Archives de catégorie : Billets

L’Enseignement de l’Histoire sous la Révolution et l’Empire

[Ce billet fait suite à une conférence donnée en mars 2018 par l’auteur à la Fondation Napoléon.]

L’enseignement de l’histoire connaît d’importants bouleversements durant la période révolutionnaire et impériale : pour la première fois la France se dote d’un cadre d’enseignement national et officiel ; discipline de second rang sous l’Ancien régime, l’histoire devient l’objet d’enjeux politiques et suscite un vif intérêt du pouvoir1.

L’héritage du XVIIIe siècle

Plan de l’ancienne abbaye de Saint-Germain des prés en 1687. Extraite du Monasticon Gallicanum de Dom Michel Germain, édité en 1871. Exemplaire du dép. des Manuscrits, BnF.

À la veille de la Révolution française, l’histoire est une science qui a beaucoup progressé : depuis le XVIIe siècle, elle peut s’appuyer sur une méthode critique et des travaux d’érudition de qualité. Les Bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur2 en particulier ont produit des œuvres de haut niveau scientifique : Acta sanctorum, Gallia Christiana ; Art de vérifier les dates… Depuis la fin du XVIe siècle, l’histoire représente de manière assez constante environ 10 % de la production éditoriale en France3. Les règnes de Louis XIV et de Louis XV ont vu la publication d’Histoires de France réputées, grands succès de librairie souvent réédités : Histoire de France de François de Mézeray dans les années 1640-1650, Histoire de France de Claude Velly un siècle plus tard4.

Continuer la lecture de L’Enseignement de l’Histoire sous la Révolution et l’Empire

  1. Même si cet intérêt a bien entendu existé sous l’Ancien Régime : cf. La Monarchie absolutiste et l’histoire en France : théories du pouvoir, propagandes monarchiques et mythologies nationales : colloque tenu en Sorbonne les 26-27 mai 1986 / [organisé par le Centre de recherches sur l’Occident moderne de l’Université de Paris IV]. Paris, Presses de l’université de la Sorbonne, 1987. []
  2. M. Laurain, « Les travaux d’érudition des Mauristes : origine et évolution », Revue d’Histoire de l’Église de France, t.43 (1957), p.231-272. []
  3. Histoire de l’édition française / sous la dir. de Henri-Jean Martin et Roger Chartier. Tome 2, Le livre triomphant, 1660-1830. Paris, Promodis, 1984. []
  4. En particulier : François Eudes, sieur de de Mézeray (1610-1683), commissaire des guerres et pensionné de Richelieu publia de 1643 à 1651 une Histoire de France en 3 volumes dédiée à Louis XIII. Libre-penseur et critique du système fiscal, il perdit sa pension sur ordre de Colbert mais fut toutefois élu à l’Académie française en 1675.  Son Histoire de France fut un immense succès d’édition et Sainte-Beuve la considérait encore au XIXe siècle comme « une lecture des plus fertiles et des plus nourrissantes pour l’esprit ». []

Fabien PLAZANNET

Directeur du département Philosophie-Histoire-Sciences de l'homme à la Bibliothèque nationale de France

More Posts

21e Rendez-vous de l’Histoire de Blois – 10 au 14 octobre 2018

RENDEZ-VOUS DE L’HISTOIRE DE BLOIS – 21e ÉDITION

« La puissance des images »

La 21e édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois se tiendra du 10 au 14 octobre 2018 et explorera le thème « La Puissance des images ». Cette année encore, la BnF est présente au festival avec un stand au Salon du livre d’histoire,  et plusieurs manifestations dont vous trouverez le programme ci-dessous.

Continuer la lecture de 21e Rendez-vous de l’Histoire de Blois – 10 au 14 octobre 2018

Faites parler les images ! une séance de caricatures évoquée à la chambre des députés en 1884

Notre jeu sur les images se poursuit. Saurez-vous retrouver pourquoi la chambre des députés parla de caricatures pendant l’une de ses séances en 1884 ? Pourquoi l’affaire évoquée faisait-elle tant de bruit ? De quel caricaturé célèbre était-il question ?

Continuer la lecture de Faites parler les images ! une séance de caricatures évoquée à la chambre des députés en 1884

Clio by François Boucher at the Coin Cabinet of the BnF

This article was written by :

  • Frédérique Duyrat, conservateur général, directeur du Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et membre statutaire de l’équipe de recherche Mondes sémitiques (UMR CNRS 8167)
  • Jérôme Jambu, conservateur, chargé des collections de monnaies étrangères, Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et Maître de conférences en Histoire moderne (Université de Lille IRHiS UMR CNRS 8529)

French version here / Retrouvez le en version française ici

The ongoing restoration of the Richelieu site of the Bibliothèque nationale de France has led to the removal of a number of historical decors. One of them adorns the room today called the “Salon Louis XV” which is in fact the former Coin Cabinet, or Cabinet du Roi, of the 18th century, now called département des Monnaies, médailles et antiques (Figure 1). This decor was moved in the 1860s : during the redevelopment of the site of the National Library rue de Richelieu, the arcade of the former hotel de Nevers where the original Cabinet was located, above the rue Colbert, had to be demolished. The decor was kept in different parts of the Library until the beginning of the 20th century. It was then scrupulously reassembled by the architect Jean-Louis Pascal in the new wing of the Library created to house the Cabinet des Médailles and its museum in 1917. Large-format copies of portraits of Louis XIV by Hyacinthe Rigaud and Louis XV by Louis-Michel Van Loo made in the beginning of the 19th century, occupy each end of the room to replace paintings destroyed during the Revolution. The paneling in which the paintings were inserted was also copied from what was left of the dismantled originals. This allowed the reinstallation of paintings and furniture dated from the 1740s, in a setting close to the original.

Fig. 1. View of the salon Louis XV before the removal of the furniture and paintings for restoration. The original color of the wood panels was a slightly pink-white, not deep green. Salon Louis XV, Richelieu site, BnF. BnF picture.

Continuer la lecture de Clio by François Boucher at the Coin Cabinet of the BnF

La Clio de François Boucher du Cabinet des médailles de la BnF

Ce billet vous est proposé par :

  • Frédérique Duyrat, conservateur général, directeur du Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et membre statutaire de l’équipe de recherche Mondes sémitiques (UMR CNRS 8167)
  • Jérôme Jambu, conservateur, chargé des collections de monnaies étrangères, Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et Maître de conférences en Histoire moderne (Université de Lille IRHiS UMR CNRS 8529)

Retrouvez le en version anglaise ici / English version here

La restauration en cours du site Richelieu de la BnF a conduit à déposer un certain nombre de décors historiques. L’un d’entre eux orne la pièce aujourd’hui appelée « Salon Louis XV » qui est en fait l’ancien Cabinet des médailles, ou Cabinet du roi, du XVIIIe siècle, aujourd’hui département des Monnaies, médailles et antiques (Figure 1). Ce décor a été déplacé dans les années 1860 : lors des travaux de réaménagement du site de la Bibliothèque nationale rue de Richelieu, l’arcade de l’ancien hôtel de Nevers où se trouvait le Cabinet, au-dessus de la rue Colbert, dut être détruite. Le décor fut conservé démonté jusqu’au début du XXe siècle. Il fit alors l’objet d’un remontage scrupuleux par l’architecte Jean-Louis Pascal dans la nouvelle aile de la Bibliothèque créée pour accueillir le Cabinet des médailles et son musée. Des copies de grand format, datées du début du XIXe siècle, d’après des portraits de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud et Louis XV par Louis-Michel Van Loo occupent chaque extrémité du salon en remplacement des tableaux détruits sous la Révolution. Les lambris dans lesquels s’insèrent les tableaux ont aussi été copiés d’après ce qui restait des originaux démontés. Ils ont permis la réinstallation des tableaux et du mobilier datés des années 1740, dans un décor proche de l’original.

Fig. 1. Vue du salon Louis XV avant le démontage du mobilier et des tableaux pour restauration. La couleur originale des boiseries était un blanc rosé. Salon Louis XV, site Richelieu, BnF. Cliché BnF.

Continuer la lecture de La Clio de François Boucher du Cabinet des médailles de la BnF

Faites parler les images ! un poupon en apothéose

Saurez-vous deviner quelle légende l’auteur avait donnée au dessin humoristique ci-dessus ?

Si les éléments du dessin ne vous suffisent pas, voici quelques indices :

  • un des numéros du Rire de février 1902 devrait vous aider à trouver la solution
  • l’image mise en avant au tout début de cette brève pourrait compléter la légende
  • la légende que vous devez retrouver est une citation que l’on peut associer à une saison évoquée par le dessin ci-dessous
La ronde des saisons : trente-sept Maquettes de costumes / par Charles Bétout, 1905. Gallica (BnF).

Les images ont parlé ! L’album d’un député aux champs

Dans un précédent billet, nous vous mettions au défi de retrouver l’album représentant les actions d’un député de la Lozère sous le Second Empire.

Les moyens de retrouver cet album étaient multiples. Vous pouviez rechercher la liste des députés de la Lozère à cette période puis taper leurs noms dans Gallica. Vous pouviez, dans Gallica comme dans Retronews, tenter une recherche en associant par exemple album, député,  et Lozère. Vous pouviez encore rechercher l’expression que nous vous avions donnée (une insurrection démagogique), bien entre guillemets et en limitant les dates au Second Empire, etc. , etc1. Continuer la lecture de Les images ont parlé ! L’album d’un député aux champs

  1. Pour aller plus loin dans ce type de recherches, voir dans ce carnet les billets Gallica pour les historiens et Retronews pour les historiens. []

Faites parler les images ! L’album d’un député aux champs

Cet ancien préfet, devenu député de la Lozère sous le Second Empire, a demandé à un dessinateur de le montrer dans ses actions d’éclat : réprimant « une insurrection démagogique » le 4 décembre 1851, visitant les victimes du choléra, etc., etc. L’album ainsi constitué de gravures le représentant lui comme sa femme a beaucoup fait rire ses contemporains et est même devenu le symbole d’une propagande maladroite.

Saurez-vous retrouver cet album dans Gallica ?

Saurez-vous retrouver les critiques de la presse à propos de cet album ?

De quel député est-il question ?

Réponse à la fin du mois ! Continuer la lecture de Faites parler les images ! L’album d’un député aux champs

Les images ont parlé ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Dans un précédent billet (que vous pouvez (re)lire ici), le Blog Histoire vous a présenté une série de 9 vignettes, issue de La Petite République, qui avait provoqué un beau tollé  en 1882. En effet, l’Assemblée nationale y était présentée comme une bande d’élèves indisciplinés et irrespectueux. Leur « professeur », Gambetta, ne rétablissait le calme qu’en prononçant la dissolution de la Chambre. L’auteur des vignettes, le caricaturiste Pépin, était soupçonné de maladresse, voire de participer à une orchestration politique. Certains journaux insinuaient en effet que La Petite République, dont l’un des actionnaires majoritaires était Gambetta en personne, ne pouvait avoir publié ces dessins que par goût du césarisme… Continuer la lecture de Les images ont parlé ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)