Archives de catégorie : histoire contemporaine

L’Enseignement de l’Histoire sous la Révolution et l’Empire

[Ce billet fait suite à une conférence donnée en mars 2018 par l’auteur à la Fondation Napoléon.]

L’enseignement de l’histoire connaît d’importants bouleversements durant la période révolutionnaire et impériale : pour la première fois la France se dote d’un cadre d’enseignement national et officiel ; discipline de second rang sous l’Ancien régime, l’histoire devient l’objet d’enjeux politiques et suscite un vif intérêt du pouvoir1.

L’héritage du XVIIIe siècle

Plan de l’ancienne abbaye de Saint-Germain des prés en 1687. Extraite du Monasticon Gallicanum de Dom Michel Germain, édité en 1871. Exemplaire du dép. des Manuscrits, BnF.

À la veille de la Révolution française, l’histoire est une science qui a beaucoup progressé : depuis le XVIIe siècle, elle peut s’appuyer sur une méthode critique et des travaux d’érudition de qualité. Les Bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur2 en particulier ont produit des œuvres de haut niveau scientifique : Acta sanctorum, Gallia Christiana ; Art de vérifier les dates… Depuis la fin du XVIe siècle, l’histoire représente de manière assez constante environ 10 % de la production éditoriale en France3. Les règnes de Louis XIV et de Louis XV ont vu la publication d’Histoires de France réputées, grands succès de librairie souvent réédités : Histoire de France de François de Mézeray dans les années 1640-1650, Histoire de France de Claude Velly un siècle plus tard4.

Continuer la lecture de L’Enseignement de l’Histoire sous la Révolution et l’Empire

  1. Même si cet intérêt a bien entendu existé sous l’Ancien Régime : cf. La Monarchie absolutiste et l’histoire en France : théories du pouvoir, propagandes monarchiques et mythologies nationales : colloque tenu en Sorbonne les 26-27 mai 1986 / [organisé par le Centre de recherches sur l’Occident moderne de l’Université de Paris IV]. Paris, Presses de l’université de la Sorbonne, 1987. []
  2. M. Laurain, « Les travaux d’érudition des Mauristes : origine et évolution », Revue d’Histoire de l’Église de France, t.43 (1957), p.231-272. []
  3. Histoire de l’édition française / sous la dir. de Henri-Jean Martin et Roger Chartier. Tome 2, Le livre triomphant, 1660-1830. Paris, Promodis, 1984. []
  4. En particulier : François Eudes, sieur de de Mézeray (1610-1683), commissaire des guerres et pensionné de Richelieu publia de 1643 à 1651 une Histoire de France en 3 volumes dédiée à Louis XIII. Libre-penseur et critique du système fiscal, il perdit sa pension sur ordre de Colbert mais fut toutefois élu à l’Académie française en 1675.  Son Histoire de France fut un immense succès d’édition et Sainte-Beuve la considérait encore au XIXe siècle comme « une lecture des plus fertiles et des plus nourrissantes pour l’esprit ». []

Fabien PLAZANNET

Directeur du département Philosophie-Histoire-Sciences de l'homme à la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Faites parler les images ! une séance de caricatures évoquée à la chambre des députés en 1884

Notre jeu sur les images se poursuit. Saurez-vous retrouver pourquoi la chambre des députés parla de caricatures pendant l’une de ses séances en 1884 ? Pourquoi l’affaire évoquée faisait-elle tant de bruit ? De quel caricaturé célèbre était-il question ?

Continuer la lecture de Faites parler les images ! une séance de caricatures évoquée à la chambre des députés en 1884

Faites parler les images ! un poupon en apothéose

Saurez-vous deviner quelle légende l’auteur avait donnée au dessin humoristique ci-dessus ?

Si les éléments du dessin ne vous suffisent pas, voici quelques indices :

  • un des numéros du Rire de février 1902 devrait vous aider à trouver la solution
  • l’image mise en avant au tout début de cette brève pourrait compléter la légende
  • la légende que vous devez retrouver est une citation que l’on peut associer à une saison évoquée par le dessin ci-dessous
La ronde des saisons : trente-sept Maquettes de costumes / par Charles Bétout, 1905. Gallica (BnF).

Les images ont parlé ! L’album d’un député aux champs

Dans un précédent billet, nous vous mettions au défi de retrouver l’album représentant les actions d’un député de la Lozère sous le Second Empire.

Les moyens de retrouver cet album étaient multiples. Vous pouviez rechercher la liste des députés de la Lozère à cette période puis taper leurs noms dans Gallica. Vous pouviez, dans Gallica comme dans Retronews, tenter une recherche en associant par exemple album, député,  et Lozère. Vous pouviez encore rechercher l’expression que nous vous avions donnée (une insurrection démagogique), bien entre guillemets et en limitant les dates au Second Empire, etc. , etc1. Continuer la lecture de Les images ont parlé ! L’album d’un député aux champs

  1. Pour aller plus loin dans ce type de recherches, voir dans ce carnet les billets Gallica pour les historiens et Retronews pour les historiens. []

Les images ont parlé ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Dans un précédent billet (que vous pouvez (re)lire ici), le Blog Histoire vous a présenté une série de 9 vignettes, issue de La Petite République, qui avait provoqué un beau tollé  en 1882. En effet, l’Assemblée nationale y était présentée comme une bande d’élèves indisciplinés et irrespectueux. Leur « professeur », Gambetta, ne rétablissait le calme qu’en prononçant la dissolution de la Chambre. L’auteur des vignettes, le caricaturiste Pépin, était soupçonné de maladresse, voire de participer à une orchestration politique. Certains journaux insinuaient en effet que La Petite République, dont l’un des actionnaires majoritaires était Gambetta en personne, ne pouvait avoir publié ces dessins que par goût du césarisme… Continuer la lecture de Les images ont parlé ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Faites parler les images ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Le thème des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2018 sera la puissance des images. Et si on s’entraînait un peu ?!

Il est fréquent dans la presse du XIXe siècle de relayer, commenter, voire de « sous-titrer »  de manière sarcastique les images publiées par d’autres supports. Le carnet de recherches L’Histoire à la BnF vous propose de découvrir aujourd’hui cet usage à travers une série de 9 vignettes, « Le pensionnat Bourbon », publiée le 5 février 1882 dans le supplément de La Petite République.

Continuer la lecture de Faites parler les images ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Jeu de l’été – Faites parler les images !

Afin de préparer les prochains Rendez-vous de l’histoire de Blois (10-14 octobre 2018) dont le thème sera « LA PUISSANCE DES IMAGES », le carnet L’Histoire à la BnF vous invite à un petit jeu de l’été.

***FAITES PARLER LES IMAGES !***

En une petite série de billets énigmes, entraînez-vous à identifier des personnages caricaturés ou à retrouver des images qui ont créé le « buzz » au XIXe siècle…

Énigmes : Faites parler les images !

n° 1 / « Le pensionnat Bourbon » (1882)

n°2 / « L’album d’un député aux champs »

n°3 / « Un poupon en apothéose ! »

Solutions : Les images ont parlé !

n° 1 / « Le pensionnat Bourbon » (1882)

n° 2/ « L’album d’un député aux champs »

****NOUVEAU ****  n°3/ « Un poupon en apothéose »

Rendez-vous également en septembre pour d’autres énigmes et pour le programme des interventions de la BnF aux Rendez-vous de l’histoire de Blois.

 

 

Voyager seule : 150 ans de clichés

Photo de couverture : Photo by Jessica Devnani from Burst

2018 marque le cent cinquantenaire de la naissance d’Alexandra David-Néel (1868-1969), souvent considérée comme la plus grande des voyageuses françaises, du fait de sa longévité et de la difficulté d’accès aux endroits qu’elle a explorés. Mais elle ne fut pas la première des voyageuses françaises, loin s’en faut, comme le montre par exemple l’essai de Françoise Lapeyre : Le Roman des voyageuses françaises (1800-1900).

Un des intérêts de cet ouvrage est d’évoquer la façon dont les premières voyageuses étaient considérées. La simple citation de l’Année littéraire en 1867 donne le ton : « S’il leur arrive quelque mésaventure, la pitié que l’on ressent est moins grande : elles n’avaient qu’à rester chez elles ». Même si les propos sont moins violents, c’est aussi ce que rapporte Jane Dieulafoy en 1887 :

Quelques amis bien intentionnés tentèrent de me détourner d’une expédition, au demeurant fort hasardeuse, et m’engagèrent vivement à rester au logis […] Je sus résister à toutes ces tentations. À cette nouvelle on me traita d’originale, accusation bien grave en province ; mes amis les meilleurs et les plus indulgents se contentèrent de douter du parfait équilibre de mon esprit1.

Continuer la lecture de Voyager seule : 150 ans de clichés

  1. Jane Dieulafoy, La Perse, la Chaldée et la Susiane. Paris, Hachette & Cie, 1887. Page 2. []

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

Nadar, « Les philosophes du jour », Petit Journal pour rire, 1856. n° 42. BnF, Département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme. Cote : 4-LC2-3830.

Instituée à l’été 1855 après plus d’un demi-siècle d’hésitations (voir billet précédent), la taxe sur les chiens entre en vigueur en 1856. Elle doit être comprise entre un à dix francs et distingue deux classes de chiens, l’une dite d’agrément l’autre utilitaire.  Les législateurs ont prévu qu’elle rapporterait des sommes importantes aux communes, et permettrait de diminuer le nombre de chiens errants donc de lutter contre la rage alors meurtrière. Ils ont aussi argué que la nourriture consacrée aux chiens pourrait revenir  à des populations mal nourries. Les premières réactions de la presse en 1855 sont spéculatives : on a volontiers imaginé que les propriétaires allaient se débarrasser de leurs chiens. S’il semble en effet que certains d’entre eux ont  noyé ou abandonné leurs bêtes avant l’entrée en vigueur du nouvel impôt, les caricatures dépeignent surtout des stratégies de résistance des rétives et rétifs à la taxe mais  désireux de conserver leur animal. Cet écart  par rapport à une littérature réaliste qui s’est plus volontiers penchée sur l’élimination sordide des animaux1 montre une fois encore qu’on doit envisager la presse satirique comme une caisse de résonance plus subtile qu’il n’y paraît des mutations sociétales.

Continuer la lecture de Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

  1. Par exemple dans Les Contes de la Bécasse de Maupassant : « Elle n’avait nullement songé à l’impôt, et quand on lui réclama huit francs, – huit francs, Madame ! – pour ce freluquet de quin qui ne jappait seulement point, elle faillit s’évanouir de saisissement. Il fut immédiatement décidé qu’on se débarrasserait de Pierrot. » Voir Éric Baratay, « Chacun jette son chien. De la fin d’une vie au XIXe siècle », Romantisme, 2011/3 (n°153), p. 147-162. En ligne ici. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts