Archives de catégorie : Billets

Journée internationale des droits des femmes 2019 : le blog L’Histoire à la BnF vous conseille …

Nous vous avions conseillé en 2017 des sources pour l’histoire des femmes : ce billet est à relire ici.

Vous désirez chercher des femmes dans les collections numérisées par la BnF ? Nous vous avons indiqué comment mener des recherches dans Gallica ici. Nous vous suggérons aussi de lire sur le blog Gallica (Bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires) le billet Sur la trace des pionnières de Gallica : vous y trouverez grâce à des conseils et des tutoriels toutes sortes de recettes pour rencontrer des femmes connues ou anonymes grâce aux documents numérisés par les Archives et les Bibliothèques.

Sur le blog Gallica, vous découvrirez différents portraits de femmes et exemples de conquêtes de droits pour les femmes :

Femmes de lettres sans corps dans le Panthéon Nadar / Femmes de Lettres : Françoise Cahen et Celia Guerrieri / Les Sonnets de Louise Labé / Madame de Staël / Marie-Louise Gagneur / Clémence Robert / Femmes de lettres anglaises / Georges Sand et la presse / Colette journaliste / Louise Michel une femme libre au bagne / Louise Weiss/ Nicole Girard-Mangin, médecin et suffragette / Lutte pour les droits des femmes au 19e siècle / Femmes puissantes / Les femmes pionnières de la conquête de l’air

Le droit au voyage est un des progrès importants obtenus par les femmes.  Bertrand Tassou a publié en 2018 sur ce blog « Voyager seule : 150 ans de clichés ». Le blog Gallica entame aujourd’hui une série de billets intitulée « Voyageuses » : vous pouvez  en découvrir le premier épisode ici.

Le blog L’ Antiquité à la BnF vous convie à découvrir « Les femmes dans « L’ Antiquité à la BnF » : les femmes sont tour à tour depuis l’ Antiquité jusqu’à nos jours, reines, déesses, autrices et actrices de la recherche …

La route est longue pour les femmes … Vous découvrirez ici le premier billet d’une série consacrée sur ce blog aux rosières, des jeunes femmes « vertueuses »…

G. Lafosse, La fête de Nanterre,  Le Journal amusant, 1er juin 1907. Gallica (BnF).

 

 

 

Citer ce billet : Blog Histoire, "Journée internationale des droits des femmes 2019 : le blog L’Histoire à la BnF vous conseille …," in L'Histoire à la BnF, 07/03/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7144, [consulté le 22/03/2019].

 

Faites parler les images ! une vache qui ne connaît pas un pot de lait …

Saurez-vous deviner ou retrouver pourquoi dans la caricature reproduite ci-dessous, la vache amenée devant le tribunal déclare en regardant un pot de lait « je ne connais pas ça » ?

Continuer la lecture de Faites parler les images ! une vache qui ne connaît pas un pot de lait …

Appel à chercheurs 2019-2020 de la Bibliothèque nationale de France

Bandeau de l’appel à chercheurs 2019-2020. BnF.

 

Vous êtes jeune chercheur ?  Vous pouvez devenir chercheur associé BnF ou obtenir une bourse de recherche.

Continuer la lecture de Appel à chercheurs 2019-2020 de la Bibliothèque nationale de France

Les images ont parlé ! Où pouvait-on déjeuner dans un arbre au XIXe siècle ?

Vous disposiez de plusieurs indices pour retrouver où l’on pouvait déjeuner dans un arbre au XIXe siècle. Une image extraite d’une affiche (que vous voyez désormais  en entier ci-dessous) suggérait que l’arbre en question se trouvait non loin de Sceaux et des Vaux-de-Cernay, et une photographie montrait un panneau  indiquant « le grand arbre ». Nous  précisions également que la cabane portait le nom d’un ouvrage à la mode et vous suggérions de trouver une rime en « son » :

Sous la feuille où la nappe est mise
Court un harmonieux frisson,
Idylle que chante la brise
Aux amoureux de [???]

Chemin de Fer d’Orléans. Paris à Sceaux & Limours. Tour de Chevreuse, Robinson, Vaux de Cernay… : [affiche]. Imp. F. Champenois (Paris), 1892. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Les images ont parlé ! Où pouvait-on déjeuner dans un arbre au XIXe siècle ?

Une « industrie fort connue » : le couronnement des rosières (Partie I. La mode de Salency au XVIIIe siècle)

«La rosière de Salency« . Estampe, seconde moitié du XIXe siècle; Coll. Jaquet. Gallica (BnF).

Racontant sa visite à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), où il a vu une exposition de roses, Adrien Marx souligne en 1866 :

Tous les ans, le maire de cette localité couronne, vers le 8 juillet, non pas des rosières, mais des rosiéristes, deux produits qu’il ne faut pas confondre. La rosière passe son temps à dire à ses contemporains : Vous n’aurez pas ma rose. Les rosiéristes, au contraire, offrent les leurs à qui les veut acheter.

Pour prix de son humeur sauvage, la rosière reçoit une timbale (sans macaroni) et un certificat de vertu farouche. En récompense de ses recherches, le rosiériste palpe une médaille et encaisse un toast, au banquet du soir, entre le veau froid et la tourte au fromage.

Mais je ne veux point poursuivre ce parallèle. L’industrie de la rosière étant fort connue, et celle des rosiéristes l’étant moins, je passe à cette dernière, certain d’édifier les dîneurs de la taverne américaine sur des phénomènes nouveaux pour eux1.

Quatre années plus tôt, dans l’article « rosière »  d’un ouvrage intitulé Hommes et bêtes, physiologies anthropozoologiques mais amusantes, Galoppe d’Onquaire indiquait : « l’on sait que Nanterre, qui avait ses fromages et ses galettes, y a joint, depuis longtemps, l’entreprise des rosières2».

La cérémonie du couronnement des rosières a connu au XIXe siècle un véritable effet de mode. « Il pleut des rosières » constate Jules Noriac en 18743 ! Si cette fête a des origines religieuses anciennes, elle prend aussi parfois des allures républicaines. Écrivains, humoristes, chansonniers, agacés ou amusés  s’en donnent à cœur joie et parodient les écrits édifiants louant les jeunes filles « vertueuses ». Les couronnements de rosières disparaissent pour la plupart au XXe siècle, non sans avoir suscité l’intérêt des cinéastes, documentaristes, ethnologues, etc., qui en ont ainsi fixé le souvenir.

Continuer la lecture de Une « industrie fort connue » : le couronnement des rosières (Partie I. La mode de Salency au XVIIIe siècle)

  1. Adrien Marx, Indiscrétions parisiennes. Paris, A. Faure, 1866. []
  2. Galoppe d’Onquaire, Hommes et bêtes, physiologies anthropozoologiques mais amusantes. Paris, Amyot, 1862. []
  3. Jules Noriac, «Courrier de Paris», Le Monde illustré, 4 juillet 1874. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Faites parler les images ! où pouvait-on déjeuner dans un arbre au XIXe siècle ?

Dormir ou déjeuner dans une cabane au sommet d’un arbre était déjà à la mode au XIXe siècle ! Saurez-vous retrouver à quel endroit on pouvait se restaurer dans des arbres ?

Pour vous aider :

  • une image extraite d’une affiche publicitaire
  • une photographie
  • l’une de ces cabanes dans les châtaigniers a reçu de son propriétaire un nom faisant référence à un ouvrage à la mode. La cabane a bientôt donné son nom au hameau puis à la ville …
  • plusieurs chansons ont porté sur cet endroit, comme celle-ci … Retrouvez la rime en lieu et place des points d’interrogation [???] !

Depuis qu’au bois de Romainville
Un coup de hache a retenti,
Dévoilant le discret asile
Où Cupidon était blotti,
Le pauvre Amour a pris ses ailes
Et porté son tendre écusson
Au fronton des vertes tonnelles
Qui fleurissent à [???]

Ah ! qu’il est bon, bon, bon, bon !

Mirliton, mirliton, mirlitaine !

Ah! qu’il est bon, bon, bon, bon,
D’aller dîner à [???] !

C’est un villageois ermitage
Où l’on respire en même temps
La clématite et le potage,
La côtelette et le printemps ;
Sous la feuille où la nappe est mise
Court un harmonieux frisson,
Idylle que chante la brise
Aux amoureux de [???] .

Sur l’humble escalier en spirale
Tour à tour s’élance en riant
La grisette sentimentale
Et l’intrépide étudiant ;
S’il faut grimper par une échelle,
En revanche plus d’un garçon
Trouve dans les bras de sa belle
Le paradis à [???]

Vous trouverez la réponse ici !

Citer ce billet : Blog Histoire, "Faites parler les images ! où pouvait-on déjeuner dans un arbre au XIXe siècle ?," in L'Histoire à la BnF, 31/12/2018, https://histoirebnf.hypotheses.org/6159, [consulté le 22/03/2019].

 

 

Les images ont parlé ! À quel « saint » est-il déconseillé de se vouer ?

Vous aviez quatre indices à votre disposition dans un précédent billet pour deviner « à quel « saint » il est déconseillé de se vouer».

L’image mise en avant (vous la voyez désormais ci-dessus avec son titre) montre un homme réjoui brandissant une bouteille. L’indice suivant est une vue de la barrière de la Chopinette célèbre pour ses cabarets : les vins étant soumis à une taxe lors du franchissement de l’octroi, les Parisiens à la recherche d’alcools peu coûteux sortaient de la capitale et s’enivraient dans les estaminets des barrières. Le troisième indice consiste en une affiche éditée pour les représentations théâtrales de L’Assommoir de Zola, avec  Coupeau buvant plus que de raison. Enfin, une caricature raille  les plaisirs dominicaux.

Tous ces indices convergent vers « saint Lundi», patron des buveurs… Continuer la lecture de Les images ont parlé ! À quel « saint » est-il déconseillé de se vouer ?

Les Guerres balkaniques : naissance d’une collection à la Bibliothèque nationale de France

Cette intervention a été présentée à l’occasion de la journée d’étude « Les Balkans au tournant de leur histoire : 1912-1913 », organisée le 5 décembre 2013 par la Bibliothèque nationale de France en collaboration avec l’EHESS, l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, l’INALCO, et la BULAC

La lettre J du classement Clément

Grâce à l’ordonnance de Montpellier (1537)  instituant le dépôt légal, tout ou presque tout ce qui a été publié dans l’Hexagone depuis François Ier  a constitué le réservoir des collections patrimoniales de la Bibliothèque nationale de France (BnF). La complétude des collections d’ouvrages publiés en France n’est pas loin d’être atteinte, même si l’exhaustivité reste un idéal difficilement tangible. En revanche, les publications éditées à l’étranger sont entrées dans les fonds de la Bibliothèque en fonction des possibilités plus ou moins aléatoires d’achats, et parfois grâce à des dons ou à des échanges qui ont permis l’enrichissement des collections d’une manière sélective et subjective. La nature des sujets traités et la langue des publications ont considérablement influencé les choix opérés. Si l’histoire de France et l’histoire des pays ayant eu des relations privilégiées avec la France ont été au cœur des acquisitions dans le passé comme de nos jours, l’histoire universelle et l’histoire des autres continents et pays ont suscité un intérêt inégal. En additionnant les collections quasi-exhaustives entrées par le biais du dépôt légal, et les collections réunies par d’autres moyens, la Bibliothèque a constitué au fil du temps des fonds considérables qui attirent l’attention des chercheurs. Apprécier la richesse des collections ne s’avère pas pour autant un exercice facile, notamment lorsqu’il s’agit de thématiques abondamment traitées, d’où l’intérêt de l’étude d’un cas particulier, comme celui des ouvrages sur les guerres balkaniques entrés dans les collections par voie d’acquisition pendant une période courte et bien délimitée, les années du déroulement de ces guerres, en 1912-1913 et, peu après, en 1914.

 Dans le système de classement (cotation Clément) qui était alors propre à la Bibliothèque nationale de France1,  ces ouvrages sont regroupés pour la plupart sous la lettre « J », lettre destinée à un grand ensemble thématique où l’on retrouve, en dehors des travaux sur les Balkans, les publications concernant l’empire romain et l’empire byzantin, les pays du bassin méditerranéen, la Roumanie, la Turquie, etc.

« La correction des insoumis et des maraudeurs à Prichtina « : [1912] / [Agence Rol]. Dpt. des Estampes et de la photographie. EI-13 (218) – Gallica (BnF).

Notre test porte uniquement sur cet ensemble, tout ensachant que, selon le même cadre de classement ancien, des travaux en rapport avec les guerres balkaniques se trouvent aussi dans les autres fonds : les fonds concernant les relations internationales de la France, par exemple, ou l’histoire des autres pays impliqués de près ou de loin dans les évènements de 1912-1913. Il s’impose de préciser également que les ouvrages du micro échantillon choisi ne représentent pas tous des travaux proprement relevant de la discipline histoire, en dépit parfois de leurs titres qui contiennent ce mot : il s’agit le plus souvent de récits signés par des participants aux opérations ou par des commentateurs occasionnels : des médecins, des journalistes, des militaires, des diplomates, etc., littérature qui constitue plutôt une source pour l’étude historique qu’une analyse historique de l’événement2.

 À partir de ces précisions, on peut ébaucher quelques constatations statistiques  basées sur le contenu des registres d’inventaire de cette période : sur les 600 titres cotés en « J »entre 1912 et 1914, 280 titres (52 %) représentent les entrées par la voie du dépôt légal, 187 titres, des ouvrages entrés par acquisition (32 % de l’ensemble), et le reste, 93 titres (16 %), des ouvrages reçus par la voie  des dons.

Notre attention s’est concentrée sur les 187 titres entrés  par acquisition afin de distinguer les ouvrages qui portent sur les guerres balkaniques. Nous avons ainsi compté 46 titres (24,5 %) sur l’ensemble des 187 ouvrages achetés par la Bibliothèque nationale dans cette période pour la série J.

Est-ce peu ? Est-ce beaucoup ? Il est difficile de l’apprécier sans une estimation globale de toutes les publications éditées sur ce sujet dans différents pays pendant cette période. Le contenu de ces ouvrages est plus révélateur que leur nombre relativement peu important.

G. von Hochwaechter, Mit den Türken in der Front, Berlin, 1913. Cote 8-J-7780 – Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF)

On remarquera d’abord la prépondérance des ouvrages en allemand : 30 titres sur les 46. Les 16 autres titres se partagent modestement entre l’anglais, l’italien et même le français dans le cas des ouvrages publiés en dehors de la France, donc  non soumis au Dépôt légal. Autre constat : la prééminence de la thématique militaire, suivie par les sujets concernant les aspects de la vie politique et diplomatique de la région dans son ensemble ou dans certains États. Enfin, quelques titres présentent un intérêt particulier, comme les ouvrages qui ont été acquis en leur langue d’origine bien avant qu’ils aient donné lieu à une traduction en français qui a permis leur entrée dans les collections par la voie du dépôt légal. C’est le cas du livre Der Balkankrieg de Friedrich Immanuel, auteur de plusieurs études de tactique militaire, livre qui existe dans l’édition allemande de 19133 et aussi dans sa traduction française4, ou l’ouvrage allemand du général Mahmoud Muhtar Pasha sur la campagne de 19125 acheté par la Bibliothèque nationale avant la publication de sa traduction en français sous le titre Mon commandement au cours de la campagne des Balkans de 19126.

Ces exemples sont la preuve – toute relative évidemment – des choix judicieux de ceux qui alors ont géré les acquisitions en la matière.

Les ouvrages publiés entre 1912 et 1914

Cette question ne peut pas être séparée d’une autre :dans quelle mesure l’activité d’acquisitions de la Bibliothèque nationale, soumise à d’inévitables sélections, a-t-elle convenablement nourri les besoins documentaires dans ce domaine très précis ? Les dimensions restreintes  de l’échantillon choisi sont  de nature à faciliter la tâche qui consiste à apprécier la richesse d’une bibliothèque à vocation encyclopédique, sur un sujet particulier, pour lequel les centres spécialisés dans les études balkaniques sont bien évidemment en mesure de posséder davantage de documents. Il s’agit de vérifier si les ouvrages publiés entre 1912 et 1914 par des éditeurs allemands, anglo-saxons, et italo-espagnols, cités dans les travaux de référence concernant les guerres balkaniques, figurent parmi  les collections de la Bibliothèque nationale de France. Le premier constat de cette mini enquête bibliographique rétrospective est que  les lacunes identifiées semblent assez rares, signe que les ouvrages sur les guerres balkaniques parus pendant ces événements ont bien retenu l’attention des responsables des collections contemporains. Les quelques lacunes ont été ensuite comblées par leurs successeurs. Ainsi, le livre de Will Seymour Monroe publié à Boston en 1914, Bulgaria and her People, dont le sous-titre with an account of the Balkan Wars, Macedonia and the Macedonian Bulgars indique son intérêt pour l’étude des guerres balkaniques, est entré dans les collections de la Bibliothèque nationale de France en 2001, grâce à l’édition fac-similée publiée à Sofia en 1995 par St Kliment Ohridski University Press7. L’enquête entreprise nous a donné l’occasion d’identifier comme seuls manques notables : l’ouvrage de William Milligan Sloane, The Balkans ; a Laboratory of History, publié en 1914, puis en 1920, et surtout Few Lessons Taught bythe Balkan War, 1914, d’Alfred Hermann Fried, journaliste autrichien, prix Nobel de la Paix. Heureusement, les réimpressions récentes de ces ouvrages nous ont permis de combler ces lacunes8. Le test effectué sur un sujet précis – les guerres balkaniques – et dans une période bien circonscrite – les années de ces guerres et l’année 1914 – est révélateur des défis que doivent relever les chargés de collections à la BnF. Leur but n’est pas seulement de proposer aux lecteurs les publications récentes  – comme le montre ce volume qui vient d’être édité aux États Unis, par Hakan Yavuz et Isa Blumi, War and Nationalism : The Balkan Wars, 1912 -1913, and Their Socio-political Implications, University of Utah press, 20139. L’exemple est le dernier en date au moment de la présentation de cette intervention. Depuis d’autres ouvrages sur ce sujet sont entrés dans nos collections par voie d’acquisition, mais aussi des « nouveautés » anciennes, comme dans les exemples précédemment évoqués. La profusion des collections est également le fruit d’un autre moyen d’enrichissement des collections : les dons, une bonne quinzaine de titres pour la période qui nous intéresse ! Leur nombre est peu important, mais pas leur contenu. Bien plus, il s’agit d’ouvrages réalisés ou diffusés par des organismes officiels, dont la particularité posait problème et compliquait leur repérage par les bibliothèques : c’est le cas du livre en espagnol Bosquejo de la campaña turco balkánica de 1912-13, publié par Depósito de la Guerra, Madrid, en 1913 ou du Traité de paix de Bucarest du 28 juillet (10 août) 1913, précédé des protocoles de la Conférence, publié à Bucarest, par l’imprimerie de l’État en 1913.

Kleanthes Nikolaides, Griechenlands Anteil an den Balkankriegen, 1912-1913, Wien, 1914. Cote 8-J-7972 – Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF)

À ces publications à caractère officiel distribuées sous forme de dons par les États impliqués de loin ou de près dans les événements, s’ajoutent les écrits de propagande qui éclairent un autre aspect des conflits, la guerre idéologique : Atrocités bulgares en Macédoine. Faits et documents, Athènes, 1913 ; Les Atrocités des coalisés balkaniques, publié sous forme de 5 fascicules par le Comité de la défense nationale ottomane d’Istanbul etc. Avant que les guerres balkaniques deviennent le sujet d’études historiques, l’événement a donc inspiré pendant son déroulement une littérature nombreuse qui n’a pas tardé à alimenter les collections de la Bibliothèque nationale de France. Ce moment de constitution est en lui-même révélateur de la manière dont l’évènement historique s’est très vite répercuté et est entré dans les collections.

Ouvrages sur les guerres balkaniques à la base de cet essai

(dans l’ordre des cotes)

Acquisitions

Mit den Türken in der Front im Stabe Mahmud Muchtar Paschas, mein Kriegstagebuch über die Kämpfe bei Kirk Kilisse, Lüle Burgas und Cataldža, von G. von Hochwaechter, 4. Auflage, Berlin, E. S. Mittler und Sohn, 1913, VIII-126 p. 8-J-7780

L’Avenir de l’Albanie, par le baron Descamps, Louvain, C. Peeters, 1913, 49 p. 8-J-7782

With the Turks in Thrace, by Ellis Ashmead-Bartlett, en collaboration avec Seabury Ashmead-Bartlett, Londres, W. Heinemann, 1913, X-336 p. 8- J- 7799

Der jungen Türkei Niederlage und die Möglichkeit ihrer Wiedererhebung, Berlin, Gebrüder Paetel, 1913, 70 p. 8- J- 7800

Albanien, von Feldmarschallieutnant Otto von Gerstner, Vienne, W. Braumüller, 1913, IV-68 p. 8- J- 7803

Die Albanesen und die Grossmächte, von Dr. Vladan Georgevitch, Leipzig, S. Hirzel, 1913, IV-172 p. 8- J- 7849

Durch Albanien und Montenegro, zeitgemässe Betrachtungen zur Völkerkunde, Politik und Wirtschaftswelt der westlichen Balkanhalbinsel, von Hugo Grothe, Munich, M. Mörike, 1913, 224 p. 8- J- 7858

Alexandre Rubin, Les Roumains de Macédoine, Bucarest, D. C. Ionesco, 1913, 320 p. 8- J- 7868

Skizzen eines Feldarztes aus Montenegro, von Dr. phil. et med. Hermann von Schrötter, Berlin, Urban und Schwarzenberg, 1913, VIII-88 p. 8- J- 7870

Der Balkankrieg 1912-1913. Unter Benutzung zuverlässiger Quellen kulturgeschichtlich und militärisch dargestellt von Alfred Meyer, Berlin, Vossische Buchhandlung Verlag, 1913, 66 p. 8- J- 7877

Mahmoud Moukhtar Pacha, Meine Führung im Balkankriege 1912. 3e Auflage, Berlin, 1913, XVI-190 p. 8- J- 7909

Aus dem neuen Albanien, politisch und kulturhistorische Skizzen, von Maria Amrlie Freiin von Godin, Vienne, J. Roller, 1914, 126 p. 8- J- 7925

Drei Monate vor Skutari, von Karl Egli, Berne, F. Semminger, 1913, 170 p. 8- J- 7928

Kriegstage in Konstantinopel, von Wilhelm Feldmann, Strassburg, K. J. Trübner, 1913, 172 p. 8- J- 7936

Meine Erlebnisse im Balkankrieg und kleine Skizzen aus dem türkischen Soldatenleben, von Hans Rohde, Charlottenburg, P. Baumann, 1913, IV-144 p. 8- J- 7946

Sechzehn Jahre als Quarantänearzt in der Turkei, von Lamec Saad, Berlin, D. Reimer, 1913, VIII-339 p. 8- J- 7968

Abdul Hamid’s Daughther ; the tragedy of an Ottoman princess by Melek Hanoum and Grace Ellison, Londres, Methuen, 1913, 308 p. 8- J- 7970

Die Belagerung von Skutari, 10. Oktober 1912 bis 22. April 1913, ein Tagebuch von Hortense von Zambaur, Berlin, G. Stilke, 1914, 200 p. 8-J-7971

Griechenlands Anteil an den Balkankriegen, 1912-1913, von Dr. Kleanthes Nikolaides, Vienne, A. Hölder, 1914, VIII-433 p. 8- J- 7972

Zachary Stoyanoff, Pages from the Autobiography of a Bulgarian Insurgent, translated by M. W. Potter , Londres : E. Arnold, 1913, II-316 p. 8- J- 7973

Hellas and the Balkan Wars, by D. J. Cassavetti, Londres, T. F. Unwin, 1914, XV-368 p. 8- J- 7988

Die Operationen an den Dardanellen im Balkankriege 1912/13, von Hans Rohde, Berlin, R. Eisenschmidt, 1914, VIII-135 p. 8- J- 8002

Les Grecs et la Turquie, par N. Nicolaïdès, Bruxelles, impr. de Th. Dewarichet, 1910, 240 p. 8- J- 8011

Die Rumänische Armee, Vienne, Druck von J. Roller, 1913, 92 p. 8- J- 8020

Die Serbische und Montenegrinische Armee, Vienne, F. Jasper, 1913, 2 vol. dont un avec des illustrations d’uniformes. 8-J-8021

Robert Gillon, Le Crépuscule des Sultans, silhouettes d’Islam, Bruxelles, Rossignol et Vandenbril, 1913, 318 p. 8- J- 8022

Serbisches Rotes Kreuz und Internationale Liebestätigkeit während der Balkankriege 1912-13, ein Erinnerungsblatt von C. Sturzenegger, Zürich, Art. Institut Orell Füssli, 1914, 128 p. 8- J- 8023

With the Turks in Wartime, by Marmaduke Pickthall, Londres, J. M. Dent and sons, 1914, XIII-216 p. 8-J-8025

La Guerra nella peninsola balcanica… Aurelio Ricchetti, Turin, tip. Olivero, 1914, 422 p. 8- J- 8036

The Inner History of the Balkan War, by Lt.-col. Regidad Rankin, Londres, Constable, 1914, XII-569 p.  8- J- 8037

Die orientalische Frage in den Jahren 1838-1841, Ursprung des Meerengenvertrages vom 13. Juli 1841, von Adolf Hasenclever, Leipzig, K. F. Koehler, 1914, XII-320 p.  8- J- 8038

Die Ereignisse zur See und das Zuzammenwirken von Heer und Flotte im Balkankrieg 1912-1913, von Hans Rohde, Berlin, R. Eisenschmidt, 1914, II-197 p. 8- J- 8040

The Struggle for Scutari (Turk, Slav and Albanian), by M. Edith Durham, Londres, E. Arnold, 1914, XII-320 p. 8- J- 8048

Où est le salut ? Considérations sur la décadence et la régénération de la Turquie, Vienne, Beyers Nachf., 1913, 24 p. 8- J PIECE- 1745

Was war Albanien, was ist es, was wird es werden ? Gedanken und Betrachtungen über die unser geheiligtes Vaterland Albanien bedrohenden Gefahren und deren Abwendung. Verfasst von Sch. Sami Bey Frascheri. Aus dem türkischen übersetzt von A. Traxler, Vienne, A. Hölder, 1913, 70 p. 4- J- 657

Auf Griechischer Erde (im Sommer 1912, vor dem Kriege), von Adolf Gelber, Vienne, M. Perles, 1913, VIII-252 p. 4- J- 663

Die Serben im Balkankrieg (1912-1913) und im Kriege gegen die Bulgaren, auf Grund amtlichen Materials des Generalkommandos der Serbischen Armee bearbeitet von A. Kutschbach, Stuttgart, Franck, 1913, 50 p.  4- J- 664

Bosnien und die Herzegovina unter der Verwaltung Oesterreich-Ungarns, von Dr. Ferdinand Schmid, Leipzig, Veit, 1914, VIII-832 p. 4- J- 670

Dons

Situation économique de la Turquie d’Europe. Développement et mise en valeur des ressources naturelles, industrielles et commerciales de la partie européenne de l’Empire ottoman, par M. Abdul Vehab, Lille, impr. de G. Sautai, [s. d.], 104 p. 8- J- 7768

Henry Nivet, La Croisade balkanique. La Jeune Turquie devant l’opinion française et devant le socialisme international. Avec une préface du Dr Léon Thivrier, [S. l.], 1913, 210 p. 8- J- 7899

L’Esclavage en Turquie, par M. le Dr Richard Millant, Paris, au siège de la Société antiesclavagiste, 1912, 54 p. 8- J- 7903

Les Atrocités des coalisés balkaniques. N°1-5, par le Comité de publication D.A.C.B. [des atrocités des coalisés balkaniques], Constantinople, Administration du journal Ifham, 1913. 8- J- 7791 (1-5)

The Ottoman Empire, 1801-1913, by William Miller, Cambridge, the University press, 1913, XVI-547 p. 8- J- 7905

Étude sur la crise ottomane actuelle, par Mohamed Farid Bey, Genève, impr. de A. Kündig, 1912, 61 p. 8- J- 7921

Atrocités bulgares en Macédoine. Faits et documents. Exposé soumis par le recteur des Universités d’Athènes [Théodore Zaïmis] aux recteurs des Universités d’Europe et d’Amérique, Athènes, impr. Hestia, 1913, 58 p. 8- J- 7943

Extraits fac-similés de certaines lettres trouvées dans le courrier du 19e régiment de la VIIe division grecque, saisi par les troupes bulgares dans la région de Razlog. 1913, Sofia, impr. de la Cour royale, 1913, 22 p. 4- J- 661

Bosquejo de la campaña turcobalkánica de 1912-13. Redactado, bajo la dirección del Jefe del Depósito de la Guerra, por la Comisión del cuerpo de E. M. encargada de seguir las operaciones sobre el terreno, Madrid, Depósito de la Guerra, 1913, IV-407 p. 4- J- 681

Le Traité de paix de Bucarest du 28 juillet (10 août) 1913, précédé des protocoles de la Conférence, Bucarest, impr. de l’Etat, 1913, 90 p. FOL- J- 284

Les Événements de la péninsule balkanique. L’Action de la Roumanie, septembre 1912-août 1913, [S. l.], X-200 p. FOL- J- 285

Citer ce billet : Stefan Lemny, "Les Guerres balkaniques : naissance d’une collection à la Bibliothèque nationale de France," in L'Histoire à la BnF, 11/12/2018, https://histoirebnf.hypotheses.org/5396, [consulté le 22/03/2019].

 

  1. Voir Marianne Arnold, « Le Catalogue de l’histoire de France dans les Mémos « Chercher et Trouver » « , in L’Histoire à la BnF, 17/01/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/126, et Jean-Charles Buttier, « Les apports d’une analyse de la cotation Clément à l’étude de la réception du genre du catéchisme politique », in L’Histoire à la BnF, 07/07/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/746 []
  2. Voir l’intervention de Simon Bertin, « Journal d’un médecin de campagne : un chirurgien français dans les guerres balkaniques, » in L’Histoire à la BnF, 10/11/2017. []
  3. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb322700609 et https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30634492k []
  4. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30634493x []
  5. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb309876378 []
  6. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30987636x []
  7. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37630357s []
  8. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb436611418 et https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43682927k []
  9. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb436647707 []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Faites parler les images ! A quel « saint » est-il déconseillé de se vouer ?

Retrouverez-vous le « saint » figurant sur l’image mise en avant ci-dessus ?

Pour vous aider, quelques indices …

  • cette fête était monnaie courante à la barrière de la Chopinette …
Palaiseau, « Barrière de la Chopinette » (Paris), 1819. Eau forte aquarellée. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Faites parler les images ! A quel « saint » est-il déconseillé de se vouer ?

Les images ont parlé ! Une séance de caricatures évoquée à la chambre des députés en 1884

Dans un précédent billet, nous vous proposions de retrouver une séance parlementaire évoquant en 1884 les caricatures d’un homme politique.

Sauriez-vous retrouver pourquoi la chambre des députés parla de caricatures pendant l’une de ses séances en 1884 ? Pourquoi l’affaire évoquée faisait-elle tant de bruit ? De quel caricaturé célèbre était-il question ?

Vous disposiez des indices suivants :

Continuer la lecture de Les images ont parlé ! Une séance de caricatures évoquée à la chambre des députés en 1884