Archives de catégorie : Ressources et collections

Les Dossiers biographiques à la Bibliothèque nationale de France : histoire de la constitution d’un fonds

Ce billet vous est proposé par :

  • Valdo Bouyard, conservateur, chargé de collections, responsable du fonds des Dossiers biographiques, département de l’Orientation et la Recherche bibliographique
  • Catherine Éloi, conservateur, adjointe à la directrice, département de l’Orientation et la Recherche bibliographique

Salle pluridisciplinaire et transverse, la salle X est la salle de références dans l’espace recherche de la Bibliothèque nationale de France du site François Mitterrand.

Héritière de la Salle des catalogues et des bibliographies du département des Imprimés de la Bibliothèque nationale, créée en 1934, autrefois implantée sur le site Richelieu, elle rassemble la plus importante collection en libre accès de bibliographies toutes disciplines confondues. Seule salle du Rez-de-jardin où se déploient les dix classes de la classification Dewey, la salle X présente une collection d’outils de référence, de répertoires biobibliographiques et de bibliographies spécialisées particulièrement riches en ce qui concerne la littérature, l’histoire, la philosophie, la religion, les sciences sociales, l’art et l’histoire des sciences. Ces collections pluridisciplinaires permettent de débuter une recherche, de compléter des travaux déjà engagés à l’aide d’outils spécialisés et de poursuivre ainsi un travail de recherche approfondi.

Le lecteur y trouvera également un important pôle biographique et pourra en particulier consulter les principaux dictionnaires biographiques nationaux, ainsi qu’un certain nombre d’outils concernant les personnalités du monde politique, scientifique, littéraire ou artistique. À ce titre, depuis 2005, le Département de l’Orientation et de la Recherche bibliographique, gestionnaire de la salle X, s’est attaché à mettre en valeur un fonds d’archives dont il a hérité : les dossiers biographiques, œuvre d’Armand Boutillier du Retail (1882-1943).

Armand Ernest Marie André Boutillier du Retail, archiviste paléographe de la promotion 1905 de l’École des chartes, fut d’abord directeur des archives du département de l’Aube en 1906, puis en 1923, après un passage comme conservateur des Bibliothèques et Musée de la Guerre, directeur de la Bibliothèque des Ministères du Commerce et du Travail où il créa en 1925 une Bibliothèque d’Information économique et technique internationale à l’intérieur de laquelle une section des Dossiers de Presse, sur le modèle de la Welt-Wirtschafts Archiv de Hambourg, fut instaurée. Elle ouvrit au public en 1932, comptant alors 15000 dossiers classés par thèmes1 , puis 20 000 en 1943, issus du découpage de 3000 périodiques permettant ainsi aux publics souvent constitués de professionnels dans le domaine de l’économie d’avoir une information rapidement car classée et déjà répertoriée pour eux.

Par le décret-loi du 17 juin 1938, la bibliothèque, devenue Centre de Documentation, fut rattachée à la Bibliothèque nationale et localisée au 127, Faubourg Saint-Honoré avec comme directeur A. Boutillier du Retail. Il put alors mettre en place des projets relatifs à la recherche biographique avec notamment la même méthodologie des dossiers de presse.

 Ce Centre ouvert à toutes les disciplines, mettait à la disposition des lecteurs de nombreux usuels destinés à faciliter la recherche biographique (encyclopédies, dictionnaires biographiques, etc.). À ce fonds s’ajoutaient des fichiers biographiques « mis à jour » par le dépouillement de répertoires, de notices nécrologiques, discours honorifiques voire d’inscriptions tombales, fichiers appelés communément par le personnel « fichiers des morts » et toujours présents en salle X. Enfin, les dossiers biographiques proposaient des recueils d’articles sur des personnalités contemporaines ou non, regroupés en dossiers dont le département de l’Orientation et de la Recherche bibliographique a hérité.

Camille Saint-Saëns, Les Hommes d’aujourd’hui. Département de l’Orientation et de la Recherche bibliographique (BnF) : 7e vol., n° 361, dossier biographique cote : FOL-LN1-232 (19380).

Ce fonds s’inscrit alors dans le concept de recherche biographique qui se développe en France : le grand projet du Dictionnaire de biographie française, dit Roman d’Amat lancée dans les années 1910 a vu son premier volume paraître en 1933 (notices de Aage à Alicot)2. Pour la constitution des dossiers, les personnels utilisaient bien souvent leur propre documentation ou une documentation procurée spécifiquement pour ces dépouillements et se répartissaient le travail par spécialités, l’objectif étant de proposer selon les propres termes de Boutillier, un des créateurs de l’Union française des organismes de documentation (UFOD), « une documentation facile à classer, parfois incohérente sans doute, constituée sans méthode, précieuse néanmoins par sa variété, par son imprévu, par les suggestions qu’elle peut apporter pour des recherches plus approfondies ». Le matériel de rangement des dossiers était minimal : les chapitres ou articles découpés étaient collés ou rangés dans des feuilles volantes souvent elles mêmes arrachées de périodiques non utilisés, sur lesquelles était écrit le nom de la personnalité concernée.

La variété des périodiques dépouillés pour la constitution des dossiers est extrêmement large. Selon les travaux établis par les conservateurs Nadine Ferey-Pfalzgraf puis Christophe Langlois (« Les Dossiers biographiques: propositions de valorisation » / document interne BnF, 24 p., 2006), les titres les plus représentés sont : Actu, Paris-Midi, La Croix, Le Journal des Débats, La Liberté, Le Temps, L’Action française, L’Humanité, L’Intransigeant, L’Excelsior, Marianne, L’Illustration, Panorama, Gavroche, L’Ordre, Aujourd’hui, Les Nouveaux Temps, Université Libre, Candide, Demain, Paris Soir, L’Écho de Paris, L’Ami du Peuple, l’Époque, L’Aube, Vendémiaire, France D’Abord, Front National, Le Jeune Patriote. On trouve quelques titres coloniaux comme La Dépêche coloniale ou Les Annales coloniales, ainsi que de la presse étrangère : Commercio Porto, The Jewish Chronicle ou Russkija Vedomosti.

Exemple de la diversité des périodiques dépouillés. Un article présent dans le dossier biographique de Nicolas Ostrovsky. Département de l’Orientation et de la Recherche bibliographique (BnF) : cote : FOL-LN1-232 (21368).

Quant aux personnalités, on ne peut les lister toutes ici mais à titre d’exemple nous pouvons citer Balzac, Barrès, Baudelaire, Bergson, Bourget, Bossuet, Chateaubriand, Claudel, Coppée, Dumas, Flaubert, France, Lamartine, Lemaître, Loti, Mérimée, Michelet, Mistral, Molière, Musset, Proust, Quinet, Racine, Renan, Renard, Rostand, Rousseau, Saint-Exupéry, Sainte-Beuve, Sand, Sartre, Stendhal, Taine, Valéry, Verlaine, Vigny, Voltaire, Zola, Corot, Courbet, Debussy, Renoir, Van Gogh. Certains artistes étrangers sont présents comme D’Annunzio ou Wagner.

Du fait de la période de la constitution des dossiers, l’entre-deux guerres et l’Occupation, le panel est tout aussi vaste pour de nombreuses personnalités politiques étrangères. On ne s’étonnera donc pas de trouver des dossiers sur Mussolini, Roosevelt ou Hitler.

Dossier du général Oshima. Département de l’Orientation et de la Recherche bibliographique (BnF) : cote : FOL-LN1-232 (21366).

On y trouvera aussi des individus moins célèbres, méconnus désormais, ne figurant parfois dans aucun dictionnaire biographique : académiciens, personnalités de l’administration – y compris coloniale –, chefs d’entreprises, diplomates, industriels, journalistes, médecins, hommes politiques, professeurs, religieux, scientifiques, sportifs, hommes et femmes de théâtre. Certains dossiers sont le résultat d’une enquête sociologique auprès de personnalités de l’époque.

Ainsi, l’Enquête dite Picard a été menée dans le cadre du Centre de documentation de la Bibliothèque Nationale, entre 1940 et 1945. Des biographies contemporaines ont été établies auprès de personnalités par enquêtes orales et personnelles, menées par 3 enquêteurs : Henry Coutant (1867-1953), René Chavagnes (1883-1956) et Gaston Picard (1892-1962). Chacun d’entre eux avait une spécialité. Coutant s’occupait plutôt des personnalités angevines célèbres, Chavagnes des artistes dramatiques et lyriques, Picard des hommes de lettres. Certains dossiers sont actuellement conservés dans les collections du département des Manuscrits ou de la Musique, les éléments de travail d’Henry Coutant se retrouvent dans les dossiers biographiques gérés par le Département de l’Orientation et de la recherche biographique (mots clés dans le catalogue en ligne : enquête Henry Coutant).

La couverture chronologique de constitution des dossiers (1930 à 1945) est différente de la couverture chronologique du fonds. L’immense majorité des documents réunis concernent des personnalités de la fin du 19ème siècle jusqu’à la clôture du fonds en 1945. Pour le chercheur actuel, c’est tout l’intérêt de cette documentation de nos jours, car elle dresse une cartographie des personnalités de l’époque, françaises ou « ayant un rapport direct avec l’Histoire de France et la civilisation française » sur la base d’extraits de presse, journaux et revues. À côté de figures incontournables de l’Histoire ou de la culture française dont la célébrité a perduré, on peut également trouver des dossiers sur des personnages célèbres en leur temps puis tombés dans l’oubli. Ils ont tous en commun d’avoir marqué leur époque dans le domaine des lettres, des arts, des sciences ou de la politique. On ne peut être surpris que le dossier réservé au maréchal Philippe Pétain prenne une place considérable, et à ce titre propose un regroupement inédit de recueils d’articles.

Le travail de constitution des dossiers et la vie du Centre d’une manière plus générale correspond plus ou moins aux dates d’activité de Boutillier du Retail au sein de la Bibliothèque nationale, soutenu par Bernard Faÿ qui dotera le Centre d’un budget (9 MF) et d’un personnel considérables avec 21 titulaires et 200 à 400 chômeurs intellectuels3. Boutillier du Retail meurt en 1943, le Centre ne lui survivra que peu de temps et sera clos en 1945 par Jean Laran, administrateur par intérim de la Bibliothèque nationale d’août 1944 à septembre 1945. Les fonds seront dispersés dans différents départements de la Bibliothèque nationale, comme on l’a vu avec l’enquête Picard. Des dossiers seront tout de même, dans les années 1970-1980, complétés ou créés dans le cadre du travail sur le Catalogue général auteurs.

Pour retrouver les dossiers biographiques gérés par le Département de l’Orientation et de la recherche bibliographique dans le Catalogue général en ligne de la Bibliothèque nationale de France, il est conseillé de taper, dans le bandeau d’accueil, les mots « Recueil Boutillier ».

Grâce à un travail considérable, et toujours en cours, de reconditionnement et de catalogage par les équipes du Département de l’Orientation et de la Recherche bibliographique, il y a actuellement 21 441 références concernant les Dossiers biographiques, auxquelles il faut rajouter 2472 notices de coupures de presse ou articles qui se trouvaient déjà dans certaines collections, la collection Rondel notamment. Le lecteur s’intéressant par exemple à la Collaboration en ajoutant « Collaborateurs » à ces deux mots clés aura actuellement 29 réponses. Le dossier sur Guy Bunau-Varilla, fils de Maurice Bunau-Varilla (1856-1944), directeur du Matin ou de personnalités complètement tombées dans l’oubli comme une certaine Sylviane Quimfe, marquise d’Abrantès qui fit les « beaux jours » de cette période et que l’ouvrage publié en 2016, Les comtesses de la Gestapo de Cyril Eder, a remise en lumière, n’aura plus de secret pour lui. Par l’ajout du mot « Antisémitisme », il aura 88 réponses avec des textes virulents parus dans Le Cri du peuple, Au pilori, Je suis partout, Le Matin, Révolution nationale, etc. Si c’est la chromolithographie, de très belles pièces publicitaires sur des artistes comme la Belle Otero, Cécile Sorel ou Victorien Sardou et publiées par la maison Lefèvre-Utile seront à découvrir. Pour la photographie de presse, l’ajout du mot « Photographe » donnera accès à 1489 réponses et à des tirages originaux du photographe Marc Vaux (1895-1971) notamment (à ce jour 25 recueils en contiennent).

Exemple d’une image publicitaire contenue par le dossier de Caroline Otero. Département de l’Orientation et de la Recherche bibliographique (BnF) : cote : FOL-LN1-232 (21369).

Le fonds est indéniablement précieux, car il est un outil qui peut, encore de nos jours, proposer des compléments d’information sur une recherche biographique. Les dossiers décrits dans le catalogue peuvent être demandés en salle X auprès du personnel.

 

Citer ce billet : Blog Histoire, "Les Dossiers biographiques à la Bibliothèque nationale de France : histoire de la constitution d’un fonds," in L'Histoire à la BnF, 23/04/2018, https://histoirebnf.hypotheses.org/2070, [consulté le 26/05/2018].

 

  1. Cf. deux interventions de Boutillier du Retail : dans le Rapport présenté au VIe Congrès International de la Presse Technique et Professionnelle, « Les Services de Dossiers de Presse », Bruxelles, sept. 1930, cote [4 V 10798 (VI, 23)], et le Bulletin Officiel des Maîtres Imprimeurs de France, « Les Dossiers de Presse dans les Bibliothèques publiques », Noël 1930, cote [Q Pièce 110]. []
  2. Bruno, Jean et Roussier, Michel. « Les Recherches biographiques et la documentation imprimée », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1963, n° 6, p. 251-259. []
  3. Voir Livres pillés, lectures surveillées /Martine Poulain, 2008, p.155; et Alain Chatriot, « La lutte contre le « chômage intellectuel » : l’action de la Confédération des Travailleurs Intellectuels (CTI) face à la crise des années trente», Le Mouvement Social 2006/1 (no 214), p. 77-91. []

RetroNews pour les historiens (Partie I. A la découverte du site)

Billet de Philipp Leu (RetroNews)

RetroNews, site de la Bibliothèque nationale de France (BnF), repose sur un modèle freemium : l’accès aux documents et à la recherche simple sont gratuits, mais pour profiter des fonctionnalités avancées, il est nécessaire de souscrire à un abonnement payant. Néanmoins, dans les salles de lecture de la BnF, on accède à l’intégralité des fonctionnalités proposées par le site – sur simple inscription.

=> Pour profiter d’un accès premium à RetroNews depuis les salles de lecture, connectez-vous au réseau Internet de la BnF par connexion filaire ou wifi. Sur le site www.retronews.fr, créez un compte gratuit, ou connectez-vous à votre compte. Le site reconnait automatiquement que vous êtes dans l’enceinte de la BnF et affiche une notification, vous disant que vous naviguez désormais en mode premium.

 Lancé avec les principaux quotidiens généralistes, Retronews.fr offre aujourd’hui 30 millions d’articles, issus de plus de 200 journaux publiés entre 1631 et 1945, et s’enrichit  chaque mois de nouveaux titres de presse régionale, coloniale et spécialisée.

Dès l’origine, la mission principale n’était pas seulement de mettre à disposition une base de documents, mais d’offrir une interface de lecture intuitive et souple proposant des outils de travail puissants et innovants pour le chercheur, ainsi qu’une recherche avancée (voir le prochain billet).

Ce billet est consacré aux fonctionnalités du lecteur RetroNews.

Continuer la lecture de RetroNews pour les historiens (Partie I. A la découverte du site)

Philipp Leu

Philipp Leu, chargé de sélection et de valorisation presse chez BnF Partenariats pour le site RetroNews.

More Posts

Gallica pour les historiens (Partie III. Les recherches plus complexes)

Dans les précédents billets portant sur Gallica et les historiens, nous avons flâné (partie I), découvert des itinéraires, feuilleté des pages et des pages, mené des recherches simples et enregistré leurs résultats (partie II). Forts de ces rudiments, nous pouvons désormais mener des recherches plus complexes.

Continuer la lecture de Gallica pour les historiens (Partie III. Les recherches plus complexes)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Gallica pour les historiens (Partie II. Quelques conseils pratiques)

Dans un précédent billet, nous avons vu comment voyager des jours entiers grâce à Gallica et au blog Gallica … De ces périples, le gallicanaute aime à rapporter des souvenirs, voire à partager en direct les plus délicieuses de ses découvertes. Il peut souhaiter aussi revenir à des documents particulièrement intéressants. Ce billet se veut donc un guide pour aider les historiens et les férus d’histoire à tirer pleinement profit des fonctionnalités de Gallica.

Continuer la lecture de Gallica pour les historiens (Partie II. Quelques conseils pratiques)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Gallica pour les historiens (Partie I. Quelques suggestions de parcours)

Gallica, la Bibliothèque numérique de la BnF, a (déjà!) 20 ans. Nombreux sont désormais  les historiens en herbe, les historiens en formation, les amateurs d’histoire(s), les professeurs d’histoire, les chercheurs en histoire, etc., qui fréquentent cette considérable bibliothèque et disent l’apprécier. Récemment, Gérard Noiriel racontait par exemple comment il a pu redonner vie au clown Chocolat grâce à Gallica, et ajoutait :

En consultant la version papier des journaux (ce que j’ai fait pendant plus de vingt ans pour mes recherches avant l’invention de Gallica), je n’aurais jamais pu trouver ces informations perdues dans l’océan des pages imprimées1.

Footit et Chocolat, artistes de cirque : documents iconographiques. Gallica, BnF.

En discutant avec les lecteurs, en présentant les ressources de Gallica dans différentes manifestations, les bibliothécaires de la BnF découvrent parfois que certains « gallicanautes » n’en connaissent pas toutes les fonctionnalités ô combien précieuses, et que tous les férus d’histoire ne se sont pas encore aventurés sur le continent Gallica. Nous vous proposons donc ici une session de rattrapage…

Continuer la lecture de Gallica pour les historiens (Partie I. Quelques suggestions de parcours)

  1. Voir Sophie Robert et Philippe Mezzasalma, « Quand Gérard Noiriel redonne vie à Chocolat ». Blog Gallica, novembre 2017. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

La coutume, petite histoire d’une source de droit

 » Coupable faisant amende honorable « , Coutumes de Toulouse, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Latin 9187, f. 34 r°. Gallica (BnF).

 

Si un auteur s’est intéressé à la coutume, c’est bien  Michel de Montaigne (1533-1592) … Elle est omniprésente dans les Essais où il l’aborde sous ses différents aspects. S’il déplore qu’elle restreigne singulièrement la liberté de l’homme, il estime son respect nécessaire à la vie en société. Le terme renvoie tantôt à des habitudes collectives, tantôt à des habitudes individuelles. Enfin, la coutume revêt une définition sous laquelle Montaigne, magistrat, la connaît bien … Il s’agit aussi d’actes publics et paisibles ayant acquis, par leur ancienneté et leur répétition – « Une fois n’est pas coutume ! », force de loi sur un territoire donné. L’ensemble de ces usages constitue le droit coutumier. C’est cette acception de la coutume qui nous intéresse ici1.

Continuer la lecture de La coutume, petite histoire d’une source de droit

  1. Guillaume Cazeaux, Montaigne et la coutume, Mimesis, coll. « Philosophie et société », 2015.
    Édition contemporaine des Essais : Michel de Montaigne, Les essais, éd. établie et présentée par Claude Pinganaud, [Paris], Arléa, 1992
    Édition des Essais sur Gallica : Essais de Michel seigneur de Montaigne. Cinquiesme edition, augmentée d’un troisiesme livre et de six cens additions aux deux premiers, À Paris, Chez Abel L’Angelier, 1588. []

Stéphanie Tonnerre-Seychelles

Chargée de collections en science politique et de valorisation en droit et science politique au département Droit, économie, politique.

More Posts

Acquisition de la collection Records of the Kurds : Près de 8 000 pages d’archives britanniques sur les Kurdes désormais consultables à la BnF

Alors que nous approchons, doucement mais sûrement, du centenaire du Traité de Sèvres (1921), prévoyant la création d’un État kurde, puis de celui du Traité de Lausanne (1923), qui entérina les frontières actuelles des différents États du Moyen-Orient, la question kurde, issue de la partition du peuple kurde entre quatre États modernes – Iran, Irak, Turquie et Syrie – ne cesse de revenir, depuis plusieurs années, dans toute son urgence sur le devant de la scène internationale.

L’horizon politique des Kurdes et leurs luttes passées continuent de s’affirmer dans une résistance face au nouvel ordre mondial créé, à l’initiative de la Grande-Bretagne et de la France, au moment de la partition de l’empire ottoman. Dans ce contexte, la publication aux presses de l’université de Cambridge d’une collection éditée par Anita L.P. Burdett et intitulée Records of the Kurds: Territory, Revolt and Nationalism, 1831-1979, regroupant les documents d’archives britanniques concernant les Kurdes sur cette période, fait figure d’immense service rendu aux chercheurs qui se penchent d’ores-et-déjà sur cette histoire trouble et encore peu étudiée.

F. 55. Kurdes venant d’Ayridja pour hiverner au pied de l’Ararat, [mission du Baron de Baye en 1898]. Société de Géographie.
Continuer la lecture de Acquisition de la collection Records of the Kurds : Près de 8 000 pages d’archives britanniques sur les Kurdes désormais consultables à la BnF

Sacha Alsancakli

Doctorant en Histoire moderne à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3/UMR 7528 Mondes iranien et indien

More Posts

1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Dans un précédent billet, j’évoquais le charivari orchestré à partir des idées des socialistes « utopiques » de 1848, et comment il s’est concentré autour de Cabet, Considerant, Leroux et Proudhon. Ces quatre « meneurs », désormais accompagnés de symboles récurrents comme la queue terminée par un œil de Considerant, ou par exemple  la redingote crasseuse et le peuplier de Leroux, obtiennent dans la presse satirique une place proportionnelle à leur présence à l’Assemblée et/ou à leurs écrits dont l’inventivité stimule parodie et imagination. Nous verrons dans ce billet comment les caricaturistes oscillent entre stigmatisation et sacralisation des utopistes, allant jusqu’à présenter leurs écrits comme une nouvelle religion.  Puis nous nous demanderons de qui ou de quoi l’on se moque précisément dans ces caricatures.

Continuer la lecture de 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

« L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science

Caricature accompagnant l’article « la fin des érudits », révélatrice du climat de suspicion autour de l’ordinateur, aux débuts de son utilisation .

 

Cet article résume la conférence « « L’historien de demain sera programmeur… » Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover ».

À partir des années 1960, Emmanuel Le Roy Ladurie, disciple de Fernand Braudel, incarne brillamment l’École des Annales et contribue à sa renommée en France et au-delà des frontières. Son œuvre lui a valu les appréciations les plus enthousiastes de ses pairs, qui ont salué en lui un « un grand historien », un « historien total », un « magicien » de l’histoire1.

Aussi exceptionnel est l’accueil que ses ouvrages ont rencontré de la part du grand public. Sa vivacité, sa simplicité, son sens de la formule et son humour ont permis à certains de saluer en lui un « nouveau Michelet »2. Mais l’histoire illustrée par Emmanuel Le Roy Ladurie ne se distingue pas seulement par les qualités de son récit. Elle est marquée aussi fortement par les nouvelles méthodologies et, peut-on dire, les nouvelles technologies de la recherche qui en sont encore à leurs débuts au moment où il fait ses armes.

Continuer la lecture de « L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science

  1. Jacques Le Goff, « Un grand territoire pour un grand historien », Psychologie, n° 106, novembre 1978, p. 90-92 ; Peter Lennon, « Annales of a Total Historian », Times, 8 décembre 1984, p. 6 ; Lauro Martines, « Emmanuel Le Roy Ladurie, Magician of History », The Washington Post, 19 décembre 1982, p. 6. []
  2. Apud André Burguière, « L’historien et l’actualité », texte ms. en vue d’un colloque à Chartres, qui finalement n’a pas eu lieu. []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie I)

Résultat de recherches iconographiques à travers les collections de journaux satiriques conservés par le Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et de la Bibliothèque numérique Gallica, ce billet restitue et complète le contenu de la conférence « 1848 et la ‘foire aux idées nouvelles’ » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover » .

L’année 1848 est celle d’un intense bouillonnement politique. Avec les trois journées révolutionnaires de février (22 au 24), la Monarchie de Juillet est renversée. Le 25, la République est proclamée et le gouvernement provisoire prend des mesures politiques et sociales  concernant le suffrage universel, la liberté de réunion, la liberté de la presse, l’enseignement primaire gratuit et obligatoire, l’abolition de l’esclavage, le travail, etc. Les journées de juin (23 au 26), motivées par une crise économique et sociale,  sont cependant réprimées dans le sang. Le 4 novembre, la Constitution de la Seconde République est promulguée. L’Assemblée (pouvoir législatif) et le président (pouvoir exécutif) sont élus au suffrage universel masculin.  En décembre, Louis-Napoléon Bonaparte remporte largement l’élection présidentielle, soutenu par le « Parti de l’Ordre  »1.

Au beau milieu de cette agitation politique, la presse connaît un moment de grâce. Elle est libérée en mars des contraintes juridiques  et financières lourdes qui pesaient sur elle depuis la loi de septembre 1835 : demande d’autorisation préalable ; emprisonnement des responsables des journaux ayant enfreint la censure ; etc2. On assiste à une floraison de titres dans lesquels journalistes et dessinateurs laissent libre cours à une inventivité longtemps réfrénée. Ce moment de grâce est fugace : dès juin, plusieurs journaux sont interdits dont La Presse d’Émile de Girardin. En août, des décrets indiquent les délits de presse amenant à nouveau amendes et/ou emprisonnements : attaques contre les institutions, la liberté des cultes, le principe de la propriété, les droits de la famille, etc3.

Continuer la lecture de 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie I)

  1. Voir entre autres : Maurice Agulhon, André Nouschi, Antoine Olivesi, La France de 1848 à nos jours,  Paris, A. Colin, 2008 ; Sylvie Aprile, La révolution inachevée : 1815-1870 [ouvrage dirigé par Henry Rousso], Paris, Belin, 2014 ;  Jean-Charles Geslot, La France de 1848 à 1914,  Paris, A. Colin, 2014 ; Maurizio Gribaudi & Michèle Riot-Sarcey, 1848, la révolution oubliée, Paris, la Découverte, 2008. []
  2. Voir le Bulletin officiel du Ministère de l’intérieur, 1848, n°2, pages 58 et 59. []
  3. Voir le Bulletin officiel du Ministère de l’intérieur, 1848, n°2, pages 359 et 360. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts