Faites parler les images ! un poupon en apothéose

Saurez-vous deviner quelle légende l’auteur avait donnée au dessin humoristique ci-dessus ?

Si les éléments du dessin ne vous suffisent pas, voici quelques indices :

  • un des numéros du Rire de février 1902 devrait vous aider à trouver la solution
  • l’image mise en avant au tout début de cette brève pourrait compléter la légende
  • la légende que vous devez retrouver est une citation que l’on peut associer à une saison évoquée par le dessin ci-dessous
La ronde des saisons : trente-sept Maquettes de costumes / par Charles Bétout, 1905. Gallica (BnF).

Les images ont parlé ! L’album d’un député aux champs

Dans un précédent billet, nous vous mettions au défi de retrouver l’album représentant les actions d’un député de la Lozère sous le Second Empire.

Les moyens de retrouver cet album étaient multiples. Vous pouviez rechercher la liste des députés de la Lozère à cette période puis taper leurs noms dans Gallica. Vous pouviez, dans Gallica comme dans Retronews, tenter une recherche en associant par exemple album, député,  et Lozère. Vous pouviez encore rechercher l’expression que nous vous avions donnée (une insurrection démagogique), bien entre guillemets et en limitant les dates au Second Empire, etc. , etc1. Continuer la lecture de Les images ont parlé ! L’album d’un député aux champs

  1. Pour aller plus loin dans ce type de recherches, voir dans ce carnet les billets Gallica pour les historiens et Retronews pour les historiens. []

Faites parler les images ! L’album d’un député aux champs

Cet ancien préfet, devenu député de la Lozère sous le Second Empire, a demandé à un dessinateur de le montrer dans ses actions d’éclat : réprimant « une insurrection démagogique » le 4 décembre 1851, visitant les victimes du choléra, etc., etc. L’album ainsi constitué de gravures le représentant lui comme sa femme a beaucoup fait rire ses contemporains et est même devenu le symbole d’une propagande maladroite.

Saurez-vous retrouver cet album dans Gallica ?

Saurez-vous retrouver les critiques de la presse à propos de cet album ?

De quel député est-il question ?

Réponse à la fin du mois ! Continuer la lecture de Faites parler les images ! L’album d’un député aux champs

Les images ont parlé ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Dans un précédent billet (que vous pouvez (re)lire ici), le Blog Histoire vous a présenté une série de 9 vignettes, issue de La Petite République, qui avait provoqué un beau tollé  en 1882. En effet, l’Assemblée nationale y était présentée comme une bande d’élèves indisciplinés et irrespectueux. Leur « professeur », Gambetta, ne rétablissait le calme qu’en prononçant la dissolution de la Chambre. L’auteur des vignettes, le caricaturiste Pépin, était soupçonné de maladresse, voire de participer à une orchestration politique. Certains journaux insinuaient en effet que La Petite République, dont l’un des actionnaires majoritaires était Gambetta en personne, ne pouvait avoir publié ces dessins que par goût du césarisme… Continuer la lecture de Les images ont parlé ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Chronique d’un « fait divers » estival : l’assassinat d’Étienne Marcel en 1358

Le 31 juillet 1358, Étienne Marcel, le Prévôt des marchands1, est assassiné en plein Paris. Revenons sur les lieux et les circonstances du crime.

Le contexte historique d’une « murder party » médiévale

En ce milieu du XIVe siècle, l’Europe est bouillonnante, en pleine mutation. Si crise de la féodalité il y a2, le royaume de France est surtout atteint par des troubles économiques3 amplifiés par les effets de la Peste Noire4. La montée en puissance de la bourgeoisie, qui se prévaut d’être l’égale de la noblesse et du clergé, bénéficie de l’essor des villes depuis le XIIIe siècle5.

Continuer la lecture de Chronique d’un « fait divers » estival : l’assassinat d’Étienne Marcel en 1358

  1. Depuis le milieu du XIIIe siècle, le prévôt des marchands est de facto le représentant de la bourgeoisie parisienne auprès du pouvoir royal. []
  2. R. H. Hilton, « Y eut-il une crise générale de la féodalité ? », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 6ᵉ année, N. 1, 1951. Pp. 23-30. []
  3. Guy Bois, La grande dépression médiévale, XIV e-XV e siècles : le précédent d’une crise systémique. Paris, Presses universitaires de France, 2000. []
  4. Guy Bois, La peste noire et la mutation de l’Occident. Paris, Monfort, 2000. []
  5. voir sur le site pédagogique de la BnF : l’essor des villes et la ville au XIIIe siècle. []

Séverine Boullay

chargée de collections en histoire médiévale au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Faites parler les images ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Le thème des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2018 sera la puissance des images. Et si on s’entraînait un peu ?!

Il est fréquent dans la presse du XIXe siècle de relayer, commenter, voire de « sous-titrer »  de manière sarcastique les images publiées par d’autres supports. Le carnet de recherches L’Histoire à la BnF vous propose de découvrir aujourd’hui cet usage à travers une série de 9 vignettes, « Le pensionnat Bourbon », publiée le 5 février 1882 dans le supplément de La Petite République.

Continuer la lecture de Faites parler les images ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Voyager seule : 150 ans de clichés

Photo de couverture : Photo by Jessica Devnani from Burst

2018 marque le cent cinquantenaire de la naissance d’Alexandra David-Néel (1868-1969), souvent considérée comme la plus grande des voyageuses françaises, du fait de sa longévité et de la difficulté d’accès aux endroits qu’elle a explorés. Mais elle ne fut pas la première des voyageuses françaises, loin s’en faut, comme le montre par exemple l’essai de Françoise Lapeyre : Le Roman des voyageuses françaises (1800-1900).

Un des intérêts de cet ouvrage est d’évoquer la façon dont les premières voyageuses étaient considérées. La simple citation de l’Année littéraire en 1867 donne le ton : « S’il leur arrive quelque mésaventure, la pitié que l’on ressent est moins grande : elles n’avaient qu’à rester chez elles ». Même si les propos sont moins violents, c’est aussi ce que rapporte Jane Dieulafoy en 1887 :

Quelques amis bien intentionnés tentèrent de me détourner d’une expédition, au demeurant fort hasardeuse, et m’engagèrent vivement à rester au logis […] Je sus résister à toutes ces tentations. À cette nouvelle on me traita d’originale, accusation bien grave en province ; mes amis les meilleurs et les plus indulgents se contentèrent de douter du parfait équilibre de mon esprit1.

Continuer la lecture de Voyager seule : 150 ans de clichés

  1. Jane Dieulafoy, La Perse, la Chaldée et la Susiane. Paris, Hachette & Cie, 1887. Page 2. []

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

Nadar, « Les philosophes du jour », Petit Journal pour rire, 1856. n° 42. BnF, Département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme. Cote : 4-LC2-3830.

Instituée à l’été 1855 après plus d’un demi-siècle d’hésitations (voir billet précédent), la taxe sur les chiens entre en vigueur en 1856. Elle doit être comprise entre un à dix francs et distingue deux classes de chiens, l’une dite d’agrément l’autre utilitaire.  Les législateurs ont prévu qu’elle rapporterait des sommes importantes aux communes, et permettrait de diminuer le nombre de chiens errants donc de lutter contre la rage alors meurtrière. Ils ont aussi argué que la nourriture consacrée aux chiens pourrait revenir  à des populations mal nourries. Les premières réactions de la presse en 1855 sont spéculatives : on a volontiers imaginé que les propriétaires allaient se débarrasser de leurs chiens. S’il semble en effet que certains d’entre eux ont  noyé ou abandonné leurs bêtes avant l’entrée en vigueur du nouvel impôt, les caricatures dépeignent surtout des stratégies de résistance des rétives et rétifs à la taxe mais  désireux de conserver leur animal. Cet écart  par rapport à une littérature réaliste qui s’est plus volontiers penchée sur l’élimination sordide des animaux1 montre une fois encore qu’on doit envisager la presse satirique comme une caisse de résonance plus subtile qu’il n’y paraît des mutations sociétales.

Continuer la lecture de Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

  1. Par exemple dans Les Contes de la Bécasse de Maupassant : « Elle n’avait nullement songé à l’impôt, et quand on lui réclama huit francs, – huit francs, Madame ! – pour ce freluquet de quin qui ne jappait seulement point, elle faillit s’évanouir de saisissement. Il fut immédiatement décidé qu’on se débarrasserait de Pierrot. » Voir Éric Baratay, « Chacun jette son chien. De la fin d’une vie au XIXe siècle », Romantisme, 2011/3 (n°153), p. 147-162. En ligne ici. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie I)

Imagerie d’Epinal. N° 345, Une histoire de chien : [estampe] / P. D. Pellerin & Cie, imp.-édit. [Epinal, 1896]. Gallica (BnF).

Un impôt sur les chiens ? Il a bel et bien existé en France entre 1855 et 1971, comme le soulignent nombre d’articles sur internet qui s’amusent ou s’indignent de cette ancienne fiscalité.

On s’intéressera ici non pas au point de vue du contribuable lassé par les nouvelles taxes au XIXe siècle (impôt sur les portes et fenêtres en 17981 ; etc.) mais à ce qui détermine la mise en place de cet impôt, et à la manière dont il est accueilli par la population. En effet, la taxe canine vue au travers de la presse satirique permet de mieux appréhender la relation des Français à leurs animaux domestiques en ce milieu de XIXe siècle. Continuer la lecture de Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie I)

  1. Clément Coste, « Penser l’impôt au XIXe siècle. Controverses fiscales et contributions saint-simoniennes dans la France des années 1830 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Il y a cinquante ans … « Mai 68 » et la BnF

Affiche, 45 x 64 cm – Atelier populaire de l’ex-École des beaux-arts BnF, Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3926.

Du 17 avril 2018 au 26 août 2018, la Bibliothèque nationale de France propose une exposition intitulée «Icônes de Mai 68 – Les images ont une histoire ». On trouvera tous les renseignements pratiques concernant cette exposition ici. Une exposition virtuelle permet une première découverte de ces icônes, complétée par des interviews de personnes qui ont collecté certains de ces documents il y a cinquante ans. À consulter sans modération ici.

 Envie de lectures en ligne ? Sur le blog des lecteurs, Julien Farenc évoque « Chris Marker ou La mémoire imparfaite», tandis qu’Olivier Jacquot sur le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France nous parle de « Mai 68 à la BnF : tradition et innovation dans la sauvegarde de sources de l’histoire du temps présent ».
Avec « L’autre printemps 68 : « ne prenez plus les auspices, prenez le pouvoir  » », le carnet de recherches L’Antiquité à la BnF, nous fait découvrir la révolte fomentée contre Néron en l’an 68 de notre ère…
Besoin de bibliographies récentes sur mai 68 ? La BnF vous propose une bibliographie intitulée « 68, la parole libérée » ainsi qu’une bibliographie sur l’année 1968 dans le monde.
Enfin, n’oubliez pas de consulter le site soixante-huit qui fédère le programme de plusieurs partenaires culturels, à Paris et en Ile-de-France.
Affiche, 80 x 60 cm – Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3684