Archives de catégorie : Recherche

Mémoire et commémorations de la Grande Guerre : parcours guidé du “Web 14-18”, et bibliographie

Un parcours guidé du “Web 14-18”

Entre 2013 et 2019, la Bibliothèque nationale de France (Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme et Département des Cartes et Plans) et ses partenaires (Direction des patrimoines, de la mémoire et des archives du Ministère des Armées ; Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, bibliothèques d’Amiens Métropole) ont recensé un grand nombre de  sites internet et de blogs consacrés à la commémoration du Centenaire de la Première Guerre mondiale, et plus largement à la Grande Guerre, dans le cadre de la collecte du dépôt légal de l’internet1.
Continuer la lecture de Mémoire et commémorations de la Grande Guerre : parcours guidé du “Web 14-18”, et bibliographie

  1. Cette collecte est consultable uniquement dans les salles de lecture de la bibliothèque de recherche de la BnF et de certaines bibliothèques en régions, membres du réseau des pôles associés de dépôt légal []

Marianne Arnold

Bibliothèque nationale de France, département de l'Orientation et de la recherche bibliographique.

More Posts

Un peu, beaucoup d’Italie dans les collections de la BnF… Clin d’œil aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois (2019)

Retrouver l’Italie à la BnF grâce au numérique …

 

Ce billet prolonge l’annonce des cartes blanches BnF dédiées à l’Italie lors des rendez-vous de l’Histoire de Blois (2019). Il n’est évidemment pas exhaustif et se contente de vous faire découvrir quelques pans des belles collections de la BnF portant sur l’Italie. Un buon appetito !

Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF,  vous convie à une exploration de l’Italie. En tapant le mot Italie dans la fenêtre de recherche vous obtiendrez des conseils de lecture et des billets du blog Gallica portant sur l’Italie grâce à “Gallica vous conseille”: Continuer la lecture de Un peu, beaucoup d’Italie dans les collections de la BnF… Clin d’œil aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois (2019)

22e Rendez-vous de l’Histoire de Blois – du 9 au 13 octobre 2019

RENDEZ-VOUS DE L’HISTOIRE DE BLOIS – 22e ÉDITION

“L’Italie”

La 22e édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois se tiendra du 9 au 13 octobre 2019 et explorera le thème “L’Italie”. Cette année encore, la BnF est présente avec un stand au Salon du livre et au festival avec plusieurs manifestations dont vous trouverez le programme ci-dessous.

Continuer la lecture de 22e Rendez-vous de l’Histoire de Blois – du 9 au 13 octobre 2019

Autour de l’Empire libéral. Colloque du cent cinquantenaire du 27/09/2019 au 28/09/2019

Dans le cadre du XXIIIe Congrès International des Sciences Historiques de Poznań (Pologne), le colloque sur le thème « Autour de l’Empire libéral. Colloque du cent cinquantenaire. Entre apprentissage de la démocratie, puissance technocratique et modernisation économique et sociale », qui vise à faire le bilan et renouveau historiographique sur la question, donnera sa deuxième conférence préparatoire à Paris du 27 au 28 septembre 2019.
Organisée par le LabEx Écrire une histoire nouvelle de l’Europe, la Sorbonne Université et son Centre Roland Mousnier, cette session a été conçue avec la collaboration de la Fondation Napoléon, du Souvenir Napoléonien et de l’Académie des sciences d’outre-mer.

 

La BnF y sera présente avec une communication d’Agnès Sandras (Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme) sur la caricature sous l’Empire libéral.

Continuer la lecture de Autour de l’Empire libéral. Colloque du cent cinquantenaire du 27/09/2019 au 28/09/2019

Almanach du chercheur associé – III. Le merveilleux scientifique… en almanach !

L’exposition « Le merveilleux-scientifique » visible à la BnF François Mitterrand jusqu’au 25 août 2019 me donne envie de vous parler d’une curiosité littéraire :  il s’agit du Véritable almanach du merveilleux (1911-1913). Le sous-titre de la brochure « Les sciences mystérieuses dévoilées » nous plonge d’emblée dans un monde peuplé de créatures surnaturelles. Place aux spectres et à l’univers paranormal !

Le Véritable almanach du merveilleux, 1912. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Cote : 8-R-26594. BnF.

Continuer la lecture de Almanach du chercheur associé – III. Le merveilleux scientifique… en almanach !

Almanach du chercheur associé – II. Jour de colloque !

La thèse que j’ai consacrée au républicain et chimiste François-Vincent Raspail (1794-1878)1 m’a permis de découvrir le rôle éducatif des almanachs dans la société du XIXe siècle. En effet, Raspail avait compris qu’avec ses almanachs politiques ou scientifiques, il pouvait émanciper le « peuple » grâce à l’instruction.

Lors de l’appel à chercheurs associés lancé par la BnF en 2018, j’ai proposé l’axe de recherche suivant : Par sa diffusion au moyen du colportage, l’almanach peut-il être vu comme un instrument majeur dans l’apprentissage des savoirs en France de la Restauration à la veille de la Première Guerre mondiale ? À la suite des travaux de Jacques Rancière, peut-on évaluer la fonction émancipatrice des almanachs dans la société française ? Mon projet a été retenu, et j’ai la chance de le développer depuis l’automne  dernier (voir les billets précédents).

Continuer la lecture de Almanach du chercheur associé – II. Jour de colloque !

  1. Voir Les républiques de François‐Vincent Raspail : entre mythes et réalité, thèse soutenue par  par Jonathan Barbier sous la direction de Natalie Petiteau – Avignon, 2016. []

Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie IV – charivaris autour des rosiers de Nanterre et d’ailleurs)

(Ce billet vient clore une série de 4 sur les Rosières : retrouvez ici le billet 1, billet 2, billet 3, et à lire ci-dessous le billet 4.)

Nous avons vu dans le billet précédent que les couronnements de rosières se multiplient au XIXe siècle. Si celui de Salency  avait séduit les aristocrates en quête de fêtes naïves et champêtres au XVIIIe siècle, ceux du XIXe siècle drainent les foules en région parisienne grâce aux  chemins de fer. Parmi les nombreuses personnes de l’assistance, il faut compter les habitants des localités concernées qui viennent pour des raisons religieuses et/ou festives. Le cérémonial – avec ses déplacements, généralement du domicile de la rosière à l’église puis de l’église à la mairie, ses discours, ses danses, jeux et repas – contribue au sentiment d’appartenance à une communauté, et prend parfois plus d’importance que les fêtes patronales.  Annoncés à grand renfort d’affiches et dans la presse, parfois cités par les guides touristiques, les couronnements de rosières attirent toutes sortes de curieux. Certains d’entre eux, peu convaincus du bien-fondé d’une fête couronnant la chasteté (voir billet précédent), racontent ce qu’ils ont vu de manière ethnographique, journalistique, voire satirique. Par sa proximité avec Paris et son ampleur, la fête de Nanterre fait particulièrement les frais de l’obsession humoristique pour les rosières. Enfin, la parodie appelant le travestissement charivarique, l’idée de couronner un rosier (comme on rit des pompières…) éclot rapidement au théâtre, dans les chansons et les fêtes, et bientôt en littérature …

La Vie Parisienne, 22 avril 1911. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie IV – charivaris autour des rosiers de Nanterre et d’ailleurs)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

L’Espagne en France : quand la monnaie du royaume des lis était espagnole

La découverte, ces dernières années, de trésors terrestres et maritimes sur le territoire français ou dans les eaux territoriales, constitués essentiellement voire exclusivement de pièces de monnaies espagnoles, permet de porter un regard nouveau sur la circulation monétaire dans le royaume de France aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ils révèlent aussi le rapport tendu que nous entretenons avec le patrimoine archéologique numismatique. L’étude de ces dépôts exceptionnels au sein du département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France a permis la réalisation du nouveau volume de la collection Trésors monétaires1.

Continuer la lecture de L’Espagne en France : quand la monnaie du royaume des lis était espagnole

  1. Jérôme Jambu (dir.), Trésors monétaires XXVIII. Trésors de monnaies espagnoles dans la France des XVIIe et XVIIIsiècles. Paris, BnF, 2019 []

Jérôme Jambu

Conservateur, département des Monnaies, médailles et antiques, BnF

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

ÉDUCATION POPULAIRE : ENGAGEMENT, MÉDIATION, TRANSMISSION (XIXe-XXIe SIÈCLES)

Du 9 avril au 20 novembre 2019, les Archives nationales proposent une exposition, un cycle d’ateliers et un colloque consacrés à l’histoire et à l’actualité de l’éducation populaire, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BnF), le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep) ainsi que les universités de Paris-8, Paris-Nanterre et Tours.

Ce programme prend la suite des actions initiées en 2017-2018 par la BnF autour de l’émancipation par l’éducation populaire : 6 ateliers et un colloque (“Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939) – De l’histoire à l’actualité”) en novembre 2018.

Les ateliers proposés en 2019 ont pour vocation de faire connaître les fonds conservés par les AN, la BnF et le PAJEP, tout en donnant la parole à des acteurs, des témoins et des chercheurs afin d’interroger l’actualité de l’éducation populaire, et les liens entre passé et présent.  Ces ateliers seront complétés par une exposition à compter du mois de septembre et un colloque de clôture, le 20 novembre 2019.

Retrouvez le programme complet sur le site des Archives nationales 

Continuer la lecture de ÉDUCATION POPULAIRE : ENGAGEMENT, MÉDIATION, TRANSMISSION (XIXe-XXIe SIÈCLES)

Almanach d’un chercheur associé – I. Premier jour…

 

Tour des Temps (T1), Bibliothèque nationale de France. Site François Mitterrand (Dominique Perrault)

26 octobre 2018 : premier jour à la BnF


La date du 26 octobre 2018 correspond à mon premier jour de travail à la BnF. Ma référente vient à ma rencontre dans la Tour des Temps, puis me fait visiter les « coulisses » de la BnF, c’est-à-dire tout ce qui n’est pas accessible au public. J’ai l’impression d’entrer dans le cœur d’une gigantesque machine. Première surprise, tout est informatisé ! Pour pousser la moindre porte, il faut avoir un badge magnétique à son nom. Vient ensuite la découverte des longs couloirs blancs ponctués de repères colorés pour identifier chacune des quatre tours. On passe alors devant le service postal, les bureaux du dépôt légal et surtout on lève la tête pour voir ces étranges nacelles bleues qui acheminent des livres d’un bout à l’autre de la bibliothèque, le long d’un rail métallique. Si tu ne viens pas au livre, le livre vient à toi à la BnF ! Dans ce vaisseau métallique, je prends mes marques dans le département Philosophie, histoire, sciences de l’Homme.

 

 

Le chef du service Histoire m’accueille et me montre, pour la première fois, la collection d’almanachs de la BnF. Dans les magasins, j’ai la sensation de me trouver face à un continent de papier inconnu. Je comprends que je vais devoir explorer un îlot de cet immense territoire. Mon terrain d’enquête initial sera le fonds « Almanachs » 8-V-529 (à prononcer octavo U 529). Il contient plus de 600 références d’almanachs datant de la période contemporaine. Un tel volume me donnera un bon aperçu de la diversité de ces imprimés. Pour me repérer dans tous ces exemplaires, il faut utiliser les fiches cartonnées des différentes cotes des documents, rangées dans un tiroir en bois, de ces vieux meubles qui apparaissent aujourd’hui obsolètes avec la généralisation des moteurs de recherche sur Internet, mais offrent en réalité toujours de magnifiques trouvailles pour le chercheur !

 

 

Mon premier travail consistera donc à transcrire les informations de ces fiches cartonnées dans un fichier Excel. Ce document informatique me servira de base pour analyser la pluralité des langues, éditeurs, auteurs, dates, titres de ces almanachs. Par ailleurs, il pourra être un outil pour les bibliothécaires dans la mesure où il harmonisera les données des fiches avec celles qui ont été entrées dans le catalogue général de la BnF. L’exploration des almanachs de la BnF peut alors commencer ! 

Publicité pour les almanachs de 1852 édités par l’imprimerie Aubert. Le Journal pour rire, 7 novembre 1851.

ASTUCE !
Retrouvez l’intégralité de mes billets sur le carnet grâce au mot-clé « Almanach d’un chercheur associé »

Citer ce billet : Jonathan BARBIER, "Almanach d’un chercheur associé – I. Premier jour…," in L'Histoire à la BnF, 03/05/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7284, [consulté le 12/11/2019].