Tous les articles par Vanessa Desclaux

L’archéologie de la Grande Guerre vue de l’est [Conférence du mercredi 23 mai, à 18h30]

archive ill. 1 Champ de bataille de Verdun (Auteur : R. de Matos Machado, mars 2015)

Le mercredi 23 mai, M. Michaël Landolt et Mme Stéphanie Jacquemot, archéologues auprès du Service régional de l’archéologie à la Direction Régionale des Affaires Culturelles du Grand Est donneront des conférences illustrant deux facettes de l’apport de l’archéologie à la connaissance de la Grande Guerre dans la région Grand Est.

Pour les informations pratiques (lieu, horaires), voir ici.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Continuer la lecture de L’archéologie de la Grande Guerre vue de l’est [Conférence du mercredi 23 mai, à 18h30]

Archéologie sous-marine du débarquement de Normandie [Conférence reportée au mardi 26 juin, à 18h30]

Char Sherman du débarquement de Normandie conservé au large de Luc-sur-Mer (Calvados). Photographie Images explorations / Drassm, 2017

 

Le 7 février à 18h30 (Attention ! suite aux intempéries du 7 février, la conférence est reportée au mardi 26 juin),  Mme Cécile Sauvage, Conservateur du Patrimoine, Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM) donnera une conférence intitulée « Archéologie sous-marine du débarquement de Normandie ».

Pour les informations pratiques (lieu, horaires), voir ici.

Continuer la lecture de Archéologie sous-marine du débarquement de Normandie [Conférence reportée au mardi 26 juin, à 18h30]

Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy [Conférence du mercredi 11 avril, à 18h30]

Camp de Drancy, cliché issu des fonds de l’ Allgemeiner Deutscher Nachrichtendienst – Zentralbild (Bild 183) Bundesarchiv, Bild 183-B10919 / Wisch / CC-BY-SA 3.0

 

Le mercredi 11 avril M. Benoît Pouvreau, chercheur au Service du patrimoine culturel, Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis donnera une conférence intitulée « Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy ».

Pour les informations pratiques (lieu, horaires), voir ici.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Estampe à l’eau-forte de Georges Horan-Koiransky en couverture de Le Camp de Drancy (seuil de l’enfer juif) de G. Horan-Koiransky, 1947 (Archives départementales de la Seine-Saint-Denis)


Le classement au titre des Monuments historiques (2001) puis la première restauration engagée ont beaucoup renforcé le temps dédié à la cité de la Muette, théâtre du camp de Drancy entre 1941 et 1944. En 2009, un important corpus de graffiti d’internés fut mis au jour. Sa valorisation fut en partie articulée à un projet plus vaste de mise en réseau des lieux d’histoire de la Déportation du département. La médiation de celui-ci permis une redécouverte : l’œuvre d’un interné connu par quelques estampes constituant, en fait, un ensemble cohérent et majeur. Dessinateur mais aussi écrivain, Georges Horan-Koiransky fut, enfin, un témoin clé documentant d’une façon unique le lieu de départ des convois de déportation en gare du Bourget-Drancy, ultime sujet de recherches autour de ce site primordial de la persécution des Juifs de France.

Bibliographie

  • Curdy M., « L’étude préalable et la conservation – restauration des graffiti des internés au camp de Drancy », CeROArt, revue électronique[En ligne], EGG 2 | 2012, mis en ligne le 19 juin 2012 : http://ceroart.revues.org/2598
  • Fichet de Clairfontaine F., « Pour fouiller les camps d’enfermement de la seconde guerre mondiale ? », Les nouvelles de l’archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2016 : http://journals.openedition.org/nda/3410
  • Horan-Koiransky G., Le camp de Drancy, seuil de l’enfer juif : dessins et estampes, 1942-1947, [Ivry-sur-Seine] : Créaphis éditions, 2017. BnF Tolbiac – Magasin inv.  2017-298757
  • Pouvreau B. (dir.), Curdy M., Peschanski D. & Zimmer T. Les graffiti du camp de Drancy. Des noms sur des murs. Gand, [Bobigny], éditions Snoeck, CG93, 2014. BnF Tolbiac – Magasin inv. 2016-257833
  • Pouvreau B., « La stratigraphie complexe du camp de Drancy », Les nouvelles de l’archéologie [En ligne], 137 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016: http://journals.openedition.org/nda/2604
  • Sarcey P.,  Endewelt R., Razynscki A., « Cité de la Muette – Des archives audiovisuelles pour l’histoire du camp de Drancy et de la résistance juive », Conférence en ligne du 29 janvier 2015 à la BnF
  • Wieviorka A., Laffitte M. À l’intérieur du camp de Drancy. Paris, Perrin, 2012. BnF Tolbiac – Magasin inv.   2012-106616

Archéologie du Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye et La préparation des troupes de Louis XIV [Conférence du mercredi 21 mars, à 18h30]

légende: Médaillon du calendrier-estampe de l’almanach de 1670. RESERVE QB-201 (171)-FT 5 [Hennin, 4534] : « l’Exercice et Attaque faîte du Fort de Saint-Sebastien en presence de leur Maiestez »

Le mercredi 21 mars Mme Séverine Hurard, Ingénieure de recherches à l’ Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) donnera une conférence intitulée « Le Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye (78) : La préparation des troupes de Louis XIV à la guerre de siège (1669-1770) ».

Pour les informations pratiques (lieu, horaires), voir ici.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Le fort et le camp de Saint-Sébastien correspondent à deux ouvrages militaires et leurs campements distinctifs. Ils se succédèrent lors de deux campagnes réunissant les troupes de la maison militaire du roi au cours des printemps et été 1669 et 1670. Ils ont été fouillés à hauteur de 1/4 et 1/10e de leur surface totale. ( © P.Raymond, S. Hurard).

Situé, à l’intérieur de la boucle de la Seine, dans la plaine alluviale dite d’Achères, le Fort Saint-Sébastien accueillit, vraisemblablement à partir de 1669 et pour quelques années seulement, les troupes dites de la « Maison du Roi », soit entre 9000 et 30 000 soldats, faisant l’apprentissage des techniques de la guerre de siège. La fouille archéologique, menée entre 2011 et 2012 sur une surface de 28 hectares, a révélé l’existence de deux ouvrages fortifiés distincts associés à leurs aires de campement. Cette lecture archéologique inédite de la préparation à la guerre de siège offre un éclairage différent, à une échelle inaccoutumée, sur la rationalisation des pratiques militaires sous Louis XIV. Elle permet de s’intéresser plus globalement à la société des gens de guerre, à laquelle appartiennent les compagnies de mousquetaires et d’examiner la réalité matérielle de cette société composite.

légende: Médaillon du calendrier-estampe de l’almanach de 1670. RESERVE QB-201 (171)-FT 5 [Hennin, 4534] : « l’Exercice et Attaque faîte du Fort de Saint-Sebastien en presence de leur Maiestez »; 

L’ Almanach représente la famille royale et les mousquetaires devant le fort. Le médaillon décrit l’assaut mené au Fort Saint-Sébastien en présence de la famille royale, représentant l’angle sud-ouest du rempart de l’ouvrage de 1669. Soumis à l’assaut des fantassins et piquiers, Il est enveloppé d’un épais nuage de fumée. Une rangée de pieux, placée au deux tiers de la hauteur du rempart, est fichée presque horizontalement dans la masse de terre.

Cycle de conférences : « Archéologie de la Guerre : de la fouille à l’écriture de l’Histoire » – les mercredis, à 18h30, site François-Mitterrand, salle 70 (entrée libre).
En savoir plus : notre programmenotre bibliographie.

Pour en savoir plus:

  • le site de l’Inrap sur les fouilles du fort
  • la bibliographie de la BnF sur Louis XIV, la diplomatie et la guerre (1661-1715) [mai 2013]
  • Frédéric Chauviré, « La Maison du Roi sous Louis XIV, une troupe d’élite. Étude tactique », Revue historique des armées [En ligne], 255 | 2009, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 06 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/rha/6764
  • Frédéric Chauviré, « La Maison du Roi sous Louis XIV, une troupe d’élite », Revue historique des armées [En ligne], 242 | 2006, mis en ligne le 26 novembre 2008, consulté le 07 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/rha/4012
  • Séverine Hurard, « Le fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye, camp d’entrainement du XVIIe siècle », dans BURNOUF Joëlle, ARRIBET-DEROIN Danielle, DESACHY Bruno, JOURNOT Florence, NISSEN-JAUBERT Anne, Manuel d’Archéologie médiévale et moderne. Armand Colin, Collection U Histoire, p. 45-46. Disponible à la BnF en libre-accès en salle J cote: 930.6 BURN m
  • Stéphane Perréon, « Le roi stratège. Louis XIV et la direction de la guerre, 1661-1715 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 118-4 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2011, consulté le 07 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/2212 

14-18 Archéologie de la Grande Guerre : une exposition Inrap à la BnF

L’exposition Inrap sur l’archéologie de la Grande Guerre sur le site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France (voir ci-dessous) s’accompagnera le 11 octobre 2017 d’une intervention de Gilles Prilaux dressant un panorama synthétique de l’apport de ces fouilles. Il inaugurera ainsi un cycle de conférences consacré aux différents aspects de l’archéologie de la Guerre, toutes périodes confondues, se déroulant entre octobre 2017 et juin 2018.

Vous trouverez ici le programme de ces conférences.

Lors de la Grande Guerre, des millions d’hommes ont vécu l’enfer des « orages d’acier » et des tranchées qui ont marqué durablement le territoire. Près de 700 000 disparus et des tonnes de débris métalliques y sont toujours ensevelis.

Au gré des fouilles préventives liées à l’aménagement du territoire, des traces tangibles remontent du sol : restes humains, tranchées, abris de fortune et munitions de tout calibre sont mis au jour. Ces vestiges apportent un nouvel éclairage à la connaissance de la guerre de 14-18.

En identifiant, analysant et interprétant les témoins les plus significatifs issus de fouilles préventives, les archéologues permettent de documenter des aspects méconnus de la Grande Guerre : armement, sépultures, bâtiments, alimentation, artisanat…

Quelques précisions sur l’exposition Inrap sur kakémonos, labellisée par la Mission du Centenaire:

Lieu

Entrée EST (face au MK2), Foyer du petit auditorium – site François-Mitterrand, avenue de France Paris (75013)

Accès

accès libre

Dates

du 30 septembre au 11 octobre 2017

Pour en savoir plus sur cette thématique

Pour en savoir plus sur la BnF et la commémoration de la Grande Guerre