Tous les articles par Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

Les Guerres balkaniques : naissance d’une collection à la Bibliothèque nationale de France

Cette intervention a été présentée à l’occasion de la journée d’étude « Les Balkans au tournant de leur histoire : 1912-1913 », organisée le 5 décembre 2013 par la Bibliothèque nationale de France en collaboration avec l’EHESS, l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, l’INALCO, et la BULAC

La lettre J du classement Clément

Grâce à l’ordonnance de Montpellier (1537)  instituant le dépôt légal, tout ou presque tout ce qui a été publié dans l’Hexagone depuis François Ier  a constitué le réservoir des collections patrimoniales de la Bibliothèque nationale de France (BnF). La complétude des collections d’ouvrages publiés en France n’est pas loin d’être atteinte, même si l’exhaustivité reste un idéal difficilement tangible. En revanche, les publications éditées à l’étranger sont entrées dans les fonds de la Bibliothèque en fonction des possibilités plus ou moins aléatoires d’achats, et parfois grâce à des dons ou à des échanges qui ont permis l’enrichissement des collections d’une manière sélective et subjective. La nature des sujets traités et la langue des publications ont considérablement influencé les choix opérés. Si l’histoire de France et l’histoire des pays ayant eu des relations privilégiées avec la France ont été au cœur des acquisitions dans le passé comme de nos jours, l’histoire universelle et l’histoire des autres continents et pays ont suscité un intérêt inégal. En additionnant les collections quasi-exhaustives entrées par le biais du dépôt légal, et les collections réunies par d’autres moyens, la Bibliothèque a constitué au fil du temps des fonds considérables qui attirent l’attention des chercheurs. Apprécier la richesse des collections ne s’avère pas pour autant un exercice facile, notamment lorsqu’il s’agit de thématiques abondamment traitées, d’où l’intérêt de l’étude d’un cas particulier, comme celui des ouvrages sur les guerres balkaniques entrés dans les collections par voie d’acquisition pendant une période courte et bien délimitée, les années du déroulement de ces guerres, en 1912-1913 et, peu après, en 1914.

 Dans le système de classement (cotation Clément) qui était alors propre à la Bibliothèque nationale de France1,  ces ouvrages sont regroupés pour la plupart sous la lettre « J », lettre destinée à un grand ensemble thématique où l’on retrouve, en dehors des travaux sur les Balkans, les publications concernant l’empire romain et l’empire byzantin, les pays du bassin méditerranéen,la Roumanie, la Turquie, etc.

La correction des insoumis et des maraudeurs à Prichtina : [1912] / [Agence Rol]. Dpt. des Estampes et de la photographie. EI-13 (218)

Notre test porte uniquement sur cet ensemble, tout ensachant que, selon le même cadre de classement ancien, des travaux en rapport avec les guerres balkaniques se trouvent aussi dans les autres fonds : les fonds concernant les relations internationales de la France, par exemple, ou l’histoire des autres pays impliqués de près ou de loin dans les évènements de 1912-1913. Il s’impose de préciser également que les ouvrages du micro échantillon choisi ne représentent pas tous des travaux proprement relevant de la discipline histoire, en dépit parfois de leurs titres qui contiennent ce mot : il s’agit le plus souvent de récits signés par des participants aux opérations ou par des commentateurs occasionnels : des médecins, des journalistes, des militaires, des diplomates, etc., littérature qui constitue plutôt une source pour l’étude historique qu’une analyse historique de l’événement2.

 À partir de ces précisions, on peut ébaucher quelques constatations statistiques  basées sur le contenu des registres d’inventaire de cette période : sur les 600 titres cotés en « J »entre 1912 et 1914, 280 titres (52 %) représentent les entrées par la voie du dépôt légal, 187 titres, des ouvrages entrés par acquisition (32 % de l’ensemble),et le reste, 93 titres (16 %), des ouvrages reçus par la voie  des dons.

Notre attention s’est concentrée sur les 187 titres entrés  par acquisition afin de distinguer les ouvrages qui portent sur les guerres balkaniques. Nous avons ainsi compté 46 titres (24,5 %) sur l’ensemble des 187 ouvrages achetés par la Bibliothèque nationale dans cette période pour la série J.

Est-ce peu ? Est-ce beaucoup ? Il est difficile de l’apprécier sans une estimation globale de toutes les publications éditées sur ce sujet dans différents pays pendant cette période. Le contenu de ces ouvrages est plus révélateur que leur nombre relativement peu important.

G. von Hochwaechter, Mit den Türken in der Front, Berlin, 1913. Cote 8-J-7780

On remarquera d’abord la prépondérance des ouvrages en allemand : 30 titres sur les 46. Les 16 autres titres se partagent modestement entre l’anglais, l’italien et même le français dans le cas des ouvrages publiés en dehors de la France, donc  non soumis au Dépôt légal. Autre constat : la prééminence de la thématique militaire, suivie par les sujets concernant les aspects de la vie politique et diplomatique de la région dans son ensemble ou dans certains États. Enfin, quelques titres présentent un intérêt particulier,comme les ouvrages qui ont été acquis en leur langue d’origine bien avant qu’ils aient donné lieu à une traduction en français qui a permis leur entrée dans les collections par la voie du dépôt légal. C’est le cas du livre Der Balkankrieg de Friedrich Immanuel, auteur de plusieurs études de tactique militaire, livre qui existe dans l’édition allemande de 19133et aussi dans sa traduction française4, ou l’ouvrage allemand du général Mahmoud Muhtar Pasha sur la campagne de 19125.

Ces exemples sont la preuve – toute relative évidemment – des choix judicieux de ceux qui alors ont géré les acquisitions en la matière.

Les ouvrages publiés entre 1912 et 1914

Cette question ne peut pas être séparée d’une autre :dans quelle mesure l’activité d’acquisitions de la Bibliothèque nationale, soumise à d’inévitables sélections, a-t-elle convenablement nourri les besoins documentaires dans ce domaine très précis ? Les dimensions restreintes  de l’échantillon choisi sont  de nature à faciliter la tâche qui consiste à apprécier la richesse d’une bibliothèque à vocation encyclopédique,sur un sujet particulier, pour lequel les centres spécialisés dans les études balkaniques sont bien évidemment en mesure de posséder davantage de documents.Il s’agit de vérifier si les ouvrages publiés entre 1912 et 1914 par des éditeurs allemands, anglo-saxons, et italo-espagnols, cités dans les travaux de référence concernant les guerres balkaniques, figurent parmi  les collections de la Bibliothèque nationale de France. Le premier constat de cette mini enquête bibliographique rétrospective est que  les lacunes identifiées semblent assez rares,signe que les ouvrages sur les guerres balkaniques parus pendant ces événements ont bien retenu l’attention des responsables des collections contemporains. Les quelques lacunes ont été ensuite comblées par leurs successeurs. Ainsi, le livre de Will Seymour Monroe publié à Boston en 1914, Bulgaria and her People, dont le sous-titre with an account of the Balkan Wars, Macedonia and the Macedonian Bulgars indique son intérêt pour l’étude des guerres balkaniques, est entré dans les collections de la Bibliothèque nationale de France en 2001, grâce à l’édition fac-similée publiée à Sofia en1995 par St Kliment Ohridski University Press6.L’enquête entreprise nous a donné l’occasion d’identifier comme seuls manques notables : l’ouvrage de William Milligan Sloane, The Balkans ; a Laboratory of History,publié en 1914, puis en 1920, et surtout Few Lessons Taught bythe Balkan War, 1914, d’Alfred Hermann Fried, journaliste autrichien, prix Nobel de la Paix. Heureusement, les réimpressions récentes de ces ouvrages nous ont permis de combler ces lacunes7. Le test effectué sur un sujet précis – les guerres balkaniques – et dans une période bien circonscrite – les années de ces guerres et l’année 1914 – est révélateur des défis que doivent relever les chargés de collections à la BnF. Leur but n’est pas seulement de proposer aux lecteurs les publications récentes  – comme le montre ce volume qui vient d’être édité aux États Unis, par Hakan Yavuz et Isa Blumi, War and Nationalism : The Balkan Wars, 1912 -1913, and Their Socio-political Implications, University of Utah press, 20138 – mais aussi des « nouveautés » anciennes, comme dans les exemples précédemment évoqués.La profusion des collections est également le fruit d’un autre moyen d’enrichissement des collections : les dons, une bonne quinzaine de titres pour la période qui nous intéresse ! Leur nombre est peu important, mais pas leur contenu. Bien plus, il s’agit d’ouvrages réalisés ou diffusés par des organismes officiels, dont la particularité posait problèmes et compliquait leur repérage par les bibliothèques : c’est le cas du livre en espagnol Bosquejo de la campaña turco balkánica de 1912-13, publié par Depósito de la Guerra, Madrid, en 1913 ou du Traité de paix de Bucarest du 28 juillet (10 août) 1913, précédé des protocoles de la Conférence,publié à Bucarest, par l’imprimerie de l’État en 1913.

Kleanthes Nikolaides, Griechenlands Anteil an den Balkankriegen, 1912-1913, Wien, 1914. Cote 8-J-7972

À ces publications à caractère officiel distribuées sous forme de dons par les États impliqués de loin ou de près dans les événements, s’ajoutent les écrits de propagande qui éclairent un autre aspect des conflits, la guerre idéologique : Atrocités bulgares en Macédoine. Faits et documents, Athènes,1913 ; Les Atrocités des coalisés balkaniques, publié sous forme de 5 fascicules par le Comité de la défense nationale ottomane d’Istanbul etc. Avant que les guerres balkaniques deviennent le sujet d’études historiques, l’événement a donc inspiré pendant son déroulement une littérature nombreuse qui n’a pas tardé à alimenter les collections de la Bibliothèque nationale de France. Ce moment de constitution est en lui-même révélateur de la manière dont l’évènement historique s’est très vite répercuté et est entré dans les collections.

Ouvrages sur les guerres balkaniques à la base de cet essai

(dans l’ordre des cotes)

Acquisitions

Mit den Türken in der Front im Stabe Mahmud Muchtar Paschas, mein Kriegstagebuch über die Kämpfe bei Kirk Kilisse, Lüle Burgas und Cataldža, von G. von Hochwaechter, 4. Auflage, Berlin, E. S. Mittler und Sohn, 1913, VIII-126 p. 8-J-7780

L’Avenir de l’Albanie, par le baron Descamps, Louvain, C. Peeters, 1913, 49 p. 8-J-7782

With the Turks in Thrace, by Ellis Ashmead-Bartlett, en collaboration avec Seabury Ashmead-Bartlett, Londres, W. Heinemann, 1913, X-336 p. 8- J- 7799

Der jungen Türkei Niederlage und die Möglichkeit ihrer Wiedererhebung, Berlin, Gebrüder Paetel, 1913, 70 p. 8- J- 7800

Albanien, von Feldmarschallieutnant Otto von Gerstner, Vienne, W. Braumüller, 1913, IV-68 p. 8- J- 7803

Die Albanesen und die Grossmächte, von Dr. Vladan Georgevitch, Leipzig, S. Hirzel, 1913, IV-172 p. 8- J- 7849

Durch Albanien und Montenegro, zeitgemässe Betrachtungen zur Völkerkunde, Politik und Wirtschaftswelt der westlichen Balkanhalbinsel, von Hugo Grothe, Munich, M. Mörike, 1913, 224 p. 8- J- 7858

Alexandre Rubin, Les Roumains de Macédoine, Bucarest, D. C. Ionesco, 1913, 320 p. 8- J- 7868

Skizzen eines Feldarztes aus Montenegro, von Dr. phil. et med. Hermann von Schrötter, Berlin, Urban und Schwarzenberg, 1913, VIII-88 p. 8- J- 7870

Der Balkankrieg 1912-1913. Unter Benutzung zuverlässiger Quellen kulturgeschichtlich und militärisch dargestellt von Alfred Meyer, Berlin, Vossische Buchhandlung Verlag, 1913, 66 p. 8- J- 7877

Mahmoud Moukhtar Pacha, Meine Führung im Balkankriege 1912. 3e Auflage, Berlin, 1913, XVI-190 p. 8- J- 7909

Aus dem neuen Albanien, politisch und kulturhistorische Skizzen, von Maria Amrlie Freiin von Godin, Vienne, J. Roller, 1914, 126 p. 8- J- 7925

Drei Monate vor Skutari, von Karl Egli, Berne, F. Semminger, 1913, 170 p. 8- J- 7928

Kriegstage in Konstantinopel, von Wilhelm Feldmann, Strassburg, K. J. Trübner, 1913, 172 p. 8- J- 7936

Meine Erlebnisse im Balkankrieg und kleine Skizzen aus dem türkischen Soldatenleben, von Hans Rohde, Charlottenburg, P. Baumann, 1913, IV-144 p. 8- J- 7946

Sechzehn Jahre als Quarantänearzt in der Turkei, von Lamec Saad, Berlin, D. Reimer, 1913, VIII-339 p. 8- J- 7968

Abdul Hamid’s Daughther ; the tragedy of an Ottoman princess by Melek Hanoum and Grace Ellison, Londres, Methuen, 1913, 308 p. 8- J- 7970

Die Belagerung von Skutari, 10. Oktober 1912 bis 22. April 1913, ein Tagebuch von Hortense von Zambaur, Berlin, G. Stilke, 1914, 200 p. 8-J-7971

Griechenlands Anteil an den Balkankriegen, 1912-1913, von Dr. Kleanthes Nikolaides, Vienne, A. Hölder, 1914, VIII-433 p. 8- J- 7972

Zachary Stoyanoff, Pages from the Autobiography of a Bulgarian Insurgent, translated by M. W. Potter , Londres : E. Arnold, 1913, II-316 p. 8- J- 7973

Hellas and the Balkan Wars, by D. J. Cassavetti, Londres, T. F. Unwin, 1914, XV-368 p. 8- J- 7988

Die Operationen an den Dardanellen im Balkankriege 1912/13, von Hans Rohde, Berlin, R. Eisenschmidt, 1914, VIII-135 p. 8- J- 8002

Les Grecs et la Turquie, par N. Nicolaïdès, Bruxelles, impr. de Th. Dewarichet, 1910, 240 p. 8- J- 8011

Die Rumänische Armee, Vienne, Druck von J. Roller, 1913, 92 p. 8- J- 8020

Die Serbische und Montenegrinische Armee, Vienne, F. Jasper, 1913, 2 vol. dont un avec des illustrations d’uniformes. 8-J-8021

Robert Gillon, Le Crépuscule des Sultans, silhouettes d’Islam, Bruxelles, Rossignol et Vandenbril, 1913, 318 p. 8- J- 8022

Serbisches Rotes Kreuz und Internationale Liebestätigkeit während der Balkankriege 1912-13, ein Erinnerungsblatt von C. Sturzenegger, Zürich, Art. Institut Orell Füssli, 1914, 128 p. 8- J- 8023

With the Turks in Wartime, by Marmaduke Pickthall, Londres, J. M. Dent and sons, 1914, XIII-216 p. 8-J-8025

La Guerra nella peninsola balcanica… Aurelio Ricchetti, Turin, tip. Olivero, 1914, 422 p. 8- J- 8036

The Inner History of the Balkan War, by Lt.-col. Regidad Rankin, Londres, Constable, 1914, XII-569 p.  8- J- 8037

Die orientalische Frage in den Jahren 1838-1841, Ursprung des Meerengenvertrages vom 13. Juli 1841, von Adolf Hasenclever, Leipzig, K. F. Koehler, 1914, XII-320 p.  8- J- 8038

Die Ereignisse zur See und das Zuzammenwirken von Heer und Flotte im Balkankrieg 1912-1913, von Hans Rohde, Berlin, R. Eisenschmidt, 1914, II-197 p. 8- J- 8040

The Struggle for Scutari (Turk, Slav and Albanian), by M. Edith Durham, Londres, E. Arnold, 1914, XII-320 p. 8- J- 8048

Où est le salut ? Considérations sur la décadence et la régénération de la Turquie, Vienne, Beyers Nachf., 1913, 24 p. 8- J PIECE- 1745

Was war Albanien, was ist es, was wird es werden ? Gedanken und Betrachtungen über die unser geheiligtes Vaterland Albanien bedrohenden Gefahren und deren Abwendung. Verfasst von Sch. Sami Bey Frascheri. Aus dem türkischen übersetzt von A. Traxler, Vienne, A. Hölder, 1913, 70 p. 4- J- 657

Auf Griechischer Erde (im Sommer 1912, vor dem Kriege), von Adolf Gelber, Vienne, M. Perles, 1913, VIII-252 p. 4- J- 663

Die Serben im Balkankrieg (1912-1913) und im Kriege gegen die Bulgaren, auf Grund amtlichen Materials des Generalkommandos der Serbischen Armee bearbeitet von A. Kutschbach, Stuttgart, Franck, 1913, 50 p.  4- J- 664

Bosnien und die Herzegovina unter der Verwaltung Oesterreich-Ungarns, von Dr. Ferdinand Schmid, Leipzig, Veit, 1914, VIII-832 p. 4- J- 670

Dons

Situation économique de la Turquie d’Europe. Développement et mise en valeur des ressources naturelles, industrielles et commerciales de la partie européenne de l’Empire ottoman, par M. Abdul Vehab, Lille, impr. de G. Sautai, [s. d.], 104 p. 8- J- 7768

Henry Nivet, La Croisade balkanique. La Jeune Turquie devant l’opinion française et devant le socialisme international. Avec une préface du Dr Léon Thivrier, [S. l.], 1913, 210 p. 8- J- 7899

L’Esclavage en Turquie, par M. le Dr Richard Millant, Paris, au siège de la Société antiesclavagiste, 1912, 54 p. 8- J- 7903

Les Atrocités des coalisés balkaniques. N°1-5, par le Comité de publication D.A.C.B. [des atrocités des coalisés balkaniques], Constantinople, Administration du journal Ifham, 1913. 8- J- 7791 (1-5)

The Ottoman Empire, 1801-1913, by William Miller, Cambridge, the University press, 1913, XVI-547 p. 8- J- 7905

Étude sur la crise ottomane actuelle, par Mohamed Farid Bey, Genève, impr. de A. Kündig, 1912, 61 p. 8- J- 7921

Atrocités bulgares en Macédoine. Faits et documents. Exposé soumis par le recteur des Universités d’Athènes [Théodore Zaïmis] aux recteurs des Universités d’Europe et d’Amérique, Athènes, impr. Hestia, 1913, 58 p. 8- J- 7943

Extraits fac-similés de certaines lettres trouvées dans le courrier du 19e régiment de la VIIe division grecque, saisi par les troupes bulgares dans la région de Razlog. 1913, Sofia, impr. de la Cour royale, 1913, 22 p. 4- J- 661

Bosquejo de la campaña turcobalkánica de 1912-13. Redactado, bajo la dirección del Jefe del Depósito de la Guerra, por la Comisión del cuerpo de E. M. encargada de seguir las operaciones sobre el terreno, Madrid, Depósito de la Guerra, 1913, IV-407 p. 4- J- 681

Le Traité de paix de Bucarest du 28 juillet (10 août) 1913, précédé des protocoles de la Conférence, Bucarest, impr. de l’Etat, 1913, 90 p. FOL- J- 284

Les Événements de la péninsule balkanique. L’Action de la Roumanie, septembre 1912-août 1913, [S. l.], X-200 p. FOL- J- 285

Citer ce billet : Stefan Lemny, "Les Guerres balkaniques : naissance d’une collection à la Bibliothèque nationale de France," in L'Histoire à la BnF, 11/12/2018, https://histoirebnf.hypotheses.org/5396, [consulté le 12/12/2018].

 

  1. Voir Marianne Arnold, « Le Catalogue de l’histoire de France dans les Mémos « Chercher et Trouver », » in L’Histoire à la BnF, 17/01/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/126, et Jean-Charles Buttier, « Les apports d’une analyse de la cotation Clément à l’étude de la réception du genre du catéchisme politique, » in L’Histoire à la BnF, 07/07/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/746 []
  2. Voir l’intervention de Simon Bertin, « Journal d’un médecin de campagne : un chirurgien français dans les guerres balkaniques, » in L’Histoire à la BnF, 10/11/2017. []
  3. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb322700609 https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30634492k []
  4. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30634493x []
  5. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb309876378)) acheté par la Bibliothèque nationale avant la publication de sa traduction en français sous le titre Mon commandement au cours de la campagne des Balkans de 1912 ((https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30987636x []
  6. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37630357s []
  7. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb436611418 et https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43682927k []
  8. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb436647707. L’exemple est le dernier en date au moment de la présentation de cette intervention, mais depuis d’autres ouvrages sur ce sujet sont entrés dans nos collections par voie d’acquisition. []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

« L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science

Caricature accompagnant l’article « la fin des érudits », révélatrice du climat de suspicion autour de l’ordinateur, aux débuts de son utilisation .

 

Cet article résume la conférence « « L’historien de demain sera programmeur… » Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover ».

À partir des années 1960, Emmanuel Le Roy Ladurie, disciple de Fernand Braudel, incarne brillamment l’École des Annales et contribue à sa renommée en France et au-delà des frontières. Son œuvre lui a valu les appréciations les plus enthousiastes de ses pairs, qui ont salué en lui un « un grand historien », un « historien total », un « magicien » de l’histoire1.

Aussi exceptionnel est l’accueil que ses ouvrages ont rencontré de la part du grand public. Sa vivacité, sa simplicité, son sens de la formule et son humour ont permis à certains de saluer en lui un « nouveau Michelet »2. Mais l’histoire illustrée par Emmanuel Le Roy Ladurie ne se distingue pas seulement par les qualités de son récit. Elle est marquée aussi fortement par les nouvelles méthodologies et, peut-on dire, les nouvelles technologies de la recherche qui en sont encore à leurs débuts au moment où il fait ses armes.

Continuer la lecture de « L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science

  1. Jacques Le Goff, « Un grand territoire pour un grand historien », Psychologie, n° 106, novembre 1978, p. 90-92 ; Peter Lennon, « Annales of a Total Historian », Times, 8 décembre 1984, p. 6 ; Lauro Martines, « Emmanuel Le Roy Ladurie, Magician of History », The Washington Post, 19 décembre 1982, p. 6. []
  2. Apud André Burguière, « L’historien et l’actualité », texte ms. en vue d’un colloque à Chartres, qui finalement n’a pas eu lieu. []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est
Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (II)

Ce double billet reprend une communication présentée dans le cadre de l’atelier de travail intitulé « Écrits au pouvoir. Enjeux, pratiques et acteurs », tenu le 23 juin 2010 à l’université  Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Retrouvez la première partie de ce billet ici.

Le dénonciateur devant les institutions judiciaires

Les dénonciations faites par propre initiative ou en réponse aux incitations précédemment mentionnées deviennent ainsi l’objet des institutions judiciaires. C’est le cas de cet arrêt de la Chambre de justice du 11 janvier 1662 sur « un service de vermeil doré […] défaillant acquis et confisqué au profit du roi » avec la décision « que la sixième partie du prix provenant de la vente, sera baillé au dénonciateur, conformément à la déclaration du roi »1. Aussi étonnant semble l’acte du 9 avril 1720 intitulé Arrêt du conseil d’État du roi qui ordonne la confiscation des espèces trouvées en la possession du nommé Mey, au profit des dénonciateurs2, acte déclenché parce que le « nommé » a caché « dans ses culottes » 1579 livres, en contravention de l’arrêt du 27 février 1720 « qui defens de garder plus de 500 livres en espèces » ;  le  Conseil d’État lui concède la somme tolérée de 500 livres mais exige, en plus d’une lourde amende, que « le surplus demeurera acquis et confisqué au profit des dénonciateurs ».

Continuer la lecture de La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (II)

  1. Arrêt de la chambre de justice, qui déclare un service de vermeil doré appartenant au sieur Boislene, accusé, défaillant acquis et confisqué au profit du roi et ordonne que la sixième partie du prix provenant de la vente, sera baillé au denonciateur, conformément à la déclaration du roi. (11 janvier 1662) [Texte imprimé]. (S. l. n. d.) []
  2. Arrêt du conseil d’Etat du roi qui ordonne la confiscation des espèces trouvées en la possession du nommé Mey, au rofit des dénonciateurs [Texte imprimé]. Paris : imp. royale, 1720 []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est
Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (I)

Ce double billet reprend une communication présentée dans le cadre de l’atelier de travail intitulé « Écrits au pouvoir. Enjeux, pratiques et acteurs », tenu le 23 juin 2010 à l’université  Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Un corpus comme hypothèse de travail

L’importance de la dénonciation dans la société française à partir de 1789 est un fait bien connu et étudié en partie1. Cependant de nombreuses questions sur cette débordante passion révolutionnaire restent sans réponse. Le succès de ce thème dans la presse du temps serait-il autre chose qu’une « invention de journaliste, […] jouant sur la dramatisation absolue de l’événement », comme l’a ingénieusement mis en évidence Antoine de Baecque2 ?

Ce n’est bien évidemment pas la seule interrogation soulevée par l’ampleur de la dénonciation sous la Révolution, qui peut donner l’impression que tout le monde dénonçait tout le monde. Il convient d’approfondir la réflexion sur la relation entre ce phénomène pendant le temps court et intense de la Révolution et l’histoire de plus longue durée qui la précède.

Continuer la lecture de La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (I)

  1. Lucien Jaume, Le Discours jacobin et la démocratie, Paris, Fayard, 1989, p. 192-215 ; p.257-302 ;  J.  Guilhaumou, « Fragments of a Discourse of Denunciation (1789-1794) », dans  The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, sous la dir. de  K. M. Baker, C. Lucas, F. Furet,  Oxford, vol. IV, The Terror, 1994, p. 139-153 ; Colin Lucas, « The Theory and practice of denunciation in the French Revolution », The Journal of Modern History, vol. 68, N° 4, 1996, p. 768-785, etc. []
  2. Antoine de Baecque, Le Corps de l’histoire. Métaphore et  politique, 1770-1800,  Calmann-Lévy, 1993, p. 269. []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est
Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts