Archives de catégorie : histoire contemporaine

Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

Nadar, « Les philosophes du jour », Petit Journal pour rire, 1856. n° 42. BnF, Département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme. Cote : 4-LC2-3830.

Instituée à l’été 1855 après plus d’un demi-siècle d’hésitations (voir billet précédent), la taxe sur les chiens entre en vigueur en 1856. Elle doit être comprise entre un à dix francs et distingue deux classes de chiens, l’une dite d’agrément l’autre utilitaire.  Les législateurs ont prévu qu’elle rapporterait des sommes importantes aux communes, et permettrait de diminuer le nombre de chiens errants donc de lutter contre la rage alors meurtrière. Ils ont aussi argué que la nourriture consacrée aux chiens pourrait revenir  à des populations mal nourries. Les premières réactions de la presse en 1855 sont spéculatives : on a volontiers imaginé que les propriétaires allaient se débarrasser de leurs chiens. S’il semble en effet que certains d’entre eux ont  noyé ou abandonné leurs bêtes avant l’entrée en vigueur du nouvel impôt, les caricatures dépeignent surtout des stratégies de résistance des rétives et rétifs à la taxe mais  désireux de conserver leur animal. Cet écart  par rapport à une littérature réaliste qui s’est plus volontiers penchée sur l’élimination sordide des animaux1 montre une fois encore qu’on doit envisager la presse satirique comme une caisse de résonance plus subtile qu’il n’y paraît des mutations sociétales.

Continuer la lecture de Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

  1. Par exemple dans Les Contes de la Bécasse de Maupassant : « Elle n’avait nullement songé à l’impôt, et quand on lui réclama huit francs, – huit francs, Madame ! – pour ce freluquet de quin qui ne jappait seulement point, elle faillit s’évanouir de saisissement. Il fut immédiatement décidé qu’on se débarrasserait de Pierrot. » Voir Éric Baratay, « Chacun jette son chien. De la fin d’une vie au XIXe siècle », Romantisme, 2011/3 (n°153), p. 147-162. En ligne ici. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie I)

Imagerie d’Epinal. N° 345, Une histoire de chien : [estampe] / P. D. Pellerin & Cie, imp.-édit. [Epinal, 1896]. Gallica (BnF).

Un impôt sur les chiens ? Il a bel et bien existé en France entre 1855 et 1971, comme le soulignent nombre d’articles sur internet qui s’amusent ou s’indignent de cette ancienne fiscalité.

On s’intéressera ici non pas au point de vue du contribuable lassé par les nouvelles taxes au XIXe siècle (impôt sur les portes et fenêtres en 17981 ; etc.) mais à ce qui détermine la mise en place de cet impôt, et à la manière dont il est accueilli par la population. En effet, la taxe canine vue au travers de la presse satirique permet de mieux appréhender la relation des Français à leurs animaux domestiques en ce milieu de XIXe siècle. Continuer la lecture de Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie I)

  1. Clément Coste, « Penser l’impôt au XIXe siècle. Controverses fiscales et contributions saint-simoniennes dans la France des années 1830 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Il y a cinquante ans … « Mai 68 » et la BnF

Affiche, 45 x 64 cm – Atelier populaire de l’ex-École des beaux-arts BnF, Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3926.

Du 17 avril 2018 au 26 août 2018, la Bibliothèque nationale de France propose une exposition intitulée «Icônes de Mai 68 – Les images ont une histoire ». On trouvera tous les renseignements pratiques concernant cette exposition ici. Une exposition virtuelle permet une première découverte de ces icônes, complétée par des interviews de personnes qui ont collecté certains de ces documents il y a cinquante ans. À consulter sans modération ici.

 Envie de lectures en ligne ? Sur le blog des lecteurs, Julien Farenc évoque « Chris Marker ou La mémoire imparfaite», tandis qu’Olivier Jacquot sur le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France nous parle de « Mai 68 à la BnF : tradition et innovation dans la sauvegarde de sources de l’histoire du temps présent ».
Avec « L’autre printemps 68 : « ne prenez plus les auspices, prenez le pouvoir  » », le carnet de recherches L’Antiquité à la BnF, nous fait découvrir la révolte fomentée contre Néron en l’an 68 de notre ère…
Besoin de bibliographies récentes sur mai 68 ? La BnF vous propose une bibliographie intitulée « 68, la parole libérée ».
Enfin, n’oubliez pas de consulter le site soixante-huit qui fédère le programme de plusieurs partenaires culturels, à Paris et en Ile-de-France.
Affiche, 80 x 60 cm – Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3684

L’archéologie de la Grande Guerre vue de l’est [Conférence du mercredi 23 mai, à 18h30]

archive ill. 1 Champ de bataille de Verdun (Auteur : R. de Matos Machado, mars 2015)

Le mercredi 23 mai, M. Michaël Landolt et Mme Stéphanie Jacquemot, archéologues auprès du Service régional de l’archéologie à la Direction Régionale des Affaires Culturelles du Grand Est donneront des conférences illustrant deux facettes de l’apport de l’archéologie à la connaissance de la Grande Guerre dans la région Grand Est.

Pour les informations pratiques (lieu, horaires), voir ici.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Continuer la lecture de L’archéologie de la Grande Guerre vue de l’est [Conférence du mercredi 23 mai, à 18h30]

Vidal de la Blache, un historien au service de la géographie

Cent ans après sa mort, Paul Vidal de la Blache (1845 – 1918), considéré comme le fondateur de l’École française de géographie, reste une figure marquante mais méconnue de la géographie hexagonale. Ainsi Les Mots de la géographie proposent une entrée « vidalien » en précisant que Vidal de La Blache est le « seul géographe français à avoir donné naissance à un nom commun : on est vidalien si l’on s’inscrit dans la ligne du maître. Mais  » vidalisme  » n’existe pas, il s’agit donc d’une tendance intellectuelle et non d’un apostolat affirmé ». Et Vidal de la Blache continue à être matière à débats : il a ainsi dans le Dictionnaire de la géographie de Jacques Levy et Michel Lussault (nouvelle édition, 2013) deux entrées à son nom. L’une, peu élogieuse, lui reconnaît cependant le mérite d’avoir fait « d’une spécialité, déjà bien présente dans les univers de l’école et de l’exploration coloniale, une discipline universitaire reconnue », même s’il s’agit d’« une géographie d’État » ; l’autre, plus flatteuse, précise qu’« il faut encore relire cette œuvre et la replacer dans son contexte afin de percer à travers la masse de stéréotypes qui la noient ».

Paul Marie Vidal de la Blache] [Image fixe] / J. Geiser. Département Société de Géographie, SG PORTRAIT-1065. BnF (Gallica).

C’est que Vidal de la Blache apparaît comme un pur produit de la III e République naissante. Comme le remarque son biographe André-Louis Sanguin :

Au cours de sa carrière, il développa une sorte de schéma personnel  « républicaniste » en parfait accord avec la France de l’époque : libéralisme teinté de solidarité sociale, nationalisme, colonialisme, ruralisme fidèle au terroir, foi dans la science et le progrès, pragmatisme face aux problèmes1.

Vidal de La Blache : 1845-1918 : un génie de la géographie / par André-Louis Sanguin. Paris, Belin, 1993. BnF, Département Philosophie, Histoire, sciences de l’homme.

Or la vie de Vidal, c’est avant tout son enseignement et son œuvre. Historien de formation, il s’oriente dès le début des années 1870 vers la géographie avec un poste à l’Université de Nancy. Il vient ensuite à Paris où il enseignera à l’École Normale Supérieure puis à la Sorbonne. Il aura entre autres comme élèves Albert Demangeon2, Emmanuel de Martonne qui deviendra son gendre, et Marcel Dubois. C’est avec ce dernier qu’il fonde en 1891 la revue des Annales de géographie. Il y contribuera jusqu’à sa mort, non seulement par des articles de fond dont certains seront plus tard repris, parfois transformés, en volumes mais aussi par de nombreux comptes-rendus de lectures et des hommages  : il restera en effet toute sa vie attentif à la production et à l’évolution de la géographie avec un intérêt particulier pour les grands géographes allemands, notamment Ratzel dont la géographie politique retient son attention.

La géographie est surtout pour lui une question d’enseignement, ce dont témoigne la parution en 1885 de l’importante collection de cartes murales destinées aux élèves, complétées plus tard d’atlas qui sont toujours réédités aujourd’hui.

France: départements / Paul Vidal de La Blache. Paris,A. Colin, 1885. Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE AA-25. Gallica (BnF).

Le Tableau de la géographie de la France (1903) reste son livre le plus célèbre, toujours réédité. Il a été l’objet d’une remarquable étude critique sous la direction de Marie-Claire Robic.

Il s’agit d’ailleurs, on l’oublie trop souvent, du premier volume de l’Histoire de France depuis les origines jusqu’à la Révolution dirigée par Ernest Lavisse, Histoire qui comme l’indique son titre s’arrête à la Révolution. Le Tableau de la géographie de la France est donc essentiellement physique et s’attache à décrire et définir le territoire français dans ses limites, à « territorialiser la nation »  :

Vidal insiste sur ce qui est fixe et permanent, ce qui a pu induire une interprétation passéiste ou ruraliste  de son message3.

Ce livre fera beaucoup pour l’image d’un Vidal peu soucieux de la géographie humaine et sera pendant longtemps  « le modèle des descriptions de géographie régionale »4 avec tout ce que cette expression peut parfois comporter de péjoratif ou de vieilli.

Mais à se focaliser sur ce titre on en oublie d’autres aspects essentiels des réflexions de Vidal que l’on trouve par exemple dans son article sur la géographie humaine, paru lui aussi en 1903 ou celui sur les régions françaises publié en en 1910. Ces textes montrent, comme les nombreux autres articles publiés par Vidal, une attention particulière à l’évolution du monde qui l’entoure, une prise en compte des problèmes contemporains et une réflexion sur le rôle que la géographie peut ou doit y jouer. C’est le cas de La France de l’Est (1917), livre presque oublié quand Yves Lacoste l’a réédité et présenté en 1994. Pour ceux qui en ignoraient jusqu’à l’existence, cet ouvrage est une découverte puisqu’il n’est « pas seulement un « ouvrage de circonstance », c’est un grand livre de géographie politique », dans lequel Vidal d’efforce de montrer l’appartenance à la France des « territoires perdus ».

Le fait que cet ouvrage, comme le dit Yves Lacoste, « a été et est encore passé sous silence par la corporation des géographes » est symptomatique de l’image dans laquelle Vidal est enfermé : celle d’une géographie et d’un monde figés. Or la géographie de Vidal est une géographie en mouvement, qui évolue. Et son œuvre, comme celle de tous les géographes, est tributaire de l’époque et du contexte dans lesquels elle s’écrit. Sa postérité aussi. Elle est d’abord due à Emmanuel de Martonne qui réunit quelques-uns des derniers articles vidaliens dans un ouvrage posthume : Principes de géographie humaine (1922), tandis que Lucien Gallois assure la publication de la Géographie universelle dont Vidal de La Blache n’avait pu faire que le plan.

Principes de géographie humaine / P. Vidal de La Blache ; Paris : A. Colin, 1922. Dptmt Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-G-10919

Et si « pendant pratiquement cinquante ans, Vidal de La Blache fut considéré comme le père incontesté de la géographie française […] les années 60 ont vu cette façade se lézarder et la rupture se manifester contre l’héritage de cette école5 ».  Pourtant, dans ses entretiens avec Jean-Louis Tissier, Julien Gracq dit toute l’admiration et l’affection qu’il a pour le Tableau de la géographie de la France :

Je le relis de temps en temps, il n’a pas vieilli, il est devenu historique, c’est autre chose. Ce livre me touche aussi beaucoup parce qu’il n’y a pas ici insensibilité en face des paysages géographiques. L’auteur se laisse toucher, il a une réaction affective. Il parle de la tristesse que l’on a à quitter les paysages du Midi, très marqués, très ensoleillés pour aller vers les horizons du Nord. Comme je ressens les paysages de manière assez nette dans ce sens, cela m’est sympathique6.

=> Pour aller plus loin :

  1. André-Louis Sanguin, Vidal de La Blache : 1845-1918 : un génie de la géographie. Paris, Belin, 1993. []
  2. Un géographe de plein vent : Albert Demangeon, 1872-1940. Paris, éditions des Cendres, 2018, en cours d’acquisition. Catalogue de l’exposition présentée à la Bibliothèque Mazarine, préface de Yann Sordet, textes de Nicolas Ginsburger, Patrick Latour, Marie-Claire Robic, Denis Wolff []
  3. Voir Le « Tableau de la géographie de la France » de Paul Vidal de La Blache  : dans le labyrinthe des formes / sous la dir. de Marie-Claire Robic. Paris, CTHS, 2000. []
  4. Voir Yves Lacoste, « A bas Vidal … viva Vidal ! », Hérodote : stratégies, géographies, idéologie, octobre 1970. []
  5. Dictionnaire de la géographie et l’espace des sociétés sous la direction de Jacques Lévy et Michel Lussault, Nouvelle édition revue et augmentée. Paris, Belin, 2013. []
  6. Julien Gracq, Œuvres complètes. II . Paris, Gallimard, 1995. []

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy [Conférence du mercredi 11 avril, à 18h30]

Camp de Drancy, cliché issu des fonds de l’ Allgemeiner Deutscher Nachrichtendienst – Zentralbild (Bild 183) Bundesarchiv, Bild 183-B10919 / Wisch / CC-BY-SA 3.0

 

Le mercredi 11 avril M. Benoît Pouvreau, chercheur au Service du patrimoine culturel, Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis donnera une conférence intitulée « Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy ».

Pour les informations pratiques (lieu, horaires), voir ici.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Estampe à l’eau-forte de Georges Horan-Koiransky en couverture de Le Camp de Drancy (seuil de l’enfer juif) de G. Horan-Koiransky, 1947 (Archives départementales de la Seine-Saint-Denis)


Le classement au titre des Monuments historiques (2001) puis la première restauration engagée ont beaucoup renforcé le temps dédié à la cité de la Muette, théâtre du camp de Drancy entre 1941 et 1944. En 2009, un important corpus de graffiti d’internés fut mis au jour. Sa valorisation fut en partie articulée à un projet plus vaste de mise en réseau des lieux d’histoire de la Déportation du département. La médiation de celui-ci permis une redécouverte : l’œuvre d’un interné connu par quelques estampes constituant, en fait, un ensemble cohérent et majeur. Dessinateur mais aussi écrivain, Georges Horan-Koiransky fut, enfin, un témoin clé documentant d’une façon unique le lieu de départ des convois de déportation en gare du Bourget-Drancy, ultime sujet de recherches autour de ce site primordial de la persécution des Juifs de France.

Bibliographie

  • Curdy M., « L’étude préalable et la conservation – restauration des graffiti des internés au camp de Drancy », CeROArt, revue électronique[En ligne], EGG 2 | 2012, mis en ligne le 19 juin 2012 : http://ceroart.revues.org/2598
  • Fichet de Clairfontaine F., « Pour fouiller les camps d’enfermement de la seconde guerre mondiale ? », Les nouvelles de l’archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2016 : http://journals.openedition.org/nda/3410
  • Horan-Koiransky G., Le camp de Drancy, seuil de l’enfer juif : dessins et estampes, 1942-1947, [Ivry-sur-Seine] : Créaphis éditions, 2017. BnF Tolbiac – Magasin inv.  2017-298757
  • Pouvreau B. (dir.), Curdy M., Peschanski D. & Zimmer T. Les graffiti du camp de Drancy. Des noms sur des murs. Gand, [Bobigny], éditions Snoeck, CG93, 2014. BnF Tolbiac – Magasin inv. 2016-257833
  • Pouvreau B., « La stratigraphie complexe du camp de Drancy », Les nouvelles de l’archéologie [En ligne], 137 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016: http://journals.openedition.org/nda/2604
  • Sarcey P.,  Endewelt R., Razynscki A., « Cité de la Muette – Des archives audiovisuelles pour l’histoire du camp de Drancy et de la résistance juive », Conférence en ligne du 29 janvier 2015 à la BnF
  • Wieviorka A., Laffitte M. À l’intérieur du camp de Drancy. Paris, Perrin, 2012. BnF Tolbiac – Magasin inv.   2012-106616

1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Dans un précédent billet, j’évoquais le charivari orchestré à partir des idées des socialistes « utopiques » de 1848, et comment il s’est concentré autour de Cabet, Considerant, Leroux et Proudhon. Ces quatre « meneurs », désormais accompagnés de symboles récurrents comme la queue terminée par un œil de Considerant, ou par exemple  la redingote crasseuse et le peuplier de Leroux, obtiennent dans la presse satirique une place proportionnelle à leur présence à l’Assemblée et/ou à leurs écrits dont l’inventivité stimule parodie et imagination. Nous verrons dans ce billet comment les caricaturistes oscillent entre stigmatisation et sacralisation des utopistes, allant jusqu’à présenter leurs écrits comme une nouvelle religion.  Puis nous nous demanderons de qui ou de quoi l’on se moque précisément dans ces caricatures.

Continuer la lecture de 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

« L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science

Caricature accompagnant l’article « la fin des érudits », révélatrice du climat de suspicion autour de l’ordinateur, aux débuts de son utilisation .

 

Cet article résume la conférence « « L’historien de demain sera programmeur… » Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover ».

À partir des années 1960, Emmanuel Le Roy Ladurie, disciple de Fernand Braudel, incarne brillamment l’École des Annales et contribue à sa renommée en France et au-delà des frontières. Son œuvre lui a valu les appréciations les plus enthousiastes de ses pairs, qui ont salué en lui un « un grand historien », un « historien total », un « magicien » de l’histoire1.

Aussi exceptionnel est l’accueil que ses ouvrages ont rencontré de la part du grand public. Sa vivacité, sa simplicité, son sens de la formule et son humour ont permis à certains de saluer en lui un « nouveau Michelet »2. Mais l’histoire illustrée par Emmanuel Le Roy Ladurie ne se distingue pas seulement par les qualités de son récit. Elle est marquée aussi fortement par les nouvelles méthodologies et, peut-on dire, les nouvelles technologies de la recherche qui en sont encore à leurs débuts au moment où il fait ses armes.

Continuer la lecture de « L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science

  1. Jacques Le Goff, « Un grand territoire pour un grand historien », Psychologie, n° 106, novembre 1978, p. 90-92 ; Peter Lennon, « Annales of a Total Historian », Times, 8 décembre 1984, p. 6 ; Lauro Martines, « Emmanuel Le Roy Ladurie, Magician of History », The Washington Post, 19 décembre 1982, p. 6. []
  2. Apud André Burguière, « L’historien et l’actualité », texte ms. en vue d’un colloque à Chartres, qui finalement n’a pas eu lieu. []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie I)

Résultat de recherches iconographiques à travers les collections de journaux satiriques conservés par le Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et de la Bibliothèque numérique Gallica, ce billet restitue et complète le contenu de la conférence « 1848 et la ‘foire aux idées nouvelles’ » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover » .

L’année 1848 est celle d’un intense bouillonnement politique. Avec les trois journées révolutionnaires de février (22 au 24), la Monarchie de Juillet est renversée. Le 25, la République est proclamée et le gouvernement provisoire prend des mesures politiques et sociales  concernant le suffrage universel, la liberté de réunion, la liberté de la presse, l’enseignement primaire gratuit et obligatoire, l’abolition de l’esclavage, le travail, etc. Les journées de juin (23 au 26), motivées par une crise économique et sociale,  sont cependant réprimées dans le sang. Le 4 novembre, la Constitution de la Seconde République est promulguée. L’Assemblée (pouvoir législatif) et le président (pouvoir exécutif) sont élus au suffrage universel masculin.  En décembre, Louis-Napoléon Bonaparte remporte largement l’élection présidentielle, soutenu par le « Parti de l’Ordre  »1.

Au beau milieu de cette agitation politique, la presse connaît un moment de grâce. Elle est libérée en mars des contraintes juridiques  et financières lourdes qui pesaient sur elle depuis la loi de septembre 1835 : demande d’autorisation préalable ; emprisonnement des responsables des journaux ayant enfreint la censure ; etc2. On assiste à une floraison de titres dans lesquels journalistes et dessinateurs laissent libre cours à une inventivité longtemps réfrénée. Ce moment de grâce est fugace : dès juin, plusieurs journaux sont interdits dont La Presse d’Émile de Girardin. En août, des décrets indiquent les délits de presse amenant à nouveau amendes et/ou emprisonnements : attaques contre les institutions, la liberté des cultes, le principe de la propriété, les droits de la famille, etc3.

Continuer la lecture de 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie I)

  1. Voir entre autres : Maurice Agulhon, André Nouschi, Antoine Olivesi, La France de 1848 à nos jours,  Paris, A. Colin, 2008 ; Sylvie Aprile, La révolution inachevée : 1815-1870 [ouvrage dirigé par Henry Rousso], Paris, Belin, 2014 ;  Jean-Charles Geslot, La France de 1848 à 1914,  Paris, A. Colin, 2014 ; Maurizio Gribaudi & Michèle Riot-Sarcey, 1848, la révolution oubliée, Paris, la Découverte, 2008. []
  2. Voir le Bulletin officiel du Ministère de l’intérieur, 1848, n°2, pages 58 et 59. []
  3. Voir le Bulletin officiel du Ministère de l’intérieur, 1848, n°2, pages 359 et 360. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Journal d’un médecin de campagne : un chirurgien français dans les guerres balkaniques

Le docteur Rebreyend à la Bibliothèque nationale de France

Intervention présentée à l’occasion de la journée d’étude « Les Balkans au tournant de leur histoire : 1912-1913 », organisée le 5 décembre 2013 par la Bibliothèque nationale de France en collaboration avec l’EHESS, l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, l’INALCO, la BULAC, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2013.

En 1914, à Tours, la maison d’édition Alfred Mame et fils édite l’ouvrage d’un médecin français, le docteur Paul Rebreyend1, envoyé en Bulgarie par la Société française de secours aux blessés, d’abord à Philippopoli en octobre 1912 puis, en avril de l’année suivante, à Andrinople. Entré aussitôt à la Bibliothèque nationale au titre du dépôt légal, ce document constitue un témoignage au cœur des guerres balkaniques. Près de lui, dans les rayonnages de la bibliothèque, reposent d’autres récits personnels – journalistiques ou militaires pour la plupart – dédiés aux mêmes évènements.

Certaines de ces publications sont réparties entre plusieurs départements de la BnF : les thèses de médecine fondées sur l’expérience de ces guerres se trouvent par exemple dans le département Sciences et techniques. Mais le lot essentiel des ouvrages est groupé dans le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme : une bonne partie d’entre eux se trouve sous la lettre « J » conformément à l’ancien classement thématique et topographique des collections.

Continuer la lecture de Journal d’un médecin de campagne : un chirurgien français dans les guerres balkaniques

  1. P. Rebreyend, Les Français aux armées de Bulgarie, Tours, A. Mame et fils, 1914 []

Simon Bertin

Conservateur des bibliothèques en disponibilité. Étudiant en médecine à l'Université Paris-Descartes.

More Posts