Tous les articles par Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

Voyager seule : 150 ans de clichés

Photo de couverture : Photo by Jessica Devnani from Burst

2018 marque le cent cinquantenaire de la naissance d’Alexandra David-Néel (1868-1969), souvent considérée comme la plus grande des voyageuses françaises, du fait de sa longévité et de la difficulté d’accès aux endroits qu’elle a explorés. Mais elle ne fut pas la première des voyageuses françaises, loin s’en faut, comme le montre par exemple l’essai de Françoise Lapeyre : Le Roman des voyageuses françaises (1800-1900).

Un des intérêts de cet ouvrage est d’évoquer la façon dont les premières voyageuses étaient considérées. La simple citation de l’Année littéraire en 1867 donne le ton : « S’il leur arrive quelque mésaventure, la pitié que l’on ressent est moins grande : elles n’avaient qu’à rester chez elles ». Même si les propos sont moins violents, c’est aussi ce que rapporte Jane Dieulafoy en 1887 :

Quelques amis bien intentionnés tentèrent de me détourner d’une expédition, au demeurant fort hasardeuse, et m’engagèrent vivement à rester au logis […] Je sus résister à toutes ces tentations. À cette nouvelle on me traita d’originale, accusation bien grave en province ; mes amis les meilleurs et les plus indulgents se contentèrent de douter du parfait équilibre de mon esprit1.

Continuer la lecture de Voyager seule : 150 ans de clichés

  1. Jane Dieulafoy, La Perse, la Chaldée et la Susiane. Paris, Hachette & Cie, 1887. Page 2. []

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

Vidal de la Blache, un historien au service de la géographie

Cent ans après sa mort, Paul Vidal de la Blache (1845 – 1918), considéré comme le fondateur de l’École française de géographie, reste une figure marquante mais méconnue de la géographie hexagonale. Ainsi Les Mots de la géographie proposent une entrée « vidalien » en précisant que Vidal de La Blache est le « seul géographe français à avoir donné naissance à un nom commun : on est vidalien si l’on s’inscrit dans la ligne du maître. Mais  » vidalisme  » n’existe pas, il s’agit donc d’une tendance intellectuelle et non d’un apostolat affirmé ». Et Vidal de la Blache continue à être matière à débats : il a ainsi dans le Dictionnaire de la géographie de Jacques Levy et Michel Lussault (nouvelle édition, 2013) deux entrées à son nom. L’une, peu élogieuse, lui reconnaît cependant le mérite d’avoir fait « d’une spécialité, déjà bien présente dans les univers de l’école et de l’exploration coloniale, une discipline universitaire reconnue », même s’il s’agit d’« une géographie d’État » ; l’autre, plus flatteuse, précise qu’« il faut encore relire cette œuvre et la replacer dans son contexte afin de percer à travers la masse de stéréotypes qui la noient ».

Paul Marie Vidal de la Blache] [Image fixe] / J. Geiser. Département Société de Géographie, SG PORTRAIT-1065. BnF (Gallica).

C’est que Vidal de la Blache apparaît comme un pur produit de la III e République naissante. Comme le remarque son biographe André-Louis Sanguin :

Au cours de sa carrière, il développa une sorte de schéma personnel  « républicaniste » en parfait accord avec la France de l’époque : libéralisme teinté de solidarité sociale, nationalisme, colonialisme, ruralisme fidèle au terroir, foi dans la science et le progrès, pragmatisme face aux problèmes1.

Vidal de La Blache : 1845-1918 : un génie de la géographie / par André-Louis Sanguin. Paris, Belin, 1993. BnF, Département Philosophie, Histoire, sciences de l’homme.

Or la vie de Vidal, c’est avant tout son enseignement et son œuvre. Historien de formation, il s’oriente dès le début des années 1870 vers la géographie avec un poste à l’Université de Nancy. Il vient ensuite à Paris où il enseignera à l’École Normale Supérieure puis à la Sorbonne. Il aura entre autres comme élèves Albert Demangeon2, Emmanuel de Martonne qui deviendra son gendre, et Marcel Dubois. C’est avec ce dernier qu’il fonde en 1891 la revue des Annales de géographie. Il y contribuera jusqu’à sa mort, non seulement par des articles de fond dont certains seront plus tard repris, parfois transformés, en volumes mais aussi par de nombreux comptes-rendus de lectures et des hommages  : il restera en effet toute sa vie attentif à la production et à l’évolution de la géographie avec un intérêt particulier pour les grands géographes allemands, notamment Ratzel dont la géographie politique retient son attention.

La géographie est surtout pour lui une question d’enseignement, ce dont témoigne la parution en 1885 de l’importante collection de cartes murales destinées aux élèves, complétées plus tard d’atlas qui sont toujours réédités aujourd’hui.

France: départements / Paul Vidal de La Blache. Paris,A. Colin, 1885. Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE AA-25. Gallica (BnF).

Le Tableau de la géographie de la France (1903) reste son livre le plus célèbre, toujours réédité. Il a été l’objet d’une remarquable étude critique sous la direction de Marie-Claire Robic.

Il s’agit d’ailleurs, on l’oublie trop souvent, du premier volume de l’Histoire de France depuis les origines jusqu’à la Révolution dirigée par Ernest Lavisse, Histoire qui comme l’indique son titre s’arrête à la Révolution. Le Tableau de la géographie de la France est donc essentiellement physique et s’attache à décrire et définir le territoire français dans ses limites, à « territorialiser la nation »  :

Vidal insiste sur ce qui est fixe et permanent, ce qui a pu induire une interprétation passéiste ou ruraliste  de son message3.

Ce livre fera beaucoup pour l’image d’un Vidal peu soucieux de la géographie humaine et sera pendant longtemps  « le modèle des descriptions de géographie régionale »4 avec tout ce que cette expression peut parfois comporter de péjoratif ou de vieilli.

Mais à se focaliser sur ce titre on en oublie d’autres aspects essentiels des réflexions de Vidal que l’on trouve par exemple dans son article sur la géographie humaine, paru lui aussi en 1903 ou celui sur les régions françaises publié en en 1910. Ces textes montrent, comme les nombreux autres articles publiés par Vidal, une attention particulière à l’évolution du monde qui l’entoure, une prise en compte des problèmes contemporains et une réflexion sur le rôle que la géographie peut ou doit y jouer. C’est le cas de La France de l’Est (1917), livre presque oublié quand Yves Lacoste l’a réédité et présenté en 1994. Pour ceux qui en ignoraient jusqu’à l’existence, cet ouvrage est une découverte puisqu’il n’est « pas seulement un « ouvrage de circonstance », c’est un grand livre de géographie politique », dans lequel Vidal d’efforce de montrer l’appartenance à la France des « territoires perdus ».

Le fait que cet ouvrage, comme le dit Yves Lacoste, « a été et est encore passé sous silence par la corporation des géographes » est symptomatique de l’image dans laquelle Vidal est enfermé : celle d’une géographie et d’un monde figés. Or la géographie de Vidal est une géographie en mouvement, qui évolue. Et son œuvre, comme celle de tous les géographes, est tributaire de l’époque et du contexte dans lesquels elle s’écrit. Sa postérité aussi. Elle est d’abord due à Emmanuel de Martonne qui réunit quelques-uns des derniers articles vidaliens dans un ouvrage posthume : Principes de géographie humaine (1922), tandis que Lucien Gallois assure la publication de la Géographie universelle dont Vidal de La Blache n’avait pu faire que le plan.

Principes de géographie humaine / P. Vidal de La Blache ; Paris : A. Colin, 1922. Dptmt Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-G-10919

Et si « pendant pratiquement cinquante ans, Vidal de La Blache fut considéré comme le père incontesté de la géographie française […] les années 60 ont vu cette façade se lézarder et la rupture se manifester contre l’héritage de cette école5 ».  Pourtant, dans ses entretiens avec Jean-Louis Tissier, Julien Gracq dit toute l’admiration et l’affection qu’il a pour le Tableau de la géographie de la France :

Je le relis de temps en temps, il n’a pas vieilli, il est devenu historique, c’est autre chose. Ce livre me touche aussi beaucoup parce qu’il n’y a pas ici insensibilité en face des paysages géographiques. L’auteur se laisse toucher, il a une réaction affective. Il parle de la tristesse que l’on a à quitter les paysages du Midi, très marqués, très ensoleillés pour aller vers les horizons du Nord. Comme je ressens les paysages de manière assez nette dans ce sens, cela m’est sympathique6.

=> Pour aller plus loin :

  1. André-Louis Sanguin, Vidal de La Blache : 1845-1918 : un génie de la géographie. Paris, Belin, 1993. []
  2. Un géographe de plein vent : Albert Demangeon, 1872-1940. Paris, éditions des Cendres, 2018, en cours d’acquisition. Catalogue de l’exposition présentée à la Bibliothèque Mazarine, préface de Yann Sordet, textes de Nicolas Ginsburger, Patrick Latour, Marie-Claire Robic, Denis Wolff []
  3. Voir Le « Tableau de la géographie de la France » de Paul Vidal de La Blache  : dans le labyrinthe des formes / sous la dir. de Marie-Claire Robic. Paris, CTHS, 2000. []
  4. Voir Yves Lacoste, « A bas Vidal … viva Vidal ! », Hérodote : stratégies, géographies, idéologie, octobre 1970. []
  5. Dictionnaire de la géographie et l’espace des sociétés sous la direction de Jacques Lévy et Michel Lussault, Nouvelle édition revue et augmentée. Paris, Belin, 2013. []
  6. Julien Gracq, Œuvres complètes. II . Paris, Gallimard, 1995. []

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

[Centenaire de l’indépendance finlandaise] Focus sur quelques voyageurs francophones en Finlande

Le 6 décembre 2017, la Finlande fête le centenaire de son indépendance. C’est un pays qui reste mal connu : ainsi on continue, même dans des ouvrages récents, à l’associer à la Scandinavie dont elle ne fait pourtant par partie, comme le rappelle la légende de cette carte de 1928.

« Le soleil de minuit », illustration tirée de Le pays du soleil de minuit : voyages d’été en Suède, en Norwège, en Laponie et dans la Finlande septentrionale par Paul Du Chaillu. Paris, C. Lévy, 1882. Gallica (BnF).

La Finlande n’évoque le plus souvent que les saunas, les lacs et des pilotes d’automobile.  Pourtant des Français se rendent en Finlande depuis bien longtemps, même si les récits sur ce pays sont assez rares : le voyage en Finlande fait généralement partie d’un tour plus général dans les pays nordiques ou d’une exploration en Laponie, qui concerne alors essentiellement la Norvège.

Pour accompagner l’histoire de ces périples en Finlande deux guides sont indispensables : Le Voyage en Scandinavie, anthologie de voyageurs, 1627-1914 (2001) qui malgré son titre s’intéresse aussi à la Finlande et Au pays des vendeurs de vent : voyager en Laponie et en Finlande du XVe au XIXe siècle (2017) qui propose notamment les itinéraires empruntés par chacun des voyageurs.

Continuer la lecture de [Centenaire de l’indépendance finlandaise] Focus sur quelques voyageurs francophones en Finlande

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

Pour une histoire des voyages à bicyclette

« Debenne, 3 ans, Boisserel [?] 3 ans [deux jeunes enfants à vélo] », photographie, Agence Rol, sd. Gallica (BnF).

Dans quelques jours débute le Tour de France : c’est l’occasion de passer rapidement en revue les collections de récits de voyages et de guides touristiques cyclistes…

Même sans avoir lu le « Supplément littéraire » du Figaro du 4 octobre 1890, on s’en doutait : Aristote n’a pas connu le vélocipède ! Mais ce texte est intéressant à plus d’un titre. D’abord parce que la question (« Aristote a-t-il connu le vélocipède ? »)  renvoie à  celle de l’origine de la bicyclette, qui n’a pas de date d’invention précise, sauf à considérer la draisienne comme la première bicyclette : ce sont seulement les améliorations ou changements successifs, parfois précisément datés, qui ont permis de passer des machines des origines à celles que nous connaissons aujourd’hui. Ensuite parce que ces quatre pages consacrées à la pratique de la bicyclette ont paru dans un supplément littéraire ! La « Belle époque » ? Heureux temps en tout cas, où l’on découvrait, sous la plume de Pierre Giffard, héraut s’il en fut de la cause cycliste,  l’art de vivre à bicyclette…

Continuer la lecture de Pour une histoire des voyages à bicyclette

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts