Archives de catégorie : histoire contemporaine

Faites parler les images ! qui est cet étrange personnage ?

Dans la lithographie ci-dessous, un immense personnage semble déchaîner les quolibets : saurez-vous l’identifier ? La légende est la suivante : « Oh ! c’te tête ! Ah ! la chianlili ! ah ! la chianli ! »

Premier indice : non, vous ne rêvez pas, le personnage est masqué !  Mais il ne s’agit pas d’un masque de protection contre la grippe ou le choléra (voir « Isolement et port du masque : la pédagogie de la caricature »  sur ce carnet de recherches) …

 

Deuxième indice : la marchande représentée dans l’estampe ci-dessous vend  des fruits. Cela vous devrait vous mettre sur la piste …

Troisième indice : et si vous relisiez L’Éducation sentimentale ? Flaubert y  évoque ce personnage caricaturé « en pâtissier, en saltimbanque, en chien, en sangsue » …

=> Vous pouvez feuilleter ci-dessous les premières pages du manuscrit de L’Éducation sentimentale grâce aux flèches …

 

 

Les animaux dans la Grande Guerre – Partie II, Les « nuisibles », les mascottes et les autres animaux dans le conflit, vus par leurs contemporains français

Conflagration pour les hommes, le premier conflit mondial marque aussi une étape dans l’histoire de leurs relations avec les animaux. En France, les catégories animales communément admises, distinguant « utiles » et « nuisibles »1 se retrouvent nettement dans la gestion de la présence animale, très importante numériquement pendant la guerre : de l’activité « utile » ou « nuisible » des bêtes dépend en effet plus que jamais la survie des hommes. Les frontières de cette classification sont pour autant poreuses, et les conditions de vie, effroyables sur le front, amènent chacun à tenter de rendre supportable un quotidien violent et anxiogène. Pour beaucoup, les bêtes, quelles qu’elles soient, deviennent des médiateurs indispensables.

Après un premier billet consacré aux « utiles » – bétail et « auxiliaires de guerre » à quatre pattes ou deux ailes, enrôlés officiellement ou non par les différentes armées de la Grande Guerre – voici, toujours au travers de documents d’époque, quelques témoignages du regard porté par leurs contemporains français sur les autres animaux présents dans ce conflit.

Les « nuisibles » d’abord, hôtes indésirables des soldats, qu’ils suivent dans leurs déplacements, mais aussi les mascottes, très appréciées des troupes… Et tous ceux croisés en chemin, à l’arrière comme sur les champs de bataille, animaux domestiques ou  sauvages, qui complètent ce bestiaire de la Grande Guerre.

Continuer la lecture de Les animaux dans la Grande Guerre – Partie II, Les « nuisibles », les mascottes et les autres animaux dans le conflit, vus par leurs contemporains français

  1. Présentées jusque dans les manuels scolaires du temps, et  aujourd’hui remises en question par tout un courant de la recherche. []

Patricia Hodiesne

Gestionnaire de collections en histoire au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

L’ambivalente réception de La Case de l’oncle Tom en France : pleurer ou persifler ? (Partie III. La question de l’image.)

On sait toute l’Oncle-Tomanie qui s’est emparée de l’Angleterre et de la France ; le roman de Mme STOWE, écrit dans sa cuisine entre l’enfant auquel elle donnait à téter et le rôt qui se dorait au feu, s’est trouvé un chef-d’œuvre : on l’a dépecé par quartier, on l’a mis à toutes les sauces ; on en a fait des drames, des vaudevilles, des romances, des tableaux ; le bœuf gras s’est appelé l’Oncle Tom. Enfin : Aimez-vous l’Oncle Tom ? On en a mis partout1.

Cette critique aujourd’hui surprenante de La Case de l’Oncle Tom reflète parfaitement la situation en 1853. Nous avons vu dans les deux billets précédents que le roman de l’Américaine Harriett Beecher Stowe connaît immédiatement en France plusieurs traductions, conquiert les rez-de-chaussées des journaux nationaux et provinciaux, et est adapté sous des formes différentes au théâtre. La presse satirique est agacée non pas tant par le contenu de l’œuvre que par la démesure de son succès. La « réception de la réception » (voir billet 1) est toujours précieuse pour appréhender les phénomènes de mode ou de rejet, et affiner les informations livrées par la presse généraliste. Avec ses textes parodiques, ses fausses nouvelles (voir billet 2), ses caricatures, la presse satirique expose au grand jour les contradictions de l’opinion, et sous prétexte de rire ou d’ironiser révèle les non-dits. Rappelons que La Case de l’Oncle Tom constitue alors un brûlot à destination des adultes – et non pas des enfants – car il s’attaque à l’esclavagisme aux États-Unis. Longtemps considéré comme l’ouvrage qui aurait déclenché la guerre de Sécession et abouti à la suppression de l’esclavage américain2, La Case de l’Oncle Tom est dénoncé parfois aujourd’hui comme une fabrique de stéréotypes sur les Noirs. Le personnage de l’Oncle Tom est particulièrement décrié : on lui reproche sa résignation et sa propension à excuser ses “maîtres3”. Or ces stéréotypes ont été repérés dès les origines par la presse satirique française. Les a-t-elle dénoncés ou les a-t-elle au contraire cultivés ? Nous allons voir que pour tenter de répondre à cette question, il est plus que jamais indispensable – mais compliqué – de nous replonger dans les années 1850, pour ne pas juger à l’aune des stéréotypes actuels, sans pour autant sous-estimer ceux du XIXe siècle …

Continuer la lecture de L’ambivalente réception de La Case de l’oncle Tom en France : pleurer ou persifler ? (Partie III. La question de l’image.)

  1. Francis Linossier, « Causeries« , L’Argus et le Vert-vert réunis, 13 mars 1853. []
  2. On trouve dans les ouvrages les plus sérieux une citation pourtant apocryphe du président américain Abraham Lincoln qui aurait dit à Harriette Stowe en 1862 : ‘”So you’re the little woman who wrote the book that made this great war!' ». Voir Daniel R. Vollaro, “Lincoln, Stowe, and the « Little Woman/Great War » Story: The Making, and Breaking, of a Great American Anecdote”, Journal of the Abraham Lincoln Association, Volume 30, Issue 1, Winter 2009, pp. 18-34. []
  3. Voir entre autres Levy, David W. “Racial Stereotypes in Antislavery Fiction.” Phylon, vol. 31, no. 3, 1970, pp. 265–279. JSTOR, www.jstor.org/stable/274302 et David Pilgrim,  “The Tom Caricature”, Jim Crow Museum of Racist Memorabilia, 2012. David Pilgrilm identifie deux interprétations différentes de Tom dans les adaptations théâtrales et cinématographiques qui ont rendu le personnage de Tom impopulaire : le Tom trop servile et heureux de son sort ; le Tom calculateur qui espère tirer bénéfice de son asservissement au détriment des autres esclaves. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

L’ambivalente réception de La Case de l’oncle Tom en France : pleurer ou persifler ? (Partie II. Un message anti-esclavagiste plus ou moins apprécié)

Dans le précédent billet (à lire ici), nous avons vu comment et combien le succès éditorial de La Case de l’oncle Tom avait été orchestré. Le roman à la mode arrive en France, via l’Angleterre, avec  une injonction aux larmes et à l’émotion. Sa publication sous forme de feuilletons ou d’ouvrages est suivie de près par les adaptations théâtrales. Aux traductions variées s’ajoutent donc des mises en scène différentes, se partageant larmes et rires. Ce sont autant d’occasions pour les critiques et les humoristes d’évoquer La Case de l’oncle Tom. Au cœur des sourires et attendrissements, mais aussi d’agacements très marqués, se logent deux questions rarement évoquées de façon frontale : que penser de ce roman présenté comme un manifeste anti-abolitionniste ? De quelle façon les Noirs y sont-ils représentés (voir billet suivant) ? Ces deux interrogations sont d’une actualité forte dans la France de 1853 : l’esclavage y a été aboli récemment (1848) ; l’empereur Napoléon III songe à étendre les colonies françaises …

Continuer la lecture de L’ambivalente réception de La Case de l’oncle Tom en France : pleurer ou persifler ? (Partie II. Un message anti-esclavagiste plus ou moins apprécié)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

L’ambivalente réception de La Case de l’oncle Tom en France : pleurer ou persifler ? (Partie I. Un succès éditorial orchestré)

Les premières traductions de La Case de l’oncle Tom sont publiées fin 1852 en France. Les dimensions hors normes du succès de cet ouvrage ont été magistralement étudiées par Claire Parfait1, qui a montré comment et pourquoi le lectorat français adulte se prend pour la première fois de passion pour un roman anglophone en provenance des États-Unis. L’objet de ce billet et des deux suivants est d’étudier ce qu’on pourrait nommer la réception de la réception. De 1840 à 1900, tout succès littéraire est en effet décortiqué par la presse satirique. Les travers en sont grossis par la parodie, des textes humoristiques et des caricatures, et l’auteur est parfois livré à la curiosité du public par la charge2. Comment la presse satirique – formidable caisse de résonance et véritable laboratoire de réflexion sur les champs littéraires et les gens de lettres – a-t-elle observé et disséqué le succès du roman d’Henriette Beecher Stowe ? Deux dimensions sont particulièrement intéressantes et délicates à traiter tant il faut les contextualiser sous peine d’en faire des analyses erronées et/ou anachroniques : la réception d’un ouvrage réputé pour son message anti-esclavagiste (ce sera l’objet du deuxième billet) et la représentation des héros noirs de l’ouvrage (objet du troisième et dernier billet).

Continuer la lecture de L’ambivalente réception de La Case de l’oncle Tom en France : pleurer ou persifler ? (Partie I. Un succès éditorial orchestré)

  1. Claire Parfait, « Un succès américain en France : La Case de l’Oncle Tom », E-rea, 2010 [version remaniée d’une communication prononcée à la Bibliothèque nationale de France le 16 mai 2006, dans le cadre des ateliers du livre (« Du succès au palmarès : évolution de la notion de best-seller »)], et The Publishing History of Uncle Tom’s Cabin, 1852-2002, Ashgate, 2007. []
  2. Voir Agnès Sandras,  » ‘La purée de littérature moderne’ : les genres du roman chahutés par la presse satirique« , Colloque « Les genres du roman au XIXe siècle« , Villetaneuse, 2016. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Almanach du chercheur associé – V. L’Almanach de la vile multitude : un périodique pamphlétaire et anarchiste (1851-1852)

Au cours d’une expédition dans les magasins de la BnF pour photographier des almanachs en vue de la rédaction d’un article scientifique, j’en ai consulté un dont le nom m’a intrigué : l’Almanach de la vile multitude ! S’agissait-il d’un périodique en faveur ou hostile au « peuple » ? Pour le savoir, je devais m’atteler à étudier son contenu. Voici, dans ce nouveau billet de « l’Almanach du chercheur associé », les résultats de ma découverte concernant ce curieux périodique. 

Almanach de la vile multitude, par un de ses membres… 1re-2e années, 1851-1852., Paris, chez l’éditeur, rue Constantine, 19. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Cote : LC22-209.

Continuer la lecture de Almanach du chercheur associé – V. L’Almanach de la vile multitude : un périodique pamphlétaire et anarchiste (1851-1852)

Regarder, contempler et visiter Notre-Dame de Paris au XIXe siècle (Partie II. Les enjeux du regard)

Nous avons vu dans un précédent billet que le roman de Victor Hugo a modelé en 1831 un regard sur et depuis Notre-Dame de Paris. Un « regard à vol d’oiseau », amoureux de l’architecture de la cathédrale et du paysage contemplé depuis ses tours, curieux de la population parisienne et de ses misères. Le succès du roman a inévitablement entraîné l’imitation de ce type de regard comme le suggère narquoisement dès 1833 un compte-rendu par Le Charivari de La Tour de Monthléry de J.-P.-G. Viennet :
 
Quand le succès de Notre-Dame de Paris fut bien constaté, que ce fut une chose admise et convenue, que les vieilles tours eurent conquis leur droit de cité dans la littérature ; lorsque l’architecture fut définitivement agréée par le public lisant ; M. Viennet, député de l’Hérault, officier d’état-major et membre de l’Académie française, interrompit brusquement sa quarante-deuxième épopée à son vingt-sixième chant, jeta là le quatrième acte à peine terminé de sa quatre-vingt-dix-neuvième tragédie, lança un coup de pied tout au travers de son bagage d’épîtres familières, et courut se jucher sur la plus haute des tours de Saint-Sulpice, celle du Télégraphe ; et là, braquant une longue-vue au hasard, dans le vide, il avisa la tour de Montlhéry, dont il fit sur-le-champ sa propriété et sa chose1.
La popularité de Notre-Dame de Paris a durablement induit un changement de regard sur la cathédrale, et contribué à la fois à sa sacralisation laïque et au sacre de l’écrivain Hugo (voir billet précédent). Voyons si les différents événements du XIXe siècle postérieurs à la publication de ce roman ont modelé un nouveau regard sur et depuis la cathédrale, et de nouvelles façons de la visiter.

Continuer la lecture de Regarder, contempler et visiter Notre-Dame de Paris au XIXe siècle (Partie II. Les enjeux du regard)

  1. « La tour de Monthléry« , Le Charivari, 27 janvier 1833. La tour de Monthléry (Essonne) et l’église Saint-Sulpice accueillaient des tours du télégraphe Chappe. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

L’humour face aux épidémies – Partie IV. Epidémie d’épidémies et inconscient collectif

Adolphe Willette, « Enfin ! voici le choléra !! » in Pauvre Pierrot / A. Willette, 20 reproductions héliographiques ; [préfaces, Th. de Banville et Paul Arène], L. Vanier (Paris),1884. Gallica (BnF). Dessin initialement publié dans Le Chat Noir, 4 août 1883.

Ce quatrième et dernier texte de la série « humour et épidémies » se propose d’explorer quelques thématiques repérées lors des recherches pour les précédents billets, qui me paraissent éclairer certaines des interrogations actuelles quant à notre inconscient collectif face à une pandémie. Rires et sarcasmes, mécanismes de défense profondément enfouis, se mettent en branle devant l’idée d’épidémie, permettent de mieux supporter les mesures préventives et curatives et d’apprivoiser les craintes. L’humour est un moyen de mettre à distance la peur d’avoir peur (voir billet précédent), fonction parfaitement identifiée par les fabricants de rire et de sourire du XIXe siècle et du début du XXe siècle, qui en usent avec plus ou moins d’habileté. L’image satirique, le texte parodique, viennent en complément des contes et de la rémanence des expressions liées aux épidémies1.

Continuer la lecture de L’humour face aux épidémies – Partie IV. Epidémie d’épidémies et inconscient collectif

  1. Voir Jean Vitaux, « La rémanence de la peste dans l’imaginaire collectif », Histoire de la peste [sous la direction de Jean Vitaux], Presses Universitaires de France, 2010, pp. 149-187. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

L’humour face aux épidémies – Partie III. Au plus fort de la pandémie de grippe (1918-1919)

H. Armengol, « Naïveté« , Le Pêle-Mêle, 16 février 1919.

 

Dans le précédent billet, nous avons vu comment la grippe de 1918-1919 suscite tout d’abord dans une partie de la presse française des réactions de bravade ou d’incrédulité quant à sa gravité possible. Les premiers sourires, rires et chansons, cristallisent autour du nom donné à cette grippe, qui de « grippe des tranchées » devient rapidement une « grippe espagnole », et autour d’un traitement prophylactique et curatif parfois préconisé, consistant en grogs à base de rhum (voir billet précédent). Devant l’ampleur de la pandémie, l’humour s’éteint vite dans la presse généraliste, laquelle peut difficilement concilier des pages d’information sur la maladie et des blagues sur le même thème. L’heure n’est plus au rire. Si un journaliste du Figaro sourit encore devant une chanson qui voit Yvonne Printemps se transformer en « danseuse espagnole pour narguer la grippe1 », un de ses confrères du Gaulois s’indigne fin octobre 1918 : « Je voudrais aussi que certain couplet un peu macabre, ou plutôt charge d’atelier, sur la grippe espagnole et les maladies, fût coupé, car il est vraiment de trop douloureuse actualité2… » En revanche, la presse satirique continue à sourire, non pas de la grippe en elle-même et de ses ravages, mais des sujets qui lui sont associés : le thème des grogs perdure ; les masques étonnent ; les plus riches feignent d’être malades pour être dorlotés ou ont des comportements suprenants … Continuer la lecture de L’humour face aux épidémies – Partie III. Au plus fort de la pandémie de grippe (1918-1919)

  1. Régis Gignoux, « Les Premières – Théâtre du Vaudeville », Le Figaro, 2 novembre 1918. []
  2. Louis Schneider, « LES PREMIERES – Vaudeville. La Revue de Paris, revue en quatre actes, de MM. Sacha Guitry et Albert Willemetz« , Le Gaulois, 31 octobre 1918. Les revues de fin d’année racontaient les événements écoulés des derniers mois. « La grippe espagnole » était chantée dans ce spectacle par Yvonne Printemps : voir le programme de cette revue ici. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

L’humour face aux épidémies – Partie II. Rire au moment où se conjuguent la Grande Guerre et la grippe dite espagnole (1918)

La pandémie de grippe de 1918 et 1919 aurait fait entre 28 et 50 millions de morts dans le monde, dont 240 000 en France1. Pour autant, il y eut au début de cette pandémie des chansons et des caricatures. Inconscience ? Mauvais goût ? Peut-être, mais plus sûrement tentatives de résistance et résilience face à l’indicible. Voyons comment la presse satirique, et plus largement la presse, a essayé de sourire ou de rire de la grippe pour mettre la peur à distance, dans une période particulièrement difficile puisque la pandémie a coïncidé avec la fin de la Première Guerre mondiale. Au traumatisme des combats s’est donc superposé celui d’une pandémie, ennemi moins visible et identifiable, mais dont les dégâts s’opèrent de toutes parts, y compris à l’arrière.
Je propose donc ici, comme dans le billet précédent, une évocation des thèmes les plus saillants – du moins ceux que la censure a acceptés en 1918 … 2 – et/ou ayant une résonance particulière aujourd’hui. Face à l’ampleur de la pandémie de la « Grande Grippe3 », le rire a rapidement décru, comme le montrera un prochain billet.

Continuer la lecture de L’humour face aux épidémies – Partie II. Rire au moment où se conjuguent la Grande Guerre et la grippe dite espagnole (1918)

  1. Voir « Retour sur la grippe espagnole : ‘On pensait en avoir fini avec les grandes épidémies. Et patatras, 240 000 morts’ « , propos de Freddy Vinet recueillis par Florent Georgesco, Le Monde, 18 mars 2020. Freddy Vinet est l’auteur de La Grande Grippe. 1918. La pire épidémie du siècle, Paris, Vendémiaire, 2018. []
  2. Philippe Louis-Joseph Dugué dans  » La grippe espagnole, une pandémie embusquée ? » (Papiers Nickelés, La Revue de l’image populaire, septembre 2019) attribue en partie à la censure le peu d’images sur la grippe qu’il a rencontrées dans La Baïonnette, Le Canard enchaîné, Excelsior, Fantasio, L’Illustration, Le Journal, Le Rire rouge, Le supplément illustré du Petit Journal. []
  3. Freddy Vinet, op. cit. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts