Archives de catégorie : collections

Clio by François Boucher at the Coin Cabinet of the BnF

This article was written by :

  • Frédérique Duyrat, conservateur général, directeur du Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et membre statutaire de l’équipe de recherche Mondes sémitiques (UMR CNRS 8167)
  • Jérôme Jambu, conservateur, chargé des collections de monnaies étrangères, Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et Maître de conférences en Histoire moderne (Université de Lille IRHiS UMR CNRS 8529)

French version here / Retrouvez le en version française ici

The ongoing restoration of the Richelieu site of the Bibliothèque nationale de France has led to the removal of a number of historical decors. One of them adorns the room today called the “Salon Louis XV” which is in fact the former Coin Cabinet, or Cabinet du Roi, of the 18th century, now called département des Monnaies, médailles et antiques (Figure 1). This decor was moved in the 1860s : during the redevelopment of the site of the National Library rue de Richelieu, the arcade of the former hotel de Nevers where the original Cabinet was located, above the rue Colbert, had to be demolished. The decor was kept in different parts of the Library until the beginning of the 20th century. It was then scrupulously reassembled by the architect Jean-Louis Pascal in the new wing of the Library created to house the Cabinet des Médailles and its museum in 1917. Large-format copies of portraits of Louis XIV by Hyacinthe Rigaud and Louis XV by Louis-Michel Van Loo made in the beginning of the 19th century, occupy each end of the room to replace paintings destroyed during the Revolution. The paneling in which the paintings were inserted was also copied from what was left of the dismantled originals. This allowed the reinstallation of paintings and furniture dated from the 1740s, in a setting close to the original.

Fig. 1. View of the salon Louis XV before the removal of the furniture and paintings for restoration. The original color of the wood panels was a slightly pink-white, not deep green. Salon Louis XV, Richelieu site, BnF. BnF picture.

Continuer la lecture de Clio by François Boucher at the Coin Cabinet of the BnF

La Clio de François Boucher du Cabinet des médailles de la BnF

Ce billet vous est proposé par :

  • Frédérique Duyrat, conservateur général, directeur du Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et membre statutaire de l’équipe de recherche Mondes sémitiques (UMR CNRS 8167)
  • Jérôme Jambu, conservateur, chargé des collections de monnaies étrangères, Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et Maître de conférences en Histoire moderne (Université de Lille IRHiS UMR CNRS 8529)

Retrouvez le en version anglaise ici / English version here

La restauration en cours du site Richelieu de la BnF a conduit à déposer un certain nombre de décors historiques. L’un d’entre eux orne la pièce aujourd’hui appelée « Salon Louis XV » qui est en fait l’ancien Cabinet des médailles, ou Cabinet du roi, du XVIIIe siècle, aujourd’hui département des Monnaies, médailles et antiques (Figure 1). Ce décor a été déplacé dans les années 1860 : lors des travaux de réaménagement du site de la Bibliothèque nationale rue de Richelieu, l’arcade de l’ancien hôtel de Nevers où se trouvait le Cabinet, au-dessus de la rue Colbert, dut être détruite. Le décor fut conservé démonté jusqu’au début du XXe siècle. Il fit alors l’objet d’un remontage scrupuleux par l’architecte Jean-Louis Pascal dans la nouvelle aile de la Bibliothèque créée pour accueillir le Cabinet des médailles et son musée. Des copies de grand format, datées du début du XIXe siècle, d’après des portraits de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud et Louis XV par Louis-Michel Van Loo occupent chaque extrémité du salon en remplacement des tableaux détruits sous la Révolution. Les lambris dans lesquels s’insèrent les tableaux ont aussi été copiés d’après ce qui restait des originaux démontés. Ils ont permis la réinstallation des tableaux et du mobilier datés des années 1740, dans un décor proche de l’original.

Fig. 1. Vue du salon Louis XV avant le démontage du mobilier et des tableaux pour restauration. La couleur originale des boiseries était un blanc rosé. Salon Louis XV, site Richelieu, BnF. Cliché BnF.

Continuer la lecture de La Clio de François Boucher du Cabinet des médailles de la BnF

Il y a cinquante ans … « Mai 68 » et la BnF

Affiche, 45 x 64 cm – Atelier populaire de l’ex-École des beaux-arts BnF, Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3926.

Du 17 avril 2018 au 26 août 2018, la Bibliothèque nationale de France propose une exposition intitulée «Icônes de Mai 68 – Les images ont une histoire ». On trouvera tous les renseignements pratiques concernant cette exposition ici. Une exposition virtuelle permet une première découverte de ces icônes, complétée par des interviews de personnes qui ont collecté certains de ces documents il y a cinquante ans. À consulter sans modération ici.

 Envie de lectures en ligne ? Sur le blog des lecteurs, Julien Farenc évoque « Chris Marker ou La mémoire imparfaite», tandis qu’Olivier Jacquot sur le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France nous parle de « Mai 68 à la BnF : tradition et innovation dans la sauvegarde de sources de l’histoire du temps présent ».
Avec « L’autre printemps 68 : « ne prenez plus les auspices, prenez le pouvoir  » », le carnet de recherches L’Antiquité à la BnF, nous fait découvrir la révolte fomentée contre Néron en l’an 68 de notre ère…
Besoin de bibliographies récentes sur mai 68 ? La BnF vous propose une bibliographie intitulée « 68, la parole libérée » ainsi qu’une bibliographie sur l’année 1968 dans le monde.
Enfin, n’oubliez pas de consulter le site soixante-huit qui fédère le programme de plusieurs partenaires culturels, à Paris et en Ile-de-France.
Affiche, 80 x 60 cm – Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3684

Les Dossiers biographiques à la Bibliothèque nationale de France : histoire de la constitution d’un fonds

Ce billet vous est proposé par :

  • Valdo Bouyard, conservateur, chargé de collections, responsable du fonds des Dossiers biographiques, département de l’Orientation et la Recherche bibliographique
  • Catherine Éloi, conservateur, adjointe à la directrice, département de l’Orientation et la Recherche bibliographique

Salle pluridisciplinaire et transverse, la salle X est la salle de références dans l’espace recherche de la Bibliothèque nationale de France du site François Mitterrand.

Héritière de la Salle des catalogues et des bibliographies du département des Imprimés de la Bibliothèque nationale, créée en 1934, autrefois implantée sur le site Richelieu, elle rassemble la plus importante collection en libre accès de bibliographies toutes disciplines confondues. Seule salle du Rez-de-jardin où se déploient les dix classes de la classification Dewey, la salle X présente une collection d’outils de référence, de répertoires biobibliographiques et de bibliographies spécialisées particulièrement riches en ce qui concerne la littérature, l’histoire, la philosophie, la religion, les sciences sociales, l’art et l’histoire des sciences. Ces collections pluridisciplinaires permettent de débuter une recherche, de compléter des travaux déjà engagés à l’aide d’outils spécialisés et de poursuivre ainsi un travail de recherche approfondi.

Le lecteur y trouvera également un important pôle biographique et pourra en particulier consulter les principaux dictionnaires biographiques nationaux, ainsi qu’un certain nombre d’outils concernant les personnalités du monde politique, scientifique, littéraire ou artistique. À ce titre, depuis 2005, le Département de l’Orientation et de la Recherche bibliographique, gestionnaire de la salle X, s’est attaché à mettre en valeur un fonds d’archives dont il a hérité : les dossiers biographiques, œuvre d’Armand Boutillier du Retail (1882-1943). Continuer la lecture de Les Dossiers biographiques à la Bibliothèque nationale de France : histoire de la constitution d’un fonds

La coutume, petite histoire d’une source de droit

 » Coupable faisant amende honorable « , Coutumes de Toulouse, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Latin 9187, f. 34 r°. Gallica (BnF).

 

Si un auteur s’est intéressé à la coutume, c’est bien  Michel de Montaigne (1533-1592) … Elle est omniprésente dans les Essais où il l’aborde sous ses différents aspects. S’il déplore qu’elle restreigne singulièrement la liberté de l’homme, il estime son respect nécessaire à la vie en société. Le terme renvoie tantôt à des habitudes collectives, tantôt à des habitudes individuelles. Enfin, la coutume revêt une définition sous laquelle Montaigne, magistrat, la connaît bien … Il s’agit aussi d’actes publics et paisibles ayant acquis, par leur ancienneté et leur répétition – « Une fois n’est pas coutume ! », force de loi sur un territoire donné. L’ensemble de ces usages constitue le droit coutumier. C’est cette acception de la coutume qui nous intéresse ici1.

Continuer la lecture de La coutume, petite histoire d’une source de droit

  1. Guillaume Cazeaux, Montaigne et la coutume, Mimesis, coll. « Philosophie et société », 2015.
    Édition contemporaine des Essais : Michel de Montaigne, Les essais, éd. établie et présentée par Claude Pinganaud, [Paris], Arléa, 1992
    Édition des Essais sur Gallica : Essais de Michel seigneur de Montaigne. Cinquiesme edition, augmentée d’un troisiesme livre et de six cens additions aux deux premiers, À Paris, Chez Abel L’Angelier, 1588. []

Stéphanie Tonnerre-Seychelles

Chargée de collections en science politique et de valorisation en droit et science politique au département Droit, économie, politique.

More Posts

Acquisition de la collection Records of the Kurds : Près de 8 000 pages d’archives britanniques sur les Kurdes désormais consultables à la BnF

Alors que nous approchons, doucement mais sûrement, du centenaire du Traité de Sèvres (1921), prévoyant la création d’un État kurde, puis de celui du Traité de Lausanne (1923), qui entérina les frontières actuelles des différents États du Moyen-Orient, la question kurde, issue de la partition du peuple kurde entre quatre États modernes – Iran, Irak, Turquie et Syrie – ne cesse de revenir, depuis plusieurs années, dans toute son urgence sur le devant de la scène internationale.

L’horizon politique des Kurdes et leurs luttes passées continuent de s’affirmer dans une résistance face au nouvel ordre mondial créé, à l’initiative de la Grande-Bretagne et de la France, au moment de la partition de l’empire ottoman. Dans ce contexte, la publication aux presses de l’université de Cambridge d’une collection éditée par Anita L.P. Burdett et intitulée Records of the Kurds: Territory, Revolt and Nationalism, 1831-1979, regroupant les documents d’archives britanniques concernant les Kurdes sur cette période, fait figure d’immense service rendu aux chercheurs qui se penchent d’ores-et-déjà sur cette histoire trouble et encore peu étudiée.

F. 55. Kurdes venant d’Ayridja pour hiverner au pied de l’Ararat, [mission du Baron de Baye en 1898]. Société de Géographie.
Continuer la lecture de Acquisition de la collection Records of the Kurds : Près de 8 000 pages d’archives britanniques sur les Kurdes désormais consultables à la BnF

Sacha Alsancakli

Doctorant en Histoire moderne à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3/UMR 7528 Mondes iranien et indien

More Posts

1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Dans un précédent billet, j’évoquais le charivari orchestré à partir des idées des socialistes « utopiques » de 1848, et comment il s’est concentré autour de Cabet, Considerant, Leroux et Proudhon. Ces quatre « meneurs », désormais accompagnés de symboles récurrents comme la queue terminée par un œil de Considerant, ou par exemple  la redingote crasseuse et le peuplier de Leroux, obtiennent dans la presse satirique une place proportionnelle à leur présence à l’Assemblée et/ou à leurs écrits dont l’inventivité stimule parodie et imagination. Nous verrons dans ce billet comment les caricaturistes oscillent entre stigmatisation et sacralisation des utopistes, allant jusqu’à présenter leurs écrits comme une nouvelle religion.  Puis nous nous demanderons de qui ou de quoi l’on se moque précisément dans ces caricatures.

Continuer la lecture de 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

« L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science

Caricature accompagnant l’article « la fin des érudits », révélatrice du climat de suspicion autour de l’ordinateur, aux débuts de son utilisation .

 

Cet article résume la conférence « « L’historien de demain sera programmeur… » Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover ».

À partir des années 1960, Emmanuel Le Roy Ladurie, disciple de Fernand Braudel, incarne brillamment l’École des Annales et contribue à sa renommée en France et au-delà des frontières. Son œuvre lui a valu les appréciations les plus enthousiastes de ses pairs, qui ont salué en lui un « un grand historien », un « historien total », un « magicien » de l’histoire1.

Aussi exceptionnel est l’accueil que ses ouvrages ont rencontré de la part du grand public. Sa vivacité, sa simplicité, son sens de la formule et son humour ont permis à certains de saluer en lui un « nouveau Michelet »2. Mais l’histoire illustrée par Emmanuel Le Roy Ladurie ne se distingue pas seulement par les qualités de son récit. Elle est marquée aussi fortement par les nouvelles méthodologies et, peut-on dire, les nouvelles technologies de la recherche qui en sont encore à leurs débuts au moment où il fait ses armes.

Continuer la lecture de « L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science

  1. Jacques Le Goff, « Un grand territoire pour un grand historien », Psychologie, n° 106, novembre 1978, p. 90-92 ; Peter Lennon, « Annales of a Total Historian », Times, 8 décembre 1984, p. 6 ; Lauro Martines, « Emmanuel Le Roy Ladurie, Magician of History », The Washington Post, 19 décembre 1982, p. 6. []
  2. Apud André Burguière, « L’historien et l’actualité », texte ms. en vue d’un colloque à Chartres, qui finalement n’a pas eu lieu. []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie I)

Résultat de recherches iconographiques à travers les collections de journaux satiriques conservés par le Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et de la Bibliothèque numérique Gallica, ce billet restitue et complète le contenu de la conférence « 1848 et la ‘foire aux idées nouvelles’ » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover » .

L’année 1848 est celle d’un intense bouillonnement politique. Avec les trois journées révolutionnaires de février (22 au 24), la Monarchie de Juillet est renversée. Le 25, la République est proclamée et le gouvernement provisoire prend des mesures politiques et sociales  concernant le suffrage universel, la liberté de réunion, la liberté de la presse, l’enseignement primaire gratuit et obligatoire, l’abolition de l’esclavage, le travail, etc. Les journées de juin (23 au 26), motivées par une crise économique et sociale,  sont cependant réprimées dans le sang. Le 4 novembre, la Constitution de la Seconde République est promulguée. L’Assemblée (pouvoir législatif) et le président (pouvoir exécutif) sont élus au suffrage universel masculin.  En décembre, Louis-Napoléon Bonaparte remporte largement l’élection présidentielle, soutenu par le « Parti de l’Ordre  »1.

Au beau milieu de cette agitation politique, la presse connaît un moment de grâce. Elle est libérée en mars des contraintes juridiques  et financières lourdes qui pesaient sur elle depuis la loi de septembre 1835 : demande d’autorisation préalable ; emprisonnement des responsables des journaux ayant enfreint la censure ; etc2. On assiste à une floraison de titres dans lesquels journalistes et dessinateurs laissent libre cours à une inventivité longtemps réfrénée. Ce moment de grâce est fugace : dès juin, plusieurs journaux sont interdits dont La Presse d’Émile de Girardin. En août, des décrets indiquent les délits de presse amenant à nouveau amendes et/ou emprisonnements : attaques contre les institutions, la liberté des cultes, le principe de la propriété, les droits de la famille, etc3.

Continuer la lecture de 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie I)

  1. Voir entre autres : Maurice Agulhon, André Nouschi, Antoine Olivesi, La France de 1848 à nos jours,  Paris, A. Colin, 2008 ; Sylvie Aprile, La révolution inachevée : 1815-1870 [ouvrage dirigé par Henry Rousso], Paris, Belin, 2014 ;  Jean-Charles Geslot, La France de 1848 à 1914,  Paris, A. Colin, 2014 ; Maurizio Gribaudi & Michèle Riot-Sarcey, 1848, la révolution oubliée, Paris, la Découverte, 2008. []
  2. Voir le Bulletin officiel du Ministère de l’intérieur, 1848, n°2, pages 58 et 59. []
  3. Voir le Bulletin officiel du Ministère de l’intérieur, 1848, n°2, pages 359 et 360. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Le Moyen Âge : temps obscurs ou siècles d’innovations ?

Résultat de recherches iconographiques à travers la Bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France Gallica, cet article résume la conférence « Le Moyen Âge : temps obscurs ou siècles d’innovations ? » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover ».

Rappelons tout d’abord que la terminologie « Moyen Âge » est une véritable invention de la Renaissance. Auparavant les hommes ne pouvaient par définition avoir conscience de vivre dans une période intermédiaire1. Ce n’est qu’au XXe siècle que les historiens vont nuancer cette vision négative ; Régine Pernoud en 1979 indique dans Pour en finir avec le Moyen Âge :

Dans la vision, dans la mentalité de ce temps (et non seulement du XVIe siècle, mais des trois siècles suivants), il y aurait eu deux époques de lumière : Antiquité et Renaissance – les temps classiques. Et, entre les deux, un « âge moyen » – période intermédiaire, bloc uniforme, « siècles grossiers », « temps obscurs ».

Continuer la lecture de Le Moyen Âge : temps obscurs ou siècles d’innovations ?

  1. Traditionnellement le Moyen Âge débute à la fin du Ve siècle avec la déposition de l’Empereur romain d’Occident Romulus Augustule en 476 et s’achève à la fin du XVe siècle avec  le voyage de Christophe Colomb aux Amériques en 1492. []

Séverine Boullay

chargée de collections en histoire médiévale au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts