Tous les articles par Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

Regarder, contempler et visiter Notre-Dame de Paris au XIXe siècle (Partie I. À vol d’oiseau)

Draner, «La province à Paris », Le Journal amusant, 20 août 1898. Gallica (BnF)

   Au XIXe siècle, la mode des voyages à destination de Paris est facilitée par les chemins de fer et avivée par l’attrait des Expositions universelles (1855, 1867, 1878, 1889 et 1900). Les progrès de l’imprimerie permettent la multiplication de guides de voyages, récits, ou autres ouvrages décrivant les lieux à visiter.  Dans ces livres, la cathédrale Notre-Dame tient une place particulière et de plus en plus importante au fil des décennies. Si l’influence du roman de Victor Hugo et du travail de Viollet-le-Duc est indéniable, il faut cependant se garder de simplifications réductrices sur leur réception. L’histoire des regards posés sur Notre-Dame est complexe. Monument national, « lieu de mémoire », édifice important pour la chrétienté, Notre-Dame est aussi prosaïquement au XIXe siècle une silhouette facilement identifiable des lieues à la ronde et l’un des endroits d’où l’on peut alors observer le panorama parisien.

Henriot, « La section des Lettres à l’Exposition de 1900 » [zoom sur la vignette concernant Victor Hugo], Le Journal amusant, 27 juillet 1895. Gallica (BnF).
Continuer la lecture de Regarder, contempler et visiter Notre-Dame de Paris au XIXe siècle (Partie I. À vol d’oiseau)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie IV – charivaris autour des rosiers de Nanterre et d’ailleurs)

(Ce billet vient clore une série de 4 sur les Rosières : retrouvez ici le billet 1, billet 2, billet 3, et à lire ci-dessous le billet 4.)

Nous avons vu dans le billet précédent que les couronnements de rosières se multiplient au XIXe siècle. Si celui de Salency  avait séduit les aristocrates en quête de fêtes naïves et champêtres au XVIIIe siècle, ceux du XIXe siècle drainent les foules en région parisienne grâce aux  chemins de fer. Parmi les nombreuses personnes de l’assistance, il faut compter les habitants des localités concernées qui viennent pour des raisons religieuses et/ou festives. Le cérémonial – avec ses déplacements, généralement du domicile de la rosière à l’église puis de l’église à la mairie, ses discours, ses danses, jeux et repas – contribue au sentiment d’appartenance à une communauté, et prend parfois plus d’importance que les fêtes patronales.  Annoncés à grand renfort d’affiches et dans la presse, parfois cités par les guides touristiques, les couronnements de rosières attirent toutes sortes de curieux. Certains d’entre eux, peu convaincus du bien-fondé d’une fête couronnant la chasteté (voir billet précédent), racontent ce qu’ils ont vu de manière ethnographique, journalistique, voire satirique. Par sa proximité avec Paris et son ampleur, la fête de Nanterre fait particulièrement les frais de l’obsession humoristique pour les rosières. Enfin, la parodie appelant le travestissement charivarique, l’idée de couronner un rosier (comme on rit des pompières…) éclot rapidement au théâtre, dans les chansons et les fêtes, et bientôt en littérature …

La Vie Parisienne, 22 avril 1911. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie IV – charivaris autour des rosiers de Nanterre et d’ailleurs)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie III. La chasteté en question au XIXe siècle)

Le Mollet de la Rosière” : chansonnette : piano [et chant] / musique de Emile Bouillon ; paroles de Lucien Delormel ; [ill. par] Henriot. Société anonyme (Paris), 1889. Gallica (BnF).

Nous avons vu dans un précédent billet (à lire ici) que la fête de la rosière de Salency, mise à la mode par la Comtesse de Genlis en 1766, connut une grande fortune dans les arts et ce jusqu’à la Cour de Versailles. Ce succès national a sans doute incité le prieur de Salency à pousser sa paroisse jusqu’au procès contre son seigneur qui désirait présider au choix de la rosière et conserver au couronnement sa tradition de simplicité. Le Parlement de Paris ayant donné raison à Salency contre son seigneur en 1774, le couronnement, désormais fixé avec un cérémonial plus imposant et plus religieux, mais relevant aussi davantage du spectacle divertissant, a connu diverses imitations en Normandie, région parisienne, etc.  La Révolution puis l’Empire ont entraîné la disparition de certaines de ces fêtes et le remodelage d’autres. Les couronnements de rosières ont ensuite constitué un enjeu entre les conservateurs cléricaux et les Républicains : dans la seconde moitié du XIXe siècle, on assiste à une floraison de fêtes de la rosière. Le phénomène passionne les érudits locaux et ethnologues, devient un véritable marronnier pour la presse, et inspire la satire et le travestissement. C’est à l’aune de ces parodies qu’il faut relire par exemple le célèbre “Rosier de Madame Husson” …

Continuer la lecture de Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie III. La chasteté en question au XIXe siècle)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie II. Du procès de Salency à la multiplication des fêtes)

Les Rosières. [Par J.-B. Nougaret]. Sd, sn. Gallica (BnF).

Nous avons vu dans un précédent billet que le succès des couronnements de rosières au XIXe siècle a résulté d’une visite enthousiaste de Madame de Genlis à Salency en 1766, amplement relayée par les gazettes qui mirent ainsi la rosière picarde à l’honneur à la fin du XVIIIe siècle. Peintres, musiciens, poètes, écrivains,  célébrèrent la vertu pluriséculaire des jeunes filles de Salency, au grand dam d’esprits des Lumières tels que Grimm et Voltaire. Le Dictionnaire d’anecdotes, de traits singuliers et caractéristiques, historiettes, bons mots1 consacra par exemple au couronnement de Salency  un article de  trois pages, intitulé « fête remarquable », dans son édition de 1769. En 1771, Robert de Hesseln donna un article « Salency » pour le tome 6 du Dictionnaire universel de la France, contenant la description géographique et historique des provinces, de même que l’abbé de Courte-Épée dans L’Esprit de l’ Encyclopédie, ou Choix des articles les plus curieux… de ce grand dictionnaire…2. On inventa jusqu’à des éventails représentant le couronnement de la rosière3

J.-B. Nougaret, Les Rosières. Paris, F. Didot [début XIXe s]. Gallica (BnF).

 

Continuer la lecture de Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie II. Du procès de Salency à la multiplication des fêtes)

  1. Dictionnaire d’anecdotes, de traits singuliers et caractéristiques, historiettes, bons mots… [Par H. Lacombe de Prezel.]. Paris, La Combe, 1769. []
  2. L’Esprit de l’ Encyclopédie, ou Choix des articles les plus curieux… de ce grand dictionnaire… [Par l’abbé J. de La Porte.] Paris, Briasson, 1771. []
  3. Voir par exemple au musée Galliera :  cet éventail et cet autre éventail. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie I. La mode de Salency au XVIIIe siècle)

«La rosière de Salency“. Estampe, seconde moitié du XIXe siècle; Coll. Jaquet. Gallica (BnF).

 

(Ce billet est le premier d’une série de 4 sur les Rosières : retrouvez ici le billet 2, billet 3  et billet 4.)

Racontant sa visite à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), où il a vu une exposition de roses, Adrien Marx souligne en 1866 :

Tous les ans, le maire de cette localité couronne, vers le 8 juillet, non pas des rosières, mais des rosiéristes, deux produits qu’il ne faut pas confondre. La rosière passe son temps à dire à ses contemporains : Vous n’aurez pas ma rose. Les rosiéristes, au contraire, offrent les leurs à qui les veut acheter.

Pour prix de son humeur sauvage, la rosière reçoit une timbale (sans macaroni) et un certificat de vertu farouche. En récompense de ses recherches, le rosiériste palpe une médaille et encaisse un toast, au banquet du soir, entre le veau froid et la tourte au fromage.

Mais je ne veux point poursuivre ce parallèle. L’industrie de la rosière étant fort connue, et celle des rosiéristes l’étant moins, je passe à cette dernière, certain d’édifier les dîneurs de la taverne américaine sur des phénomènes nouveaux pour eux1.

Quatre années plus tôt, dans l’article « rosière »  d’un ouvrage intitulé Hommes et bêtes, physiologies anthropozoologiques mais amusantes, Galoppe d’Onquaire indiquait : « l’on sait que Nanterre, qui avait ses fromages et ses galettes, y a joint, depuis longtemps, l’entreprise des rosières2».

La cérémonie du couronnement des rosières a connu au XIXe siècle un véritable effet de mode. « Il pleut des rosières » constate Jules Noriac en 18743 ! Si cette fête a des origines religieuses anciennes, elle prend aussi parfois des allures républicaines. Écrivains, humoristes, chansonniers, agacés ou amusés  s’en donnent à cœur joie et parodient les écrits édifiants louant les jeunes filles « vertueuses ». Les couronnements de rosières disparaissent pour la plupart au XXe siècle, non sans avoir suscité l’intérêt des cinéastes, documentaristes, ethnologues, etc., qui en ont ainsi fixé le souvenir.

Continuer la lecture de Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie I. La mode de Salency au XVIIIe siècle)

  1. Adrien Marx, Indiscrétions parisiennes. Paris, A. Faure, 1866. []
  2. Galoppe d’Onquaire, Hommes et bêtes, physiologies anthropozoologiques mais amusantes. Paris, Amyot, 1862. []
  3. Jules Noriac, «Courrier de Paris», Le Monde illustré, 4 juillet 1874. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

Nadar, “Les philosophes du jour”, Petit Journal pour rire, 1856. n° 42. BnF, Département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme. Cote : 4-LC2-3830.

Instituée à l’été 1855 après plus d’un demi-siècle d’hésitations (voir billet précédent), la taxe sur les chiens entre en vigueur en 1856. Elle doit être comprise entre un à dix francs et distingue deux classes de chiens, l’une dite d’agrément l’autre utilitaire.  Les législateurs ont prévu qu’elle rapporterait des sommes importantes aux communes, et permettrait de diminuer le nombre de chiens errants donc de lutter contre la rage alors meurtrière. Ils ont aussi argué que la nourriture consacrée aux chiens pourrait revenir  à des populations mal nourries. Les premières réactions de la presse en 1855 sont spéculatives : on a volontiers imaginé que les propriétaires allaient se débarrasser de leurs chiens. S’il semble en effet que certains d’entre eux ont  noyé ou abandonné leurs bêtes avant l’entrée en vigueur du nouvel impôt, les caricatures dépeignent surtout des stratégies de résistance des rétives et rétifs à la taxe mais  désireux de conserver leur animal. Cet écart  par rapport à une littérature réaliste qui s’est plus volontiers penchée sur l’élimination sordide des animaux1 montre une fois encore qu’on doit envisager la presse satirique comme une caisse de résonance plus subtile qu’il n’y paraît des mutations sociétales.

Continuer la lecture de Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

  1. Par exemple dans Les Contes de la Bécasse de Maupassant : “Elle n’avait nullement songé à l’impôt, et quand on lui réclama huit francs, – huit francs, Madame ! – pour ce freluquet de quin qui ne jappait seulement point, elle faillit s’évanouir de saisissement. Il fut immédiatement décidé qu’on se débarrasserait de Pierrot.” Voir Éric Baratay, « Chacun jette son chien. De la fin d’une vie au XIXe siècle », Romantisme, 2011/3 (n°153), p. 147-162. En ligne ici. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie I)

Imagerie d’Epinal. N° 345, Une histoire de chien : [estampe] / P. D. Pellerin & Cie, imp.-édit. [Epinal, 1896]. Gallica (BnF).
 

Un impôt sur les chiens ? Il a bel et bien existé en France entre 1855 et 1971, comme le soulignent nombre d’articles sur internet qui s’amusent ou s’indignent de cette ancienne fiscalité.

On s’intéressera ici non pas au point de vue du contribuable lassé par les nouvelles taxes au XIXe siècle (impôt sur les portes et fenêtres en 17981 ; etc.) mais à ce qui détermine la mise en place de cet impôt, et à la manière dont il est accueilli par la population. En effet, la taxe canine vue au travers de la presse satirique permet de mieux appréhender la relation des Français à leurs animaux domestiques en ce milieu de XIXe siècle. Continuer la lecture de Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie I)

  1. Clément Coste, « Penser l’impôt au XIXe siècle. Controverses fiscales et contributions saint-simoniennes dans la France des années 1830 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Gallica pour les historiens (Partie III. Les recherches plus complexes)

Dans les précédents billets portant sur Gallica et les historiens, nous avons flâné (partie I), découvert des itinéraires, feuilleté des pages et des pages, mené des recherches simples et enregistré leurs résultats (partie II). Forts de ces rudiments, nous pouvons désormais mener des recherches plus complexes.

Continuer la lecture de Gallica pour les historiens (Partie III. Les recherches plus complexes)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Gallica pour les historiens (Partie II. Quelques conseils pratiques)

Dans un précédent billet, nous avons vu comment voyager des jours entiers grâce à Gallica et au blog Gallica … De ces périples, le gallicanaute aime à rapporter des souvenirs, voire à partager en direct les plus délicieuses de ses découvertes. Il peut souhaiter aussi revenir à des documents particulièrement intéressants. Ce billet se veut donc un guide pour aider les historiens et les férus d’histoire à tirer pleinement profit des fonctionnalités de Gallica.

Continuer la lecture de Gallica pour les historiens (Partie II. Quelques conseils pratiques)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Gallica pour les historiens (Partie I. Quelques suggestions de parcours)

Gallica, la Bibliothèque numérique de la BnF, a (déjà!) 20 ans. Nombreux sont désormais  les historiens en herbe, les historiens en formation, les amateurs d’histoire(s), les professeurs d’histoire, les chercheurs en histoire, etc., qui fréquentent cette considérable bibliothèque et disent l’apprécier. Récemment, Gérard Noiriel racontait par exemple comment il a pu redonner vie au clown Chocolat grâce à Gallica, et ajoutait :

En consultant la version papier des journaux (ce que j’ai fait pendant plus de vingt ans pour mes recherches avant l’invention de Gallica), je n’aurais jamais pu trouver ces informations perdues dans l’océan des pages imprimées1.

Footit et Chocolat, artistes de cirque : documents iconographiques. Gallica, BnF.

En discutant avec les lecteurs, en présentant les ressources de Gallica dans différentes manifestations, les bibliothécaires de la BnF découvrent parfois que certains « gallicanautes » n’en connaissent pas toutes les fonctionnalités ô combien précieuses, et que tous les férus d’histoire ne se sont pas encore aventurés sur le continent Gallica. Nous vous proposons donc ici une session de rattrapage…

Continuer la lecture de Gallica pour les historiens (Partie I. Quelques suggestions de parcours)

  1. Voir Sophie Robert et Philippe Mezzasalma, « Quand Gérard Noiriel redonne vie à Chocolat ». Blog Gallica, novembre 2017. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts