Archives de catégorie : histoire moderne

Clio by François Boucher at the Coin Cabinet of the BnF

This article was written by :

  • Frédérique Duyrat, conservateur général, directeur du Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et membre statutaire de l’équipe de recherche Mondes sémitiques (UMR CNRS 8167)
  • Jérôme Jambu, conservateur, chargé des collections de monnaies étrangères, Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et Maître de conférences en Histoire moderne (Université de Lille IRHiS UMR CNRS 8529)

French version here / Retrouvez le en version française ici

The ongoing restoration of the Richelieu site of the Bibliothèque nationale de France has led to the removal of a number of historical decors. One of them adorns the room today called the “Salon Louis XV” which is in fact the former Coin Cabinet, or Cabinet du Roi, of the 18th century, now called département des Monnaies, médailles et antiques (Figure 1). This decor was moved in the 1860s : during the redevelopment of the site of the National Library rue de Richelieu, the arcade of the former hotel de Nevers where the original Cabinet was located, above the rue Colbert, had to be demolished. The decor was kept in different parts of the Library until the beginning of the 20th century. It was then scrupulously reassembled by the architect Jean-Louis Pascal in the new wing of the Library created to house the Cabinet des Médailles and its museum in 1917. Large-format copies of portraits of Louis XIV by Hyacinthe Rigaud and Louis XV by Louis-Michel Van Loo made in the beginning of the 19th century, occupy each end of the room to replace paintings destroyed during the Revolution. The paneling in which the paintings were inserted was also copied from what was left of the dismantled originals. This allowed the reinstallation of paintings and furniture dated from the 1740s, in a setting close to the original.

Fig. 1. View of the salon Louis XV before the removal of the furniture and paintings for restoration. The original color of the wood panels was a slightly pink-white, not deep green. Salon Louis XV, Richelieu site, BnF. BnF picture.

Continuer la lecture de Clio by François Boucher at the Coin Cabinet of the BnF

La Clio de François Boucher du Cabinet des médailles de la BnF

Ce billet vous est proposé par :

  • Frédérique Duyrat, conservateur général, directeur du Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et membre statutaire de l’équipe de recherche Mondes sémitiques (UMR CNRS 8167)
  • Jérôme Jambu, conservateur, chargé des collections de monnaies étrangères, Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et Maître de conférences en Histoire moderne (Université de Lille IRHiS UMR CNRS 8529)

Retrouvez le en version anglaise ici / English version here

La restauration en cours du site Richelieu de la BnF a conduit à déposer un certain nombre de décors historiques. L’un d’entre eux orne la pièce aujourd’hui appelée « Salon Louis XV » qui est en fait l’ancien Cabinet des médailles, ou Cabinet du roi, du XVIIIe siècle, aujourd’hui département des Monnaies, médailles et antiques (Figure 1). Ce décor a été déplacé dans les années 1860 : lors des travaux de réaménagement du site de la Bibliothèque nationale rue de Richelieu, l’arcade de l’ancien hôtel de Nevers où se trouvait le Cabinet, au-dessus de la rue Colbert, dut être détruite. Le décor fut conservé démonté jusqu’au début du XXe siècle. Il fit alors l’objet d’un remontage scrupuleux par l’architecte Jean-Louis Pascal dans la nouvelle aile de la Bibliothèque créée pour accueillir le Cabinet des médailles et son musée. Des copies de grand format, datées du début du XIXe siècle, d’après des portraits de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud et Louis XV par Louis-Michel Van Loo occupent chaque extrémité du salon en remplacement des tableaux détruits sous la Révolution. Les lambris dans lesquels s’insèrent les tableaux ont aussi été copiés d’après ce qui restait des originaux démontés. Ils ont permis la réinstallation des tableaux et du mobilier datés des années 1740, dans un décor proche de l’original.

Fig. 1. Vue du salon Louis XV avant le démontage du mobilier et des tableaux pour restauration. La couleur originale des boiseries était un blanc rosé. Salon Louis XV, site Richelieu, BnF. Cliché BnF.

Continuer la lecture de La Clio de François Boucher du Cabinet des médailles de la BnF

La coutume, petite histoire d’une source de droit

 » Coupable faisant amende honorable « , Coutumes de Toulouse, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Latin 9187, f. 34 r°. Gallica (BnF).

 

Si un auteur s’est intéressé à la coutume, c’est bien  Michel de Montaigne (1533-1592) … Elle est omniprésente dans les Essais où il l’aborde sous ses différents aspects. S’il déplore qu’elle restreigne singulièrement la liberté de l’homme, il estime son respect nécessaire à la vie en société. Le terme renvoie tantôt à des habitudes collectives, tantôt à des habitudes individuelles. Enfin, la coutume revêt une définition sous laquelle Montaigne, magistrat, la connaît bien … Il s’agit aussi d’actes publics et paisibles ayant acquis, par leur ancienneté et leur répétition – « Une fois n’est pas coutume ! », force de loi sur un territoire donné. L’ensemble de ces usages constitue le droit coutumier. C’est cette acception de la coutume qui nous intéresse ici1.

Continuer la lecture de La coutume, petite histoire d’une source de droit

  1. Guillaume Cazeaux, Montaigne et la coutume, Mimesis, coll. « Philosophie et société », 2015.
    Édition contemporaine des Essais : Michel de Montaigne, Les essais, éd. établie et présentée par Claude Pinganaud, [Paris], Arléa, 1992
    Édition des Essais sur Gallica : Essais de Michel seigneur de Montaigne. Cinquiesme edition, augmentée d’un troisiesme livre et de six cens additions aux deux premiers, À Paris, Chez Abel L’Angelier, 1588. []

Stéphanie Tonnerre-Seychelles

Chargée de collections en science politique et de valorisation en droit et science politique au département Droit, économie, politique.

More Posts

Le verre à la Renaissance (part. I) : verre et arts de la table

Le 20 septembre 2017 s’est ouverte au Musée de Cluny l’exposition « Le Verre, un Moyen Âge inventif » . La majorité des œuvres présentées sont évidemment des objets de verre, issus de fouilles archéologiques ou de collections muséales, mais la BnF a également contribué de façon significative en prêtant pour l’occasion une vingtaine de manuscrits et d’incunables dont les enluminures et gravures  illustrent le contexte de l’usage des verres au Moyen Âge. Il n’est en effet pas toujours évident de déduire la fonction des pièces que l’on retrouve en fouilles d’après leur forme (très peu décrite dans les archives) et en cela les manuscrits et livres imprimés constituent une source d’informations précieuse. L’exposition met ainsi en regard les objets présentés et leur représentation figurée. Les ressources offertes par la BnF sont également très utiles pour étudier l’histoire du verre à une période plus tardive : nous nous intéresserons ici plus particulièrement au XVIe siècle français, période qui suit immédiatement celle étudiée dans le cadre de l’exposition, et en l’occurrence au lien entre verre et service de la boisson. L’étude des verres spécialisés (verrerie d’apothicaire, de médecine, objets insolites…) fera l’objet d’un second billet.

Continuer la lecture de Le verre à la Renaissance (part. I) : verre et arts de la table

Elise Vanriest

Archiviste Paléographe. Doctorante au Labex Hastec/Ecole Pratique des Hautes Etudes.

More Posts

À l’origine des manuels d’histoire de France

Si les manuels d’histoire au sens actuel du terme n’apparaissent qu’au XIXe siècle1, avec le développement d’une instruction publique peu à peu gratuite et obligatoire et la mise en place des premiers programmes scolaires2, la Bibliothèque nationale de France (BnF) rattache à cette famille d’ouvrages des éditions bien antérieures remontant pour certaines au XVIe siècle. Le fonds L39, dit « Histoires élémentaires »3, rassemble ainsi plusieurs milliers d’éditions consacrées à la vulgarisation de l’histoire de France, de 1563 à 1990 environ4. Ces ouvrages constituent d’intéressants témoignages sur le niveau de connaissances, l’approche pédagogique ou encore une certaine vision de l’histoire de France propre à chaque époque. Nous présentons dans ce billet trois titres représentatifs des collections antérieures à la Révolution française, le premier datant du tournant des XVIe et XVIIe siècles, le second publié au milieu du règne de Louis XIV, le troisième à la fin du règne de Louis XV.

Continuer la lecture de À l’origine des manuels d’histoire de France

  1. Le terme de manuel apparaît pour la première fois dans le Manuel de l’histoire du moyen âge de C.-O. Des Michels, paru en 1825. []
  2. La notion de programme est introduite dans une circulaire de 1820 établissant des « programmes de cours » cf. Patrick Garcia, Jean Leduc. L’Enseignement de l’histoire en France de l’Ancien régime à nos jours, Paris, A. Colin, 2003. []
  3. Voir notre précédent billet sur le Catalogue de l’histoire de France. []
  4. L’un des derniers ouvrages intégrés dans cet ensemble est la 2e édition de la Petite histoire de la France au XXe siècle d’Antoine Prost, parue chez Armand Colin en 1992. À la BnF, les manuels scolaires reçus au titre du dépôt légal connaissent deux traitements différenciés : les manuels des filières générales sont décrits comme des monographies et trouvables à la pièce dans le catalogue général ; les manuels des filières technique et professionnelle sont conservés dans le fonds dit des Recueils où ils sont très sommairement décrits. Pour trouver ces derniers au catalogue, le plus efficace est de croiser, dans une Recherche avancée, les données *WZ dans le champ « Dans toute la notice » et le nom de la maison d’édition (ex. *Belin) dans le champ « Données éditoriales« . Pour localiser plus aisément les manuels scolaires, voir le guide de recherche en bibliothèque Manuels scolaires français. []

Fabien PLAZANNET

Directeur du département Philosophie-Histoire-Sciences de l'homme à la Bibliothèque nationale de France

More Posts

La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (II)

Ce double billet reprend une communication présentée dans le cadre de l’atelier de travail intitulé « Écrits au pouvoir. Enjeux, pratiques et acteurs », tenu le 23 juin 2010 à l’université  Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Retrouvez la première partie de ce billet ici.

Le dénonciateur devant les institutions judiciaires

Les dénonciations faites par propre initiative ou en réponse aux incitations précédemment mentionnées deviennent ainsi l’objet des institutions judiciaires. C’est le cas de cet arrêt de la Chambre de justice du 11 janvier 1662 sur « un service de vermeil doré […] défaillant acquis et confisqué au profit du roi » avec la décision « que la sixième partie du prix provenant de la vente, sera baillé au dénonciateur, conformément à la déclaration du roi »1. Aussi étonnant semble l’acte du 9 avril 1720 intitulé Arrêt du conseil d’État du roi qui ordonne la confiscation des espèces trouvées en la possession du nommé Mey, au profit des dénonciateurs2, acte déclenché parce que le « nommé » a caché « dans ses culottes » 1579 livres, en contravention de l’arrêt du 27 février 1720 « qui defens de garder plus de 500 livres en espèces » ;  le  Conseil d’État lui concède la somme tolérée de 500 livres mais exige, en plus d’une lourde amende, que « le surplus demeurera acquis et confisqué au profit des dénonciateurs ».

Continuer la lecture de La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (II)

  1. Arrêt de la chambre de justice, qui déclare un service de vermeil doré appartenant au sieur Boislene, accusé, défaillant acquis et confisqué au profit du roi et ordonne que la sixième partie du prix provenant de la vente, sera baillé au denonciateur, conformément à la déclaration du roi. (11 janvier 1662) [Texte imprimé]. (S. l. n. d.) []
  2. Arrêt du conseil d’Etat du roi qui ordonne la confiscation des espèces trouvées en la possession du nommé Mey, au rofit des dénonciateurs [Texte imprimé]. Paris : imp. royale, 1720 []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Histoire de l’octroi

Georges Meunier, « A l’octroi ». [Collection Jaquet, défets d’illustrations de périodiques. Tome 17]. Gallica (BnF)

Le 12 septembre 1896, Émile Zola dénonce dans Le Figaro « la visite des bagages ».

De retour de sa propriété de Médan, le romancier est en effet confronté à un employé de l’octroi très zélé en gare de Saint-Lazare. Un bocal de cornichons s’est fêlé, et les effets personnels du couple Zola ont subi une inspection poussée. L’écrivain conclut son article par un appel à la révolte :

Et vous souffrez ça depuis tant d’années, Parisiens, mes frères? Savez-vous bien que vous avez fait des révolutions pour moins que ça, et que ma surprise est grande de voir que vous n’avez pas encore couvert Paris de barricades pour échapper au zèle imbécile de l’octroi ?

Les « cornichons de M. Zola » déclenchent les sarcasmes de la presse. Mais bientôt, les journalistes rendent grâce à l’auteur naturaliste, car une circulaire du directeur de l’Octroi de Paris rappelle aux employés d’employer « des formes polies à l’égard des contribuables »1.

Qu’est-ce que l’octroi ? Quand a-t-il disparu ? Vous le saurez en lisant le billet du blog Gallica intitulé « Vie et mort de l’octroi, un impôt au profit des villes ».

  1. Voir « Un article oublié d’Émile Zola – la visite des bagages », Les Cahiers naturalistes, 1962 []

La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (I)

Ce double billet reprend une communication présentée dans le cadre de l’atelier de travail intitulé « Écrits au pouvoir. Enjeux, pratiques et acteurs », tenu le 23 juin 2010 à l’université  Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Un corpus comme hypothèse de travail

L’importance de la dénonciation dans la société française à partir de 1789 est un fait bien connu et étudié en partie1. Cependant de nombreuses questions sur cette débordante passion révolutionnaire restent sans réponse. Le succès de ce thème dans la presse du temps serait-il autre chose qu’une « invention de journaliste, […] jouant sur la dramatisation absolue de l’événement », comme l’a ingénieusement mis en évidence Antoine de Baecque2 ?

Ce n’est bien évidemment pas la seule interrogation soulevée par l’ampleur de la dénonciation sous la Révolution, qui peut donner l’impression que tout le monde dénonçait tout le monde. Il convient d’approfondir la réflexion sur la relation entre ce phénomène pendant le temps court et intense de la Révolution et l’histoire de plus longue durée qui la précède.

Continuer la lecture de La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (I)

  1. Lucien Jaume, Le Discours jacobin et la démocratie, Paris, Fayard, 1989, p. 192-215 ; p.257-302 ;  J.  Guilhaumou, « Fragments of a Discourse of Denunciation (1789-1794) », dans  The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, sous la dir. de  K. M. Baker, C. Lucas, F. Furet,  Oxford, vol. IV, The Terror, 1994, p. 139-153 ; Colin Lucas, « The Theory and practice of denunciation in the French Revolution », The Journal of Modern History, vol. 68, N° 4, 1996, p. 768-785, etc. []
  2. Antoine de Baecque, Le Corps de l’histoire. Métaphore et  politique, 1770-1800,  Calmann-Lévy, 1993, p. 269. []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts