numérique Gallica, ce billet restitue et complète le contenu de la conférence « 1848 et la ‘foire aux idées nouvelles’ » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover » .

L’année 1848 est celle d’un intense bouillonnement politique. Avec les trois journées révolutionnaires de février (22 au 24), la Monarchie de Juillet est renversée. Le 25, la République est proclamée et le gouvernement provisoire prend des mesures politiques et sociales  concernant le suffrage universel, la liberté de réunion, la liberté de la presse, l’enseignement primaire gratuit et obligatoire, l’abolition de l’esclavage, le travail, etc. Les journées de juin (23 au 26), motivées par une crise économique et sociale,  sont cependant réprimées dans le sang. Le 4 novembre, la Constitution de la Seconde République est promulguée. L’Assemblée (pouvoir législatif) et le président (pouvoir exécutif) sont élus au suffrage universel masculin.  En décembre, Louis-Napoléon Bonaparte remporte largement l’élection présidentielle, soutenu par le « Parti de l’Ordre  »1.

Au beau milieu de cette agitation politique, la presse connaît un moment de grâce. Elle est libérée en mars des contraintes juridiques  et financières lourdes qui pesaient sur elle depuis la loi de septembre 1835 : demande d’autorisation préalable ; emprisonnement des responsables des journaux ayant enfreint la censure ; etc2. On assiste à une floraison de titres dans lesquels journalistes et dessinateurs laissent libre cours à une inventivité longtemps réfrénée. Ce moment de grâce est fugace : dès juin, plusieurs journaux sont interdits dont La Presse d’Émile de Girardin. En août, des décrets indiquent les délits de presse amenant à nouveau amendes et/ou emprisonnements : attaques contre les institutions, la liberté des cultes, le principe de la propriété, les droits de la famille, etc3.

Continuer la lecture de 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie I)

  1. Voir entre autres : Maurice Agulhon, André Nouschi, Antoine Olivesi, La France de 1848 à nos jours,  Paris, A. Colin, 2008 ; Sylvie Aprile, La révolution inachevée : 1815-1870 [ouvrage dirigé par Henry Rousso], Paris, Belin, 2014 ;  Jean-Charles Geslot, La France de 1848 à 1914,  Paris, A. Colin, 2014 ; Maurizio Gribaudi & Michèle Riot-Sarcey, 1848, la révolution oubliée, Paris, la Découverte, 2008. []
  2. Voir le Bulletin officiel du Ministère de l’intérieur, 1848, n°2, pages 58 et 59. []
  3. Voir le Bulletin officiel du Ministère de l’intérieur, 1848, n°2, pages 359 et 360. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

« Les filles de mémoire » : retenir les dates au XIXe siècle

Les filles de Mémoire ou le Mnémoniste, vaudeville de Dieulafoy et Gersin : costume de Vertpré (Finmerle). Eau-forte de  Carle. Paris, Martinet, 1807. Gallica (BnF)

Dans Bouvard et Pécuchet (édité de manière posthume en 1881), Flaubert bouscule gentiment les historiens du XIXe siècle. Au passage, il égratigne également les personnes qui s’évertuent à retenir les dates sans connaître la nature des événements correspondants, voire même sans certitude que les faits se soient produits et à la date supposée… C’est l’occasion pour lui de tourner en ridicule la science mnémotechnique.

Qu’est-ce que la mnémotechnie ? Comment l’a-t-on appliquée à l’histoire au XIXe siècle ? Le succès a-t-il été au rendez-vous auprès du grand public et des spécialistes de la pédagogie ?

Continuer la lecture de « Les filles de mémoire » : retenir les dates au XIXe siècle

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Découvrez les Jeanne d’Arc de papier du XIXe siècle

« Hippodrome. Jeanne d’Arc, pantomime équestre à grand spectacle ». Affiche de Jules Chéret, 1881. Gallica (BnF)

En 2012, lors de son introduction orale au colloque « Jeanne d’Arc : histoire et mythes », Gerd Krumeich insistait sur un véritable clivage qui a partagé la société française à la fin du XIXe siècle :

Sait-on encore aujourd’hui que la “bataille Jeanne d’Arc” fut, vers 1900, après l’Affaire Dreyfus, le litige qui séparait le plus les Français ? Dans le culte de la Pucelle, le nationalisme de gauche et le nationalisme de droite s’affrontèrent d’une façon irréconciliable. Pour les uns, Jeanne fut la Vénérable, la Sainte de la Patrie ; pour les autres, elle fut l’héroïne nationale, trahie par son roi et brûlée par l’Église1.

Accompagnant la maturation de ce litige, une véritable déferlante éditoriale a balayé le XIXe siècle, produisant des centaines de Jeanne d’Arc et de « Pucelles » de papier. Historiens, hommes d’Église, romanciers, dessinateurs, musiciens, etc., ont rivalisé au gré des évènements politiques et des polémiques pour raconter leur Jeanne d’Arc : de l’« l’héroïne nationale » sous la plume de Michelet, à la « sainte guerrière » dont Monseigneur Dupanloup dresse de vibrants panégyriques et réclame la canonisation, ces Jeanne d’Arc du XIXe siècle sont bien éloignées de La Pucelle d’Orléans de Voltaire. L’analyse de la construction de ces mythes, de leur emploi et de leurs résonances jusqu’à aujourd’hui dans le monde politique a été  menée par différents historiens2.

Continuer la lecture de Découvrez les Jeanne d’Arc de papier du XIXe siècle

  1. Jean-Patrice Boudet et Xavier Hélary, Introduction à Jeanne d’Arc : histoire et mythes,  Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2014. Gerd Krumeich est l’auteur de Jeanne d’Arc à travers l’histoire [Jeanne d’Arc in der Geschichte, trad. de l’allemand], Paris : A. Michel, 1993. []
  2. Aux ouvrages récents déjà cités, ajoutons entre autres Jeanne d’Arc : vérité et légendes par Colette Beaune, 2008; Philippe Contamine, Jeanne d’Arc : histoire et dictionnaire, 2011; Jeanne d’Arc entre la terre et le ciel du Midi  : regards méridionaux sur la bonne Lorraine, XVe-XXIe siècles [Christian Amalvi et Julie Deramond, dirs.], 2012; De l’hérétique à la sainte : les procès de Jeanne d’Arc revisités : actes du colloque international de Cerisy [édités par François Neveux], 2012 ; Jeanne d’Arc au XXe siècle : art, histoire, politique, colloque du 1er décembre 2012, Paris; De Domrémy à Tokyo [actes du colloque universitaire international, Domrémy et Vaucouleurs, 2012, sous la direction de Catherine Guyon, Magali Delavenne]; Jeanne politique : la réception du mythe de Voltaire aux Femen : « la pitié qu’il y avait au royaume de France » [sous la direction de Vincent Cousseau, Florent Gabaude, Aline Le Berre], 2017. On pourra compléter ces quelques références bibliographiques par les liens donnés par le site Clioweb []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts