Archives de catégorie : histoire contemporaine

Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie IV. La ruée vers les vaccins lors d’une épidémie de variole (1907)

Le Journal amusant, 6 avril 1907. Gallica (BnF).

Dans les billets précédents1, nous avons constaté que les mesures prophylactiques (isolement, masques, etc.) prises contre les épidémies aux XIXe et XXe siècles ont pu être raillées voire même pour certaines boudées par la population. Le premier vaccin, celui employé contre la variole depuis le début du XIXe siècle, n’est devenu obligatoire pour toutes et tous qu’en 1902. Si l’on en croit la presse,  les autorités ont dû faire face en urgence à de très nombreuses demandes de vaccination ou de re-vaccination lors des épidémies : c’est le cas en 1907 lorsque la variole hémorragique (ou “variole noire”) provoque plusieurs décès … Continuer la lecture de Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie IV. La ruée vers les vaccins lors d’une épidémie de variole (1907)

  1. Voir cette série et les billets de la série humour et épidémies []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Les Animaux dans la Grande Guerre – Partie IV, «Trésors d’archives » et mémoire vive sur le web

 Les commémorations du Centenaire de la Guerre de 1914-1918 ont mobilisé de nombreux acteurs, et le large accès  en ligne à des documents  numérisés qui s’y rapportent, dont certains  issus de collections privées totalement inédites confiées par des particuliers à l’occasion des trois campagnes de la Grande Collecte organisée sur tout le territoire par le réseau des Archives de France, la Mission du Centenaire et la BnF, a permis un renouvellement sans précédent de l’historiographie du conflit.

Une partie des travaux  des particuliers, des associations, des historiens, des institutions, des journalistes, qui se sont penchés sur le sort des animaux dans le conflit, a laissé une trace en ligne. Cette information numérique variée est venue compléter, et souvent commenter, les fonds d’archives déjà constitués autour de la Première Guerre mondiale, et les témoignages de ses contemporains. Continuer la lecture de Les Animaux dans la Grande Guerre – Partie IV, «Trésors d’archives » et mémoire vive sur le web

Patricia Hodiesne

Gestionnaire de collections en histoire au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Les pays baltes dans l’entre-deux-guerres : reconnaissance et indépendance au miroir de l’histoire

À l’occasion de la reprise du cycle de conférences Naissance d’un nouveau monde, consacré à l’Europe centrale dans l’entre-deux-guerres, ce billet vous invite à mieux connaître l’histoire des pays baltes, ainsi que leur situation politique, économique et culturelle entre les deux conflits mondiaux.

 

Carte de la Baltique (1940 – Gallica. BnF, Cartes et plans, GE C-15168)

Continuer la lecture de Les pays baltes dans l’entre-deux-guerres : reconnaissance et indépendance au miroir de l’histoire

Yann Kergunteuil

chargé de collections Histoire de l'Europe centrale, Europe du Nord, Asie, au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie II. Masque ou voilette ?

En 1918, le corps médical préconise le port du masque ou de la voilette contre la grippe espagnole. Une telle incitation était-elle naïve ou simplement maladroite ? Dans l’imaginaire collectif, le masque comme la voilette renvoyaient en effet aux fantasmes les plus variés. De surcroît, le traumatisme des masques à gaz était très présent. Cette communication ratée a peut-être  contribué à détourner les Français(e)s de ce moyen de protection contre la grippe de 1918 à 1929 … voire plus tard !

Dans le précédent billet, j’ai évoqué les mesures prophylactiques prônées par les scientifiques contre la grippe espagnole en 1918-1919 en attendant des traitements efficaces et/ou sérums et vaccins. Isolement et masques faisaient partie des préconisations. Plusieurs photographies datant de cette période ont circulé récemment sur Internet à la faveur de la pandémie de Covid-19 : elles montrent des gens portant des masques dans l’espace public, et peuvent donner à croire que de nombreuses nations ont usé de ces protections en 1918-1919. Mais en réalité, le masque a été imposé et porté dans peu de pays (et de surcroît seulement dans quelques zones de ces États) à cette période. En France, en 1918-1919, le masque  a pu séduire une partie du corps médical, étonner et faire rire le grand public grâce à une tentative de pédagogie des caricaturistes, mais il n’a pas été obligatoire en dehors de l’univers hospitalier.

“Infirmier portant le masque en gaze contre la grippe”, La Nature : Revue des sciences et de leurs applications, 1918. Base Medica : https://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/image?04565 Open licence.

Continuer la lecture de Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie II. Masque ou voilette ?

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie III. Le fiasco du masque (et de la voilette !)

Dans le précédent billet, nous avons vu que lors de la pandémie de grippe de 1918-1919 les médecins ont proposé le port d’un masque ou d’une voilette aseptique pour se prémunir de la contagion. Présentée avec maladresse, cette préconisation est d’autant moins acceptée que masques et voilettes renvoient à un imaginaire complexe et genré, comme nous allons le découvrir dans ce billet.

Les conseils du docteur“, Le Régiment, 26 mars 1919. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie III. Le fiasco du masque (et de la voilette !)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

« Big Léon » chez les Soviets

     Disparu il y a tout juste 25 ans, le 25 novembre 1995, Léon Zitrone était né en 1914 en Russie : « Je suis né au bord d’une route, non loin de Saint-Pétersbourg. Ma mère a accouché de moi quelque part au bord d’un chemin, situé dans une zone de combats entre les Blancs et les Rouges1».

Ce n’est pourtant pas à la recherche de son passé familial qu’il fit son premier voyage en URSS en 1959. Il allait simplement jouer dans un film de Marcel Pagliero, une coproduction franco-soviétique intitulée Vingt mille lieues sur la terre, avec comme acteur principal Jean Rochefort, auquel ni le tournage ni le film n’ont laissé un souvenir inoubliable :

Continuer la lecture de « Big Léon » chez les Soviets

  1. Léon Zitrone, Mesdames, Messieurs, au revoir ! Paris, Hachette-Carrère, 1995, p. 13. Si la chronologie de la guerre civile russe se trouve un peu bousculée, il faut reconnaître que la dramaturgie gagne à une telle présentation. []

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

Les animaux dans la Grande Guerre – Partie III, Les « bêtes des tranchées », de la reconnaissance à la mémoire

Pour les hommes comme pour les animaux, la démobilisation ne marque pas la fin des épreuves. Le bilan humain de la Première Guerre mondiale est particulièrement désastreux en France, les pénuries persistent et il faut reconstruire. Des millions de soldats et de bêtes doivent être évacués des zones de combat pour retrouver la vie civile ; beaucoup de « poilus » à quatre pattes ou deux ailes voient leur parcours s’arrêter là. Pour les survivants, honorer les morts et commémorer batailles et victoire devient vite une priorité.

 « Soldats » (voir le billet 1) ou compagnons de misère (voir le billet 2), les animaux ont compté pour les hommes, et beaucoup d’anciens combattants, marqués par ce qu’ils ont vu et vécu à leurs côtés, souhaitent qu’un hommage leur soit rendu après la guerre. Pourtant les « bêtes des tranchées », d’abord associées par une part importante de la population française au souvenir des souffrances et des sacrifices imposés par la guerre, ont peu à peu disparu de la mémoire collective du conflit, jusqu’à la redécouverte récente de leur omniprésence, de leur rôle stratégique et de leurs « vécus oubliés1 ».

Pourquoi cet oubli, et comment les « chemins de mémoire » ont finalement conduit historiens amateurs et professionnels à rappeler leur importance, et à leur suite d’autres acteurs, institutionnels, associatifs ou particuliers, à l’approche des commémorations du Centenaire de la Grande Guerre, c’est ce que nous tenterons d’interroger dans un second temps. Continuer la lecture de Les animaux dans la Grande Guerre – Partie III, Les « bêtes des tranchées », de la reconnaissance à la mémoire

  1. Cette expression est utilisée par Éric Baratay : Bêtes des tranchées : des vécus oubliés, Paris, CNRS éd., impr. 2013. []

Patricia Hodiesne

Gestionnaire de collections en histoire au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

PRÉPARER L’ÉPREUVE D’HISTOIRE CONTEMPORAINE DE L’AGRÉGATION EXTERNE D’HISTOIRE 2021-2022

(Image de bandeau : photographie prise dans un atelier de fabrication de grands bacs en métal à l’usine du Bi-métal  en 1910 (Agence Rol) en juillet 1910 (Gallica BnF).)

Question d’histoire contemporaine

“LE TRAVAIL EN EUROPE OCCIDENTALE DES ANNÉES 1830 AUX ANNÉES 1930. MAINS-D’OEUVRE ARTISANALES ET INDUSTRIELLES, PRATIQUES ET QUESTIONS SOCIALES.”

Le ministère de l’Éducation nationale a publié la présentation détaillée de la  question d’histoire contemporaine de l’agrégation externe d’histoire 2021-2022 en mai 2020.

De nombreuses ressources peuvent vous accompagner dans la préparation de l’écrit et de l’oral.

Ressources numériques pour l’agrégation d’histoire
1. Dossiers et aide en ligne
2. Bibliographies en ligne
3. À regarder et/ou écouter en ligne
4. À explorer en ligne
Les ressources proposées par la BnF

Continuer la lecture de PRÉPARER L’ÉPREUVE D’HISTOIRE CONTEMPORAINE DE L’AGRÉGATION EXTERNE D’HISTOIRE 2021-2022

La lettre « aux Instituteurs et Institutrices » de Jean Jaurès (1888)

Lors de l’hommage national rendu à Samuel Paty, assassiné le 16 octobre 2020, des extraits de la lettre de Jean Jaurès aux Instituteurs et Institutrices (1888) ont été lus. Nous vous proposons de retrouver ce texte dans son intégralité.

=> Lire ici  le texte dans la version extraite de l’ouvrage Action socialiste (1899)

Jean Jaurès est né dans le Tarn en 1859 d’une famille de la petite bourgeoisie. Normalien, agrégé de philosophie, il est affecté au lycée d’Albi et donne aussi pendant quelques mois des cours à l’École normale d’instituteurs. Dès 1883, il est chargé de cours à la faculté de Toulouse, fonctions qu’il doit bientôt mettre en parenthèses, car il devient le plus jeune député de France en 1885, dans les rangs des républicains « opportunistes » : Continuer la lecture de La lettre « aux Instituteurs et Institutrices » de Jean Jaurès (1888)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Les images ont parlé ! Qui est cet étrange personnage ?

Vous deviez deviner quel étrange personnage, à l’étroit dans sa redingote, arborant  sur sa tête verte piriforme un masque doté d’un long nez, moustachu et coiffé d’un chapeau à cocarde, déclenchait les quolibets en plein Carnaval.

Les trois indices vous conduisaient au roi  Louis-Philippe, maintes fois représenté en poire par les caricaturistes. En recherchant dans Gallica, l’expression “en pâtissier, en saltimbanque, en chien, en sangsue », vous découvriez en effet cet extrait de L’Éducation sentimentale :

Frédéric prenait la Maréchale à son bras ; et ils flânaient ensemble dans les rues. Elle se divertissait de rosettes décorant toutes les boutonnières, des étendards suspendus à toutes les fenêtres, des affiches de toute couleur placardées contre les murailles, et jetait ça et là quelque monnaie dans le tronc pour les blessés établi sur une chaise, au milieu de la voie. Puis elle s’arrêtait devant des caricatures qui représentaient Louis-Philippe en pâtissier, en saltimbanque, en chien, en sangsue1.

Continuer la lecture de Les images ont parlé ! Qui est cet étrange personnage ?

  1. Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, Paris, Chapentier, 1880. []