Archives de catégorie : Billets

A la découverte des Indes orientales (XVIe-XVIIe siècles) (Partie II. Sur les conditions du voyage)

Carte extraite du Voyage de François Pyrard ,… contenant sa navigation aux Indes orientales Maldives, Moluques et au Brésil… nouvelle édition… augmentée… par le sieur Du Val,.., À Paris, chez Louis Billaine, 1679. Gallica [BnF]

Nous avons vu dans le précédent billet qu’à la fin du Moyen Age les Portugais ont ouvert la voie maritime vers les Indes orientales, et ont étendu leur domination sur cette zone du globe au XVIe siècle, puis qu’à partir de la fin du XVIe siècle, dans la course de reconquête de l’empire portugais opposant Anglais, Hollandais et Français, ce sont les « Provinces-Unies » qui ont « tiré leur épingle du jeu ». Après avoir ainsi retracé le contexte international, découvrons ce que nous apprennent les témoignages des XVIe et XVIIe siècles sur les conditions du voyage vers l’Océan indien.

Continuer la lecture de A la découverte des Indes orientales (XVIe-XVIIe siècles) (Partie II. Sur les conditions du voyage)

Stéphanie Tonnerre-Seychelles

Chargée de collections en science politique et de valorisation en droit et science politique au département Droit, économie, politique.

More Posts

Alphonse Daudet, un touriste en Algérie

Il y  a cent cinquante ans paraissaient les Lettres de mon moulin, qui sont aujourd’hui l’ouvrage le plus connu d’Alphonse Daudet (1840-1897). Ce recueil est, à juste titre, associé à la Provence. Pourtant, dans la première édition, un des textes a pour cadre l’Algérie où Alphonse Daudet fit un voyage en 1861-1862. C’est l’occasion de se pencher sur ce voyage et sur le récit qu’en donne Daudet, en le replaçant dans le contexte de l’essor du tourisme.

Alphonse Daudet par Nadar, s.d. Gallica (BnF).

  Continuer la lecture de Alphonse Daudet, un touriste en Algérie

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie IV – charivaris autour des rosiers de Nanterre et d’ailleurs)

(Ce billet vient clore une série de 4 sur les Rosières : retrouvez ici le billet 1, billet 2, billet 3, et à lire ci-dessous le billet 4.)

Nous avons vu dans le billet précédent que les couronnements de rosières se multiplient au XIXe siècle. Si celui de Salency  avait séduit les aristocrates en quête de fêtes naïves et champêtres au XVIIIe siècle, ceux du XIXe siècle drainent les foules en région parisienne grâce aux  chemins de fer. Parmi les nombreuses personnes de l’assistance, il faut compter les habitants des localités concernées qui viennent pour des raisons religieuses et/ou festives. Le cérémonial – avec ses déplacements, généralement du domicile de la rosière à l’église puis de l’église à la mairie, ses discours, ses danses, jeux et repas – contribue au sentiment d’appartenance à une communauté, et prend parfois plus d’importance que les fêtes patronales.  Annoncés à grand renfort d’affiches et dans la presse, parfois cités par les guides touristiques, les couronnements de rosières attirent toutes sortes de curieux. Certains d’entre eux, peu convaincus du bien-fondé d’une fête couronnant la chasteté (voir billet précédent), racontent ce qu’ils ont vu de manière ethnographique, journalistique, voire satirique. Par sa proximité avec Paris et son ampleur, la fête de Nanterre fait particulièrement les frais de l’obsession humoristique pour les rosières. Enfin, la parodie appelant le travestissement charivarique, l’idée de couronner un rosier (comme on rit des pompières…) éclot rapidement au théâtre, dans les chansons et les fêtes, et bientôt en littérature …

La Vie Parisienne, 22 avril 1911. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie IV – charivaris autour des rosiers de Nanterre et d’ailleurs)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

A la découverte des Indes orientales (XVIe-XVIIe siècles) (Partie I. Sur l’histoire de la présence européenne dans l’océan Indien)

En 2014, le prix Goncourt de la nouvelle a été attribué à Nicolas Cavaillès pour sa Vie de monsieur Leguat1. L’auteur rend hommage dans cet opuscule à François Leguat (1638-1735), un gentilhomme huguenot forcé de quitter sa Bresse natale après la révocation de l’Édit de Nantes, en 1685. Le destin de cet homme est remarquable ! Réfugié en Hollande, il prend connaissance du projet d’établissement d’une communauté protestante sur une île jusqu’alors déserte de l’océan Indien et, tout terrien qu’il est, il embarque pour les mers du Sud. Ses compagnons et lui s’établissent à l’île Rodrigues et y restent toute une année. François Leguat conservera de ce séjour un souvenir idyllique… En quête de davantage de compagnie humaine, le groupe quitte néanmoins cet éden pour l’île Maurice assez proche. Bien mal lui en prend ! Là, en effet, l’expédition vire au cauchemar. Le commandant de l’île Maurice les prend en grippe et les bannit plusieurs années durant, sur un îlot désert et inhospitalier, en proie aux vents, à la famine et à la folie… Leguat survivra à cet enfer, regagnera l’Europe et couchera sur le papier le récit de ses aventures2.

 

Continuer la lecture de A la découverte des Indes orientales (XVIe-XVIIe siècles) (Partie I. Sur l’histoire de la présence européenne dans l’océan Indien)

  1. Nicolas Cavaillès, Vie de monsieur Leguat. Paris, les éd. du Sonneur, 2013. []
  2. Voyage et avantures de François Leguat, & de ses compagnons, en deux isles désertes des Indes orientales. Amsterdam, chez Jean Louis de Lorme libraire, MDCCVIII, 1708. 2 vol. []

Stéphanie Tonnerre-Seychelles

Chargée de collections en science politique et de valorisation en droit et science politique au département Droit, économie, politique.

More Posts

ÉDUCATION POPULAIRE : ENGAGEMENT, MÉDIATION, TRANSMISSION (XIXe-XXIe SIÈCLES)

Du 9 avril au 20 novembre 2019, les Archives nationales proposent une exposition, un cycle d’ateliers et un colloque consacrés à l’histoire et à l’actualité de l’éducation populaire, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BnF), le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep) ainsi que les universités de Paris-8, Paris-Nanterre et Tours.

Ce programme prend la suite des actions initiées en 2017-2018 par la BnF autour de l’émancipation par l’éducation populaire : 6 ateliers et un colloque (“Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939) – De l’histoire à l’actualité”) en novembre 2018.

Les ateliers proposés en 2019 ont pour vocation de faire connaître les fonds conservés par les AN, la BnF et le PAJEP, tout en donnant la parole à des acteurs, des témoins et des chercheurs afin d’interroger l’actualité de l’éducation populaire, et les liens entre passé et présent.  Ces ateliers seront complétés par une exposition à compter du mois de septembre et un colloque de clôture, le 20 novembre 2019.

Retrouvez le programme complet sur le site des Archives nationales 

Continuer la lecture de ÉDUCATION POPULAIRE : ENGAGEMENT, MÉDIATION, TRANSMISSION (XIXe-XXIe SIÈCLES)

Journée internationale des droits des femmes 2019 : le blog L’Histoire à la BnF vous conseille …

Nous vous avions conseillé en 2017 des sources pour l’histoire des femmes : ce billet est à relire ici.

Vous désirez chercher des femmes dans les collections numérisées par la BnF ? Nous vous avons indiqué comment mener des recherches dans Gallica ici. Nous vous suggérons aussi de lire sur le blog Gallica (Bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires) le billet Sur la trace des pionnières de Gallica : vous y trouverez grâce à des conseils et des tutoriels toutes sortes de recettes pour rencontrer des femmes connues ou anonymes grâce aux documents numérisés par les Archives et les Bibliothèques.

Sur le blog Gallica, vous découvrirez différents portraits de femmes et exemples de conquêtes de droits pour les femmes :

Femmes de lettres sans corps dans le Panthéon Nadar / Femmes de Lettres : Françoise Cahen et Celia Guerrieri / Les Sonnets de Louise Labé / Madame de Staël / Marie-Louise Gagneur / Clémence Robert / Femmes de lettres anglaises / Georges Sand et la presse / Colette journaliste / Louise Michel une femme libre au bagne / Louise Weiss/ Nicole Girard-Mangin, médecin et suffragette / Lutte pour les droits des femmes au 19e siècle / Femmes puissantes / Les femmes pionnières de la conquête de l’air

Le droit au voyage est un des progrès importants obtenus par les femmes.  Bertrand Tassou a publié en 2018 sur ce blog « Voyager seule : 150 ans de clichés ». Le blog Gallica entame aujourd’hui une série de billets intitulée “Voyageuses” : vous pouvez  en découvrir le premier épisode ici.

Le blog L’ Antiquité à la BnF vous convie à découvrir « Les femmes dans « L’ Antiquité à la BnF » : les femmes sont tour à tour depuis l’ Antiquité jusqu’à nos jours, reines, déesses, autrices et actrices de la recherche …

La route est longue pour les femmes … Vous découvrirez ici le premier billet d’une série consacrée sur ce blog aux rosières, des jeunes femmes “vertueuses”…

G. Lafosse, La fête de Nanterre,  Le Journal amusant, 1er juin 1907. Gallica (BnF).

 

 

 

Citer ce billet : Blog Histoire, "Journée internationale des droits des femmes 2019 : le blog L’Histoire à la BnF vous conseille …," in L'Histoire à la BnF, 07/03/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7144, [consulté le 20/09/2019].

 

Faites parler les images ! une vache qui ne connaît pas un pot de lait …

Saurez-vous deviner ou retrouver pourquoi dans la caricature reproduite ci-dessous, la vache amenée devant le tribunal déclare en regardant un pot de lait « je ne connais pas ça » ?

Continuer la lecture de Faites parler les images ! une vache qui ne connaît pas un pot de lait …

Appel à chercheurs 2019-2020 de la Bibliothèque nationale de France

Bandeau de l’appel à chercheurs 2019-2020. BnF.

 

Vous êtes jeune chercheur ?  Vous pouvez devenir chercheur associé BnF ou obtenir une bourse de recherche.

Continuer la lecture de Appel à chercheurs 2019-2020 de la Bibliothèque nationale de France

Les images ont parlé ! Où pouvait-on déjeuner dans un arbre au XIXe siècle ?

Vous disposiez de plusieurs indices pour retrouver où l’on pouvait déjeuner dans un arbre au XIXe siècle. Une image extraite d’une affiche (que vous voyez désormais  en entier ci-dessous) suggérait que l’arbre en question se trouvait non loin de Sceaux et des Vaux-de-Cernay, et une photographie montrait un panneau  indiquant « le grand arbre ». Nous  précisions également que la cabane portait le nom d’un ouvrage à la mode et vous suggérions de trouver une rime en « son » :

Sous la feuille où la nappe est mise
Court un harmonieux frisson,
Idylle que chante la brise
Aux amoureux de [???]

Chemin de Fer d’Orléans. Paris à Sceaux & Limours. Tour de Chevreuse, Robinson, Vaux de Cernay… : [affiche]. Imp. F. Champenois (Paris), 1892. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Les images ont parlé ! Où pouvait-on déjeuner dans un arbre au XIXe siècle ?

Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie I. La mode de Salency au XVIIIe siècle)

«La rosière de Salency“. Estampe, seconde moitié du XIXe siècle; Coll. Jaquet. Gallica (BnF).

 

(Ce billet est le premier d’une série de 4 sur les Rosières : retrouvez ici le billet 2, billet 3  et billet 4.)

Racontant sa visite à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), où il a vu une exposition de roses, Adrien Marx souligne en 1866 :

Tous les ans, le maire de cette localité couronne, vers le 8 juillet, non pas des rosières, mais des rosiéristes, deux produits qu’il ne faut pas confondre. La rosière passe son temps à dire à ses contemporains : Vous n’aurez pas ma rose. Les rosiéristes, au contraire, offrent les leurs à qui les veut acheter.

Pour prix de son humeur sauvage, la rosière reçoit une timbale (sans macaroni) et un certificat de vertu farouche. En récompense de ses recherches, le rosiériste palpe une médaille et encaisse un toast, au banquet du soir, entre le veau froid et la tourte au fromage.

Mais je ne veux point poursuivre ce parallèle. L’industrie de la rosière étant fort connue, et celle des rosiéristes l’étant moins, je passe à cette dernière, certain d’édifier les dîneurs de la taverne américaine sur des phénomènes nouveaux pour eux1.

Quatre années plus tôt, dans l’article « rosière »  d’un ouvrage intitulé Hommes et bêtes, physiologies anthropozoologiques mais amusantes, Galoppe d’Onquaire indiquait : « l’on sait que Nanterre, qui avait ses fromages et ses galettes, y a joint, depuis longtemps, l’entreprise des rosières2».

La cérémonie du couronnement des rosières a connu au XIXe siècle un véritable effet de mode. « Il pleut des rosières » constate Jules Noriac en 18743 ! Si cette fête a des origines religieuses anciennes, elle prend aussi parfois des allures républicaines. Écrivains, humoristes, chansonniers, agacés ou amusés  s’en donnent à cœur joie et parodient les écrits édifiants louant les jeunes filles « vertueuses ». Les couronnements de rosières disparaissent pour la plupart au XXe siècle, non sans avoir suscité l’intérêt des cinéastes, documentaristes, ethnologues, etc., qui en ont ainsi fixé le souvenir.

Continuer la lecture de Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie I. La mode de Salency au XVIIIe siècle)

  1. Adrien Marx, Indiscrétions parisiennes. Paris, A. Faure, 1866. []
  2. Galoppe d’Onquaire, Hommes et bêtes, physiologies anthropozoologiques mais amusantes. Paris, Amyot, 1862. []
  3. Jules Noriac, «Courrier de Paris», Le Monde illustré, 4 juillet 1874. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts