Archives de catégorie : histoire moderne

Préparer l’épreuve d’histoire moderne de l’agrégation externe d’histoire 2019-2020

ÉTAT, POUVOIRS ET CONTESTATIONS DANS LES MONARCHIES FRANÇAISE ET BRITANNIQUE ET DANS LEURS COLONIES AMÉRICAINES (VERS 1640-VERS 1780)

Le ministère de l’Éducation nationale a publié la présentation détaillée de la  question d’histoire moderne de l’agrégation externe d’histoire 2019-2020 en avril 2018.

De nombreuses ressources peuvent vous accompagner dans la préparation de l’écrit et de l’oral.

Bibliographies

Stéphane Jettot (Université Paris Sorbonne) et Vincent Meyzie (Université Paris Nanterre) vous proposent ici une bibliographie complète pour préparer au mieux la question d’histoire moderne.

 

D’autres bibliographies sont également disponibles :

Ressources numériques

L’Université Jean Jaurès (Toulouse) propose des ressources en ligne ici.

La bibliothèque de SciencesPo dédie sur son site une page à la préparation de l’Agrégation d’Histoire.

L’Université de Nantes et le Centre de recherches en histoire internationale et atlantique (CRHIA) ont organisé le 23 novembre 2018 une journée d’étude en lien avec la question de concours d’histoire moderne : « État, pouvoirs et contestations politiques dans les colonies françaises et britanniques d’Amérique (vers 1640-vers 1780) ». Les podcasts des communications sont disponibles en ligne ici sur le site de l’Association des historiens modernistes des universités françaises (AHMUF).

Le dossier spécial de la revue l’Histoire, présenté  par Valérie Sottocasa et Eric Schnackenbourg, répertorie  les articles de la revue en rapport avec la question moderne d’agrégation.

L’Université de Guyane a mis en ligne un dossier documentaire.

Et pour vous détendre… grâce à la BnF !

Une suggestion d’aide à la révision… stimulez votre mémoire visuelle en explorant les corpus Gallica ! Entre autres :

[Trompe l’oeil avec diverses estampes XVIIIe siècle] [Image fixe] : [estampe] / [gravé par Denis Pierre Jean Papillon de La Ferté]. [Paris] : [s.n.], [Avant 1774]. Département des Estampes et de la photographie.

 

Citer ce billet : Blog Histoire, "Préparer l’épreuve d’histoire moderne de l’agrégation externe d’histoire 2019-2020," in L'Histoire à la BnF, 24/05/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7466, [consulté le 25/05/2019].

L’Espagne en France : quand la monnaie du royaume des lis était espagnole

La découverte, ces dernières années, de trésors terrestres et maritimes sur le territoire français ou dans les eaux territoriales, constitués essentiellement voire exclusivement de pièces de monnaies espagnoles, permet de porter un regard nouveau sur la circulation monétaire dans le royaume de France aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ils révèlent aussi le rapport tendu que nous entretenons avec le patrimoine archéologique numismatique. L’étude de ces dépôts exceptionnels au sein du département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France a permis la réalisation du nouveau volume de la collection Trésors monétaires1.

Continuer la lecture de L’Espagne en France : quand la monnaie du royaume des lis était espagnole

  1. Jérôme Jambu (dir.), Trésors monétaires XXVIII. Trésors de monnaies espagnoles dans la France des XVIIe et XVIIIsiècles. Paris, BnF, 2019 []

Jérôme Jambu

Conservateur, département des Monnaies, médailles et antiques, BnF

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Cahiers de doléances de 1789 : les retrouver, les consulter, les connaître

Vous recherchez des cahiers de doléances de 1789 ? Des explications simples sur leur rédaction ? Des analyses plus poussées de leur contenu ? Le blog L’Histoire à la BnF vous livre quelques résultats trouvés en ligne … N’hésitez pas à nous signaler tout oubli, toute piste complémentaire, etc.

Mais que signifie « doléance »?

Dictionnaire de l’Académie française. – Le Grand Dictionnaire de l’Académie françoise, dédié au Roy. Seconde édition, reveüe et corrigée de plusieurs fautes, et où l’on a mis dans l’ordre alphabétique les additions qui estoient à la fin de l’édition précédente. A Amsterdam, suivant la copie de Paris) . 1695. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Cahiers de doléances de 1789 : les retrouver, les consulter, les connaître

Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie II. Du procès de Salency à la multiplication des fêtes)

Les Rosières. [Par J.-B. Nougaret]. Sd, sn. Gallica (BnF).

Nous avons vu dans un précédent billet que le succès des couronnements de rosières au XIXe siècle a résulté d’une visite enthousiaste de Madame de Genlis à Salency en 1766, amplement relayée par les gazettes qui mirent ainsi la rosière picarde à l’honneur à la fin du XVIIIe siècle. Peintres, musiciens, poètes, écrivains,  célébrèrent la vertu pluriséculaire des jeunes filles de Salency, au grand dam d’esprits des Lumières tels que Grimm et Voltaire. Le Dictionnaire d’anecdotes, de traits singuliers et caractéristiques, historiettes, bons mots1 consacra par exemple au couronnement de Salency  un article de  trois pages, intitulé « fête remarquable », dans son édition de 1769. En 1771, Robert de Hesseln donna un article « Salency » pour le tome 6 du Dictionnaire universel de la France, contenant la description géographique et historique des provinces, de même que l’abbé de Courte-Épée dans L’Esprit de l’ Encyclopédie, ou Choix des articles les plus curieux… de ce grand dictionnaire…2. On inventa jusqu’à des éventails représentant le couronnement de la rosière3

J.-B. Nougaret, Les Rosières. Paris, F. Didot [début XIXe s]. Gallica (BnF).

I/ Reliques … la rosière de Salency ancrée dans la tradition des miracles médiévaux

Ce véritable battage médiatique semble avoir changé la donne et éveillé chez les habitants du village, qui reçoit désormais les visites de riches curieux, le désir d’ancrer plus profondément leurs traditions. C’est du moins le cas du Prieur Sauvel, le curé du village, qui en 1773 convainc sept Salenciens de demander des reliques de  saint Médard à l’évêque de Dijon, reliques que Salency réclamait semble-t-il depuis près de 70 ans4.  Après 8 jours de marche (soit environ 50 kilomètres par jour …), les sept hommes obtiennent une entrevue.  L’évêque  accepte la requête, et une châsse est bientôt transportée à Noyon5. La translation des reliques entre Noyon et Salency fait ensuite l’objet  d’un cérémonial très étudié qui mobilise la population les 11 et 12 janvier 1774. La fête de la rosière acquiert ainsi une véracité supplémentaire  avec des origines miraculeuses médiévales confirmées par une providentielle intercession : la relation mentionne que les Salenciens, trop impatients de recevoir les reliques, n’ont cure des intempéries hivernales, réparent la route et sont récompensés par un temps magnifique, bien sûr attribué à saint Médard.  Le récit de cette translation est aussi l’occasion de rappeler longuement l’organisation du couronnement de la rosière tel qu’il a eu lieu lors de la visite de Madame de Genlis et de l’aristocratie locale en 1766, et de le figer ainsi dans de nouvelles modalités.  La translation est décrite en détail : les habitants du village, selon ce texte, ont tous fait la route entre Salency et Noyon avec en tête le curé, accompagné par un nombreux clergé. Suivent « tous les Hommes et les Garçons tête nue » tenant un cierge et un livre de prières ou un chapelet :

À leur suite on voit la Rosière de l’année 1773, en habits blancs, portant sur la tête, la Couronne ornée du Cordon bleu, un cierge à la main, et suivie de trente-deux de ses compagnes, aussi vêtues de blanc, et décorées du Cordon bleu, en baudrier6.

Les femmes du village arrivent tout à la fin du cortège… Le cordon bleu est un rappel de la visite avortée de Louis XIII qui, selon la tradition rapportée, aurait annoncé sa visite, mais ne pouvant venir en raison d’une indisposition aurait fait envoyer une bague et son cordon bleu (ruban bleu ciel permettant d’arborer la croix de l’Ordre du Saint-Esprit).

Le curé de Noyon oppose ensuite dans son récit la piété des habitants de Salency à l’incrédulité potentielle des spectateurs. Résolument édifiant, ce passage nous renseigne toutefois – comme le fera Madame de Genlis dans ses souvenirs (voir billet précédent) – sur le fait qu’un certain nombre de contemporains ne sont pas favorables au couronnement des rosières :

La piété des bons habitants de Salency, qui la tête baissée, les yeux en pleurs, la joie peinte sur le visage, suivaient avec le plus profond respect ce Saint Dépôt, qui après avoir été si longtemps l’objet de leurs désirs, était pour lors celui de leur bonheur, se communique à tous les assistants  : elle touche leurs cœurs, et leur fait répandre des larmes. […] Tous dans l’admiration et le silence, bénissaient la Miséricorde Divine, d’avoir dans ce malheureux siècle d’incrédulité et de libertinage, procuré à cette ville, autrefois si recommandable par sa piété, un triomphe si glorieux, et si consolant pour la Religion. Tous sentirent renaître en eux cette foi vive, cette tendre dévotion, dont nos pères se faisaient honneur, et rendaient hommage à la vertu et à la ferveur de ces bonnes gens, qui avaient su si bien les attendrir et les édifier. En vain l’Impiété, se mêlant dans la foule, observe-t-elle de son œil méchant tous les détails de cette religieuse cérémonie : elle est réduite au silence, et son air déconcerté annonce sa défaite et son désespoir7.

Extrait de la Carte du diocèse de Noyon, divisé en ses neuf doyennés… Auteur : Janvier, Jean (17..-17..? ; éditeur). Date d’édition : 17?? Gallica (BnF).

L’installation des reliques à Salency nécessite ensuite huit jours (octave) de messes et processions, du matin au soir.

II/ Un procès retentissant entre le seigneur de Salency et les villageois

Quelques mois plus tard, un autre événement, qui n’est sans doute pas sans rapport avec le précédent, est à son tour très médiatisé. Le seigneur de Salency, Charles François Laurent Danré (1725-1800 ; ancien mousquetaire de la garde du roi et capitaine de dragons), décide de simplifier la cérémonie, de la dépouiller de sa récente ostentation religieuse, et s’en rétablit l’ordonnateur. Sa décision, aussitôt contestée par les habitants et le prieur, lui vaut durablement une réputation calamiteuse :

Les meilleures institutions sont souvent critiquées, ou par des hommes qui ne trouvent jamais rien de bien, ou par des jaloux qui blâment toutes les choses utiles, dont ils ne sont point les inventeurs. Mais aurait-on pensé que le seigneur même de Salenci s’élèverait contre l’établissement d’une fête aussi ancienne que la monarchie française ; qu’il entreprendrait d’en ternir l’éclat, qui rejaillissait jusque sur lui, et qu’il forcerait les habitants de sa terre à plaider pendant plusieurs mois, eux dont les procès et la chicane avaient sans cesse respecté l’honnêteté inaltérable et le paisible séjour ? C’est cependant ce qui arriva en 1774. Ce seigneur, qui connaissait si peu le précieux avantage dont il jouissait, manifesta tout-à-coup les plus étranges prétentions. Il se crut en droit de choisir la Rosière sans l’intervention des habitants de Salenci, et de lui poser la couronne sur la tête sans pompe et sans cérémonie. Il ne voulut pas que la Rosière se plaçât à l’église sur un prie-dieu. Il imagina qu’il était en droit de supprimer les tambours et la musique qui précédaient le cortège de la Rosière, et il soutint que la dépense de la fête, quoique extrêmement médiocre, pouvait être de beaucoup réduite. En vain on lui représenta la haute antiquité des usages qu’il lui prenait envie de réformer ; il ne voulut entendre aucune raison ; il en vint à faire soutenir ses prétendus droits par une escouade de maréchaussée ; il fallut recourir à la justice. Le bailliage royal de Chauny condamna toutes ces folles et absurdes prétentions, et fixa les règles pour la nomination de la Rosière, et l’ordre et la marche de la cérémonie, par sa sentence du 19 mai 17748.

Ce texte omet toutefois de préciser que le seigneur de Salency tente en réalité un retour à la tradition initiale. La venue de Mme de Genlis et du puissant intendant de Soissons (Louis Le Pelletier de Morfontaine, chevalier, conseiller du Roi en tous ses conseils) en 1766, en l’absence de Danré, seigneur de Salency, a fait que la cérémonie a été modifiée par le prieur, qui s’est donné un rôle prééminent, a ajouté un cortège de jeunes gens et jeunes filles à la rosière et de la musique. Les dépenses entraînées par la venue de Madame de Genlis en 1766 en font-elles craindre d’autres au seigneur de Salency ? Redoute-t-il dans sa seigneurie une influence croissante du prieur d’une part, et de l’intendant d’autre part ? Il semble en tout cas n’avoir guère trouvé de soutien face au prieur et à la population. Le récit démultiplié par les journaux et ouvrages des moindres modalités du couronnement de 1766 lui a conféré une valeur de tradition inaltérable. Le seigneur de Salency passe donc pour un « vautour », un « avare », un « chicaneur » selon les libelles9, lorsqu’il demande un retour à une cérémonie plus simple.

Il est difficile de savoir si tous les habitants de Salency se sont, comme le prétendent les textes contemporains, sentis lésés par un retour à la cérémonie antérieure. Le fait que le seigneur, pendant la Révolution, pourra sans souffrir d’hostilité demeurer au château tend à prouver que les Salenciens ne lui tenaient pas grand grief de l’épisode de la rosière. Produits soit par le cercle du prieur Sauvel, soit par des gens soucieux d’encourager une fête faisant de la vertu féminine un apanage rural et national, les documents imprimés témoignent en revanche d’une véritable vindicte contre M. Danré, qui tente pourtant vaillamment d’opposer des arguments à ses détracteurs.

Jean-Baptiste Huet, “Couronnement de la rosière“. Toile de Jouy. Fin XVIIIe. Textiles et tissus de la bibliothèque Forney (Paris).

III/ Une guerre de l’image et des libelles

Le premier acte voit une tentative du seigneur en 1774 de choisir lui-même la rosière, et de recourir à la force face à l’opposition rencontrée. Ses adversaires font alors appel au bailliage royal. Le lieutenant général de Chauny rend une sentence définitive au mois de mai, donnant raison en 16 articles aux pétitionnaires de Salency. Danré porte  l’affaire devant le Parlement en août. Les 54 pages de sa requête signifiée attribuent le désaccord au « ressentiment du prémontré, leur pasteur », et souligne que le prêtre Sauvel a profité de l’éclat particulier de la fête de 1766 pour tenter de créer un précédent et transformer une fête simple en festivité légère. Sa conception de la fête est rousseauiste (voir précédent billet), et il accuse le prêtre de succomber plutôt à la mode du marivaudage :

Il a cru que c’était être trop béat que de s’astreindre ainsi aux anciens rites ; la rosière accompagnée simplement de ses père et mère, et du Seigneur, au pied des autels, lui a paru trop isolée ; il a voulu qu’elle soit accompagnée d’une douzaine de garçons du plus beau choix, et d’une douzaine de jeunes filles lestement vêtues pour leur faire parallèle. Le son des cloches et de quelques instruments que le suppliant s’est souvent plu à y avoir, quand il en a eu les facilités, lui a paru aussi trop modeste ; il a voulu qu’aux risques de voir périr quelqu’un de ses villageois, par le peu d’usage et la mauvaise qualité de leurs armes, le bruit des armes à feu fût mêlé aux fanfares. Enfin, en moine adroit, et sous le prétexte spécieux que dépositaire du secret des consciences, il connaissait mieux que le seigneur de Salency les filles du village, et que d’ailleurs, le seigneur n’habitait pas toujours son château, il a insinué que son choix serait plus sûr, en le faisant dans trois filles du village que les habitants présenteraient, et qu’il se flattait, sans doute, de parvenir à leur faire nommer à son gré10.

Les arguments produits à l’appui de ses dires par Danré se fondent entre autres sur un « bail à cens authentique de 1671 » prévoyant le chapeau de roses, la bague et le ruban bleu pour la rosière. Danré explique que la fête a été certes instituée par saint Médard, mais que celui-ci agissait en tant que seigneur de Salency et non pas en prêtre. Si l’on ne peut ici reprendre toutes les arguties des uns et des autres, il est cependant intéressant de constater que l’un des points saillants du débat est constitué par une image substituée à une autre. En effet, le seigneur accuse le prêtre d’avoir enlevé un tableau ancien de la chapelle, représentant saint Médard couronnant sa sœur du fameux « chapeau de roses » pour « un tableau représentant lui Frère Sauvel, couronnant la rosière, à côté de laquelle sont placés sur deux lignes, douze jeunes filles et douze jeunes garçons11.”

Le plaidoyer des habitants, apparemment largement dicté par Sauvel, écarte le bail produit et s’obstine à faire de la cérémonie de 1766 à laquelle assistaient l’intendant et M. et Mme de Genlis une indiscutable référence. La question des deux images revient de manière obsessionnelle dans ce texte. Une première allusion fait du seigneur un veuf cynique, sans mémoire et sans vertu :

On voyait, il y a quelques années dans la chapelle de saint Médard, un tableau dans lequel le prélat, revêtu de ses habits pontificaux, couronnait sa sœur agenouillée aux marches de l’autel. Ce tableau déchiré tombait en lambeaux. Il fut ôté en 1767. Un simple tapis vert en occupa la place pendant cinq ans, sans que personne ait réclamé. Les habitants désirèrent qu’un autre tableau fût posé. Le seigneur de Salency le sut ; il le désira lui-même. Sa première épouse, dont on ne parle encore à Salency qu’avec larmes, contribua à la dépense. On fit une quête dans la paroisse, et, en 1772, fut substitué à l’ancien tableau celui que le seigneur demande aujourd’hui qu’on arrache pour remettre aux frais des habitants le premier que le temps a détruit12.

Le nouveau tableau, selon Sauvel et ses soutiens, rappellerait un moment-clé de l’histoire du couronnement de la rosière,  la venue à Salency du marquis de Gordes, à la place de Louis XIII souffrant (voir plus haut) :

C’est ce moment de gloire pour Salency qui est représenté dans le nouveau tableau qui décore aujourd’hui la chapelle de saint Médard. On y voit le marquis de Gordes, le seigneur de Salency, la rosière et sa suite, le curé officiant qui tient la couronne de roses. Si la cure de Salency n’était pas depuis longtemps entre les mains des Prémontrés, et si le curé n’était pas représenté avec les signes de son ordre, cela eût épargné au sieur Danré la ridicule et très-fausse allégation que le sieur SauveI, curé actuel, s’est fait peindre lui-même13.

De cette bataille des images et des libelles, Danré sort perdant. Le souvenir de la visite de Madame de Genlis fait du couronnement de 1766 un socle mémoriel, conforté par la translation des reliques. Ce souvenir a donc valeur d’icône. De surcroît, Sauvel a habilement demandé à la comtesse de Genlis son soutien, et celle-ci aurait aidé à la rédaction du mémoire et obtenu pour Salency la protection de la reine Marie-Antoinette. Le plaidoyer sera d’ailleurs érigé en modèle de plaidoirie au XIXe siècle 14

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir.

La cause est plaidée par M. Target dans la grand Chambre pendant quatre audiences consécutives, devant un public considérable. En décembre 1774, le seigneur de Salency est condamné à tous les dépens, ainsi qu’aux frais de l’impression et affiche de l’arrêt donnant raison à Sauvel et aux habitants. Le retentissement de cette affaire est national. L’Année littéraire a par exemple publié la plaidoirie de Maître Target et une lettre de M. Portelance, extrêmement critique quant au comportement de son beau-frère, le seigneur de Salency15. La Requête des filles de Salency à la Reine, par M. Blin de Sainmore, au sujet de la contestation qui s’est élevée entre le seigneur & les habitans de cette paroisse, relativement à la fête de la Rose 16 a également un retentissement certain :

De nos hameaux déesse tutélaire,

Vous qui joignez , habile en l’art de plaire,

L’éclat piquant des grâces de la cour

Au cœur naïf d’une simple bergère

Vous, des Français l’espérance et l’amour,

Que Vienne pleure et que Paris adore,

Protégez-nous : Salenci vous implore.

Du ravisseur de nos antiques droits,

Auguste reine, accourez nous défendre.

Pourriez-vous bien être sourde à nos voix17 ?

Requête des filles de Salency à la Reine, par M. Blin de Sainmore, au sujet de la contestation qui s’est élevée entre le seigneur & les habitans de cette paroisse, relativement à la fête de la Rose. Paris, 1774. Gallica (BnF).

 

IV/ Une floraison de rosières

La visite de Madame de Genlis à Salency avait entraîné une mode de la rosière dans les arts que le procès fortifie encore. Boizot, le sculpteur qui introduit à la Manufacture de Sèvres des œuvres dont les sujets sont liés aux événements contemporains, comme L’Hymen célébrant le mariage du Dauphin avec Marie-Antoinette, ou La Fête des bonnes gens18 propose en 1776 un groupe sculpté en biscuit représentant le Couronnement de la rosière19. Ces différents événements, la mode rousseauiste de la fête villageoise comprise non pas dans le sens d’un retour à la simplicité – comme le souhaitait Danré – mais de festivités parfois somptueuses, entraînent donc la création de couronnements de rosières dans différentes localités. Il s’agit parfois de traditions pré-existantes et revisitées. Le plus souvent, ces couronnements font l’objet de rentes perpétuelles par de riches fondateurs et sont placés sous l’autorité conjointe de l’Église et des syndics (le prêtre de la paroisse choisit plusieurs jeunes filles vertueuses après enquête sur leur réputation, et le syndic en retient une). Cinquante années après la visite de Madame de Genlis à Salency, J.B. Nougaret peut recenser les rosières suivantes20 :

  • Rosière de Canon-les-Bonnes-Gens
  • Rosière de Briquebec
  • Rosière de Saint-Sauveur-le-Vicomte
  • La fête de la Rose célébrée à la Falaise
  • Rosière de Saint-Nicolas, paroisse de la ville d’Angers
  • Rosières des environs de Paris : Suresnes, Romainville
  • Rosières dans Paris :  Saint-Séverin, Saint-Eustache
  • Rosière à l’occasion du mariage de Mgr le duc de Berry [ie Saint-Denis]

Parmi ces nouveaux couronnements, on retiendra celui de Canon-les-Bonnes-Gens (aujourd’hui Mézidon-Canon, Calvados) :

Canon (jadis Canon aux Vignes ou Canon les Bonnes-Gens), est une petite commune de l’arrondissement de Lisieux et du canton de Mézidon. Le célèbre avocat Élie de Beaumont y fît bâtir vers 1770, un beau château qui subsiste encore. Il était intendant des finances du comte d’Artois, depuis Charles X, et lié avec les hommes les plus distingués de la littérature et du barreau. La Harpe, les deux Lacretelle, Target, l’abbé Lemonnier, de Sèze, l’abbé de Boulogne, l’abbé de Vauxcelles, Delacroix, d’autres notabilités du temps se réunissaient chez lui, pendant les beaux jours des vacances. À l’occasion de la grossesse de la comtesse d’Artois (qui, le 6 août 1775, accoucha du duc d’Angoulême), M. et Mme de Beaumont, d’accord avec les Religieux de Sainte-Barbe-en-Auge, seigneurs de Mézidon, et avec Morin du Mesnil, père de Mme de Beaumont et seigneur du Vieux-Fumé, voulurent fonder une Rosière à Canon.

Aux termes de l’acte de fondation du 10 février 1775 et du règlement, approuvés par lettres patentes et enregistrés au Parlement de Rouen, les trois communes de Canon, du Vieux-Fumé et de Mézidon concouraient par vingt électeurs, au choix d’une Bonne Fille, d’une Bonne Mère, d’un Bon Vieillard et d’un jeune homme Bon Chef de famille. Ainsi, on vit couronner, en 1775, un vieillard de près de 80 ans, nommé Pierre Lemonnier, père de 6 enfants et de 23 petits-fils, digne chef d’une digne famille ; en 1776, un jeune homme, Duret, qui, depuis l’âge de 15 ans, s’était trouvé chef de sa famille et en était devenu le père. C’était trop de mérites et de vertus réunis, encore que l’on ne distribuât que deux prix chaque année. On avait, d’ailleurs, forcé et faussé certaines notes, en voulant les rendre trop éclatantes. C’est ainsi que la Bonne Mère devait avoir trois enfants vivants, n’avoir jamais porté d’ornements frivoles (c’est-à-dire, probablement, de ces bijoux normands, si recherchés aujourd’hui par nos dames), avoir « détourné son mari d’avoir des procès ! » Le comte d’Artois avait porté les deux cordons bleus dont on décorait les élus. Le vieillard était couronné d’épis de blé, la mère de famille d’immortelles, la jeune fille de roses, le jeune chef d’épis et de glands. Le premier couronnement eut lieu le 24 septembre 1775. Les abbés de Vauxcelles, Lemonnier et de Boulogne, depuis évêque, prêchèrent à ces fêtes qui attiraient une foule énorme. On y vint même d’Angleterre. Mme de Beaumont et Target, le célèbre avocat-académicien, y chantèrent des couplets. La peinture, la gravure, la poésie, les journaux y firent écho21.

On a parfois considéré que la fête de Canon-les-Bonnes-Gens 22 a proposé là, avec le « bon chef de famille » un des premiers modèles de ce que l’on appellera au XIXe siècle le « rosier ». L’abbé Lemonnier consacre dès 1777 plusieurs lettres très édifiantes à sa découverte des « bonnes gens » et aux cérémonies23. Il y donne les motifs d’éligibilité de la bonne-fille, de la bonne-mère, du bon chef-de-famille et du bon-vieillard, ce qui permet de constater que les récompenses allant aux hommes et aux femmes ne couronnent pas les mêmes vertus, et qu’une des différenciations essentielles est celle de la sexualité et de l’âge. En effet, la bonne-fille doit entre autres critères avoir entre 18 et 30 ans et pouvoir se prévaloir « de mœurs et de conduite irréprochable », tandis qu’il est demandé au bon-chef de famille d’avoir entre 20 et 45 ans et d’être marié et/ou d’avoir charge de famille (frères et sœurs ; etc.). Il n’existe apparemment pas de bonne-vieillarde, la bonne-mère en faisant peut-être office !

Médailles de Canon. Léon de La Sicotière, “Les Rosières en Basse-Normandie“. Bulletin de la Société historique et archéologique de l’Orne, 1884, t.3. Gallica (BnF)

 

Lorsqu’il rédige son historique des rosières vers 1817, Nougaret24 est dans la déploration, car selon lui, plusieurs fêtes ont disparu « à cause des affreux malheurs qui ont pesé sur la France ».  Cette affirmation est à nuancer. Le culte de la vertu versus rosière (ie la virginité) a participé au substrat du culte de la vertu républicaine (ie la sagesse), et la mythologie révolutionnaire y a puisé volontiers.

Discours sur la virginité, prononcé à la cérémonie du couronnement de la première rosière de S… [Texte imprimé] par M. C. de La Néronière,… Angers, Impr. de C.-P. Mame, 1780. Cote : LI31-219. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. BnF.

Toutefois, la vertu imposée par le clergé aux jeunes gens, et surtout aux jeunes filles, et ainsi mise en scène, semble avoir été vécue très tôt comme une immixtion dans la vie privée et/ou une manifestation de grande crédulité  :

De tous les moyens propres à encourager les pauvres au travail, celui qui fera sur eux le plus d’impression, sera d’unir ensemble chaque année par les liens sacrés du mariage quelques couples choisis parmi les garçons et les filles qui par leurs bonnes mœurs, leur sage conduite, & leur application au travail auront paru mériter cette distinction. On aura soin de donner à cette cérémonie une sorte d’appareil, et les Administrateurs ne manqueront point de l’honorer de leur présence. Les dots se prendront sur le Patrimoine paroissial. On observera toujours  de les appliquer aux filles les plus laborieuses et les plus sages ; leur mariage sera un Prix de diligence autant que de sagesse. Je ne puis souscrire à la manie qui nous gagne d’imiter de toutes parts la Rosière de Salency, excellent original sans doute, mais propre à faire de mauvaises copies. La mode s’introduit de ne fonder des Prix que pour la plus vertueuse, & l’on néglige la plus active; vous prétendez couronner la vertu, & souvent vous ne couronnez que l’hypocrisie25.

Illustration.de  Les Rosières. [Par J.-B. Nougaret]. Sd. Gallica (BnF).

 

On verra dans le prochain billet  que le XIXe siècle accroît encore cet écart entre des responsables religieux ou politiques désireux d’offrir des modèles de vertu féminins dans des cadres délimités et des artistes ou intellectuels très dubitatifs quant à la finalité d’une chasteté ainsi prétendument régulée et imposée aux femmes les plus modestes.

=> Pour aller plus loin, on pourra lire entre autres :

William R. Everdell, “The Rosieres Movement, 1766-1789 :  A Clerical Precursor of the Revolutionary Cults.” French Historical Studies, vol. 9, no. 1, 1975, pp. 23–36.

Dominique Godineau, “De la rosière à la tricoteuse : les représentations de la femme du peuple à la fin de l’Ancien Régime et pendant la Révolution», Études, Revolution française.net, mis en ligne le 1er mai 2008.

Sarah Maza,  “The Rose-Girl of Salency : Representations of Virtue in Prerevolutionary France.” Eighteenth-Century Studies, vol. 22, no. 3, 1989, pp. 395–412.

René Pagel, Bibliographie noyonnaise ; suivie de la Bibliographie de la Rosière de Salency, publiées sous les auspices du Comité archéologique et historique de Noyon.  Auch, 1903.

Citer ce billet : Agnès Sandras, "Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie II. Du procès de Salency à la multiplication des fêtes)," in L'Histoire à la BnF, 10/03/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/6320, [consulté le 25/05/2019].

 

  1. Dictionnaire d’anecdotes, de traits singuliers et caractéristiques, historiettes, bons mots… [Par H. Lacombe de Prezel.]. Paris, La Combe, 1769. []
  2. L’Esprit de l’ Encyclopédie, ou Choix des articles les plus curieux… de ce grand dictionnaire… [Par l’abbé J. de La Porte.] Paris, Briasson, 1771. []
  3. Voir par exemple au musée Galliera :  cet éventail et cet autre éventail. []
  4. Voir la Relation ou Détail historique de la concession d’une portion du corps de S. Médard, faite par monseigneur l’évêque et le chapitre de Dijon à la paroisse de Salency … par Nicolas-Adrien Roger. Noyon, P. Rocher, 1774. Selon ce récit, les reliques de saint Médard – mort à Noyon -, transférées près de Soissons pour la construction de l’abbaye de Saint-Médard, ont été  transportées à Dijon lors d’invasions. []
  5. Voir Relation ou Détail historique de la concession d’une portion du corps de S. Médard, op.cit.. On trouve aussi un bref récit du séjour à Dijon dans la Lettre de M. de*** sur les rosières de Salency et les autres établissements semblables, op. cit. L’actuelle châsse contenant ces reliques à Salency est visible ici. []
  6. Relation ou Détail historique de la concession d’une portion du corps de S. Médard, faite par monseigneur l’évêque et le chapitre de Dijon à la paroisse de Salency, op. cit.  []
  7. Ibid. []
  8. J.-B. Nougaret, Les rosières. Paris, F. Didot, sd. []
  9. C’est ce que déclare le seigneur de Salency dans son plaidoyer, cf. infra. []
  10. Requête signifiée pour le seigneur de Salency, au sujet de la rosière. Paris, Impr. de C. Simon, 1774. []
  11. Requête signifiée pour le seigneur de Salency, au sujet de la rosière. Op.cit. []
  12. Plaidoyer en faveur de la rosière, pour les syndic et habitants du village de Salancy (Salency) contre le sieur Danré, seigneur dudit Salancy. [Texte imprimé] / (Signé : Target.). Paris, Knapen, 1774. []
  13. Ibid) []
  14. Voir Pierre Antoine Berryer, Leçons et modèles d’éloquence judiciaire. Paris, L’Henry, 1858. []
  15. Lettre de M. Portelance à M. Target […]. L’Année littéraire, 1774, tome 8. []
  16. Paris, Delalain et Monori, 1774. []
  17. Ibid []
  18. Florence Fesneau, La Manufacture des Lumières : la sculpture à Sèvres de Louis XV à la Révolution“, en ligne sur le GRHAM (Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne), 2015. []
  19. On peut le voir ici. []
  20. J.-B. Nougaret, Les Rosières, sd [vers 1817], sn. []
  21. Léon de La Sicotière, “Les Rosières en Basse-Normandie“. Bulletin de la Société historique et archéologique de l’Orne, 1884, t.3. []
  22. Pour en savoir plus sur cette fête, voir “La fête des bonnes gens de Canon“, 2009, sur le Blogzine de l’Association d’histoire du canton de Mézidon-Canon. []
  23. Guillaume-Antoine Lemonnier, Fêtes des bonnes gens de Canon et des rosières de Briquebec. Avignon, Le Monnier, 1777. []
  24. J.B. Nougaret, Les Rosières, op. cit. []
  25. Pierre-Claude Malvaux, Les moyens de détruire la mendicité en France , en rendant les mendiants utiles à l’État sans les rendre malheureux ; tirés des mémoires qui ont concouru pour le prix accordé en l’année 1777, par l’Académie des sciences, arts & belles lettres de Chaalons-sur-Marne. Nouvelle édition, revue, corrigée & augmentée. Chaalons-sur-Marne. Chez Seneuze, imprimeur du Roi & de l’Académie,1780. page 329. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

La mandragore : naissance et persistance d’un mythe

Ce billet correspond à une communication prononcée lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2018 « La puissance des images ».

Sorcière, potence, cri qui tue… L’iconographie de la mandragore est particulièrement riche. La plante a récemment été remise en lumière par sa présence dans Harry Potter1, ce qui a revivifié son image. En effet, un ensemble complexe de mythes s’est aggloméré depuis l’Antiquité autour de la mandragore pour donner lieu à la figure qu’on connaît aujourd’hui.

Recueil de figures de plantes colorées. BnF, Arsenal, Ms-2808, f. 7r. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de La mandragore : naissance et persistance d’un mythe

  1. J. K. Rowling, Harry Potter et la chambre des secrets. [Paris], Gallimard : 1999. Voir aussi le catalogue de l’exposition “Harry Potter : a history of magic” : Harry Potter : un monde de magie / [traduit de l’anglais par Marie Renier]. Paris : Gallimard jeunesse, DL 2018. []

Luc Menapace

Chargé de collections en biologie et paléontologie au département Sciences et techniques

More Posts

Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie I. La mode de Salency au XVIIIe siècle)

«La rosière de Salency“. Estampe, seconde moitié du XIXe siècle; Coll. Jaquet. Gallica (BnF).

Racontant sa visite à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), où il a vu une exposition de roses, Adrien Marx souligne en 1866 :

Tous les ans, le maire de cette localité couronne, vers le 8 juillet, non pas des rosières, mais des rosiéristes, deux produits qu’il ne faut pas confondre. La rosière passe son temps à dire à ses contemporains : Vous n’aurez pas ma rose. Les rosiéristes, au contraire, offrent les leurs à qui les veut acheter.

Pour prix de son humeur sauvage, la rosière reçoit une timbale (sans macaroni) et un certificat de vertu farouche. En récompense de ses recherches, le rosiériste palpe une médaille et encaisse un toast, au banquet du soir, entre le veau froid et la tourte au fromage.

Mais je ne veux point poursuivre ce parallèle. L’industrie de la rosière étant fort connue, et celle des rosiéristes l’étant moins, je passe à cette dernière, certain d’édifier les dîneurs de la taverne américaine sur des phénomènes nouveaux pour eux1.

Quatre années plus tôt, dans l’article « rosière »  d’un ouvrage intitulé Hommes et bêtes, physiologies anthropozoologiques mais amusantes, Galoppe d’Onquaire indiquait : « l’on sait que Nanterre, qui avait ses fromages et ses galettes, y a joint, depuis longtemps, l’entreprise des rosières2».

La cérémonie du couronnement des rosières a connu au XIXe siècle un véritable effet de mode. « Il pleut des rosières » constate Jules Noriac en 18743 ! Si cette fête a des origines religieuses anciennes, elle prend aussi parfois des allures républicaines. Écrivains, humoristes, chansonniers, agacés ou amusés  s’en donnent à cœur joie et parodient les écrits édifiants louant les jeunes filles « vertueuses ». Les couronnements de rosières disparaissent pour la plupart au XXe siècle, non sans avoir suscité l’intérêt des cinéastes, documentaristes, ethnologues, etc., qui en ont ainsi fixé le souvenir.

Continuer la lecture de Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie I. La mode de Salency au XVIIIe siècle)

  1. Adrien Marx, Indiscrétions parisiennes. Paris, A. Faure, 1866. []
  2. Galoppe d’Onquaire, Hommes et bêtes, physiologies anthropozoologiques mais amusantes. Paris, Amyot, 1862. []
  3. Jules Noriac, «Courrier de Paris», Le Monde illustré, 4 juillet 1874. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Clio by François Boucher at the Coin Cabinet of the BnF

This article was written by :

  • Frédérique Duyrat, conservateur général, directeur du Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et membre statutaire de l’équipe de recherche Mondes sémitiques (UMR CNRS 8167)
  • Jérôme Jambu, conservateur, chargé des collections de monnaies étrangères, Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et Maître de conférences en Histoire moderne (Université de Lille IRHiS UMR CNRS 8529)

French version here / Retrouvez le en version française ici

The ongoing restoration of the Richelieu site of the Bibliothèque nationale de France has led to the removal of a number of historical decors. One of them adorns the room today called the “Salon Louis XV” which is in fact the former Coin Cabinet, or Cabinet du Roi, of the 18th century, now called département des Monnaies, médailles et antiques (Figure 1). This decor was moved in the 1860s : during the redevelopment of the site of the National Library rue de Richelieu, the arcade of the former hotel de Nevers where the original Cabinet was located, above the rue Colbert, had to be demolished. The decor was kept in different parts of the Library until the beginning of the 20th century. It was then scrupulously reassembled by the architect Jean-Louis Pascal in the new wing of the Library created to house the Cabinet des Médailles and its museum in 1917. Large-format copies of portraits of Louis XIV by Hyacinthe Rigaud and Louis XV by Louis-Michel Van Loo made in the beginning of the 19th century, occupy each end of the room to replace paintings destroyed during the Revolution. The paneling in which the paintings were inserted was also copied from what was left of the dismantled originals. This allowed the reinstallation of paintings and furniture dated from the 1740s, in a setting close to the original.

Fig. 1. View of the salon Louis XV before the removal of the furniture and paintings for restoration. The original color of the wood panels was a slightly pink-white, not deep green. Salon Louis XV, Richelieu site, BnF. BnF picture.

Continuer la lecture de Clio by François Boucher at the Coin Cabinet of the BnF

La Clio de François Boucher du Cabinet des médailles de la BnF

Ce billet vous est proposé par :

  • Frédérique Duyrat, conservateur général, directeur du Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et membre statutaire de l’équipe de recherche Mondes sémitiques (UMR CNRS 8167)
  • Jérôme Jambu, conservateur, chargé des collections de monnaies étrangères, Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et Maître de conférences en Histoire moderne (Université de Lille IRHiS UMR CNRS 8529)

Retrouvez le en version anglaise ici / English version here

La restauration en cours du site Richelieu de la BnF a conduit à déposer un certain nombre de décors historiques. L’un d’entre eux orne la pièce aujourd’hui appelée « Salon Louis XV » qui est en fait l’ancien Cabinet des médailles, ou Cabinet du roi, du XVIIIe siècle, aujourd’hui département des Monnaies, médailles et antiques (Figure 1). Ce décor a été déplacé dans les années 1860 : lors des travaux de réaménagement du site de la Bibliothèque nationale rue de Richelieu, l’arcade de l’ancien hôtel de Nevers où se trouvait le Cabinet, au-dessus de la rue Colbert, dut être détruite. Le décor fut conservé démonté jusqu’au début du XXe siècle. Il fit alors l’objet d’un remontage scrupuleux par l’architecte Jean-Louis Pascal dans la nouvelle aile de la Bibliothèque créée pour accueillir le Cabinet des médailles et son musée. Des copies de grand format, datées du début du XIXe siècle, d’après des portraits de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud et Louis XV par Louis-Michel Van Loo occupent chaque extrémité du salon en remplacement des tableaux détruits sous la Révolution. Les lambris dans lesquels s’insèrent les tableaux ont aussi été copiés d’après ce qui restait des originaux démontés. Ils ont permis la réinstallation des tableaux et du mobilier datés des années 1740, dans un décor proche de l’original.

Fig. 1. Vue du salon Louis XV avant le démontage du mobilier et des tableaux pour restauration. La couleur originale des boiseries était un blanc rosé. Salon Louis XV, site Richelieu, BnF. Cliché BnF.

Continuer la lecture de La Clio de François Boucher du Cabinet des médailles de la BnF

La coutume, petite histoire d’une source de droit

Coupable faisant amende honorable “, Coutumes de Toulouse, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Latin 9187, f. 34 r°. Gallica (BnF).

 

Si un auteur s’est intéressé à la coutume, c’est bien  Michel de Montaigne (1533-1592) … Elle est omniprésente dans les Essais où il l’aborde sous ses différents aspects. S’il déplore qu’elle restreigne singulièrement la liberté de l’homme, il estime son respect nécessaire à la vie en société. Le terme renvoie tantôt à des habitudes collectives, tantôt à des habitudes individuelles. Enfin, la coutume revêt une définition sous laquelle Montaigne, magistrat, la connaît bien … Il s’agit aussi d’actes publics et paisibles ayant acquis, par leur ancienneté et leur répétition – « Une fois n’est pas coutume ! », force de loi sur un territoire donné. L’ensemble de ces usages constitue le droit coutumier. C’est cette acception de la coutume qui nous intéresse ici1.

Continuer la lecture de La coutume, petite histoire d’une source de droit

  1. Guillaume Cazeaux, Montaigne et la coutume, Mimesis, coll. « Philosophie et société », 2015.
    Édition contemporaine des Essais : Michel de Montaigne, Les essais, éd. établie et présentée par Claude Pinganaud, [Paris], Arléa, 1992
    Édition des Essais sur Gallica : Essais de Michel seigneur de Montaigne. Cinquiesme edition, augmentée d’un troisiesme livre et de six cens additions aux deux premiers, À Paris, Chez Abel L’Angelier, 1588. []

Stéphanie Tonnerre-Seychelles

Chargée de collections en science politique et de valorisation en droit et science politique au département Droit, économie, politique.

More Posts

Le verre à la Renaissance (part. I) : verre et arts de la table

Le 20 septembre 2017 s’est ouverte au Musée de Cluny l’exposition « Le Verre, un Moyen Âge inventif » . La majorité des œuvres présentées sont évidemment des objets de verre, issus de fouilles archéologiques ou de collections muséales, mais la BnF a également contribué de façon significative en prêtant pour l’occasion une vingtaine de manuscrits et d’incunables dont les enluminures et gravures  illustrent le contexte de l’usage des verres au Moyen Âge. Il n’est en effet pas toujours évident de déduire la fonction des pièces que l’on retrouve en fouilles d’après leur forme (très peu décrite dans les archives) et en cela les manuscrits et livres imprimés constituent une source d’informations précieuse. L’exposition met ainsi en regard les objets présentés et leur représentation figurée. Les ressources offertes par la BnF sont également très utiles pour étudier l’histoire du verre à une période plus tardive : nous nous intéresserons ici plus particulièrement au XVIe siècle français, période qui suit immédiatement celle étudiée dans le cadre de l’exposition, et en l’occurrence au lien entre verre et service de la boisson. L’étude des verres spécialisés (verrerie d’apothicaire, de médecine, objets insolites…) fera l’objet d’un second billet.

Continuer la lecture de Le verre à la Renaissance (part. I) : verre et arts de la table

Elise Vanriest

Archiviste Paléographe. Doctorante au Labex Hastec/Ecole Pratique des Hautes Etudes.

More Posts