Archives de catégorie : histoire contemporaine

Automédone, cocherette ou cochonnette, un accès de fièvre satirique et machiste devant les premières femmes cochers ? (partie II)

Dans le billet précédent, nous avons vu que la simple évocation de femmes devenant cochers (ou cochères) à Paris a généré en 1906 et 1907 nombre de plaisanteries sexistes qui recyclaient entre autres les classiques stéréotypes sur la répartition des tâches entre femmes et hommes, et la prétendue incapacité féminine à embrasser certaines professions. Découvrons maintenant comment se sont déroulés les débuts des cochères et essayons de comprendre quel rôle elles ont pu jouer dans l’effervescence qui les a entourées. En effet, cette agitation se déroule principalement en période de Carnaval…

Le Pêle-Mêle, 21 avril 1907. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Automédone, cocherette ou cochonnette, un accès de fièvre satirique et machiste devant les premières femmes cochers ? (partie II)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Automédone, cocherette ou cochonnette, un accès de fièvre satirique et machiste devant les premières femmes cochers ? (partie I)

Bobèche, « Les Colignettes« , La Lanterne, 12 mars 1907. Gallica (BnF).

 

En 1907, des Parisiennes obtiennent pour la première fois le droit de devenir cochers, si elles satisfont à un examen jusque-là  réservé aux hommes. À la préfecture de police, un jury masculin décerne le diplôme après avoir vérifié que les impétrant(e)s connaissent l’art de soigner les chevaux, les itinéraires pour se rendre d’un lieu à un autre, les différentes manœuvres dont la plus technique est le remisage des voitures. Cette nouveauté ne manque pas de passionner les badauds et la presse. Au XIXe siècle, on s’est esbaudi devant les bas-bleus, les premières bachelières, avocates, doctoresses et les premières revendications féministes, on a transformé les révolutionnaires de sexe féminin en Vésuviennes (1848), en mégères pétroleuses (1871). C’est dire si des femmes qui embrassent une profession virile ont alors toutes les chances de subir des moqueries… Virile ? Le fait de conduire semble en effet d’hier à aujourd’hui cristalliser les stéréotypes de la domination masculine supposée sur les femmes1. Embrasser une profession jusqu’alors occupée par des hommes, conduire, véhiculer des gens, dresser des animaux,  paraît alors une transgression aux yeux d’une grande partie de la population. Dans ses différents travaux, Juliette Rennes a montré le caractère exceptionnel de l’épisode : des femmes ont pu forger le projet de devenir cochères « aux portes d’une corporation non-mixte dans laquelle ni les employeurs ni les féministes ne les incitaient à pénétrer », grâce à « la création, en mai 1906, de l’École des cochers et des charretiers, fondée par une petite société de bienfaisance, l’Assistance aux animaux […] branche dissidente de la plus ancienne et visible Société protectrice des animaux2 ». L’auteure a recensé  pour la seule période allant de novembre 1906 (première annonce de la préparation de l’examen de cocher par des femmes) à avril 1907 (seconde promotion de femmes cochers), plus de 200 articles, tout autant de cartes postales, des films et des objets. Nous nous intéresserons ici à l’accès de fièvre satirique qui a accompagné voire devancé ce barnum médiatique3. Humoristes, dessinateurs, journalistes en quête de bons mots, sont alors en très grande majorité des hommes. S’ils ne sont pas nécessairement phallocrates, ils n’ont pu le plus souvent s’empêcher de contribuer à une fièvre machiste, ou du moins d’en souligner les stéréotypes afin de complaire à un public friand (ou supposé friand ?) de ce type de blagues. Continuer la lecture de Automédone, cocherette ou cochonnette, un accès de fièvre satirique et machiste devant les premières femmes cochers ? (partie I)

  1. Voir le rapport 2016 du Sénat en ligne : « Sur les femmes et l’automobile : un enjeu de lutte contre la précarité, d’orientation professionnelle et de déconstruction des stéréotypes ». []
  2. Juliette Rennes, « Cochères parisiennes, le risque en spectacle », Travail, genre et sociétés, 2016/2 (n° 36), p. 37-59. []
  3. Voir sur Retronews l’écho de presse de Marina Bellot : « La première femme cochère de France, événement inouï pour les Parisiens ». []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Les images ont parlé ! Mais qu’attendent-ils ?

Vous deviez deviner pourquoi ces gens attendaient sous un arbre1. Les différents indices donnés par la devinette (à (re)voir ici) convergeaient vers des châtaigniers et des marronniers à Paris et en région parisienne. La dernière image évoquait le printemps et comportait la date du 20 mars. Continuer la lecture de Les images ont parlé ! Mais qu’attendent-ils ?

  1. Vous retrouverez cette image ici dans Gallica. La légende – que nous ne pouvions vous donner dans la devinette ! – est : « Marronnier du 20 mars. – Le gendarme : eh ! le marronnier ? Sortez donc vos feuilles d’identité ? S.V.P. ? ». []

Ressources autour de la Commune (1871)

À l’occasion des 150 ans de la Commune de Paris, nous vous proposons de découvrir les ressources de la BnF, des focus sur des thématiques précises, ainsi qu’une sélection de sites et blogs consacrés totalement ou en partie à ces 72 jours qui ont marqué l’histoire et les mémoires.

Le 10 juin 2021, se tiendra  à la BnF une journée d’étude (« Nommer et raconter la Commune ») dont le programme sera bientôt en ligne.

Continuer la lecture de Ressources autour de la Commune (1871)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Journée d’étude : Napoléon, l’enseignement et les bibliothèques (diffusion en ligne – 12 mars 2021)

Romain Jeuffroy, Napoléon Bonaparte, buste de profil, à droite, avec l’habit de premier Consul, camée, 1801. Gallica (BnF).

Journée d’étude « Napoléon, l’enseignement et les bibliothèques »

La journée d’étude a été mise en ligne sur la chaîne youtube et le site de la BnF au moment même de sa diffusion en direct, vendredi 15 mars. Elle est désormais disponible aux adresses suivantes :
https://www.bnf.fr/fr/agenda/napoleon-lenseignement-et-les-bibliotheques et https://www.youtube.com/watch?v=inznpI7mUSE&t=1s

 

(Diffusion en ligne, 12 mars 2021 – Informations pratiques ici, sur l’Agenda de la BnF)

Dans le cadre des commémorations de l’ « Année Napoléon 2021 », une journée d’étude revient sur les réformes éducatives de l’Empire et le rapport de Napoléon aux bibliothèques. Continuer la lecture de Journée d’étude : Napoléon, l’enseignement et les bibliothèques (diffusion en ligne – 12 mars 2021)

Écrire l’histoire des femmes : quelles ressources à la BnF ?

La place des femmes dans l’histoire peut être étudiée via de nombreux axes de recherche. L’histoire des figures féminines, des groupes sociaux ou du féminisme sont autant de champs pouvant être appréhendés dans une perspective socio-économique, religieuse, politique, morale, juridique…

Publications militantes, scientifiques, officielles, bibliographies… L’histoire des femmes est donc une thématique traversant une grande diversité de collections conservées par la BnF, qu’il s’agisse d’imprimés, de manuscrits, d’iconographie, d’objets.

Ce billet présente une sélection parmi les nombreuses ressources sur ce sujet, de même qu’une aide méthodologique à la recherche.

Trois études de tête de Saskia, par Rembrandt Harmenszoon van Rijn (1606-1669). Estampe (eau-forte, 3e état), vers 1637. Estampes et photographie, RESERVE BOITE ECU-CB-13 (A, 36). Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Écrire l’histoire des femmes : quelles ressources à la BnF ?

Yann Kergunteuil

chargé de collections Histoire de l'Europe centrale, Europe du Nord, Asie, au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Napoléon à la BnF : les fonds imprimés

A. Mastini. Napoléon Ier, tête nue, de profil, vers la droite. Camée. BnF, Monnaies, médailles et antiques. Gallica (BnF).

Fréquentée par Napoléon Ier, la Bibliothèque nationale, devenue impériale, fut l’objet d’une attention régulière de l’Empereur qui projeta diverses évolutions et reconstructions et lui affecta d’importants subsides pour qu’elle s’organise après l’afflux massif de documents consécutif aux confiscations révolutionnaires. Napoléon Ier est aussi le créateur en 1811 de la Bibliographie de la France (alors intitulée Bibliographie de l’Empire français), qui depuis deux siècles recense systématiquement à partir du dépôt légal l’ensemble de la production éditoriale française1.

La mémoire de l’Empire est présente dans de nombreuses collections et dans presque tous les départements de la Bibliothèque nationale de France (BnF) : écrits personnels de l’Empereur et de son entourage, témoignages et études sur son action ou son règne, production imprimée – la presse notamment – réalisée sous l’Empire, documentation iconographique – cartes ou estampes-, monnaies et médailles – de celui qui fut le créateur du Franc Germinal…

Ce billet présente succinctement les principaux fonds imprimés en rapport avec Napoléon Ier et son règne.

Continuer la lecture de Napoléon à la BnF : les fonds imprimés

  1. Voir le site de la Bibliographie nationale française. []

Fabien PLAZANNET

Directeur du département Philosophie-Histoire-Sciences de l'homme à la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie IV. La ruée vers les vaccins lors d’une épidémie de variole (1907)

Le Journal amusant, 6 avril 1907. Gallica (BnF).

Dans les billets précédents1, nous avons constaté que les mesures prophylactiques (isolement, masques, etc.) prises contre les épidémies aux XIXe et XXe siècles ont pu être raillées voire même pour certaines boudées par la population. Le premier vaccin, celui employé contre la variole depuis le début du XIXe siècle, n’est devenu obligatoire pour toutes et tous qu’en 1902. Si l’on en croit la presse,  les autorités ont dû faire face en urgence à de très nombreuses demandes de vaccination ou de re-vaccination lors des épidémies : c’est le cas en 1907 lorsque la variole hémorragique (ou « variole noire ») provoque plusieurs décès … Continuer la lecture de Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie IV. La ruée vers les vaccins lors d’une épidémie de variole (1907)

  1. Voir cette série et les billets de la série humour et épidémies []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Les Animaux dans la Grande Guerre – Partie IV, «Trésors d’archives » et mémoire vive sur le web

 Les commémorations du Centenaire de la Guerre de 1914-1918 ont mobilisé de nombreux acteurs, et le large accès  en ligne à des documents  numérisés qui s’y rapportent, dont certains  issus de collections privées totalement inédites confiées par des particuliers à l’occasion des trois campagnes de la Grande Collecte organisée sur tout le territoire par le réseau des Archives de France, la Mission du Centenaire et la BnF, a permis un renouvellement sans précédent de l’historiographie du conflit.

Une partie des travaux  des particuliers, des associations, des historiens, des institutions, des journalistes, qui se sont penchés sur le sort des animaux dans le conflit, a laissé une trace en ligne. Cette information numérique variée est venue compléter, et souvent commenter, les fonds d’archives déjà constitués autour de la Première Guerre mondiale, et les témoignages de ses contemporains. Continuer la lecture de Les Animaux dans la Grande Guerre – Partie IV, «Trésors d’archives » et mémoire vive sur le web

Patricia Hodiesne

Gestionnaire de collections en histoire au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Les pays baltes dans l’entre-deux-guerres : reconnaissance et indépendance au miroir de l’histoire

À l’occasion de la reprise du cycle de conférences Naissance d’un nouveau monde, consacré à l’Europe centrale dans l’entre-deux-guerres, ce billet vous invite à mieux connaître l’histoire des pays baltes, ainsi que leur situation politique, économique et culturelle entre les deux conflits mondiaux.

 

Carte de la Baltique (1940 – Gallica. BnF, Cartes et plans, GE C-15168)

Continuer la lecture de Les pays baltes dans l’entre-deux-guerres : reconnaissance et indépendance au miroir de l’histoire

Yann Kergunteuil

chargé de collections Histoire de l'Europe centrale, Europe du Nord, Asie, au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts