Archives de catégorie : Billets d’Histoire

Faites parler les images ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Le thème des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2018 sera la puissance des images. Et si on s’entraînait un peu ?!

Il est fréquent dans la presse du XIXe siècle de relayer, commenter, voire de « sous-titrer »  de manière sarcastique les images publiées par d’autres supports. Le carnet de recherches L’Histoire à la BnF vous propose de découvrir aujourd’hui cet usage à travers une série de 9 vignettes, « Le pensionnat Bourbon », publiée le 5 février 1882 dans le supplément de La Petite République.

Serez-vous capable d’identifier les principaux protagonistes de ces images ?

Ratapoil ?

Corbeau ?

Gaucher ?

Démoc-Soc ?

Trouverez-vous en ligne une parodie caricaturale de ces dessins ?

Quelques indices sont donnés dans les conseils de lecture à la fin de ce billet …

Nous donnerons la réponse au mois d’août.

=> Double-cliquez dans le cadre ci-dessous pour voir l’image en son entier, puis vous pourrez zoomer.

Née en 1876, La Petite République est un quotidien  républicain, lié à La République française de Léon Gambetta. C’est un journal à un sou (ce qu’on nomme alors la « petite presse », à portée de toutes les bourses), qui se dit destiné à « porter jusqu’au fond des campagnes […] l’exposition et la démonstration des vérités républicaines1. » La Petite République acquerra quelques années plus tard une forte notoriété en publiant les articles de Jean Jaurès sur l’Affaire Dreyfus2.

« Léon Gambetta ». Estampe. Imagerie Pellerin à Epinal, 1883. Gallica (BnF).

La série de vignettes du « Pensionnat Bourbon » fait couler beaucoup d’encre. Le dessinateur Pépin y met en effet en scène Gambetta de façon surprenante. D’autant plus surprenante, soulignent les journaux, que Léon Gambetta est actionnaire de La Petite République3C’est en effet un buste despotique de Gambetta qui préside l’Assemblée nationaler. Et lorsque les élèves tentent de le renverser, un martinet les châtie !

Dans sa grande majorité, la presse condamne des images jugées irrespectueuses pour l’Assemblée, et critique La Petite République, le dessinateur, voire Gambetta et ses proches. Beaucoup d’articles suggèrent que Gambetta lui-même a voulu faire passer un message par le biais de ces vignettes. Celui du Gaulois reflète la tonalité quasi générale :

Qui croirait qu’un dessin, publié dans un petit journal à un sou, puisse être un grand événement politique ?
Mais le journal est la Petite République, un journal qui appartient corps et biens à M. Gambetta, et le dessin représente la Chambre des députés sous la forme d’une bande de polissons, tremblants devant M. Gambetta, et sur le point d’être fustigés pour lui avoir manqué de respect. On a souvent vilipendé la Chambre des députés, mais c’est peut-être la première fois qu’elle est ainsi bafouée et menacée par un de ses membres. On disait bien que M. Gambetta voulait la dissoudre mais on n’aurait pas cru qu’il le dirait lui-même, qu’il le dirait si promptement, si ouvertement, et en termes si injurieux.
Le dessin est, du reste, très spirituel. Les élèves sont à l’étude les élèves du pensionnat Bourbon. Le buste de M. Gambetta est sur la cheminée, à la place occupée autrefois par le buste de l’Empereur. Les élèves travaillent d’abord, puis ils s’ennuient, puis ils s’excitent, et s’unissent par s’insurger. Il y a plusieurs scènes que l’expression majestueuse et irritée du buste, rend fort comiques.
Ratapoil et Corbeau, qui ne rêvent que le désordre, entraînent Gaucher et Démoc-Soc, qui deviennent en même temps leurs complices et leurs dupes. Ils s’unissent tous ensemble, et viennent à bout de renverser le colosse.

Pendant que les élèves Corbeau et Ratapoil jetaient des cris de triomphe, dit la légende, Gaucher et Démoc-Soc restaient atterrés devant le buste, qui, quoique par terre, leur semblait d’autant plus redoutable qu’il était intact.
Dans le tableau qui suit immédiatement, tous les révoltés se sont remis au travail comme beaux petits saints, pour éviter la terrible férule, qu’on aperçoit déjà levée sur leurs têtes, et la légende annonce « qu’on s’attend d’un moment à l’autre au licenciement du pensionnat ».

Le buste est intact c’est Gambetta lui-même qui vous le dit. Si ce n’est lui, c’est donc son frère. Nous louons le journal, et celui qui en est l’inspirateur et le chef, d’une franchise si peu ordinaire. Les autres dictateurs ne montrent la férule qu’après avoir réussi. Avec celui-ci, c’est tout différent. Il crie sur les toits « J’ai été votre maître je le suis encore, malgré vous ; et je le serai jusqu’à la fin ».

C’est bien. C’est entendu. Acte est donné de la déclaration4.

L’Univers charge un caricaturiste « quelque peu maladroit » : « En les traitant d’écoliers qui travaillent à la pension Bourbon sous l’œil sévère du pion Gambetta, le caricaturiste rappelle fort à propos que M. Gambetta voulait mener sa Chambre à la férule5 ». La Justice suggère que le dessinateur mérite le martinet qu’il a utilisé dans son dernier dessin6. La Presse tente une défense de Gambetta, évoquant un entourage parfois mal inspiré :

Certains journaux voient dans cette imagerie grossière une imitation des procédés de Napoléon III avant le coup d’État. Nous n’attachons point une pareille importance à cette boutade d’un goût douteux. Si M. Gambetta était en ce moment à Paris, on pourrait supposer que la chose a été publiée avec son autorisation. Mais M. Gambetta voyage. Il était hier à Marseille ; aujourd’hui il est à Nice. On ne lui a pas communiqué les épreuves […]  Ce n’est pas lui qui aurait permis des menaces aussi grossières contre les Chambres, à la veille d’une interpellation qui est la première attaque contre le nouveau Cabinet. Il est trop adroit pour irriter les députés hésitants et les détacher de lui par des calembredaines7.

Ce à quoi Le Petit Parisien répond que la poste et le télégraphe existent entre Paris et Nice8 et que Gambetta a donc pour le moins eu les légendes entre les mains !

Certains journaux vont jusqu’à proposer une interprétation et/ ou un commentaire des dessins. C’est le cas de La Lanterne 9, et du Figaro10. Vous trouverez ci-dessous chacune des vignettes initiales suivie de sa légende puis de lu commentaire de La Lanterne, et pour certaines d’une réflexion du Figaro.

Image 1
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

Il y avait une fois un petit pensionnat dont les élèves étaient les fils de bons bourgeois ou de riches commerçants. Sur la cheminée de la salle d’études, il y avait le buste d’un citoyen qui avait rendu quelques services à l’instruction.

La Lanterne

Le « buste » parfaitement reconnaissable, qui représente l’autorité, le devoir, la loi, c’est, naturellement, M. Gambetta.

Et vous remarquerez que les « élèves » sont de « bons bourgeois » et « riches » pendant que l’autre est un « citoyen ».

Le Figaro

Le buste, le lecteur l’a déjà reconnu. C’est en effet le buste de M. Gambetta, Mais la classe ? Quels étaient ces « fils de bons bourgeois », quelle était cette classe ?

Image 2
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

Pendant quelque temps, les élèves travaillèrent assez assidûment, levant les yeux seulement de temps à autre, comme pour s’encourager, sur le buste de l’homme qui leur avait été donné comme un exemple de travail et de patriotisme.

La Lanterne

L’homme modèle ! Il n’y a que lui !

Le Figaro

Mais voilà ! Il y a un petit scélérat d’élève qui ne veut rien faire. C’est le sujet du troisième dessin.

Image 3
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

On ne s’amuse guère ici ! dit un beau jour le petit Ratapoil, en s’adressant aux élèves du bout de la table ; tout le temps, il nous faut piocher dur ; par votre faute, tout ça, parce que la figure du bonhomme d’en face vous en impose.

La Lanterne

Sans lui, jamais on ne ferait rien. Si la Chambre a jamais fait quelque chose, c’est grâce à lui. Tous les autres : des cancres, des ânes, des « feignants! »

Le Figaro

Le bonhomme d’en face ! Eh bien ! À ce blasphème, à ce sacrilège, le « petit Gaucher» — troisième dessin de la Petite République française, — n’exprime aucune indignation, au contraire.

Image 4
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

— Pardi ! répondit le petit Gaucher, nous ne demanderions pas mieux que de nous amuser ! Mais si le buste s’aperçoit que nous ne travaillons pas, il nous fera renvoyer chez nos parents, et puis nous serons joliment attrapés.

La Lanterne

« Il nous fera renvoyer ! » Cela s’y trouve en toutes lettres. C’est assez dire que l’homme modèle est à la fois le maître de la dissolution et le directeur tout-puissant du suffrage universel.

Pour disperser et pour confondre les récalcitrants, il n’a qu’à vouloir.

Le Figaro

Le lecteur n’a plus rien à apprendre : la classe d’élèves, c’est la Chambre : les élèves, ce sont les députés. La suite demande un résumé, car enfin il n’est si bonne société qui ne se quitte. Le « fils Corbeau », c’est-à-dire un député clérical (fine allusion à la couleur noire du vêtement ecclésiastique), s’écrie malicieusement :  […]

Image 5
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

Que vous êtes naïfs ! souffla malicieusement le fils Corbeau : si c’est le buste qui vous retient de rire un brin! moi, à votre place, je le jetterais par terre, et une fois cassé vous n’auriez plus rien à craindre.

La Lanterne

Ceci est pour dire tout simplement que si les républicains ont voté contre M. Gambetta, c’est pour obéir aux suggestions cléricales.

Le Figaro

La classe, c’est-à-dire la Chambre, ou plutôt une coalition composée du « fils Corbeau », du « petit Ratapoil » et du « petit Démoc-Soc » met aussitôt le projet à exécution. On jette le buste par terre. Mais le châtiment (huitième dessin de la Petite République française) ne se fait pas attendre : […]

Image 6
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

T’en parles bien à ton aise, cria le petit Démoc-soc, crois-tu que nous sommes assez forts pour ça ?

— Marche donc ! firent Ratapoil et Corbeau, nous t’aiderons, et ça nous amusera tout plein!

La Lanterne

L’extrême gauche et la gauche radicale ne peuvent que remercier la Petite République de leur appliquer, avec une forte nuance de dédain, cette appellation qui rappelle les polémiques bonapartistes avant le 2 décembre.

Image 7
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

Sur-le-champ, les écoliers mirent leur projet à exécution. Un échafaudage de dictionnaires fut dressé pour atteindre le buste qui gênait leurs escapades : des règles furent glissées dessous ; alors, Ratapoil et Corbeau, joignant leurs efforts à ceux de leurs amis Gaucher et Démoc-Soc, renversèrent le buste, qui tomba en les épouvantant.

La Lanterne

Remarquez que, pour atteindre à la hauteur de M. Gambetta, ces pauvres groupes ont besoin de se faire un piédestal. Et remarquez aussi la petitesse de ces pygmées devant le colosse qui « en tombant les épouvante ».

Image 8
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

Pendant que les élèves Corbeau et Ratapoil jetaient des cris de triomphe, Gaucher et Démoc-soc restèrent atterrés devant le buste, qui, quoique par terre, leur semblait d’autant plus redoutable qu’il était intact.

La Lanterne

« D’autant plus redoutable ! » L’aveu n’est-il pas complet ! De la colère et des menaces : une véritable déclaration de guerre à la Chambre : tels sont les sentiments et les dispositions de M. Gambetta. Mais le neuvième et dernier dessin en dit plus à lui tout seul que tous les autres ensemble.

Image 9
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

Depuis ce jour les auteurs de ce boucan effroyable sont très embarrassés et inquiets ; cependant, le buste n’est plus devant leurs yeux ; mais s’ils s’amusent moins qu’auparavant, c’est qu ils s’attendent d’un moment à l’autre au licenciement du pensionnat.

La Lanterne

Et l’image, cette fois, ne laisse rien à désirer. Les petites canailles insurgées contre le maître se courbent, épouvantées, sur leurs bancs, à l’aspect d’un martinet menaçant qu’agite, par une porte entre ouverte, le bras vengeur du suffrage universel.

Cela parle aux yeux assez clairement pour que les plus simples parviennent à comprendre ; et il n’y a plus d’équivoque cette fois.

C’ est au pays que M. Gambetta fait appel contre la Chambre des députés.

Comme Bonaparte en 1851, M. Gambetta se pose devant le pays en homme nécessaire, sans lequel rien d’utile n’est possible.

Il se pose en victime sacrifiée par l’égoïsme d’une Chambre incapable et pervertie.

Il se pose en vengeur du peuple contre les intrigants parlementaires.

Le Figaro

En effet, cela fait froid dans le dos. Chambre imprudente ! Elle a eu beau faire enlever le buste : depuis ce temps-là, « si les élèves s’amusent moins qu’auparavant, c’est qu’ils s’attendent d’un moment à l’autre au licenciement du pensionnat.» Cette parabole ingénieuse, avec dessins à l’appui, démontre que la campagne de dissolution, est ouverte et que M. Gambetta compte la pousser bientôt avec vigueur. Nous n’en avions jamais douté.

=> Pour aller plus loin, entre autres

* quelques articles en ligne sur Gallica et Retronews évoquant ce dessin :

* quelques suggestions de lecture :

  • Collection Gambetta du Musée de Cahors Henri Martin
  • Jérôme Grévy, « La présidence de Gambetta (1879-1881) : un tournant politique ? », dans Jean Garrigues (dir.), Les Présidents de l’Assemblée nationale de 1789 à nos jours, Paris, Classiques Garnier, 2016
  • Dominique Lobstein, « Léon Gambetta », Histoire par l’image [en ligne], consulté le 02 Juillet 2018
  • Bertrand Tillier,  La Républicature : La caricature politique en France, 1870-1914. Nouvelle édition [en ligne]. Paris : CNRS Éditions, 1997.

 

 

  1. Jean-Marie Mayeur, Léon Gambetta : la patrie et la République. Paris, Fayard, 2008. []
  2. Gilles Candar, « De la politique à la littérature ? La Petite République et la critique littéraire », Romantisme, 2003, n°121 (La littérature fin de siècle au crible de la presse quotidienne). Pp. 71-79. []
  3. Ibid. []
  4. « Nos échos : le « pensionnat Bourbon  » », Le Gaulois, 7 février 1882. []
  5. Auguste Roussel, L’Univers, 5 février 1882. []
  6. Camille Pelletan, « Leçons au crayon », La Justice, 7 févier 1882. []
  7. « Le Pensionnat Bourbon », La Presse, 7 février 1882. []
  8. « Le buste », Le Petit Parisien, 8 février 1882 []
  9. « Le Buste », La Lanterne, 6 février 1882. []
  10. Adolphe Racot, « Paris au jour le jour », Le Figaro, 6 février 1882. []

Voyager seule : 150 ans de clichés

Photo de couverture : Photo by Jessica Devnani from Burst

2018 marque le cent cinquantenaire de la naissance d’Alexandra David-Néel (1868-1969), souvent considérée comme la plus grande des voyageuses françaises, du fait de sa longévité et de la difficulté d’accès aux endroits qu’elle a explorés. Mais elle ne fut pas la première des voyageuses françaises, loin s’en faut, comme le montre par exemple l’essai de Françoise Lapeyre : Le Roman des voyageuses françaises (1800-1900).

Un des intérêts de cet ouvrage est d’évoquer la façon dont les premières voyageuses étaient considérées. La simple citation de l’Année littéraire en 1867 donne le ton : « S’il leur arrive quelque mésaventure, la pitié que l’on ressent est moins grande : elles n’avaient qu’à rester chez elles ». Même si les propos sont moins violents, c’est aussi ce que rapporte Jane Dieulafoy en 1887 :

Quelques amis bien intentionnés tentèrent de me détourner d’une expédition, au demeurant fort hasardeuse, et m’engagèrent vivement à rester au logis […] Je sus résister à toutes ces tentations. À cette nouvelle on me traita d’originale, accusation bien grave en province ; mes amis les meilleurs et les plus indulgents se contentèrent de douter du parfait équilibre de mon esprit1.

Continuer la lecture de Voyager seule : 150 ans de clichés

  1. Jane Dieulafoy, La Perse, la Chaldée et la Susiane. Paris, Hachette & Cie, 1887. Page 2. []

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

Nadar, « Les philosophes du jour », Petit Journal pour rire, 1856. n° 42. BnF, Département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme. Cote : 4-LC2-3830.

Instituée à l’été 1855 après plus d’un demi-siècle d’hésitations (voir billet précédent), la taxe sur les chiens entre en vigueur en 1856. Elle doit être comprise entre un à dix francs et distingue deux classes de chiens, l’une dite d’agrément l’autre utilitaire.  Les législateurs ont prévu qu’elle rapporterait des sommes importantes aux communes, et permettrait de diminuer le nombre de chiens errants donc de lutter contre la rage alors meurtrière. Ils ont aussi argué que la nourriture consacrée aux chiens pourrait revenir  à des populations mal nourries. Les premières réactions de la presse en 1855 sont spéculatives : on a volontiers imaginé que les propriétaires allaient se débarrasser de leurs chiens. S’il semble en effet que certains d’entre eux ont  noyé ou abandonné leurs bêtes avant l’entrée en vigueur du nouvel impôt, les caricatures dépeignent surtout des stratégies de résistance des rétives et rétifs à la taxe mais  désireux de conserver leur animal. Cet écart  par rapport à une littérature réaliste qui s’est plus volontiers penchée sur l’élimination sordide des animaux1 montre une fois encore qu’on doit envisager la presse satirique comme une caisse de résonance plus subtile qu’il n’y paraît des mutations sociétales.

Continuer la lecture de Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

  1. Par exemple dans Les Contes de la Bécasse de Maupassant : « Elle n’avait nullement songé à l’impôt, et quand on lui réclama huit francs, – huit francs, Madame ! – pour ce freluquet de quin qui ne jappait seulement point, elle faillit s’évanouir de saisissement. Il fut immédiatement décidé qu’on se débarrasserait de Pierrot. » Voir Éric Baratay, « Chacun jette son chien. De la fin d’une vie au XIXe siècle », Romantisme, 2011/3 (n°153), p. 147-162. En ligne ici. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie I)

Imagerie d’Epinal. N° 345, Une histoire de chien : [estampe] / P. D. Pellerin & Cie, imp.-édit. [Epinal, 1896]. Gallica (BnF).

Un impôt sur les chiens ? Il a bel et bien existé en France entre 1855 et 1971, comme le soulignent nombre d’articles sur internet qui s’amusent ou s’indignent de cette ancienne fiscalité.

On s’intéressera ici non pas au point de vue du contribuable lassé par les nouvelles taxes au XIXe siècle (impôt sur les portes et fenêtres en 17981 ; etc.) mais à ce qui détermine la mise en place de cet impôt, et à la manière dont il est accueilli par la population. En effet, la taxe canine vue au travers de la presse satirique permet de mieux appréhender la relation des Français à leurs animaux domestiques en ce milieu de XIXe siècle. Continuer la lecture de Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie I)

  1. Clément Coste, « Penser l’impôt au XIXe siècle. Controverses fiscales et contributions saint-simoniennes dans la France des années 1830 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Il y a cinquante ans … « Mai 68 » et la BnF

Affiche, 45 x 64 cm – Atelier populaire de l’ex-École des beaux-arts BnF, Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3926.

Du 17 avril 2018 au 26 août 2018, la Bibliothèque nationale de France propose une exposition intitulée «Icônes de Mai 68 – Les images ont une histoire ». On trouvera tous les renseignements pratiques concernant cette exposition ici. Une exposition virtuelle permet une première découverte de ces icônes, complétée par des interviews de personnes qui ont collecté certains de ces documents il y a cinquante ans. À consulter sans modération ici.

 Envie de lectures en ligne ? Sur le blog des lecteurs, Julien Farenc évoque « Chris Marker ou La mémoire imparfaite», tandis qu’Olivier Jacquot sur le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France nous parle de « Mai 68 à la BnF : tradition et innovation dans la sauvegarde de sources de l’histoire du temps présent ».
Avec « L’autre printemps 68 : « ne prenez plus les auspices, prenez le pouvoir  » », le carnet de recherches L’Antiquité à la BnF, nous fait découvrir la révolte fomentée contre Néron en l’an 68 de notre ère…
Besoin de bibliographies récentes sur mai 68 ? La BnF vous propose une bibliographie intitulée « 68, la parole libérée » ainsi qu’une bibliographie sur l’année 1968 dans le monde.
Enfin, n’oubliez pas de consulter le site soixante-huit qui fédère le programme de plusieurs partenaires culturels, à Paris et en Ile-de-France.
Affiche, 80 x 60 cm – Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3684

L’archéologie de la Grande Guerre vue de l’est [Conférence du mercredi 23 mai, à 18h30]

archive ill. 1 Champ de bataille de Verdun (Auteur : R. de Matos Machado, mars 2015)

Le mercredi 23 mai, M. Michaël Landolt et Mme Stéphanie Jacquemot, archéologues auprès du Service régional de l’archéologie à la Direction Régionale des Affaires Culturelles du Grand Est donneront des conférences illustrant deux facettes de l’apport de l’archéologie à la connaissance de la Grande Guerre dans la région Grand Est.

Pour les informations pratiques (lieu, horaires), voir ici.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Continuer la lecture de L’archéologie de la Grande Guerre vue de l’est [Conférence du mercredi 23 mai, à 18h30]

Vidal de la Blache, un historien au service de la géographie

Cent ans après sa mort, Paul Vidal de la Blache (1845 – 1918), considéré comme le fondateur de l’École française de géographie, reste une figure marquante mais méconnue de la géographie hexagonale. Ainsi Les Mots de la géographie proposent une entrée « vidalien » en précisant que Vidal de La Blache est le « seul géographe français à avoir donné naissance à un nom commun : on est vidalien si l’on s’inscrit dans la ligne du maître. Mais  » vidalisme  » n’existe pas, il s’agit donc d’une tendance intellectuelle et non d’un apostolat affirmé ». Et Vidal de la Blache continue à être matière à débats : il a ainsi dans le Dictionnaire de la géographie de Jacques Levy et Michel Lussault (nouvelle édition, 2013) deux entrées à son nom. L’une, peu élogieuse, lui reconnaît cependant le mérite d’avoir fait « d’une spécialité, déjà bien présente dans les univers de l’école et de l’exploration coloniale, une discipline universitaire reconnue », même s’il s’agit d’« une géographie d’État » ; l’autre, plus flatteuse, précise qu’« il faut encore relire cette œuvre et la replacer dans son contexte afin de percer à travers la masse de stéréotypes qui la noient ».

Paul Marie Vidal de la Blache] [Image fixe] / J. Geiser. Département Société de Géographie, SG PORTRAIT-1065. BnF (Gallica).

C’est que Vidal de la Blache apparaît comme un pur produit de la III e République naissante. Comme le remarque son biographe André-Louis Sanguin :

Au cours de sa carrière, il développa une sorte de schéma personnel  « républicaniste » en parfait accord avec la France de l’époque : libéralisme teinté de solidarité sociale, nationalisme, colonialisme, ruralisme fidèle au terroir, foi dans la science et le progrès, pragmatisme face aux problèmes1.

Vidal de La Blache : 1845-1918 : un génie de la géographie / par André-Louis Sanguin. Paris, Belin, 1993. BnF, Département Philosophie, Histoire, sciences de l’homme.

Or la vie de Vidal, c’est avant tout son enseignement et son œuvre. Historien de formation, il s’oriente dès le début des années 1870 vers la géographie avec un poste à l’Université de Nancy. Il vient ensuite à Paris où il enseignera à l’École Normale Supérieure puis à la Sorbonne. Il aura entre autres comme élèves Albert Demangeon2, Emmanuel de Martonne qui deviendra son gendre, et Marcel Dubois. C’est avec ce dernier qu’il fonde en 1891 la revue des Annales de géographie. Il y contribuera jusqu’à sa mort, non seulement par des articles de fond dont certains seront plus tard repris, parfois transformés, en volumes mais aussi par de nombreux comptes-rendus de lectures et des hommages  : il restera en effet toute sa vie attentif à la production et à l’évolution de la géographie avec un intérêt particulier pour les grands géographes allemands, notamment Ratzel dont la géographie politique retient son attention.

La géographie est surtout pour lui une question d’enseignement, ce dont témoigne la parution en 1885 de l’importante collection de cartes murales destinées aux élèves, complétées plus tard d’atlas qui sont toujours réédités aujourd’hui.

France: départements / Paul Vidal de La Blache. Paris,A. Colin, 1885. Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE AA-25. Gallica (BnF).

Le Tableau de la géographie de la France (1903) reste son livre le plus célèbre, toujours réédité. Il a été l’objet d’une remarquable étude critique sous la direction de Marie-Claire Robic.

Il s’agit d’ailleurs, on l’oublie trop souvent, du premier volume de l’Histoire de France depuis les origines jusqu’à la Révolution dirigée par Ernest Lavisse, Histoire qui comme l’indique son titre s’arrête à la Révolution. Le Tableau de la géographie de la France est donc essentiellement physique et s’attache à décrire et définir le territoire français dans ses limites, à « territorialiser la nation »  :

Vidal insiste sur ce qui est fixe et permanent, ce qui a pu induire une interprétation passéiste ou ruraliste  de son message3.

Ce livre fera beaucoup pour l’image d’un Vidal peu soucieux de la géographie humaine et sera pendant longtemps  « le modèle des descriptions de géographie régionale »4 avec tout ce que cette expression peut parfois comporter de péjoratif ou de vieilli.

Mais à se focaliser sur ce titre on en oublie d’autres aspects essentiels des réflexions de Vidal que l’on trouve par exemple dans son article sur la géographie humaine, paru lui aussi en 1903 ou celui sur les régions françaises publié en en 1910. Ces textes montrent, comme les nombreux autres articles publiés par Vidal, une attention particulière à l’évolution du monde qui l’entoure, une prise en compte des problèmes contemporains et une réflexion sur le rôle que la géographie peut ou doit y jouer. C’est le cas de La France de l’Est (1917), livre presque oublié quand Yves Lacoste l’a réédité et présenté en 1994. Pour ceux qui en ignoraient jusqu’à l’existence, cet ouvrage est une découverte puisqu’il n’est « pas seulement un « ouvrage de circonstance », c’est un grand livre de géographie politique », dans lequel Vidal d’efforce de montrer l’appartenance à la France des « territoires perdus ».

Le fait que cet ouvrage, comme le dit Yves Lacoste, « a été et est encore passé sous silence par la corporation des géographes » est symptomatique de l’image dans laquelle Vidal est enfermé : celle d’une géographie et d’un monde figés. Or la géographie de Vidal est une géographie en mouvement, qui évolue. Et son œuvre, comme celle de tous les géographes, est tributaire de l’époque et du contexte dans lesquels elle s’écrit. Sa postérité aussi. Elle est d’abord due à Emmanuel de Martonne qui réunit quelques-uns des derniers articles vidaliens dans un ouvrage posthume : Principes de géographie humaine (1922), tandis que Lucien Gallois assure la publication de la Géographie universelle dont Vidal de La Blache n’avait pu faire que le plan.

Principes de géographie humaine / P. Vidal de La Blache ; Paris : A. Colin, 1922. Dptmt Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-G-10919

Et si « pendant pratiquement cinquante ans, Vidal de La Blache fut considéré comme le père incontesté de la géographie française […] les années 60 ont vu cette façade se lézarder et la rupture se manifester contre l’héritage de cette école5 ».  Pourtant, dans ses entretiens avec Jean-Louis Tissier, Julien Gracq dit toute l’admiration et l’affection qu’il a pour le Tableau de la géographie de la France :

Je le relis de temps en temps, il n’a pas vieilli, il est devenu historique, c’est autre chose. Ce livre me touche aussi beaucoup parce qu’il n’y a pas ici insensibilité en face des paysages géographiques. L’auteur se laisse toucher, il a une réaction affective. Il parle de la tristesse que l’on a à quitter les paysages du Midi, très marqués, très ensoleillés pour aller vers les horizons du Nord. Comme je ressens les paysages de manière assez nette dans ce sens, cela m’est sympathique6.

=> Pour aller plus loin :

  1. André-Louis Sanguin, Vidal de La Blache : 1845-1918 : un génie de la géographie. Paris, Belin, 1993. []
  2. Un géographe de plein vent : Albert Demangeon, 1872-1940. Paris, éditions des Cendres, 2018, en cours d’acquisition. Catalogue de l’exposition présentée à la Bibliothèque Mazarine, préface de Yann Sordet, textes de Nicolas Ginsburger, Patrick Latour, Marie-Claire Robic, Denis Wolff []
  3. Voir Le « Tableau de la géographie de la France » de Paul Vidal de La Blache  : dans le labyrinthe des formes / sous la dir. de Marie-Claire Robic. Paris, CTHS, 2000. []
  4. Voir Yves Lacoste, « A bas Vidal … viva Vidal ! », Hérodote : stratégies, géographies, idéologie, octobre 1970. []
  5. Dictionnaire de la géographie et l’espace des sociétés sous la direction de Jacques Lévy et Michel Lussault, Nouvelle édition revue et augmentée. Paris, Belin, 2013. []
  6. Julien Gracq, Œuvres complètes. II . Paris, Gallimard, 1995. []

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy [Conférence du mercredi 11 avril, à 18h30]

Camp de Drancy, cliché issu des fonds de l’ Allgemeiner Deutscher Nachrichtendienst – Zentralbild (Bild 183) Bundesarchiv, Bild 183-B10919 / Wisch / CC-BY-SA 3.0

 

Le mercredi 11 avril M. Benoît Pouvreau, chercheur au Service du patrimoine culturel, Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis donnera une conférence intitulée « Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy ».

Pour les informations pratiques (lieu, horaires), voir ici.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Estampe à l’eau-forte de Georges Horan-Koiransky en couverture de Le Camp de Drancy (seuil de l’enfer juif) de G. Horan-Koiransky, 1947 (Archives départementales de la Seine-Saint-Denis)


Le classement au titre des Monuments historiques (2001) puis la première restauration engagée ont beaucoup renforcé le temps dédié à la cité de la Muette, théâtre du camp de Drancy entre 1941 et 1944. En 2009, un important corpus de graffiti d’internés fut mis au jour. Sa valorisation fut en partie articulée à un projet plus vaste de mise en réseau des lieux d’histoire de la Déportation du département. La médiation de celui-ci permis une redécouverte : l’œuvre d’un interné connu par quelques estampes constituant, en fait, un ensemble cohérent et majeur. Dessinateur mais aussi écrivain, Georges Horan-Koiransky fut, enfin, un témoin clé documentant d’une façon unique le lieu de départ des convois de déportation en gare du Bourget-Drancy, ultime sujet de recherches autour de ce site primordial de la persécution des Juifs de France.

Bibliographie

  • Curdy M., « L’étude préalable et la conservation – restauration des graffiti des internés au camp de Drancy », CeROArt, revue électronique[En ligne], EGG 2 | 2012, mis en ligne le 19 juin 2012 : http://ceroart.revues.org/2598
  • Fichet de Clairfontaine F., « Pour fouiller les camps d’enfermement de la seconde guerre mondiale ? », Les nouvelles de l’archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2016 : http://journals.openedition.org/nda/3410
  • Horan-Koiransky G., Le camp de Drancy, seuil de l’enfer juif : dessins et estampes, 1942-1947, [Ivry-sur-Seine] : Créaphis éditions, 2017. BnF Tolbiac – Magasin inv.  2017-298757
  • Pouvreau B. (dir.), Curdy M., Peschanski D. & Zimmer T. Les graffiti du camp de Drancy. Des noms sur des murs. Gand, [Bobigny], éditions Snoeck, CG93, 2014. BnF Tolbiac – Magasin inv. 2016-257833
  • Pouvreau B., « La stratigraphie complexe du camp de Drancy », Les nouvelles de l’archéologie [En ligne], 137 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016: http://journals.openedition.org/nda/2604
  • Sarcey P.,  Endewelt R., Razynscki A., « Cité de la Muette – Des archives audiovisuelles pour l’histoire du camp de Drancy et de la résistance juive », Conférence en ligne du 29 janvier 2015 à la BnF
  • Wieviorka A., Laffitte M. À l’intérieur du camp de Drancy. Paris, Perrin, 2012. BnF Tolbiac – Magasin inv.   2012-106616

La coutume, petite histoire d’une source de droit

 » Coupable faisant amende honorable « , Coutumes de Toulouse, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Latin 9187, f. 34 r°. Gallica (BnF).

 

Si un auteur s’est intéressé à la coutume, c’est bien  Michel de Montaigne (1533-1592) … Elle est omniprésente dans les Essais où il l’aborde sous ses différents aspects. S’il déplore qu’elle restreigne singulièrement la liberté de l’homme, il estime son respect nécessaire à la vie en société. Le terme renvoie tantôt à des habitudes collectives, tantôt à des habitudes individuelles. Enfin, la coutume revêt une définition sous laquelle Montaigne, magistrat, la connaît bien … Il s’agit aussi d’actes publics et paisibles ayant acquis, par leur ancienneté et leur répétition – « Une fois n’est pas coutume ! », force de loi sur un territoire donné. L’ensemble de ces usages constitue le droit coutumier. C’est cette acception de la coutume qui nous intéresse ici1.

Continuer la lecture de La coutume, petite histoire d’une source de droit

  1. Guillaume Cazeaux, Montaigne et la coutume, Mimesis, coll. « Philosophie et société », 2015.
    Édition contemporaine des Essais : Michel de Montaigne, Les essais, éd. établie et présentée par Claude Pinganaud, [Paris], Arléa, 1992
    Édition des Essais sur Gallica : Essais de Michel seigneur de Montaigne. Cinquiesme edition, augmentée d’un troisiesme livre et de six cens additions aux deux premiers, À Paris, Chez Abel L’Angelier, 1588. []

Stéphanie Tonnerre-Seychelles

Chargée de collections en science politique et de valorisation en droit et science politique au département Droit, économie, politique.

More Posts

1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Dans un précédent billet, j’évoquais le charivari orchestré à partir des idées des socialistes « utopiques » de 1848, et comment il s’est concentré autour de Cabet, Considerant, Leroux et Proudhon. Ces quatre « meneurs », désormais accompagnés de symboles récurrents comme la queue terminée par un œil de Considerant, ou par exemple  la redingote crasseuse et le peuplier de Leroux, obtiennent dans la presse satirique une place proportionnelle à leur présence à l’Assemblée et/ou à leurs écrits dont l’inventivité stimule parodie et imagination. Nous verrons dans ce billet comment les caricaturistes oscillent entre stigmatisation et sacralisation des utopistes, allant jusqu’à présenter leurs écrits comme une nouvelle religion.  Puis nous nous demanderons de qui ou de quoi l’on se moque précisément dans ces caricatures.

Continuer la lecture de 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts