Archives de catégorie : Billets d’Histoire

1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Dans un précédent billet, j’évoquais le charivari orchestré à partir des idées des socialistes « utopiques » de 1848, et comment il s’est concentré autour de Cabet, Considerant, Leroux et Proudhon. Ces quatre « meneurs », désormais accompagnés de symboles récurrents comme la queue terminée par un œil de Considerant, ou par exemple  la redingote crasseuse et le peuplier de Leroux, obtiennent dans la presse satirique une place proportionnelle à leur présence à l’Assemblée et/ou à leurs écrits dont l’inventivité stimule parodie et imagination. Nous verrons dans ce billet comment les caricaturistes oscillent entre stigmatisation et sacralisation des utopistes, allant jusqu’à présenter leurs écrits comme une nouvelle religion.  Puis nous nous demanderons de qui ou de quoi l’on se moque précisément dans ces caricatures.

Continuer la lecture de 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

More Posts

« L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science

Caricature accompagnant l’article « la fin des érudits », révélatrice du climat de suspicion autour de l’ordinateur, aux débuts de son utilisation .

 

Cet article résume la conférence « « L’historien de demain sera programmeur… » Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover ».

À partir des années 1960, Emmanuel Le Roy Ladurie, disciple de Fernand Braudel, incarne brillamment l’École des Annales et contribue à sa renommée en France et au-delà des frontières. Son œuvre lui a valu les appréciations les plus enthousiastes de ses pairs, qui ont salué en lui un « un grand historien », un « historien total », un « magicien » de l’histoire1.

Aussi exceptionnel est l’accueil que ses ouvrages ont rencontré de la part du grand public. Sa vivacité, sa simplicité, son sens de la formule et son humour ont permis à certains de saluer en lui un « nouveau Michelet »2. Mais l’histoire illustrée par Emmanuel Le Roy Ladurie ne se distingue pas seulement par les qualités de son récit. Elle est marquée aussi fortement par les nouvelles méthodologies et, peut-on dire, les nouvelles technologies de la recherche qui en sont encore à leurs débuts au moment où il fait ses armes.

Continuer la lecture de « L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science

  1. Jacques Le Goff, « Un grand territoire pour un grand historien », Psychologie, n° 106, novembre 1978, p. 90-92 ; Peter Lennon, « Annales of a Total Historian », Times, 8 décembre 1984, p. 6 ; Lauro Martines, « Emmanuel Le Roy Ladurie, Magician of History », The Washington Post, 19 décembre 1982, p. 6. []
  2. Apud André Burguière, « L’historien et l’actualité », texte ms. en vue d’un colloque à Chartres, qui finalement n’a pas eu lieu. []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l’Europe centrale et de l’Est
Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

More Posts

1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie I)

Résultat de recherches iconographiques à travers les collections de journaux satiriques conservés par le Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et de la Bibliothèque numérique Gallica, ce billet restitue et complète le contenu de la conférence « 1848 et la ‘foire aux idées nouvelles’ » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover » .

L’année 1848 est celle d’un intense bouillonnement politique. Avec les trois journées révolutionnaires de février (22 au 24), la Monarchie de Juillet est renversée. Le 25, la République est proclamée et le gouvernement provisoire prend des mesures politiques et sociales  concernant le suffrage universel, la liberté de réunion, la liberté de la presse, l’enseignement primaire gratuit et obligatoire, l’abolition de l’esclavage, le travail, etc. Les journées de juin (23 au 26), motivées par une crise économique et sociale,  sont cependant réprimées dans le sang. Le 4 novembre, la Constitution de la Seconde République est promulguée. L’Assemblée (pouvoir législatif) et le président (pouvoir exécutif) sont élus au suffrage universel masculin.  En décembre, Louis-Napoléon Bonaparte remporte largement l’élection présidentielle, soutenu par le « Parti de l’Ordre  »1.

Au beau milieu de cette agitation politique, la presse connaît un moment de grâce. Elle est libérée en mars des contraintes juridiques  et financières lourdes qui pesaient sur elle depuis la loi de septembre 1835 : demande d’autorisation préalable ; emprisonnement des responsables des journaux ayant enfreint la censure ; etc2. On assiste à une floraison de titres dans lesquels journalistes et dessinateurs laissent libre cours à une inventivité longtemps réfrénée. Ce moment de grâce est fugace : dès juin, plusieurs journaux sont interdits dont La Presse d’Émile de Girardin. En août, des décrets indiquent les délits de presse amenant à nouveau amendes et/ou emprisonnements : attaques contre les institutions, la liberté des cultes, le principe de la propriété, les droits de la famille, etc3.

Continuer la lecture de 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie I)

  1. Voir entre autres : Maurice Agulhon, André Nouschi, Antoine Olivesi, La France de 1848 à nos jours,  Paris, A. Colin, 2008 ; Sylvie Aprile, La révolution inachevée : 1815-1870 [ouvrage dirigé par Henry Rousso], Paris, Belin, 2014 ;  Jean-Charles Geslot, La France de 1848 à 1914,  Paris, A. Colin, 2014 ; Maurizio Gribaudi & Michèle Riot-Sarcey, 1848, la révolution oubliée, Paris, la Découverte, 2008. []
  2. Voir le Bulletin officiel du Ministère de l’intérieur, 1848, n°2, pages 58 et 59. []
  3. Voir le Bulletin officiel du Ministère de l’intérieur, 1848, n°2, pages 359 et 360. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

More Posts

Le Moyen Âge : temps obscurs ou siècles d’innovations ?

Résultat de recherches iconographiques à travers la Bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France Gallica, cet article résume la conférence « Le Moyen Âge : temps obscurs ou siècles d’innovations ? » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover ».

Rappelons tout d’abord que la terminologie « Moyen Âge » est une véritable invention de la Renaissance. Auparavant les hommes ne pouvaient par définition avoir conscience de vivre dans une période intermédiaire1. Ce n’est qu’au XXe siècle que les historiens vont nuancer cette vision négative ; Régine Pernoud en 1979 indique dans Pour en finir avec le Moyen Âge :

Dans la vision, dans la mentalité de ce temps (et non seulement du XVIe siècle, mais des trois siècles suivants), il y aurait eu deux époques de lumière : Antiquité et Renaissance – les temps classiques. Et, entre les deux, un « âge moyen » – période intermédiaire, bloc uniforme, « siècles grossiers », « temps obscurs ».

Continuer la lecture de Le Moyen Âge : temps obscurs ou siècles d’innovations ?

  1. Traditionnellement le Moyen Âge débute à la fin du Ve siècle avec la déposition de l’Empereur romain d’Occident Romulus Augustule en 476 et s’achève à la fin du XVe siècle avec  le voyage de Christophe Colomb aux Amériques en 1492. []

Séverine Boullay

chargée de collections en histoire médiévale au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

More Posts

Le verre à la Renaissance (part. I) : verre et arts de la table

Le 20 septembre 2017 s’est ouverte au Musée de Cluny l’exposition « Le Verre, un Moyen Âge inventif » . La majorité des œuvres présentées sont évidemment des objets de verre, issus de fouilles archéologiques ou de collections muséales, mais la BnF a également contribué de façon significative en prêtant pour l’occasion une vingtaine de manuscrits et d’incunables dont les enluminures et gravures  illustrent le contexte de l’usage des verres au Moyen Âge. Il n’est en effet pas toujours évident de déduire la fonction des pièces que l’on retrouve en fouilles d’après leur forme (très peu décrite dans les archives) et en cela les manuscrits et livres imprimés constituent une source d’informations précieuse. L’exposition met ainsi en regard les objets présentés et leur représentation figurée. Les ressources offertes par la BnF sont également très utiles pour étudier l’histoire du verre à une période plus tardive : nous nous intéresserons ici plus particulièrement au XVIe siècle français, période qui suit immédiatement celle étudiée dans le cadre de l’exposition, et en l’occurrence au lien entre verre et service de la boisson. L’étude des verres spécialisés (verrerie d’apothicaire, de médecine, objets insolites…) fera l’objet d’un second billet.

Continuer la lecture de Le verre à la Renaissance (part. I) : verre et arts de la table

Elise Vanriest

Archiviste Paléographe. Doctorante au Labex Hastec/Ecole Pratique des Hautes Etudes.

More Posts

Journal d’un médecin de campagne : un chirurgien français dans les guerres balkaniques

Le docteur Rebreyend à la Bibliothèque nationale de France

Intervention présentée à l’occasion de la journée d’étude « Les Balkans au tournant de leur histoire : 1912-1913 », organisée le 5 décembre 2013 par la Bibliothèque nationale de France en collaboration avec l’EHESS, l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, l’INALCO, la BULAC, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2013.

En 1914, à Tours, la maison d’édition Alfred Mame et fils édite l’ouvrage d’un médecin français, le docteur Paul Rebreyend1, envoyé en Bulgarie par la Société française de secours aux blessés, d’abord à Philippopoli en octobre 1912 puis, en avril de l’année suivante, à Andrinople. Entré aussitôt à la Bibliothèque nationale au titre du dépôt légal, ce document constitue un témoignage au cœur des guerres balkaniques. Près de lui, dans les rayonnages de la bibliothèque, reposent d’autres récits personnels – journalistiques ou militaires pour la plupart – dédiés aux mêmes évènements.

Certaines de ces publications sont réparties entre plusieurs départements de la BnF : les thèses de médecine fondées sur l’expérience de ces guerres se trouvent par exemple dans le département Sciences et techniques. Mais le lot essentiel des ouvrages est groupé dans le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme : une bonne partie d’entre eux se trouve sous la lettre « J » conformément à l’ancien classement thématique et topographique des collections.

Continuer la lecture de Journal d’un médecin de campagne : un chirurgien français dans les guerres balkaniques

  1. P. Rebreyend, Les Français aux armées de Bulgarie, Tours, A. Mame et fils, 1914 []

Simon Bertin

Conservateur des bibliothèques en disponibilité. Étudiant en médecine à l’Université Paris-Descartes.

More Posts

À l’origine des manuels d’histoire de France

Si les manuels d’histoire au sens actuel du terme n’apparaissent qu’au XIXe siècle1, avec le développement d’une instruction publique peu à peu gratuite et obligatoire et la mise en place des premiers programmes scolaires2, la Bibliothèque nationale de France (BnF) rattache à cette famille d’ouvrages des éditions bien antérieures remontant pour certaines au XVIe siècle. Le fonds L39, dit « Histoires élémentaires »3, rassemble ainsi plusieurs milliers d’éditions consacrées à la vulgarisation de l’histoire de France, de 1563 à 1990 environ4. Ces ouvrages constituent d’intéressants témoignages sur le niveau de connaissances, l’approche pédagogique ou encore une certaine vision de l’histoire de France propre à chaque époque. Nous présentons dans ce billet trois titres représentatifs des collections antérieures à la Révolution française, le premier datant du tournant des XVIe et XVIIe siècles, le second publié au milieu du règne de Louis XIV, le troisième à la fin du règne de Louis XV.

Continuer la lecture de À l’origine des manuels d’histoire de France

  1. Le terme de manuel apparaît pour la première fois dans le Manuel de l’histoire du moyen âge de C.-O. Des Michels, paru en 1825. []
  2. La notion de programme est introduite dans une circulaire de 1820 établissant des « programmes de cours » cf. Patrick Garcia, Jean Leduc. L’Enseignement de l’histoire en France de l’Ancien régime à nos jours, Paris, A. Colin, 2003. []
  3. Voir notre précédent billet sur le Catalogue de l’histoire de France. []
  4. L’un des derniers ouvrages intégrés dans cet ensemble est la 2e édition de la Petite histoire de la France au XXe siècle d’Antoine Prost, parue chez Armand Colin en 1992. À la BnF, les manuels scolaires reçus au titre du dépôt légal connaissent deux traitements différenciés : les manuels des filières générales sont décrits comme des monographies et trouvables à la pièce dans le catalogue général ; les manuels des filières technique et professionnelle sont conservés dans le fonds dit des Recueils où ils sont très sommairement décrits. Pour trouver ces derniers au catalogue, le plus efficace est de croiser, dans une Recherche avancée, les données *WZ dans le champ « Dans toute la notice » et le nom de la maison d’édition (ex. *Belin) dans le champ « Données éditoriales« . Pour localiser plus aisément les manuels scolaires, voir le guide de recherche en bibliothèque Manuels scolaires français. []

Fabien PLAZANNET

Directeur du département Philosophie-Histoire-Sciences de l’homme à la Bibliothèque nationale de France

More Posts

« Les filles de mémoire » : retenir les dates au XIXe siècle

Les filles de Mémoire ou le Mnémoniste, vaudeville de Dieulafoy et Gersin : costume de Vertpré (Finmerle). Eau-forte de  Carle. Paris, Martinet, 1807. Gallica (BnF)

Dans Bouvard et Pécuchet (édité de manière posthume en 1881), Flaubert bouscule gentiment les historiens du XIXe siècle. Au passage, il égratigne également les personnes qui s’évertuent à retenir les dates sans connaître la nature des événements correspondants, voire même sans certitude que les faits se soient produits et à la date supposée… C’est l’occasion pour lui de tourner en ridicule la science mnémotechnique.

Qu’est-ce que la mnémotechnie ? Comment l’a-t-on appliquée à l’histoire au XIXe siècle ? Le succès a-t-il été au rendez-vous auprès du grand public et des spécialistes de la pédagogie ?

Continuer la lecture de « Les filles de mémoire » : retenir les dates au XIXe siècle

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

More Posts

Cycle de conférences sur les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles

Les relations pluricentenaires qu’entretiennent la France et l’Italie sont à l’origine du fonds patrimonial extrêmement riche que conserve la Bibliothèque nationale de France (BnF)  sur la péninsule italique.

Par ce cycle de conférences, qui s’inscrit dans la politique de diversification des publics menée par la BnF, le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme souhaite promouvoir une meilleure connaissance des collections italiennes disponibles dans ses salles de lecture, ses magasins et, plus largement, sur tous les sites de la BnF.

Pour ces six premières conférences, la période allant du début du XIXe siècle à aujourd’hui a été privilégiée en raison des événements clé qui s’y sont produits et qui ont façonné les relations entre les deux pays à l’époque contemporaine : le rôle décisif de la France dans le processus historique du Risorgimento italien, les conflits coloniaux dans le continent africain, l’importante émigration vers l’Hexagone à partir de l’unification italienne, les tensions dues à la montée du fascisme, le rétablissement des relations bilatérales dans le deuxième après-guerre.

Continuer la lecture de Cycle de conférences sur les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles

Emanuela Prosdotti

Chargée de collections en histoire de l’Italie, de la péninsule ibérique et de l’Amérique latine au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

More Posts

Visitez un endroit original pendant l’Exposition universelle de 1867 !

« Paris. Inauguration de la Bibliothèque impériale le 15 juin. » Recueil. Topographie de Paris. IIe arrondissement. 6ème quartier. Département des Estampes. Banque d’images de la BnF.

On a surtout retenu de l’Exposition universelle de 1867 la démonstration de force qu’elle constituait pour Napoléon III, inquiet du rayonnement britannique. De nombreux témoignages montrent les très nombreux visiteurs venus de toute la France et de l’étranger émerveillés par les richesses étalées dans le Palais de l’Industrie.

Champ de Mars, Exposition Universelle [1867]. Estampe. Paris, M.on Martinet. Gallica (BnF).

D’autres manifestations prévues ici et là à cette occasion dans Paris ont moins retenu l’attention du grand public et de la presse, et ont été rapidement oubliées. C’est le cas d’une exposition à la Bibliothèque impériale, visant à valoriser les missions scientifiques menées sous les auspices de Victor Duruy, ministre de l’Instruction publique. Pour en savoir plus sur cette manifestation, l’une des premières expositions organisées par la Bibliothèque impériale, c’est par ici !

Vous pourrez également découvrir ici les différentes « expositions universelles dans Gallica », grâce à divers documents (rapports, guides de visites, journaux…) numérisés par la BnF et le CNAM.

Journal amusant, 22 juin 1867. Gallica, BnF.